Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Mar 20 Aoû - 19:28


Something is broken in us.
Anarchy feat. Kyle


Une journée ennuyante comme à chaque fois malgré que là, je suis encore dans mes cours. Les profs ne cessent de nous bombarder de devoirs, et en même temps en plus de cela. Je ne peux pas m’avancer ou quoi, c’est tous pour le même jour. J’ai l’impression de devenir fou. Je pense qu’il y a certains devoirs que je ne vais pas rendre et faire les plus importants …mais ils sont TOUS aussi importants les uns que les autres. Je suis à bout, je tombe de fatigue. Je finis par m’endormir sur tous les bouquins que j’ai empruntés, sur mes parchemins, complètement épuisé par tout ce travail et de plus, le manque de sommeil n’aide en rien. J’ignore combien de temps j’ai dormi mais il n’y a déjà plus grand monde. Je me frotte les yeux baillant un peu et pose une main sur mon ventre, me rendant compte que j’ai du louper le dîner, et qu’heureusement pour moi, il me reste encore quelques dragées surprises dans ma valise. Je regarde les parchemins et les livres me rappelant que je n’ai pas avancer. Je râle et fini par plier bagages et tout ranger. Au pire, pas grave, ça fait longtemps que je n’ai plus rien rendu. Là, je n’ai plus l’envie ni la motivation de faire quoique ce soit. Je m’allonge ensuite sur mon lit et ferme mes yeux avant de repenser à Kyle. Pourquoi ? Ca fait assez longtemps que je ne l’ai pas revu, de plus à chaque fois que je me balade dans le couloir, j’espère le trouver, mais non. Je lâche un long soupire avant de me redresser. S’il ne vient pas à moi, alors c’est moi qui ira à lui. Je quitte le dortoir des Serpentard ainsi que notre salle commune, rapidement, sachant que j’ai largement dépassé le couvre-feu et que nous sommes en plein milieu de la nuit. Je me dirige rapidement vers la salle commune des Serdaigle avant d’y entrer et me dépêche de me faufiler jusqu’au dortoir pour aller voir Kyle.

Kyle, cet homme. Un lien très ambigu nous lie. A chaque fois que je le vois, je ne peux m’empêcher de vouloir lui bondir dessus, tel un félin ayant faim se jetant sur le premier bétail qui passe oubliant presque sa technique de chasse. Cet homme me met dans tous mes états, cet homme me rend fou. J’ai envie de le dévorer, de le croquer, de n’en faire qu’une bouchée de lui. De lui faire mal, de le voir prendre du plaisir sous les sévices corporels que je lui inflige. Kyle est un homme exceptionnel, un homme comme celui-ci …il n’en existe pas des centaines et ça ne court pas à tous les coins de rues. Maintenant que je l’ai saisi, maintenant que je l’ai sous la main je le garde précieusement et je ne compte pas m’en détacher maintenant.

Je le cherche des yeux, ne connaissant pas non plus le dortoir par cœur – encore heureux, sinon je me poserais des questions puis, je ne passe pas le plus clair de mon temps avec lui, ici. Quoi ? Oh, quand on se voit c’est surtout pour du sexe …mais je m’y suis attaché à cet homme, plus je n’aurais du le faire, j’imagine. En général je ne m’attache pas, mais je le fais inconsciemment, et en général quand je m’en rends compte, je m’éloigne de la personne. Sauf que là, Kyle est mon addiction. Je retrouve alors Kyle et l’observe, m’approchant de lui, essayant de faire le moins de bruit possible puis j’enlève la capuche de ma cape et m’assois à ses côtés avant de passer lentement mes doigts dans ses cheveux, l’observant dormir. On dirait un ange. On dirait qu’il est apaisé. Cette image me donne une image différente de lui. Quand il dort, c’est tout l’opposé de ce qu’il est éveillé. Calme, apaisé, sage. Je me penche vers lui mais je remarque quelques hématomes sur son visage et ne peut m’empêcher de froncer les sourcils. Je me redresse et l’observe. Que diable s’est-t-il encore passé ? Je caresse lentement ses cheveux et glisse mes lèvres à son oreille, mon souffle s’écrasant contre cette dernière.

