AccueilAccueil  TumblrTumblr  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Aonghas MacDougall

Aller en bas 
AuteurMessage
Aonghas MacDougall
Sorcier
Sorcier
Aonghas MacDougall

Messages : 28
Galions : 40
Âge : 34 ans
Avatar : Josh Hartnett

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Marlow F. Hodgson

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyLun 15 Sep - 16:49

Aonghas MacDougall
Colore ta vie de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel

   
Nom de famille :
MacDougall
   
Prénoms :
Aonghas

   
Age :
34 ans
   
Date et lieu de naissance :
3 mai 1980 au manoir du clan MacDougall en Écosse
Qualité du sang :
Mêlé
   
Orientation sexuelle :
Hétérosexuel
   
Statut social :
Divorcé

   
Avatar :
Josh Hartnett


   
Ma maison était

   
   Serpentard

   Serveur aux Trois-Balais

   
Baguette Magique :
Bois de saule d'une longueur de 23,5 cm droite avec un crin de licorne à l'intérieur
   
Balai :
//
   
Animal de compagnie :
//

   
Épouvantard :
Un Détraqueur parce qu'il a peur que son empathie lui soit alors mortelle. Il laisse les Détraqueurs le plus loin de sa personne connaissant parfaitement la créature par les livres
   
Riddikulus :
Il n'a jamais réussi à vaincre ses peurs

   
Patronus :
Dauphin s'il pouvait le faire apparaître correctement
Enchantement préféré :
Le sortilège d'allégresse qui l'a toujours rendu heureux et serein pendant un moment et élimine son penchant à l'empathie pour le bonheur le submergeant alors
   
Années de scolarité :
1990-1997
   
Parcours professionnel :
A travaillé dans l'entreprise MacDougall avec son père et son frère

   
Rôle pendant la guerre :
Est resté caché, mais sa petite amie est morte en combattant


   
Son caractère
Tous les MacDougall sont de grande taille et donc Aonghas ne fait pas exception à la règle. Toutefois, il n’est pas aussi costaud et fort que son père Gordon ni même que son frère Duncan. Il n’est pas non plus maigre. Ne poussez pas merci bien. Certes, nous pouvons remarquer peut-être l’apport des gènes de Bethany Jorkins, sa mère, ici qui fut toujours belle, élégante, suave bien à l’inverse de sa sœur Bertha. Par le fait même, Aonghas est un beau gaillard de visage, il attire indéniablement les regards féminins. Ses yeux d’une belle couleur marron sont même séducteurs. Quoique, vous ne verrez jamais Aonghas MacDougall séduire la première femme qui passerait près de lui.

Timide, il manque clairement de confiance en lui-même. Il est plutôt observateur du monde restant dans un coin sombre où aucun ne pourrait rompre son bien-être, son petit bonheur. Pourtant, ce fut un enfant toujours entouré de l’amour maternel et d’une discipline paternelle qui aurait dû le conduire vers un leadership certain. Malheureusement, Aonghas est victime des émotions d’autrui. Croyant être fou enfant, il est plutôt ce qu’on appelle être empathique. Aonghas n’a jamais vraiment put contrôler cette empathie. Il a toujours été fier et extrêmement têtu et évita le plus possible d’en faire mention. Donc, s’il se trouve dans un environnement bruyant avec beaucoup de monde, il risque la crise. La colère, la tristesse et même la joie d’autrui l’accaparent. Il peut en avoir des maux de tête et devenir irascible voir s’évanouir. On pourrait le comparer à une éponge émotionnelle. Durant ces crises, il est alors un homme totalement différent, extrêmement émotif et pouvant devenir agressif et donc dangereux. Aonghas apprit à éviter les grosses foules. Il évita toutes fêtes trop bruyantes telles Halloween ou même le bal de Noël du Tournoi des Trois-Sorciers en 1994. C’est un homme devenu méfiant et vivant de l’insécurité malgré qu’il n’y a pas lieux d’être : il est grand, fort et plutôt intelligent voir même rusé.

