Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Admin
Messages : 436
Galions : 565
Âge : 34 ans
Avatar : Harry Lloyd
MessageSujet: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Jeu 12 Sep - 0:21

Intrigue #1 : la Marque

Partie I
Cela ne fait que quelques semaines que la rentrée a eu lieu à Poudlard. Après deux mois de vacances auprès de leurs familles, les élèves commencent peu à peu à retrouver la monotonie d’une journée de classe. Il ne leur a fallu que quelques jours pour reprendre leurs bonnes vieilles habitudes et très vite, l’année s’annonce calme mais enrichissante, loin de tous rebondissements qui pourraient changer pour de bon l’ambiance à Poudlard… Il est bien vrai que depuis la fin de la guerre, le monde magique essaie de se reconstruire sur un contexte de paix et que cette nouvelle philosophie de vie a ses marques dans la prestigieuse école de sorcellerie malgré les quelques rancœurs qui subsistent. On voit en Poudlard un lieu sûr, et les élèves n’ont pas un craindre une quelconque menace…

Pourtant cet après-midi-là qui s’annonçait alors « comme les autres », tout bascule. Tandis qu’une partie de l’école est en cours, une autre a le champ libre et profite du beau temps que leur offre la fin de l’été. Personne ne se doute que l’instant d’après, plus rien ne sera plus jamais pareil à Poudlard.
Alors qu’un beau soleil brillait, le ciel commence à s’obscurcir tandis que l’on sent le vent se lever, comme si un orage se préparait. Et pourtant ce n’est pas la foudre qui s’abattra sur Poudlard… Chacun lève son regard vers le ciel et y distingue un symbole encore inconnu de tous mais qui rappellent la Marque des Ténèbres. Tout de suite des questions se posent, est-ce le retour du Mage noir ? Ou simplement une mauvaise blague ?

Alertés, les professeurs prennent rapidement les choses en main, ayant chacun un groupe d’élèves dont ils doivent s’occuper, afin de les interroger sur l’apparition de cette mystérieuse marque…
Il est tout bonnement hors de question que le coupable s’en tire à bon compte. Le personnel le sait, le coupable se trouve parmi cette masse d’élèves. L’important désormais, est de savoir lequel est-ce.

______________________________________

Vous faite parti du groupe n°2

- Alan M. Davis
- Melchior Stanhope
- Ernest Rosenwald
- Angel I. McVries


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascensio.forumactif.org
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 161
Galions : 150
Âge : 32 ans
Avatar : Chris Evans
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Jeu 12 Sep - 14:48




Intrigue#1 - La marque

Alan Davis faisait partie de ces enfants qui avaient connu la haine, le rejet, la guerre et plus tard ses héros. La guerre, il l’avait connu bien jeune, et elle lui avait volé ses plus belles années, ses plus beaux souvenirs, le rendant adulte à l’âge où l’on ne se préoccupait que de ses premiers amours et de ses devoirs. Poudlard, il l’avait quitté à l’âge de quinze ans pour voir sa mère se faire juger de « sang-impur ». Pour l’entendre dire qu’elle et sa progéniture étaient des monstres. Ils n’étaient pourtant pas tous « pur » ces gens qui les pointaient du doigt et les condamnaient, cependant, ils faisaient partie du « bon » côté. Ils étaient rangés du côté de celui qui avait le pouvoir, ce qui leur était semble-t-il bien pratique. La détention, la résistance qui l’en tira. A l’âge de quinze ans, Alan Davis était devenu un résistant, un guerrier, de ceux qui se battaient en première ligne sans jamais recevoir de médaille. Trois ans plus tard, la guerre bien achevée, il s’était retrouvé comme tous ceux partageant son expérience en proie à l’angoisse des soldats n’ayant plus de guerre à mener. A l’âge de vingt ans, nommé Chef de la résistance, il devint celui qu’on nommait « l’enfant de la guerre », un homme que tous connaissait, et qui n’avait finalement désormais d’autre occupation que de s’afficher lors de gala sans intérêts et autres cérémonies de commémoration.

Si parfois sa vie lui semblait monotone et ennuyeuse, allez dire à cet homme que tout était sur le point de recommencer. Il vous promettra un accueil des plus terribles. Et de ce fait, lorsqu’en ce bel après-midi qui ressemblait à tout autre, le ciel se voilà pour faire place à une marque dans le ciel, le désormais professeur d’Occlumancie s’en alla au pas de course trouver le bureau du professeur McGonagall. Mâchoire serrée, la mine sombre, il retrouva en une seconde la sensation d’angoisse et de rage avec laquelle il avait vécu durant près de sept ans avant de finalement lui dire adieu. Parmi la masse des professeurs déjà présent, il était celui qui parlait le plus fort, celui qui invoquait les sanctions les plus dures aussi, et sa supérieure eut bien du mal à lui faire entendre raison, à savoir que peu d’élèves étaient vraiment coupables comparé à la masse de suspects qu’ils avaient désormais à gérer.  Si la solution plaisait peu à Alan, on l’obligea pourtant à rester à sa place qui était non plus celle d’un guerrier, mais celle d’un enseignant, lui offrant pour tout réconfort, une liste de quelques prénoms appartenant à des élèves qu’il interrogerait. Super deux mioches, et un mec qui aurait quitté Poudlard à la rentrée prochaine avec le niveau d’étude maximale. Il était verni !

Gagnant le parc où l’on avait ordonné aux élèves « suspectés » de se rassembler, c’est d’une voix ne laissant présager aucune indulgence qu’il cria à la volée les noms de ceux qu’il avait à sa charge :


- « Angel Mc Vries, Melchior Stanhope, et Ernest Rosenwald, avec moi ! Et bougez-vous ! »    

Lorsqu’il vit les trois concerné sortir de la masse pour le rejoindre, le visage du blondinet de 5ème année lui sauta aux yeux. Bon sang… Ce n’était pas croyable ! Voilà qu’il se trouvait à devoir interroger le fils de l’un des Mangemorts que son équipe avait si difficilement traqué durant la guerre. Une pourriture comme on n’en faisait plus, et voilà qu’il se retrouvait à devoir interroger la progéniture à propos d’un cas relevant de cet ancien conflit. Autant dire qu’il lui serait difficile de ne pas avoir de préjugés le concernant… Stanhope. Bon sang mais c'était pas croyable ! On lui refilait le jour et la nuit dans le même groupe, ça devait tenir d'une farce ! Ce gamin, comment ne pouvait-il pas le connaître?, il avait changé ses couches plus d'une fois par le passé, et pour cause ! Il avait travaillé main dans la main dans la résistance avec ses parents pendant des années. Ses parents qui comptaient d'ailleurs parmi ses rares proches amis, et bien qu'il ne connaissait pas leur fils désormais grand personnellement, et avait eu vent par ses collègues qu’il était du genre « merdeux », il était clair pour Alan Davis que d'entrée de jeux, ce gamin n'avait rien à voir dans l'affaire, et qu'au contraire, c'est certainement avec la même ténacité que ses parents qu'il tenterai de se mettre en garde contre les derniers événements. Quant au plus vieux du groupe, s’il semblait bien calme pour l’instant, son visage ne trahissait pas une personnalité de mec tendre. Autant le dire franchement, Alan sentait bien qu’il aurait du pain sur la planche avec ces trois-là.

Mais pour l’heure, il n’avait pas de temps à perdre, et se faufila donc suivi des trois garçons à travers les dédales de Poudlard, jusqu’à gagner la salle d’Occlumancie dans laquelle il prodiguait en général la plupart de ses cours. Entrant le premier, il les laissa attendre dans l’embrasure de la porte tandis qu’en quelques gestes vif, il plaça trois chaises les unes à côtés des autres devant son bureau.


- « Fermez la porte et asseyez-vous ».

Les trois s’exécutèrent sans trop broncher. Quant à Alan, debout sur son estrade, il s’appuyait désormais légèrement sur le bord de son bureau, les scrutant l’un après l’autre dans le silence gêné de la salle avant d’enfin en venir aux faits.

