Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Puisse le sort t'être favorable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Puisse le sort t'être favorable   Jeu 23 Oct - 15:42


 ◈ Eleazar et Billie ◈
Tu as demandé une petite séance de divination ?
Ca te coutera une anecdote sur les moldus





D
'abord trouver un lieu tranquille. Billie Bambi s'amusait à ouvrir, pousser, chacune des portes de Poudlard sans que cela ne donne grand chose. Elle aurait pu forcer l'une d'entre elle, certains le faisait, elle n'y pensait pas. Zut, personne n'a oublié d'en laisser une ouverte ? L'amphithéâtre ? Mais s'il y a cours ? La main sur son menton, Billie réfléchissait, gênant tout le monde dans le couloir sans le remarquer. Ils avaient un trou commun dans l'emploi du temps, ce serait dommage de ne pas en profiter, ils pourraient simplement bavarder mais l'un va avec l'autre. Non, elle ne va pas profiter de son savoir sans lui donner le sien. Coup d'oeil à la fenêtre, octobre est clément mais il y a du vent. Beaucoup trop de vent. Oh si il reste un lieu toujours libre ! Ou presque toujours. Son angoisse passagère s'envole bien vite, elle se met à courir dans les couloirs pour trouver un Gryffondor, son rat accroché à son épaule, habitué à être secoué par la Poufsouffle. Toi, tu es un Lion. Elle interpelle un inconnu à l'uniforme rouge et or, l'interroge, manque de chance il ignore où est leur loser qu'elle préfère. Zut. Un autre. Sans timidité, sans gêne, elle demande poliment à tout les Gryffondors où se trouve Eleazar jusqu'à ce qu'enfin elle mette la main sur lui. Te retrouver n'a pas été simple. Elle rit de ce fait qui n'est en rien un reproche, un peu essoufflée, mains sur les genoux. Dommage qu'on ne peut pas voler dans le château, ce serait plus simple. Ou alors on devrait avoir des hauts-bavards comme les moldus, pour les annonces. Le petit Eleazar est demandé à la salle sur demande, je répète, le petit Eleazar est demandé... elle ne termine pas sa phrase, éclatant d'un rire franc alors que son regard joyeux se mit à pétiller de fierté. T'as vu j'ai bien retenu ma leçon sur les supermarchés moldus. Ils avaient pris l'habitude de se retrouver de temps à autre, elle faisait faux bond à Brennan et James  avec un sourire mystérieux, rejoignant un « client » dont elle se plaisait à cacher le prénom au nom du « secret professionnel » alors que, clairement, elle n'avait aucune discrétion quand ils étaient ensemble. Son bras passa sous le sien, tactile elle n'aimait pas marcher à côté d'une personne sans un minimum de contact, affectueuse, elle avait une façon amical, souriante, de le regarder, de lui parler, avec un mélange de pétillement et de douceur dans la voix. Elle porte merveilleusement bien son second prénom. Comment tu vas ? Quoi de beau ?  Ou de moins beau. Petit rire, encore une fois, à croire qu'elle ne sait faire que ça, rire et sourire. Ils marchent en bavardant, semblant se connaître depuis toujours, ou du moins Billie donne cette image, alors qu'il n'en est rien.

Elle l'a rencontré lors de la soirée en l'honneur des Poufsouffles. Un bref moment où il lui a renvoyé une très mauvaise image : celle d'un type violent qui n'a pas été aimable avec son Branou et qui en plus sort avec une fille sans gène. Il n'a aucun intérêt. Pourtant, force est de constater que mine de rien il ne l'agaçait pas tant que ça. Billie oublie vite les défauts, elle fait avec, compose son propre tableau de l'autre et vit très bien dans cette image illusoire, idéalisée, de l'autre. Un jour où elle avait à cœur de réviser son cours de filature, elle l'avait vu errer devant elle. Du gars violent, il était resté dans son esprit comme un garçon qui avait simplement défendu sa copine. Un vague souvenir, de la soirée ce qu'elle avait retenu c'était Bran qui n'avait pas péter les plombs, ça, c'est mémorable. Sourire amusée, elle se demande ce qu'il fait à se promener seul.... s'ensuivit une longue filature, qui récidiva, encore et encore jusqu'à ce qu'elle sache beaucoup trop sur lui et que lui, la remarque enfin. Quinze jours d'amitié, quinze jours où de la meuf flippante elle était passée à une voyante un peu pot-de-colle au regard pétillant quand il lui parlait des moldus. On doit toutes êtres comme ça quand il parle d'eux, se dit-elle à chaque fois qu'il lui raconte ce monde qu'elle ne connaît pas assez, oui, on doit toutes avoir les yeux admiratifs, la tête entre les mains, à rêver qu'il nous entraîne dans ce milieu fascinant. Elle s'attache extrêmement vite. Elle ne se décolle pas aisément.