« Réveille-toi Kyle … »

Je me redresse ensuite et laisse glisser lentement mes doigts jusqu’à son torse retirant un peu le drap observant quelques autres marques sur son corps, ne pouvant m’empêcher de serrer les dents. Si cela se trouve, à tous les coups, c’est encore de la faute de cet abominable professeur…un jour, si je le croise, il le paiera et cher. Il ne me fait aucunement peur, personne ne me fait peur …sauf deux personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 224
Galions : 95
Âge : 19
Classe : L2 Créatures Magiques
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Ven 30 Aoû - 17:18


Hello sunshine, your nightmare is here


There's something inside you, it's hard to explain.
Accoudé à la fenêtre de mon dortoir, je tirais lentement sur ma cigarette. Le bruit du fin papier se consumant, la fumée s'envolant au loin, se confondant avec le ciel nuageux, le tout dans cette scène me relaxait. J'étais le seul dans le dortoir. Il était encore tôt. Un oeil à l'horloge pendu au mur me le confirma : 19h50. Tout le monde revenait petit à petit du diner dans la grande salle et s'agglutinait dans la salle commune, mais personne n'étais encore parti se coucher. Je n'étais pas d'humeur à faire semblant avec mes camarades, et encore moins d'humeur à supporter leur compagnie. Je tournais le visage vers la fenêtre et contemplait mon reflet. Un léger coquard colorait mon oeil en un bleu-jaune caractéristique des hématomes. Je me mordais la lèvre et détournais le regard à nouveau. Là était la trace qu'avait laissé Alan il y a quelque jours. Je ne savais plus ce que j'avais fait pour mériter qu'il me frappe avec autant de force, mais je savais au fond de moi que j'étais capable de lui avoir dit les pire obscénité. Et je ne le regrettais pas. Cet homme me faisait perdre tous mes moyens. Peut-être m'étais-je relâché le lendemain au réveil, mais je restais persuadé que tout cela était du au choc traumatique que m'avait causé cet espèce de cinglés. Du moins, je préférais penser comme ça.
Me cigarette terminée, je l'envoyais voler au loin et la regardais s'écraser sur la terre humide du parc. Je refermais la fenêtre et hésitais un moment à aller faire un tour nocturne dans les couloirs, histoire de tomber sur un ou deux élèves avec qui chercher le conflit pour me détendre un peu. Mais non. Je n'en avais ni l'envie, ni le courage. Je vins m'affaler dans mon lit et, avant même de m'en rendre compte, je m'endormais profondément.

J'entendis mon nom, soufflé à mon oreille. Je sursautais violemment. Une main parcourait mon torse, et caressait mes cheveux. Merde, si c'était une blague, le petit malin qui se croyait drôle allait le payer cher, je n'étais vraiment pas d'humeur. J'ouvrais les yeux, les sourcils déjà froncé de mécontentement, et tombé nez à nez avec le visage d'Anarchy. Je me détendais alors instantanément. Anarchy était peut-être bien la seule personne que je voulais voir dans des moments pareils. Ca faisait un moment que je ne l'avais pas vu, et il fallait l'admettre, il m'avait manqué. La simplicité de nos rapports m'avait manqué. Avec lui, je ne me posais pas de question sur comment agir, car il acceptait mes vices et mes humeurs sans condition. Je ne savais pas pourquoi il s'était attaché à moi, comptant le nombre d'amants qu'il avait ici, mais sa présence me rassurait. Lorsqu'il était là, je me sentais moins seul au monde. Le visage encore ramolli par la fatigue, je lui souris mollement avant de chuchoter :

« Anarchy, qu'est ce que tu fais ici? Tu m'as fait peur! »

Je me redressais sur mes coudes et m'avançait vers lui, pour venir presser mes lèvres contre les siennes. Je me frottais alors vigoureusement les yeux pour finir de me réveiller. L'air faussement bougon, je me plaignais alors :

« Il est quelle heure? T'as pas honte de venir me réveiller? »

(c) AMIANTE


_________________
I'm not in love
Blow out all the candles. Just a young heart, confusing your mind. Both in silence, wide-eyed, like we're on a crime scene. Cause we both know I'll never be your lover, I only bring the heat. Company under cover, filling space in your sheets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Mer 4 Sep - 13:54