Ainsi, il a appris à prendre le meilleur de chaque situation. Aux yeux de tous, il apparaît alors flegmatique, froid voir même dur. Peut-être en apprit-il même du patriarche MacDougall autoritaire, fort, dur et fier souhaitant amener ses propres qualités à ses enfants. Aonghas fait peur. Il apparaît aussi comme anormal et fou. Il lui arrive de se parler tout seul en public ce qui, évidemment, ne vous amène jamais la sympathie des gens plutôt les quolibets et les blagues. Oui, enfant et adolescent Aonghas fut très prisé par ses paires pour cela. Pourtant, certaines filles aimaient à le regarder. Elles trouvaient là un beau jeune homme. Néanmoins, à cause de son empathie et de la manie des autres à le martyriser, il n’aima jamais le sport ni les travaux d’équipe. Puis bon, avouons que le sport ce n’est pas sa tasse de thé non plus. Avouons qu’il est paresseux, eh. Il n’aimerait pas se lever tôt ou se coucher tard à cause d’un entraînement. Pour continuer, Aonghas travaille mieux seul. Il adore lire et apprendre toujours davantage par ceux-ci. Il aime les romans et la musique. Les choses immatérielles le calment, car il ne peut en absorber les émotions. Au fond de lui, Aonghas ne cherche qu’à être aimé. Il est gentil et loyal envers les gens qui lui sont chers. Il pourrait faire preuve d’audace si ses proches étaient en danger. C’est un homme droit détestant la magie noire et le mal. Après tout, la magie noire a tué sa tante. Il aimerait être un grand homme en ce monde. Quelqu'un de fort que sa faiblesse n’accaparerait plus. Si seulement il ne s’était pas former cette carapace de froideur. C’est un ami qu’on aimerait avoir. Il peut rigoler, blaguer. Non, ce n’est pas un bloc de ciment ne vous en déplaise.

   


   
Sa vie
« Le petit garçon avait, environ, six ans. Il était assis à la table de la salle-à-manger. C’était une table en bois massif dans une pièce aux murs de pierre, mais dont l’aménagement intérieur laissait découvrir une chaleur par les tons orangers, rouges et les rideaux. L’enfant se laissait choir complètement contre la table. Il était boudeur. Il marmonna quelques mots surtout pour lui-même, mais sa mère passait par là avec une grosse pile de vêtements à laver.

- Pourquoi je ne suis pas normal ? Ce n’est pas normal d’être une éponge.

- Aonghas, ne dis pas cela et arrête de reprendre les horribles blagues de ton frère. Duncan dit n’importe quoi. Tu es un Sorcier Aonghas, c’est normal de faire ce genre de chose.

Le petit garçon haussa les épaules sans vraiment bouger. Duncan, son grand frère, s’amusait beaucoup à ses dépens, mais il l’aimait bien aussi. Aonghas ne le comprenait pas : parfois, Duncan le taquinait sans arrêt et d’autres fois il faisait comme s’il voulait le protéger. C’était à n’y rien comprendre. Soupirant, le petit garçon faisait maintenant machinalement rouler son crayon sur la table jusqu’au moment où … Le crayon se mit littéralement à rouler tout seul.

- Cool !

S’écria l’enfant finalement joyeux un sourire au visage. Après quelques minutes, il s’aperçut que ce fut lui la source du mouvement. Donc, c’était ça être un Sorcier. C’était bien mieux que de simplement être une éponge. »


Oui, je suis un Sorcier. Je m’appelle Aonghas MacDougall fils de Gordon MacDougall chef du clan MacDougall. On vit en Écosse dans la forteresse qui a toujours abrité la famille depuis des siècles. Aujourd’hui, c’est plus un manoir froid de l’extérieur, mais aux couleurs chaudes et chaleureux à l’intérieur. On remarque encore deux tours de la forteresse et au bout du jardin, une partie des remparts. Mon père n’est pas un Sorcier comme ma mère ce qui fait de moi, aux yeux de ceux-ci un Sang-Mêlé. Mon père est un homme fier, dur et autoritaire. Je me sens, néanmoins, bien avec lui parce qu’il sait cacher ses émotions. Enfin, ce n’est pas toujours évident de vivre pour moi auprès des gens froids. Ils cachent tellement d’émotions qu’elles m’arrivent tendues. Certes, mon père a énormément confiance en lui-même et donc ses émotions sont moindrement difficiles à vivre. C’est le chef de l’entreprise familiale soit l’entreprise de bière et spiritueux MacDougall que mon frère aîné Duncan va reprendre. Alors que ma sœur, Aileas, et moi sommes tous les deux des Sorciers de par notre mère Bethany Jorkins. Aileas n’a qu’un an de plus par rapport à moi.

Jeune, je ne comprenais pas vraiment ce que j’étais. Je parle bien évidemment de ma propension à être empathique. Ma sœur n’avait point ce problème donc cela ne pouvait pas provenir de mon gène sorcier malgré que ma mère veuille laisser penser le contraire. Ma mère nous adore, ses enfants, pour m’empêcher de vouloir me dire la vérité. Elle est, toutefois, une femme forte qui change le monde petit à petit travaillant dans des grosses organisations à but non lucratif au Royaume-Uni, mais parfois elle voyage aux États-Unis. Bon, pour revenir à mon problème, je suis capable de ressentir les émotions des gens autour de moi et les inclure comme miennes. J’allais dans un pensionnat à Glasgow et à chaque jour l’école était difficile. J’étais un enfant sage, mais étrange aux yeux de mes paires. Je restais dans l’ombre pour éviter les gros rassemblements où les émotions s’entrechoquent et aussi pour me cacher. On ne manquait jamais un moment pour se moquer de moi : j’étais nul en sport et mes crises me faisaient passer tel un faible. Je m’évanouissais si elles étaient trop forte et on me transportait à l’infirmerie. Évidemment, on ne comprenait pas mon mal. Plusieurs fois, ma famille eut un message de la direction pour que je consulte un psychiatre. Mon père commençait à céder, mais ma mère, étant la seule pouvant avoir un contrôle sur mon père, le fit changer d’avis. Je ne suis pas fou. Outre ma famille, je n’avais guère d’amis cependant. J’aimais lire, écrire et dessiner. J’aimais aussi marcher dans les plaines écossaises loin des gens qui m’en voulaient et dont je ressentais leur volonté de me faire mal, leurs émotions autant positives que négatives. Les émotions négatives sont vraiment les pires.

