Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 5 Jan - 17:43



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Les études de medicomagie étaient loin d’être une sinécure, le travail demandé par les professeurs était ardu et constant, contrairement à beaucoup d’autres filières le travail étaient principalement théorique et la pratique ne prenait pas la place la plus importante dans le cursus. Il était bon d’avoir une bonne mémoire et de ne pas rechigné à mettre le nez dans les grimoires. Mais tout cela ne dérangeait absolument pas Simon Thornquill qui depuis son arrivée à Poulard c’était montré un travailleur constant et acharné. Il n’était donc pas rare de le croiser à la bibliothèque, une quantité de plumes et de parchemins à ses côtés, travaillant des heures durant sans se fatiguer.
Comme en cette après-midi, il était attablé face à un vieux document traitant de sa matière favorite, l’Alchimie.
Un peu à l’écart sur une table en vieux chêne, dans un coin de la bibliothèque assez éloigné de là où se trouvaient ses camarades afin d’être quelque peu tranquille, il s’appliquait à recopier avec exactitude les longues formules qui pouvait permettre de transformer le bois en métal.
A cette même table, face à lui, ce trouvait Alexandra Mordoch, si il n’était pas rare de les croiser ensemble, les deux sorciers n’affichait pourtant pas leur amitié à grand coup de sérénade ou de démonstration d’affection. Ils appréciaient cette proximité qui était la leur et savaient se montrer affectueux à leur manière.
Lexie n’était pas concentrée cette après-midi, Simon n’avait pas besoin de lever les yeux de son devoir pour le remarquer, depuis qu’ils étaient installés elle avait à peine écrit deux mots sur son parchemin et elle tournait de manière irrégulière et distraite les pages de son livre. Faisant ainsi de petit bruit de friction de papier qui agaçaient particulièrement Simon bien qu’il ne lui en disait rien. Pas besoin de paroles entre eux, il suffisait d’un regard, d’un geste pour qu’ils se comprennent, et Simon comprenait que quelque chose se tramait dans l’esprit de la Poufsouffle.
Continuant de gratter son parchemin avec sa plume, le sorcier s’efforçait de ne pas prêter attention à la distraction que Lexie représentait.

« - Alexandra si tu n’es pas là pour travailler ferme ce livre, tu me déconcentre. » souffla t’il dans un soupire.

Prenant soin de ne pas regarder la Mordoch, Simon continua son travail, sentant d’un seul coup une tension teinté de gêne à leur table, il ne savait si cela venait de lui ou d’elle, mais il pouvait la ressentir impalpable et pourtant présente.
Malgré toutes les différences et toutes les idéologies qui les séparaient, le jeune Thornquill tenait à elle, dès la première fois qu’il l’avait vu elle avait réussi à susciter en lui curiosité et attention, ce qui était déjà en soit un exploit, peut-être car elle était si différente du reste de sa famille, tout du moins aux yeux du vert et argent. Ils étaient liés et pourtant si distant, mais aux yeux de Simon c’était certainement mieux ainsi après tout.
Excédé, Simon reposa sa plume et passa une main dans sa tignasse bouclée. C’était rare qu’il perde ainsi le fil lors d’un devoir, mais il s’agissait d’Alexandra, et Alexandra avait plus d’un pouvoir sur lui, bien qu’il ne veuille pas l’avouer et surtout pas à la concernée.
Il releva le visage, portant ses yeux clair et profond d’oiseau sur la Poufsouffle, à la fois dur et soucieux.

« - Bon, qu’est ce qui se passe ? » demanda t’il son regard puissant scrutant le moindre renseignement pouvant émaner du si joli visage de la sorcière.

Simon n’était pas certain d’avoir la patiente de l’écouter, son devoir accaparait toute son attention et il désirait le terminer aujourd’hui. Mais si c’était pour passer le reste de sa soirée à se demander ce qui arrivait à Lexie, cela le déconcentrerait encore plus par la suite alors autant mettre carte sur table, et il espérait que la jaune et noir avait une bonne raison d’être si distraite, car autrement il remettrait plus vite qu’à son tour son nez dans son grimoire.


 
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Mar 7 Jan - 13:28

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
S’il y avait bien un lieu où Lexie Mordoch ne se sentait pas à sa place, c’était ici, dans la bibliothèque. Trop silencieux. Elle avait l’impression que rien que le bruit de sa respiration pouvait gêner ses voisins. Chacun de ses mouvements résonnaient dans la pièce, que ce soit une page qu’elle tourne ou le bruit se plume grattant son parchemin, il lui semblait que tous ses faits et gestes étaient amplifiés. En général, elle essayait donc de rester le plus immobile possible pour ne s’attirer les foudres de personne, et surtout pas de Simon avec qui elle avait l’habitude de venir par ici. Et il faut dire que c’était compliqué, les chaises de la bibliothèque étaient aussi très inconfortables, et Lexie, qui avait l’habitude de travailler dans l’ambiance cosy de la salle commune des Poufsouffles, avait quelque peu du mal  à se concentrer dans un pareil endroit. Surtout qu’elle avait mal aux fesses et qu’elle mourrait envie de le crier mais c’était impossible, à moins d’avoir envie de se mettre Simon à dos.

Aujourd’hui plus qu’un autre jour, la Poufsouffle avait encore plus de mal à se concentrer. Elle tournait frénétiquement les pages d’un vieux grimoire sur l’histoire de Quidditch à Poudlard, ne se souciant même plus du bruit infernal qu’elle faisait. Rien dans tout ce qu’elle lisait ne l’inspirait. En fait, elle n’arrivait pas à décoller son attention de Simon. Il était assis à la place juste devant et contrairement à elle, il était particulièrement appliqué dans son travail. Lexie n’avait fait que griffonné deux trois phrases qu’elle avait ensuite barré. Elle aurait voulu demander conseil à son ami, mais elle savait que c’était une mauvaise idée. Quand il étudiait, il fallait tenir ses distances, sinon il était capable de vous mordre ! Lex lui lançait sans cesse des coups d’œil nerveux, continuant à tourner ses pages sans se soucier du bruit qu’elle faisait. C’était vraisemblablement une manière pour elle d’attirer l’attention de son voisin, même si elle ne l’avouerait sans doute pas. Pourquoi n’allait-elle pas lui parler directement après tout ? Eh bien ce n’était pas comme cela que ça se passait entre Simon et Lexie. Ils étaient proches, c’était incontestables même, mais pourtant une grande distance existait entre eux. Ils n’étaient pas du genre à se montrer leur affection, ni à partagés leurs sentiments. Un regard pourtant suffisait parfois pour qu’ils se comprennent, mais Lexie attendait plus qu’un simple regard, plus que ce silence qui s’interposait entre eux deux.
C’était sans doute l’une des raisons qui rendait Lexie si nerveuse aujourd’hui. Depuis tout à l’heure, elle se creusait le crâne pour savoir comment aborder ce genre de sujet avec Simon, mais rien ne lui venait en tête. En fait, rien que l’idée d’avoir ce genre de discussion avec lui la mettait dans tous ses états. Alors elle se contentait de tourner bruyamment les pages de son livre, espérant sans doute que le Serpentard finisse par s’adresser directement à elle.

Cela ne manqua pas, mais ce n’était pas vraiment ce à quoi Lexie s’attendait. Elle obéit néanmoins au Serpentard, se décidant à fermer son livre d’un coup brusque. Tentant de signaler par ce geste qu’elle était vexée. Car c’était bien ce qui venait de se produire : Simon l’avait vexée. Boudeuse, Lexie se mit à tenir sa tête entre ses mains, fronçant les sourcils, mais n’osant pas pour autant lever le regard vers Simon.
Il l’avait même appelée Alexandra. En fait, personne ne l’appelait comme cela à part Simon. Si bien que Lexie avait toujours eu l’impression qu’il s’adressait à elle comme à une inconnue. Ou alors elle avait aussi l’impression d’entendre son père, quand il lui faisait une remontrance il l’appelait toujours Alexandra, comme Simon venait de le faire.
Elle n’eut même pas à dire un mot pour qu’il comprenne qu’il venait de créer une tension entre eux. Aussitôt, il lui demanda ce qui se passait. Enfin. La question qu’attendait Lexie depuis tout à l’heure. Mais maintenant qu’il la lui posait finalement, elle ne savait plus quoi répondre.

« Rien, Mr Thornquill, rien ne se passe du tout justement. »

Dit-elle dans un premier temps d’un ton froid, tout en prenant soin de l’appeler par son nom de famille, afin de l’imiter. Elle savait que ce n’était pas un truc à dire à Simon, il allait sûrement hausser les épaules et se reconcentrer ni une ni deux sur son devoir. Et alors tous les efforts de Lexie auraient été vains. Comprenant que c’était une mauvaise idée de ne donner que cette brève réponse, Lexie continua finalement :

« Je ne comprends même pas pourquoi tu m’appelles comme ça. Tu sais que même le Professeur McGonagall m’appelle Lexie ? Pourtant je peux t’assurer que je ne suis pas pote avec elle, non au contraire, d’ailleurs je crois même qu’elle ne m’aime pas des masses, à cause du reste de ma famille sans doute, mais… Là n’est pas la question. Pourquoi tu t’obstines à m’appeler Alexandra ? J’ai l’impression d’être une inconnue à tes yeux. »

A ces derniers mots sa voix se brisa. Une chose à savoir sur Lexie, c’était qu’elle pouvait se montrer très émotive. Un rien la blessait. Là, apparemment, c’était l’attitude de Simon vis-à-vis d’elle qui lui faisait du mal, et malheureusement la petite pouffy n’était pas vraiment douée pour cacher ses sentiments.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 12 Jan - 20:08



