Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 De fraîches retrouvailles [Callum]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 44
Galions : 60
MessageSujet: De fraîches retrouvailles [Callum]   Mar 7 Oct - 12:27



    L'un des côtés les plus stressants du retour de June Baker à Poudlard était sans nul doute l'inévitable confrontation qui allait avoir lieu avec l'ex-mari de la dame. Dénommé Callum Hodgson, l'homme avait l''art et la manière d'impressionner ses semblables et June était bien placée pour le savoir, ayant déjà eu à vivre bien plus souvent qu'elle ne l'aurait voulu par le passé. Quelque peu embêtée -mais pas une seconde terrifiée, June n'avait pas peur de Callum- la jeune femme avait décidé de n'apprendre la nouvelle de sa venue ni à sa fille -cela lui ferait une agréable surprise- ni à son à son ex-mari -qui aurait lieu une bien mauvaise surprise. June était assez amusée, en vérité, si elle y pensait un peu plus en détail, d'imaginer la réaction de tout ce petit monde. Même si elle devait bien l'avouer, elle avait aussi une appréhension certaine à vivre sur le même lieu que Callum, eux qui n'étaient encore divorcés que depuis assez peu de temps, quand on y pensait.

    L'emménagement de June à Poudlard avait finalement eu lieu, un matin de septembre où le temps était assez clément, du moins pour l'Ecosse. Assez rapidement, la jeune femme s'était faite à l'idée de revenir à Poudlard, non pas comme élève ou comme professeur mais bien comme journaliste d'investigation, chargée d'en apprendre plus au monde sorcier sur ce qui se passait dans cette école. Bien entendu, officiellement, elle ne devait que couvrir les principales activités et nouvelles de l'école, sans trop creuser en profondeur … Mais June Baker n'aurait pas été elle-même si elle s'était contentée de ce maigre possible.

    A son arrivée, June avait guetté avec une certaine inquiétude Callum mais il ne s'était montré nul part. Une seconde, la mère de Marlow avait envisagé qu'il ait appris sa venue et ne pense donc pas nécessaire de venir rencontrer la journaliste qui avait pour mission de surveiller Poudlard depuis sa plume à papotte. La jeune femme était sur des charbons ardents, se demandant à quel moment enfin, son chemin allait croiser celui Callum.

    L'occasion lui fut bientôt donnée et June n'eut finalement pas à attendre autant qu'elle le pensait. Une réunion avait eu lieu, avec les principaux membres de l'école ainsi que les membres du Ministère actuellement présents à Poudlard. June y était venue, avec un certain pressentiment qui ne manquait pas de rationnalité: vu l'objet de la réunion et les membres invités, il y avait de grandes chances que ce cher Callum soit présent. En prévision, la jeune femme avait choisi une tenue tout à fait soignée. Elle portait un de ses tailleurs qui la rendait très sérieuse, d'une couleur beige, avec des escarpins nude. Elle avait tout particulièrement fait attention à son maquillage, ne voulant pas faire pâle figure, ni devant son ex-mari si il était là, ni même devant les autres membres de la réunion.

    Un grand sourire plaqué sur le visage, June était rentrée dans la pièce -un bureau en fait-où ils étaient tous réunis. Callum n'était pas là, à ce moment-là et la jeune femme s'était quelque peu rassurée: il ne viendrait pas, finalement. June fut rapidement déçue: elle avait été bien trop en avance pour que la composition de l'assemblée reste ainsi. En effet, quelques secondes après qu'elle soit rentrée, June aperçut la silhouette de cet homme qu'elle connaissait à la fois si bien … et si peu.
    Leurs regards se croisèrent et June se demanda ce qu'elle allait lire dans le regard de Callum. Quoi qu'il puisse avoir envie de lui dire, toutefois, le jeune homme devrait attendre au moins quelques minutes, que cette réunion se termine. Il allait donc prendre son mal en patience … Quant à June, elle peinait à se concentrer !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Jeu 9 Oct - 15:34


