Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez
 

 Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A.-I. Anarchy Selwyn
A.-I. Anarchy Selwyn
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything Empty
MessageSujet: Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything   Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything EmptyDim 29 Juin - 17:00

I'm sorry, for everything


AUDRIC&ANARCHY
Jour J. Je suis un peu stressé à l’idée de me retrouver face à Audric. Je suis toujours stressé en fait, j’ai peur de faire des choses mal, de travers et que ça ne le satisfait pas. Je ferais tout pour satisfaire Saddler. A vrai dire c’est mon rôle, et mon but. Ca fait bien longtemps que l’on ne s’est plus vu, même bien trop longtemps et sans rire, ça commence à faire un grand vide.  C’est ce matin que j’ai reçu le hibou qui m’indiquait de le retrouver à l’un de ses manoirs, en Russie. En Russie … oh, non, il ne pouvait pas avoir un manoir plus près ou dans un pays chaud. En même temps, ça se comprend, la Russie reflète énormément l’état d’esprit d’Audric … sa froideur, sa dureté.  Bien choisi. Je finis d’enfiler mon pantalon noir ainsi que mon long manteau noir, aux fermetures argentées. Je glisse une main dans mes cheveux pour les recoiffer ainsi que dans ma barbe de quelques jours, m’observant dans le miroir. Me voilà fin prêt de plus, après un regard glissé sur l’horloge, je remarque que c’est pile la bonne heure. Parfait, dans les temps en plus.

J’attrape ma baguette ainsi que la boîte de chocolats que j’ai spécialement acheté pour notre cher leader puis je transplane. Un voyage lourd, qui me donne particulièrement la gerbe. Oh j’ai l’habitude de transplaner mais là, c’est mal passé. Je souffle un peu, me doutant que je dois être aussi blanc qu’un cachet d’aspirine. Ca va aller, ça me passera. Je me dirige ensuite en direction du manoir avant de presser le bouton de sonnette. Un homme de main me répond, sans doute. Je me penche et prononce mon nom de famille puis il ouvrit les grilles. Je m’avance le long de l’allée, la tête haute et fièrement. On m’ouvre puis j’entre dans le manoir, regardant autour de moi. Ca me fait drôle, je n’ai jamais mis les pieds ici et j’avoue que ce manoir là me plait bien. Oh pour certains il ne serait pas chaleureux ni accueillant, mais pour moi il l’est.  A mon goût, au notre.

J’entends des bruits de pas ensuite. Je n’ose pas me déplacer, je reste poli avec mes amis, avec les membres de ma famille. J’ai du respect, on ne dirait pas comme ça mais je sais en avoir, et je sais ce qu’est la politesse, c’est juste que tout le monde ne la mérite pas. J’aperçois Audric s’approcher, je ne peux contenir mon sourire et je m’approche de lui avant de lui tendre les chocolats. « Bonjour mon amour … Je pensais que ça allait te faire plaisir. J’ai cru comprendre que tu n’avais pas le moral. » Un petit peu d’humour, ça ne fait pas de mal n’est-ce pas ? Après je me fiche légèrement de comment il va prendre la chose, mais bon. Je lui affiche un sourire puis je déboutonne ma veste et je regarde à nouveau autour de moi, curieux. « Chouette baraque ! » Dis-je un peu pour moi-même avant de me tourner vers lui, l’observant. « Je pense que si tu veux me voir, ce n’est pas pour parler de la pluie et du beau temps …Qu’est-ce qui a ? »







Revenir en haut Aller en bas
Audric A. Saddler
Audric A. Saddler
Serpentard
Serpentard
Messages : 235
Galions : 406
Âge : 22 ans
Classe : M2 Justice Magique
Avatar : Gaspard Ulliel
Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything Empty
MessageSujet: Re: Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything   Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything EmptyLun 7 Juil - 23:40




Kneeling in front of me. 

Tel un prince, j'étais là, mon aura embaumant la pièce. Cette baraque regorgeait de souvenir les plus insaisissables, des souvenirs qui venaient lécher ma folie. Ils m'accordaient des œillades brûlantes qui m'emplissait d'une fierté malsaine et surtout d'une envie de vengeance destructrice… Elle était si pure cette envie, que lorsqu'elle dégoulinait contre mes lèvres et ma gorge, je ne sentais que la brûlure de son innocence… Quelle était dingue cette envie, inssassiable et si violente. Un véritable monstre doté d'une conscience propre. Il hurlait aujourd'hui. Ses cris me déchiraient. Je me devais de lui servir sur un plateau d'or ce qu'il désirait…. Ton sang, mon amour. C'est ton sang qu'il veut en cette douce journée, Anarchy. Semblable à ton nom, il veut semer le chaos dans ton être et ton esprit, te faire trembler à mes pieds et surtout te faire cracher un pardon que je t'accorderai… Au gré de mes envies.