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Lexie Mordoch lui faisait face, son visage mutin changeant d’humeur et se tordant dans tous les sens à mesure que les secondes passaient. Elle ne pouvait rien lui cacher, elle n’avait jamais réussit à lui cacher quoi que ce soit d’ailleurs. Depuis leur rencontre leur relation c’était complexifié, mais ni l’un ni l’autre n’arrivait à l’avouer, et si un simple battement de sourcils pouvait en dire long au jeune sorcier sur sa camarade, il suffisait d’un léger frémissement de lèvres de la part du Serpentard pour que la Poufsouffle sache ce qui se passe derrière sa tignasse bouclée. C’était aussi pour cela que Simon tentait le plus souvent de rester le plus calme et impassible possible face à elle, ne réussissant jamais à être séparé de Lexie bien longtemps, un manque étrange se créant dans sa poitrine chaque fois qu’il se rendait compte du temps passé loin d’elle, mais il ne pouvait se permettre de laisser son être se dévoiler devant la jolie sorcière, autant pour son bien à lui mais aussi à elle.
La jaune et noir n’était pas de bonne humeur, il suffisait d’entendre le ton qu’elle utilisait face à lui et cette manière appuyé d’utiliser son nom de famille afin de le nommer. Arquant un sourcil Simon était près à reprendre son travail, après tout si il ne se passait rien ce n’était pas forcément une mauvaise chose, le calme et la banalité ne faisait de mal à personne en soit, et le Serpentard n’était pas de ceux qui recherchaient à se faire remarquer dans le simple but de passer le temps. Soupirant doucement il glissa sa main vers sa plume. Mais la voix de Lexie se fit de nouveau entendre et il suspendit son geste, gardant ses yeux posés sur le visage aux traits mutins de la Mordoch.
Elle n’aimait passer du temps à la bibliothèque et si elle faisait l’effort de s’asseoir sur ces chaises c’était avant tout pour passer du temps avec lui, le sorcier en était conscient, et il savait aussi que le peu d’intérêt qu’il pouvait lui porter lorsqu’il était en train d’étudier pouvait la blesser, mais elle le connaissait et bien qu’elle se montre boudeuse, au fond Simon savait qu’elle avait comprit que ses études passaient avant toutes choses.
La conversation dévia alors et pris un tournant que Simon n’attendait pas, qu’est ce qui pouvait bien se tramer dans l’esprit de la Poufsouffle et pourquoi ramenait-elle ce sujet sur le tapis, ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’il l’appelait ainsi, déjà qu’il lui avait fallut un temps considérable pour ne plus l’appeler « Mordoch », et bien qu’aujourd’hui il soit plutôt content de ne plus utiliser le patronyme de la jeune femme, ce nom rappelant trop le souvenir de toute cette bande de joyeux-lurons-empêcheurs-de-tourner-en-rond qui trainaient ou avait trainé dans Poudlard, Simon ne voyait vraiment pas en quoi appeler une personne par son prénom et non par le pseudonyme que tous le monde employait sans distinction était une mauvaise chose.
Lui-même était attaché à son nom, il en était fier, comme il était fier de ce nom de famille qui portait pourtant tant de connotations aux yeux du monde magique, il n’avait jamais cherché à avoir un quelconque pseudo ou diminutif, considérant son prénom comme le premier et le plus précieux des cadeaux que ses parents lui avaient fait.

« - C’est le nom que t’es parents t’ont donné. Je ne vois pas pourquoi tu ne veux pas qu’on puisse t’appeler ainsi. » dit Simon, sa voix et son regard devenant plus dur et plus intense encore, ne sourcillant ni ne détournant les yeux face à Lexie.

Avançant de quelques centimètres sans s’en rendre compte sa main vers celle de la jaune et noir, leurs doigts ne se frôlaient pas mais une légère chaleur et une nouvelle tension parcouru les phalanges du vert et argent.
Tapotant la table du bout du pouce, dans un petit rythme régulier, il savait très bien qu’il fallait qu’il se montre plus aimable avec Lexie et rapidement, bien qu’elle ne lui ait jamais vraiment fait de scènes, et bien qu’il sache pertinemment qu’au fond elle comprenait pourquoi il disait ça, lui l’héritier digne de cette branche sombre qui ne reculait devant aucune des responsabilités qu’on lui avait mis sur ses épaules. Il savait aussi qu’Alexandra était de tous les Mordoch la plus réservée et la moins perturbatrice et que cette différence faisait beaucoup à ses yeux, bien qu’aux yeux de Simon ce n’était qu’une qualité de plus que sa fratrie ne partageait pas avec elle.

« - Si tu étais une inconnue je ne t’aurai pas laissée t’asseoir à cette table … ou alors j’aurai déjà collé tes mains à ton grimoire pour que tu arrêtes de le tripoter, le pauvre il doit être recouvert de tes empreintes. »

Simon avait changé de ton, s’amusant soudain de la situation, elle trouvait qu’il l’a considérait comme une inconnu, lui qui se montrait plus patient, plus doux et plus attentif avec elle qu’avec personne d’autre. Mais s’en rendait-elle seulement compte. Étirant le bras jusqu’à l’épais volume qu’avait feuilleté la jeune femme sans vraiment se concentrer dessus, il le tourna face à lui afin d’en lire le titre, et un rictus cynique se dessina sur son visage, prêt à lancer une pique cinglante qui était sa marque de fabrique. Mais contre toute attente il retourna le livre en le reposant là où il l’avait prit, secouant simplement sa tête de droite à gauche, pinçant les lèvres afin de s’éviter de rire de manière trop ouverte face à Lexie. Le Quidditch ça n’avait jamais été son truc mais il avait appris à garder les réflexions qui lui venaient à l’esprit concernant ce sport pour lui-même.
 
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Mer 15 Jan - 19:35

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Fuyant le regard du Serpentard, Lexie avait le regard planté sur un trou de la table qu’elle tripotait du bout du doigt. Mécontente, elle l’était, on pouvait le deviner sans même écouter la conversation des jeunes sorciers.
Simon prit bientôt la parole, avançant légèrement sa main vers celle de Lexie. Cette dernière se permit un regard vers les doigts du jeune homme, mais sa réponse ne la satisfaisait pas. C’était sûrement elle qui avait tort. Finalement, c’était peut-être normal qu’il l’appelle Alexandra. Il avait raison c’était son prénom après tout, le fait qu’elle préfère qu’on utilise son surnom c’était la preuve qu’elle n’était qu’une gamine. Si un jour elle acceptait de se faire appeler Alexandra, ce sera sûrement la preuve qu’elle était enfin passée à l’âge adulte. Elle n’aimait pas cette idée. Elle n’osait plus regarder Simon, elle se sentait ridicule de se vexer pour des choses aussi stupides. Parfois Lexie se demandait ce qui pouvait bien pousser un Serpentard aussi intelligent et doué que lui, à trainer avec l’empotée qu’elle était. Si elle avait été à sa place, elle n’aurait sans doute pas perdue son temps avec des filles comme elle, à part peut-être par pitié. Mais Lexie se refusait à croire que c’était le cas de Simon. Elle savait  qu’il avait plus de cœur qu’on ne pouvait le croire, malgré les apparences.
Les paroles qui suivirent le prouvaient en partie. Le visage de Lexie s’adoucit directement, même si elle n’osait toujours pas regarder Simon dans les yeux. Un sourire étira ses lèvres, mais elle se cachait bien de le lui montrer. Lorsque Lexie boudait, elle essayait toujours de le rester jusqu’au bout, même si avec Simon, elle était toujours incapable de se retenir. Elle releva les yeux seulement quand ce dernier attrapa son grimoire, qu’elle avait refermé quelques instants plus tôt. Elle savait déjà ce qui allait suivre, et en perdit directement le sourire. Simon n’aimait pas le Quidditch et Lexie n’était que trop au courant. Elle vit bien qu’il se retenait de rire, elle le connaissait assez pour le deviner. De son côté, Lexie ne rigolait pas, au contraire on pouvait même lire une certaine tristesse dans son regard.

« Tu sais, l’alchimie me semble terriblement ennuyant, mais si je m’y intéressais un peu plus, je découvrirais sans doute que c’est une discipline passionnante. »

A ces mots, elle fit glisser le grimoire vers elle, et l’ouvrit à une page au hasard sans y prêter attention. Le regard perdu dans son manuel, elle reprit rapidement :

« Je veux dire par-là que si tu essayais de t’intéresser au Quidditch peut-être que tu comprendrais un peu plus pourquoi ça me passionne. Et peut-être que tu verrais qu’Astor n’est pas aussi bête qu’on le croit. »

Ses joues s’empourprèrent à ces derniers mots. Elle avait encore parlé sans réfléchir et avait peur que Simon prenne mal ses paroles. Et puis elle n’avait pas vraiment l’habitude de parler d’Astor devant le Serpentard, il allait encore plus la voir comme une détraquée maintenant. Les grands yeux verts de Lexie se tournèrent vers Simon. Elle avait peur de sa réaction, peur qu’il ne l’a fuit. Elle tenait trop à lui pour laisser une telle chose se produire, et sans même se retenir, elle avança sa main près de la sienne, l’effleurant du bout des doigts.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Jeu 23 Jan - 10:54