 ◈ June & Callum ◈
Le boulot, une réunion, la routine habituelle
sauf que tu es là et que rien ne sera plus comme d'habitude





Réunion de début d'année, moment incontournable, surtout au vue des derniers événements. Prévoir l'organisation du planning, entre les aurors, le nouveau directeur et l'Inquisition qui ne partirait pas avant que Poudlard soit un lieu protégé, c'était tout un art. Une réunion n'allait pas suffire, il y avait tellement à penser, à rappeler. Étalage de dossier, reprise des discussions sur les différentes agressions, noms lâchés des élèves à surveiller et, surtout, tout faire pour que ce joli peuple de Poudlard ne se sente pas oppressé par une si grande délégation. Les aurors n'ont jamais été aussi nombreux, une tireuse d'élite s'est invitée, un psychologue a été appelé, oui, le ministère envahie Poudlard mais tous doivent bien comprendre que c'est pour le bien du Château. Heureusement que seuls les directeurs des maisons ont été invités, tous les enseignants n'accueillent pas les bras grands ouverts le ministère et ses sbires. Dorcas s'avance, ouvre le pas en invitant d'un geste cordiale de la main ses invités à prendre place. La présence d'une inconnue est remarquée, difficile de passer inaperçu avec un tel physique, avec un tel métier pour ceux qui savent et tous la dévisage. Il va falloir adapter le discours, ne pas tout dire, être diplomate ou langue de bois.

Le directeur du département des mystères aime à soigner ses entrées, il arrive bon dernier pour créer probablement une attente. Pour écouter aussi un peu à la porte, savoir ce que tous disent mais hélas, rien de pertinent ne lui parvient. Ouvrant la porte il entra dans la salle pour s'installer pas bien loin du nouveau directeur de Poudlard. Salut polie à tous, il est bien vite encadré par ses deux employés. Par ses adorables chiens qui ne le quittent jamais, toujours sur ses talons, quand ils ne sont pas envoyés ailleurs. Le secrétaire a l'air jeunot dont les rares paroles font toujours mouche à sa droite ; l'homme de main à l'air rude sur sa gauche. Callum aurait préféré rester debout mais le geste significatif du Patron le contraint à quitter sa place habituelle – derrière son employeur – pour s’asseoir sur la chaise. Silence. Ça n'étonne personne de voir le nouveau surveillant de Poudlard, ça ne surprend pas, il est toujours là mais il a une façon de regarder chacun avec un regard un brin trop lourd. La tension monte, la réunion perd la légèreté qu'elle aurait pu avoir.

Il est de toutes les réunions, de tous les entretiens et si tous s'imaginent qu'il n'est là qu'en tant que garde du corps du directeur et de surveillant improvisé, il est pourtant un peu plus que cela. Vous me direz vos impressions, Callum. Il les donnera, le Patron quémande, il obéit. Il donnera ses impressions car il a le chic pour lire en vous vos plus noires travers. Il a le flair de repérer ceux qui vont poser problème, les dénoncer, les surveiller. On le trouve impressionnant dans sa rudesse, il pourrait tous les abattre au nom du ministère, tous ceux qui à cette table les empêcherons de faire leur travail, il pourrait sans élan de conscience les pousser à la démission. C'est un employé un brin trop zélé. Son tour de table continue, ses yeux se posent, s'attarde sur Rose, sur Phoenix, toutes ces amies qu'il s'est fait au travail et qui sont devenus de solides alliées. Un temps pour les saluer en silence avant, qu'enfin, il la remarque.

Qu'est-ce qu'elle fout là ?

