Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint    Mer 25 Déc - 15:14

Coude appuyer sur l’encadrement de la fenêtre, tête appuyé sur ma main servant accessoirement de trépied, mes yeux balayent le paysage recouvert de neige
« smile.. Smile Aoyagi-kun »
JE soupire, encore cette phrase, encore cette voix qui résonne dans ma tête.
Laisse moi.. Pas aujourd’hui
« smile smile »
Ne sait il donc rien dire d’autre ? JE mets mes mains sur mes oreilles en baissant la tête, cette désagréable impression de devenir fou. Au début sa voix n’était que murmure, mais aujourd’hui je l’entends de plus en plus distinctement, je sens sa présence. Merde je me donne la chaire de poule tout seule, mes pieds semblent faire leur vie et se déplacent seul jusqu’à mon lit ou je m’étale comme une grosse bouse de dragon. Main derrière la tête je regarde pensivement baldaquin me perdant complètement dans mon esprit lubrique.
« Le vent qui hurle en moi ne pense plus a demain, il est bien trop fort j’ai luté en vain »
Je soupire, les battements lent très lent de mon cœur martelait ma poitrine a chaque coup et me font souffrir. Je me réveille en sursaut le front en sueur ou chaque gouttes perlaient le long de mes tempes. Souffle haletant, je passe une main sur mon visage pour finir sa course dans mes cheveux pour me relever vers la fenêtre.

Mes pensées se perdent a nouveau devant se magnifique paysage, inconsciemment ma mains va dans ma poche et en sort un paquet de carte avec lequel je me mets a jouer, a battre, couper, faisant virevolter entre mes doigts et d’une main a l’autre.

Je deviens fou
Remettant le paquet de carte dans ma poche, j’enfile mon bonnet et mon écharpe pour sortir et me promener au parc. Personne a droite, personne a gauche c’est partit pour le mode ninja furtif. Une fois sur le parvis de l’école, je descends les derniers escalier pour allé marcher dans les seuls endroit de neige ou personne encore n’a marché pour y laisser une trace de moi qui certes disparaîtra une fois que les beaux jours reviendront. Ephémère, rien n’est éternelle, un jour tout passe, tout s’efface seul demeure le souvenir. Tout en marchant un sourire aux lèvres, je joue avec mon jeu de carte, sorcier doué, prestidigitateur hors paire, il ne me manque plus que d’être un X men dans la même lignée de Gambit et ma vie serait comblé. JE m’arrête devant un arbre ou avec ma baguette je dessine une cible fictive et avec un autre sort, je durcis mes cartes pour réussir à les lancer. Reculer a bonne distance, je jette mes cartes sur la cible, un compteur de points automatique comme arbitre.
« il en faut peu pour être heureux »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint    Jeu 26 Déc - 1:45

Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint

Mikaela H. Von Rosen & Celeborn I. Aoyagi

If you want to play it like a game, come on come on let's play ♪

J’enroule le parchemin que je viens de finir d’écrire, une dissertation de base sur les droits et les devoirs qu’en tant que sorciers nous nous devons de reconnaître. Pile le genre de sujet qui a le don de m’endormir, je ne sais d’ailleurs pas comment j’arrive à suivre en cours quand je les entends argüer sur un banal « le bien c’est bien et le mal c’est mal ». D’accord, dans les détails c’est différent et cela revient toujours à savoir ce qui doit être considéré comme mal et comme « pas mal » car dans les procès on s’occupe rarement des « bonnes choses » mais enfin, fondamentalement, ça reste ça et je trouve ça profondément ennuyeux. Oui, je suis un peu de mauvaise foi, et alors ?

Je ferme les livres dont je me suis servie et les renvoie dans leurs rayons d’un coup de baguette dès que Madame Pince à le dos tourné. Quoi, elle pense vraiment que je m’amuse à arpenter la bibliothèque pour ranger les livres ? Je dois déjà l’arpenter pour trouver ces mêmes livres alors très peu pour moi… et au moins je ne les laisse pas en plan, c’est toujours ça. Une fois ceci fait, je me relève pour sortir de la bibliothèque, en passant dans le couloir j’aperçois le manteau blanc qu’a revêtu le parc du château. Il neige et je ne peux m’empêcher de me sentir un peu nostalgique. Il n’y a que la neige qui me ramène à Abisko en réalité, car le paysage qui entoure le manoir c’est plutôt la toundra, les arbres se font rares, mais je dois avouer que ça reste assez beau à voir.