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  On lui avait déjà fait la réflexion, mais il l’ignorait depuis toujours, préférant ne pas répondre aux diverses questions que l’on pouvait lui poser concernant sa relation avec Lexie. Cela ne concernait personne d’autre qu’eux, et Simon n’avait pas l’intention que l’on puisse interagir entre eux. Ce lien si particulier qu’il avait avec elle, c’était ce qui le rendait à la fois plus humain et plus lui-même au quotidien. Il lui suffisait bien souvent de penser à la Poufsouffle pour réussir à se sortir des méandres sombres dans lesquels son âme se projetait lorsqu’il pensait à sa situation, à sa famille. Le Serpentard savait ce qu’il était, on l’avait beaucoup trop souvent qualifié de « méchant Thornquill » pour qu’il ne réponde pas à cette image en voulant se défaire de la réputation de sa famille. Mais cette réputation il n’y voyait aucun mal. Et il considérait que ses relations avec le monde extérieur n’avaient rien à voir avec tous cela. Beaucoup de personnes aux idéologies proches des siennes refusaient tout contacts avec les sang-mêlé et les né moldu, mais ce n’était que des idiots, le sang magique qui coule dans les veines de tous les élèves de Poudlard est important, certes la pureté du sang montrait une certaine supériorité, pas en terme de race, mais d’éducation à ses yeux. Et s’il avait dans ses relations de personnes possédantes tous types d’ascendance c’était aussi car il faut savoir s’entourer et faire avec tous le monde pour pouvoir perdurer et gravir les échelons.
La seule différence notable que Simon pouvait noter concernant sa relation avec Lexie en comparaison de celles qu’il entretenait avec ses autres camarades, c’était que jamais, au grand jamais, il n’avait voulut l’utiliser, beaucoup trouvaient même qu’un jeune homme intelligent et si manipulateur que lui n’avait rien à faire avec elle, mais il y avait quelque chose de rassurant dans le cœur du Serpentard à ce dire qu’il n’y avait pas que des pions à utiliser dans son entourage. Et il ne voulait pas faire de la Mordoch un pion. Bien sur, expliquer tout cela à la jeune femme qui ne cessait de passer par différents états devant lui serait bien inapproprié et lui demanderai un effort inutile alors qu’il avait à se concentrer sur ses cours. Elle ne comprenait peut-être pas ce qui l’attachait à elle, mais Simon était persuadé qu’elle savait que jamais il ne voudrait se délier de leur relation. Il n’avait pas besoin de lui expliquer cela, et malgré ses réflexions parfois difficile, et sa manière abrupte de se comporter avec elle, malgré le faite qu’il doive parfois la rassurer sur son affection comme en cet après midi, plus aucun mots n’étaient nécessaire pour démontrer son attachement aujourd’hui.
La Poufsouffle n’aimait pas lorsqu’à demi-mot, le Serpentard lui faisait comprendre qu’il n’avait aucune estime pour le Quidditch. Ce sport n’était, à ses yeux, qu’un moyen supplémentaire de laisser des personnes aux capacités magiques réduites de se mettre en avant et de montrer des capacités physique bien inutiles. De plus il n’entendait rien aux règles de ce jeu qu’il trouvait passablement illogique.
Lexie commença son récital de défense en prenant exemple sur l’alchimie, Simon ne savait que trop bien l’incompréhension qu’elle pouvait avoir face à cette matière que lui affectionnait pourtant plus que tout autre depuis sa plus jeune enfance, puis la jeune fille continua en s’épanchant sur la certitude que si il s’intéressait un peu plus à ce sport il en comprendrait les ressorts absolu qui rendaient tous les sorciers gaga de ce jeu.
Levant un sourcil circonspect face à son interlocutrice, Simon se laissa aller à un petit rire moqueur tout en s’affalant sur le dos de sa chaise, croisant les bras sur son torse et détendant ses jambes sous la table. Cela faisait un bout de temps qu’il était dans la même position et une tension dans sa nuque se fit sentir, accentuant le froncement de ses sourcils et provocant une légère torsion de sa bouche moqueuse.
La dernière phrase de la jeune fille fit tiquer, elle parlait d’Astor, cette double personnalité qu’elle c’était inventée et qu’il trouvait à la fois touchante et déstabilisante, mais il n’aimait pas l’entendre parler ainsi. Et s’il pouvait se montrer sévère avec elle lorsqu’elle utilisait son deuxième prénom pour se nommer, il comprenait que les dessous de tout cela était bien plus profond que Lexie ne voulait pas l’avouer.

« - Astor est peut-être idiote, mais je suis certain qu’Alexandra ne l’est pas ! Quand au Quidditch … »

Simon prit un temps, essayant de choisir ses mots avec plus de soin que précédemment. Il pouvait sentir qu’il avait blessé la jaune et noir et il n’avait aucune envie qu’elle ne parte de cette bibliothèque en le boudant. Si il avait accepté qu’elle se mette à sa table alors qu’il était en pleine révision c’était aussi pour sentir cette présence apaisante qu’elle dégageait et il ne voulait pas la laisser filer, il avait besoin d’elle, mais hors de question de lui dire.

« - … la différence principale entre cette … discipline, si on peut appeler ça comme cela, et l’alchimie, c’est qu’on n’a pas besoin de se casser une jambe en alchimie pour prouver qui on est. Et puis nous avons des moyens beaucoup plus sur que le balai pour se déplacer depuis longtemps, l’actuelle fabrication de ces engins me dépasse. Enfin si Astor aime le Quidditch laisse le donc à sa passion, mais si Alexandra veut s’intéresser à l’Alchimie, peut-être qu’il faudrait avant tout qu’elle apprenne la patience. »

Le Thornquill ponctua sa phrase d’un léger rire avant de se pencher de nouveau en avant sur la table, pencha la tête légèrement sur le côté et scrutant le visage mutin de la sorcière.

« - Ce n’est pas parce que nous n’avons pas les même passions que tu vas me faire une crise n’est ce pas ? Alors qu’est ce qui ne va pas ? » Lui murmura t’il dans un souffle, soucieux et attentif au moindre signe se dévoilant sur le visage de la jeune femme.

Lexie n’était pas bien dans sa peau aujourd’hui, il pouvait le sentir à des lieux à la ronde, et il suffisait de voir qu’elle avait utilisé « Astor » en sa présence pour le remarquer.
 
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Mar 28 Jan - 16:04

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Lancer Simon sur ce genre de question n’était décidemment pas une bonne idée. Lexie se maudissait, d’une part pour avoir cherché à changer l’avis du Serpentard  sur le Quidditch – une mission quasiment impossible – et d’autre part pour avoir évoqué Astor alors qu’ils avaient une conversation à peu près saine d’esprit jusqu’alors. Elle aurait mieux du la fermer, encore une fois. Elle écouta son compagnon comparer les deux disciplines, se décidant finalement à ne plus prêter attention à ce qu’il disait vis-à-vis du Quidditch. Il avait son avis, elle avait le sien, et quand bien même il avait sûrement raison et que ça l’énervait, Lexie ne serait pas juste si elle lui en tenait rigueur. Après tout, elle aussi elle pouvait se montrer entêtée parfois, et puis de toute manière ce n’était pas comme si c’était important. Que ce soit le Quidditch ou l’Alchimie, Lexie n’avait pas l’intention de se disputer avec Simon pour ces choses-là aujourd’hui, cela ne valait pas le coup.  
Elle trouvait touchant le fait que Simon continuait de mêler Astor à la conversation, comme si le fait qu’elle parle d’elle à la troisième personne était tout à fait normal et que cela ne le gênait pas. C’était en partie pour cette raison que Lexie préférait l’excuser lui et ses idées préconçues sur le Quidditch. Pour cette fois seulement. Elle resta donc silencieuse, comme une enfant qu’on venait de gronder, elle s’était à moitié couchée sur la table écoutant attentivement ce que Simon avait à dire. Elle afficha pourtant une bouille boudeuse quand celui-ci lui demanda une nouvelle fois ce qui n’allait pas.

Fronçant légèrement les sourcils, elle se releva, scrutant le visage de Simon pour comprendre où il voulait en venir. Lexie était trop tête de mule pour avouer qu’elle avait effectivement un problème aujourd’hui. Après tout, le savait-elle elle-même ce qui n’allait pas ? Depuis tout à l’heure, elle n’avait pas arrêté de s’irriter sur des choses sans importance, alors elle ne pouvait pas dire non plus que tout allait très bien, cela aurait été un joli mensonge. Elle lâcha finalement un soupire, préférant ignorer la question de Simon qui lui semblait bien trop complexe.

« Eh bien, je ne dis pas qu’on doit avoir les mêmes passions. Au contraire, je m’insupporte déjà très bien toute seule, je n'ai pas besoin d'un clone… Pourtant… »

Elle s’arrêta pour chercher ses mots. Elle n’était pas très sûre de vouloir dire la suite. Son regard fuyant, trouvant alors refuge vers ses mains. Elle serrait la couverture de son grimoire entre ses doigts, crispée, se mordillant machinalement la lèvre inférieur avant de finalement lâcher :

« Il faut bien avouer une chose… Nous n’avons rien à faire ensemble, n’est-ce pas ? »

A ces derniers mots, elle releva finalement son regard vert sur Simon, se rendant compte dans ce même instant que ces paroles pouvaient sembler vexantes. Elle resta un instant silencieuse, comme si elle réfléchissait à ce qu’elle venait de dire, puis finalement se reprit :

« Quand les gens me demandent d’expliquer ce qu’il y a entre nous, je ne sais jamais quoi répondre. Ils ont l’air de s’étonner de nous voir amis, ce que je comprends, même moi ça me surprend parfois… Pas toi ? Je veux dire, tu te poses pas la question parfois ? Qu’est-ce qu’on fait ensemble ? »

Elle cherchait des réponses dans le regard de Simon, comme si les yeux du Serpentard pouvaient suffire à comprendre. Mais cela ne l’aidait pas, elle avait seulement l’impression d’avoir encore raté une occasion de se taire. Elle n’avait jamais abordé ce genre de sujet houleux avec lui. Mais il l’avait cherché. Lexie avait finalement répondu à la question qu’il lui avait déjà posé à deux reprises depuis tout à l’heure… Maintenant il savait ce qui n’allait pas.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Sam 8 Fév - 23:13



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  En aucun cas il ne c'était attendu à cela, et pourtant il aurait du. Lui fier et digne qu'il était, à toujours vouloir avoir un coup d'avance sur tous le monde, à garder toutes les personnes de son entourage à l’œil afin de ne jamais ce sentir impuissant ou sans défenses, il c'était laissé aller. Complètement laissé aller dans sa relation avec Lexie ce qui l'avait rendu beaucoup moins attentif au final à la jeune femme en qui il avait tant confiance. Cette confiance elle ne le lui avait pas arraché en peu de temps, elle avait réussit à l'apprivoiser, lui Simon Thornquill, son caractère, ses mimiques, sa simple présence à la fois rassurante et précieuse, le Serpentard en avant besoin. Mais elle, que pensait-elle de leur relation, il ne c'était jamais posé la question, et voilà qu'elle lui faisait comprendre à demi-mots qu'elle était perdue. Le vert et argent avait pourtant cru lui faire comprendre de la particularité de leur relation, à ses yeux, elle ne ressemblait à nul autre, mais il n'était pas né de la dernière pluie, il savait très bien que l'on jasait dans leurs dos, surtout dans le sien. Il était un Thornquill et elle une Mordoch après tout, mais il n'avait pas prêté attention aux racontars, il n'avait ni le temps ni l'envie de dépenser de l’énergie là dedans. Peut-être qu'il aurait du. Car si sa carapace bien forgée ne laissait rien rien filtré, Alexandra était bien plus sensible que lui, tout du moins pour ce genre de choses, et il aurait du être plus attentif.
Fronçant un peu plus les sourcils, Simon arbora un air sévère et renfermé, il n'avait pas de réponses à donner à Lexie, tout du moins pas tout de suite. Que répondre à cela ? Qu'elle avait tord de croire toutes les sottises que les idiots de sa maison colportait, ou bien qu'il fallait qu'elle arrête de donner à leur amitié un tournant plus dramatique qu'il ne le fallait ? Mais dans ce cas elle serait certainement blessée, et il n'avait en aucun cas envie de lui faire du mal.
Appuyant un peu plus ses doigts sur le bois de la table, Simon en fit blanchir les phalanges. Oui en réalité leur relation était bien plus compliquée que ce qu'il n'y paraissait. Mais il ne voulait pas ce l'avouer et en grande partie pour le bien de Lexie, du moins c'était son excuse principale. Si la Poufsouffle était si particulière à ses yeux, c'était parce qu'elle était différente, si différente de lui et de son monde. Ils étaient opposés et complémentaires, mais les idiots qui traînaient leurs guêtres dans cette école en rêvant leur avenir comme de grands contes de fées pouvaient-ils seulement comprendre ça ?
Mais de toutes les paroles de la jaune et noir, il y avait une phrase, qui résonnait dans son esprit tout particulièrement, avec férocité, tapant contre son crane et emplissant chaque cellules de son être. « nous n'avons rien à faire ensemble ». Simon avait envie de se lever, faire le tour de cette table bancale, et de planter son visage à quelques centimètres de la jeune femme, faisant glisser dans chacune des paillettes de son iris clair aux reflets vert l'affection et la confiance qu'il avait pour elle. Mais cela servirait-il seulement à quelque chose ? Non, ce n'était pas une réponde, pas selon lui, lorsqu'il posait une question, le jeune homme aimait des réponses clairs, simple et précises, alors se devait-il de simplement faire ressentir la profondeur de ses sentiments à la sorcières, alors que cela n'engageait que lui dans cette histoire.
Restant à sa place, Simon passa un index distrait sur sa lèvre inférieur tendis qu'Alexandra relevait ses si beaux yeux vers lui. Il fallait qu'il lui réponde, maintenant, tout de suite, il le fallait mais que dire lorsque l'on s'évertue jour après jour à tout cacher, à tout faire disparaître et surtout à avancer sans se poser de question. Que faire lorsqu'une des personnes qui comptait le plus à vos yeux, se mettait à vous en poser ?

« - Tu n'as pas besoin de donner de réponses aux gens qui te questionnent. Ils n'ont aucun droit de te questionner. »

La voix de Simon était sèche, presque lugubre, il n'arrivait pour le moment pas à faire la part des choses, et toute la tendresse qu'il avait pour Lexie, il l'a signifiait dans son regard doux, si doux, qu'il était étonnant qu'une telle expression ne sorte de ce visage dont la bouche lançait des phrases tranchantes comme des lames.

« - Je ne me pose pas la question. Mais toi tu te l'as pose n'est ce pas ? Ce n'est pas forcément à propos des rumeurs, ce que l'on peut dire sur nous … ou sur moi … n'est ce pas ? »

Ses mains enfonçant un peu plus leurs ongles dans le bois, Simon chercha à son tour le regard de Lexie. Il ne lui en voulait pas, elle avait toutes les raisons du monde de vouloir s'éloigner de lui, de par sa famille, celle du jeune homme, de par ses proches et les gens que côtoyaient Simon, jamais on aurait pu croire qu'une harmonie puisse naître en eux, ou alors pas aussi longtemps. Certains voyaient leurs relation d'un mauvais œil, d'autres chuchotait au miracle de les voir ainsi réunis, pouffant ou s’étonnant.
Se redressant quelque peu sur sa chaise, Simon aplatit ses mains sur la table, ses articulations le faisant soudainement atrocement souffrir, un léger rictus barrant son visage.

« - Tu as toujours su qui j'étais Alexandra. Je ne te l'ai jamais caché. Et j'ai toujours su qui tu étais. Je ne vois pas de mal à ce que nous passions du temps en semble surtout que … que … j'apprécie le temps que nous passons ensemble. Tu le sais. Je ne t'ai jamais retenu de force, et ce n'est pas un fardeau pour moi d'être avec toi, au contraire. »

Les mots du Serpentard avaient du mal à sortir, et il ne cessait de baisser et de relever les yeux vers Lexie, observant tour à tour la jolie sorcière et ses propres mains. Il était déjà si rare qu'il se montre aussi démonstratif dans ses paroles, mais il était aussi rarement aussi anxieux physiquement, ce qui le mettait d'autant plus mal à l'aise et qui accentua son froncement de sourcils et les rides sur son grand front barré de boucles soyeuses. Soudainement Simon Thornquill avait l'air d'un enfant, l'enfant qu'il n'avait peut-être pas assez eut le temps d'être.
 
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 16 Fév - 3:01

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Jamais elle ne lui avait vu une expression comme celle-ci sur le visage. Lexie en resta scotchée, alors qu’elle avait cherché des réponses dans son regard sans succès, elle venait peut-être enfin de réussir à en trouver. Mais ses paroles l’embrouillaient, le ton qu’il utilisait aussi. Il était si froid, si sec. Au fond, elle savait qu’il ne voulait pas être méchant, mais Lexie ne pouvait pas s’empêcher d’avoir l’impression qu’il était en colère. Peut-être que sa question lui avait semblé déplacée… Elle savait bien qu’elle n’aurait pas dû aborder ce sujet avec lui. Après tout ils n’étaient qu’amis, il fallait qu’elle s’imprime ça dans le crâne une bonne fois pour toute et qu’elle arrête de toujours tout compliquer. On avait pas à avoir ce genre de discussion entre amis après tout, non ? Mais Lexie n’y arrivait pas. C’était comme si elle ne voulait pas être ami avec Simon, mais qu’elle attendait bien plus de leur relation, se l’avouer était toute une autre histoire. Il lui semblé pourtant évident que sa relation avec lui n’était pas faite que d’amitié, par exemple elle n’était pas du tout comparable à ce qui la liait avec Vincent. Certes, les deux pouffys étaient sortis ensemble (et quelle idée absurde d’ailleurs) mais c’était un vrai lien d’amitié qui s’était créé entre eux, elle n’avait pas cette retenue qu’elle avait avec Simon. Elle ne ressentait pas non plus d’angoisse avant de le voir, ou n’avait pas le pouls qui s’accélérait étrangement quand elle entrevoyait sa silhouette au loin. Elle n’avait pas non plus cette impression de non-dit, ce sentiment qu’ils se retenaient de se dire l’étendu de ce qu’ils pensaient. Bien sûr, Simon occupait une place importante dans sa vie, elle avait même tendance à orienter ces choix vis-à-vis de lui, et quand il lui arrivait quelque chose, c’était toujours vers lui qu’elle avait envie de se tourner. Mais une ambiguïté régnait entre le beau serpent et la petite blaireaute, quelque chose qui était à la fois évident et que Lexie se refusait à avouer.
Pourtant, comment expliquer le fait qu’elle avait une envie folle de le prendre dans ses bras là tout de suite ? Plus il parlait, plus son visage se transformait d’une expression qui faisait fondre littéralement le cœur de la petite pouffy. Et en même temps c’était la première fois qu’elle l’entendait mettre des mots sur ce qui les liait. Lexie doutait parfois de leur relation, il était vrai que le serpy pouvait se montrer distant si bien que la jeune femme avait tendance à s’imaginer qu’au fond il ne devait pas vraiment l’apprécier. Mais ce n’étaient que des idées absurdes qu’elle balayait de ses pensées très rapidement. Pourtant, le fait d’avoir enfin la confirmation qu’il y avait bien quelque chose d’important entre eux, et pas seulement à ses yeux, la rassurait. Maintenant elle savait qu’elle ne se faisait pas des films sur eux deux. Elle avait tellement l’habitude de s’emballer un peu trop vite quant à ses relations avec les autres en général, si bien qu’elle se faisait facilement rejeter. C’était une des rares première fois où quelqu’un lui disait directement qu’il l’appréciait, et le fait que ses paroles proviennent de la bouche même de Simon la touchait d’autant plus.
Elle observait ce dernier qui semblait particulièrement anxieux, comme s’il avait baissé sa garde, Lexie le voyait rarement aussi démonstratif. D’habitude, il mettait même un point d’honneur à rester impassible, du moins c’était ce que la jeune femme ressentait, elle avait toujours eu cette impression qu’il était quasi inaccessible et que seuls quelques heureux élus pouvaient lire en lui. Elle espérait secrètement faire partie de cette mince élite de sorciers capables d’apprivoiser le jeune Thornquill.

« J’espère bien que je ne suis pas fardeau pour toi… » Dit-elle dans un rire léger, pour détendre l’atmosphère. « Mais tu as tort sur un point, je suis définitivement ta prisonnière Simon. »

Un sourire malicieux se dessina sur les lèvres de la Mordoch. Bien sûr elle plaisantait, il ne l’avait jamais retenu de force, au contraire, Lexie était beaucoup trop heureuse de sa proximité avec le jeune homme, elle ne se forçait pas à rester en sa compagnie, elle avait même tendance à considérer leur amitié comme un cadeau précieux. Mais pourtant, elle se sentait comme prisonnière de Simon, d’une certaine manière. Elle l’aimait tellement qu’elle n’arrivait plus à s’en défaire, il occupait une part très importante dans sa vie, peut-être même trop importante. Mais cela, elle n’allait certainement pas l’expliquer à Simon, elle aurait bien trop peur de le faire fuir et de passer pour une psychopathe.

« Désolée, je dois être agaçante avec mes questions stupides. » Dit-elle en faisant la moue, la mine coupable. « Je ne devrais pas douter de notre amitié. Mais tu sais les gens parlent beaucoup, ils peuvent être méchants et quand ils me disent que je ne devrais pas traîner avec quelqu’un comme toi… Eh bien, ça me blesse. C’est comme s’ils ne te voyaient pas de la même manière que moi je te vois… »

On lui avait souvent fait la remarquer. Traîner avec un Thornquill de la mauvaise branche, c’était pas ce qui plaisait le plus à son entourage, Arya McMillan la première. C’était même un sujet de disputes pour les deux amies. Lexie était pourtant quelqu’un d’influençable, et en véritable pouffy, elle ne pouvait s’empêcher d’accorder beaucoup d’importance à l’avis de ses amis. Et s’ils avaient raison, que Simon n’était pas quelqu’un de fréquentable ? Cette idée lui déchirait le cœur. Comment ne pourrait-elle pas lui faire confiance lui, il n’y avait qu’avoir l’expression qu’il avait eu quelques instants plus tôt, ce regard doux qu’il avait eu, c’était le regard d’un enfant. Il lui semblait parfaitement inoffensif, mais l’était-il véritablement ?