Je crois que tout cela changea un peu avec ma rentrée à Poudlard. Après tout, je rentrais dans un monde où tous étaient comme moi : un Sorcier. Une année avant moi, ma sœur y fut acceptée et dans la maison Serpentard soit celle des Jorkins. Seule ma tante, Bertha alla à Gryffondor dans la famille. Je voyais rarement cette dernière. Elle a papoté plusieurs rumeurs sur mon compte donc je ne l’aimais pas vraiment. C’est une vraie cancaneuse à vrai dire. Sa présence à mes côtés lors de rencontres familiales me fatiguait. Je devais faire attention de ne pas tout capter ses émotions. Avec autant d’émotivité, je me demandais combien de pensées elle avait à la minute. Elle n’a même pas compris le pourquoi du comment je m’évanouissais devant toute la famille et les familles d’autres clans à un Noël. On faisait, l’année de mes 10 ans, une rencontre inter-clan à Noël. Je ne tins le coup. Il y avait trop de monde.

Heureux de pouvoir au moins rendre fière ma mère, je fus allé à Serpentard à Poudlard tout comme ma sœur. Je doute quand même de mon droit d’y être. Je suis ce qu'on appelle un Choixpeau flou. En tout cas, c'est ce que je découvris par les livres. Le Choixpeau voulait vraiment m'envoyer à Serdaigle, mais j'ai hésité. Je voulais rendre fière ma famille donc j'ai choisis Serpentard. Cependant, tous les Serpentard sont Sang-Pur et je ne suis qu’un Sang-Mêlé. Les Jorkins avant moi étaient des Sang-Pur. Au moins le directeur la maison, Severus Rogue, était tel un bloc de marbre que je ne ressentais nullement ses émotions. Quoique, je ne peux pas me baser là-dessus avec tout le monde. Plusieurs personnes froides cachent plutôt très bien leurs émotions et cela peu devenir invivable pour moi. Au moins, pour le professeur Rogue, ce n'était pas comme cela. Il était sévère toutefois et j’avais peur de lui. Je tâchais donc de m’appliquer en cours de potions son cours. J’étais anxieux et je manquais de confiance donc mes préparations n’étaient jamais parfaite. Néanmoins, je continuais d’être un élève silencieux à l’adolescence et telle une ombre les professeurs ne me remarquaient même pas. Les cours restaient difficiles quand même. Je me sentis, au moins, plus à mon aise certes, je faisais parfois encore des crises. Je détestais faire un exercice en Défense Contre les Forces du Mal alors que tout le monde me regardait. Je ne fus jamais bon dans ce cours en fait malgré que je pratiquais sans arrêt. Je n’avais pas le doigté je crois et les professeurs changeaient à chaque année. Ce fut difficile pour moi de voir toujours changer la méthode de travail. J’aurais préféré voir rester le professeur Lupin jusqu’à ma septième année. J’appréciais sa pédagogie. Je préférais les plantes et les animaux : Eux me comprenaient peut-être. Au cours de Botanique, j’étais près des plantes et en Soins aux créatures magiques près des animaux. C’était comme marcher sur les plains derrière la demeure familiale. Le cours de Divination me calmait aussi. Il était agréable et j’avais l’impression d’être à l’abri de tout dans cette tour. Avec sa folie certaine, le professeur Trelawney aurait fait la première prise si problème il y avait.