On est arrivé ! Alors aujourd'hui, on va commencer par ta séance d'accord ? Comme la dernière fois j'ai commencé. Elle est tellement peu discrète, sans être trop extravagante, Billie ne cache pas qu'ils font entrer dans la salle sur demande. Elle se fiche bien des gens qui les regardent avec curiosité, elle n'a pas conscience des regards et n'écoute pas les rumeurs. Enfin, elle n'en retient que ce qui l'arrange. Après l'habituel manège pour entrer, la voilà qui pousse une porte de bois sobre pour ouvrir sur une salle fraîchement créée. La pièce est simple, lumineuse, propre, elle leur propose une table ronde sur lequel est déjà installé un tapis vert. Deux sièges plus que confortable entour la table, ainsi qu'une desserte avec l'habituel limonade au citron en rondelles dont elle ne se passe pas, ainsi que des petits gâteaux secs. Sans l'attendre, elle s'installe dans un fauteuil, un biscuit coincé entre ses lèvres elle sort de sa poche de chemise une paire de dés. Une fois prête, elle grignote son gâteau en donnant la moitié du biscuit à son rat, qui n'a d'yeux que pour l'assiette.

A d'autre elle fait payer ses séances, pour lui c'est gratuit. En échange de son savoir, elle lui offre le sien. En échange de son savoir, elle fait croire qu'elle offre le sien. Billie adore la divination. Elle élève au rang de mode de vie la divination. Quand elle a parlé pour la première fois avec Eleazar elle l'a surprise, « salut moi c'est Billie Bambi, poisson et toi ? ». Oh elle l'a su, sa date de naissance, elle continue même de le harceler pour savoir l'heure afin de calculer son ascendant. Dernier signe des Lions, à quelques heures des vierges, homme entre deux signes, pas facile comme situation. Billie commence ses journées en lisant l'horoscope et se couche en observant les étoiles, elle prend même des cours avec sa cousine pour être « une vraie fausse voyante » car si elle s'est elle-même auto persuadée qu'elle n'arnaquait personne avec son mensonge, cela en reste un : Billie n'a aucun talent. Sa kybomancie n'existe que dans sa tête de rêveuse. Néanmoins, elle se donne à fond dans chacune de ses séances, sensible, elle se sert de ce qu'elle sait sur l'autre, sur la vie en générale – soit pas grand chose – pour tirer de ses dés des conseils avisés. Finalement, elle rentabilise la philanthropie. Tu as une question précise ou tu souhaites simplement connaître ton avenir immédiat ? Je ne vois personne d'autre aujourd'hui, tu as donc les trois tirages. C'est toujours la même chose, trois tirages, pas plus, à la journée, sinon les prédictions sont faussées par l'avidité et la curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Ven 24 Oct - 21:57