« J’espère seulement que mes yeux ne me font pas défaut. » Elle fronça légèrement les sourcils en disant cela, le ton un peu dur. « Mais je devrais rien avoir à craindre. J’ai confiance en toi. »

Un fin sourire vint finalement barrer son visage. Elle avait confiance en lui, vraiment. Du moins, elle le voulait. Alors pourquoi avait-elle eu cette phrase quelques instants plus tôt ? Pourquoi ne pouvait-elle pas s’empêcher de penser à tous les bruits qui couraient sur le Thornquill ? Toutes ces questions qui demeuraient sans réponse, comme si elle était incapable de se fixer sur ce qu’elle ressentait à propos de Simon. Et après tout, ni son entourage et encore moins le concerné ne semblait vouloir l’aider à éclaircir cette énigme.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Mer 26 Fév - 23:33



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Lexie se rendait-elle compte qu'elle plantait un poignard dans le cœur du Serpentard à chacun de ses regards, à chacun de ses mots. Certainement que non, et à vrai dire Simon ne faisait rien pour le lui montrer, gardant comme à son habitude un air détaché, ponctué d'un regard tendu vers son amie, le jeune homme ne trouvait pas les mots pour lui répondre, à vrai dire il n'en avait pas envie. Que répondre à tous cela, peut-être que les amis de Lexie avaient raison après tout, elle n'avait rien à faire à ses côtés. Quelque part au fond de son cœur, le Thornquill avait gardé encré cette image furtive de la Poufsouffle qui lui lançait un regard malicieux tendis qu'elle lui avouait être sa prisonnière. Il avait aimé ce regard, beaucoup trop certainement, enfin il c'était retenu de toutes ses forces pour le pas sourire de trop face à Alexandra, mais un mince rictus et de petites paillettes de tendresse lui avaient échappées tendis qu'il sentait ses membres se décontracter et ce raidir à nouveau. Mon dieu ce que cette fille avait un pouvoir incroyable sur lui, elle l’électrisait, mais toute son âme se braquait contre cette relation qui ne se tissait que dans son esprit. Elle était unique et il fallait qu'elle le reste, Simon ne devait rien lui faire savoir de ses sentiments, et la jolie Mordoch devait rester le plus éloignée possible de ses agissements au sein de Poudlard pour son bien à eux deux.
Jamais Simon ne répondait lorsqu'on le questionnait sur Lexie, et même à Eugenia il n'avait pipé mot de cette relation qui comptait tant pour lui, mais le sorcier n'était pas dupe, la Bogart était beaucoup trop maligne pour ne rien avoir remarqué ni touché du doigt ce qui liais le vert et argent à la jaune et noir, elle avait eut la délicatesse de ne pas chercher à en savoir plus et gardait tous cela pour elle, mais ils s'affichaient déjà beaucoup trop côte à côte pour que les idiots élèves de Poudlard n'en vienne à colporter des rumeurs. Simon balayait tous ceci d'un revers de main et ne s'en formalisait pas, il n'avait pas que cela à faire et son esprit était déjà savamment occupé par un nombre d'entreprise déjà fort importante. Lexie était son échappatoire à la folie, du moins il le pensait, et il n'allait pas se priver de leurs rares conversations pour de simples ragots. Mais malgré tout cette peine subsistait, cette douleur de ne pouvoir lui dire en pleine liberté ce qu'il ressentait pour elle, c'était l'un des rares mystères qu'il arrivait à garder pour la Mordoch, elle ne savait déjà que trop bien lire en lui, et si parfois cela l’énervait au plus haut point, il aurait été idiot de démentir le faite que cela lui plaisait aussi plus que la raison ne pourrait le supposer.
Les sous entendu de Lexie faisaient revenir la tension dans les avants bras du Serpentard. Il sentit ses veines ressortir au niveau du dessus de sa main, serrant et desserrant les doigts afin que les veinules bleutés qui apparaissaient à travers sa peau opaline disparaissent avant que la jeune femme ne les remarques, Simon lâchât un petit soupire crispé entre ses dents avant de reprendre son souffle, son regard clair toujours planté dans les iris adorables d'Alexandra.

« - Je m'en fiche de la manière dont on peut me voir ... »

Coupant la parole de la jaune et noir, le sorcier se mordit légèrement la lèvre d'être ainsi intervenu sur un coup de tête, sa parole n'avait pas été sèche mais quelque chose de brisé c'était échappé de ses lèvres tendis qu'il parlait, et quelque chose se bisa aussi dans son regard tendis qu'il comprenait les dernières paroles de Lexie. Elle doutait de lui, « elle ne devais rien avoir à craindre », mais alors elle le craignait certainement, et peut-être que c'était la meilleure chose à faire au final. Elle avait beau lui avouer qu'elle avait confiance en lui, il avait peur que derrière son sourire elle ne lui cache la vérité.
Ou bien était-ce lui qui se cachait derrière toutes ses grandes phrases et tous ses regards cachés que même elle ne pouvait percevoir derrière le voile de glace qu'il mettait entre lui et le reste du monde.

« - Qu'est ce qui me prouve que tu as confiance en moi ? »

Simon tenta de calmer ses propres nerfs en rompant le contacte visuel avec Alexandra. Il était neutre, souvent, la plus part du temps en tout cas, on ne pouvait rien lire sur son visage, il était un masque non expressif ou bien un gringalet hautain, il était un Thornquill au regard de rapace, parfois vicieux et souvent arrogant. Mais là, à ce moment précis, il n'était pas grand chose face au regard azur de sa précieuse sorcière.

« - Moi j'ai confiance en toi. Parce que je sais qui tu es, mais moi qui est-ce que je suis pour toi Alexandra ?  … oubli ce que je viens de dire, je ne veux pas savoir finalement, ça ne regarde que toi ce que tu penses de moi.»

S'affalant dans le fond de sa chaise particulièrement inconfortable, Simon lançât un regard d'animal blessé à la Mordoch. Il ne voulait pas se montrer si faible et pourtant elle avait touché là où ça faisait mal et c'était certainement cela qui le rendait particulièrement fébrile. Au diable tous ces idiots, tous ces écervelés qui parlaient dans son dos ! Depuis son enfance il avait l'habitude de tous cela, il savait qu'il ne fallait pas qu'il se retourne étonné lorsqu'on chuchotait son nom de famille dans son dos, mais Alexandra, elle se retournait à chaque fois, et maintenant elle lui apportait ses propres doutes sur un plateau, le dorant de son si joli sourire auquel il ne pouvait résister. Mais cela le blessait, car il l'aimait. Aimer. C'était un concept bien étrange, mais Simon considérait que l'amour avait plusieurs forme et celle qu'il portait à Alexandra était à la mesure de l’intérêt et de l'affection qu'il lui portait, c'était un objet précieux, un petit bijoux qui lui appartenait parfois et qui lui échappait souvent. Avec son caractère éphémère et ses grands yeux de brume humide, il l'aimait tellement. Pourquoi fallait-il que les personnes que l'on aimait le plus nous blesse le plus finalement ?
                                                           
 
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 2 Mar - 19:46

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Lexie n’était pas toujours maîtresse de ces mots, parfois les propos fusaient sans même qu’elle ne réfléchisse à leur portée. Elle ne voulait se montrer blessante, au contraire, elle aurait aimé pouvoir donner des paroles réconfortantes à Simon, lui assurer qu’elle était bien à ses côtés, qu’elle n’y avait pas meilleur endroit au monde même. Pourtant, elle avait cette impression que rien ne l’atteignait, c’était comme si en balançant ces quelques mots, elle essayait de le tester, de le comprendre. Elle voulait voir s’il pouvait rester aussi neutre et distant qu’il en avait l’habitude. Au fond, elle savait que cette manière d’agir était sûrement égoïste et même méchante pour son ami. Elle savait bien que s’il acceptait qu’elle reste avec lui, c’était bien parce qu’elle avait une quelconque importance à ses yeux. Mais parfois il lui prenait l’envie de s’en assurer, comme si elle préférait avoir la certitude, elle avait tellement l’habitude de se faire rejeter qu’elle ne se rendait plus vraiment compte de la sincérité des sentiments qu’on pouvait lui porter.
Il faut dire qu’il était dur de lire en Simon Thornquill. Comment assurer qu’elle avait une entière confiance en lui ? Elle en était incapable. Elle ne pouvait se baser sur rien pour l’affirmer et ne savait pas comment le prouver. Peut-être qu’il la connaissait, mais au fond, connaissait-elle vraiment Simon ? C’était simple de savoir à qui on avait à faire quand on avait Lexie devant soi. Elle le savait pertinemment bien. Elle était une gentille, il suffisait de connaître un peu l’histoire de sa famille pour s’en douter. Les Mordoch étaient des gens aux valeurs tout droit héritées des grands hommes comme Dumbledore, au fond, ils n’avaient jamais fait de mal à personne et agissaient toujours pour le bien des plus faibles.
Pourtant, pour Simon ce n’était pas pareil. L’histoire de sa famille était bien différente de celle de Lexie, et elle avait beau le connaître, au fond, il semblait sans cesse lui échapper. Comment pouvait-elle certifier d’être complètement sûre de savoir à qui elle avait affaire juste en face d’elle ? Lexie aurait voulu simplement lui dire qu’elle s’en fichait, que l’amour qu’elle lui portait suffisait à lui accorder sa confiance. Mais elle n’était pas encore prête à se lancer dans ce genre de discours.

Elle resta silencieuse contemplant le cœur serré l’image que lui renvoyait Simon. Elle savait qu’elle l’avait blessé. Elle avait observé ses mains se tendre sans cesse depuis tout à l’heure et ce regard qu’il venait de lui lancer en disait long sur ce qu’il ressentait. C’était pour toutes ces petites choses que Lexie pouvait lui accorder sa confiance. Ce n’était que des détails, mais ils semblaient évident pour la Poufsouffle et cette dernière y avait toujours fait attention, c’était pour ça sans doute qu’elle avait cette drôle de capacité d’arriver à lire en cette énigme qu’était le Thornquill.

« Je ne voulais pas te blesser. » Dit-elle en évitant le regard bleu du Serpentard qui lui faisait mal au cœur. « Excuse-moi. »

Elle sentait une tension dans l’air qui ne lui plaisait pas. Elle lui rappelait toutes les fois où son père essayait tant bien que mal de contenir sa colère quand un de ses enfants faisaient une énorme bêtise. Lexie détestait cette atmosphère qui lui rappelait que trop les diners au domicile des Mordoch. Simon était sur les nerfs, Lexie n’avait pas besoin de lui poser la question pour s’en douter. Elle se rappelait ce que sa mère faisait quand elle voyait son mari dans le même état… Alors subitement, elle se leva et contourna la table jusqu’à la place de Simon, elle posa ses mains sur les épaules du vert et argent pour les masser, comme elle avait vu tant de fois sa mère le faire.