Something is broken in us.
Anarchy feat. Kyle


Kyle m’a énormément manqué. Je me suis attaché à cet homme et un peu trop mais comme dit, je ne suis pas du genre à faire confiance aussi facilement. Je ne lui fais absolument pas confiance non, même si je devrais mais je me méfie toujours des gens, un jour ou un autre ils vont finir par vous faire les pires crasses inimaginables. Je préfère faire comme si j’avais confiance en la personne pour pouvoir mieux l’attaquer également. Je me méfie de tout le monde, même de ceux que j’aime. Quand je suis avec lui je me sens différent, je me sens étrange. Kyle est finalement le seul qui me comprend, il est le seul avec qui je peux partager beaucoup de choses avec qui je peux baisser ma garde. Tout est tellement simple à mon goût, je suis sûr qu’un jour il se passera quelque chose entre nous deux, je veux dire, quelque chose cassera notre relation ambigüe. Je l’observe se réveiller, affichant un petit sourire amusé le trouvant relativement mignon. On dirait qu’il est innocent, tout doux et tout mignon. Ce que je fais ici ? Il n’a pas une idée ? Pas une petite ? Je caresse lentement sa joue du dos de mes doigts et le laisse s’approcher de moi, appréciant le baiser que l’on échange, exerçant de douces pressions contre ses lèvres puis je me détache ensuite et l’observe. Ce contact m’avait tellement manqué. J’ai envie de re-goûter à ses lèvres à nouveau, de sentir la douceur de ses lèvres contre les miennes, de sentir son corps contre le mien. J’affiche un petit sourire amusé à sa question avant de hausser les épaules.

« Je n’arrivais pas à dormir …puis tu me manquais, j’avais besoin de te voir. »

Je remets ses cheveux correctement avant d’observer ses bleus. Je sais qui c’est et cela ne m’étonne pas. Je ne comprends pas vraiment Kyle. Il doit éprouver des sentiments pour cet homme et pourtant il continue de le voir….enfin, je ne suis pas mieux. J’éprouve le besoin de voir Angel à chaque fois même si je dois seulement le croiser ou l’apercevoir alors que j’évite à tout prix son chemin. Personne ne connait la relation que lui et moi nous entretenons mais les marques malheureusement, je ne peux pas les cacher, et encore moins l’inscription qu’il a faite sur mon torse. Son prénom. Oui, il m’a gravé son prénom sur le torse pour que tout le monde voie à chaque fois que je retire mon t-shirt. Je caresse sa joue du bout de mes doigts puis je lâche un long soupire.

« Pourquoi est-ce qu’il t’a fait sa … ? »

Je fais ensuite en sorte qu’il se rallonge avant de venir me glisser à côté de lui puis je colle mon corps contre le sien et vient caresser à nouveau son torse du bout de mes doigts avant de prendre l’un de ses poignets entre mes doigts. Je glisse mon visage dans son cou lentement, humant son odeur et fermant lentement mes yeux, sentant la fatigue me gagner mais luttant tout de même. Je lâche un long soupire, tout de même énervé par le fait que Kyle doit sûrement se laisser faire. Je dépose de doux baisers dans le creux de son cou lentement avant de remonter mes lèvres à sa mâchoire puis à son oreille jusqu’à sa joue. Je tourne ensuite sa tête vers moi et lui fait un petit sourire puis dépose mes lèvres contre les siennes à nouveau, l’embrassant tendrement pour le moment puis je me détache et caresse ses cheveux.

« Je t’ai déjà dis de ne plus l’approcher, pourquoi est-ce que tu ne m’écoutes pas ? Ce prof est un gros malade ! Je sais que tu es masochiste, mais il y a des limites quand même … »

Je glisse le bout de mes doigts contre ses lèvres lentement avant de me redresser et de prendre ma baguette puis je me lève et fouille dans les affaires de Kyle avant de trouver une petite serviette où je fais apparaitre des glaçons puis je range ma baguette et joint les bouts de la serviette ensemble avant de revenir près de lui et d’appuyer légèrement les glaçons contre ses bleus pour apaiser la douleur. Je n’ai jamais pris autant soin d’une personne et ça me fait drôle de dégouliner d’autant de tendresse, je me dégoûte moi-même d’ailleurs. Je prends sa main et lui fait tenir les glaçons, prenant un air presque hautain comme si je revenais à la réalité, comme si je descendais d’un petit nuage sur lequel je me trouvais.