Billie & Eleazar
Dis moi ce que je deviendrai, je te dirai qui j'étais




Une totale allumée. Voilà ce qu’avait pensé Elea lorsqu’il avait surprit Billie en train de le filer. Elle ne lui avait pas avoué tout de suite que ça n’était pas la première fois qu’elle s’y essayait, mais il avait fini par faire le lien entre les activités louches de Billie et ces sensations étranges qu’il était observé. A force d’insistance, elle avait fini par lui dire que oui, ça faisait plus d’une semaine qu’elle s’y essayait. Décidément, cette année avait été placée sous le signe de l’attraction des tarées. Non, ça n’était pas commun comme signe, et oui il s’en serait bien passé. Après la furie qui s’était permis d’explorer sa gorge sans autorisation et qui s’était transformée en petite amie de façade, voilà la tarée qui se permettait de l’espionner sans autorisation. Adieu dignité, intimité, vie privée et toutes les rimes en -é. Heureusement, sa vie privée était aussi palpitante et platonique que celle de sa tortue Casper. Même s’il ne s’était rendu compte de rien, Billie aurait sans doute fini par se lasser de ne rien trouver de croustillant à se mettre sous la dent… Encore que. Billie était étrange. D’abord Elea l’avait pensé dans le mauvais sens du terme, ensuite il avait appris à revoir son jugement. Malgré tout, il continuait à la trouver étrange. Rien que cette passion des moldus était à ses yeux totalement incompréhensible. Billie en semblait passionnée alors que pour le Gryffondor, il n’y avait rien de plus banal et barbant que la vie moldue.

En dépit d’une première rencontre plutôt surprenante, Elea avait fini par apprécier rapidement le caractère jovial de Billie. Et puis elle lui avait appris qu’elle faisait de la divination. Elea avait toujours été nul en divination, il n’était jamais parvenu à prédire quoi que ce soit qui ne soit ni trop prévisible ni totalement impossible. Malgré cela il se passionnait pour la matière et vouait une admiration sans bornes à ceux qui parvenait à exercer cet art avec justesse. Quelque part, il était resté le petit garçon de ses douze ans, celui qui avait découvert avec des étoiles plein les yeux que contrairement à tout ce qu’on lui avait dit la magie existait bien. Quand il s’agissait de magie, le Lion était capable de croire n’importe quoi. A ses yeux dans ce monde, tout était possible. Aucune raison donc pour qu’il remette en doute les compétences de Billie, auxquelles il croyait dur comme fer. Il faut dire que la jeune femme était douée pour faire croire en ses dons et savait y mettre les formes.

Mais il faut croire que la voyance n’était pas la réponse à tout. La boule de cristal imaginaire de Billie n’avait pas su lui dire où il se cachait. Pourtant il ne se cachait pas, il avait juste un peu traîné en sortant de cours, la tête dans les étoiles sans s’en rendre compte. Il sursauta lorsque Billie le retrouva et un sourire gagna aussitôt son visage. Billie était une bouffée de bonne humeur à elle toute seule.

“Et tu t’souviens aussi des caddies avec le siège enfant intégré?”

Ah, les supermarchés, les rayons qu’on voit défiler à l’envers, assis dans le caddie. Petit, Elea adorait ça. Après, il avait appris à s’en lasser comme tout le monde. Enfin tout le monde sauf Billie que ça semblait passionner. Accompagnant le geste de Billie, il passa son bras sur ses épaules. Bizarrement, la proximité avec elle ne le gênait pas comme avec d’autres filles.

“Ca va. J’ai encore rien pigé au cours de potions mais j’crois que ça changera jamais ça. Et toi ça va? Oooooh Chat ! Salut toi ! ”
En se glissant sur l’épaule de Billie, sa main avait croisé la petite touffe poilue qui était perchée sur ses épaules. Il en profita pour lui gratouiller la tête. En bon amoureux des bêtes, Elea était totalement gaga du rat de la Poufsouffle.

Suivant Billie sans faire attention à ses propres pas, Elea ne remarqua pas vraiment là où elle l’emmenait. Jusqu’à ce que s’ouvre sous ses yeux une pièce qu’il n’avait encore jamais vu.

“La salle sur demande ! On n’se refuse rien !”

Après Billie, il y entra en observant avec admiration le décor qui en changeait à chaque utilisation. Poudlard et ses mystères ne cesseraient jamais de l’étonner.

“Va pour ma séance”

A son tour il s’assit dans le fauteuil restant et s’empara d’un verre de limonade. Elea aimait bien l’ambiance conviviale de ces séances improvisées. Une fois installé, il sortit Casper qui pionçait dans sa poche pour la déposer sur ses genoux.

“Eh non, pas de biscuits pour toi, c’est pas bon pour les tortues.”

Il lui tapota amicalement la carapace tout en sachant pertinemment que Casper s’en fichait royalement. Ce qu’il aurait donné pour être affublé d’un autre animal qu’une tortue apathique… A peu près n’importe quel animal lui aurait mieux convenu. Mais non, Casper était dans la famille depuis bien longtemps et plus personne n’en voulait. C’était donc mère Théreazar qui en avait hérité. D’ailleurs, en parlant de Casper, voilà plusieurs jours qu’Elea se posait de droles de questions à son sujet. Quelques jours auparavant, il avait surpris sa tortue en train de le fixer avec des gros yeux alors qu'il était sous la douche -cool, une tortue perverse-. Le lendemain, il avait vu Casper tourner en rond bizarrement, et dans la même journée il l’avait surprise penché sur un bouquin, comme si elle pouvait le lire. Et il n’y avait pas que ça. Ces derniers temps, Casper était étonnamment… active -pour une tortue apathique, du moins-. D’ailleurs, elle était en train d’essayer de descendre de ses genoux alors qu’habituellement elle y pionçait tranquillement.

“C’est pas vraiment une question, enfin si, mais.. j’me demandais. Tu crois que t’arriverais à lire dans les pensées de Casper?”

Au même moment, il la rattrapa alors qu’elle allait tomber et la replaça sur ses genoux.

“Elle est devenue bizarre. J’me demande si elle est pas.. possedée. Ca serait possible tu crois qu’un esprit ait pris possession de Casper? Qu’il y ait quelqu’un à l’intérieur?”

Oui, Elea avait vu un peu trop de films d’horreur moldus pendant ses vacances d’été. Des poupées possedées, des maisons possedées, pourquoi pas des tortues? Il commençait à se poser beaucoup de questions sur sa tortue qui était soudainement devenue inquiétante. Ceci dit, elle semblait momentanément s’être calmée et le Lion en profita pour s’emparer d’un nouveau biscuit.

Puis en souriant et sur un ton léger, il précisa

“Sinon, mon avenir immédiat ça ira aussi. Mais j’pense pas qu’il soit trop palpitant, ma vie privée c’est pas vraiment Dallas. Enfin j’veux dire.. c’est une série moldue Dallas. Mais mieux vaut que tu connaisses pas certaines choses. Disons que c’est le calme plat quoi !”

Il avait encore plein de questions existentielles en tête, à commencer par “dis, tu crois que l’autre dont j’ai pas envie de prononcer le nom me prend vraiment pour un gay?”, “tu crois qu’on se réconciliera un jour avec lui?”, “est-ce qu’un jour j’aurai un animal de compagnie plus interactif qu’une tortue?” mais pour l’instant, il était plus préoccupé par l’esprit qui hantait sa tortue.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Mar 28 Oct - 17:24


 ◈ Eleazar et Billie ◈
Tu as demandé une petite séance de divination ?
Ca te coutera une anecdote sur les moldus





O
ui ! Vous ne leur mettez pas de ceinture, je m'en souviens bien, j'ai gardé ton dessin ! Si un jour Eleazar visitait son dortoir, il aurait la chance de voir accroché sur le chambranle de son lit ce caddie dessiné à la va vite car elle ne visualise pas ce que c'était. Il y a ceux qui s'intéresse aux nés-moldus, à cette culture mais Billie pousse l'intérêt très loin. Elle veut tout savoir pour être comme une née-moldue. Pour sa curiosité, pour son meilleur ami. Elle le harcèle de questions sur le mode de vie, les habitudes, l'Histoire mais aussi le langage, les expressions, c'est toute une culture qu'elle doit apprendre. Voilà longtemps qu'elle harcèle Bran, Elea se joint à lui sans le savoir, pour le plus grand bonheur la curieuse. La conversation se poursuit sur le cours de potion, l'un comme l'autre y étant mauvais, sur Chat qui va bien même s'il mange trop, et sur d'autres petits faits qui font le quotidien. La salle sur demande, des gâteaux et sa première question. Pardon ? Billie s'étonne, fait la moue, c'est que vois-tu... comment elle peut formuler ça ? Je veux bien mais mon don ne prédit que l'avenir, la chance aussi mais pas ça... Elle est gênée de ne pas avoir les capacités pour tirer aux dés le nom de l'esprit. Si elle était une vraie voyante comme sa cousine, elle aurait pu tenter une transe... Petit moue tristoune, elle regarde la tortue, ne doutant pas de la parole d'Eleazar. Les esprits sont malins, ils s'invitent chez n'importe qui, n'importe quoi même, alors pourquoi pas une tortue ! Elle n'y aurait pas pensé mais peut-être que cet esprit avait une tortue qu'il aimait très fort et Casper la lui fait penser. Ou alors l'esprit est épris d'Eleazar mais ne savait pas comment l'approcher ? Oh ce serait romantique ! Sa folle imagination s'enflamme, il y a eu dans sa vie une fille qui l'a aimé et voilà, avant de s'envoler complètement, elle hante sa tortue en essayant de lui dire au revoir ! Trop romantique ! Billie ne pense pas que c'est peut-être un esprit vengeur, de la même façon qu'elle ne pense pas aux conséquences désastreuses de ce qu'elle va dire.

Eleazar enchaîne sur le fait que son avenir l'intéresse mais si ça ne sera pas « Dallas ». D'accord, Dallas est une «série », c'est à dire une « suite de films très très courts liés ensemble » et où il se passe beaucoup de chose. Toute fière, elle note dans un coin de sa tête que Bran doit lui montrer « Dallas » aux prochaines vacances et c'est avec une certaine impatience qu'elle mijote déjà le moment où elle placera dans une conversation : « ma vie c'est pas Dallas mais je l'aime bien ».

Pour l'esprit, je n'ai pas ce don mais je sais comment répondre à ta question. Non, non, Billie ne fait pas ça, ne pense pas à ça, tu n'es pas née pour être mystique, tu n'as pas la maturité, la clairvoyance, pour ce type d'emploi. C'est tout à fait possible qu'elle soit hantée, on a bien entendu de cas de possession bien plus tordue qu'une tortue, une fois j'ai lu dans le journal que l'esprit d'un cuisinier avait hanté son couteau de cuisine préféré et que toutes les nuits il faisait des sushis. Des sushis ! Parce que c'était le seul plat qu'il n'a jamais su faire. En même temps il n'était pas japonais. Etre abonnée au Chicaneur, à la voyance pour tous, et cumuler les stéréotypes. Ce qu'il nous faudrait c'est un ouija. C'est bien là le soucis. On va ressortir, je vais en désirer un et en entrant à nouveau il y en aura un. C'est pas compliqué à utiliser, je vais simplement demander à l'esprit de se manifester et on pourra l'interroger, elle ose lui sourire, car parler avec ta tortue j'aime bien mais elle ne me répond pas clairement.

Billie est candide, pour dire poliment qu'elle s'enferme dans un monde rose et c'est donc souriante qu'elle propose la séance de spiritisme. Les encadrés sur les dangers liés à cette pratique ? Pas vu ! Les gros titres en gras sur des séances ayant mal terminés ? Ah, y en a eu, pas au courant. Aveugle à sa bêtise, bien motivés à les mettre tous deux en danger – mais faut ce qu'il faut pour une tortue – elle joue à faire rouler ses dés dans sa main en regardant son ami avec malice. Je commence avec ton avenir, ça nous mettra en condition. Fermer les yeux, se concentrer, faire le vide dans son esprit. Visualiser uniquement Eleazar Judgson. Seulement lui. Ses boucles qui lui tombent parfois sur les yeux, son regard noirs mais pétillant  quand il se laisse à sourire. Si transparent. Gauche un peu dans sa démarche, brute dans ses mots. Si limpide. Laisse l'amitié l'envelopper, la chaleur de cette relation naissante. Eclore en son sein l'affection, remonter à la surface les quelques souvenirs, les rires. Gryffondor si généreux.

Les dés sont lancés, ils roulent sur le tapis, tournoient, tanguent et fatalement s'arrêtent.