« Je pense qu’on est tous les deux sur les nerfs aujourd’hui. Mais tu sais, Simon, si ce que tu dis est vrai et que tu as bien confiance en moi, alors je n’ai pas à te fournir de preuve. J’ai dit que je te faisais confiance, tu ne peux pas remettre en cause ce genre de chose ou me demander de te le prouver. Comme tu dis, ça ne regarde que moi. »

C’était plus facile de parler sans avoir à affronter son regard. Elle avait essayé d’être claire, elle ne savait pas si ses propos le convaincraient mais au moins cela calmerait peut-être les tensions qui s’étaient interposés entre eux. Elle arrêta de lui masser les épaules et vint s’asseoir sur la chaise à côté de lui. Au moins, il n’y avait plus cette table pour les séparer.

« Tu vas mieux ? »

Demanda-t-elle simplement, gardant néanmoins une main posée sur le bras du Serpentard. Ce genre de proximité était tellement rare entre les deux sorciers, Lexie savait bien qu’elle risquait gros en contournant la barrière qui s’était pourtant créée au fil du temps entre eux. Elle l’aimait profondément. Cela lui semblait parfois tellement évident, mais c’était comme un tabou entre eux, il ne fallait pas en parler. Au fond, les choses n’étaient jamais aussi simples qu’on voulait l’espérer, surtout en amour.
made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Sam 8 Mar - 11:52



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Il ne leur avait fallut que quelques minutes pour que la tension invisible qui c'était établit entre Lexie et Simon ne devienne une douleur sourde, un secret vulnérable qu'ils se cachaient l'un à l'autre. Après tout, et malgré tous ce que le Thornquill pourra vous en dire, ils n'étaient que des êtres fait de chaire et de sang. Caressant du bout des doigts, les nervures du bois de la table, le jeune homme tentait tant bien que mal de remettre les choses en place dans son esprit. Il n'avait pas le droit d'en vouloir à Lexie, d'ailleurs il ne lui en voulait pas, il souffrait simplement de remarqué à quel point l'opinion des autres pouvait bouleverser et faire douter la jeune femme. Mais que lui dire ? Qu'elle était plus belle, plus intéressante, plus émouvante que toutes les pimbêches de l'école ? Non certainement pas, et d'ailleurs ce n'était pas ce qu'elle avait besoin d'entendre. Pourtant, tous ces mots lui brûlaient les lèvres.
Alors qu'il sentait ses propres forces l'abandonner et la fatigue lui monter jusqu'aux tempes tendis que les minutes s'écoulaient autour d'eux, Simon ouvrit violemment son livre d'Alchimie, faisait claquer la couverture de cuire sur la table, et attrapant tout aussi brusquement sa plume et ramenant son parchemin à lui. Elle s'excusait, elle n'avait pas voulut le blesser, mais ces mots étaient encore plus douloureux à son oreille, lui qui avait toujours voulut plus que tout se montrer infaillible, surtout face aux commérages, il en venait à plier devant la Poufsouffle qui le connaissait pourtant si bien. Il ne lui avait jamais mentit, il ne l'avait jamais utilisé, toujours présent pour elle, à sa manière, parfois quelque peu brutal ou froide certes, mais il avait toujours été là, et c'était ce qui comptait de son point de vue. Mais alors pourquoi fallait-il aussi que ce soit toujours devant elle qu'il flanche ?
Sans qu'il s'y attende, Lexie se leva et vint poser ses mains fines sur ses épaules, le massant doucement cherchant par là à le détendre.
Lâchant sa plume, fermant un instant les yeux, le jeune homme laissa la sorcier le masser par dessus sa chemise. Habituellement il aurait refuser une telle démonstration de proximité dans un lieu aussi usité que la bibliothèque, mais il se laissa faire, abaissant d'un seul coup toutes les barrières qu'il pouvait mettre entre elle et lui, et se laissant porter par la voix douce de la jaune et noir.
Redressant la tête lorsque d'une voix simple et détendu elle lui demanda si il allait mieux, le Serpentard n'eut pour seul réflexe que de poser sa main sur celle de la Mordoch qui se trouvait encore sur son bras, et de la presser doucement entre ses longs doigts noueux.

« - Ça va ... merci et … désolé. »

C'était une chose assez rare pour être souligné que le jeune homme remercie quelqu'un avec autant de franchise, mais c'était une chose encore plus étonnante que de le voir s'excuser. Pressant un peu plus la main de Lexie dans la sienne, Simon eut envie d'un glisser ses doigts, afin de la tenir plus fermement, de sentir chaque détails du grain de peau de la jeune sorcière, mais ce n'était pas une bonne chose et il le savait. Il ne voulait absolument pas que cette proximité qui dégageait de plus en plus de tension entre eux, et surtout de plus plus évident que seul l'amitié ne pouvait les réunir, ne puisse influencer l'entourage, nombreux et si bienveillant de la jeune femme.
Il était un Thornquill, un de la branche pourrit comme on lui disait souvent, et en plus de ça il s'en montrait fier, plus fier que quiconque dans cette école. Mais Lexie n'y était pour rien, et dans des instants comme celui-là, il rêvait de ne pas avoir de rêve si sombre pour s'endormir le soir, et de simplement se laisser aller, à la douceur de l'affection de la jeune femme.

« - Tu disais tout à l'heure, que tu étais ma prisonnière, mais je ne veux pas que tu en souffre Alexandra. Tu as le droit de me détester comme les autres personnes de cette école. Je sais que je ne suis pas aussi populaire que … l'ami … de ta sœur. »

La voix du Serpentard était à la fois triste et sarcastique, mais il n'était pas aveugle, il voyait bien toutes les personnes qui gravitaient autour de la Pouffy, il voyait la bonté d'âme que beaucoup d'entre eux possédaient. Ils faisaient parti des gentils, des bons, et surtout des personnes à qui on ne lançait pas un regard noir lorsqu'on les croisaient dans les couloirs.
Lexie aimait le Quidditch, elle faisait parti du journal de l'école, elle était belle, elle avait des amis sur qui compter et surtout, et ceux malgré la réputation de sa famille, un bel avenir devant elle. Lui il n'avait rien à lui proposer, il n'y avait que de l'ombre sur ses pas, et il en était plus que conscient.

« - Je suis certain que tu adorerais traîner avec un joueur de Quidditch musclé à souhait, et qui te porterait ton sac par galanterie... comme un de ces lutins de Cornouailles bien entraîné, et c'est peut-être ce qu'il te faut au final.» dit-il tout en lançant un regard à la fois moqueur et envieux sur la jaune et noir, gardant toujours sa main dans la sienne. Il ne voulait pas de réponses à cette phrase, il savait bien qu'il n'était pas l'ami idéal, et encore moins pour ce qui était de porter le sac des autres, préférant toujours garder une distance physique raisonnable avec ses camarades. Mais Lexie avait peut-être besoin de tous cela elle, tous ce qu'il ne pouvait lui apporter.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 16 Mar - 22:48

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Elle peinait à croire que c’était elle, pour une fois, qui avait fait le premier pas. Avec ces choses-là, Lexie était tellement pudique, elle avait beaucoup de mal avec tout ce qui s’apparentait à de mielleux sentiments tout de guimauve. D’ailleurs, elle se détestait actuellement et se sentait tellement niaise au côté de Simon, il fallait bien l’avouer, elle était tout ce qu’il avait de plus fleur bleue au possible. Certes, ce n’était qu’une simple rencontre entre leurs deux mains, mais elle avait déjà les petits frissons, le cœur qui battait à toute allure, et cette impression que tout autour s’était évanoui. Et qu’est-ce que ça faisait du bien de sentir sa main contre la sienne ! Elle n’avait qu’une envie, c’était de fourrer son visage dans son cou, de sentir son odeur et sa peau sous la sienne. Mais bien sûr, il en était hors de question, ce n’était même pas une option envisageable. Elle avait déjà enfreint la limite en venant le toucher, c’était quelque chose de tellement rare entre eux… Quand bien même l’affection qu’ils ressentaient l’un pour l’autre était si forte, il y avait cette sorte de barrière dans leur relation. Et il ne fallait jamais aller au-delà de la petite limite qui s’était créée entre eux. Parfois Lexie s’en satisfaisait, elle essayait même de se persuader que c’était mieux ainsi, et d’autres fois, tout ce manège entre eux la rendait folle de rage.
Elle avait eu peur de se faire rejeter en brisant cette barrière qui les séparait, pourtant ce n’était pas ce qui s’était passé. Elle fut même surprise lorsqu’elle vit la main de Simon prendre la sienne, c’était quelque chose qui lui semblait tellement irréaliste et pourtant si évident. Le regard plongé dans les yeux du Serpentard, elle l’entendit la remercier puis s’excuser. Pour seule réponse, elle lui adressa un regard si tendre. C’était comme si tous ses doutes s’étaient envolés, elle avait envie de lui faire confiance, il n’y avait rien d’autre au monde qui semblait plus l’importer à cet instant.

Mais il fallut qu’il rompe ce beau moment entre eux. Elle ne comprenait pas ce qu’il disait. Elle aurait préféré lui couper la parole et lui dire qu’être sa prisonnière était l’une des meilleures choses qui lui soit arrivée dans sa vie, mais elle n’en fit rien. Elle se contenta de garder le silence sans comprendre un mot de ce qu’il était en train de dire.
En fait, si, elle comprenait, mais elle se demandait comment il pouvait en venir à penser quelque chose comme ça. Au fond, ça la blessait beaucoup. Elle aurait voulu lui crier dessus pour qu’il comprenne une bonne fois pour toute que jamais elle ne pourrait le détester. Puis il évoqua un ami de sa sœur, et Lexie commençait à se demander comment il pouvait s’imaginer des choses pareilles. Elle ne voulait pas le détester comme les autres personnes de l’école, et elle ne voulait pas non plus qu’il soit quelqu’un de populaire. Elle ne comprenait pas ce qu’il cherchait à lui dire en débitant ces âneries, mais la vérité c’est que ça l’exaspérait et la blessait.
Bien plus encore quand il reprit en insinuant qu’elle ferait mieux de traîner avec des joueurs de Quidditch. Lexie se mis subitement à grommeler puis retira finalement sa main, pour venir croiser ses bras sur sa poitrine.

« Alors c’est comme ça que tu me vois ? Comme une petite écervelée qui traine avec des garçons juste parce qu’ils sont beaux, sportifs ou galants ? Je pensais que tu me connaissais un peu mieux que ça, Simon. »

Elle fronça les sourcils, le regardant d’un air mécontent. Qu’il puisse penser une chose pareille d’elle la vexait et en même temps elle se demandait s’il n’avait peut-être pas raison finalement. C’était vrai que tout semblait plus simple au côté de ce genre de garçons. En même temps, être moins difficile que Simon Thornquill, c’était à la portée de n’importe qui. Lexie se demandait vraiment ce qui lui passait par la tête parfois pour sortir des choses aussi stupides et méchantes.

« Non mais dans ce cas je peux te dire la même chose, hein. Tu ferais peut-être mieux d’aller trainer avec de belles sang-purs intelligentes avec qui tu pourrais parler alchimie et rire de ces abrutis qui préfèrent le Quidditch… Franchement, si c’est ce que tu veux, je peux te laisser tranquille et m’en aller ! »

Elle avait haussé le ton cette fois-ci. Elle se sentait un peu ridicule de lui faire une crise comme cela, mais elle n’appréciait pas du tout sa remarque. Il avait touché une corde sensible, Lexie avait toujours eu cette impression de ne pas être à la hauteur à côté de lui, intellectuellement parlant mais aussi socialement, alors il ne faisait qu’enfoncer le clou avec ce qu’il disait. Surtout que sachant tout le bien qu’il pensait des joueurs de Quidditch, c’était un peu comme décréter qu’elle ferait mieux d’aller trainer avec des abrutis, ce n’était vraiment pas ce qu’il y avait de plus flatteur dans la bouche de Simon.  
made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Dim 23 Mar - 13:54



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Simon savait qu'il venait de créer une nouvelle brèche entre Lexie et lui, mais il assumait ses paroles, ayant commencé son discours comme une boutade envers la Poufsouffle, il avait durcit ses mots et son regard. Le Thornquill regardait la jeune femme, restant assis sur sa chaise, fixant le cou long et mince de la Mordoch, un cou qui semblait si doux. La jeune femme savait qu'il ne riait qu'à moitié, il savait qu'elle ne prendrait pas bien les choses, et au fond de lui il avait envie de lui crier qu'il ne la laisserait pas traîner avec d'autres hommes, avec ces brutes qui ne pouvaient prendre des douches qu’après les matchs. Oui Simon était parfois un peu extrême et avait des idées étroites, mais c'était une manière de se protéger, de se protéger contre les sentiments et contre la faiblesse que ceux-ci pouvaient engendrer. Mais Alexandra Mordoch n'était pas comme lui, il suffisait de voir la manière dont elle le regardait et dont elle se comportait avec lui et avec ses proches d'une manière générale. Le Serpentard n'était pas dupe, mais il fallait qu'elle se protège aussi contre lui, et pourtant toute son corps et toute son âme s'y refusait. Mais certains yeux n'étaient pas vraiment sympathique, et Simon n'avait confiance en personne surtout dans son propre entourage, c'était pour cela qu'il ne présentait aucun de ses camarades à la jeune femme et pourquoi il refusait tous contacts avec ceux qu'elle côtoyaient. Jamais ils ne sortaient en groupe, ils étaient toujours deux, deux même dans les couloirs de Poudlard, et lorsque quelqu'un les rejoignait, l'un ou l'autre s’éclipsait, c'était comme cela depuis toujours.
Le vert et argent ne parlait jamais de ses camarades de maison, et il fermait les oreilles lorsque Lexie abordait le sujet, bien qu'il ait toujours voulut en savoir plus sur les faits et gestes des gentils et loyaux pouffy, ce n'était pas par le billet de la jolie brune qu'il désirait les avoirs, il avait d'ailleurs d'autres projets en tête, mais il était aussi hors de question de lui en parler.
S'humidifiant les lèvres tendis qu'il voyait Alexendra partir en furie, s’énervant contre lui même et élevant la voix dans cette ambiance feutré, il ne pu s’empêcher de froncer les sourcils, accentuant les rides qui se dessinaient doucement sur son front. Il était jeune pourtant, mais certaines choses dans son visage vieillissait plus vite que d'autres. Et tout son être n'était plus que contraste. Sa bouche juvénile qui lutait contre cet air mature que son front et son regard pouvait lui donner, sa corpulence moyenne face à la puissance et la rapidité qu'il pouvait avoir uen fois sa baguette en main. Il ne fallait pas se fier aux apparences et il en était le plus pur exemple.

« - Ce n'est pas comme ça que je te vois, c'est comme ça que tu devrais être ... »

Se levant pour faire face à Lexie, il compris assez vite qu'il ne faisait qu'enfoncer le couteau dans la plaie, mais il n'y pouvait rien. Après tout c'était elle qui avait commencé à pauser des questions. Si elle savait tous ce qu'il se retenait de lui dire ne serait-ce que pour la protéger, si elle savait combien de temps il c'était retenu d'aller vers elle avant même qu'ils n'apprennent à ce connaître, comprenant qu'ils n'appartenaient pas au même monde. Et pourtant contrairement à son habitude, il ne c'était pas retenu, ils avaient créé un lien solide, mais un lien qui ne tenait que sur la tendresse qu'ils avaient l'un pour l'autre, alors qu'ils ne pouvaient tout ce dire, ni tout vivre l'un à côté de l'autre.

« - Alors prouve moi que tu ne doute pas ! Prouve le moi Alexandra. Tout ce que tu fais, tous ce que tu me dis depuis tout à l'heure, prouve que nous sommes différents. Tu n'as pas besoin de me le rappeler, et je me fout de ce que pense les autres. Mais toi prouve moi que tu ne doute pas, que ce n'est vraiment pas avec ces gens là que tu aimerais être. »

La voix de Simon c'était aussi emporté, alors qu'il désirait garder son calme olympien, il n'avait pu au fur et à mesure que les mots prenaient forme dans sa bouche. Tous cela était futile, il ne voulait pas de preuve, il voulait simplement que leur relation ne soit pas ternis par cette différence qui était tracée entre eux depuis leur naissance, ne serait-ce que par le port de leurs noms de familles, qui ne résonnaient pas de la même manière aux oreilles du monde des sorciers. 
Attrapant soudainement le bras de Lexie, la tenant fermement dans ses mains sas pour autant vouloir lui faire mal, le sorcier mis une fraction de seconde avant de comprendre qu'il venait une nouvelle fois de rompre cet accord muet qui établissait un non-contact physique entre eux. Baissant légèrement son visage vers la jeune femme, il plongea son regard dans le sien, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre, leur énervement ayant durcit les traits de leurs visages respectifs. Ils étaient à l’abri des regards, ou presque, mais pas à l’abri des oreilles, et Simon du se retenir de dire tous ce qu'il avait à dire à Alexandra, cherchant un instant les bons mots avant de reprendre la parole.

« - Ne t'en va pas. » lui soufflât-il, le ton de sa voix étant étrangement dur et brisée dans son murmure.

« - Je me fout des autres quand je suis avec toi, alors fait la même chose, et prouve moi que ce n'est pas nos différences qui comptes. Je sais que je ne suis pas celui qu'il te faut, et que tu n'es pas faite pour passer du temps avec moi non plus, mais on s'en fout de ça non ? On a le droit de faire nos propres choix tu ne penses pas ? »

Les yeux de Simon allaient et venait cherchant dans le regard de la jaune et noir son approbation, ce qu'elle ressentait et surtout essayant de décrypter le moindre signe de sa part qui irait dans le sens de ses paroles. Ils n'avaient pas le droit d'être amis aux yeux du monde sorcier, mais ils avaient le choix après tout, ils pouvaient choisir de s'en foutre.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Lun 28 Avr - 23:28

Simon & Lexie
don't tell your friends about the two of us
Elle s’en voulu tout de suite d’avoir haussé le ton contre Simon… Avec elle c’était toujours la même chose : elle montait sur ses grands chevaux très rapidement, mais dès qu’elle avait fini d’exprimer ses humeurs, elle avait des remords et s’en voulait d’avoir agi comme ça. Lexie manquait de confiance en elle c’était indéniable, et maintenant qu’elle s’était énervée contre son camarade, elle se torturait l’esprit en se demandant si elle avait bien fait, guettant la réaction de Simon. Il fallait dire qu’il ne l’aidait pas beaucoup ! Un moment il lui prenait la main et lui semblait si tendre, et la seconde qui suivait, il lui balançait une remarque pas du tout agréable. Lexie ne lui en voulait pas, sur le coup cela lui avait fait mal, mais au fond, elle était bien placée pour savoir qu’il avait raison. Elle l’avait toujours su, mais vu de l’extérieur c’était vrai que les deux sorciers étaient particulièrement mal assortis. C’était un couple de d’amis particulièrement étonnant et leur relation n’avait jamais été très claire aux yeux de tous. Mais si Lexie était là aujourd’hui, c’était bien qu’elle n’en tenait pas rigueur… Pourtant, dans le discours qu’elle avait tenu depuis tout à l’heure, ce n’était pas vraiment ce qu’elle avait l’air de dire, et elle s’en rendait compte. Elle comprenait le désarroi de Simon, elle aussi elle l’avait vexée et elle s’en voudrait terriblement si elle avait créé des tensions entre eux.
La petite pouffy avec toute sa bonne volonté avant tenté de détendre l’atmosphère en venant masser les épaules du vert et argent et en tentant de le rassurer. Mais les choses n’avaient pas duré bien longtemps et elle monta rapidement le ton après que Simon ait fait ses remarques stupides à propos de Lexie et du fait qu’elle aimerait sans doute sortir avec un joueur de Quidditch. Maintenant elle regardait Simon sans comprendre ce qu’il voulait dire… Ce qu’elle devrait-être ? Mais bon dieu, qui voulait-il qu’elle soit… Elle avait beau l’adorer, elle détestait particulièrement quand il sortait ce genre de phrases pleine de sous-entendus mais au final qui n’étaient pas du tout claires. Et puis il poursuivit en lui demandant de lui prouver qu’elle ne doutait pas, et tout ce qu’il disait la rendait de plus en plus coupable de lui avoir fait des crises depuis tout à l’heure en croyant faire avancer les choses entre eux alors que ce qu’elle faisait ce n’était que de le blesser.