Il se tend et le regard interrogateur coulant du Patron le ramène à la raison. Détente. Qu'est-ce qu'elle fout ici ?! Rester professionnel, l'oublier, faire son travail, penser qu'elle est ici et faire avec. Perturbé, agacé, il sert brièvement son poing pour ne rien faire qui puisse être mal interprété ou pouvant gêner le cour de la réunion. Cette dernière commence, le directeur commence par un discours prônant la sécurité des élèves comme celle du personnel. Il met en avant la réussite du procès Lake et son désir d'instaurer une ambiance de travail et de diminuer la « criminalité » en Poudlard. Callum se tait, il n'intervient jamais et c'est tant mieux. Il ne quitte pas June du regard. Ce tailleur lui va superbement, elle a réussi à infiltrer son monde. Il ne la quitte pas d'un regard pesant. Ces fouines ont fini par venir jusqu'ici et, forcément, c'est elle qu'ils ont envoyé ! Les journalistes ne pouvaient pas rester indéfiniment hors des murs de Poudlard et maintenant il allait devoir subir la pire d'entre eux. Leur fille n'est pas aussi curieuse pour rien ! Elle ne tient certainement pas ça de lui ! Il s'agace et le directeur termine son discours. Profitant d'avoir énoncé les nouveaux précepte de Poudlard, il se met à présenter tous les acteurs du changement. Professeurs, aurors, directeur, secrétaire... Monsieur Callum Hodgson, garde du corps de Monsieur Robert Hilliard, il est aussi en charge de la surveillance des élèves et veille à ce que ces derniers respectent le règlement. Quelque chose à ajouter Monsieur Hodgson ? Il tourne enfin son regard vers le directeur, non il n'a rien à ajouter, tout n'a pas été dit mais c'est ce qu'il faut. Il ne répond pas, un regard et le voilà qui revient à June. Le message passe, le directeur s'est-il offusqué du manque de courtoisie de l'homme de main ? Il n'en moque, il n'est pas ici pour se faire aimer. Madame June Baker, journaliste, elle est invitée pour l'année à Poudlard. Pouvez-vous présenter votre travail dans l'école Madame Baker ? Je crains que votre métier puisse en déranger certain, je préfère mettre les choses au clair maintenant afin que nous partions tous sur de bonnes bases. Callum se sent visé, il tourne son regard devenu sombre sur Dorcas, le Patron lui effleure imperceptiblement le bras. Il se calme. A l'année ?! Elle va rester TOUTE l'année ?! Il n'en veut pas ici ! Il aurait pu s'appesantir sur les sentiments qu'il éprouvait à la voir ici, il aurait pu, il y en a tellement qui se mélangent mais il n'était pas du genre à se lancer dans des introspections. Depuis le divorce il refusait de parler de leur séparation, de ce qu'il avait ressentit, non, il se concentrait uniquement sur une seule chose : il ne voulait plus avoir à faire à elle sauf si ça concernait Marlow. L'année s'annonçait longue...

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 44
Galions : 60
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Dim 12 Oct - 16:30



    Certaines situations étaient réellement compliquées. June Baker avait anticipté, pourtant, ce moment où elle rencontrerait celui dont elle avait porté le nom pendant quelques années. Ils avaient été mariés, avaient partagé une vie, avaient mis au monde une fille. Oui, Callum et June s'étaient aimés au point de choisir de donner à une petite vie sa chance de naître: Marlow avait été pour eux un véritable bonheur et l'était toujours. Callum comme June étaient fous de leur enfant et ne cessait de l'entourer de leur affection, autant qu'ils le pouvaient du moins. Mais cela ne suffisait pas: ils étaient en froid et June en était assez malheureuse. La jeune femme aurait voulu -apprécié même- qu'ils parviennent à agir en adultes. Malheureusement, cela n'était pas possible … Au grand damn de June.

    A cette réunion, toutefois, June n'y avait pas pensé. Ils se retrouvaient en face à face mais pas isolés. C'était encore plus gênant que tout ce que June aurait pu imaginer. La jeune femme se retrouvait dans une petite pièce, un bureau en fait même, où elle était bien trop proche de Callum. Elle sentit très nettement la tension qui s'empara de son ex-mari quand il l'aperçut. Son corps semblait le trahir, même si il cherchait à afficher un visage neutre. Oh, il avait tellement l'air de la haïr. Comment pouvait-il donc en être arrivé là ? June était désolée, en effet, de voir que deux êtres qui s'étaient tant aimés se retrouvent à ce point là ennemis.