- « Bon ! Nous sommes entre hommes civilisés, et je me doute que vous êtes assez grands pour ne pas essayer de me prendre pour un con alors de façon très simple, je vais vous expliquez comment je procède. Nous allons faire des « tours », je pose une question, vous y répondez chacun votre tour, j’en repose une, et la machine suit son cour. Alors…

Pour commencer, je veux votre version des faits, à savoir qu’est-ce qui selon vous s’est passé, ce que vous faisiez à ce moment. Stanhope, on commence par vous ! »


Stanhope, autant dire commencer par le cas qui lui paraissait le plus innocent. Evidemment, il se devait de recueillir ses réponses au même titre qu'il recevait celles des deux autres, par soucis d'équité, et il se devait également de tout faire pour se montrer objectif, cependant, il allait presque de soit que Melchior Stanhope était inconnu à l'affaire, alors autant l'écouter le premier à la hâte pour mieux écouter les deux autres ensuite. Bras croisés sur sa poitrine, le jeune homme l’air désormais aussi sérieux que calme transperça donc son interrogé du regard, attendant patiemment d’obtenir les versions que chacun avait à lui offrir.






_________________


"I feel so lonely sometimes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Ven 13 Sep - 0:28

Une heure de libre et voilà qu’il se retrouvait à la passer à rédiger son devoir de métamorphose, autant dire que Melchior trouvait cela des plus ennuyeux, la métamorphose n’avait jamais été un de ses cours favori et il aurait largement préféré passer cette heure dans la salle commune à parler Quidditch et nana plutôt qu’à faire son devoir, mais Charlie l’avait prévenu à la prochaine mauvaise note dans ce cours elle lui faisait la têt au carré. C’est pour cela qu’il se retrouvait dans le parc, à l’ombre d’un immense chêne, une plume à la main et quelques parchemins éparpillés à ses pieds. A côté de lui Edward semblait tout autant s’escrimer et se tuer les neurones sur les questions auxquels ni lui ni son ami n’avait de réponse. Le temps clair de l’après-midi était propice à profiter quelque peu du parc de l’école, mais ce ne fut que de courte durée car des nuages noirs s’amoncelèrent bientôt et un tonnerre sans éclair se fit entendre. Alerté par le bruit, Melchior releva la nez de sa feuille et scruta le ciel. C’est alors qu’il la vit, cette marque, semblable à celle dont lui avait parlé son père. Se redressant vivement sur ses jambes, Melchi’ attrapa son sac et fourra ses affaires à la va vite dedans sans prendre en considération l’encre qui venait de se rependre sur ses affaires. Il posa sa main sur l’épaule de son ami qui semblait tout aussi perturbé par cette apparition que lui. Ils se regardèrent sans rien se dire et eurent alors le même mouvement, se précipitant vers la cours principal, quelque chose se tramait, quelque chose qui ne sentait vraiment pas bon. Le retour des mangemorts, vraiment ? Le jeune Gryffondor était en alerte, tous ce qui avait construit ou détruit sa vie jusqu’à ce donnait subitement envie de prendre les armes. Il était prêt, il c’était préparé depuis sa petite enfance pour ce moment, celui ou il pourrait venger les morts et les vivants.

Une foule d’élèves s’amoncelait, Melchior chercha des yeux Charlie et Dilan dans la foule mais ne les vis pas, trop de visages, trop de peur et d’angoisse se lisait sur chacun d’eux, combien se rendait compte de la gravité de ce moment, combien s’en foutait et combien en était responsable il ne le savait pas. A quelque mètre de lui il vit Ted Lupin, sa cravate jaune et noir, et pas très loin de lui il y avait Emily, des élèves de sa promotion, la promotion maudite de ceux qui étaient né durant cette guerre.

Melchior eut envie de rentrer dans le château, il fallait qu’il voit la directrice, que cette dernière prévienne son père, qu’il vienne ici, lui il saurait trouver le coupable, il saurait protéger les élèves, mais un des professeurs lui ordonna de rester à sa place. Malgré son indignation Melchior obtempéra, comprenant alors que la direction devait déjà être en train de prendre les mesures nécessaire. Ce retournant vers Edward le visage inquiet il ne sut quoi lui dire, il avait envie de le rassurer et d’être rassurer aussi quelque part, bien que son envie de savoir le fin mot de cette histoire et de régler les choses à sa façon était encore plus forte en lui.
Le jeune Stanhope ne tenait plus en place il fallait qu’il bouge, qu’il fasse quelque chose, rester ici dans l’attente lui était insupportable et il se rendait bien compte que l’avenir à Poudlard ne serait plus jamais le même.
Un groupe de professeur apparut dans l’embrassure de la grande porte, ils avaient pour beaucoup le visage crispé et inquiet c’était compréhensible, mais aux yeux de Melchior ils étaient bien trop passif.

La jolie professeur Lowsley s’avançât vers les élèves et appela trois personnes, Melchior posa un regard hargneux sur l’un d’eux en reconnaissant Kyle Lake, lui si il n’était à l’origine de cette marque il n’en restait pas moins une véritable enflure aux yeux du rouge et or, Emily fut appelée aussi et Melchi’ ressentit un petit pincement au cœur en la voyant s’avancer vers la professeur, pauvre Emily elle ne devait pas comprendre grand-chose à ce qui se passait.
Vint ensuite le tour du professeur Davis, Melchior ne le connaissait pas personnellement, mais ce dernier avait très bien connu ses parents, ils c’étaient battues côte à côte durant la guerre, et sa mère avait parti des rangs rapproché du garçon qui était alors une figure de la résistance contre les mangemorts.

Le professeur appelât Angel McVries et Melchi ne put se réprimer une moue de dégout, ce grand Serpentard ne lui avait jamais inspiré confiance, au grand damne du Gryffondor le professeur appela ensuite son prénom, et après avoir jeté un regard quelque peu désabusé à Edward il se frayât un chemin dans la foule afin de le rejoindre, croire que l’école pouvait le suspecter lui et noter son prénom ainsi à la suite d’Angel McVries c’était une blague. Le professeur d’Occlumancie appela ensuite Ernest Rosenwald … Ernest Rosenwald c’était vraiment une farce qu’on lui faisait et de très mauvais goût ! Ou bien la mère McGo avait finalement perdu la tête, si ça se trouve c’était même elle qui avait fait apparaître la marque, au point où il en était-il était capable de le penser et de se pencher sur la question.

Melchior lançât un regard par-dessus son épaule et croisa les yeux vert d’Ernest. Le visage du Gryffondor s’assombrit alors en quelques secondes, et ce dernier se renfrognât, il ne savait pas qui avait fait apparaître la marque, et il n’était pas assez naïf pour sauter sur Ernest et lui faire cracher le morceau devant tous les professeurs et les élèves de l’école, mais au fond de lui il considérait vraiment comme le suspect numéro un, il l’avait toujours considéré ainsi.
Alan Davis s’adressa aux garçons avec une autorité qui frisait l’irrespect et Melchior serra un peu plus sa main sur l’anse de son sac afin de ne pas exploser ainsi en publique, alors que des choses bien plus grave se tramaient autour de lui. Il suivit sans rien dire le professeur prenant la tête du petit groupe de garçon afin de se tenir le plus éloigné possible d’Ernest. Si ce dernier osait ne serait-ce que le frôler il lui exploserait son petit nez de Bogart sans prendre la peine d’utiliser la magie.

Arrivant devant la salle d’Occlumancie, Alan leur ordonna de rester à la porte le temps qu’il prépare le lieu, après avoir disposé ses trois chaises il les fit entrer et s’asseoir. Prenant le siège le plus à gauche il espérait vivement qu’Ernest n’ai pas la bonne idée de s‘asseoir à côté de lui et s’obligea à se concentrer sur les paroles du professeur. Il le prenait pour un idiot, ou alors tous cela n’était qu’une vaste plaisanterie visant à tester ses nerfs peut-être. Après son petit laïus, Alan s’adressa au Gryffondor en premier. Melchior releva la tête, écarquillant les yeux tandis que ses sourcils se fronçait, pourquoi lui ? Pourquoi le suspecter lui ? S’en était trop le Gryffondor se leva de sa chaise et s’adressa au professeur sans prendre les formalités d’usages. Si madame Brythes venait à être au courant de cela, inutile de dire qu’il aurait le droit à une nouvelle beuglante !

