Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Oh ! Come on girl, we will be so perfect together

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Jeu 27 Nov - 12:13


 ◈ Hell&Billie◈
No matter how they tossed the dice
It had to be







Elle a promis à Eleazar qu'elle osera comme lui osera avec Megara. Promesse du petit doigt, elle est obligée de s'y tenir. Elle n'a pas besoin de ça pour se lancer mais se sentir encouragée l'aide à surmonter les paroles d'Abel. Désolée Abel, je ne peux pas résister, cela te blesse que ta sœur soit avec une fille aussi détestable que moi mais je ne vais pas m'empêcher d'agir. Je ne suis pas une salope, j'ai juste envie de faire quelque pas avec ta fascinante sœur, si vouloir la revoir me sourire est blâmable, alors j'accepte avec joie tes remontrances. Brennan l'a rassuré, Abel délire, Abel souffre et elle culpabilise sans pour autant s'arrêter. Elle marche vers elle, vers celle qui depuis son arrivée au château la fait rêver. Elle a écouté ses chansons, trouvées au château, ramenées à la maison. Elle a mentit à sa mère pour aller la voir en concert, dire qu'elle s'est égosillée la voix en tenant sa brosse à cheveux et que maintenant, celle qui les as chanté, est là, dans son école. Il y a d'autres groupies, des fans, qui lui tournent autour mais elle refuse d'en faire partie. Elle admire l'artiste, elle veut connaître la personne. Alors elle est restée en retrait, l'observant en douce, de plus en plus fascinée par cette femme décalée. Alors elle se tait mais exaspère James à lui raconter les brefs moments où elle a croisé Hell. Un baiser, la promesse d'une retrouvailles et son petit cœur s'enflamme. James, Bran, Annah, tous sont au courant que ça y ai, elle a été remarquée par Hell. Que c'est simplement incroyable, elle si invisible, a été remarqué par Hell ! Sans rien faire ! Elle en a même tiré les dés pour être sûre qu'elle ne rêvait et le verdict fut clair : elles seront heureuses ensemble. Ou du moins, pendant quelque temps Billie sera heureuse mais la jeune Poufsouffle ne lit dans ses dés divinatoires que ce qui l'arrange, elle rejette la brièveté du tirage, tout ce qu'elle voit c'est « bonheur », comprendre : elles vont vivre la plus belle des histoires.

Elle est là. Dans la fraîcheur du parc, seule, elle sort du château. Allez, Billie, lance toi. Remontant son écharpe jaune et noire autour de son nez pour se protéger sur vent, emmitouflée dans un manteau épais aux couleurs de sa maison avec le petit blason sur la poitrine, elle s'avance à grands pas vers Hell. Ses pas ralentissent, le cœur s'emballe, l'excitation lui noue le ventre. Des petits papillons, une grosse appréhension, le souffle court, elle se damnerait pour cette sensation. De sa moufle droite, noire, elle tapote l'épaule d'Hell alors que l'autre main, prise dans une moufle jaune, vient tirer l'écharpe pour lui permettre de parler.