« Moi qui voulait te faire crier, c’est loupé. » dis-je avec un petit sourire amusé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 224
Galions : 95
Âge : 19
Classe : L2 Créatures Magiques
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Dim 8 Sep - 22:25


Hello sunshine, your nightmare is here


There's something inside you, it's hard to explain.
Les mots tendres d'Anarchy me touchaient, et me mettaient également mal à l'aise. Je n'allais pas mentir, il m'avait manqué aussi, nous ne nous étions pas vu depuis un certain temps, et, j'avouais ne pas avoir l'habitude de ne pas le voir pendant aussi longtemps, c'était inhabituel. Mais je savais que soi Anarchy avait connaissance de tous mes faits et gestes, il serait fortement mécontent. Il avait pour habitude de me considérer comme sa chose, et malgré sa possessivité je continuais d'aller voir ailleurs. Disons que nous n'étions pas en couple et que donc je ne voyais pas pourquoi je devrais m'en priver s'il lui s'en donnait le droit, voilà tout. Il remit mes cheveux en ordre et me dévisagea un moment. Je savais ce qu'il regardait. Je savais que mon visage était encore imprégné des traces du passage de Alan Davis. J'avais honte. Je ne voulais pas qu'on me voit ainsi, et surtout pas Anarchy. Heureusement, j'avais eu le temps d'y réfléchir, et j'avais préparé un mensonge tout prêt à lui sortir le moment venu.

« Pourquoi est-ce qu’il t’a fait sa … ? »

Sa question me tomba dessus avec la délicatesse d'un parpaing. Je? Quoi? J'ouvrais la bouche comme pour parler mais la refermer aussitôt. Anarchy vint blottir son visage dans mon cou, ce qui me laissa échapper un frisson. Il venait de l'extérieur et sa peau était encore fraîche. Les baisers qu'il vint y déposer me firent esquisser un sourire. Au moins, il était de bonne humeur. Il fallait que je prépare ma défense. Vite, trouver une pirouette à exécuter rapidement pour sortir du mur dans lequel je fonçais directement si là était bien ce que je pensais. Puis je me ressaisissais. Non, il était impossible qu'il sache qu'il s'agissait là d'un affrontement avec Davis. J'ouvrais la bouche à nouveau pour répliquer, mais les baisers qu'il venait déposer le long de ma mâchoires n'aidaient pas à ma concentration. Ses lèvres vinrent finalement trouver les mienne, et j'abandonnais toute idée de réponse. Plus il continuait ainsi, et plus j'avais envie de sauter la partie conversation pour passer à la partie fun de nos retrouvailles.
Mais apparemment, Anarchy n'en avait pas décidé ainsi. Il me sermonna un moment. Évidemment qu'il avait deviné qu'il s'agissait d'Alan. Parfois il me semblait que je ne pouvais rien cacher à cet homme. Je me demandais s'il s'agissait juste d'observation ou s'il avait ses informations par d'autres personnes. Quoiqu'il en soit, il avait rarement tort. Je soupirais bruyamment, j'avais l'impression d'être un petit garçon que l'on sermonnait sans lui laisser la chance de s'expliquer. Il sortit un torchon qu'il remplit de glaçons d'un coup de baguette, pour venir le presser contre mes bleu le long de ma mâchoires. Je ne pu m'empêcher de rougir à ce contact. Anarchy n'était que très rarement aussi démonstratif avec les gens. Non, tout bien réfléchit, il ne l'était jamais. Et je n'avais pas l'habitude qu'on prenne soin de moi de la sorte. Mais par dessus tout, j'avais l'impression de ne franchement pas mériter ces attentions. S'il savait. Il était vrai qu'au début la confrontation était partie de Davis, le lendemain matin, je n'avais fait aucun effort pour partir des appartements du professeur. Je me mordis la lèvre à cette pensée. Je m'en voulais, et j'avais honte. D'être là, appréciant la tendresse rare et précieuse d'Anarchy alors que je pouvais encore sentir le souffle chaud de Davis contre mon visage tant l'évènement était récent. Je décidais de chasser ces idées de mon esprit pour l'instant.

« Merci.. disais-je, en m'emparant du torchon à glaçons que je continuais de presser sur mes hématomes. Pour ma défense, c'est l'autre cinglé qui m'a cogné dans un couloir parce que je ne voulais pas me laisser faire. »

C'était en partie faux, et je m'en foutais complétement. Je ne voulais surtout pas qu'Anarchy sache la vérité. D'humeur taquine, et mes bleus presque plus douloureux, je soulevais le torchon glacé et vint le déposer sur la tête d'Anarchy. J'ajoutais ensuite, concernant son intention de me faire crier :

« On est dans mon dortoir, espèce de grand malade, et donc obligés de chuchoter, hors de question de me faire hurler ici à moins de réveiller la moitié de ma promo! »