    La réunion se déroulait, peu à peu et June écoutait d'une oreille distraite, tant qu'on n'en arriva pas à Callum. Celui-ci refusa de s'exprimer et on arriva alors à June, qui devait expliquer son rôle au sein de l'école. Elle sentait sur elle peser le regard de Callum et était extrêmement mal à l'aise de penser qu'il devait intérieurement la maudire pour sa présence en ces lieux. Pourtant, fièrement, la jeune femme releva la tête pour prendre la parole: elle ne ferait absolument pas le plaisir de se montrer maladroite face à Callum. “-Avec plaisir, monsieur le directeur!” Un petit sourire ponctue les paroles de la journaliste, qui prend le soin de regarder les différentes parties présentes, les unes après les autres, avant d'en dire plus, sans s'attarder sur Callum, bien entendu. “-Je suis envoyée ici afin de pouvoir informer les sorciers de ce qui se passe au sein de l'école et cela afin d'éviter tout mouvement de panique de la part des familles. Il est important que le monde sorcier sache avec certitude et objectivité ce qui se passe au sein de cette école.” June pensait avoir expliqué de manière assez claire ce qu'on attendait d'elle. Ce qu'elle ne disait pas c'est qu'elle n'était pas forcément d'accord avec les méthodes qu'on lui demandait d'appliquer. “-Je serai donc évidemment reconnaissante à tous les membres du personnel de Poudlard et du Ministère de répondre à mes questions au long de cette année, afin que mon travail puisse se faire dans la bonne humeur et la bonne entente.” Comme il était amusant de penser que Callum et June travailleraient dans la “bonne humeur”. June Baker était tout à fait certaine qu'ils allaient se rentrer dedans régulièrement … et sans doute d'ici peu.

    Le directeur remercia June d'un hochement de tête, avant de conclure la réunion. Il semblait que celle-ci n'avait eu pour objectif que de présenter les différents acteurs de l'école de Magie. Maintenant, chacun allait pouvoir partir, se consacrant à la tâche qui lui avait été confiée. June ne se leva pas tout de suite, espérant d'une manière ou d'une autre, que le futur problème d'une confrontation avec Callum disparaîtrait assez rapidement. Mais elle rêvait … Car d'une manière ou d'une autre, Callum risquait de lui faire payer ce qui venait de se passer, d'une manière ou d'une autre. Jetant un coup d'oeil par-dessus son épaule, la jeune femme se demanda si elle pourrait sortir sans passer près de lui, mais il semblait que c'était peine perdue. La pièce se vidait et June n'avait plus le choix. Elle se leva donc, passant tout près de son ex-mari, évitant de le regarder.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Mer 22 Oct - 21:32


 ◈ June & Callum ◈
Le boulot, une réunion, la routine habituelle
sauf que tu es là et que rien ne sera plus comme d'habitude





Il n'aime pas ce qu'il entend. De toutes les journalistes il a fallu que ce soit elle leur correspondante. Elle va fouiner, retourner, observer, tout Poudlard et sans retenue s'en ira répéter à la populace. Répondez à ses questions, lui s'y refuse. Il ne souhaite pas lui parler. Tu n'as pas le choix Callum. Il va faire avec, composer avec, avoir son ex femme dans le château et affronter enfin ce qu'il fuit depuis leur divorce. La réunion se termine, chacun range ses papiers et lui s'apprête à suivre Hilliard où il le voudra. Le Patron le repousse d'une main, il n'a pas besoin de lui, il lui désigne la journaliste, à lui de voir avec elle ce qu'elle a besoin de savoir. Il sait. L'homme connaît son affaire, il sait pertinemment que son homme de main a été marié à la déléguée des Fouines. Merveilleux, le voilà affublé du titre de « lien entre l'Inquisition et le reste du monde ». Merveilleux. Ils traînent, l'attendant mais elle finit par lui passer devant sans avoir envie de lui parler. Le sentiment est donc partagé, c'est déjà ça. Elle ne pose même pas son regard sur lui et ça l'énerve. Ca l'énerve d'être ainsi ignoré alors que lui-même refuse sa présence, c'est incompréhensible car il continue de repousser le moment où il affrontera ses sentiments vis-à-vis de leur divorce. Miss Baker. Ca lui déchire la gorge de l'appeler par ce nom de famille officiel. Dire qu'elle a porté le sien. Refouler ses sentiments. Il n'a jamais été très doué pour les affronter, il les suit à l'instinct, ses mots sortent sans prévenir, ses actes, surtout, disent tout ce qu'il ressent. En cet instant, alors qu'il referme du plat de la main la porte de la salle sur eux deux, les enfermant, il n'est que tension. Il n'a pas envie de lui parler, il sait qu'il doit le faire. Silence pesant où il la dévisage. Son corps qu'il connaît si bien est passé au crible de ses yeux, son tailleur qui la met en valeur, ses cheveux tombant parfaitement, ces grands yeux qui le regarde et qui n'ont jamais faiblit même devant la plus sombre de ses colères. Il a fait fuir cette femme qu'il a aimé à en perdre la tête. Ne pas y penser. Pas le choix. Ne pas penser.