Salut Hell, sourire radieux qui fait briller ses yeux et adoucit son visage poupon, on s'est pas revu depuis le bal et c'est dommage. Son regard se lève alors qu'elle sourit encore plus, Je voulais te dire, j'ai repensé à tout ce que tu m'as dis la dernière fois, elle n'a fait que se repasser la conversation en boucle, je sais que tu es « normale », célèbre ou pas mais j'adore tes chansons et … enfin comment dire ? J'ai vraiment envie de te connaître pour toi, mais j'avoue, tu m'impressionnes ! Elle éclata d'un rire franc, voilà c'était dit, elle était à la fois impressionnée et désireuse de ne pas passer pour une fan – mais ça, ça semblait raté. C'est quand même incroyable que tu arrives à passer d'une carrière internationale à une vie ici, simple étudiante. Son rire reprend, plus nerveux, très bref, je recommence, tu dois vraiment me prendre pour une fan alors que j’essaie de pas en être une... enfin j'en suis une mais... oh merlin ferme la Billie ! Sa bouche se pince, elle sourit, simplement, gênée de s'afficher autant, de raconter autant de connerie à la seconde, mais bien décidée à ne pas lâcher l'affaire. Si elle l'ennuie, elle n'a qu'à s'en aller – et encore, il est probable qu'elle la suive. Fait une demande pour que je n'ai pas le droit de m'approcher de toi, c'est l'unique solution pour que je te fiche la paix. Bref, j'ai deux choses aussi à te dire : uno, pourquoi tu m'as embrassé pendant le bal ? Tu sais, si on était réglo c'est toi qui serait revenu vers moi, tu m'as laissé en plan. . Une nouvelle fois elle sourit, ce n'est pas un reproche et cela ne sonne pas comme tel, elle sourit, s'amuse, bien loin d'être le genre de fille à s'intéresser au protocole. Deuxio, j'ai vraiment envie de faire ta connaissance car tu me plais tout simplement, les cours sont terminés et j'ai deux bières au beurre dans mon sac. Donc annule tes plans, je t'invite ! Et si tu ne veux pas... t'as intérêt à avoir une excellente excuse, j'aime pas vraiment qu'on me dise non. Jamais mesquine, ou autoritaire, toujours taquine et souriante. Billie fait tinter son sac, les fioles s'entrechoquent doucement, elle hausse un sourcil en se dirigeant vers un coin plus tranquille. Alors, tu viens ou tu vas encore prendre la poudre d'escampette ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 178
Galions : 380
Âge : 21 ans
Classe : L3 - Art de la Magie
Avatar : Bryden Jenkins
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Ven 5 Déc - 18:27




     



«  Oh come on girl !  »
We will be so perfect, together.  


Mon regard est perdu dans le vide. Il fixe la surface de ce lac bien trop calme sans rien voir. J'inspire profondément cette fumée dégueulasse et la laisse plonger au fin fond de mes poumons. Je l'inspire, je la respire, je la vie et elle me détruit. Un instant, cette sensation de malaise, de manque, cette envie de mettre plus que du tabac dans ce petit plaisir infâme de la vie. Mes pensées volent, caressent le visage de cet homme bien trop influent. Victor. Voilà quelques semaines qu'il se fait bien trop silencieux, bien trop différent de ces méthodes précédentes… Lui, qui depuis le début de la rentrée s'amuse à m'envoyer de la poudre de lutin… Je pourrais droguer toute l'école lors d'une soirée avec tout ce que je reçois, je pourrais créer mille et une overdoses. Lui qui désire pouvoir glisser ses doigts de nouveaux contre ma nuque, son souffle chaud contre ma joue. Cette drogue qui a tuée mon frère, multicolore et parfaite, délicieuse et sauvage, féérique et libératrice. Mon ilot esseulé dont je m'éloigne bien trop, par peur de déraper. Mais jamais je n'ai eu aucun envie de cette poudre d'or que ce soir.

Ma langue glisse contre mes lèvres, frémissante. Je me redresse un peu, resserrant mon écharpe blanche qui n'a aucun rapport avec celle de notre précieux uniforme. Mes cheveux volent, s'envolent, s'emmêlent et se soulèvent sous la forme du vent. Je jette mon mégot et l'écrase, expirant la fumée opaque, plongeant mes mains dans mes proches lorsque l'on m'interpelle.

Je me fige. Billie. Comment aurais-je pu oublier son prénom ? Elle m'a fait peur. J'espérais qu'elle aurait oublié cet épisode. Ce n'était que quelques minutes durant cette soirée agitée, juste avant ce carnage…  Et pourtant mon regard s'accroche au sien. Tu me cherchais et voilà. Je t'avais presque oubliée, j'avais réussi à te mettre de côté dans mon esprit… Comme l'infâme personne que je suis.

Mais regarde toi… Est-il possible d'avoir autant d'éclat de joie dans les yeux, de concurrencer le soleil par son sourire ? Tu me renverses le cœur, toi et ta bouille d'enfant, cette étudiante qui a les formes d'une femme et le charme poupon. Je suis silencieuse et t'écoute parler, tu enchaînes et ris. Je resserre mes doigts au fond de mes poches, avalant un peu ma salive, souriant faiblement. Comment puis-je faire autant de mal autour de moi ? Je ne voulais pas tout cela, comment puis-je te le formuler sans briser ces éclats dans tes opalescences que je jalouse tant… ?