Il est tard, pourtant me taraude l’envie de sortir profiter de la neige et du froid. Je remonte donc vivement vers mon dortoir pour y déposer mes affaires et, comme les filles sont encore en train de babiller dans la salle commune, j’enfile une écharpe et sors par la fenêtre, à cheval sur mon Friselune. Je rase les murs en évitant les fenêtres comme j’ai l’habitude de le faire et monte jusqu’au toit d’où je repars en m’éloignant du château. Voler est un peu une seconde nature chez moi, c’est pour ça que je suis entrée dans l’équipe de Quidditch, parce que je n’ai pas vraiment l’esprit d’équipe même si je suis loyale… enfin disons que les joueurs de mon équipe ne sont pas vraiment le genre de personnes auquel j’ai envie d’être loyale, mais ai-je seulement le choix à présent ?
Je m’élève aussi haut que je peux avant de redescendre en piquet pour ne redresser mon balai qu’à un mètre du sol, le vent glacé me fouette le visage, mes cheveux me gênent à chaque virage que je fais mais je ris comme un feu follet.

Soudain, en contrebas, dans le parc, j’aperçois une silhouette que je reconnais aussitôt. Je stoppe mon balai, cachée par le brouillard et la neige, il y aurait peu de chance qu’il m’aperçoive s’il levait la tête, et encore moins qu’il me reconnaisse, alors je le regarde faire, je le regarde s’amuser avec ses cartes à jouer moldues, s’en servant comme de fléchettes sur une cible magique. Personne ne lui a jamais fait remarquer que mélanger la vraie magie et des accessoires comme de pitoyables cartes c’est… pitoyable ? Je ne le connais que peu mais du peu que je sais, il a l’air d’être très branché « magie moldue »… est-ce que, d’un côté éthique, ce ne serait pas de la triche qu’un sorcier devienne magicien ?… Y a pas à dire, quand je termine une dissertation, je me pose toujours autant de questions bizarres… Comme si moi j’étais bien placée pour parler d’éthique et de triche…

Je resserre mon écharpe autour de mon cou, à présent que je suis quasi-immobile, j’ai l’impression que le froid m’agresse davantage, et me rapproche doucement, espérant rester invisible à ses yeux encore un peu. Je sors ma baguette de ma botte et la pointe vers ses projectiles que je dévie les uns après les autres jusqu’à ce qu’il cesse et je me rapproche encore.

« Ne t’essaie pas aux fléchettes moldues, tu n’es pas très doué pour viser j’ai l’impression, le taquiné-je sans sourire. »

Oui, c’est à cause de moi qu’il a raté sa cible, je le sais, mais il est comme tous les autres, j’aime bien l’embêter… quoiqu’il ait de la chance que je l’aime bien tout court sinon je pourrais être plus méchante que taquine. Je grimpe sur une branche de l’arbre sur le tronc duquel il lançait ses cartes et y dépose également mon Friselune avant de m’asseoir.

« Mais dis-moi, que fais-tu dehors à cette heure-ci mon gentil petit Serdaigle ? Les aiglons sont plus studieux que ça habituellement, je me trompe ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint    Dim 29 Déc - 18:54