« - Sérieusement ?! Vous m’interroger mi alors que vous avez dans la salle deux purs graines de mangemorts … c’est moi que vous interrogez ? Et vous voulez que je vous réponde quoi ? »

Melchior pointa son doigt sur Ernest tout en continuant de fixer le professeur.

« - Vous savez qui il est, qui est son père ? Et c’est moi que vous interrogez. »

Son ton devenait plus dur, plus agressif et il serra les poings de plus belle à s’en faire blanchir les phalanges.

« - Si vous voulez tout savoir j’étais avec Edward, Edward Brythes, demandez le lui ! On était dans le parc, et on a vu cette … cette chose répugnante dans le ciel ! C’est tout ! Maintenant si c’est pas trop vous demandez j’aimerai mieux sortir d’ici avant de m’énerver pour de bon, je resterai pas avec eux plus longtemps ! »

Le regard du Gryffondor se fit perçant, attendant l’autorisation du professeur à sortir, il n’avait pas envie d’entendre ce que les deux autres avait à dire, il voulait mener les recherches lui-même, contacter son père et surtout ne pas rester là à bavasser en compagnie de deux Serpentards alors que l’heure était si grave à ses yeux. Melchior n’avait jamais eu encore Alan Davis en professeur il ne savait pas comment il fonctionnait, mais ce qui était certain c’était que le rouge et or n’allait pas se laisser insulter de la sorte à être mis dans le même panier que les deux vert et argent plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Dim 15 Sep - 15:39

Il est de ces journées ou l’on ne voit rien venir, pas même de pressentiment ou de signes annonciateurs justes le calme puis la tempête en un claquement de doigt sans que personne n’ait pu prévoir quoi que ce soit. Un après-midi ensoleillé, sûrement l’un dernier de la saison, l’avait poussé à s’en aller près du lac pour s’entrainer sur de petits sortilèges qui lui résistaient, arrivait alors l’inévitable jeu « se trouver une place » en évitant soigneusement les coins déjà fréquenté et ceux où il pourrait être aperçu et donc molesté, un habile « divertissement » dans lequel il était fort adroit à force d’entrainement depuis un certain nombre d’années maintenant. Il était loin d’être le seul aujourd’hui à voir élu le parc comme domicile, visiblement nombreux étaient ceux qui avait une heure de libre, plus qu’il ne l’aurait imaginé, si bien qu’il prit un certain temps avant de trouver l’endroit idéal. Le blondinet venait à peine de sortir sa baguette que le ciel s’assombrit, relevant ses yeux clairs il découvrit alors un symbole dans le ciel qui, si elle présentait des différences, ne pouvait que rappeler la tristement célèbre marque des ténèbres. Et il avait fallu qu’il soit là, à l’écart de tous, en extérieur, quand cela se produisait. Foutu destin.

La suite était prévisible si bien qu’il se dirigea de lui-même vers la cours d’entrée du château, là ou une petite masse d’élèves s’étaient déjà réunis et d’où s’échappait des clameurs inquiètes par-dessus un brouhaha assourdissant. Ernest se fraya discrètement un chemin dans la foule en essayant d’écouter les conversations de chacun mais une forme de panique avait pris possession de lui. Il ignorait qui avait fait cela mais leurs intentions étaient claires, ils voulaient réanimer l’esprit de Voldemort à Poudlard et selon lui ce n’était que le début d’épisodes bien plus terribles. Une simple marque dans le ciel allait créer un véritable séisme dans l’école et il ne pensait pas une seule seconde à l’hypothèse qu’il s’agisse d’une blague de mauvais gout comme venait de le suggérer un voisin à côté lui. Ceux qui avaient fait ça savaient pertinemment ce qu’ils faisaient et ce qu’ils voulaient, ils avaient du même préparer ce coup depuis des mois dans l’ombre et il serait  bien difficile de retrouver les responsables. Il restait donc sur ses gardes, sont malheureux statut de bouc émissaire risquant de lui jouer des tours dans cette histoire dans laquelle il n’était pourtant absolument pas mêlé. Seulement il avait appris qu’à défaut d’avoir trouvé le coupable avoir un semblant de coupable suffisait à la plupart des gens  qui ne cherchaient pas plus loin que le bout de leur nez. Cela les consolait, à moitié certes, assez cependant pour s’en satisfaire. Par conséquent il était déjà persuadé qu’on l’accuserait un moment ou un autre, lui qui faisait le coupable parfait. Cependant le bon sens qui manquait à certain aurait suffi pour qu’on l’innocente : s’affilié à un groupe qui l’avait toujours renié car il était la progéniture d’un traitre ? Impossible. Quoi que cette marque la avait quelque chose de différent, quelque chose qui laissait penser à un nouvel ordre similaire aux idéaux de ceux qui se faisaient appeler les Mangemorts mais visiblement avec une envie de poser de nouvelles règles.  

Des professeurs se hâtaient déjà à l’entrée, annonçant qu’on allait venir interroger chaque élèves qui étaient à l’extérieur au moment des faits, son regard serpenta entre les rangs des camarades près de lui et il se demandait si cela était vraiment nécessaire dans certains cas…Il pensait notamment à Emily Mortimer qu’il repéra plus loin, elle avait l’air si prise au dépourvu qu’on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert, elle n’était pas coupable et ne serait jamais lié à ce genre d’histoire cependant son statut de sang en faisait une proie malheureusement idéal auprès de ceux qui avaient lancé cette marque dans le ciel. Une idée qui lui sera le cœur.

Le professeur Davis venait de s’avancer vers l’assemblé et tout s’enchaina malheureusement trop vite. Trois noms appelés, le sien dans le lot, juxtaposé à celui de Melchior Stanhope. Melchior Stanhope… Qui avait trouvé juditieux de les réunir pour un interrogatoire concernant une marque des ténèbres dessiné dans le ciel? Il y avait-il un fichu complot sur sa personne ?  En plus de se retrouver avec le Gryffondor, il avait été placé entre les mains du professeur d’Occlumancie ce qui venait d’avoir eu le don de faire grimper un peu plus fort la panique qui l’habitait. Depuis le début de sa scolarité il avait toujours pris soin d’éviter les personnes pourvu de la capacité d’entrer dans les esprits, il y avait des choses dans le sien qu’il ne voulait absolument pas qu’on découvre et depuis de longues années maintenant il s’efforçait à fermer son esprit. Son père l’avait entrainé à un âge ou aucun enfant n’aurait dû se soucier de cela, il avait continué intensivement auprès d’Harper bien que leurs niveaux respectif étaient incomparable à ceux d’adultes comme Davis. Attrapant la lanière de son sac et se cramponnant à cette dernière il se fraya à nouveau un chemin vers le groupe qu’on lui avait attribué, prenant soin de ne pas croiser le regard ébène de celui à qui il devait les marques violacées sur son visage. Le dernier « entretient » entre le Stanhope et le dernier Rosenwald avait été douloureux… Avec cette démarche un peu gauche qui le caractérisait, il suivit le pas des autres et ils gagnèrent rapidement la salle d’occlumancie.