J’étais plutôt solitaire à Poudlard ne me faisant que des connaissances, mais il y avait bien une amie à qui je tenais tout particulièrement. C’était Elie une Poufsouffle de mon âge. Gentille, elle se fichait pas mal de mon appartenance à Serpentard et m’aidait dans les cours. Je tâchais de l’aider aussi. Je me sentais idiot si je ne le faisais pas. J’aurais tant voulu l’inviter au bal de Noël du Tournoi des Trois-Sorciers, mais j’en fus incapable. Dans cette école si Harry Potter était l’élève le plus courageux, je devais être celui qui l’était le moins. En fait, étant un Serpentard, je ne devais pas dire être impressionné par lui. Déjà que j’étais vu comme anormal, on allait alors me rejeter totalement. Je ne désirais pas cela. Certes, Harry Potter m’impressionnait vraiment. Il est un véritable héros. Je détestais ma tante, mais je dois dire avoir apprécié qu’il tue finalement Vous-Savez-Qui ce dernier ayant tué Bertha Jorkins la sœur aînée de trois ans de ma mère. Pour la petite histoire, on n’avait plus de lettre à l’été d’elle. On croyait tous qu’elle s’était perdue … Encore. Elle était partie en Albanie l’été 1994. Personne de la famille n’avait songé en sa mort tous un peu honteux d’elle. Malgré l’agacement de mon père pour sa belle-sœur, les funérailles avaient été solennelles. Elles le devaient, car Bertha était de mon sang. Je vis même des gens inconnus assister aux funérailles.


« - Tu veux bien m’épouser Elie ?

Les deux adolescents étaient alors en septième année. Leurs traits avaient pris en maturité. Ils se fréquentaient en couple depuis trois ans déjà. Seuls dehors près du lac devant un coucher de soleil remarquable dans la vallée, Aonghas s’était donc agenouillé pour faire sa demande de manière traditionnelle telle son père aurait été fier de lui. Des palpitations et de l’excitation le tiraillaient. Pour une fois, c’était ses propres émotions.

- Oui ! Je le veux Aonghas. Pour toujours. On se fiche de ce qui peut arriver avec Tu-Sais-Qui et tout cela. Je veux être avec toi ! Je vais t’aider et ensemble tu n’auras plus de problèmes. Je t’aime !

Ils s’embrassèrent langoureusement. Ils se cachèrent entre quelques arbres et nus s’endormirent ensemble. Aonghas avait enlacé de ses bras le corps tout jeune d’Elie. Puis, il fallait bien que les préfets les trouvent au beau milieu de la nuit. Ils perdirent des points et eurent une retenue. Certes, ils s’en fichèrent éperdument. Ils étaient heureux. »


Jusqu’à la fin de l’année, nous étudions ensemble. On ne pouvait plus se quitter hâtifs de s’acheter une petite maison coquette dans la campagne anglaise. Elie réussit ses ASPICS haut la main, mais comme d’habitude je fus incapable de gérer le stress d’autres élèves en Sortilèges. Je réussis quand même à passer mes autres examens sans avoir, toutefois, un seul Optimal. Mon examen en Sortilèges fut désastreux. Je m’en voulu pendant un moment parce que j’étais un Sorcier stupide, incapable de faire ce que tout bon Sorcier fait : utiliser correctement une baguette magique. Puis, tous apprirent la mort du directeur de Poudlard le grand Albus Dumbledore à la toute fin de l’année. J’appris moi-même qu’ il y avait bien plus important dans la vie que de simples examens, qu’un simple examen de Sortilèges raté. En fait, Elie m’expliqua tout cela. Elle fut là pour moi en ce jour où tout le monde pleurait. Elle fut ma béquille, car j’ai pleuré aussi. Je me sentis coupable de sortir en douce de l’audience donnée en son honneur, mais je ne pouvais plus résister. Elie me suivit malgré tout pour être avec moi. Si ce n’était pas d’elle, je ne sais pas comment j’aurai passé cette journée. Elle aurait été bien plus ardu.

L’année suivante, tout le monde de la magie bascula. Voldemort et ses Mangemorts prirent le contrôle. Tout le monde comptait sur Harry Potter, mais personne ne savait où il se trouvait : il se cachait. Comme moi, mais moi je n’avais pas un assassin à mes trousses. Non, il ne fallait pas dire ce terme en public. On allait direction Azkaban sans retour. Au moins, Elie et moi avions trouvé un petit appartement à Londres. L’argent économisée n’était point assez pour nous acheter la maison de nos rêves. Optimiste, Elie aimer me rappeler qu’on l’aura et rapidement en plus. Elie me donnait toujours cet espoir que les choses reviendront à la normale et que Harry Potter vaincrait Lord Voldemort. Parfois, je me demande pourquoi elle ne l’avait pas fiancée lui à la place. Elle en parlait tout le temps. Elle souriait, riait et m’embrassait alors. Non parce que c’était moi qu’elle aimait. Certes, Elie était aussi de nature combattive et aimait venir en aide à ses proches. Elle se fit tuée à la bataille de Poudlard alors que moi tel un pleutre je me cachais. J’avais même tenté de l’empêcher d’aller se battre sans succès. Elie était aussi forte que ma mère. Nous pensions nous marier …