June. Le silence continue de les envelopper, il doit se lancer, l'affronter, il sait pertinemment qu'il ne peut pas passer une année entière à l'éviter. Ne soit pas puéril Callum. Il passe son temps à la repousser. Tu as prévenu Marlow que tu étais ici ? Elle va être contente. Ou pas, il se rappelle la réaction de sa fille quand il lui a annoncé qu'il avait l'intention d'aller la voir lors de ses cours de vol. Si on la laisse un peu tranquille. Il n'arrive pas à sourire. Pourquoi tu as accepté ce poste ? C'est pas déjà assez compliqué ? Il est dur envers elle. Callum n'est qu'un bloc sombre qui la repousse encore et toujours. Il sait tout de sa mauvaise attitude mais il ne peut s'en empêcher. Comment pourrait-il affronter son échec qu'est son mariage ? Comment il pourrait réussir à jouer à la belle famille alors qu'il est seul fautif ? Il est source des problèmes mais incapable de poser le doigts dessus, incapable d'accepter ce qu'il sait au fond de lui, il continue de la blâmer de tous les maux. Il l'a aimé aussi fort qu'il la repousse maintenant. S'il n'y avait que ça. S'il n'y avait que ses problèmes d'égo maltraité et d'incapacité notoire à gérer les situations complexes, mais non, il y a cette nouvelle situation. Elle est sur son lieu de travail, dans son monde à lui, dans ce monde autour duquel il n'a eu de cesse de mettre barrière sur barrière. N'y rentre pas. Elle n'est pas la seule dont il refuse l'entrée du milieu professionnel, du passé. Elle est l'unique envers qui le sujet est aussi agressif. Elle va finir par savoir. Elle va se renseigner et parmis toutes ses relations l'une d'elle craquera et racontera ce qu'elle sait. Alors elle saura. Elle connaîtra le sang qu'il a eu sur les mains, la prison, l'errance, elle devinera la vérité sous tous ses mensonges. Et elle se maudira d'avoir aimé un tel homme qui ne la méritait pas. Et elle éloignera Marlow d'un père aussi sombre. Il faut qu'on trouve une façon de vivre ensemble ici sans que ça perturbe Marlow. Parler de leur fille, voilà qui lui convient, c'est parfait ça, parler de Marlow c'est se cacher derrière l'enfant.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 44
Galions : 60
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Lun 27 Oct - 21:40



    Même si elle a pu l'espérer, June sait bien au fond d'elle que les choses n'iront pas forcément bien avec Callum. Son ex-mari n'est pas un homme facile, encore moins un homme évident à cerner. Il voudra sans doute lui faire comprendre qu'elle enfreint ce qu'il estimait être son territoire et à n'en pas douter, la jeune journaliste va le voir sortir les crocs. Même si elle ne l'est jamais totalement, June est cependant désormais plutôt bien préparée à ce qui peut suivre. Après avoir divorcé de Callum, la journaliste se considérait comme assez au fait en ce qui concerne sa manière d'agir. Miss Baker. Ah, ça y est, il s'est décidé à l'appeler. June, toutefois, fait mine de ne pas l'entendre … Sans se décourager, il l'appelle cette fois par son prénom. Des images multiples reviennent à June, sur les différents moments où Callum, autrefois, l'a appelé par cette syllabe. Malgré elle, la jeune femme est émue et cette fois-ci, s'arrête. Que va-t-il lui dire ? Elle a l'impression de tout savoir et rien à la fois.

