Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 604
Galions : 395
Âge : 16
Classe : 6eme année
Avatar : Zoey Deutch
MessageSujet: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Sam 27 Sep - 21:53



Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque


Furieuse, Meg était furieuse. Et Comme toujours lorsqu’elle était furieuse, elle devenait redoutable pour quiconque se mettait sur son chemin. L’ennui, c’était qu’à la vitesse à laquelle elle déboulait dans les couloirs, il était plutôt difficile de l’éviter, à moins d’avoir un don de voyance… Se contrefichant bien du nombre d’étudiant qu’elle avait déjà bousculé, elle continuait sa course, sans véritablement savoir où elle allait.

Et la cause de sa colère portait, comme presqu’à chaque fois, le doux prénom de Rubens. Rubens Cassidy ! La plus grande andouille de tout le château, et il fallait qu’elle soit amoureuse de lui. Elle-même n’arrivait pas à comprendre comment elle pouvait encore l’aimer après tout ce qu’il lui avait fait subir ! Non content d’avoir détruit leur couple en la trompant, il n’avait eu de cesse de l’humilier depuis, et de fanfaronner avec toutes ses nouvelles copines depuis. Ses nouvelles relations avaient beau ne pas durer, Meg ne pouvait pas s’empêcher de ressentir une jalousie déchirante à chaque fois qu’il parlait d’elles. Et elle, que faisait-elle pendant ce temps ? Elle se languissait de lui. Quand elle ne lui jetait pas des insultes ou des livres à la figure, ça allait de soi.

Même si elle savait que ça prendrait du temps pour véritablement tirer une croix sur lui, elle avait tout de même envie de lui faire croire qu’elle était passée à autre chose, qu’elle n’en avait plus rien à faire de lui. Elle avait essayé de l’insulter, d’être horrible avec lui, ça n’avait pas marché. Elle avait essayé de l’ignorer, ça n’avait pas marché non plus. Elle avait essayé de faire comme si elle se contrefichait de savoir que Rubens avait une nouvelle copine toutes les semaines… Ca aurait pu marcher si elle ne s’était pas trimballée avec un panneau « JALOUSE » accroché sur son front. Alors que lui restait-il ?

Megara se souvenait d’une discussion qu’elle avait eu avec ses amis. La solution, selon ces derniers, était très simple en vérité : il suffisait de le rendre jaloux à son tour. Evidemment, c’était plus facile à dire qu’à faire… Comment le rendre jaloux alors qu’elle n’avait personne dans sa vie ? Il n’allait certainement pas se mettre à envier son célibat… Le connaissant il devait plutôt s’en réjouir ! Il ne lui restait plus qu’à se trouver un copain… ou une copine. Chose relativement facile sur le papier, mais nettement moins lorsque toute la place dans son cœur était occupée par ce crétin de Gryffondor ! Alors quoi ? Devait-elle s’inventer quelqu’un ? Inventer un nom, un personnage ? Peut être quelqu’un d’externe, ce qui justifierait que personne ne l’ait jamais vu à Poudlard… Moui. Quelque chose lui disait que si elle n’étalait pas sa vie amoureuse épanouie sous le nez de Rubens, ce dernier ne la croirait pas. Il lui fallait du concret. Du TRES concret.

Meg s’arrêta net dans sa course. Elle baissa les yeux sur les pieds qu’elle venait d’écraser, et qui appartenaient au mec dans lequel elle venait de foncer. Le pauvre bougre ne devait pas s’attendre à se prendre une furie de plein fouet. Elle avait bien bousculé quelques élèves au passage, mais c’était le premier véritable obstacle s’opposant à sa course folle. Levant les yeux vers lui, elle reconnut un de ses camarades Gryffondors. Elle n’avait jamais véritablement eu l’occasion de lui parler mais elle l’avait déjà aperçu plusieurs fois dans la salle commune. Par contre… impossible de se souvenir de son nom. Elle savait que ça rimait avec Salazar, mais à part ça…

Elle s’apprêtait à le contourner pour continuer à errer sans but … avant qu’une meilleure idée ne lui traverse l’esprit. A cette heure-ci, les étudiants sortaient de leurs cours, certains pour se diriger vers le parc, d’autres vers la bibliothèque, ou même leur salle commune. Quoiqu’il en soit, les couloirs se remplissaient à vue d’œil. Certains regards s’étaient déjà tournés vers eux, interrogateurs. Pourquoi s’étaient-ils tous deux arrêtés, s’observant dans le blanc des yeux ? L’idée de Meg était en train de fermer doucement dans son esprit. Pourquoi s’inventer un faux petit ami alors qu’elle pouvait juste en sélectionner un ? Soyons honnête : ce Gryffondor était loin d’être laid. Il était même plutôt mignon, avec son éternel air paumé. Où qu’il soit et quoiqu’il fasse, il avait l’air perdu, c’était assez drôle.

Sans réfléchir d’avantage, la brunette se hissa sur la pointe de ses pieds –c’est qu’il était plutôt grand… ou elle relativement petite- pour venir plaquer ses lèvres sur celles de ce quasi-parfait inconnu. Ne lui laissant pas le temps de réagir ou de se dégager, ses mains vinrent se plaquer sur ses joues, alors qu’elle lui volait ce baiser tout sauf chaste. Les yeux fermés, elle essaya d’oublier qu’elle embrassait quelqu’un qu’elle connaissait à peine pour se concentrer sur son but ultime.

Combien de temps dura le baiser ? Meg n’aurait su le dire. Elle remercia mentalement son partenaire de ne pas l’avoir tout simplement repoussée, ce qui aurait réduit son plan à néant au quelques secondes à peine. Rendant sa liberté à sa pauvre victime, Meg ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil autour d’eux. Comme elle s’y attendait, sa petite manifestation d’affection n’était pas passé inaperçue… S’il y avait bien une chose que la brunette avait appris à Poudlard, c’était le pouvoir des rumeurs ! Inutile de délivrer l’information soi-même, si on voulait avoir l’impact, il valait mieux compter sur un bon vieux bruit de couloir –plus efficace, plus discret, plus rapide, commérage 3 en 1 vous simplifie la vie, vous aussi, adhérez aux commérages !

Réalisant qu’elle laissait l’occasion à boucles brunes de se faire la malle ou de l’engueuler –ce qui, dans les deux cas, risquait fortement de mettre à sac sa tentative de lancée de rumeur- elle s’empara de sa main, liant ses doigts aux siens sans trop lui demander son avis, et l’attira à sa suite dans la première salle de classe vide qu’elle trouva. Elle espérait y avoir mis suffisamment de fougue pour que les spectateurs s’imaginent tout de suite une suite passionnelle et lubrique au délà de la porte qu’elle venait de refermer derrière eux. Avec un peu de chance, d’ici ce soir, le bruit serait arrivé jusqu’aux oreilles de Rubens, et Meg n’avait qu’une hâte : voir la tête qu’il aurait ce soir à la table des Gryffondors.

Restait un seul hic : embrasser un type devant tout le monde était une chose… Mais si le mec en question l’ignorait superbement dès le soir même, pas sûr que son petit stratagème aurait l’effet voulu. Que pouvait-elle faire ? Le menacer ? Il avait l’air assez facile à impressionner, et Meg pouvait faire sacrément peur quand elle ramenait ses poings dans la négociation. L’ennui… c’était que si la Gryffondor pouvait se transformer en véritable terreur, elle était généralement parlant contre le fait de s’en prendre aux autres sans bonne raison.

Eclatant subitement de rire –ce qui devait conforter son ainé dans le fait que cette fille avait définitivement un grain- la demoiselle plaqua la paume de sa main sur son front. Elle se sentait subitement très très très bête. Elle attendit que son rire se calme un peu pour reprendre la parole.

    ~ Je suis vraiiiiiment désolée pour… pour… ça

Déclara-t-elle finalement, pointant son pouce vers elle-même pour désigner le ça. Que dire d’autre ? Comment lui assurer que non non, elle n’était pas une folle furieuse, juste une grande romantique en mission ultra secrète.