Atterré, je me fis violence pour retourner vivre au manoir familial. Je fus incapable de continuer à vivre dans cet appartement alors qu’elle n’était plus là : ma force, mon ange. Ma sœur Aileas s’était marié à un moldu et donc ne vivait plus au manoir. Mon frère Duncan semblait déjà se prendre pour le patriarche marié à une belle blonde. Notre père se faisait un devoir de le ramener à l’ordre sinon il me mettait moi comme héritier. Je ne sais pas si je serais digne d’être l’héritier de mon père pour tout dire. Pendant plusieurs années, je travaillais avec lui et mon frère à l’entreprise familiale. J’étais le trésorier et surtout j’arrêtai d’utiliser la magie. Elle ne m’avait qu’attiré des ennuis, des échecs et la mort d’Elie. J’aimais me réfugier seul dans ma chambre où j’amenais quelques paperasses à terminer. Je vous l’ai déjà dit que de m’occuper l’esprit m’empêche d’être empathique. Parfois, j’allais même marcher dans les plaines que j’appréciais toujours autant. Le vent frais et vivifiant me fait sentir si vivant alors.


« Aonghas était seul dans le salon du manoir en cette fin d’après-midi. Seul le chat vieillissant de la famille, Gord, était présent. On ne pouvait pas dire que l’animal faisait beaucoup de bruit. Le jeune homme triait quelques papiers administratifs concentré sur sa tâche et ne pensant à rien d’autre. La venue de sa mère dans la pièce le surpris donc. Bethany restait belle et élégante malgré l’âge. Elle lui tendit subitement sa baguette magique. Fronçant les sourcils, il se demandait comment avait-elle pu la trouver. C’était probablement un truc de mère.

- Tiens. Elle est à toi. L’aurais-tu oublié ?

- Non, mais elle ne m’apporta que des ennuis.

Rétorqua-il plus froid qu’il l’aurait voulu de prime abord. Baissant les yeux, Aonghas continua à trier les papiers. Certes, il ne triait plus rien maintenant. Puis, la tristesse que ressentait sa mère était trop grande pour pouvoir l’ignorer. Il releva la tête pour la fixer.

- Maman. Je … Je pensais pouvoir devenir plus fort avec la magie, mais c’est faux. Je n’arrivais même pas à sauver Elie ni à avoir un Optimal même.

- Mais deux Efforts exceptionnel. Tu peux faire de grandes choses Aonghas. Regardes-moi.

Soupirant désespérément, le jeune homme de 25 ans prit finalement sa baguette magique entre ses doigts. Il l’observa de fond en comble comme s’il venait d’utiliser un Retourneur de temps et c’était lui à 11 ans émerveillé d’avoir sa baguette magique entre les mains. Sa mère avait fait de grandes choses en effet. Elle œuvrait pour une Terre plus propre et plus écologique. Elle changeait le monde. Elle avait réussi à l’inverse de … Lui ? Il bougonna.

- Je me sens comme tante Bertha.

- Ne dis pas de telles choses ! Tu es mon fils et … Tu ne sais pas encore ce qui t’attends, c’est tout.

Elle l’enlaça tendrement comme seule une mère pouvait le faire. Cette étreinte donna un certain espoir et optimisme à Aonghas. »


Ma mère est certainement un ange descendu du ciel pour aider tous les humains. Enfin, j’évitais de me séparer de ma baguette magique à nouveau. Je me suis senti coupable de l’avoir fait pour tout dire. Subitement, je voulus changer d’air et donc je partis six mois à Londres sans trop d’objectifs en tête que d’explorer, de découvrir. Là, j’y rencontrai Maggie une jeune femme active, dynamique et incroyablement belle. Je crois que je bus trop dans un bar un soir. Je n’eus aucune idée de ce qui se fut passé. Le lendemain matin, j’étais chez cette jeune femme soit un joli appartement dans Londres et elle m’annonça m’avoir embrassé sur la bouche. Gêné, je voulus ne plus la revoir. Certes, elle exigea que je reste. Je tombai amoureux d’elle après trois mois. Cela avait fait si longtemps que je ne ressentis plus pareille joie ni ce plaisir. Elle était Moldue, mais connaissait mon secret. Non seulement celui que j’étais un Sorcier, mais le fait aussi que je suis empathique. Une soirée, on était à un bal de Noël et, elle, forte comme à son habitude trouva pleins d’arguments pour que je vienne aussi. Mais cela se passa mal. À un moment, j’attrapais le tournis. J’avais des vertiges. Toute cette joie … Puis, le vieux couple dans le coin de la salle qui se disputait … Non ! Non ! Je m’étais évanoui. Selon Maggie, j’étais fait faible et elle forte donc, on allait bien ensemble. Elle me faisait rire et j’étais tellement heureux de ne pas paraître tel un être anormal à ses côtés. Déjà que la moitié de la population de Londres doit me trouver étrange. Vous savez quand vous vous parlez tout seul sans vous en rendre compte. On se fiança ! On se maria devant toute ma famille et la sienne au complet. Mon père donna sa bénédiction probablement par ordre de ma mère comme d’habitude. Il devenait de plus en plus aigre et bourru avec les années. De plus, Duncan et sa belle blonde venaient d’avoir un petit garçon soit l’héritier du clan MacDougall et mon neveu.