Il fallait à tout prix qu’il se calme. Bizarrement il était bien plus inquiet du fait qu’il se retrouvait face à quelqu’un qui pouvait aisément essayer d’entrer dans son esprit mais qui découvrirait à l’occasion qu’il arrivait à fermer le sien que par cette marque à laquelle il n’était pas affilié. Après tout comment diable un gamin de quinze ans pouvait il maitriser ça si ce n’est qu’il voulait cacher quelque chose ? Il priait pour que le professeur n’utilise pas de ce stratagème et c’est le cœur battant à un rythme effrayant qu’il pris place sur la chaise à l’extrême de Melchior, tripatouillant nerveusement la lanière de sa besace usé à force qu’il ne l’écorche à chaque fois qu’il était anxieux. Bientôt Alan leur demanda d’une manière bien famillière de lui donner leurs versions des faits. Trois, deux… Non, il n’eut même pas à atteindre un que Melchior s’était levé pour contester, tellement prévisible.

A vrai dire la présence du Gryffondor dans cette salle était totalement absurde et il espérait qu’après son petit discours de pauvre petit innocent qui crache sur les vilains Serpentard le professeur allait le faire sortir. Graine de mangemort ? Mais qu’est-ce qu’il racontait alors ? Mais ce fut au moment où il cita son père qu’il eut toutes les peines du monde à ne pas le faire taire, mordant ses joues pour ne pas répliquer et resserrant fermement ses poings. Il sentit tout son corps bouillonné de colère et il avait enfin pris la peine de relever les yeux pour venir les planter directement sur Melchior. A vrai dire son adversaire était dans le même état de rage, en témoignaient ses poings eux aussi replié, tremblant de fureur comme les siens.

« Un groupe d’élèves préparés depuis longtemps, désireux de se venger et qui voulait exactement ce qui est en train de se passer en ce moment. »

Dit-il à la suite de Melchior pour répondre à la question d’Alan. Sa voix raisonnait étrangement, ses poings étaient toujours serrés et ses ongles s’enfonçaient dans sa paume tant il resserrait ses doigts avec hargne.

« Et si vous voulez mon avis effectivement Stanhope peut s'en aller tout de suite parce qu’il n’y est pour rien et ses propos n’arrangeront rien à l’affaire. Après tout vous savez qui il est, qui est son père. Alors si vous êtes un peu censé faites le sortir. »

Siffla-t-il avec dégout, tendu, en reprenant mot pour mot une phrase utilisé par le Gryffondor, tandis qu’il tentait de contenir les tremblements de haine qui commençaient à le parcourir.

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Lun 16 Sep - 16:25

Petite distraction de l’après midi, Anarchy n’étant pas la pour me distraire, il faut bien que je fasse passer le temps. Des devoirs ? J’aurais tout le loisir de les faire plus tard ou même jamais, il flotte dans l’air comme une odeur de mauvais présage. Un peu comme l’odeur qui plane quand la pluie pointe petit à petit le bout de son et en général mes intuitions ne me trompe jamais. C’est justement mon intuition qui me fait marcher dans le couloir pour aller en direction de la grande porte pour me rendre au jardin, quelque chose me dit que je vais y trouver quelque chose de très intéressant. Mon incroyable flaire fait encore merveille, une gryffondor et une poufsouffle tout juste entrain de glousser a mon passage et mure a point demandant seulement a être cueilli. Tel un acteur de grande envergure, je me tourne d’un coup faisant voler ma cape au passage, cette petite moue suspicieuse fasse à la couleur de l’uniforme et le blason de ma maison me fait sourire. Je m’approche a pas de loup, le regard enjôleur en me glissant entre les 2 les prenant chacune dans un bras. 2 jeunes 4eme au visage d’un blanc laiteux demandant qu’a n’être souiller, 2 jolies pommettes empourprés d’une magnifique couleur rouge  par les petites flatteries qui émane de ma bouche alors que je les emmène dans un autre endroit. L’une plus futé que l’autre émet une petite résistance qui ne me plait pas, m’obligeant a toutes 2 les endormir et à les emmener discrètement dans la salle sur demande.

J’en attache une sur une table torse nu tandis que l’autre est dans une sorte d’aquarium, je précipite une peu le réveil n’ayant pas non plus que ça a faire de mes journées et c’est une crise de larmes. Exaspéré je regarde le plafond en soupirant, comme si ça allait servir réellement a quelque chose. Pitié ? Pourquoi faire ? C’est quoi la pitié ça se mange ?

«  - que c’est il passé ? »
Un scrout a pétard, ils sont très venimeux en ce moment. Je ris seul de ma propre ânerie.
«  - Qui es tu ? »
Je ne vois pas en quoi cela pourra t’être utile, à la fin, tu oublieras.
«  - Pourquoi ? »
Il doit forcement y avoir une raison ? hummm. JE réfléchis. Nous dirons que se sera la faute a pas de chance. JE souris de nouveau.
3]]Bien aujourd’hui nous allons jouer a un jeu, pour toi jeune fille.[/b] JE fais apparaître une flamme que j’approche de son ventre. Je vais tester tes connaissances en sortilège. La petite flamme virevolte en l’air tandis que je pointe ma baguette vers la 2eme dans l’aquarium en écrivant une formule mathématique.
{ 2x – y + 2z = -6
{ x + 2y - z = 8
{ -x + 3y + 4z= -7

Le but de ton jeu est de trouver les chiffres qu’équivaut : x, y et z avant que tu perde connaissance du a un manque d’air parce que l'eau montera. Près… C’est partit.
Avec un aguamenti, je fais monter l’eau de la cuve, et avec un autre sort je colle la petite flamme au ventre de la gryffondor qui se met à hurler de douleur.
Ta lettre sera le V good luck !!
La petite flamme lui faisait lentement des dessins tout partout sur le torse, je savais pertinemment qu’aucun sort n’existait en V, l’autre dans la cuve me saoulait bien plus avec ses « je n’ai jamais fait de math ».

La chance de leur vie, fut le remue ménage qui d’un coup se fit entendre bien plus intense que le cri de leur souffrance. La curiosité s’épris de moi, m’obligeant de mettre un terme a mon rituel. D’un coup de baguette tout disparaît, l’une est soignée, l’autre séché. Un petit oubliette histoire qu’elles ne se souviennent plus de notre entrevu et après les avoir de nouveau endormi, je les balance comme 2 moins que rien dans un couloir avant de me mêler à la foule. JE cours à l’extérieur tout de même en retrait pour voir le lieu du crime, le ciel qui s’annonçait bleu sans nuage devint gris et orageux, en son centre… Elle était belle et bien la, d’un vert émeraude légèrement flou par les nuages, impressionnant, angoissante, se mêlant magnifiquement à l’atmosphère un peu tendu et glauque qui régnait déjà. Un à un affolé les professeurs débarquaient, c’était vraiment rare de voir leur visage aussi froid et crispé, je sais que c’est une chose grave et je me demande ce qu’il va en être. J’entends les groupes d’élèves se parler, chuchoter, se demander si Poudlard va fermer, mes yeux se posent de nouveau sur le ciel et si voussavezqui venait mettre un bon petit coup de nettoyant ici. Adosser a mon pylône, je regarde mes mains, peut être que mon aussi il m’emportera ainsi tout serait régler. L’entente de mon nom me fait froncer les sourcils, je ne sais pas comment prendre le fait d’être suspecté dans cette affaire..

Je n’ai même pas besoin de pousser les gens, qu’automatiquement ils font une sorte de couloir pour me laisser passer. Tête haute, je reste humble, un jour je leur ferais payer leur insolence pour avoir poser leurs misérables petits yeux suspicieux sur moi. Avec moi, le professeur d’Occlumancie appelle Melchior Stanhope et Ernest Rosenwald, un gryffon’ et un de ma propre maison, un cafard parmi les dieux, mais 2 êtres que je ne côtoies pas. En même temps qui est ce que je côtoie vraiment ici ? La réponse à la question est très vite réglée. Le visage du professeur était déformé dans un rictus qui pourrait presque être impressionnant. On se faufile tous avec le prof, jusqu'à la salle d’Occlumancie, étant le dernière je ferme a porte dernière moi en soupirant, blasé de la situation. Je sers les poings lèvres pincées me retenant de l’envier amèrement boulé, aussi immonde je puis être, un s’il vous plait n’a ô grand jamais tué personne. C’est en grommelant dans ma barbe que je m’assois affalé jambe écartée et les bras croisés sur mon torse.