Et tu poses la question que ne faut pas, celle qui me fait sourire un peu moins, tellement gênée. Non, tais-toi, je ne veux pas savoir.  Mais je fini par hocher la tête et souffler un : « Je te suis…  » On s'éloigne, je veux être à l'abris du vent, et me blottis contre un arbre, m'asseyant par terre, une cheville sous les fesses. Je souris en te voyant sortir les bières. Je déteste les bières en général, ceux qui sont friands des brunes, des blondes. Je n'avale que les sucrées, celle qui tamise le goût âcre et désagréable, celui qui me donne envie de vomir. Mais les bières sorcières… C'est différent. Je préfère. Cela fait bien moins alcool au final, à mes yeux.

Je sors mon paquet de cigarettes moldues et mon zippo sombre qui en fonction de la lumière et son orientation change de couleur. J'en glisse une nouvelle entre mes lèvres rosées, l'allume, et expire l'air opaque un instant. Je repose mon regard sur toi, attrapant la bière que tu me tends, souriant un peu et lâche un : « Merci.  » Je tire une nouvelle taffe mon regard reposant sur toi. J'ai parfaitement conscience de ne t'avoir toujours pas répondu. Je n'ai pas pour l'habitude d'être aussi calme, aussi silencieuse. Certains te dirait chanceuse. Je ne sais pas quoi te dire, te répondre. C'est inscrit sur ton visage, la promesse de te voir blessée et douloureuse si je t'avoue ce que tu ne veux pas entendre… C'est laid, ce que j'ai fais, tu ne mérites pas cela. Comment pouvais-je le deviner ? Ce n'était pas glissé sur ta personne toutes ces choses là. Je me mord l'intérieur de la lèvre et puis souffle, après avoir avaler une courte gorgée. « Je vais pas te mentir, Billie… Je… C'était pour un pari.  » Je t'observe, mais fini par baisser mon regard sur la bière. J'ai tellement honte. Je caresse le verre de la bouteille, silencieuse durant quelques secondes et ajoute : « Mais tu me semblais différente des autres… Je sais pas… Tu… Tu ressemblais pas simplement bonbon qui attendait à être déballé…  » Je me tais, relevant mon regard sur toi et me rattrape un peu maladroite : « Je dis pas par là que t'es laide ou quelque chose comme ça, hmm ? Bien au contraire…  Enfin… Si oui, juste que t'as pas l'air… Superficielle, comme certaines ?  » Mon sourire est presque désolée. Depuis quand suis-je aussi ridicule et maladroite ? Je me sens simplement désespérante. Toute mon assurance, celle qui me drape et me rend si ténébreuse, mystérieuse, désirable peut-être sur scène, elle a disparu, déchiré pour laissé place à l'enfant blonde qui ne sait pas où elle va, ni ce qu'elle fait. Je ne veux pas te blesse, je m'en veux déjà de t'avoir dit la vérité… Mon regard croise tes si jolis yeux. Je m'y perds quelques secondes avant de souffler : « Je suis désolée… J'aurais pas dû… Je savais pas que tu… Enfin… Ca me touche, crois pas… Mais je… Je veux pas te donner de faux espoir Billie, 'fin… J'ai jamais rien fait avec des filles… Enfin si, mais c'était juste des baisers, en soirées, c'était pour déconner… Du coup… Ca doit être ridicule pour toi.  » Je me tais enfin. Je suis tellement mal à l'aise. Et ton regard est trop puissant. Il me transperce et me donne envie de m'accrocher à toi. J'ai la sensation que tu me vois.



     
WILD BIRD - Crackship E. Bogart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Mar 9 Déc - 17:28


 ◈ Hell&Billie◈
No matter how they tossed the dice
It had to be







Elle la regarde fumer, étonnée, impatience, de ne pas avoir de réponse mais qu'elle soit là néanmoins, assise à ses côtés. La voilà devenu muette, pourtant elle accepte l'invitation et Billie met son absence de réponse sur le compte d'une pudeur touchante. Puis, finalement, Hell ose une réponse et le manque d'assurance, l'hésitation, n'alerte en rien Billie qui la laisse prendre tout son temps. Nous ne sommes pas pressée, je ne vais nul part. Oh. Un simple pari. La déception passe dans ses yeux, elle fait une petite moue, c'est tout, on a joué avec elle. Pourquoi moi ? La réponse ne se fait pas prier mais alambiquée, elle tira de la Poufsouffle un air démuni. Je ne comprend rien. Elle n'est pas un bonbon et elle qui aime les friandises, le prend pour ce que cela signifie : tu n'es ni adorable, ni attractive, on ne veut pas de toi. C'est vrai que je ne suis pas aussi belle que toi, je n'ai pas le charisme brute d'Aryanëdelle... je suis un peu fade à côté de vous mais je suis moi, ce n'est pas si mal. Je ne suis pas si mal. Pas superficielle ? C'est juste. Elle ne se maquille pas beaucoup, un trait de crayon quand elle en a le temps, ne se coiffe pas préférant laisser sa chevelure flamboyante tomber sur son dos. Elle porte l'uniforme sans accessoire et quand elle met ses propres ensembles, l'originalité de son style n'étonne pas. Hell s'excuse, Billie regarde sa jupe en se demandant si elle ne devrait pas faire des efforts qui ne lui ressemble pas. Elle reporte ses yeux clairs sur celle qui pourrait la faire changer pour ces yeux là, ces yeux dans lequel elle se perd, tu m'as choisi car je suis différente. Effacée l'envie fugace de changer, je me suis démarquée, sans le vouloir et toi, toi, tu as une préférence. Ses yeux coulent sur la courbe de son nez, sur ses joues, ses lèvres, sa nuque avant de remonter alors qu'Hell reprend la parole.

N'importe quoi. Elle sourit, puis but de sa bière sans cesser de regarder Hell le regard pétillant. Il faut un début à tout, j'ai aussi commencé par des baisers en soirée pour déconner et après, j'ai simplement osé aller plus loin. Elle repose sa bière sans la lâcher pour ne pas quelle se renverse. Moi, ce que j'entends, c'est que malgré ton pari tu n'as pas pris n'importe qui. Je ne suis pas comme les autres... elle sourit, s'attarde, tu as eu une préférence et c'était moi. Son index de sa main libre vint toucher le nez d'Hell alors que Billie sourit franchement, paris ou pas t'as choisi. Pas de chance, je suis partante pour aller plus loin et tu sais quoi ? Je vais pas te sauter dessus ici, honnêtement c'est romantique mais dans l'herbe c'est surfait. T'as les herbe qui te rentre dans les oreilles, dans... Elle éclata d'un rire bref une nouvelle fois avant de reprendre, arrête de te prendre la tête et tout naturellement, elle se pencha avec une certainement vivacité pour déposer un léger bisou sur la joue d'Hell.

Tu m'amuses Hell, tu me sors que je me leurre mais regarde, t'es là à me dire que tu as embrassé des filles et tu es toujours là, à boire ma bière. Au fond, tu n'aurais pas un peu envie de mieux me connaître ? Hmmm ? Elle s'était à nouveau penchée vers elle, un regard vers ses lèvres, comme si elle allait l'embrasser avant de se remettre à sa place en souriant franchement. La taquiner était un plaisir qu'elle ne boudait pas, mais à l'instar de certains qui usait de la taquinerie comme d'une arme, chez elle tout criait le jeu. C'était le plaisir brute dans son plus simple écrin et si cela gênait Hell, elle était prête à lui offrir sa moue la plus boudeuse pour la tirer de sa timidité. Il y avait quelque chose de simple en cet instant, Billie Bambi laissa le silence s'installer car en rien il n'était gênant avec elle à ses côtés. Bien, elle était bien d'être là, avec celle qui lui fait monter le rythme cardiaque et lui donne l'envie de raconter ce qui lui passe pas la tête. Un élève passe pas loin d'elle, elle le suit du regard avant de se tourner vers Hell. Dis, maintenant que tu n'es plus sur la scène, tu vas faire quoi ? T'as des projets ? Ramenant ses jambes contre sa poitrine, les enveloppant d'un bras elle but au goulot tranquillement alors que dans son écharpe son rat sortant le bout de son museau pour regarder autour de lui s'il n'y avait rien à grignoter. Face à l'oubli de son humaine, l'animal s'en retourna dans sa cachette alors que Billie, imperturbable, continuait de porter son attention sur Hell. L'envie de la traîner dans un nouvel endroit dès sa bière terminée la tiraillait, la faire rire, la sortie de cette adorable timidité, oui, elle se prenait déjà à penser à tout ce qu'elle avait l'intention de vivre avec elle, pour elle. Ne pas s'enflammer, ne t'enflamme pas Billie... prenant son mal en patience elle se tut sur cette dernière question, pourtant elle relâcha ses jambes légèrement et augmenta doucement mais sûrement la vitesse à laquelle elle terminait sa bière.


_________________
Tant qu´on aura de l´amour,  de l´eau fraîche et de l´air pur. Un toit et puis quatre murs, ce sera la joie dans not´ coeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 178
Galions : 380
Âge : 21 ans
Classe : L3 - Art de la Magie
Avatar : Bryden Jenkins
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Sam 20 Déc - 12:38




     



«  Oh come on girl !  »
We will be so perfect, together.  

La déception envahit tes prunelles de biche. C’est le moment de se rattraper formuler des idées qui ne sont guère achevées dans mon esprit. Les mots passent la barrière de mes lèvres, les étirent dans des souvenirs gênés. Réalité ou comédie, je ne saurais le dire, puisque j’ai parfaitement conscience de l’effet que j’allais lui faire. Manipulation ou simple sensibilité ? Je ne veux pas savoir, je ne me connais pas plus que je ne connais les capitales des pays du monde.
Déçue puis démunie. Il y a de là un super tableau à dresser… Et je n’ai qu’une seule envie : m’enterrer vivante. Oh diable ! Que l’on me laisse tranquille, je voulais simplement respirer et vivre, rire juste un instant ! Il faut toujours que cela soit au dépend de quelqu’un ! J’en suis désolée, ce n’était pas calculé, je ne voulais pas faire du mal autour de moi ! Mais quoi que je fasse, dise, quoi que je touche c’est toujours la même histoire. Je vais finir par penser que je suis maudite… Mais tu finis par relever le regard, toi et tes opalescences brillantes. Excuse-moi Billie, je ne veux pas inspirer le mal être et la tristesse. Absolument tout mais pas cela. Ton sourire ne tarde pas à revenir étirer tes lèvres et cela m’en réchauffe le cœur. Je ne te connais pas mais qu’importe. J’hausse un sourcil à tes paroles, et souffle : « Aller plus loin… »   Mon regard se détourne, gênée. Nom de dieu, je suis en train de parler de sexe avec une étudiante. Elle est en train d’envisager qu’elle et moi, nous allions plus loin… Je me laisse porter par les flots que tu laisses couler vers toi. Je suis presque surprise en entendant ton interprétation de mes explications calamiteuses…

Une préférence ? Toi ? « Je… »  Mais la jolie rousse continue, poursuis. J’ai choisi ? Possible. Je me mords la langue et ne parvient pas à décrocher mon regard du tien. Partante pour aller plus loin ! Je déglutis silencieusement, et souris vaguement lorsque tu tentes de me rassurer. Lorsque tu parles de l’herbe, de nos oreilles, mon sourire s’étirant lentement, alors que ta spontanéité est si touchante. A part Silver, et Jake sûrement, cela fait une éternité que je ne côtoie des personnes entières. Et tu l’es. Un joyau brut, qui ne se prend pas la tête, qui est ce qu’il est. Peut-être n’as-tu pas eût des parents qui te poussaient toute ta vie à être une certaine personne. Te transformer pour être leur fierté, te changer pour être acceptée par tes propres frères. J’ai oublié ce que j’étais, j’ai oublié qui j’étais réellement, et Poudlard ne m’aide pas à le savoir. Poudlard me perd, me tourne de nouveau vers cette ancienne vie que j’avais abandonnée avec Caleb. Là-bas, j’étais l’enfant que je voulais. Là-bas, j’étais l’adulte enfant, qui vivait ses rêves sans complexe. Là-bas, j’étais libre et sans complexe.
Mais c’était là-bas.

Toi, tu me fais penser à Elyn, notre nouvelle violoniste. Celle avec qui j’ai passé une partie de l’été. Si timide et si forte. Si belle et si sage. Et l’écrin de glace brisé, c’est découvrir une personne profondément bonne. Et elle est terriblement impressionnante une fois qu’elle s’envole dans son univers… Un peu de maquillage, de quelques touches de rock, un style accordé au notre et la voici plongée dans un univers dans lequel elle influencera.

J’hausse un sourcil en t’entendant reprendre la parole. Je t’amuse. C’est un fait. Comment dois-je le prendre ? Je te laisse t’expliquer, et souris de nouveau, baissant mon regard jusqu’à ta bière. « Je n’en sais rien… Je veux dire… Je calcule pas, je prévois pas… C’est tombé sur toi et pas une autre et voilà…. Et je ne vais pas m’enfuir sous prétexte que… J’en sais rien…. C’est stupide non ? »  Je souris légèrement blasée, et puis porte la bière à mes lèvres. Je demeure silencieuse même après cela, mon regard revenant à toi un instant. Le silence est presque léger, déguster. Il a pourtant une saveur de gêne pour moi, ou de tabac. J’expire la fumée lentement, sans rien dire de plus.

Une nouvelle question arrive et tu plonges dans le mile de ce qui délie ma langue. Mes projets. Ma vie artistique. Toute ma passion, ma vie entière.  « Des projets… Ouais. Cet été nous avons trouvé une violoniste pour le groupe… »  Information qui a déjà été communiqué à la presse, des photos de la Miss ont déjà circulé sur le web moldu. « Et j’ai sûrement trouvé quelqu’un pour remplacer…. Caleb. A Poudlard d’ailleurs. »   Mes lèvres s’étirent. Je suis perdue dans un autre monde, mais pourtant mon attention te revient. « Je travaille sur notre prochain album… Après nous sommes inscrits à divers festivals pour l’été prochain… Et puis dès mai, je pense qu’on repartira en tournée… M’enfin ça… Il faut voir avec les nouveaux membres.  Mais je sais que pour les vacances qui arrivent… Celles de Noël on va donner un concert en France, ca va être cool. »   Je me tais lorsque je vois un museau apparaître entre les plis de ton écharpe. J’écarquille les yeux.  « Ooooh ! »   Je me rapproche de toi, et glisse mes doigts contre le tissu pour le découvrir un peu, caressant son poil. « Je peux ? »  Le prendre. On sait jamais, si il a une drôle de passion que de mordre les gens par exemple. Mon regard se plonge dans le tien, et je me rends compte à quel point nous sommes proches maintenant… Gênée, mon regard se détache, glisse sur ta main, ta bière que tu as au trois quart descendu, alors que je n’en ai à peine bu qu’un quart. J’hausse un sourcil, taquine et souffle, mes yeux bleus revenant se planter dans les tiens : « Tu veux la mienne… ? »   Petit sourire narquois aux lèvres.


     
WILD BIRD - Crackship E. Bogart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Lun 22 Déc - 11:37


 ◈ Hell&Billie◈
No matter how they tossed the dice
It had to be







Décidement, elle ne se lasse pas de sa gêne. Envie de la serrer contre elle en riant, envie de la bousculer, de continuer à la pousser dans ses retranchements. Elle n'a pas l'air bien du tout, la grande Hell perd de son aplomb et, elle n'en aurait pas douté, elle l'a préfère ainsi. Moi, ce que je voulais c'est te connaître mieux, à t'observer j'ai vu d'autres chose mais ça jamais. Tu es adorable et moi, je vais continuer à t'asticoter, parce que chaque seconde que tu passes à mes côtés malgré mes rires et mes piques affectueux, c'est une chance supplémentaire de te conquérir.

Hell lui répond avec une hésitation timide qui lui tire un sourire amusé, simple réponse qu'elle aura de sa part car Billie ne commente pas. Un sourire et un regard un brin pétillant de connivence, voilà tout. Oh Merlin tu t'entends ? Ce serait stupide si je ne t'intéressais pas, si non, ce serait juste laisser quelqu'un et ça, ça arrive souvent. Tu n'as pas forcément envie de parler à tout Poudlard, je me refuse à penser que tu es là car tu ne veux pas me blesser, non, tu es là car tu en as envie. Ce serait trop horrible de me dire que tu as juste de la pitié à mon égard. Une nouvelle question et la réponse ne se fait pas attendre. Le ton change, sa façon de poser sa voix, de la regarder ; elle est passionnée. Pas vraiment étonnant mais le voir est agréable, ça lui change le visage, elle a l'air sûre d'elle. C'est amusant, cette transformation en toi. Comme si elle allait lui raconter une histoire, Billie posa sa tête sur ses genoux sans cesser de la regarder. J'ai entendu parler de votre violoniste, elle est jolie et ce remplacent qui est-ce ? Je le connais ? Est-ce difficile ? Oui, cela doit l'être car tu as mis du temps à dire le prénom de feu ton frère. Ca doit te faire bizarre... raconte moi ce que ça fait même si, là, je n'éprouve pas plus de compassion qu'il n'en faut. Même si je sais bien que je ne vais pas m'apitoyer ou avoir les larmes aux yeux pour toi, sensible, j'ai une carapace pour ce genre d'histoire au triste fin. Pas le temps de demander, elle poursuit et c'est un visage plus serein que Billie affiche. Fait moi rêver, parle moi de ce monde que je ne connais pas. Oh un album ! Son coeur de fan manque un battement, je peux y jeter un coup d'oeil ? Et ces festivals, je veux en être ! L'été, cela sera dur... elle trouvera le moyen de transplaner... mais si sa mère la cherche ? S'inviter chez Bran, il faut qu'elle s'invite chez moi son meilleur ami, ou alors chez Annah comme ça sa mère n'en saura rien.... mais si elle part, elle va être seule... Hell continue, aussi Billie cessa d'y penser, elle trouvera une solution pour l'été prochain. Fatalement une tournée qui si elle adore l'idée, lui fait penser qu'elles n'ont qu'un an ensemble. Raison de plus pour profiter. Un concert en France, en France ! Ca doit être beau, là-bas.

Chat sort le bout de son museau et tire Hell de ses explications, Billie de ses rêveries. Un museau qui attire la chanteuse, proche, trop proche et Billie a le souffle un peu plus court, elle pense un peu moins. Trop proche. Perdue dans ces yeux qui la mordent, Hell brise le contact mais ne s'éloigne en rien, sa main touche la sienne, frisson agréable, elle déglutit pour souffler plus que répondre : oui. Oui à quoi ? A la bière ? Au rat ? Je bois trop je crois, sourire désolé, son index lâche sa bière et s'en va toucher la peau de la main d'Hell. Tu peux le prendre. Elle ne s'éloigne pas, ne bouge pas et seul le rat ressort son museau. Chat, je te présente Hell, Hell, Chat. Elle va me prendre pour une débile d'avoir prénommé mon rat ainsi. La blague l'avait jusqu'ici toujours fait rire mais là... elle aurait donné cher pour l'avoir sobrement appelé Raton. Ne pas s'y attarder et sa main qui se détache de la bière de plus en plus pour effleurer la sienne, ne pas s'attarder sur le prénom absurde de son rat. Elle va se moquer. Ou alors rire, elle a de l'humour... hein ? Ne pas s'attarder, un nouvel album en prévision, envie de plus, tellement plus. Je peux t'entendre chanter une nouvelle chanson ?

_________________
Tant qu´on aura de l´amour,  de l´eau fraîche et de l´air pur. Un toit et puis quatre murs, ce sera la joie dans not´ coeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 178
Galions : 380
Âge : 21 ans
Classe : L3 - Art de la Magie
Avatar : Bryden Jenkins
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   Mar 23 Déc - 22:00




     



«  Oh come on girl !  »
We will be so perfect, together.  

Je ne fais que fuir ce regard qui pèse sur moi. As-tu seulement conscience de me dévorer des yeux, Billie ? Tu es là, appuyée sur tes genoux, à boire mes paroles, comme si j'étais la sagesse incarnée. Tu ne m'écoute peut-être même plus, trop obnubilée par mon visage, ma présence, tu es déjà partie loin, si loin, je le sais, je le vois, je le sens. Alors je m'accroche à autre chose, à une excuse, à cet animal qui se faufile dans les tissus de ton écharpe. Comment ne puis-je ne pas être mal à l'aise ? Je ne te connais pas, tu penses me connaître et tu veux déjà tout de moi. Tu veux ma présence à tes cotés. Demain tu réclameras ma confiance certainement. Et toi, comme les autres, tu finiras par m'abandonner. Tu m'aimes pas pour ce que je suis. Tu m'aimes pour ce que je montre. Comme les autres. Pour cette chanteuse, pour cette force qui s'écaille, pour ces cheveux de blés qui caressent mes joues. Cette tresse que je tripote du bout de mes doigts, lorsque je suis nerveuse, lorsque ton regard s'acharne sur mon visage et que mon cœur palpite bien plus encore. Je déglutis lentement, respire un peu, oxygène mon cerveau et réduit la pression sanguine. Respire Aly, quand tu stresses il faut respirer. Lorsque ton cœur cogne ton crâne c'est que tu es en train de suffoquer. Respire. Alors je respire, lentement. Je respire ton odeur, caresse le museau de l'animal… J'évite ton regard, alors que je suis bien trop proche de toi. Je serre ma bouteille entre nous, et fini par attraper le petit rat.

Mes doigts glissent contre le poil court de la bête, je fixe ton animal, alors que tes doigts entrent dans mon champ de vision. Ils sont là tes doigts à toi, si chaud, si tactile, si proche. Ils se posent contre ma chair et caresse ma main, l'effleure presque innocemment. Mais tu es tout sauf innocente. Tu es tout sauf discrète. Juste entreprenante à ta manière, douce d'une certaine manière. Tu sais ce que tu veux. Mais moi je l'ignore. Que tu souhaites-tu de moi ? Mon attention ? Mon contact ? Mes lèvres ? Mes baisers ? Mon corps peut-être ? Je ressens une petite pointe de colère. Tu n'es pas amoureuse de moi. Tu ne me connais pas. Tu n'es qu'un mensonge de plus qui veut s'imposer à ma vie. Tu n'es pas adorable, tu es monstrueuse.  

Mais j'oublie un instant lorsque tu me présentes le rat. « Chat ? » J'hausse un sourcil relevant la tête vers toi, mes yeux trop bleus plongeant dans les tiens. Mon sourire s'efface, mes joues rougissent un peu. Je suis bien trop proche de toi. Je ne dois pas oublier de respirer. Un nouveau sourire se glisse sur mes lèvres alors que je baisse de nouveau le regard, gênée. Je souffle : « Enchantée Chat le Rat. »  J'ai un léger rire. Je trouve ca bien. C'est le genre de blague de mon niveau. De bêtise adorable, qui n'altère rien, apporte quelques sourires parfois. Comme maintenant.

Je pose Chat sur ma cuisse, tirant mon écharpe malgré le froid pour la poser entre mes jambes et le laisser s'y glisser dedans. Cette tâche dans le tissu blanc.

Arrive une nouvelle question… « Non. » Réponse bien trop rapide. L'on pourrait croire que c'est juste non. Que c'est presque sec ou méchant. Pourtant c'est loin de l'être. Je relève encore une fois mon regard vers toi, et je souffle : « Je sais pas chanter, tu sais pas ? » J'ai un petit sourire narquois. Evidemment que je sais chanter. Evidemment chanter a capella. Je ne te connais pas. Et cet album est trop particulier. Et puis je n'ai pas le droit. Tu vas parler, tu vas le répéter. Et puis je suis trop pudique de toute manière. Lorsque je chante je me livre. Et je n'ai pas encore envie de me livrer à toi. Par encore.

J'avale ma salive, et mon regard s'accroche encore au tien. Repère ? A peine. Je porte ma bière à mes lèvres, lentement. Je sens le liquide glisser entre mes lèvres, couler dans ma bouche et au fond de ma gorge. Je sens cette goute glisser au coins de mes lippes et retracer la courbe presque sensuelle de ce bouton de rose. Et pourtant mon regard reste toujours au tien… Un vague mouvement pour effacer cette goute et je viens vers toi. Je me penche à peine plus pour déposer mes lèvres contre les tiennes. Ni délicate, ni brusque. Simplement franche. Mes doigts se glissent sous ton menton, mes lèvres se pressent contre les tiennes. Pourquoi mon cœur s'emballe-t-il ? Je ne suis pas amoureuse de toi. Je ne te connais pas. Mais tu es une fille. C'est étrange. C'est bon. Même ton goût est délicieux. Ma langue glisse et prend à la recherche de la tienne. Je ne sais pas ce que je fais. Je ne sais pas pourquoi je le fais. La seule chose que je sais, c'est que j'aime ça.


     
WILD BIRD - Crackship E. Bogart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh ! Come on girl, we will be so perfect together   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh ! Come on girl, we will be so perfect together

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ L'extérieur de Poudlard :: Le parc-