Maggie et moi déménagions dans une petite maison toute écossaise. Je travaillais à nouveau à l’entreprise familiale et elle était vendeuse dans un petit commerce de vêtements. Je me sentais si bien en sa compagnie. Je pouvais être moi-même. Lors de mes crises qui se produisaient le plus souvent au restaurant, dans la rue voir même durant des conférences à l’entreprise, Maggie restait près de moi. Elle me faisait rire par ses sarcasmes et cela me donnait de la force, la force de me relever toujours. Jamais, elle n’apparut avoir peur de moi. Enfin, jusqu’à ce qu’elle attendait notre premier enfant. On était au début de l’année 2014 et les crimes produits à Poudlard se trouvaient bien loin dans mon esprit. Je savais que les grossesses rendaient émotives les femmes, mais il y avait autre chose aussi. Je le sentais. On s’embrassait, mais plus comme avant. Elle me laissait aller seul. Elle m’observait comme si j’étais une bombe à retardement. Je compris que trop tard. J’aurais peut-être du arranger les choses. C’était de la peur … Cette peur qui m’enveloppait aussi de plus en plus. On parlait peu. Je tâchais de maîtriser tout cela en restant seul. Elle avait peur que j’agresse notre fils si je perdais le contrôle.


« Il rentrait à la maison après une autre dure journée de travail. Il voulait voir où en était le ventre de Maggie et le petit être qui grossissait à l’intérieur. Ce serait un garçon avaient dit les médecins. Il allait devenir père … Cela l’effrayait autant que l’émerveillait, car depuis quelques temps Maggie n’était plus pareil.

- Je dois te parler s’il te plaît. C’est important.

Lâcha-t-elle subitement froide et mesquine, ce qui ne lui ressemblait pas, à la suite de leur baiser quotidien tout aussi froid. Fronçant les sourcils, il haussa les épaules déglutissant. Il ressentait la colère, l’inquiétude, mais aussi une certaine peur ressortant de sa femme, mais il voulait l’écouter comme à son habitude. Il l’aimait. Elle était tout pour lui. Ses caresses le rendaient plus calme, son sourire et sa confiance plus fort.

- Aonghas, je crois qu’on devrait … Tu te rappelles ce qui s’est passé lorsque nous étions chez ma famille à Noël. Moi, je m’en rappelle. Tu étais … J’ai eu peur pour toi, mais … Mais je ne veux pas que notre enfant vive cela. Je le refuse. Donc …

- Donc, tu veux qu’on se sépare. C’est ça ? Tu n’as pas confiance en moi. Tu veux te débarrasser de moi pour ne pas que notre enfant ait à connaître un père tel … Que moi !

- Je … Je t’aime, mais je …

Ils n’avaient plus rien à se dire. Mordant ses lèvres, ses mâchoires Aonghas ressentait la colère, la tristesse, mais aussi cette détermination qu’avait Maggie contre lui. Il se sentait coupable d’avoir réagi de manière un agressive. Il se sentit pleurer. Aussitôt, il s’enferma dans la chambre incapable d’en prendre une dose de plus. Il était un mauvais amant et il serait un mauvais père. Il l’avait toujours su. »


Après mon divorce en mars 2014, je ne retournais pas vivre avec ma famille. Enfin, j’y vécu un moment le temps de me trouver un nouveau logis et un emploi. J’étais agacé par la vue de Duncan et sa petite famille. Ma sœur Aileas me proposait sans arrêt de consulter un psychomage à Sainte-Mangouste. Non, je n’en avais pas besoin. Je ne suis pas fou. Non ? Je me trouvais finalement un emploi comme serveur aux Trois-Balais à Pré-au-Lard et un petit appartement à l’étage dont le voisin du bas est passablement bruyant et cela surtout la nuit. Enfin, je ne ressens pas ses sautes d’humeurs au moins. Ce qui est pratique à être serveur c’est que les gens se fiche de vous. C’est plus facile pour moi d’éviter d’absorber toutes leurs émotions de la remontrance faite par leur employeur à la joie de se marier. Non, ne me parler pas de mariage. De plus, j’ajouterais que d’être serveur m’incline à toujours tâcher de me remémorer les commandes et donc j’en oublie moult détails non importants alors. Rosemerta a été très tolérante là-dessus. Je l’en remercie en lui ayant promis d’être un employé exemplaire. Je ne pense pas rester éternellement à Pré-Au-Lard. Je veux faire quelque chose de ma vie. Je ne sais juste pas quoi encore …