Le manoir Saddler, perdu dans les contrées russes était au sommet d'un montagne, régnant sur un domaine immense d'étendu d'herbe et d'eau. La vie semblait être morte en même temps que mes parents dans ce foyer et c'était le cas. Les baies vitrées grandes ouvertes, les longs et lourds rideaux ondulaient au gré du vent glacé, répandant des ombres inquiétantes dans la pièce. Propre et ordonnée, comme si tout s'était figé. Spacieux et luxueux, à l'image de la gloire et la fortune avare des Saddler. C'est dans cette même pièce que j'ai goûté au sang de mon père, dans cette même pièce que j'ai vu ma mère mourir de la baguette de ces insectes, de ces immondices, ces sangs impurs, ces choses que j'allais détruire…

Je restais immobile face au monde, la pupille fixée sur le lac au loin, observant les bêtes équines dans leur domaine. Je restais immobile et si froid, véritable statue de glace lorsque le majordome annonça ton arrivée. Discret, il s'effaça, comme lui, comme les elfes de maisons, comme tous les autres. La mort planait dans cette maison, elle faisait rayonner mon ambition… Une colère sourde cognait dans mon être.

J'ai fini par tourner les talons, m'approchant de toi. L'iris glacé, mon regard vint entailler son visage et ton corps, s'arrêtant quelques secondes sur la fameuse boîte de chocolat… Mon péché mignon, péché défendu. Je l'attrape, évidemment, sans un mot et je la reposa sur une lourde table en ébène plus loin. Je ne dis mot, je reste silencieux, restant l'ombre de cet élève discret et parfait, ce premier de la classe doué pour tout. Je reste là, simplement à t'observer, te laissant t'enliser dans ce malaise qui bientôt viendra souffler contre ta nuque. Délicieuse brise de mépris.

Ce n'est certainement pas une visite de courtoisie. Si je t'ai réclamé si loin de Poudlard, tu te doutes bien que c'est en rapport avec nos affaires. Ces demandes, ces buts, ces ordres soufflés à demi-mots qui t'ont conduit parfois si loin de tes contrées natales pour mettre la main sur des recherches, des objets, ou pour tout simplement entrer en contact avec certaines personnes. Les bonnes.
Non, ce soir tu n'es pas mon ami, je ne suis pas le tien. Ce soir, j'étais ton Prince, j'étais ton Roi, celui qui ne t'oseras regarder trop longtemps dans les yeux, sans sentir la caresse menaçante de ton obéissance.

Mais le silence s'installe. Il règne ici, entre nous lorsque tes lèvres se sont fermés sur tes derniers mots. Je t'observe longuement, toujours aussi silencieux. Peut-être as-tu remarqué ma mâchoire si crispée ? Je me redresse, m'éloignant. Je te tourne le dos. Les secondes coulent. Les minutes passent.

Puis un doucereux murmure coule de mes lèvres. Véritable lave, un magma brûlant qui ne cherche que ton corps et ton cœur. Ces quelques mots qui viennent embraser ta raison, détruire ton peu de sécurité. Aujourd'hui, j'étais Dieu. Toi, la pauvre âme que j'allais juger.  «J'ai envie de te crever les yeux… Cette douce voix menaçante, presque tentatrice. Si sombre, si noire, si morbide et si câline. Elle était là, cette voix, si calme, si douce et elle te promettait tant d'horreur… T'entendre hurler… Me supplier d'arrêter, Anarchy... Et crois-moi. J'étais bel et bien au courant de tes penchants bien trop masochiste pour ne pas apprécier une quelconque douleur. Mais il n'était pas question de plaisir. Il était question de ta vie. Donne-moi… Une seule bonne raison pour ne pas…. T'observer te noyer dans ton sang et ton urine, Selwyn. »  Lentement,  je me tournais vers toi. Mes yeux glacés violèrent les tiens. Pas un mot de plus ne coula de mes lèves, mais de ma baguette coula avec tendresse ce sortilège de douleur. Doloris. Je t'observais d'une pupille avide tomber à mes pieds. Tu n'auras jamais connu semblable douleur que celle de ma haine, celle qui a fait de moi un monstre… Celui que tu déchaînes en me trahissant. Hurle, mon amour, hurle. Je serais certainement plus enclin à t'accorder mon pardon.