L’entrain de Stanhope ainsi que sa réponse fourni était bien sèche et accusatrice pour quelqu’un qui n’as absolument rien à se reprocher. Je me mets a rigoler silencieusement en regardant autre part, y’a qu’un gryffondor pathétique pour rejeter la faute sur les serpentards parce qu’on est sois disant disposé au mal
.
Te laver ainsi des soupçons en accusant les autres ne te sauveras en rien Stanhope, tu es à ce jour sur le même pied d’égalité des accusés que de ses élèves que tu méprises.
J’écarquille les yeux a la réponse d’Ernest, ce n’est pas très drôle, il aurait pu faire de ce gryffondor un suspect tout comme nous et jouer le jeu de la culpabilité a fond.
C’est à se demander tu es de quel coté… Pathétique.
Mon regard se pose de nouveau sur Mr Davis qui plus le temps passe, moins me semble patient et aimable.
Où j’étais ? Ce que je faisais ? JE crois que ça ne plairait a personne de le savoir, j’aurais bien peur de choquer les pauvres petites oreilles qui traînent, mais je ne suis pas l'auteur de se méfait.
Dis je en dernier, le plus calmement et sereinement  possible. JE ne peux m’empêcher de sourire, fasse à cette accusation des plus absurde. En tout cas encore une fois mon intuition ne c’était pas trompé, mon visage se ferme d’un coup, mes sourcils se froncent, que va-t-il arriver…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 161
Galions : 150
Âge : 32 ans
Avatar : Chris Evans
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Mar 17 Sep - 22:01




Intrigue#1 - La marque

Etait-ce bien possible de faire pareille brochette de merdeux ? Le professeur d’Occlumancie, à bout de patience dès lors que le premier avait commencé à ouvrir la bouche commençait à n’en plus avoir aucun doute. Et pour cause : bien qu’il ait eu la grande certitude que Melchior Stanhope n’avait rien à voir avec la marque, il était également évident qu’en pareilles circonstances, un élève aurait mieux fait de ne pas la ramener et de répondre calmement. Or, Melchior Stanhope n’avait rien de calme, et cet idiot tenait de tels propos à présent qu’Alan ne put s’empêcher de craindre pour la suite des évènements, de craindre que de pareilles injures ne se retournent contre lui dans le cas où l’un des deux autres présents s’en serait senti touché.

Pourtant, contre toute attente, plutôt que de répliquer vaillamment, voici que le jeune Rosenwald se contenta de donner son avis peu inventif sur la question des coupables avant de finalement approuver le fait que Melchior n’avait rien à faire là. Détail qui ne plut pas du tout à l’aîné des trois qui ne se retint pas de donner son avis sur le comportement de son camarade de maison. Par ailleurs, lorsque ce dernier cacha son alibi derrière le fait que cela ne plairait absolument pas, Alan sentit ses sourcils se froncer, et un mince sourire provoquant naître au creux de ses lèvres. Ainsi donc, pas d’alibi, ni pour le jeune Ernest qui avait habilement contourné la question, ni pour le bel insolent qu’il fixait toujours de son regard menaçant. Et comme par hasard, deux élèves de Serpentard, à croire que ces derniers mettaient un point d’honneur à faire enfler les rancœurs et les soupçons envers eux. Mais qu’à cela ne tienne, il allait désormais passer aux choses sérieuses. Un bras toujours croisé, l’autre levé vers sa lèvre inférieure qu’il pinça et tritura discrètement, celui qui se trouvait n’être nulle autre que le leader de cette résistance ayant combattu les démons qui se manifestaient de nouveau aujourd’hui lança d’un ton sec tout en regardant profondément chacun des trois garçons :


- « Au risque de vous paraître borné voir injuste, je puis vous assurer qu’aucun d’entre vous ne quittera cette pièce avant que l’on ne vous en ait donné la permission. Pour reprendre les termes de McVries, vous êtes à mon sens tous aussi coupables les uns que les autres car je me moque bien de savoir qui sont vos parents, quels ont été leur vie, ou dans quelle foutue maison vous pouvez bien vous trouver. Désormais, la seule et unique chose qui m’intéresse… C’est vous bande de chiards. »

Il avait parlé. Plus qu’il ne l’avait fait jusque lors par ailleurs, et sans jamais les quitter des yeux, agrémentant la fin de sa tirade d’un petit « surnom affectueux » qui ne manqua pas de coincer les trois élèves de surprise, bien qu'il supposa que Melchior devait connaître ce vice de procédure.  Et ce dans un but bien précis, car si Alan Davis avait eu la chance de pouvoir enseigner l’Occlumancie à Poudlard malgré ses déboires de jeunesse ce n’était pas pour rien. Comme le savent les initiés, un bon occlumens est avant tout un excellent legilimens. Et pour sûr, le jeune homme savait maîtriser sa discipline avec brio, mais également avec discrétion. S’il ne s’attarda pas une seconde sur celui de Stanhope, le cas de Rosenwald l’intéressa particulièrement. S’il ne vit rien, il devina cependant la noirceur, et ce n’était finalement rien comparé à ce qu’il trouva dans le fond d’Angel McVries. Ces garçons n’étaient peut-être pas coupables, il n’en restait pas moins qu’ils seraient à surveiller de près.

Après qu’un temps de silence suffisamment long pour ne pas devenir gênant ce soit installé, le professeur détacha finalement son regard des trois jugés, et se hissa sur le bord de son bureau sur lequel il s’installa avant de reprendre le cours de ses questions. A sa manière tout du moins.


- « Ça vous fait quoi vous de voir ce genre de marque dans le ciel ? Qu’est-ce que vous ressentez quand vous voyez ça ? La guerre vous ne l’avez pas connu, mais pour vous, ça représente quoi exactement, une guerre ? » Il se serait bien plut à continuer en enchaînant sur des termes que les bonnes mœurs prêchaient, mais il se devait de paraître naturel, et surtout devait garder son calme. Il les scindait, n’en lâchait pas un dans l’affaire, pas même Stanhope. Non pas qu’il ait eu le moindre soupçon à son égard, mais bien souvent, inconsciemment, ce sont les plus révoltés qui en savent le plus. Ainsi donc, il attendit leurs réactions, espérant que dans le lot, quelques informations plus croustillantes viendraient se perdre.







_________________


"I feel so lonely sometimes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Mer 18 Sep - 23:48