    Tout de suite, bien sûr, Callum lui fait comprendre qu'elle n'est plus que la mère de sa fille, rien d'autre. Elle le sait bien, pourtant, que désormais, June ne sera rien de plus à ses yeux. Malgré tout, cela fait mal. Prévenir Marlow ? Elle comptait justement lui en faire la surprise. “-Non, elle ne sait pas encore. Puis-je compter sur toi pour ne pas vendre la mèche encore ? Je voudrais lui apprendre les choses à ma manière.” Même si elle ne le veut pas, le ton de June est un peu fragile. Elle voudrait tant se protéger en feignant de ne plus rien ressentir, ni de bon, ni de mauvais, concernant l'homme qui se tient en face d'elle. Mais elle sait bien que ce n'est pas le cas. Callum n'est ni idiot ni stupide et elle n'a rien d'une sur-femme. Même si elle y met autant de conviction qu'elle le peut, il restera toujours clair qu'elle n'est pas sortie indemne de ce mariage. Malheureusement.

    Soudain, Callum change de sujet. Il devient incisif et instinctivement, June recule. Elle a du mal avec ce qu'elle lit sur le visage de son ex-époux et ce qu'elle voit dans son regard. Décidément, il ne supporte même plus sa présence. Quelle tristesse quand on a tant aimé un être que de se sentir rejetée jusqu'au bout, par cette même personne. June ne s'y fera plus reprendre. Donner entièrement son coeur à un homme est une bêtise sans nom et elle a plus de regrets qu'elle ne saurait en nommer. Callum a détruit une part de son innocence, même si elle reste sans doute, pour une femme adulte, plein de naïveté et d'espérance, que certains prennent pour de la bêtise crasse. Pas elle. June le sait bien, en vérité. Il faut des gens comme elle, qui croit en ce qu'ils font et qui ont des convictions. “-Ce job était une excellente opportunité. Je pensais que nous serions tous les deux suffisamment adultes pour nous supporter sans souci. Je me suis trompée ?” Mais même si il répondait que oui, elle s'était mis le doigt dans l'oeil, elle ne changerait pas son avis. Ne pas se laisser intimider par Callum était l'une des volontés de June en venant ici et elle ne renoncerait pas. “-Tu sais comme moi que les temps sont durs … La possibilité d'être près de Marlow, en cas de soucis, me semblait une idée devant laquelle je ne pouvais renoncer.” Les mots “même à cause de toi” flottèrent dans l'air mais elle ne les prononça pas. Si elle avait été émue de prime abord, June reprenait de son allant, prête à se battre si il le fallait. “-Ne t'inquiète pas, Callum, je ne compte pas te harceler, si c'est ce que tu crains” ironisa la jeune femme, quand son ex-mari lui fit comprendre que cela allait être difficile de coexister. “-Le château est assez grand pour deux, non ?” Elle parlait sur un ton assez mordant, mais c'était son unique défense.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Mer 29 Oct - 23:32


 ◈ June & Callum ◈
Le boulot, une réunion, la routine habituelle
sauf que tu es là et que rien ne sera plus comme d'habitude





Si elle veut, il ne dira rien, ça ne l'étonne pas, ça aurait plutôt tendance à le faire sourire. Aussi, subtilement, un sourire vint éclairer ce visage fermé, vient détendre cette masse qui la rejette. Tu as toujours le sens des surprises. De son côté, elle vacille, il sent qu'il va trop loin. Tu recommence Callum. Ils n'ont jamais parlé de leur séparation. Elle ne va pas aussi bien qu'il a l'impression. Tu me donnes tellement l'image d'une femme que rien ne peut écraser. Elle recule, il se méprise. Il fait un pas vers elle, lève doucement sa main, qui retombe sous ses mots. Après la peur instinctive, elle l'attaque, mordante, bien plus incisive que lui et ça le coupe dans son élan, dans ce pas de réconciliation malvenue qu'il fait. Elle recule pour mieux lui sauter à la gorge, il n'aime ni son ironie, ni ses vérités. Elle le tourne en dérision, il a dix ans, elle est l'adulte. Évite de m'infantiliser June, ce jeu ne va nous mener nul part. Il sait qu'elle a raison, mais il y a une façon de le dire,se moquer de lui, le renvoyer à une image de gamin puéril alors que tout cela lui tient à cœur, il n'apprécie pas du tout. Envolé l'envie de rapprochement, il est bien trop à vif pour s'accrocher à un sourire. Avec elle il a perdu sa retenu, avec elle il y a tant de bagage et Callum, exaspéré autant par son attitude que par la sienne, se rapproche. Deux pas et il est sur elle, la toisant de sa hauteur, l'écrasant de son regard dur. Elle représente un pan de son histoire qu'il doit régler. Elle le pousse à bout, il va finir par exploser. Cela ne fait même pas une heure qu'ils sont ensemble. J'espère bien. Que tu ne vas pas à me harceler, que l'on va se côtoyer sans se parler, sans se regarder, sans se sentir, sans que ton parfum ne me parvienne et que les souvenirs remontent. Il la dévisage, encore, au bord d'imploser et mordant il ne se contrôle pas, tu devrais t'en aller June. Ce n'est plus un doux conseil, une supplique lâchée, c'est une menace. Clairement.

Il se rapproche encore et la voilà acculée contre le mur. Il l'a tellement aimé, il a toujours une affection pour elle qu'il ignore, qu'il étrangle. Chut, il n'écoute pas cette voix qui lui rappelle ses sentiments passés. Elle le provoque, il réagit. Tu peux avoir d'autres opportunités. Tellement d'autres, ne vient pas me pourrir l'existence, nous avons assez de travail, de choses à penser, pas la peine que tu viennes y mettre ton grain de sel. Il est effrayé par ses secrets et par leur histoire commune. Comment peut-il être aussi dur ? Comme avant, comme pendant toutes leurs disputes il se déteste d'agir ainsi, de suivre cette pulsion de violence. Dis, June, qu'est-ce qu'il y a en toi qui fais que tu me fais sourire puis m'énerver en une fraction de seconde ? Comment arrives tu à faire ça, à m'effrayer à ce point ? A faire ressortir le pire comme le meilleur, sans demi-mesure, sans concession? Je me sens vivant, entier, même dans ma violence, je t'ai aimé pour ça, tu m'effraies pour ça. Tu es spéciale, ma June. Le mot est prononcé, possessif, ma June. Qui n'a personne d'autre encore, toujours un peu à lui malgré tout. Et moi là-dedans, je ne t'apporte rien de bon. Ne me répond pas, jamais, je sais que je ne te mérite pas mais les hommes comme moi aime les femmes comme toi, qui les repousse dans leurs limites. Nos échanges m'ont...chut, ne pas y penser.

Il recule, lui laisse un peu d'air, un demi-pas pour ne rien perdre de son autorité. Je t'ai tellement menti, pars avant d'apprendre au détour d'un couloir que j'ai enjolivé ma vie pour te plaire. Pars, j'expliquerais ton départ et te trouverais un meilleur poste. Prêt au pire pour se protéger d'elle, son amour déçu, sa Némésis. Il attend sa réaction, il n'a plus envie de parler de Marlow car il n'a plus rien à ajouter. Lui faire un topo des élèves qu'elle va devoir éviter ? Inutile, elle ne va pas rester en poste de toutes façons. Il change les sujets de conversation, mène la danse, l'oblige à répondre à ses questions, il veut le contrôle de l'instant, le contrôle de cette femme. Possessif, autoritaire, il ne tolère pas qu'elle lui échappe, ne tolère aucunement qu'elle agisse à sa guise. Pas de place pour inattendue, tu es sur mon terrain, ce sont mes règles. Courbe l'échine ou pars. Dire qu'il l'a tellement désiré, cette femme qui le fait souffrir de sa simple présence. Chut, ne pas y penser.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 44
Galions : 60
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   Jeu 6 Nov - 9:46