A ces mots, je vins poser un index contre sa bouche indiquant qu'il fallait se taire. Un regard cependant de défi dans les yeux, je présentais mon doigt à l'entrée de ses lèvres, attendant qu'il s'en empare. Je m'humectais les lèvres du bout de la langue, sans quitter son regard des yeux. Bon, d'accord, ce type avait le don de me donner envie de lui rien que par sa présence.
(c) AMIANTE


_________________
I'm not in love
Blow out all the candles. Just a young heart, confusing your mind. Both in silence, wide-eyed, like we're on a crime scene. Cause we both know I'll never be your lover, I only bring the heat. Company under cover, filling space in your sheets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Sam 14 Sep - 10:47


Something is broken in us.
Anarchy feat. Kyle


Kyle m’a tant manqué, et j’admets que je suis ravi de le voir. C’est la seule personne qui me comprend et qui n’agit pas de manière idiote avec moi. Malheureusement pour moi, je me suis réellement attaché à ce petit être. Il aime avoir mal, il aime quand je lui administre des sévices corporelles, il aime quand je pose mes mains sur lui, il aime quand mes lèvres rencontrent les siennes. Kyle et moi nous entretenons une relation ambigüe. Voir que quelqu’un s’en est prit à lui me fait assez mal et me révolte. Kyle est en quelque sorte un petit frère que je n’ai jamais eu, un amant de qualité que je ne laisserais jamais me filer entre les doigts. Je lui demande alors pourquoi est-ce qu’il lui a fait sa. Alan Davis. Un jour, cet homme si je le croise je l’étranglerais de mes propres mains. Je n’utiliserais pas la magie non, je le ferais comme un moldu le ferait. Ce professeur ne me fait pas peur, les seules personnes qui me font peur sont Angel et mon père, le reste je n’en ai que faire. Je viens contre lui, glissant mon visage dans son cou où je dépose de doux baisers dans ce dernier. Je n’ai pas l’habitude d’être très câlin mais quand l’envie me prend en général, mieux vaut en profiter et à chaque fois c’est Kyle qui subit. Pourquoi ? Je ne sais pas. Amoureux ? Ca non, absolument pas c’est juste qu’à mon grand damn, je me suis réellement attaché à cet homme et si un jour il m’arriverait de le perdre, je crois que je ne m’en remettrais pas et je lui en voudrais toute ma vie.

Je fais apparaitre des glaçons ensuite que je pose sur ses hématomes pour apaiser sa douleur tout en l’observant et déposant de doux baisers à nouveau contre sa mâchoire évitant ses hématomes pour ne pas lui faire trop mal. Je le laisse ensuite prendre possession des glaçons puis je l’observe avant de lâcher un long soupire face à ses explications. Ce professeur devrait être renvoyé pour oser faire cela, comment ce fait-il que la vieille McGo ne soit au courant de rien ? Ou alors elle fait partie de ces professeurs qui ont une case en moins ce qui ne m’étonnerait même pas. Je fronce les sourcils lorsqu’il pose le torchon sur ma tête et je frissonne puis je lui affiche un petit sourire avant de froncer les sourcils tout de même surpris lorsqu’il posa son index contre mes lèvres. J’affiche un petit sourire en coin avant de prendre lentement son doigt entre mes lèvres le glissant dans ma bouche et entamant de lents vas et viens sur ce dernier comme si c’était son membre que j’avais en bouche. Je glisse ma main à son poignet et enlève son doigt de ma bouche avant de le lécher de tout son long lentement et de déposer un doux baiser contre ce dernier.

« Depuis quand est-ce que cela te dérange de réveiller les autres ? »

Dis-je dans un murmure assez aguicheur puis je glisse les glaçons à son chevet ensuite avant de rapprocher à nouveau mes lèvres des siennes, glissant à peine ma main contre sa joue puis je me détache et l’observe. Je le regarde avec dégoût et me lève, le dévisageant.

« Tu t’es laissé faire, quel abruti. Tu as son odeur, son parfum sur toi. Comment est-ce que tu peux être aussi idiot, Kyle ?! Je pensais que t’étais moins abruti que sa, finalement, je me suis trompé. » Dis-je en sentant la colère monter en moi. Je devrais les dénoncer, mais si je le fais, j’en paye le prix aussi. Je suis loin d’être tout rose de toute manière. « J’espère que tu as morflé, minable. J’espère que tu as honte et que tu te sens souillé. »

Je lui colle une énorme gifle avant de prendre le torchon et de lui lancer les glaçons en pleine figure avec force. Je l’attrape par les cheveux et glisse mon visage face au mien, l’observant avant de me détacher et de le faire sortir du lit, le jetant sur le sol. Je le contourne et lui marche sur la main en passant, la lui écrasant puis je l’observe. Je suis profondément déçu, oui, énormément. Je l’attrape à nouveau par les cheveux et le jette violemment sur son lit avant de venir au dessus de lui, glissant ma main à son cou exerçant une pression importante mais m’arrête bien assez vite avant qu’il ne s’évanouisse.

« Si j’apprends quoique ce soit vous concernant, tu le regretteras, Kyle. » Dis-je d’un ton assez sec et froid puis je l’observe et caresse sa joue du dos de mes doigts, tentant de retrouver mon calme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 224
Galions : 95
Âge : 19
Classe : L2 Créatures Magiques
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Sam 28 Sep - 21:01


Hello sunshine, your nightmare is here


There's something inside you, it's hard to explain.
Le doux supplice qu'Anarchy faisait subir à mon doigt me faisait retenir de faibles gémissements. Il tombait plutôt bien ce soir, j'avais terriblement besoin de me changer les idées. De supprimer toute pensée concernant ce foutu professeur, et surtout, reprendre mes bonnes habitudes du Kyle que j'étais censé être. Depuis quand est ce que ça me dérange de réveiller les autres? Euh, que je me souvienne, ça m'avait toujours gêné, nous n'avions jamais vraiment entreprit grand chose de spectaculaire dans les dortoirs, pour cette raison en partie. Certes, notre relation était connue de tous, mais je gardais une certaine pudeur. Faire des trucs hors normes, laisser parler mes penchants masochistes, d'accord, mais le faire devant une partie de ma promo, j'étais un peu moins partant. Je le laissais m'embrasser, et le vit soudain se détacher de moi. Il se lève précipitamment de mon lit, comme écœuré. Merde, quoi encore? Ne pouvait-il pas juste rester tranquille, m'embrasser et m'emmener ailleurs afin de me laisser aller au plaisir de la chaire qui, je l'espérais, ferais tout rentrer dans l'ordre? Je.. Sentais Alan? Impossible. Je passais instinctivement une main dans mon cou, comme si ce simple geste pouvait effacer toute trace du passage du professeur, et détournais mon regard d'Anarchy. Si j'avais morflé? Si je me sentais souillé? C'était peu dire.. Non, en vérité, je ne savais pas ce que je ressentais exactement. Le discours de Davis tournait en boucle dans ma tête et je ne savais pas quoi en faire.
La gifle me prit par surprise, et ma tête sembla sur le point de faire un tour sur elle-même. Ma joue gauche était brulante et, j'en étais sur, devait porter la trace rougeoyante de sa main. Je retins un cri de surprise. Ce que je pensais être les glaçons vinrent m'heurter de plein fouet. Leur bruit lorsqu'il vinrent s'écraser sur le sol sembla sortir momentanément certain de mes colocataires. Avant même de comprendre, je le sentis se saisir de mes cheveux, ce qui m'arracha une grimace. Il me relâcha, et je me recroquevillais sur moi-même dans un instinct de conservation. Je connaissais Anarchy lorsqu'il était colérique, et bien que j'aimais subir ses supplices lors de nos ébats, ses colères le mettait hors de lui et il me faisait peur. Mais il était trop tard. D'un geste brusque il me sortit du lit et me jeta à même le sol. Je ne donnais pas cher de ma peau ce soir. Je sens son pied écraser ma main, que je n'essaye même pas de retirer, et me mords l'intérieur des joues pour me retenir de crier. Peut-être qu'au fond, je mérite tout ça. Peut-être. Il me releva à nouveau par les cheveux et me ramena ainsi à mon lit. Sur lequel je m'écroulais, telle une poupée de chiffon. Ses mains s'enroulèrent autour de mon cou, et je fermais les yeux. Ma respiration se faisait difficile, je suffoquais. L'air n'atteignais plus mes poumons et mon corps était secoué de spasmes. Lorsque je me sentis sur le point de perdre connaissance, j'étais presque soulagé. Mais il se retira, me laissant reprendre l'oxygène dont j'avais besoin tant bien que mal. Mes propres mains encerclaient à présent mon cou, que je massais avidement, je pouvais encore sentir la sensation de ses doigts sur ma gorge. Alors que je reprenais mon calme, le dos de sa main caressa ma joue, il semblait se calmer. Je ramenais mes genoux contre ma poitrine et les enroulais de mes bras. Je fuyais son regard, comme un enfant se sentant coupable.

« Il n'y a rien à savoir Anarchy.. rien à apprendre... »

Je me rendis compte que je tremblais, et serrais un peu plus mes bras autour de mes jambes. J'enfouissais mon visage entre mes genoux et marmonnais :

« Je suis désolé... »

Je relevais la tête, et plantais mon regard dans le sien. Anxieux. Si Anarchy me tournait le dos, je perdrais un repère important. Je serais perdu. Je me laisserais aller à des pensées que je ne voulais pas laisser m'empoisonner. Des vicieuses idées m'envahissaient déjà parfois, remettant en cause ce que je pensais être juste depuis toujours. Et ça m'angoissait. J'avais besoin d'Anarchy plus que jamais pour me remettre sur le droit chemin. Je m'avançais vers son corps assis au bord du lit, et passais mes bras autour de son cou. Je le serrais fort, plus fort que nécessaire.

« Pardonne moi Anarchy. S'il te plait. S'il te plait. Pardonne moi. »
(c) AMIANTE


_________________
I'm not in love
Blow out all the candles. Just a young heart, confusing your mind. Both in silence, wide-eyed, like we're on a crime scene. Cause we both know I'll never be your lover, I only bring the heat. Company under cover, filling space in your sheets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Ven 11 Oct - 12:44


Something is broken in us.
Anarchy feat. Kyle


Evidemment, je savais qu’il ne s’attendait pas à ce retournement de situation. Il me connait, je suis assez surprenant. Je peux bien être calme puis dans la seconde qui vient m’emporter et entrer dans une colère la plus noire possible, comme maintenant. Le malmener, c’est tout ce que je pouvais faire pour calmer ma colère. Il faut que je le fasse regretter, il faut qu’il me donne des explications, je veux savoir le pourquoi du comment. Je l’observe, se laisser faire, ne se débattant pas. Je peux lire sur son visage, je sais qu’il se demande quand est-ce que je vais cesser de le malmener ainsi, quand est-ce que c’est fini mais ce qu’il ignore, c’est que je compte continuer encore. Il doit payer, il mérite ces sévices là. Je serre son cou de toutes mes forces, sentant la haine grimper de plus en plus en moi sauf qu’avant qu’il ne sombre dans l’inconscience, je retire mes mains et l’observe reprendre peu à peu son oxygène le laissant en paix, caressant lentement sa joue du dos de ma main voulant savoir mais pourtant, il me fuit, il ne me répond pas. Je me redresse comprenant alors réellement les choses. Il s’est laissé faire parce qu’il le voulait. J’affiche un air dégoûté, mauvais avant de tourner la tête, vérifiant que personne n’aie rien vu ni rien entendu mais apparemment ils ont l’air d’être bien endormi. Je tourne à nouveau la tête vers lui et plante mon regard également dans le sien puis il se rapproche de moi et glisse ses bras autour de mon cou et il me serre fort. Je le repousse ensuite avec violence et me lève, lui lançant un regard noir.

« Si j’apprends que tu as encore eu affaire à lui, Lake, je serais beaucoup moins clément avec toi. »

Je m’en veux d’être aussi faible avec lui, de ne pas le traiter comme les autres. Après tout il le mérite, il vient de me blesser, de me froisser et surtout de dégringoler de son piédestal sur lequel je le plaçais. Je secoue la tête, déglutissant et me met dos à lui, serrant les poings puis je me tourne à nouveau face à lui et fait un signe de tête ensuite. On doit continuer notre conversation ailleurs qu’ici, surtout si cela prend une ampleur assez importante, je ne compte pas réveiller les autres non plus.

« Habille toi, nous allons ailleurs. »

Je quitte ensuite le dortoir et la salle commune puis je croise les bras attendant à l’extérieur, regardant autour de moi. Il finit par me rejoindre, je me mets ensuite à marcher jusqu’à la tour d’Astronomie, entrant dans cette dernière puis je m’installe ensuite dans un coin et fixe droit devant moi, n’osant pas le regarder, de peur qu’il lise tout dans mon regard puis je ferme mes yeux.

« Pourquoi est-ce que je devrais te pardonner, hm ? »

Surtout que je suis conscient qu’il recommencera, je ne peux pas interdire Kyle de faire quoique ce soit, vu qu’il ne m’appartient de toute manière pas. Je sors des cigarettes magiques que j’ai volé à un élève avant de relever les yeux vers Kyle et de lui tendre le paquet puis je l’allume avant de tirer lentement sur cette dernière et je me masse ensuite les tempes. Quelle merde, vraiment

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 224
Galions : 95
Âge : 19
Classe : L2 Créatures Magiques
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   Dim 20 Oct - 12:29


Hello sunshine, your nightmare is here


There's something inside you, it's hard to explain.
Anarchy me laissa l'étreindre un moment avant de me repousser violemment. Il m'en voulait peut-être encore plus que je ne m'en voulais à moi-même. Son regard noir me transperça à nouveau, et sa menace fut claire. Je ne devais plus voir Alan. Plus jamais. Si je le faisais, j'en connaissais toutes les conséquences, et je le ferais en pleine conscience de mes actes. Si je le faisais, je perdais Anarchy pour de bon. Et avant de m'abandonner, je connais le sort qu'il me réserverait. Je pouvais lire dans son regard autre chose que de la colère. De la déception. Je l'avais déçu, et dans cette histoire c'était peut-être le pire. Je l'avais déçu, et à cause de ça je pouvais déjà le sentir se détacher de moi.
Il m'ordonna de m'habiller et de le suivre. Tandis que je me rhabillais, il se dirigea calmement vers la sortie. S'il voulait que nous allions ailleurs, c'était sûrement très mauvais signe pour moi. Il ne voulait sûrement pas réveiller mes camarades pendant qu'il me faisait payer le prix fort de mes aventures avec Davis. J'aurais pu refuser, rester ici et ne pas le suivre. Mais j'étais le premier à penser que je devais être puni. Et tourner le dos à Anarchy m'était juste insupportable. J'enfilais calmement un pantalon de pyjama bleu au liserai argent sur les côtés, et un marcel noir, coinçais ma baguette entre l'élastique du pantalon avant de me faufiler hors du dortoir. Je le retrouve devant l'entrée, et le suit sans un mot. Il se dirigea vers la tour d'astronomie, et nous y pénétrons sans un mot. Il alla s'appuyer dans un coin de la pièce, fuyant mon regard. Je n'osais pas m'approcher. Il se remit enfin à parler. Pourquoi devrait-il me pardonner ? Peut-être qu'il n'avait aucune bonne raison de le faire. Au fond, Anarchy n'avait pas besoin de moi, si on grattait un peu la surface de notre relation, je n'étais rien. Juste un énième de ses amants. Il me tendit le paquet de cigarettes moldus qu'il venait d'ouvrir, et je m'avançais lentement vers lui. J'en pris une et la coinça entre mes lèvres. Je pris une bouffée de nicotine et fermais les yeux. J'expirais lentement la fumée en un fin filet opaque, essayant de me calmer. J'aurais voulu trouver quoi dire pour apaiser Anarchy, le retrouver comme il l'avait été tant de fois avec moi : passionnel. Je voulais le sentir contre moi, me dire que tout allait bien se passer. J'avais besoin de lui. J'avais besoin qu'il remette dans mon esprit les bonnes idées au bon endroit. Il devait me pardonner car s'il ne le faisait pas, j'allais droit au mur. S'il m'abandonnait maintenant, je ne savais pas comment il me serait possible d'oublier Alan et reprendre le droit chemin de mon père. Je tirais à nouveau sur la cigarette, longuement et je m'appuyais contre le mur, retenant un frisson au contact de la pierre froide. Je relevais la tête vers lui, le regard suppliant, plus soumis que jamais.

« Il faut que tu me pardonnes parce que j'ai besoin de toi, Anarchy. J'ai besoin que tu me rappelle ce qu'est le droit chemin, celui de nos ancêtres et celui à suivre. J'ai besoin de toi. »
(c) AMIANTE


_________________
I'm not in love
Blow out all the candles. Just a young heart, confusing your mind. Both in silence, wide-eyed, like we're on a crime scene. Cause we both know I'll never be your lover, I only bring the heat. Company under cover, filling space in your sheets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.   

Revenir en haut Aller en bas
 

anarchy&kyle | hello sunshine, yournightmare is here.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Les Tours-