Puis, Pré-au-Lard ce n’est pas le calme plat non plus. J’aurais dû m’en douter au vue des agressions et de l’apparition de la Marque des Ténèbres l’année précédente à Poudlard l’école étant située non loin de la ville. C’est quelque chose que je déteste cette marque. J’avoue ma tante était idiote. Je ne voulais pas sa mort toutefois. J’évitais, cette année encore comme à mon habitude, les célébrations du 1er mai même si elles m’étaient importantes : elles étaient la justice que donna Harry Potter envers ceux et celles qui sont intolérants. Un incendie se déclara cette année pendant les célébrations. Je sentais la fumée depuis chez moi. Je décidai donc de sortir et aller en forêt loin des cris de panique et de l’affolement général. Durant l’été, on en apprit plus de l’enquête montrant l’incendie comme criminel : un Sang-Pur ayant des idées noires peut-être. J’espère que le Ministère de la Magie sait ce qu’il fait. Moi ? Je ne suis qu’un serveur, n’ait point réussi ses ASPICS et empathe. Pff.


« Un homme entrait dans une chambre de l’hôpital de Londres. On était à la mi-août. À l’intérieur, reposait dans un petit lit un nouveau-né. La mère était profondément endormie dans le lit à côté. Les stores étaient tirés pour laisser la mère et le bébé se reposer à l’abri des rayons du soleil. L’intrus sourie. Son sourire semblait triste. Il s’approcha à pas feutrés du petit lit où dormait l’enfant.

- Qui êtes-vous ?

Se surprit une infirmière néanmoins en murmurant. Aonghas releva la tête sans répondre. Tout son corps, son esprit se faisait alors attaquer par ces émotions lancées pêle-mêle de l’infirmière. La surprise … La peur … Une interrogation certaine … Aonghas resta pantois, tendu ayant de la difficulté à ouvrir et refermer les lèvres.

- Vous êtes le père non ? Oh.

Comprit-elle heureusement assez vite. On avait effectivement prévenu l’étage qu’il y avait un invité pour cette chambre. La jeune femme allait alors réveiller la mère, mais Aonghas fit un geste vers l’avant probablement un peu brusque qui la cloua sur place. Non. Ne la réveillez pas songeait-il. Il prit une grande respiration puis, retourna son attention sur son fils. Son tout petit. Doucement, il caressa la joue du bébé. Il sourit. Il était divorcé de sa femme tant aimée et il lui était impossible de voir grandir son fils. La vie s’acharnait contre lui. Comment pouvait-il voir de manière positive ? Il se sentait impuissant. Il voulait être plus fort, mais comment devait-il si prendre ? »

   


   
Derrière l'écran
Prénom ou surnom :
Cherchez sur une autre fiche bande de curieux  What a Face
   
Age :
28 ans soit indice 1
   
Région :
Canada soit indice 2
   
Sexe :
Femme

   
Comment as-tu découvert Ascensio ?
Je suis un dc !!!  :coeur:
Qu'en penses-tu ?
Bah, je l'adore sinon, je ne me ferai pas un dc
   
Autres chose ?
Avez-vous trouver qui je suis ? Cherchez l'électricité produite par l'énergie vivante et vous trouverez  Aonghas MacDougall 4126900673

   
Code du règlement :
Merci pour l'info, je change ! Code validé par Rubens

   


Dernière édition par Aonghas MacDougall le Jeu 18 Sep - 3:42, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Callum Hodgson
Newbie
Newbie
Callum Hodgson

Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Eugenia, Billie & Rubens

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyLun 15 Sep - 17:16

Je ne pense pas me tromper (si oui honte à moi :cache: ) en disant : Ben ma fifille adoré, que fais-tu dans le corps particulièrement canonde ce jeune homme ? :han:

Un copain divorcé dans l'âge de Call, vient dans mes bras Aonghas MacDougall 3412605813

Rebienvenue ♥️

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob A. Jugson
Serdaigle
Serdaigle
Jacob A. Jugson

Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Une furie, un Prince de Lu Déchu, un Indiana Jones

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyLun 15 Sep - 17:18

Oh mais qui que voilà 8D ? Ne serait-ce pas le diable Marlou Aonghas MacDougall 1361479693

Rebienvenue en tout cas, et chouette choix d'avat :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Bartholomew K. Duke
Gryffondor
Gryffondor
Bartholomew K. Duke

Messages : 72
Galions : 65
Âge : vingt-trois ans, bitches.
Classe : M2 - soins et étude des créatures magiques
Avatar : vinnie woolston maggle

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyLun 15 Sep - 18:55

Ow, excellent choix d'avatar :han:

Re-bienvenue parmi nous Marlouchou Aonghas MacDougall 1131703311
Revenir en haut Aller en bas
Aonghas MacDougall
Sorcier
Sorcier
Aonghas MacDougall

Messages : 28
Galions : 40
Âge : 34 ans
Avatar : Josh Hartnett

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Marlow F. Hodgson

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyLun 15 Sep - 23:13

Lol. Trop facile n'est-ce pas ? On a juste à écrire: pile électrique et on trouve Marlow. Aonghas MacDougall 3585816091