    ~ J’préfèrerais te dire que c’était un défi ou quelque chose du genre… Je passerais un peu moins pour une tarte. Mais euhm…

Mais euhm quoi ? Comme toujours, Meg parlait avant même de réfléchir à ce qu’elle allait dire. Résultat : il lui arrivait souvent de commencer une phrase et de ne finalement pas la finir. Honnêtement, elle n’en était plus à ça près,  et c’était un miracle que le Lio ne se soit pas encore fait la malle au pas de course pour éviter de se retrouver seul avec une timbrée comme elle.

    ~ Bon en tout cas j’espère que tu es psychologiquement préparé, d’ici ce soir toute l’école saura que tu m’as galochée

Ou presque. Techniquement, c’était elle qui l’avait galoché. Mais c’était aussi ça qui était beau avec les rumeurs : entre ce que la première personne avait vu, et ce que la dernière personne de la chaîne comprenait, il y avait un monde, un univers même. Meg ne serait même pas étonnée d’entendre qu’elle avait fugué de l’école avec son nouveau grand amour. Grand amour qui ne possédait toujours pas de nom, d’ailleurs.

    ~ Au fait, puisqu'on en est déjà à la première base.... C'est quoi ton p'tit nom ?

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Dim 28 Sep - 21:04


Ah, l'amour avec un grand A... Comme Arnaque !
Megara ~ Eleazar


On n’a pas idée d’embêter les honnêtes gens.

Pourtant, la journée d’Eleazar avait plutôt bien commencé. Enfin…jusqu’au cours de potion. Jamais il n’avait été doué en potions et ce cours-là n’avait pas dérogé à la règle de je-rate-ma-potion avec au choix dans le rôle principal : l’oubli d’un ingrédient - plus il est important mieux c’est- , le problème de dosage –un grand classique-, l’inattention, et pour finir un ordre incertain. Tout était bon pour ne pas parvenir au but. Le principal problème c’était sans doute qu’Elea ne voyait pas grand intérêt à la plupart des potions, à part celles pour guérir un ongle incarné peut-être.

Son bon moral avait donc un peu fichu le camp quand il sortit de la salle de cours. Pour la peine, il avait décidé de se faire la chocogrenouille qui traînait dans sa poche et pour une fois, il réussit à l’attraper du premier coup. Un petit coup de veine pour la fin de journée.

C’était l’heure d’affluence. Elea avait horreur de sortir à cette heure-ci parce qu’il se retrouvait au milieu de plein de monde, et qu’il n’aimait pas beaucoup le monde. Pour être plus exact, disons qu’une partie du monde ne l’aimait pas et qu’il n’aimait pas beaucoup être confronté à ceux-là. Il se frayait donc un passage au milieu d’élèves de tous les âges lorsqu’une espèce de furie lui fonça droit dedans. Il devait encore avoir la tête dans les étoiles, car le choc l’effraya et le ramena en un sursaut brusquement à la réalité. Il n’avait rien vu arriver, ce qui n’était pas si étonnant que ça compte tenu de la foule qui envahissait les couloirs et le peu de concentration qui l’accompagnait dans ces moment-là.

M’enfin quand même, du monde ça n’était pas une raison pour foncer comme ça dans les gens. En plus, elle lui avait démonté les orteils en les écrasant sans demi-mesure. Elea était sur le point de protester parce que quand même, ça ne se fait pas, quand un poulpe lui arriva en pleine face. Du moins, c’est l’image (non élégante, nous sommes d’accord) qu’il eût lorsque sans prévenir, les lèvres de la furie vinrent s’emparer des siennes. Si si, vous savez, les poulpes des dessins animés, qui s’accrochent à toute la face et ne se décollent plus. Non mais… c’était déjà pas des manières de foncer dans les gens, mais de les embrasser comme ça… ? Il n’avait même pas pu râler, elle ne lui en avait pas laissé le temps. Elle ne lui laissa pas non plus la possibilité de se reculer, plaquant ses mains contre ses joues pour l’entraver. De toute manière, trop surpris qu’il était, Elea n’en eût pas vraiment le réflexe, se contentant de rester immobile pendant que la furie manifestait de manière quelque peu commune une affection qu’Elea ne lui connaissait pas. Il n’avait même pas eu le temps de voir son visage. Ni eu le temps de lui dire qu’il était à moitié en train de s’étouffer, sa chocogrenouille restant coincée dans sa gorge. Il aurait aimé tousser mais un visage collé au sien l’en empêchait.

Aussi soudainement que cette fille était arrivée, le baiser s’interrompit, et avant même qu’il n’ait le temps d’ouvrir les yeux, Elea sentit son bras s’étirer.

« Euuuh… »
Fut tout ce qu’il parvint à prononcer de concret alors que la furie le traînait vers une salle de cours. Un pari. Ça devait être un putain de pari à la con. Qu’est-ce que ça aurait pu être d’autre ? Déjà Elea avait perdu une partie de son air surpris. Penser qu’on pouvait se lancer des paris aussi stupides, ça l’affligeait. Sérieusement, ils n’avaient rien de mieux à faire que de se lancer des défis stupides comme aller embrasser le loser du coin ?

La porte se referma derrière eux alors que l’inconnue éclatait de rire. Le gryffondor ne riait pas tellement lui, la regardant de travers pour tenter de percer ses intentions. Plus concrètement, il profitait de ce répit pour ENFIN tousser et se débarrasser des bouts de chocogrenouille coincés dans sa gorge. Sexy qu’on vous dit… Au moins avait-il eu une haleine de chocolat pour leur baiser, on a connu pire. Du regard il inspecta la salle de classe, s’attendant à trouver une brochette d’amis de la fille, éclatant de rire à leur tour. En général, on ne fait pas ce genre de défis tout seul. Mais il n’y avait personne.

« Tu veux bien m’expliquer ? C’était quoi ça ? Un pari débile ? »

L’autre en était encore à se gausser, pendant qu’il la regardait d’un air blasé. Elle finit par se calmer pendant qu’il maugréait pour lui-même plus que pour elle.

« Parce que franchement, tu pourrais faire mieux qu’un pari débile. J’veux dire, ça n’a aucun intérêt. C’est quoi qu’t’as gagné ? J’aurais au moins le droit à la moitié du lot ? Parce que bon, j’ai failli m’étouffer quand même et puis on n’embrasse pas les gens comme ça … »

Ses mots, murmurés plus que prononcés, furent interrompus par des excuses minables de la part de l’inconnue. Qui…en la regardant bien maintenant qu’elle ne se trémoussait plus sous l’effet de son fou-rire, n’était peut-être pas si  inconnue que ça. A bien y réfléchir, son visage lui était familier. D’où ? Il ne savait plus exactement. Eleazar n’était pas spécialement physionomiste.

« Mais euh ?… Comment ça toute l’école sera au courant ? »

Et comment ça IL l’avait galochée ? Non, il n’était pas prêt psychologiquement. Pourquoi l’aurait-il été ? Elea n’était pas sans savoir que les bruits de couloir allaient vite et loin, il en était lui-même victime. Oui mais pourquoi lui annonçait-elle ça ainsi ? Quel intérêt pouvait-elle trouver à ce que toute l’école soit au courant du baiser qu’elle lui avait volé ? Lui, concrètement, n’en voyait pour l’instant aucun.

« C’est E… »

Il eût un instant d’hésitation et se ravisa.

« Non mais on s’en fout de mon nom. C’était quoi ça ? Tu veux bien m’expliquer ? »

Elle avait cet air léger qui l’avait agacé. Faisant comme si ça n’était pas important, comme si c’était drôle. Et pourtant à force de la regarder, Eleazar dû se rendre à l’évidence : ça n’était pas si grave. Il soupira un grand coup, cessa d’être tendu comme un fil à linge avant d’être rempli de courbatures le lendemain, et reprit les choses d’une voix plus calme.