Ils ne comprenaient pas, personne ne comprenait. Le laisser ici, confiner avec les deux Serpentards et ce professeur qui en savait autant sur la venu de cette marque qu'une huître sur la température de cuisson d'un poulet. Melchior avait envie d'exploser, de tout foutre en l'air quitte à exploser la moitié des murs de l'école. Il voulait retrouver lui même le couple coûte que coûte, c'était un pas de plus vers ce qu'il considérait comme le bien commun, la libération des sang-mêlé et nés moldus face aux sangs-purs qui avaient semé depuis si longtemps la haine et la peur dans le monde magique.
Melchior était fière d'être ce qu'il était. Élève doué en Défense Contre les Forces du Mal, très bon joueur de Quidditch, il avait été moulé dans la veine Stanhope et il ne le renierai jamais. Surtout pas face à Angel McVries qui était aussi pédant et décontracté que ces propos étaient abjects et déplacés vu la situation. Quand à Ernest, Melchior ne put s’empêche d'être étonné, sa bouche restant légèrement ouverte. Le Serpentard le défendait ? Ou bien il n'avait simplement pas envie que le Gryffondor continu de titiller la corde sensible.
Toujours debout, Melchior du se retenir de ne pas foutre son poings dans le nez d'Angel, certes c'était un procédé peu magique, mais c'était diablement efficace l fallait l'avouer. Néanmoins le professeur repris la parole sans laisser le temps au rouge et or de répliquer, et c'était peut-être mieux ainsi.
Mais les propos du jeune professeur d'Occlumancie ne plurent pas au garçon, qui sentit alors que les paroles de l'ancien résistant entraient par ses oreilles, une autre présence pénétrer son esprit, comme invisible, imperfectible et pourtant dérangeante. Quelqu'un essayait de rentrer dans son esprit mais qui ? Le professeur de Légilimens et d'Occlumancie semblait le seul à être dans cette pièce en capacité de faire une chose pareille. Le sang de Melchior ne fit qu'un tour, il y avait certaines choses dans sa vie que personne ne devait savoir, comme l'attente du retour de son père qui l'avait toujours rongé, la date anniversaire de la mort de sa mère ou il va toujours porter des fleurs sur sa tombe, et l'angoisse, cette terrible angoisse de se dire que peut-être le crime ne serait-jamais punis.
Le professeur prit une chaise pour s'asseoir, et Melchior, toujours debout fit les quatre cent pas dans la pièce en ce mordant le poing. Si il était le seul à qui le Professeur avait ouvert l'esprit, il y avait peut-être une raison. Si il n'était pas le seule, pourquoi les autres ne réagissaient pas comme lui à l'instant présent ? Ils avaient des choses à cacher ?
Lui oui il en avait, mais rien de ce qui concernait la marque, ce qu'il avait a cacher, c'était ce qu'il cachait à tous le monde, le vrai fond de sa personnalité, ce qu'il est à l'intérieur de la coquille de superficialité qu'il c'était parfaitement octroyé.
Refusant de s’asseoir, le jeune Stanhope s'arrêta seulement deux secondes au milieu de la pièce avant de reprendre sa démarchede lion en cage. Soit il sortait, soit il explosait, c'était le principe de la cocotte minute.
Ce que ce genre de marque lui faisait ? Il jeta un rapide regard à Ernest, après tout pour lui c'était comme de voir le visage du garçon jour après jour, ce n'était pas un souvenir mais quelque chose de l'attend, dans l'air, bien que beaucoup plus menaçante pour le moment qu'Ernest Rosenwald. Le professeur considérait qu'ils n'avaient pas connu la guerre et que donc ils ne savaient pas ce que c'était... Mais Melchi' la revivait tous les jours dans le château, et souvent la nuit dans ses cauchemars. La guerre. La marque. Tous le reste, c'était aussi son objectif, il était prêt à se battre et a prendre les armes.

« - Une guerre, c'est lorsque deux partis s'affrontent ! »

Clama le Stanhope avec aplomb, se retournant vers le professeur, ses mains vibrantes sous l’émotion.

« - la Guerre c'est ce qui va arriver si vous ne trouvez pas maintenant la personne qui est à l'origine de cette marque. »

Il s’approcha du bureau et posa ses mains dessus, surplombant l'homme et portant son regard dans le sien, les mots sortant à demi étouffée tellement sa mâchoire et ses dents étaient serrées.

« - Vous devriez être dehors à contacter des personnes compétente dans ce genre de domaines, plutôt que de nous interroger ainsi. Vous savez les moldu ont un nom pour ça, la torture psychologique. Vous voulez nous faire craquer pour qu'on avoue n'importe quoi afin de sortir plus vite, c'est ça ? »

Melchior tendis le bras, pivotant en direction d'Ernest, il n'en revenait pas de ce qu'il allait dire, mais il fallait se faire une raison. Il fallait parer au plus rapide, et le plus important à présent c'était de finir rapidement cet entretiens afin de sortir et de poser les bonnes questions aux bonnes personnes, avec plus ou moins de force et d'insistance.

« - Lui, il n'y est pour rien. Il n'est pas assez idiot pour faire apparaître une marque des ténèbres, alors que la moitié des élèves des autres maisons seraient prêt à lui sauter dessus pour des occasions bien moins extravagante, et moi le premier. Quand aux élèves de sa maison, ils considéreraient le signe comme souiller. Ce n'est pas moi qui ai fait apparaître cette marque et malgré tous ce que l'on peut entendre à mon sujet, je ne suis pas assez vicieux pour faire apparaître une marque des ténèbres afin de faire accuser quelqu'un. ..  Il ne reste qu'une personne qui n'a pas donner son alibi ici. Je pense que vous savez ou creuser à présent. »

Melchior retourna s'asseoir, les bras croisés la mine fermée, il avait l'impression d'être plus actif que le professeur lui même, et avoir prit la défense de Ernest venait de lui donner la nausée, le teint du Gryffondor passa du rosé au blanc en une seconde, la cocotte minute n'allait pas tarder à exploser. Surtout si il sentait à nouveau une présence s'immiscer dans son esprit à l'improviste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Lun 23 Sep - 13:10

Retenir Melchior Stanhope dans cette salle était une perte de temps et d’énergie. Malheureusement pour eux personne ne sembla juste d’écouter ses bonnes paroles, Angel jouant avec le sujet en cherchant à le faire passer pour coupable et le professeur annonçant qu’aucuns ne sortirait de cette salle sans sa gracieuse permission. Pourquoi diable avait on juxtaposé le nom du Gryffondor au sien, si c’était une plaisanterie elle était de très mauvais gouts, un moyen de pression alors ? Toujours aussi détestable intention. Mais il ne pouvait mettre ça sur le compte du hasard c’était bien trop gros pour qu’il leur joue encore un mauvais tour. Quoi qu’il leur avait toujours réservé de bien triste surprise…

Ernest se taisait et tachait de se faire petit dans cette salle qui le plongeait dans le plus grand malaise. Il voulait bien supporter les protestations de Melchior, toujours plus endurable que ses coups de poings, la malhonnêté de son compère Serpentard, il y était habitué dans la salle commune, mais se retrouver face à un professeur d’Occlumancie était là une épreuve qu’il craignait plus que tout. Il n’était pas dupe et il savait pertinemment qu’un moment ou l’autre Alan Davis allait s’en aller gaiment fouiller leurs esprits, tout ce qu’il espérait c’est qu’il n’aille pas trop loin et que, si c’était le cas, il arriverait à le stopper avant la catastrophe. Resserrant un peu plus ses poings posés sur ses genoux, les épaules légèrement courbé, il guettait le visage du professeur comme pour tenter de déchiffrer le moment où il passerait à l’attaque. Il n’écoutait déjà plus Angel qui le jugeait de pathétique ni Melchior qui s’agitait comme un lion en cage, il se concentrait en resserrant toujours un peu plus ses poings et tachant de faire disparaitre tout ressentiments contre les propos détestables d’Alan qui visiblement les voyait comme de pauvres gamins insignifiants. Encore un héros de guerre à l’ego trop conséquent, il n’était ni le premier ni le dernier qu’il serait amené à croiser dans sa misérable vie…

Il ressentit alors une vague de froid dans son esprit, presque imperceptible mais bien présente, une présence nuisible dans sa tête qui le crispa. Faisant le vide et tachant de ne montrer au professeur que ce qu’il voulait qu’il voit, Ernest baissa un peu plus la tête en reprenant son souffle. Combien de fois il l’avait eu cette impression ? Combien de fois lui avait il dit de faire plus d’effort et de bloquer son esprit ? Mais il n’avait pas le droit de penser à lui, pas maintenant, et Ernest envoya valser au loin tout ce qui le rapprochait d’Elphias, son père, pour ne laisser que le vide de son obscure petite vie. Le scan fut court, sûrement le professeur n’avait-il cherché qu’à piocher dans les souvenirs les plus récents, mais pourtant le cœur du Serpentard battait à toute allure même si il ne laissait rien percevoir de l’extérieur, toujours courbé sur lui-même et dans sa même position de presque soumission, tête baissé, poing refermé. Le professeur vint alors s’asseoir sur son bureau et repris la parole, Ernest du se concentrer pour revenir pleinement au moment présent.