Merci les copains. Merci à notre fondatrice bien-aimée pour avoir accepté ce personnage. Maintenant, enlève-moi mes gallions. J'ai dépensé ehhh. Aonghas MacDougall 3362069172

Ah bah, je pensais que Callum avait 38 ans. Désolée de l'avoir veillit. :cache:  Il a juste 1 an de plus que Aondhas. Aonghas MacDougall 494261208

J'ai fait mon histoire d'une traite, mais bon je dois corriger eh. Et oui oui, je vais trouver à nouveau ce code. Non, non je ne suis pas rebelle. Tiens, Marlow déteint sur moi. Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Aiden MacLean
Gryffondor
Gryffondor
Aiden MacLean

Messages : 52
Galions : 25
Âge : 10 ans et demi
Classe : 1ère année
Avatar : Madeline Carroll

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Aucun

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMar 16 Sep - 7:09

J'aime beaucoup ce perso ! VIVE LES ECOSSAIS *prend Aondhas dans ses bras* coupain !!
et re-welcome Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMar 16 Sep - 23:08

Re-Bienvenue Monsieur le Serveur ♥
Revenir en haut Aller en bas
Aonghas MacDougall
Sorcier
Sorcier
Aonghas MacDougall

Messages : 28
Galions : 40
Âge : 34 ans
Avatar : Josh Hartnett

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Marlow F. Hodgson

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 1:28

Merci Maureen ^^

Ouais, serveur. Quelque chose à dire là-dessus. Va pas rester serveur toute sa vie. Enfin, l'espère. :paix:

Donc voilà, histoire terminée, code trouvé, FINI !!! Aonghas MacDougall 2069579601
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix Snowhite
Sorcier
Sorcier
Phoenix Snowhite

Messages : 33
Galions : 20
Âge : trente ans.
Avatar : Evan Rachel Badasse Wood

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte :

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 11:13

JOSH HARTNETT... *BAMPREGNANT*
:stronglove:
Revenir en haut Aller en bas
A.-I. Anarchy Selwyn
Sorcier
Sorcier
A.-I. Anarchy Selwyn

Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : A. Noa D. Duke

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 16:16

Reeee :han:
Revenir en haut Aller en bas
Julian T. Lewinski
Sorcier
Sorcier
Julian T. Lewinski

Messages : 93
Galions : 165
Âge : 24 ans.
Classe : Aucune, mais ancien Serpentard.
Avatar : Bill Kaulitz. ♥

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 17:50

Bienvenue parmi nous ♥
Revenir en haut Aller en bas
Marlow F. Hodgson
Gryffondor
Gryffondor
Marlow F. Hodgson

Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Aonghas MacDougall

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 21:40

Merci à vous trois ... Sur le mauvais compte parce que je suis trop flemmarde pour changer. Aonghas MacDougall 4126900673

Les petits adultes attention, j'en ai un maintenant qui va pouvoir vraiment rivaliser. Quoique Marlow déjà héhé
Revenir en haut Aller en bas
Callum Hodgson
Newbie
Newbie
Callum Hodgson

Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥

Feuille de personnage
Options :
Niveau du sorcier :
Double compte : Eugenia, Billie & Rubens

Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall EmptyMer 17 Sep - 22:02

Changement de compte obligé pour la validation car.... VIENT DANS MES BRAS MON COPAIN ! :piment: cette histoire, très belle et ce personnage ! Original, attachant, j'ai qu'une envie : que nos divorcés-écorchés vif soient de grands poteaux et trouve le bonheur ensemble :piment:

Bienvenue sur ASCENSIO !


Tu es validé(e) !
Te voilà maintenant validé ! Un rang t'as été attribué selon tes informations. Si tu es un élève est donc membre de l'une des maisons de Poudlard, tu peux tout de suite te rendre dans la zone Sablier et poster un petit message dans le topic de la maison, afin de faciliter le comptage des points !

 Tu peux donc désormais commencer à jouer. Pour ce faire c'est très simple, tu peux envoyer des MPs aux membres, ou faire une demande de RP. Lorsque tu auras fait plus amples connaissance avec les membres, n'oublie pas d'aller faire ta fiche de liens, ainsi que ton répertoire de topics ! Tu pourras aussi rejoindre des clubs, ils sont importants pour l'intrigue du forum et te permettront peut-être de te trouver des liens plus facilement ! Pour toutes informations supplémentaires, nous te conseillons de jeter un œil à la partie vie scolaire qui regroupent toutes les informations importantes à savoir !
 Si tu as la moindre question, n'hésite pas, le staff est là pour ça !

 
Toute l'équipe d'Ascensio te souhaite un excellent jeu !  meugnon




_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Aonghas MacDougall Empty
MessageSujet: Re: Aonghas MacDougall   Aonghas MacDougall Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aonghas MacDougall
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: