Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Sam 20 Déc - 11:49


 ◈ Haimon & Eugenia ◈
Attention avis de tempête
Planquez vous






And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 538
Galions : 350
Âge : 18
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Jake Abel
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Mar 23 Déc - 18:35



See you at the bitter end


Après le calme la tempête disait-on, eh bien aujourd’hui, c’était l’inverse. Après la tempête qui s’était déroulée dans la grande salle –et que j’avais déclenché sur une bête impulsion- j’aspirais à ce calme glacial qui régnait dehors depuis que les vents d’hiver avaient commencé à envahir Poudlard. Les étudiants s’aventuraient de moins en moins dehors, particulièrement pas au lac noir, endroit sinistre et dépeuplé, tout ce dont j’avais besoin à ce moment précis. Assis dans l’herbe, les jambes repliées contre mon torse, j’observais l’étendue d’eau d’un air morne. Qu’avais-je foutu de ma vie ? Si l’heure du bilan arrivait, qu’allais-je retenir des derniers mois ? A part semer la pagaille et faire des conneries, qu’avais-je sur mon tableau de chasse ?

C’était ce genre de questionnements qui me berçaient alors que dans mon dos, la tornade menaçait à nouveau. Finalement, il y avait bien une nouvelle tempête prête à briser le calme en mille morceaux. Je ne l’entendis pas arriver, trop occupé à contempler les vestiges de ma vie. Sa voix me sortit de ma torpeur alors même qu’elle entrait dans mon champ de vision. JE sursautai, ne m’attendant absolument pas à la voir. Pas maintenant. Pas elle. Cela dut se lire dans mes yeux, qui la fixaient avec un air hésitant. Que fais-tu là Eugenia ?

Elle m’ordonna de la suivre, et je me levai, à la fois curieux de savoir ce qu’elle pouvait bien avoir à me dire, mais aussi dans l’appréhension de ce qui allait suivre. Je me levai en silence, prêt à véritablement la suivre, mais la scène qui suivit me laissa quelque peu pantois. Eugenia était en train de se tâter, visiblement à la recherche de quelque chose… quelque chose qu’elle ne semblait pas avoir. Sa baguette, probablement. Minute… pourquoi avoir besoin de sa baguette ? Fronçant les sourcils, je glissai discrètement ma main jusqu’à la mienne, sentant venir l’entourloupe. Je continuai de l’observer, voyant la démunition puis à nouveau la colère se refléter sur ses traits, me terrant dans mon silence, la laissant parler la première.

La phrase d’entrée en matière finit par tomber, et je dus retenir un roulement de yeux. Evidemment. Elle ne pouvait pas dire directement ce qu’elle avait en tête, ou sur le cœur, il fallait commencer par les basses. Je ne répondis d’abord rien, mais elle renchérit immédiatement, et je détournai un instant le regard, étouffant un bruit à mi chemin entre le ricanement et le soupir. Tu ne sais pas de quoi tu parles Eugenia… Et moi j’aimerais t’en dire plus, mais je ne peux pas trahir nos efforts à Aly et moi. Je ne peux pas te dire que tout n’est que mascarade. Tu irais le répéter à Eren. Et il ne doit pas savoir.
 
▬  Allons bon, tu es la porte parole de ton mari maintenant ? Il t'a envoyée me dire qu'il n'approuvait pas que je récupère sa copine ?

Répliquai-je finalement, levant un sourcil dédaigneux. Je refusais de prononcer le nom de cette vipère. Je refusais même généralement de parler de lui, mais enfin, dans ce genre de circonstance, il était difficile de ne pas le faire.

▬    La jalousie ne te sied guère au teint, laisse la donc de côté

Je la provoquais. Je voulais la faire sortir de ses gonds. Quitter les petites phrases d’accroche pour aller à l’essentiel. Mais je ne m’attendais pas à… ça. La suite était pour le moins inattendue. Sa main attrapa le col de ma chemise et sous la surprise, je ne tentai pas d’esquiver. 2 secondes après, le coup partait, bien visé.

Par réflexe je me pliai en deux, laissant une grimace de douleur déformer mon visage et un gémissement étouffé s’échapper de ma gorge. Ma main chercha à tâtons un support pour ne pas m’écrouler par terre, et c’est contre un arbre pas loin derrière moi que je me laissai tomber, maudissant la nature de m’avoir fait naître homme, et considérant une carrière d’eunuque pendant un très bref instant. J’avais le souffle coupé, ce qui m’empêchait de traiter Eugenia de tous les noms qui défilaient dans ma tête. Ah qu’il fallait être une femme cruelle –ou un Troll- pour faire subir cela à un homme.

Il me fallut quelques très longues –et douloureuses- minutes avant de retrouver la parole. Je me dépliai lentement, comme une fleur qui éclot, la grâce en moins, la souffrance visible en plus. Je restai plaqué sur le tronc, songeant que c’était encore l’endroit le plus : le plus loin d’elle possible.  J’avais déjà vu Eugenia énervée et ce n’était jamais une partie de plaisir… Mais là, elle n’était pas JUSTE énervée. Elle était bien au-delà. Une partie de moi se sentait pousser des ailes en imaginant qu’elle agissait ainsi par jalousie, que malgré ses gestes, ses paroles, elle tenait encore à moi. Que j’étais encore important à ses yeux. L’autre partie se disait qu’elle allait me faire la peau.

▬    Ça tombe bien, je préférerais me marier avec une goule plutôt que d'élever des enfants au nom des Bogarts

Répliquai-je finalement, essayant de maintenir un ton le plus détaché possible. J’exagérais à peine sur le fond… J’avais été tellement déçu par cette famille que je n’avais guère envie d’élever des enfants pour en faire des étendards Bogart. Je n’avais pas envie de faire d’eux ce que nous étions tous devenus Eugenia, Mafalda, Eren, Serena, moi… Je ne voulais pas répéter le même schéma, perpétrer ce cercle vicieux et absurde.

Je marquai une pause, mes yeux fixés sur elle avec une intensité que je n’avais pas ressentie depuis bien longtemps. Je voulais la faire faillir. Fendre son masque de porcelaine. Qu’elle arrête de se mentir, de me mentir, qu’elle se dévoile au grand jour.

▬   Oh... Pas de chance, toi, tu auras le droit aux deux..

Le ton était mesquin, moqueur, mauvais. Je veux que tu regrettes, Eugenia. Je veux que tu regrettes d’avoir envoyé valser mon cœur quand je te l’ai offert. Je veux que tu regrettes ce jour et ce choix que tu as fait. Je veux que tu te fasses bouffer par ce regret, qu’il te consume de l’intérieur, que tu en brûles. Je veux que tu souffres pour avoir jeté ce que nous aurions pu avoir. Que tu sentes ce vide, ce trou noir qui aspire tout sur son passage, le même que je porte en moi.

▬  Tu as fait ton choix. Et je le respecte. Alors respecte le mien

Respecte, mon œil oui… Il n’y avait rien que je respecte dans ce choix. J’avais pourtant essayé de m’en persuader. De me raisonner. De me dire que c’était mieux pour toi. Que c’était la chose< i>logique à faire. Mais non. La liberté me faisait tourner la tête, remettant en question tous les mensonges que j’avais tissé, brisant mes hypocrisies. Je ne voulais plus mentir. Je fis un pas vers elle, mettant de côté mon appréhension de finir émasculé.  J’avançai vite jusqu’à ce que mon corps fonce dans le sien, l’obligeant à reculer même si elle ne le voulait pas. Je profitais de ma supériorité en taille pour me pencher sur elle, pour chercher à l’écraser, les yeux brillants d’un brasier dément.

▬   Oh et tu sais quoi ? En fait non. Je ne respecte pas ton choix. Je le méprise. Il me dégoute. Il me donne envie de vomir

Ma voix avait baissé d’un ton, se rapprochant de celles d’outre tombe que l’on pouvait entendre dans certaines maisons hantées pour moldus. C’était la rage que l’on entendait vibrer dans ma gorge. Toute cette frustration que j’avais essayé d’étouffer. Ma bouche se tordait avec dédain alors que je résistais à l’envie de l’embrasser. Je détestais être bouffé par ces sentiments contraires mais j’étais pourtant à leur merci.

▬   Il ne te rendra jamais heureuse

Tu auras la gloire, la fortune peut être. Tu auras le pouvoir, si tu t’en sors bien, tu auras l’influence et la position. Tu auras des gens à tes pieds, des admirateurs, des gens terrifiés ou avides. Et lorsque les lumières s’éteindront le soir, tu auras la tristesse, tu auras la solitude de ces gens trop mais mal entourés. Tu auras le vide de ceux dont la flamme s’éteint petit à petit. Tu auras la mélancolie des petites joies que tu as un jour connues mais dont tu seras lentement privée. Tu auras la morosité de ceux qui auraient pu avoir le bonheur, et qui à la place ont la fierté.


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Mer 24 Déc - 17:36


 ◈ Haimon & Eugenia ◈
Attention avis de tempête
Planquez vous






And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 538
Galions : 350
Âge : 18
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Jake Abel
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Ven 26 Déc - 18:22



See you at the bitter end


Oh bon sang. Ce que ça peut m’énerver de te voir le protéger. De te voir le couver. De te voir l’aimer. Bon sang Eugenia, lorsque nous étions encore promis l’un à l’autre, pas une fois tu as fait un pas en avant pour me défendre comme tu le fais avec lui. Ca me fait un mal de chien et me donne envie de te faire souffrir à la fois. Pour te punir d’avoir volé mon cœur et de le torturer de la sorte. Je déglutis, lentement, réfléchissant à ce que je pouvais faire ou dire pour chasser ce malaise qui s’emparait de moi. Comment lui faire payer sa traitrise ? J’étais celui qui avait tout plaqué, c’est vrai, mais elle était celle qui avait offert son cœur et sa loyauté aveuglément à Eren.

▬ Je suis ravi de voir que l’auto persuasion fonctionne aussi bien sur toi

Répliquai-je finalement, alors qu’elle vantait les joies de sa vie avec cette punaise. Elle essayait de me défier. Depuis que son bonheur m’importait ? Depuis bien trop longtemps. Nous n’avions hélas pas la même définition du bonheur. Elle pensait que je la porterais vers le pouvoir et la gloire, alors que je n’aspirais qu’à lui offrir amour et épanouissement. Nous ne nous comprenions pas. Elle allait trouver chez Eren ce que je n’aurais jamais su lui offrir, je le savais, et ne pouvais rien faire contre cela. J’étais un romantique désespéré persuadé que l’on pouvait, au fond, vivre d’amour et d’eau fraîche. Elle était terre à terre, pragmatique, elle savait ce qu’il fallait faire et piétiner pour arriver là où elle le souhaiter. Elle rêvait d’una venir meilleur pour ses enfants, je dus me retenir de ne pas ricanner. Tes enfants, Eugenia, finiront comme nous. Etouffés par l’ambition de leurs parents. Leurs cerveaux lavés et manipulés pour devenir des pions, des outils. Tu pourras les aimer, le chérir, ils finiront malgré tout par pourrir à la racine.

▬ Bien sûr Eugenia

Murmurai-je,

▬ Puisque tu es tellement bien dans cette vie là, puisque tu te réjouis tant d’épouser ton prince et d’élever ta marmaille, qu’est-ce que tu fous ici à te geler les fesses ? Hein Eugenia ? Qu’est-ce que tu viens chercher en venant me voir ?

Mon air était celui de la provocation, alors qu’intérieurement, je me consumais. Et si elle me disait qu’elle n’était là que pour admirer ma déchéance ? Pour me voir chuter, souffrir ? Et si elle me disait qu’elle ne voulait que sublimer sa réussite en constatant mon échec ? Elle me rendait fou. J’aurais tant voulu lui afficher une mine réjouie, lui dire que j’avais tourné la page. Mais à qui mentai-je ? Qui essayai-je de persuader ? J’avais essayé, avec obstination, de passer à autre chose, mais elle me hantait. Lorsque mes paupières étaient closes, c’était elle que je voyais.

▬ Qu’est-ce que ça peut te foutre que le lâche de la famille soit en couple avec telle ou telle personne ?

Renchéris-je. Mon ton montait. Face à elle, mon self-control se faisait la malle. J’essayais de lutter pour ne pas laisser mes sentiments et mes émotions exploser, mais c’était difficile.

▬ Tu sais quoi ? Si ça te convenait tant que ça, je pense que tu ne serais pas là. Je pense que tu ne viendrais pas faire tout un foin pour une histoire qui ne te concerne absolument pas

Oh combien j’espérais avoir raison. Je voulais plus que tout que son intervention ne soit qu’une manifestation de ses sentiments. Que ce ne soit pas sa haine, sa colère, sa superbe qui parle, mais que ce soit son cœur qui, traître, ne prenne le dessus et ne parle pour elle. Je voulais qu’elle ressente la même chose que moi, mais plus elle parlait, moins j’y croyais. Plus les mots s’alignaient, et plus je la voyais s’enflammer pour cette ordure d’Eren, plus mon cœur se serrait.

▬ Je t’ai fait une proposition, Eugenia.

Folle, cette proposition. Naturellement, tu m’avais éconduit. A quoi m’attendais-je réellement ce jour là ? Au nom de quelle folie avais-je espéré ?

▬ Tu l’as refusée. Maintenant je ne sais pas ce à quoi tu t’attendais… Que je fasse vœux de célibat ? Que j’entre dans les ordres peut être ? Ca va être compliqué, je pense avoir commis suffisamment de péchés pour être radié des ordres dans cette vie et toutes mes réincarnations futures…

Je jouais la carte de l’ironie, mais ma voix trahissait un peu mon amertume. J’avais toujours été bon comédien. Cacher mes pensées, mes sentiments, donner le change, c’était mon domaine d’expertise… Mais pas face à elle. Elle me connaissait trop bien. Du moins, c’était ce que j’avais toujours pensé… Mais de toute évidence, j’arrivais encore à la duper. Après tout… elle venait de penser que j’étais en couple avec McMillan, non ? Ca n’allait pas durer longtemps cette histoire, je le savais bien, mais l’espace d’un instant, la jalousie l’avait effleurée, non ?
Je me faisais secouer comme un prunier, le moindre de ses sursauts de colère ou d’indignation étant accompagné d’une bousculade. Et je me laissai faire, serrant les dents, encaissant…. Jusqu’à ce qu’elle me plonge le nez dans cet amer constat : tu ne fais rien pour les tiens.

Je déglutis un instant, la laissant une fois de plus, elle ne me pousse. Sans réfléchir, je lui attrapai le bras, et avant même qu’elle ne puisse réagir, elle faisait une jolie petite pirouette et atterrissait par terre, sur le dos. Mon bras avait accompagné sa chute, le but n’étant pas de lui faire mal, juste de la déstabiliser et de la remettre à sa place. Penché sur elle, mes yeux perçants la fixaient avec intensité alors qu’un sourire moqueur se dessinait sur mes lèvres.

▬ C’est le privilège des lâches et de ceux qui n’ont aucune responsabilité de se prêter à de nouveaux loisirs comme… les sports de combat

Des cours privés avec la merveilleuse Tallulah. Lorsqu’elle m’avait parlé de cette activité si étonnante, j’y avais immédiatement vu un atout majeur. J’étais doué en magie, plus particulièrement en duels, tout le monde m’attendait au tournant dans ce domaine là. Si je voulais mnager un effet de surprise, il fallait que rajoute une corde à mon arc… Les sports de combat étaient l’élément de surprise ultime. On vous attend au bout de votre baguette, mais on ne voit pas venir le coup de pied bien placé. J’étais plutôt fier de mon coup, essentiellement parce que j’avais réussi ma prise ce qui n’était pas gagné d’avance… Si Tallulah était là, elle serait fière de moi.

▬ Ecoute moi Eugenia…

C’était presqu’une supplique plus qu’un ordre. Je me reculai, la connaissant, elle était parfaitement capable de s’emparer de ma chemise et de me faire chuter avec elle, inutile que ma prouesse ne se retourne contre moi. Sachant qu’elle n’allait pas du tout m’écouter, j’enchaînai immédiatement sur ce que je voulais lui dire :

▬ Construis ta fortune, ta gloire, ta famille et ton empire… Et si tout cela te convient, me torturer ne t’apportera rien

A en croire la satisfaction que j’avais lu dans ses yeux lorsqu’elle avait tenté de m’émasculer, je n’étais pas certain de ce que j’avançais. Mais si sa nouvelle vie lui plaisait tant, si elle s’épanouissait véritablement… Elle devrait se ficher de mon sort, non ? L’espoir qu’elle n’ait pas encore totalement renoncé à nous affolait les battements de mon cœur plus que de raison.

▬ Si tu te plais tant à me tourmenter, Eugenia, admets que c’est parce que je te manque.

C’était un air presqu’arrogant sur mon visage, alors que je la dévisageais de toute ma hauteur. En vérité, je crevais d’envie de l’entendre me dire cela, mais je ne pouvais définitivement pas le lui demander sérieusement. Heureusement qu’il me restait la provocation. Il n’y avait finalement qu’un éclat de nostalgie dans mes yeux pour me trahir, et j’étais prêt à parier qu’elle était trop occupée à vouloir me tuer pour le voir. Je la voyais déjà me rembarrer à des kilomètres… Mais le dire à voix haute, c’était comme le rendre réel. C’était comme ma propre confession.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Sam 27 Déc - 2:01


 ◈ Haimon & Eugenia ◈
Attention avis de tempête
Planquez vous






And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 538
Galions : 350
Âge : 18
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Jake Abel
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   Lun 29 Déc - 20:59



Tell them what I hoped would be impossible


Même couverte de boue et recroquevillée, tu es superbe. Je ne sais pas comment tu réussis ce tour de passe passe, je me demande un instant si tu ne m’as pas ensorcelée. Un philtre d’amour peut être ? Cela expliquerait pourquoi même lorsque tu es effrayante ou pitoyable je ne peux m’empêcher de te dévorer des yeux. Cruelle malédiction.

Tes reproches sont insoutenables. Je retire mon bras lorsque tu l’évinces et je serre les dents fort pour ne pas en dire plus que je ne le voudrais. La réponse fuse malgré tout :

▬   Je ne m’envoie pas Aly

Savoir que tu imagines cela me met hors de moi. Au temps pour cette belle mascarade… Elle n’aura pas duré bien longtemps. Qu’importe, elle était vouée à s’effriter avec le vent et le temps, elle aura juste eu une mort un peu précoce.

Ce furent les seuls mots que je pus véritablement placer avant que n’ouvres les vannes. Chaque mot fait mal. Chaque mot est un poignard. Tu te relèves alors que tu continues à tout m’envoyer, à m’inonder.
Tu aurais pu faire comme tout le monde, me dire mes 4 vérités. Mais non, chez toi, les vérités sont livrées par paquet de 100. Ton avalanche de paroles, toutes plus vraies les unes que les autres, me fige et me glace. Je sens un malaise s’emparer de moi car je réalise. Oui je réalise ce que j’ai foutu en l’air. Je réalise ce que j’ai fait.

Tu as toujours été une pièce maîtresse, et moi un pion. Tu as toujours été une tête pensante, et moi un rêveur. Voila notre différence. Tu étais dans ton élément, au milieu de ces gens là et moi... Moi je n'avais jamais été  ma place. J'étais proche d'Audric, mais ne le serai jamais autant que toi. Ces gens étaient les tiens, ta famille, et moi, je n’étais qu’un étranger. J’aurais toujours été un étranger. J’aurais pu mettre un masque pour leur ressembler, pour vous ressembler, mais je n’aurais jamais été des vôtres.

Ce moment où tu réalises que pour avoir celle que tu aimes, il aurait fallu renoncer à toi-même. Mon cœur se serre car je sais que c’est la fin. Je sais que nous n’aurons rien. Je comprends que l’amour ne fait pas tout, qu’il n’y a que dans les contes et dans les belles histoires qu’il peut soulever des montagnes. Impossible, c’est ce qui nous qualifie le mieux. Pire que Roméo et Juliette dans votre genre, sauf que vous êtes bel et bien de la même famille à la base. J'entends presque mon coeur se craqueler une deuxième fois mais je ne dis rien. Rien du tout. Car rien que je puisse dire n’y changera quoique ce soit.

Ta main frôle ma joue et m’en déclenche un frisson. J’ai envie de te dire de ne pas me toucher, de ne pas aggraver mon cas, mais je n’en ai pas la force. Mes yeux tombent sur ta main, remonte sur ton poignet au moment où ton vêtement le découvre. Là, au milieu de la terre qui commence à sécher, il y a une marque. Une trace. Une trace qui ne m’est pas totalement inconnue. Je repense à celle de Charlie, différente certes, mais au même endroit. Je repense à celle de Serena. Ma main se saisit de ton bras et l’immobilise pour que je puisse mieux la voir. Mon regard effaré glisse de cette marque à ton visage. Mes yeux brillent d’un éclat aussi mauvais que désabusé. Bordel Eugenia. Vraiment ? Je te connais si mal que cela ? Je ne sais rien de toi, en vérité. Tu me caches tout. Tu ne me dis rien. Tu n’as jamais voulu que je fasse véritablement partie de ce monde, de ton monde, n’est-ce pas ? Je suis furieux, mais je n’ose rien dire. Je n’ai rien à dire et rien à revendiquer.

Je serre ton bras fort, ô si fort. Je l’amène à mes lèvres, j’y dépose un baiser maladroit.

▬   Qu’as-tu fait Eugenia ?

Oh que la question est vaste. Elle vient du cœur.  Qu’as-tu fait ? Dans quoi t’es-tu embarquée ? Quels fers as-tu accrochés à tes chevilles ? J’ai envie de hurler et de tout briser, mais je n’ose pas bouger, comme si j’avais peur de te briser en faisant un geste trop vif. Je sais pourtant que tu es solide. Je secoue la tête quand tu me dis que tu aurais aimé me suivre. Je ferme les yeux et la secoue d’autant plus à ta seconde phrase.

▬   Tu ne m’as pas laissé te comprendre

Jamais. Les secrets, les non dits. Tu m’as fait croire des choses, tu m’en as cachées d’autres. Tu prêchais le faux pour dissimuler le vrai. Je suis un imbécile et tu le sais : quand on ne me fait pas un dessin, je passe souvent à côté de l’essentiel. Tu dois le savoir, car malgré mes multiples masques, mes costumes de comédien, je suis transparent en ta présence.
Mes paupières se lèvent, mes yeux te sondent. J’essaye de te comprendre, mais je ne suis pas sûr d’y arriver. Je ne suis qu’un idiot face à toi, et l’idiotie est l’ennemie de la perspicacité.

Ta proposition me tire un sourire, mais c’est un sourire triste.

▬  Et après ?

Je tire sur ton bras, que j’avais toujours entre mes mains, pour te ramener contre moi. C’est peut être la dernière fois que je pourrai te serrer dans mes bras. Je te colle à moi, et je pose ma tête contre la tienne, notre dernière connextion.

▬  Ce sera goûter à ce que nous n'aurons jamais. Ce sera nous faire du mal.

En tout cas ME faire du mal.

▬  Nous ne serons jamais dans le même camp

Je te serre d’avantage contre moi, je plonge mon visage dans tes cheveux d'or pour ne rien voir d'autre. Tu ne trahiras jamais Eren, je le sais, je le sens. Et moi, je ne cesserai jamais d'essayer.

▬  Je tuerai Eren

Car je ne pourrai jamais accepter de le voir régner sur ceux que j'aime. De le voir à tes côtés. De te voir l'aimer et l'épauler.

▬  Je te l'enleverai

Et tu me détesteras probblement pour cela.

▬  Qu'il faille que j'aille à Azkaban ou que je crève, je le ferai

Et si je dois passer le reste de ma vie à faire cela, ainsi soit-elle. Elle sera longue, cette vie, sans toi, il faudra bien l’occuper, se trouver un nouveau loisir. « Tuer Eren » ne figurait pas sur la liste des activités périscolaires des mairies du coin mais je m’en accomoderais.
N’est-ce pas de la folie, au milieu de tout cela, de vivre une vie qui ne sera jamais la nôtre le temps d’un week end ?
Une petite voix me dit : c'est tout ce que tu auras Haimon. Alors saisis l'instant. Et apprécie le, surtout.

▬  Mais je peux oublier cela pendant 2 jours

Je te chuchote cela au creux de l’oreille. 2 jours de paradis, cela vaut bien une vie d’enfer, non ? La meilleure façon de résister à la tentation, c’est d’y céder. Parfait. Cédons-y pour un week end, et nous aurons ensuite toute une vie pour nous frustrer à loisir.

▬  Ce sera peut être nos adieux …

Murmurai-je, glissant mes doigts dans les fils d’or éparpillés sur tes épaules. Certains sont encore un peu tâchés de boue. L’optimisme ne m’étouffe plus, j’ai du mal à voir la vie en rose alors que je sais que tout peut se terminer au détour d’un week-end.
Après cela, je pourrai disparaître. J'ai 18 ans, peu d'avenir, et un compte chez Gringott dévalisé par ma famille, mais j’ai des idées, fixes pour la plupart, et la volonté d’y arriver.

▬   Alors autant qu’ils soient grandioses. Vendredi, 21h, au Sanglier ?

Conclus-je, un sourire tendre se glissant sur mes lèvres, tendresse reflétée dans ce regard que je pose sur toi.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui sera le plus mesquin ? Qui sera le plus fou ? | Haimonia ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ L'extérieur de Poudlard :: Le lac noir-