Des questions sur leurs impressions, leur manière de vivre les choses… Ernest ne se sentait absolument pas apte à prendre la parole sur le sujet. Il n’avait aucune envie de disserter sur la chose, de parler de ça avec eux, dans cette salle. Cette marque c’était celle d’une haine partagé par beaucoup d’élèves blessés par une guerre qui, s’ils ne l’avaient pas connu comme disait si bien Alan, les avaient tout de même frappés de plein fouet. Ils étaient des enfants nourri aux conséquences, au désir de paix pour certains mais à l’humiliation d’autres. Alors que ce professeur ne les prenne pas trop de haut, ils avaient tous perdus à cause de la guerre. Elève à Serpentard, la maison plus rabaissé au cours de ces dernières années, Ernest avait pu être témoin de la colère de ces élèves et de leurs envies profondes de changer les choses, il n’était sincèrement pas étonné qu’une marque pareille apparaisse donc dans le ciel aujourd’hui. En fait c’était inévitable et au fond il ne pouvait que craindre le retour sur la scène des familles puissante de sang-pur qui chercherait à se venger des actes impunis commis lors de la seconde guerre des sorciers. Le nom des Rosenwald inspirant autant de dégout dans les deux camps…

Melchior prit alors la parole, évidemment, ordonnant à Alan d’aller appeler des personnes compétentes plutôt que de jouer au petit jeu des interrogatoires auprès d’élèves innocents. Alors qu’il l’observait à la dérobé il ne pouvait que l’imaginer prendre les commandes de la résistance. Melchior avait les épaules d’un leader, un de ces garçons que tous pourraient suivre jusqu’à la fin, mais ses méthodes étaient extrêmes et s’imaginer le monde magique entre ces mains-là avait aussi quelque chose d’effrayant. Dans un désir de vengeance ce garçon en colère serait capable de commettre les mêmes atrocités à ses adversaires pour leur faire payer leurs crimes. Pas de jugement, pas de tribunal, juste la souffrance pur et dur pour les punir. Si une guerre était à venir, il était certain qu’elle opposerait ces deux partis et qu’elle serait par conséquent bien plus terrible que tout ce qu’ils avaient alors connus. C’est alors que Melchior le pointa du doigt, affirmant alors qu’il était innocent, Ernest en resta estomaqué.

Le gryffondor venait faire preuve de bon sens. Son raisonnement était logique et il avait avancé les parfaits arguments pour le disculper. Ernest savait après tout que son adversaire n’était pas idiot, avant tout Melchior voulait faire avancer les choses et poser la responsabilité de cet acte sur les épaules d’un autre juste à cause de la guerre personnel qu’ils menaient leur ferait perdre un temps considérable. C’était donc logique, dans la continuité de ses propos, qu’il en vienne à le « défendre ». Un peu nerveux, Ernest desserra enfin ses mains et frotta le tissu couvrant ses genoux avant de resserrer ses bras croisés contre lui. Melchior venait de proposer à Alan de fouiller du côté d’Angel mais Ernest trouva la chose inutile. Si le professeur avait fouillé dans leurs esprits et trouvé quelque chose cela ferait bien longtemps qu’il aurait déjà mis fin à cet entretien et entrainer le coupable à l’extérieur de la salle.

« C’est inutile le coupable n’est pas ici. Les responsables sont sûrement loin d’être des idiots, un coup pareil ça se travaille et j’imagine que tout est calculé depuis longtemps. »

Il détestait prendre la parole et il transpirait le malaise. Ses yeux étaient fuyants, sa voix mal assuré, pourtant il continua.

« A quoi ça peut bien vous servir qu’on réponde à ces questions dans le fond ? »

A dresser un rapport psychologique sur tous les élèves de l’école ? A surveiller les cas les plus inquiétant ? Alan les avait déjà fouillé il devait bien déjà connaitre leurs intentions et pour sa part il n'avait aucune envie de dire à voix haute que dans le fond il avait peur.

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Jeu 26 Sep - 0:26

Ah si seulement on pouvait s’en prendre aux professeurs sans avoir peur des représailles ou gagner un allé simple pour Azkaban, je sais déjà ce que je lui ferais a celui la. Je comprends que cette marque puisse mettre le corps professoral dans un état de grande colère, mais cela ne justifie en rien le fait de s’en prendre de cette façon aux élèves. Pour un professeur d’occlumant, ce doit être un très bon legiliment, il est donc facile de sonder l’esprit des élèves qui même sous l’enseignement resteront bien moins performant. Quelques instants je me perds dans mes pensées, me demandant s’il était possible de changer, modifier une pensée… Si on se mettait à lire mon esprit se serait sale, très sale. Je sers les poings en me mordant la lèvre inférieure, risquant d’avoir de gros problèmes… Même si mes pratiques sont faites dans la plus grande discrétion, on n’est pas à l’abri d’une faille ou même de rumeurs. Mes yeux se reposent sur le professeur, sourcils froncés, a-t-il lu dans nos esprits ? En ont il le droit ?

J’allais approuver le gryffondor, pour une fois qu’il ne racontait de la merde, mais alors que ma bouche s’ouvrait, je l’a refermait aussitôt en me levant précipitamment faisant tomber ma chaise. Pour le coup complètement or de moi, il avait réussi a venir a bout de ma patience a faire tomber ça sur mes épaules, parce que je n’exposait pas mon alibi.
Parce que moi j’en suis capable peut être ? Qu'est ce que tu en sais? Rien du tout Je sers les poings, ne pouvant le menacer ouvertement devant un professeur. Alors que j’allais me justifier de ma présence envers les 2 demoiselles qui ne se souviendront de rien, Ernest me coupa la parole et affirma que le coupable ne se trouvait pas ici.
Enfin une personne avec un minimum de bon sens, tu ferais mieux de l’écouter Stanhope avant de porter des accusations sans aucune preuve.
Je remets ma chaise en place avant de m’asseoir dessus comme… Boudeur. Un alibi j’en ai un, je ne peux pas l’exposer au grand jour c’est différent. Certes jouer avec le feu est dans mes habitudes, pour ne pas dire mon quotidien, mais pas stupide au point de faire apparaître la marque.

Répondre aux questions du professeur ne me dérangeait absolument pas si cela me permettait d’être acquitter, partir et m’en retourner à mes occupations. Je passe une main dans mes cheveux en me demandant si d’autres élèves étaient dans notre situation et comment se déroulait leur interrogatoire. Un frisson me parcouru le dos me donnant la chaire de poule, qui pourrait avoir l’idée de faire ça, prendre le risque d’une guerre, ‘une fermeture prématurée de l’école… J’écarquille les yeux, si l’école ferme, je vais retourner chez moi et c’est obligé… Je vais commettre en meurtre, j’arrive à me contenir grâce aux enseignements de cet établissement, mais qui m'en empêcherai une fois chez moi? De nouveau mon regard se plante sur le professeur, écarquillant les yeux, cette fois c’est une vague de chaleur qui me fit abondamment transpirer
.
Pour reprendre ce que disait Melchior. Ça me faisait mal d'admettre qu'il avait raison, qu'il ne disait pas que n'importe quoi, j'étais près a mettre ma fierté de côté pour éloigner tout soupçon de notre groupe et faire en sorte que chacun retourne à ses occupations respectives. Restez avec eux, dans cette salle, m'hérissait le poil et me donnait des envies pas des plus saines et recommandable.. il faut contacter des personnes compétente au lieu de nous interroger vous perdez bêtement votre temps et cela vous éloignera de plus en plus du vrai coupable.