    Cela n'allait pas être facile avec Callum … Mais dans un sens, les choses étaient-elles jamais simples avec Callum ? June commençait à en douter. Bien sûr, au départ, elle avait pensé que tout irait comme sur des roulettes, qu'il n'y aurait aucun problème, qu'ils seraient heureux jusqu'à la fin des temps. Enfin, elle avait cru les promesses d'un mariage classique. Elle s'était évidemment trompée, sinon ils n'en seraient pas dans cette situation qu'elle qualifiait aisément de presque catastrophique, notamment pour leur petite fille. Marlow n'avait rien demandé de tout cela, mais elle se retrouvait au milieu d'un ouragan qui risquait de l'emporter, elle aussi. June lutterait contre cela, jusqu'au bout.

    Néanmoins, si la jeune femme s'attendait à des difficultés, elle ne pensait pas que Callum en arriverait là. Il était sombre, froid, presque effrayant. Toutefois, la jeune femme ne comptait pas une seule seconde se laisser faire. Elle cherchait en elle la force de l'affronter une fois de plus -cela avait déjà été compliqué pour le divorce. Mais comme beaucoup de femmes dans sa situation, June Baker trouvait en elle des forces qu'elle n'avait même pas imaginé auparavant. Elle se sentait capable de bien plus de choses, maintenant qu'elle était séparée de Callum. Tout simplement parce qu'elle n'avait pas le choix.

    Il recule, enfin, la laissant respirer, se calmer. June apprécie sincèrement ce mince espace créé et en voudrait même plus. Mais c'est quand son ex-mari lâche sa bombe qu'elle trouve enfin la force de reculer d'un pas, puis de deux. Si elle a pâli légèrement, sa bouche est fermée dans une ligne dure. Elle ne se laissera pas faire, cela se sent. “-Je ne partirais pas Callum. Et tu n'as aucun droit de me le demander.” Elle semble butée, c'est vrai. Mais June est sincèrement convaincue que sa place est ici, auprès de sa fille. Dans cette école où elle pourra veiller sur elle dans ces temps troublés et dire la vérité aux parents de l'extérieur qui comme elle, craignent bien des choses pour leur progéniture.

    Elle secoue lentement la tête, tout en le regardant; des mots lui brûlent les lèvres et elle se demande si elle devrait les prononcer. Tandis que June observe son ex-époux, elle sent des sentiments qu'elle pensait définitivement derrière eux qui reviennent en rampant. Lentement mais sûrement. Elle l'a tant aimé, tant et tant qu'elle lui a donné un enfant. Et voilà que maintenant sa simple vue le met en fureur ? Quelle tristesse … Quelle pitié! Plus tard, sans doute, elle se laissera le temps de pleurer sur sa fierté blessée. Mais pas maintenant. Car là, tout de suite, elle doit lui faire comprendre qu'il ne gagnera pas.

    D'un air léger, June finit par lâcher. “-Tu n'as qu'à faire semblant que je n'existe pas si ça te pose tant de soucis, Callum. Après tout, ce n'est pas mon problème si tu es incapable de vivre en bonne intelligence avec moi. Pour ma part, tout va bien.” Elle lui assène ces mots sans trop savoir comment ils lui viennent. Redressant la tête, June lui jette un dernier regard … Avant de chercher à sortir de la pièce. Après tout, ils se sont tout dit, non ? Bien sûr … La jeune femme doute que Callum accepte de la laisser partir ainsi, sans plus de détails. Mais le rêve est encore gratuit, fort heureusement!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: De fraîches retrouvailles [Callum]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De fraîches retrouvailles [Callum]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Les Tours-