© charney

Revenir en haut Aller en bas
A.-I. Anarchy Selwyn
A.-I. Anarchy Selwyn
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything Empty
MessageSujet: Re: Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything   Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything EmptyJeu 11 Sep - 19:47

I'm sorry, for everything


AUDRIC&ANARCHY
J’ai bien compris, que ce n’était en aucun cas une visite de courtoisie. Je sais qu’il m’en veut pour ce que j’ai fait, pour mon manque de discrétion et qu’il va me rappeler à l’ordre. Quoiqu’il arrive, je tenterais de me faire pardonner comme je le peux. Je sais que ça ne sera pas chose facile, surtout pas avec lui et qu’il lui en faut beaucoup. Mais qu’importe, je sais ce qui risque de m’arriver en y allant. Et je n’ai pas le choix que de me rendre dans ce manoir, demandé pardon bien que je sache que ces chocolats ne réussiront pas à me faire pardonner entièrement. Je sais ce qui m’attend, du moins je me l’imagine et au fond, je crains le pire. Bien sûr, la douleur me fait du bien, bien sûr quand on me torture j’y prends plaisir. Cette douleur qui vous fait vous sentir vivant, cette douleur qui s’empare de vous jusqu’à vos tripes. C’est un sentiment normal qu’éprouve l’être humain. Mais je ne suis pas normal, je l’éprouve d’une manière bien différente. J’ai envie que l’on me fasse du mal, j’ai envie que l’on me punisse, j’ai envie de la ressentir.

Un long silence s’installe. L’humour, finalement n’était pas réellement obligatoire, ça n’a même rien changé ou, au contraire, ça l’a plutôt énervé, encore plus. Qu’importe, au point où j’en suis. Ce n’est pas comme si j’essayais de me rattraper. J’ai fait une connerie, et je le sais. Je l’assume pleinement. Je ne dis rien, attendant qu’il prenne la parole, qu’il réagisse. Il me tourne le dos, comme ne m’accordant plus aucune attention. Je lâche un long soupire puis je pince mes lèvres entre elles, gardant le silence. Ce silence tellement pesant en dit long. Il est presque inquiétant. Dieu seul sait ce qui se passe dans sa tête, et si vous saviez ô combien je suis content de ne pas savoir lire dans les pensées des gens. Parfois, ça m’arrangerait.

Sa voix résonne enfin dans cette pièce morne et glaciale. Je m’en doutais, à vrai dire ses paroles ne me surprennent pas. Ses paroles suivantes m’arrachent un long frisson. Je sens l’adrénaline monter petit à petit. Je sens cette boule se former dans mon ventre, cette sensation qui vous prive de toute envie, qui vous paralyse. Une seule bonne raison de ne pas me regarder me noyer dans mon sang et mon urine ? Oh, probablement le fait que je sois tout de même un bon élément. « J’ai fait une seule erreur Audric … et je le regrette. Je te demande pardon. J’ai toujours été efficace dans tout ce que tu m’as demandé, pour tout ce que j’ai fait pour toi. » Et je le resterais, parce que tout ça, ça me tient à cœur. Parce que je VEUX que nous dominions sur le monde magique. Que l’on écrase cette vermine.

D’un coup, je sens cette douleur aigue s’emparer de moi jusqu’à la moelle. Tellement aigue, tellement intense que je ne peux tenir debout, que mon cerveau m’en empêche, qu’il essaye tant bien de contrôler cette douleur là, mais il n’y arrive pas. Je pousse des gémissements, de douleur et non de plaisir… du moins, pour le moment. Je tente de prendre sur moi, mais c’est impossible. La douleur est présente, réellement. Les gémissements se transforment en cri. C’est insupportable … mais ça en devient presque jouissif. Je ne le supplie pas. Je sais que je dois payer pour ce que j’ai fait. Je le mérite, et il a raison de me faire autant de mal. C’est ma punition, et si je peux réparer mes erreurs en le laissant se défouler sur moi, je me laisserais faire. Et de toute manière, je ne comptais en aucun cas lui tenir tête. Je suis totalement soumis à lui. « Je … Je suis désolé … » Dis-je entre quelques gémissements. Mon corps est totalement crispé, courbé.







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything Empty
MessageSujet: Re: Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything   Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Anarchy&Audric ♦ I'm sorry, for everything

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Le reste du monde :: Résidences :: Manoir Saddler-