Mes yeux se posent sur Ernest qui était resté tout le long étrangement calme, qui en plus répondait aux questions par une autre question. Regard fuyant, transpiration, aurait il quelque chose a se reprocher ? Je baisse la tête en regardant mes mains poings serrés sur mes cuisses, je ne vais pas incriminer une personne de ma propre maison, alors qu’on vient de le discréditer.
Vous avez eu les réponses que vous cherchiez ? Où presque
Et pourquoi vous ne fouillez pas dans nos têtes ? Ça serait vite réglé et chacun retournerai à ses occupations
.
JE ravale mes paroles, ce n’est pas quelque chose que j’aurais du dire a voix haute, ça pue les problèmes a pleins nez. En lui demandant ouvertement, j'espérais intimement que selon lui je n'aurais rien a me repprocher et que de se fait mes pensées ne resteront qu'à moi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 161
Galions : 150
Âge : 32 ans
Avatar : Chris Evans
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Sam 28 Sep - 13:39




Intrigue#1 - La marque


Si les parents Stanhope étaient reconnus pour être des lumières en matière d’esprit, il allait sans dire que le fils n’avait malheureusement pas été pourvu de ces facultés à la naissance. L’emportement dont fit preuve le jeune Melchior n’omit pas de faire soupirer le professeur d’impatience. Ne savait-il donc pas qui il était ? Ne pouvait-il pas simplement se contenter de la fermer en sachant cela ? Décidemment, le garçon avait beau prendre de grands airs, usé de grands mots salvateurs le désignant comme un prince justicier, ses paroles ne traduisaient qu’un manque affligeant de tact et de maturité en ce qui concernait la situation. Alan se serait bien donné la peine de le lui rappeler, mais ces choses-là devaient se faire en privé. Jusqu’à présent, il s’était toujours décidé à ne pas se mêler de trop près à ce garçon qu’il avait connu dans ses plus jeunes jours, cependant, désormais il semblait nécessaire de faire savoir au jeune homme que malgré toute sa bonne volonté et ses belles paroles, il était des situations dans lesquelles le silence était de mise. Quant à celui que Melchior avait dénommé comme « une graine de Mangemort », il l’avait senti se crisper dès lors qu’il avait tenté de scinder son esprit. Pas étonnant me direz-vous, mais cela n’agita pas le leader de la résistance pour autant. Ce Ernest malgré ses antécédents n’avait rien de meneur de troubles. Tout au plus, il pourrait être un « suiveur » discret, mais même dans ce cas, les sentiments qu’il put caressé n’étaient pas ceux des gens ayant quelques méfaits à se reprocher. Enfin, quant au plus vieux des interrogés, ce derniers se perdit à répéter bêtement ce que tout trois ne cessaient de brailler depuis qu’ils étaient là, à savoir qu’ils perdaient leur temps et que le coupable n’était pas ici.
Mais rien n’était moins sûr concernant l’aura noir qu’Alan pu déceler en cet Angel McVries. Une aura mêlant appréhension et noirceur, et qui le plaça en tête des personnes qu’Alan Davis allait surveiller de près dans cet établissement.

Bras croisés, la mine fermés, c’est avec un calme Olympien que le professeur d’Occlumancie s’apprêta à leur répondre, quand soudain, entrant en trombe dans la classe, les quatre occupants de la pièce virent apparaître la silhouette de Garrett Hope, le professeur de défense contre les forces du mal. Ce dernier affichait une expression proche de celle d’Alan, et lui glissa quelques mots à l’oreille qui furent imperceptibles pour les élèves. A peine une minute plus tard, l’expression d’Alan passa du mépris à la rage. Garrett reparti sans un mot pour les interrogés, aussi vite qu’il était venu, et derechef, l’autorité de l’occlumens se fit entendre :


- « Ordre a été donné de rassembler tous les élèves dans la Grande Salle, et maintenant. Exécution ! »

Ouvrant la porte à la volée des trois garçons, Alan laissa donc sortir successivement Angel, Ernest, puis Melchior. Cependant, tandis que les deux Serpentard se mêlaient au mouvement de la foule, disparaissant à la vue de celui qui les avait interrogés tandis qu’ils descendaient les escaliers, et qu’Alan clôturait la porte, ce dernier parvint à saisir l’épaule de Melchior Stanhope dans la foule afin de le faire revenir vers lui. Plantant son regard dans le sien, l’œil vif, il lui parla alors sur un ton mêlant l’ordre à la confidence afin de répondre à la surprise qu’affichait le téméraire Gryffondor :

- « Quoi qu’il arrive désormais, surtout ne fait ni ne dit rien qui pourrait t’attirer des ennuis, comme ce que tu viens de faire-là. Et s’il te plait, fais- moi confiance comme le faisaient tes parents avant toi. » Il marqua une courte pause, puis reprit. « Plus tard, il faudra vraiment qu’on nous discutions toi et moi »

Posant avec sollicitude sa main sur sa tête en un geste attentionné qui traduisait l’autorité et l’inquiétude, Alan le contourna enfin et recouvra son masque prépondérant afin de faire régner un peu plus d’ordre dans cette masse de corps se pressant avec inquiétude vers le rez-de-chaussée. Cet épisode lui rappela amèrement des scènes de ce que l’on appelait la « Grande Bataille », et c’est non sans un amer dégoût que le professeur se remémora pour lui-même les étapes de la marche à suivre afin que tout se passe dans le calme. Bien que quelques heures plus tard, ces dernières n’auraient plus aucune importance dans le feu de la zizanie qui s’apprêtait à toucher Poudlard.








_________________


"I feel so lonely sometimes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 161
Galions : 150
Âge : 32 ans
Avatar : Chris Evans
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   Sam 28 Sep - 13:40

Intrigue #1 : la Marque

Partie II
Tandis que tous les élèves passibles d’être suspectés de l’apparition de la marque dans le ciel se font interroger, un drame effroyable vient s’additionner à cette fin de journée, pourtant déjà suffisamment teintée par l’angoisse. En effet, la jeune élève Charlie McCarthy, étudiante de la maison Serdaigle en 7ème année est retrouvée inconsciente dans les couloirs de Poudlard par Cédric Lewis, l’infirmier de l’école. Visiblement empoisonnée, ses jours ne sont pas en danger malgré le choc que l’agression a produit.

Cependant, un détail vient confirmer les doutes que chacun gardait pour soi. Sur le bras gauche de Charlie McCarthy a été gravée la mention « mudeblood ». A comprendre Sang-de-Bourbe.  Alors que la nouvelle se repend comme une traînée de poudre, tous les élèves interrogés sont priés de se rendre dans la grande salle, et y sont bientôt rejoint par les nombreux autres élèves sortant progressivement de cours. A mesure que les professeurs expliquent combien la situation est sérieuse et grave, la tension monte parmi les élèves. Certains commencent à angoisser, s’imaginant déjà que se trouve parmi eux un nouveau mage noir. D’autres, plus nombreux, voient leurs rancœurs passées ressurgir.

Alors que l’équipe pédagogique permet aux élèves le souhaitant de se retirer, la plupart restent. Et pour cause. Une première voix s’est élevée pour assurer qu’il devait s’agir à coup sûr d’un sang-pur ou d’un Serpentard. Peut-être même les deux. Ceux qu’on insulte déjà suffisamment depuis la fin de la guerre se révolte alors et réplique. Bientôt, une zizanie sans pareil éclate dans la grande salle. Un chaos que les professeurs devront gérer tant bien que mal…

Règles & Liste

Pour cette IIème partie facultative, les élèves le souhaitant peuvent quitter la grande salle, et ainsi l’intrigue. Ceux ne souhaitant pas rester peuvent, ou écrire un unique topic dans lequel ils disent partir après l'aval des professeurs, ou signaler leur départ dans la partie « suivi de l’event ». Le topic étant commun à tous, nous vous conseillons de raccourcir quelque peu vos posts tout en évitant de répondre "trop". En effet, pensez que tout le monde doit pouvoir faire entendre sa voix : RP en duo dans un event n'a rien de drôle ni pour vous, ni pour les autres.

Enfin, et c’est là le plus important, n’hésitez pas à prendre des initiatives. Mettez-vous dans la situation : la paix que tous pensaient acquise semble de nouveau en danger. Si vous n’avez pas directement connu la guerre, elle a cependant souvent touché vos familles, votre monde. A vous donc de faire entendre votre voix et vos idéaux. Bon jeu à tous !  


_________________


"I feel so lonely sometimes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intrigue #1 - Groupe n°2 | Alan D., Melchior S., Ernest R., Angel M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Deuxième étage :: Salle d'Occlumancie-