« C’est quand même pas malin d’embrasser un gars dont tu connais même pas le nom. C’est Eleazar. Et toi, c’est quoi ? On s’est déjà croisés non ? »


Sauney de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 604
Galions : 395
Âge : 16
Classe : 6eme année
Avatar : Zoey Deutch
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Mar 30 Sep - 18:26



Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque


Visiblement, le Gryffon ne prenait pas très très bien l'acte de pur amour de la demoiselle. L'espace d'un instant, la brunette se flagella mentalement d'avoir choisi un tel prude... Oh allez quoi, c'était quand même pas la première fois qu'il embrassait une nana ! Et elle n'était pas si laide que ça... Si ? Bon, ok, Rubens l'avait surnommée "Le Troll"... Mais c'était pour sa brutalité, pas pour sa laideur. En tout cas elle l'espérait.

En même temps, elle ne pouvait pas franchement en vouloir à ce pauvre garçon de ne pas être enchanté de s’être fait agressé de la sorte. Il n’avait rien demandé à personne et le voilà qui se retrouvait avec une lionne accrochée à sa lèvres. Il semblait mettre un certain temps à réaliser l’ampleur des dégats. Comment ça toute l’école sera au courant ?. Megara eut un rire nerveux. Il n’avait quand même pas besoin qu’elle lui explique le principe de dissémination du commérage à Poudlard, si ? Il avait l’air plus agé qu’elle, ce qui signifiait qu’il traînait dans le coin depuis plus longtemps qu’elle… Il avait bien du remarquer la vitesse à laquelle les informations étaient partagées et déformées ici, non ?

Apparemment, non. Il était trop occupé à flipper qu’une fille lui ai bondi dessus… Du moins c’était ce que Meg préférait croire. Mieux valait se dire qu’il avait un souci avec les filles entreprenantes plutôt que de se dire qu’il avait un souci avec elle en particulier, non ?
Quoiqu’il en soit, à force de persévérance, Monsieur le Sansnom offusqué sembla se détendre un peu. Du moins, c'est ainsi que la Lionne interpréta le fait qu'il accepte finalement de donner son nom. Un progrès pour le moins notable selon elle.

    ~ "Eleazaaaaar

Répéta-t-elle, un ton victorieux comme si elle avait retrouvé d'elle même le prénom.

    ~ Je savais que ça rimait avec Salazar

Ajouta-t-elle, plus pour elle même qu'autre chose.

    ~ Pas évident à retenir, huh ?

Franche, à l'excès, comme toujours. Meg ne prenait jamais de pincettes et ne pratiquait certainement pas l'hypocrisie. Ça désespérait d'ailleurs son père qui estimait qu'elle manquait de tact et de diplomatie. L'ennui, c'était que pour la brunette, tact et diplomatie rimaient avec ronds d'jambe et courbettes, et ça ne l'intéressait pas. A la place, larguer la vérité toute crue à chaque coin de rue lui semblait une très bonne option, quite à parfois vexer Machin ou choquer Bidule.

    ~ Moi c'est Meg

Se présenta-t-elle à son tour. Elle donnait rarement son prénom au complet, car les seules personnes à l'appeler ainsi étaient les profs, son père quand il était en colère contre elle, et Callum... Mais ce dernier ne semblait pas comprendre le concept de surnom.

    ~ Et nous sommes de la même maison

Ajouta-t-elle, attrapant son écharpe rouge et dorée pour l'agiter, en guise d'explication au fait qu'ils se connaissaient sûrement un peu. Après… Peut être que Elea la connaissait mieux sous le doux surnom de « Catastrophe Ambulante de Poudlard ». La fille qui arrivait à foutre le feu avec un Lumos ou à assommer des gens avec un Accio.

    ~ Le gnon dans le plafond de la salle commune, c'était moi

Ajouta-t-elle dans une petite grimace. Une histoire assez connue chez les Gryffondor mais dont la demoiselle n'était pas très fière. Un wingardium leviosa loupé et hop, le fauteuil avait foncé à toute allure dans le plafond, lui laissant un joli souvenir de son passage. La trace était restée là une semaine, le temps que le directeur de la maison ne le remarque et ne le fasse magiques disparaître. Il n'y avait maintenant plus aucune marque visible de l'incident, mais l'incompétence magique de Meg était restée longtemps sur les lèvres. À l'époque, la demoiselle avait été blessée par les commentaires et moqueries de certains de ses camarades, mais aujourd'hui elle arrivait à en rire.

    ~ Je ne sais pas comment t'expliquer mon acte sans passer pour la barjot de service...

Confessa-t-elle dans un sourire presque gêné. Elle fronça les sourcils, réfléchissant un instant à ce qu'elle venait de dire.

    ~ Tu me diras... Tu dois DÉJÀ me prendre pour une timbrée alors bon... Allons-y gaiement !

Au moins, elle en avait conscience... C’était sans doute un premier pas vers une démarche d’amélioration, même si cette dernière ne semblait pas au programme tout de suite.

    ~  En fait j'essaie de rendre jaloux mon ex. Enfin techniquement j'essaie surtout de lui faire croire que j'en ai plus rien à foutre de lui et que je suis passée à autre chose... Et c'est la première chose qui m'est venue à l'esprit

Elle esquissa un sourire désolé pour le pauvre Eleazar qui jouait un peu les dommages collatéraux de sa mission loufoque. Elle n’était pas fière de mêler de pauvres inconnus à sa gueguerre avec Rubens, mais comme toujours, l’impulsivité de la demoiselle lui jouait des tours. Dès qu’elle était un peu en colère, elle agissait sans réfléchir –déjà que d’habitude ses actes n’étaient pas amenés par une grande réflexion….

    ~ Ça me paraissait malin sur le coup, je n'ai pas vraiment pensé à l'APRES mission-baiser...

Meg fronça les sourcils, réalisant qu'elle s'était essentiellement fichue dans la panade avec cette histoire. Comment allait-elle justifier le fait que le type qu'elle avait embrassé s'amusait maintenant à la fuir comme la peste ? Si Rubens apprenait ça il allait se moquer d'elle pour les siècles à venir, et plus encore. Alors qu'elle imaginait déjà son avenir en mode scénario catastrophe, une idée germa dans son esprit. Bon, c'était ce qu'on pouvait appeler un "long shot", parce que c'était partir du principe qu'Eleazar n'était pas TOTALEMENT traumatisé par elle.

    ~ Dis voir... Tu voudrais pas m'accompagner à la soirée Jaune et Noir ce soir ?

Ouais, tout de suite, se faire proposer ça par la fille qui venait de vous sauter à la bouche, c’était très tentant. A part une paire de seins, Megara n’avait pas beaucoup d’arguments pour convaincre Elea, et comme elle n’était pas encore adepte du Boobs Exhibition, c’était plutôt mal barré pour elle. Boucles brunes avait probablement intérêt à le rassurer avant tout si elle voulait espérer le trimballer là bas avec elle.

    ~ Promis, on s’amusera bien ! Et… pas de galochage !

Ça lui paraissait être la promesse de base si elle voulait espérer gagner la confiance de cette petite biche si facilement effrayable. Bon et puis... Ce n'était comme si elle était atteinte de galochite-aiguë -cette maladie magique poussant les gens à galoches tous ceux qui les entourent de manière effrénée- ne pas sauter sur Eleazar, c'était dans ses cordes.

Après, elle n'avait pris aucun engagement quant aux gentils petits baisers tous mignons tous chastes...
© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Jeu 2 Oct - 22:06


Ah, l'amour avec un grand A... Comme Arnaque !
Megara ~ Eleazar



Chaque chose en son temps… mouais. Visiblement, pour Meg, les présentations étaient plus urgentes qu’exposer les raisons de ses actes surprenants. Si Elea ne voyait pas les choses ainsi, l’inconnue ne lui laissa pas bien le choix de l’ordre des priorités.

Serpentard…Le jeune sorcier leva les yeux au ciel lorsque la remarque de Meg tomba comme une petite gifle. Ça n’était pas la première fois qu’on assimilait son prénom au nom de l’auguste fondateur de la maison des Verts, et Eleazar n’appréciait pas franchement la comparaison. En première année, ça le faisait presque pleurer quand c’était entrecoupé d’autres moqueries. Il faut dire qu’avant Salazar, son nom avait déjà subi de nombreuses railleries à l’école moldue (pauvre petit nom ‘_’). Avec les années, il s’était rendu compte que ça aurait pu être pire et qu’il y avait des rimes moins honorables que celle-ci. Il grimaça un coup et inspira pour répondre avant de se raviser et de soupirer. A quoi bon de toute manière expliquer à cette fille qu’il n’aimait pas être associé à un Serpentard, il ne la connaissait même pas.  

« Et bah.. Enchanté, Meg. Heureux de pouvoir mettre un visage... et un baiser sur le trou du plafond !  »

Lâcha-t-il non sans une pointe d’ironie alors que la brune détaillait ses exploits. Ils étaient arrivés aux oreilles d’Eleazar bien sûr, personne n’avait pu louper le gnon au plafond et les rumeurs l’avaient bien vite assailli. Il avait donc à faire à une brute dotée d’une impulsive, chouette alors. L’évocation eut tout de même le mérite de lui décocher un sourire amusé. On racontait qu’elle avait fait ça sur un coup de tête, qu’elle avait loupé un sort et que c’était arrivé par maladresse. Voilà qui attirait la sympathie de notre sorcier à l’adresse légendaire. Elea avait horreur des gens d’apparence trop parfaite, ceux qui réussissaient toujours tout bien sans une bavure. Un point de plus au capital sympathie de la jolie brune, pas de quoi compenser le baiser surprise, mais c’était déjà un mieux.  

Les explications tant attendues se firent désirer un bon moment. Visiblement, la dénommée Meg avait un mal fou à les délivrer. Pendu à ses mots, le brun la regardait d’un air perplexe. Oui, il la prenait un peu pour une folle. Il acquiesça d’un signe de la tête alors qu’elle se perdait dans ses tentatives d’explication. Plus exactement, pour l’instant il l’avait assimilée à une furie, puis à une brute lorsque ses maladresses avaient été dévoilées.

Et soudainement il la prit pour… une désespérée ? Ce qui eût le don de le faire rire. C’était l’excuse la plus improbable –et oserait-on dire la plus pourrie ?- qu’Eleazar puisse entendre. Non pas qu’il se soit attendu à une déclaration d’amour, le Gryffondor n’imagina pas un instant que ce puisse être par attirance que la dénommée Meg l’avait embrassé, mais on aurait pu envisager quelque chose de plus usuel, comme ce fameux défi.

« Tu m’as embrassé pour faire croire à ton ex que t’es maquée ? Sérieusement ? »

Un sourire non dissimulait se lisait sur son visage. Qu’en penser ? Il hésitait entre le coup de génie et le désespoir. Non, à bien y penser, c’était pourri comme raison.

« T’aurais pas pu trouver mieux ? J’veux dire… je sais pas, c’est pas crédible. Tout le monde le sait ici que j’ai pas de copine, fallait peut-être un mec plus…. Convaincant ! Tout le monde va juste croire que t’as fait un défi débile ! Personne va y croire à ce baiser, j’suis pas… foutu pour avoir une copine comme toi. »

Eleazar et sa légendaire confiance en lui.. Il omit d’ajouter qu’en plus de ça, il avait une réputation de gay. Ce n’était pas la peine d’aggraver le tableau et puis Meg était peut-être déjà au courant. Si elle ne l’était pas, tant mieux, il ne portait pas cette réputation dans son cœur. Le pire dans tout ça, c’est qu’il avait presque de la peine et de la compassion pour Meg. Foncièrement, il aimait bien aider les autres, et la furie paraissait on ne peut plus sincère dans ses explications, à tel point que le sorcier ne douta même pas une seconde de leur véracité. Il faut dire aussi qu’il doutait rarement de la véracité des choses. Mais elle n’avait vraiment pas choisi la bonne personne pour rendre une relation crédible aux yeux des autres élèves et de ce supposé ex. Ça n’était pas demain la veille qu’il aurait une vraie copine et tout le monde le savait.

Visiblement, cet avis n’était pas partagé par Meg, qui évoquait déjà la suite des évènements. L’ « après-baiser » comme elle l’appela. Drôle d’idée. Jusqu’à présent, Eleazar pensait que la petite mascarade s’arrêterait là. Elle lancerait une rumeur plus ou moins crédible, rendrait jaloux l’ex-copain de cette fille, point barre. Mais Meg ne voyait visiblement pas les choses ainsi. De là à faire le lien avec la fête en l’honneur de la maison Poufsouffle, il n’y avait qu’un pas… qu’il aurait préféré ne pas voir franchi.  

Elea grimaça lorsque l’inconnue –qui n’était plus si inconnue que ça- évoqua la fête organisée le soir-même. A vrai dire, il n’avait pas prévu de s’y rendre, et n’avait pas non plus prévu de dire à quiconque qu’il n’y serait pas. Ce genre de soirée, c’était vraiment pas sa tasse de thé, et ça avait le don de le mettre terriblement mal à l’aise, c’est-à-dire plus mal à l’aise encore qu’il ne l’était en temps normal. D’ailleurs, bizarrement, en cet instant il n’était pas si mal à l’aise que ça. Il aurait pu l’être, mais il faut croire que le côté excessivement naturel de Meg le détendait quelque peu.

Maiiiis la soirée.. fallait quand même pas pousser. La demande parvint tout de même à lui décocher un sourire, ce qui compte tenu de la situation était plutôt positif.

« A la soirée? Ben.. euuuh…

Quelques petits hésitations, jusqu'à ce que le message percute son cerveau.

Attends… Tu veux quand même pas que j’me fasse passer pour ton copain, ce soir ? »

Il lui avait quand même fallu quelques secondes pour tilter que non, Meg ne l'invitait sans doute pas à la soirée par charité. Il faut dire que la situation avait tout d'improbable, à commencer par une copine. Vraie ou fausse, ça relevait dans tous les cas du domaine de l'impensable.

« C’est que… j’avais pas trop dans l’intention de… y rester à cette soirée. »

Voir même d’y aller tout court. Mais bon, ça, c’était sous-entendu. Il y aurait sans doute à cette soirée tout un tas de gens qu’il ne comptait pas voir, à commencer par son ex-pote Rubens qui l’avait encore ignoré le matin même alors qu’ils se croisaient –en même temps, dur dur de ne jamais se croiser dans le dortoir-, et une myriade de gens qui le prenaient pour un loser et ne manqueraient pas de le lui faire remarquer. Ces gens-là ne loupaient jamais les occasions comme la fête de ce soir. Le brun fronça les sourcils, levant le visage vers Meg.

« Donne-moi une bonne raison d’y aller avec toi… une valable hein ! Et j’irai peut-être.. »

A bien y réfléchir, c’était peut-être une aubaine de rendre service à cette fille-là. Eleazar ne voulait pas se rendre à la soirée parce qu’il y serait seul, mais… s’il y allait accompagné, et en plutôt bonne compagnie parce qu’il ne fallait pas se mentir, Meg était mignonne,  ça changeait peut-être la donne. D’un autre côté, c’était un peu abusé de la part de cette fille de lui demander un tel service. Non mais elle venait déjà de l’embrasser sans lui demander sans avis pour rendre jaloux un ex (tu parles d’un honneur), et du coup il lui avait rendu un grand service de force en ne se débattant pas –trop- et il fallait d’emblée qu’il lui en rende un autre sans même un merci. Il n’aurait su dire pourquoi, mais ça sentait un peu l’arnaque.



Sauney de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 604
Galions : 395
Âge : 16
Classe : 6eme année
Avatar : Zoey Deutch
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Mer 8 Oct - 18:48



Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque


Le point positif, c'était que Elea semblait un peu se détendre, décrochant plus facilement un sourire et même... Un rire ! A croire que l'approche désarmante de la lionne faisait finalement mouche. Incroyable mais vrai !

Le point négatif, c'était que maintenant il se fichait carrément d'elle. Heureusement que la mini-brute ne s'offusquait pas facilement, sinon il aurait pu la vexer.
Elle fronça néanmoins un peu les sourcils alors qu'il lui demandait si elle était sérieuse. Ce serait, d'après elle, un drôle de sujet pour plaisanter, mais Eleazar semblait trouver cela très drôle.

    ~ Woh, qu'est-ce que t'as contre les gens célibataires ? J'ai pas de copain non plus j'te signale ! Enfin tu t'en doutes sinon on ne serait pas là...