Ne rien prendre au sérieux, s’amuser encore et encore jusqu’à ce que l’age et l’usure les enveloppes dans la chaleur de son linceul. La vie est courte, il faut en profiter loin des futilités et l’imbécillité, ce que je fais chaque jour qu’il m’est donné de vivre. Pourquoi choisir un des 2 mondes alors que les 2 ont le lot de bons et de mauvais côtés ? Autant prendre le meilleur des 2 et se refaire soit même son propre monde. Mes pensées se perdent dans une utopie qui me correspond bien, pas de chicane inutile, paix, aucune violence, si seulement on s’acceptait tous tel que nous sommes, tout serait bien plus facile. Même si cela m’a valu beaucoup de moquerie depuis ma première année, ensorcelé certains de mes jouets moldus étaient obligatoire notamment mes paquets de cartes. Si ma mère ne le faisait pas, je refusais de retourner à Poudlard, magie ou sorcellerie c’était un art qu’il faut toujours travailler pour se perfectionner. Avoir honte d’être un sang mêlé ? et puis quoi encore, montrer ce que je savais faire en impressionnait certains, en révulsait d’autres,mais que cela soit l’un ou l’autre au moins on parlait de moi.

« Hissons nos couleurs »
D’épanouir dans l’adversité faite ce que nous sommes et probablement ce que nous serons, j’ai du mal à me résoudre à arborer l’étroitesse d’esprit de certains élèves de cette école. JE n’incrimine en aucun cas les serpentards, mais c’est avec eux que j’ai toujours eu le plus de problème. Ce qui est sur, c’est que si on regardait le mot tolérance dans le dictionnaire on y verrait sûrement pas leur blason. JE continue de jeter mes cartes visant le centre quasi a chaque fois, il faut que j’arrête, m’en prendre à des gens physiquement absent n’est pas dans ma nature et indigne de moi.
« Sang de bourbe, raté, vendu, traître, inutile, tu devrais avoir honte »
Une de mes mains se porte à mon front en serrant les dents… Cette voix…
Tais toi

Moment de déconcentration, j’essaye de jeter de nouveau mes cartes, mais aucun ne parvient à toucher la cible, passant même a l’exacte opposé ou je voulais les envoyer. C’est bizarre, c’est suspect… Avec ma baguette, je ramène les cartes a moi en regardant autour de moi, ne voyant personne, je continue et a nouveau mes cartes dévient.
« Tu es aussi nul comme sorcier que comme magicien »
Je fais semblant de ne rien avoir entendu, touchant les cartes une a une persuadé que le sort que j’ai jeté ne fait plus effet et que du coup elles dévient a cause du vent. Cependant, chacune d’entre elles étaient encore sous l’influence du sort, c’était vraiment à n’y rien comprendre. A moins que… Je finis pas lever la tête, je là vois toute pimpante, je l’entends, la haut perché sur son arbre, sa crinière rousse flamboyante volant au vent, son regard rieur et le son moqueur de sa voix… Ce visage qui m’est familier me revient à présent en tête.

Très cher Mikaela la  gentillesse de tes propos me va droit au cœur. JE m’incline. Tu as raison, je dois rester dans ce que j’excelle le plus. A l’aide d’un sort, je secoue la branche sur laquelle tu es perché suffisamment fort pour que tu perde l’équilibre et en tombe. Je me trouve juste en dessous pour te rattraper dans mes bras, mon regard se plongeant dans le tien, un petit sourire aux lèvres.
Je sais que je suis un séducteur, mais d'aller jusqu'à faire tomber les filles des arbres, tu m'honores.
Dans ma grande clémence, je te repose délicatement au sol et je m’éloigne pour ramasser les quelques cartes par terre faisant disparaître au passage la cible ainsi que le compteur de points.
Tu sais dans cette école il y a certaine catégorie d’élève qui possède… dirons nous quelques prédispositions. A l’aide d’un sort je fais virevolter mes cartes au dessus de ma tête qui se range en arc de cercle.
J’ai une activité cérébrale suffisante pour palier étude et amusement, ce qui n’est pas le cas de tous ici bas. Mes cartes sont prêtes à te charger et d’un coup de baguette elles se jettent toutes sur toi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint    Lun 17 Fév - 16:44

Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint

Mikaela H. Von Rosen & Celeborn I. Aoyagi

If you want to play it like a game, come on come on let's play ♪

Du haut de ma branche, j’observe cet énergumène que je peine à comprendre. Non, je ne comprends pas, n’ai jamais compris et ne comprendrai jamais ce qui peut autant le passionner dans tous ces petits tours qu’il s’échine à faire à longueur de temps. Même chez les moldus, la « magie » reste un domaine considéré comme infantile, mes camarades de classe dans l’école à laquelle ma moldue de mère m’avait inscrite s’extasiait facilement quand un adulte sortait une pièce de derrière leur oreille, personnellement ça m’avait toujours laissée de marbre en comparaison à ce que mon père m’apprenait à faire. D’accord, les magiciens sont bien des adultes mais il faut « avoir une âme d’enfant » pour y croire réellement, encore que ce ne soit rien qu’une question d’habileté. Tout ça pour dire que, pour un véritable sorcier, capable de faire de la vraie magie, l’inutilité de ces tours devrait être évidente.

Celeborn répond alors à ma remarque, retrouvant son insolence disparue un instant à cause de mon propre tour, puis je sens ma branche s’agiter. Je pose mes mains sur le bois pour tenter de m’y accrocher, mais trop tard, je tombe et n’ai même pas le temps de sortir ma baguette pour amortir ma chute. Je me vois déjà atterrir sur le sol glacé, j’entends déjà ses rires et, surtout, je décide déjà de me venger, sauf que c’est dans ses bras que je me retrouve. Surprise, je cherche son regard et il esquisse un petit sourire. Je plisse les yeux, rageant intérieurement, tandis qu’il se jette des fleurs. Ah les hommes qui savent qu’ils sont beaux sont bien les pires. Il me repose finalement sur la couche neigeuse qui recouvre le sol puis s’éloigne de moi pour récupérer ses accessoires moldus. C’est en l’écoutant d’une oreille que je lève les yeux vers l’arbre et sors ma baguette pour faire redescendre mon balai qui s’appuie bien sagement contre le tronc, attendant que je revienne le chercher pour finir ma balade et retourner au dortoir.
Je me retourne ensuite vers le Serdaigle pour lui accorder un brin d’attention, après tout, c’est moi qui suis venue à sa rencontre. Il ensorcelle alors ses cartes pour les faire voler, et la minute d’après, elles me prennent pour cible et me foncent dessus. Malheureusement pour elles, je suis une cible plus difficile que cet arbre à côté de moi, je braque ma baguette et informule un Protego qui les arrête aussitôt, mais plutôt que de les laisser rebondir vers lui, je les stoppe. Je m’accorde enfin un sourire arrogant.

« Oh mais tant mieux pour toi… ceci dit l’amusement, c’est bon pour les enfants, tu sais. Tout comme ces… cartes. »

Je ramène les bouts de cartons dans ma main et les pince entre mes doigts comme pour essayer de saisir l’intérêt qu’elles peuvent susciter bien que je sache qu’elles n’en ont aucun. Cependant, je n’ai rien de particulièrement passionnant à faire, là, tout de suite, et examiner ces cartes est encore plus agréable que d’entendre les bécasses de mon dortoir piailler comme des idiotes. Au moins les cartes sont silencieuses et elles ne me donnent pas envie de les frapper ou de les faire passer par la plus haute fenêtre de la plus haute tour.

« Personnellement, je préfère utiliser mon temps de façon plus judicieuse. J’ai de bien meilleurs projets pour mon avenir que d’user de mon activité cérébrale sur ce genre de futilités. »

Je défais mon attention des cartes blanches et la reporte sur mon vis-à-vis. Quel gâchis, je suis pourtant certaine qu’il a un énorme potentiel, alors pourquoi gâcher son temps de cette manière ? Ça me dépasse… ce mec est vraiment une énigme pour moi. Mais ça ne durera pas, le percer à jour est devenu un défi personnel. Et en attendant, je peux toujours l’embêter.
J’avance de quelques pas vers lui, pour lui rendre ses cartes de façon plus civilisée que celle dont il me les avait envoyées.

« Mais bon, si tu as besoin de ça pour avoir l’impression d’être spécial et de te démarquer c’est ton problème. »

Mon sourire reprend place sur mes lèvres pâles, cette fois ouvertement moqueur.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint    

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la neige tombe tombe drue et que le jour s'éteint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ L'extérieur de Poudlard :: Le parc-