Elle n’osait plus affronter son regard, elle se sentait tellement bête et la situation la mettait mal à l’aise. Elle était douée pour exprimer ses humeurs, que ce soit sur le papier ou dans la vie de tous les jours, mais dès qu’il fallait s’expliquer avec quelqu’un, Lexie fuyait. Elle n’aimait pas les conflits, les tensions,… Elle se sentait pigée, elle avait l’impression de laisser quelque chose se briser et d’être en même temps incapable de trouver les mots pour tout remettre en ordre. C’était dans cette situation qu’elle se trouvait en ce moment-même, perdue, complètement perdue.
Son cœur bondit lorsque Simon vint finalement lui dire de ne pas s’en aller, d’un ton qui lui semblait tellement étrange de sa bouche. Subitement, ses pupilles se relevèrent pour s’enfoncer dans le regard bleu du Serpentard. Elle voulait comprendre, elle voulait lire en lui. Mais tout ce qu’il disait lui serrait le cœur un peu plus chaque seconde. Pourtant elle restait là, impassible, contemplant Simon de sa chaise et se demandant comment un simple rendez-vous à la bibliothèque avait pu prendre des proportions pareilles.

« Je ne vais nulle part Simon… » Lâcha-t-elle d’un ton faible. « Pas sans toi en tout cas ! Je suis désolée, je me suis mal exprimée tout à l’heure en tout cas je ne veux pas que tu crois que je doute de toi ou que j’accorde trop d’importance à l’avis des autres… Parce que c’est faux, le seul avis qui compte pour moi c’est le tien, je peux te le jurer. »

Avoua-t-elle finalement, et c’était sans doute ce qui la tracassait le plus dans cette histoire. Elle avait toujours eu l’impression de ne pas être à la hauteur pour Simon, et voilà qu’il lui avait renvoyé ce doute en plein dans la figure en suggérant qu’elle ferait mieux de trainer avec des joueurs de Quidditch. Lexie n’était pas une lumière, Lexie n’était pas une Sang-pur, Lexie n’avait pas de prestigieux parents… Non Lexie n’était qu’une petite sorcière rien de très exaltante, et Simon lui semblait tellement plus impressionnant à côté. Comment un garçon comme lui pouvait donc s’intéresser à une fille comme elle ? C’était encore tout un mystère pour elle.

« Tu me demandes de te prouver que je ne doute pas… J’avoue que je ne sais pas trop quoi faire pour que tu me croies, sinon que te dire que je tiens énormément à toi, bien plus peut-être que tu te ne l’imagines. »

Elle s’était rapprochée de lui en disant cela, elle aurait voulu en dire plus mais son instinct lui disait de se taire. Elle aimait Simon, et pas simplement comme un ami, c’était clair que ses sentiments pour lui allaient bien au-delà. Pourtant, il lui semblait que ce n’était pas encore le moment d’en parler, surtout après la discussion qu’ils venaient d’avoir, il y avait déjà eu assez de blessures pour aujourd’hui ! Et puis elle n’était pas tellement prête. C’est sans doute pour cela que, se détournant légèrement de Simon, elle ajouta d’un ton plus détendu :

« C’est un peu comme avec Vincent, je lui ai jamais dit mais je serais capable de n’importe quoi pour lui ! Avec toi aussi, je veux vraiment que tu le saches ! Je me pose peut-être des questions connes parfois, mais il y a une chose que je remettrai jamais en question, c’est le fait que je te serais toujours loyale… Je suis un vrai blaireau, que ça te plaise ou non. »

A ces mots elle eut un léger rire, mais Lexie n’était pas complètement stupide. En comparant Simon à Vincent, elle avait abaissé la barrière qu’ils avaient relevé tout à l’heure. Bien sûr, le Thornquill avait une tout autre importance pour elle que son camarade Poufsouffle. Si elle aimait ce dernier de tout son cœur, elle n’en était pas amoureuse. Mettre Simon sur le même plan c’était lui dire qu’il n’était qu’un ami, et Lexie en avait conscience. C’était seulement sa manière à elle de prendre un peu ses distances après la discussion mouvementée qu’ils venaient d’avoir.
made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   Mar 13 Mai - 11:18



 

 
Alexandra Mordoch & Simon Thornquill

 
Don't tell your freinds about the two of us.


  Combien de fois avait-il regardé dans ses yeux aux iris changeants, pour y voir tous ce qu’il n’était pas. Sa fierté, son orgueil, son ambition, tous cela elle le comprenait, il n’avait pas besoin de le lui expliquer, elle savait tout de lui sans qu’il n’eut pu dire un seul mot, mais leurs avenirs semblaient si différents, et Simon n’avait pas envie d’entrainer Lexie vers un chemin pour lequel elle n’était pas destiné. Il se savait mauvais au fond, et personne ne semblait vouloir le contredire sur ce point, sauf elle. Celle a qui il tenait de tout son cœur mais à qui il ne pouvait donner ce si cher trésor qu’étaient ses sentiments. Si il se laissait aller à être tel qu’il le désirait aux côtés de Lexie, elle en souffrirait certainement. Leur amitié ne mettait pas en danger la jeune femme, au contraire, cela la protégeait certainement, mais si il y avait plus, si malencontreusement ils se dirigeaient ensemble, main dans la main dans une relation que l’on attendait pas venant d’eux, alors les répercutions pourraient être terrible, autant pour lui que pour elle. Et pourtant à la simple évocation de toutes ses brutes sans cervelles qui gravitaient autour d’elle, de tous ces idiots qui lui faisait la cours sans qu’elle ne s’en rende compte et de tous les amis de la jaune et noir qui ne voyait pas tous le potentiel qu’elle avait en elle, il avait envie de crier. Bien sûr Simon Thornquill ne criait jamais, jamais on ne le voyait quitter son masque taciturne, hautain et rigide devant tout le monde, et pourtant combien de fois avait-il eut envie de traverser la grande salle pour venir la chercher par le bras et l’emmener loin de toutes ces personnes qu’il considérait comme balourds et pataudes. Non elle méritait certes mieux, mais lui ne l’a méritait certainement pas.
Son regard toujours plongé dans le sien, Simon sentit son cœur se resserrer, elle éveillait en lui des sentiments si complexe et contradictoire, jamais il n’avait éprouvé cela, et à ses yeux, aucune relation ne lui avait paru plus compliquée et simple à la fois que celle qu’il entretenait avec Alexandra Mordoch.
Ce qu’il aurait été capable de faire pour la jeune fille était certainement comparable à l’intensité avec laquelle il l’a regardait à présent, attendant un mot, un son, une respiration de sa part pour le rassurer à son tour. Car oui il avait besoin d’être rassurer, et de ce dire que toutes les personnes qui l’entouraient n’étaient pas destinées à lui être arrachée un jour ou l’autre. S’arracherait-elle à lui ? Il ne voulait même pas y penser, c’était beaucoup trop douloureux. Pouvaient-ils continuer ainsi indéfiniment, la tension s’établissant entre eux deux devenant de plus en plus palpable et violente, non plus, alors que devaient-ils faire ? Ne plus se voir ? Simon en perdrait certainement la raison, et déjà que beaucoup le prenait pour un fou avec son obsession de l’alchimie, qu’allait-il advenir de lui.
Les paroles de la Poufsouffle le détendirent et il sentit sa pression se relâcher, elle ne voulait pas partir, il ne voulait pas qu’elle parte, elle ne s’appesantirait plus sur l’avis des autres, et il lui en était gré, au fond, tout au fond de lui, il aurait aimé qu’elle ne regarde que sa personne, qu’elle ne voit personne d’autre. Cette envie de la posséder toute entière était déraisonnée, mais elle le tiraillait par moment. Elle n’était pas sa chose, elle n’était pas un de ses cobayes et pourtant, si il l’avait pu, il l’aurait gardé à ses côtés à tout instant, même si parfois il l’a trouvait énervante, qu’elle ne collait pas avec l’image que le jeune homme voulait montrer de lui-même au monde, elle faisait partie intégrante de lui, et il n’y avait qu’avec elle qu’il se sentait vraiment vivant.
Lexie se rapprocha de lui et Simon ne bougea pas d’une semelle, attendant la suite de ses paroles, continuant de l’observer et distinguant au fond d’elle des paroles muettes, des choses qu’elle n’osait pas lui dire, et une gêne certaine face à lui à présent. Il n’aurait pas dû aller aussi loin, la pousser dans ses retranchements, il avait été idiot et impulsif, et il s’en voulait.
De nouvelles paroles, un nouveau souffle, une nouvelle gêne, et un coup porté au cœur. Elle venait de le comparer à Vincent, le Serpentard n’en revenait pas, d’abord interloqué par une telle comparaison, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils. Ce n’était un secret pour personne qu’une idylle avait lié ces deux-là, mais que leur amitié avait emporté leur relation autre part. Il ne pouvait pas en vouloir à Lexie d’avoir eu des aventures amoureuses, lui-même n’était pas un saint. Mais son cœur le tiraillait. Il n’aimait pas lorsqu’elle lui parlait de Vincent. Et surtout comparer leurs relations c’était le coup le plus violent qu’elle pouvait lui porter. Ils étaient bien différent, l’idiot Poufsouffle et le hautain Serpentard, qui avait-il de comparable entre eux ? Certainement rien et pourtant Lexie les avaient mis au même niveau.
Se détournant Simon retournât s’asseoir. Il n’avait pas envie de poursuivre cette conversation, il n’avait pas envie de sentir sa poitrine ce serrer si idiotement une nouvelle fois, en plus il avait du travail à faire, et tout ceci n’avait été qu’une perte de temps. Une perte de temps dont l’échange ne cessait de tourner en boucle dans son esprit.

« - Bien. Je te serais loyale aussi et tu le sais, bien que je ne sois pas un blaireau. » Son ton était froid, détaché, il était vexé et ça Lexie pouvait certainement le voir aisément.

Passant une main dans ses bouclettes claires, le sorcier se pencha sur son parchemin. Il n’avait plus envie de parler et pourtant les mots lui brûlaient les lèvres. Se tournant soudainement vers Lexie, il l’a fixa de son regard d’oiseau, ses yeux clair perçant la scrutant avec intensité.

« - Et si je partais, loin, sans te dire où, ni pourquoi, ni comment. Qu’est-ce que tu ferais ? »

Ses mots avaient presque dépassé sa pensée, mais il voulait savoir, il voulait voir jusqu’où ce lien étrange qui les unissait, pouvait les lier. Au fond il testait Alexandra et elle s’en rendrait certainement compte. Ce n’était pas pour détendre l’atmosphère ni pour changer de sujet. Il y avait longuement pensé à cela, partir, changer de lieux une fois tous ses objectifs atteints, mais à chaque fois l’image de Lexie le retenait à ne pas envisager ce cas de figure, l’image de la jeune femme au regard si doux et si étrange qui ne le lâchait jamais du regard.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't tell your friends about the two of us - Lexie & Simon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Deuxième étage :: Bibliothèque-