Répliqua-t-elle, refusant de se faire considérer comme une loser parce qu'elle n'avait pas de copain. Mieux valait être seule que mal accompagnée et après Rubens, Meg savait de quoi elle parlait quand elle invoquait ce dicton.

    ~ Et les gens croient ce qu'on veut leur faire croire

Ajouta-t-elle, un sourire polisson s'étalant sur ses lèvres. Le premier jour, la moitié croirait au coup de foudre et l'autre moitié au pari. Si à partir du lendemain on ne voyait plus jamais Meg et Elea ensemble les convaincus se rangeraient bien vite du côté des pro-pari. A l'inverse, les pro-pari seraient bien obligés d'admettre qu'ils avaient tort si l'histoire perdurait. Mais pour cela, encore fallait-il que cela perdure...

C'est là que la soirée Jaune et Noir faisait sa grande entrée. Quoi de mieux que de confirmer cette curieuse alliance le soir même ? Évidemment, il restait un vague obstacle sur la route de la victoire de Meg : il rimait avec Salazar et n'avait visiblement pas la moindre envie de participer à ce superbe événement.

Cela dit la question dériva bien vite de sa volonté à venir vers le pourquoi Meg l'incitait à pointer le bout de son nez. Pas gênée pour deux sous, Boucles Brunes lui offrit son plus beau sourire.

    ~ Oh allez quoi, ça peut être fun !

Pour sur, tout le monde n'avait pas les mêmes hobbies, et jouer les dix petits copains n'était probablement pas sur la liste des loisirs de tout un chacun... Mais Meg ne perdait pas espoir de convaincre Eleazar de jouer le jeu. Et si sa victime l'ignorait encore, il allait très rapidement comprendre que Megara avait largement surpassé la mule en matière d'entêtement. A ce stade in pouvait changer l'expression en "têtu comme une Meg".

En attendant, ce n'était pas en refusant d'avancer et faisant sa mauvaise tête que la demoiselle allait convaincre son potentiel compagnon de justement assumer ce rôle. Il allait falloir qu'elle dégaine de meilleurs arguments.

    ~ Ok futur Casanova, laisse moi t'expliquer la théorie des relations amoureuses...

Lança-t-elle, posant ses mains sur les épaules d'Elea, s'exprimant d'un ton expert. On aurait presque pu croire que Meg avait collectionné les relations à l'entendre parler avec tant d'assurance, alors que pas du tout. Comme quoi, quand on vous dit que c’est ceux qui en savent le moins qui en disent le plus…

    ~ Un mec célibataire trop longtemps n'intéresse pas les filles. Elles se disent que s'il est tout seul c'est qu'il doit bien y avoir une raison et ne cherchent donc même pas à le connaître ... Bref, cercle vicieux du célibat. Ouais les filles sont parfois débiles, je te l'accorde....

Elle disait cela comme si elle n'en était pas une, de fille... Il était vrai que and sa façon un peu bourrue de traiter les gens, son côté un peu rustre et sa tendance à se bagarrer, elle faisait un peu garçon manqué. Paradoxalement, on n'avait jamais vu pareille passionnée de mode au sein de Poudlard. Meg rêvait d'ailleurs de lancer la première ligne de haute couture magique, fortement inspirée des grandes marques de couture moldues. Un étrange mélange de masculinité et de féminité, le tout assaisonné d'essence de Troll à en croire les commentaires peu flatteurs de Rubens. Qu’importe au fond, Meg traînait avec des filles, alors même si elle n’avait pas l’air d’en être une de temps à autre, elle connaissait malgré tout toutes leurs histoires.

    ~ À l'inverse un mec avec une copine commence à attirer l'attention. Les autres nanas se disent qu'il doit être intéressant puisqu'il en a convaincue une. C'est profondément mal fichu, mais c'est comme ça que ça marche.

Rubens, par exemple, avait visiblement semblé très attirant aux yeux de quelques greluches alors qu'il était en couple avec Meg. Et c'était ainsi que son supposé petit copain ne s'était pas gêné pour aller voir ailleurs si elle n'y était pas et pour la tromper au passage. Une histoire qu’elle avait du mal à digérer encore après tout ce temps et qu’elle avait pris la mauvaise habitude de radoter.

    ~ Et toi mon grand...

Reportant toute son attention sur Eleazar, elle posa son index au niveau de son sternum, appuyant pour marquer l'importance de ses paroles.

    ~...toi il faut que tu rentres dans le cercle vertueux

Conclut-elle, le regard brillant. Elle s'impressionnait elle-même tant son laïus tenait la route, pour une fois. Si elle n'était pas deja convaincue, son petit speech aurait achevé de la persuader de la logique de son plan. Evidemment, Meg avait une manière bien à elle de raisonner, et il n’était pas dit que sa cible se laisse si facilement persuader. La demoiselle espérait bien que oui car honnêtement, après ça, elle était un peu à court d’argument… Il ne lui resterait plus qu’à s’accrocher au mollet du Gryffondor comme un roquet à son os et de refuser de le lâcher jusqu’à ce qu’il accepte de l’accompagner. Un brin pathétique.

    ~ Alors voilà ... Si tu m'accompagnes ce soir tu envoies un message à toutes les filles. "Eh ouais j'ai une copine, vous savez pas ce que vous loupez

Lâchant ses épaules, elle colla ses points sur ses hanches, un sourire plein d'assurance collé aux lèvres, l'air de dire « Allez, c’est imparable comme technique ». Elea n’avait pas l’air d’être le genre de type à sauter de joie en criant « C’est parti mon Kiki ! », et pour tout dire la brunette s’attendait avant tout à recevoir un air sceptique en guise de réponse, mais un air sceptique était toujours plus prometteur qu’un non catégorique –même si clairement la négation définitive ne semblait pas non plus tout à fait dans son style.

    ~ Si tu veux je peux même glisser un mot sur tes talents de galocheur à mes potes

Elle lui adressa un sourire en coin pour signaler qu'elle plaisantait, espérant que ça ne le dissuaderait pas de ramener ses fesses. Et encore, Meg était restée soft sur la taquinerie, elle avait bien failli suggérer de vanter un peu plus que son galochage, mais s'était abstenue songeant que ca allait davantage le faire fuire que le faire venir.
© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Jeu 9 Oct - 19:30


Ah, l'amour avec un grand A... Comme Arnaque !
Megara ~ Eleazar



C’était au tour d’Eleazar de se sentir con. Ou plutôt non, puisque Meg ne s’était apparemment pas sentie stupide lorsque le lion avait ri de son explication. C’était donc ENCORE au tour d’Elea de se sentir con, deux tours de suite quel chanceux, Meg avait passé le sien. Voilà que Meg lui expliquait les relations amoureuses, en commençant par le b.a-ba. Le sourire du jeune sorcier, résidu du fou-rire provoqué par le désespoir amoureux de Meg, s’effaça à mesure qu’elle lui balançait de manière ultra-sérieuse ses explications. A bien y réfléchir, ce n’est pas tant qu’il se sentait con, c’est qu’il sentait qu’elle le prenait pour un con. Et ça ne lui plaisait pas trop. Il tenta un

« Merci mais j’ai pas vraiment besoin de… »

… Ces explications mais Meg ne le laissa pas finir sa phrase, emportée par sa soudaine pulsion pédagogique. Et même s’il avait pu finir sa phrase, aurait-ce été pertinent ? Elea estimait ne pas avoir besoin de leçons. Il leva même les yeux au ciel pour faire comprendre que ça lui déplaisait. Maiiiis… a bien y réfléchir (quoi que la réflexion n’avait pas besoin d’aller chercher trop profond) il n’était pas vraiment un expert en amour. Il était même plutôt.. euh… ben plutôt rien du tout en amour, si on se fiait à ses non-relations passées. Du coup, non sans un air de contrariété, il laissa Meg finir ses explications –de toute manière, elle ne lui avait pas franchement demandé son avis pour les exposer et ne semblait pas avoir besoin de son consentement pour les poursuivre –en même temps, elle n’avait pas l’air trop du genre à avoir besoin de consentements pour quoi que ce soit– –.

Son sourire revint lorsque Meg développa son explication de mecs maqué plus attirants. C’était totalement stupide. Il n’avait jamais été plus attiré par une fille parce qu’elle était en couple. A l’inverse même, il ne prêtait pas d’attention aux filles en couple puisqu’elles étaient directement rangées dans une petite case « non disponible ». Oui mais il était un mec et qui plus est il était lui-même, soit le mec avec la vie sentimentale la moins mouvementée de tout Poudlard. Même Casper, sa tortue à moitié amorphe qui pionçait dans sa poche, avait sans doute eu plus de relations amoureuses que lui. Alors peut-être il y avait-il plus approprié comme exemple. En plus, il n’était attiré par personne en ce moment, ce qui devait contrer à peu près toutes les théories de Meg. Mais tout de même, ne s’intéresser qu’à des mecs déjà en couple lui semblait totalement contre-productif. A croire qu’il ne comprendrait jamais rien à la logique féminine.

Cette histoire de cercle vertueux ne paraissait pas totalement dénuée de sens toutefois.  Y avait-il déjà réfléchi ? Pas vraiment. Il se posait bien peu de questions sur son célibat à vrai dire, mettant tout sur sa réputation plutôt mauvaise et son étiquette de loser clignotant en orange fluo sur son front. Et quelque part, ça lui allait plutôt bien ainsi.

« Mais justement, j’ai rien contre les célibataires ! »

Il parvint enfin à lancer ce cri du coeur quand Meg le laissa en placer une. Son corps se décrispa un peu lorsqu’elle cessa de le tripoter de partout pour revenir caler ses mains sur ses hanches à elle.

« J’suis très bien comme ça, ça me va bien, j’ai rien demandé à personne et j’ai… pas forcément envie d’envoyer un message ! »

L’assurance dans sa voix perdit de sa superbe sur la fin de sa phrase. Il affirmait avec ténacité aimer être seul et célibataire. Mais c’était surtout la voie de la facilité qu’il choisissait de ce fait. Au fond, il n’aurait peut-être pas été totalement contre ne plus être seul.

Avant que Meg n’ait le temps de réagir à nouveau, le gryffondor lui attrapa les mains pour les garder à une distance raisonnable de ses épaules, son sternum, son visage, quelque partie de son corps que Meg n’avait pas encore atteinte et qu’elle souhaiterait utiliser pour arriver à ses fins. Il avait la vague impression depuis qu’une furie lui avait sauté dessus de ne plus être maître de ses propres décisions, ni même de son propre corps dont elle semblait disposer comme bon lui plaisait. Et ça, c’était hautement perturbant pour Elea, surtout en cet instant, alors qu’il devait prendre une décision. Aller ou ne pas aller à la soirée. Avec son air convaincant et son argumentaire de choc, Meg semblait déjà la lui avoir volée, la décision. Avait-il encore son mot à dire ? En tout cas, il avait besoin d’en avoir l’impression pour chasser cette sale sensation d’être manipulé.

« Je sais pas vraiment si c’est une bonne idée. Mais mettons que je t’accompagne, c’est à une condition… »

Une condition… Voyons voyons… Et voilà. Ses mots traînèrent un instant parce qu’il n’avait pas vraiment de suite à sa phrase. Simplement, il avait besoin de poser une condition pour ne pas avoir l’impression de se faire totalement manipuler –ce qui était quand même un peu le cas-. Il relâcha les mains de Meg, en surveillant qu’elles ne bondissent plus sur lui sans autorisation, et balaya la salle du regard dans l’espoir de trouver l’inspiration soudaine pour sa condition. Pas de miracle hélas, il n’avait en réalité rien à attendre de Meg. Quelques précautions s’imposaient toutefois.  

« Si ça se passe pas comme prévu, mal, ou..  même que j’en ai juste marre, je veux pouvoir partir quand je le souhaite. Sans que tu m’en empêches, ou que tu m’humilies, ou quoi que ce soit. Et je veux pas non plus qu’on s’approche trop des gens que j’ai pas envie de croiser. Ah, et en retour, tu me devras une faveur ! »

Il haussa les épaules.

« C’est la moindre des choses quand même, étant donné que j’viens de t’aider à lancer une rumeur et que j’vais t’aider à rendre ton ex jaloux ce soir ! »

Ok, c’était peut-être un peu plus qu’une seule condition. Mais il rendait un grand service à Meg visiblement, et si elle était désespérée elle accepterait sans doute. De toute manière, c’était dans son intérêt à elle. Si elle refusait, ça n’était pas Elea que ça lèserait. Il n’irait pas à la soirée et ça serait tout aussi bien.

« Ah, et j’veux pas que tu racontes à tes copines mes talents de galochage ! »

C’était dit non sans une pointe d’ironie, pour répondre à la pique de Meg, mais quelque part, il n’en pensait pas moins. Fallait quand même rester un minimum crédible. En plus, il n’avait absolument pas embrassé Meg, il s’était contenté de rester immobile et de tenter de ne pas lui cracher sa chocogrenouille passée de travers directement dans la glotte. Autant dire que niveau talent, il n’y avait pas mieux !

Une inquiétude lui traversa l’esprit alors qu’il était presque prêt pour le deal. Jouer les copains d’un soir ça allait peut-être être amusant après tout, il n’avait pas grand-chose à y perdre si on estimait que sa réputation gisait au plus bas. En revanche, s’engager sur une fausse relation à long terme, c’était une autre paire de manches.  

« Au fait, c’est ce soir que tu veux rendre ton copain jaloux hein ? Après on oublie ça, on rompt dans les règles de l’art et basta… C’est bien ça ? »




Sauney de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 604
Galions : 395
Âge : 16
Classe : 6eme année
Avatar : Zoey Deutch
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Dim 12 Oct - 16:18



Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque


Le pauvre Eleazar en prenait pour son grade. Et quand Meg commençait à parler, il n’y avait pas grand-chose ni grand monde pour l’arrêter. Véritable Diarrhée verbale, les mots ne cessaient plus, inondant le Gryffondor qui de toute évidence ne voulait qu’une chose : qu’on lui fiche la paix. Qu’on l’oublie. Qu’on le laisse dans son coin. Pas de chance pour lui, s’il y avait bien une chose que la brunette ne faisait pas, c’était laisser les gens dans leur coin. La nouvelle Patrick Swayze de Poudlard, très adepte du « Nobody puts Baby in a corner », l’adaptait à tous les vilains petits canards de l’école. Si elle le pouvait, Meg aurait déjà créé une SPL à Poudlard –Société de Protection des Losers. Un grand refuge pour tous les paumés de l’école qu’elle voulait prendre sous son aile, qu’ils le veuillent ou non d’ailleurs.

Alors quand en plus de sa quête de socialisation des ermites, les intérêts de la demoiselle s’y mêlaient, il était juste impossible de lui échapper. Pas de bol, Eleazar faisait partie de ces quelques chanceux –et il n’avait, en plus, rien fait pour cela.
Et lorsqu’enfin, il parvint à en placer une, après que son nouveau professeur de séduction ait terminé son cours, sa comparse de maison put sentir comme une forme de détresse. La demoiselle haussa les sourcils, le dévisageant comme si elle avait à faire à un OVNI. Il VOULAIT rester célibataire ? Quelle drôle d’idée. Non pas que Meg soit de son côté obsédée par l’idée d’avoir un copain –elle était trop obsédée par l’idée de régler ses comptes avec Rubens à vrai dire, ou trop occupée à jouer les justicières de fortune dans l’école- mais enfin, de là à ne pas en vouloir du tout, c’était une autre histoire.

    ~  Wow. Fallait le dire tout de suite si tu te destinais à une vocation monacale Frère Toc !

Répliqua-t-elle dans un sourire. Comme souvent, elle faisait allusion à des éléments moldus sans même s’en rendre compte ou même se demander si son interlocuteur allait saisir la référence. Ici, Frère Toc était un moine dans un dessin animé moldu un peu étrange où un Renard volait des sous aux animaux riches pour le donner aux bestioles pauvre… Robin des bois qu’il s’appelait le goupil. Meg s’identifiait d’ailleurs pas mal à lui : une méthode discutable et peu approuvée, mais partant d’un bon sentiment et avec un but louable. Et voilà qu’elle venait de trouver son Frère Toc –sauf que dans le dessin animé, Robin et Frère Toc ne vont pas à un bal ensemble.

Naturellement, avec son sous-entendu religieux, Meg n’était pas très subtile –mais connaissait-elle seulement la subtilité celle-là ? Elle voulait juste le bousculer un peu, lui faire remarquer que son discours sonnait un peu… vieux jeu. Mais après tout… elle ne connaissait pas Eleazar. Peut être était-il destiné à épouser quelqu’un que ses parents choisiraient et, en ce sens, il préférait ne pas s’attacher à d’autres filles avec qui il ne pourrait, de toute façon, pas finir sa vie ? Une jolie histoire avec un Damoiseau en détresse, comme Megara les aimait. Cela dit, elle avait probablement juste trop d’imagination.

Elle fut d’ailleurs tirée de ses histoires abracadabrantes par Eleazar lui-même qui venait de s’emparer de ses mains, sans doute agacé de les voir s’aventurer un peu partout. Meg avait tendance à gesticuler ET à être tactile. La plupart de ses amis ne lui en tenaient pas rigueur, mais le jeune Gryffondor n’était pas son ami, et il n’était probablement pas non plus habitué à ce qu’on le tripote –même au sens non-pervers du terme.
Et pourtant, malgré tout, les arguments de la demoiselle semblaient avoir trouvé leur chemin jusqu’au cerveau d’Eleazar, qui semblait sérieusement considérer faire une apparition à cette fameuse fête. Meg elle-même était surprise d’avoir réussi à le convaincre, tant il avait semblé…. Fermé à son discours. Comme quoi, Boucles Brunes sous-estimait son pouvoir de persuasion !

Une lueur victorieuse s’alluma dans ses yeux alors que le Lion reprenait la parole. Elle sentait que la bataille était presque gagnée, et ne put retenir un grand sourire de venir s’emparer de son visage. Il n’y avait plus qu’à valider cette condition. Honnêtement, Meg n’était pas contrariante. Elle pouvait être fatigante, épuisante même, surprenante, déconcertante, mais pas contrariante. Il pouvait bien mettre la condition qu’il voulait, lorsque la jeune fille avait quelque chose en tête, elle se démenait pour obtenir ce qu’elle voulait, et la présence de son comparse à cette soirée,  c’était ce qu’elle voulait.

La condition mit bien un siècle à tomber, tant et si bien que Megara se demanda un instant si Elea en avait véritablement une. N’était-il pas juste en train d’en inventer une histoire de la contrarier à son tour ? Elle espérait pour lui que non, car il n’y avait pas grand-chose pour la contrarier là tout de suite. Elle entendait déjà sonner les cloches de la victoire –De toute évidence, le concept de « ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer » était inconnu à Meg. Dans son cas, la demoiselle était même du genre à vendre une cape magique en peau d’ours avant d’avoir buté la bestiole et commencé la couture. Elle appelait cela avoir de l’ambition. Comme quoi, tout était dans la sémantique…

Il finit par réussir à formuler sa condition. Ou plutôt, SES conditions. Et voilà : donnez leur la main, ils vous prennent le bras ! Quel glouton brasovore cet Eleazar !
Heureusement pour lui, la brunette était dans de bonnes dispositions –d’autant que dans l’absolu ce qu’il lui demandait n’était pas grand-chose en comparaison du service qu’il allait lui rendre.
Hochant la tête avec énergie, elle s’empressa de lui répondre :

    ~  Dûment noté chef! Minute... Est ce que ça veut dire que je ne peux pas m'humilier moi-même étant donné que ca t'humilierait toi par dommage collatéral ? Parce que ça, ça va être compliqué ...

Dans la mesure où elle ne le faisait, évidemment, pas volontairement, c’était effectivement quelque chose de difficile à éviter. Le souci, c’était que Meg ne savait pas se tenir, particulièrement pas à des évènements de ce genre où il fallait être un minimum… classe. Evidemment, il ne s’agissait pas d’un gala, mais elle pouvait déjà voir la tête que ferait Rubens si elle se ramenait au bras d’un garçon habillée de manière très élégante, elle qui finissait toujours avec des trous ou des tâches sur ses vêtements. Tout le challenge serait de RESTER élégante et raffinée, et de ne pas trouer son collant en essayant de grimper quelque part, ne pas se renverser l’intégralité de la fontaine à jus de citrouille dessus, et autres péripéties tellement typiques chez la demoiselle. L’avantage, c’était que dès qu’il s’agissait de Rubens, Meg se démenait, quelque que soit le sujet. Le moins que l’on puisse dire, c’était que le jeune homme la poussait à se surpasser, mais pas toujours pour le meilleur et bien souvent pour le pire. Qu’importe, elle allait essayer de bien se tenir. Elle le devait bien à Eleazar qui acceptait de la suivre dans sa galère.

    ~  Adjugé vendu pour la faveur.  J’espère que tu es imaginatif

Ajouta-t-elle, un sourire amusé sur les lèvres. Elle était bien curieuse de voir quel genre de faveur ce drôle de garçon pouvait lui demander. Elle avait le goût du défi, et elle adorait les surprises, ça ne lui posait donc aucun problème. En revanche, elle espérait qu’il ferait preuve d’imagination et qu’il ne gâcherait pas sa faveur pour une demande banale et ennuyante.
Elle crut qu’ils avaient fait le tour des demandes annexes –et estima s’en être sortie pas trop mal- mais Eleazar avait visiblement une dernière chose en tête.

    ~  Rabat joie!

Répliqua-t-elle, taquine, en réponse à sa dernière demande. Une touche de plaisanterie, de toute évidence, il commençait à être un peu plus à l’aise. Il valait mieux s’ils allaient passer la soirée ensemble… Cela dit, sous cette couche d’humour, Meg sentait qu’il était plutôt sérieux sur le fond. Ca tombait bien, ce n’était pas franchement son genre d’aller raconter aux copains et aux copines les performances des autres. Elle trouvait ça juste irrésistiblement drôle de titiller le Lion sur le sujet, lui qui semblait si peu à l’aise avec ce genre de choses.
Comme pour clore ce marchandage, Meg lui tendit la main, attendant qu’il la serre en retour pour sceller leur pacte. Et cette fois-ci, elle attendit qu’il ne prenne sa main, ne le brusquant pas dans son espace personnel et ne lui sautant pas dessus.

    ~  Deal !

Déclara-t-elle en guise de conclusion.

La soirée s’annonçait… explosive. Mais ça, elle ne comptait pas le dire à Eleazar. Quelque chose lui disait que si elle aimait l’agitation et les surprises, le jeune homme était plutôt un adepte des soirées calmes… Mais il pouvait encore la surprendre, ceci dit.
Son dernier commentaire lui fit lever un sourcil alors qu’elle croisait les bras sur sa poitrine. Il n’avait pas encore passé 1 heure avec elle qu’il semblait déjà appréhender le reste… Ca promettait !

    ~  Ah bah tu m'étonnes que t'ais pas de copine si quand une fille te demande de sortir avec elle tu lui réponds "ouais mais juste pour ce soir alors !"

Rétorqua-t-elle avant d’éclater de rire. Elle aurait pu se vexer qu’il ait l’air si indisposé à l’idée de devoir jouer son copain plus longtemps, mais elle n’avait pas envie de se prendre inutilement la tête. Et puis, elle ne pouvait pas tout à fait lui en vouloir étant donné tout ce qu’elle lui avait déjà fait subir alors qu’ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes… En ce sens, il avait bien le droit d’être un peu inquiet ! Pour autant, cela n’allait pas empêcher la petite furie de le taquiner sur le sujet, c’était plus fort qu’elle.

    ~  Allez respire mon coco, tu ne finiras pas Prince en détresse prisonnier de ma tour de pierre pour les siècles à venir !

Si c’était censé le rassurer ? Sûrement. Meg avait une manière bien à elle de réconforter les gens, et Elea allait bien devoir s’en contenter. Il était sur le point d’expérimenter « Vis ma vie : 1 soirée dans la peau d’une tornade humaine », en espérant qu’il n’en ressorte pas trop secoué.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   Lun 13 Oct - 20:56


Ah, l'amour avec un grand A... Comme Arnaque !
Megara ~ Eleazar



S’il subsistait encore un doute possible, la référence moldue de Meg venait de l’anéantir : Megara le prenait vraiment pour un con. Bon, en réalité, ses doutes s’étaient déjà évaporés lorsqu’elle lui avait présenté ses théories sur les relations amoureuses. Rien d’étonnant toutefois à cette constatation, Meg n’était pas la seule à le prendre pour un con et si tant de gens pensaient la même chose, bien qu’il ne soit pas stupide, il n’y était sans doute pas entièrement pour rien. Evidemment, les références moldues ne lui échappaient pas, lui qui avait été élevé comme le plus parfait d’entre eux. Son regard blasé pouvait à lui seul trahir que non, il n’avait pas laissé le frère Toc s’échapper. Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça n’avait rien de flatteur. Non seulement frère Toc était un blaireau –ce qui était moins pire qu’un serpent, mais pour les moldus un blaireau c’était quand même pas top la classe- mais en plus il était moine, soit éternellement célibataire comme le sous entendait Meg. Et en plus de ça il croyait en dieu, ce qui du point de vue d’Elea comme de tout bon sorcier qui se respecte était une colossale perte de temps. Tant d’arguments qui valèrent un

« Héééé »

Bien placé –bonjour, j’ai 6 ans et on vient d’écraser mon château de sable- ainsi qu’une frappe, non violente précisons-le, sur les épaules de Meg. Ce n’était peut-être pas tout à fait absurde comme comparaison, mais c’était pas gentil. Et ce n’était pas tellement dans l’intérêt de Meg de ne pas être gentille, si elle voulait traîner son prince charmant de substitution à la soirée des Poufsouffle.

« J’ai pas dit que j’voulais rester éternellement célibataire et donner mon corps à un vieux qui existe pas. J’ai juste dit que .. »

Il avait dit quoi au juste ? Ah oui, qu’il était très bien comme ça, seul et célibataire. Mouais, finalement ça ne valait peut-être pas le coup d’être répété une seconde fois.

« Bref, peu importe. »

Voilà une conclusion qui s’imposait. Inutile d’aggraver son cas, ce n’était pas la peine que Meg le classe directement dans les ni-casés-ni-à-caser, si ça n’était déjà fait. Il n’avait pas trop envie que toutes ses copines, les même qui étaient supposées entendre parler de ses talents de galochage, pensent qu’il ne voulait pas être en couple. Voilà peut-être une bonne occasion de fermer son clapet qu’il avait semi-manquée, autant ne pas enfoncer le couteau dans la plaie.

A son grand soulagement, la conversation sur son potentiel statut de moine moldu fut bien vite écartée pour se concentrer sur l’essentiel : la soirée et ses conditions. Manque de bol, Eleazar avait rarement une imagination débordante lorsqu’il s’agissait d’improviser sur le tas. Il se contenta d’énoncer quelques règles essentielles de survie, qui ne devraient pas coûter trop cher à sa copine d’une soirée. Elle ne manqua tout de même pas de relever un détail qui fit froncer les sourcils du jeune sorcier. Trop de conditions dans une seule phrase. Son air perplexe ne dura que quelques fractions de secondes, avant qu’il ne conclue en souriant.

« Je parlais de m’humilier volontairement, tu l’as bien compris. »

Elle le prenait définitivement pour un con et jouait avec lui. Heureusement, il était de bonne composition et sa susceptibilité avait été perdue quelque part entre ses cinq ans et ses douze ans, jouant au loup avec sa dignité. Il n’avait pas bien peur des soit disant humiliations involontaires de Meg parce que lui-même était champion toutes catégories de la boulette incontrôlée. Encore que… lui n’avait pas déformé la salle commune avec un canapé volant. Finalement, il y avait peut-être pire que lui. C’était en tout cas à méditer.

Dès que Meg accepta ses conditions, Elea regretta de ne pas pouvoir retourner en arrière. Clairement, il n’avait pas demandé la lune en échange de ce que la furie lui demandait. Il se mordit la lèvre lorsqu’elle accepta, se disant qu’il aurait dû demander d’avantage. Il aurait pu… lui demander de l’aider pour ses cours –Elea était une quiche en potions, peut-être qu’elle ne l’était pas-, lui demander de l’aider à rencontrer quelqu’un tiens, puisqu’elle était visiblement experte en amour, lui demander à peu près n’importe quoi mais pas JUSTE de se barrer s’il le souhaitait. Après tout, il n’avait pas franchement besoin de l’accord de quiconque pour se barrer d’une soirée qui ne lui plaisait pas. Mais c’était un peu tard. Heureusement, il avait aussi demandé une faveur.

« Fais-moi confiance »

Lui promit-il accompagnant ses mots d’un clin d’œil discret. En réalité, il ne savait pas encore lui-même s’il se faisait confiance sur ce point, mais la faveur n’avait pas de date de péremption,  il avait donc tout son temps pour imaginer quelque chose qui lui serait utile.

A son tour, Eleazar tendit sa main et serra celle de Meg qui manqua de lui démonter le poignet. Il n’y avait pas de doute, c’était une brute et mieux valait-il l’avoir de son côté.

« Ça marche, deal »

Pendant qu’il récupérait sa main passée au serre-joint, Elea se surprit à se demander qui pouvait bien avoir été le petit ami de cette furie. Il s’imagina une espèce d’armoire à glace, haute comme trois Meg et large comme deux, et se surprit à sourire. Lui-même n’était pas frêle, mais pour contenir une telle énergie il fallait sans doute quelqu’un de bien plus costaud encore. Le lion se perdit un moment à faire un inventaire mental de Poudlard pour essayer de trouver l’ex-heureux élu. Les armoires ne manquaient pas, mais il ne parvenait pas à en visualiser une seule aux côtés de cette fille. Rien ne collait. L’un avait déjà une copine, l’autre était célibataire, le troisième n’était vraiment assorti avec elle. La pique de Meg le ramena sur la terre ferme. Encore une fois, elle le vannait sur son absence totale de copine.

« T’es la première fille à qui je demande ça. Un honneur, n’est-ce pas ? »

Il avait hésité entre se vexer une nouvelle fois et en rire, et préféra la deuxième option. Puisque cette soirée allait être placée sous le signe de la mascarade et de l’entourloupe, mieux valait-il garder sa bonne humeur. Il serait toujours temps de se défouler sur Meg plus tard si les choses tournaient mal. Et puis de toute manière, il était encore à moitié occupé à essayer d’imaginer Meg à côté de tous les mecs les plus costauds auxquels il pensait, et ça le faisait marrer. Assez pour ne pas relever que Meg avait élucidé sa question et ses inquiétudes sans vraiment y répondre. Ne pas finir prisonnier de ses griffes ne signifiait pas qu’il en serait débarrassé demain. Mais Elea prit la réponse pour argent comptant sans vraiment y faire attention. Il était trop impatient de voir la tête du costaud élu pour s’en préoccuper.

« On s’retrouve dans la salle commune dans deux heures ? Histoire d’y aller ensemble ? »

Elea était trop impatient aussi pour se préoccuper de sa tronche à lui. Parce qu’un costaud c’est bien rigolo de loin, mais il avait intérêt à ne pas être trop susceptible quand même. C’est alors qu’il se ressaisit. Hééé, minute. Si c’était un costaud de deux fois son envergure, était-ce bien raisonnable ? Il voulait bien rendre service à Meg mais avait moyennement envie d’être passé à tabac pour si peu. Par Merlin, dans quoi s’était-il embarqué encore ?

« Hé attends… »

Eh… flute, elle était déjà partie. Et le deal avait été validé. Il ne restait plus qu’à prier pour que son imagination débordante aux mauvais moments ait fait fausse route et que l’ex de la furie ne soit pas aussi terrifiant qu’il ne l’imaginait. Après tout, les opposés s’attirent non ? Peut-être était-il aussi doux qu’une colombe..




Sauney de Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ah, l'amour avec un grand A ... comme Arnaque [Elea ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Premier étage-