1 et 6.
Oh oh.
1 et 6.

Comment tourner ça ? Elle est transparente, sa déception, puis sont inquiétude, s'affiche sur ce beau visage qui très rapidement laisse naître un sourire un peu gêné. Elle déteste annoncer des mauvaises nouvelles mais peut-être n'a t-il rien entreprit d'important, les dés se sont liés simplement aux cours de potions, oui peut-être... elle n'y croit pas. Elle sait son talent, sait la divination comme personne, ce tirage n'est pas un hasard. Trop précis, trop rare et précieux, pour n'être lié qu'à une bête potion.

Ce n'est pas un tirage anodin, pas le plus joyeux que je puisse te faire mais pas le pire. Sourire doux avant qu'elle ne prenne une voix plus posée pour s'expliquer. Tu vois le 1, il est lié à la création, l'esthétisme et l'amour. Il implique également que tu dois prendre une décision, alors le six t'invite à oublier. Ce sont les deux opposés qui implique une souffrance, pourtant ensemble ils forment le chiffre béni d'espoir, le 7. Silence, elle esquisse un doux sourire en coin, tu dis que c'est pas Dallas mais je ne te crois pas. Tu ne le vois pas Zary, mais tu vis quelque chose de décisif en ce moment. Un projet ? Une fille qui te plait ? Réfléchis bien car ça c'est pas que ton avenir proche, c'est un cap dont il s'agit, tu vis en ce moment un grand tournant dans ta vie. Tu vas être déçu, démotivé, dans ton projet ou ton amour, c'est compliqué, flou sûrement. Il faut que tu réfléchisses bien, si ça te tiens à cœur ou pas. Si oui, tu vas devoir te dépasser, mais vraiment, tu vas te réinventer pour ton objectif, te découvrir des ressources, part de toi, inattendu. C'est épuisant et contraignant, ça va être long et douloureux mais si tu réussis je t'assure que tout ira pour le mieux. Tu en sortiras grandis et bien,  heureux, et accomplis. Un nouveau toi avec en bonus une réussite, elle eut un petit rire, alors, dis moi, c'est vraiment pas Dallas ?
HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Dim 2 Nov - 21:17




Billie & Eleazar
Dis moi ce que je deviendrai, je te dirai qui j'étais




Pauvre Casper, bien posée sur ses genoux en train de piquer un petit somme. Elle ne se doutait sans doute pas le moins du monde que les conversations et les regards se tournaient vers elle. Une tortue hantée, c’était bien sa veine. Elea regarda Billie et hocha la tête lorsqu’elle lui dit que ce n’était pas dans ses capacités.

« C’est pas bien grave. »

Lâcha-t-il en l’air alors que la Poufsouffle semblait perdue dans ses pensées. Il se contenterait de son avenir, même si celui-ci ne devait pas être bien intéressant. Mais Billie ne lâcha pas totalement Casper, puisqu’elle renchérit en parlant d’un couteau hanté. Le Gryffondor écarquilla les yeux et regarda Casper. Un couteau hanté ? Il avait entendu bien des choses bizarres depuis le temps qu’il était à Poudlard, mais les histoires d’objets hantés faisaient partie des plus terrorisantes d’après lui. Et si Casper se mettait à faire des sushis pendant la nuit ? L’idée lui tira un sourire. Il prit délicatement la tortue par la carapace et la porta jusqu’à son visage.

« Tu ferais pas des sushis la nuit toi… Oh mais non, c’est toi le sushi. »

Il sourit et rapprocha la tortue de son visage, jusqu’à venir coller sa petite tête qui le regardait avec des gros yeux sur son nez à lui. Un genre de bisou-tortue. Le Lion trouvait sa tortue totalement inutile mais ça ne l’empêchait pas d’être un peu trop gaga avec elle, comme avec toutes les bestioles. Vu de l’extérieur, Elea aurait sans doute semblé plus étrange que sa tortue. Et après il s’étonnait de pas avoir de copine… Mais Billie était excentrique par bien des côtés, et Elea ne se gênait pas pour se comporter avec elle comme il le ferait avec une vieille amie. Il reposa Casper sur ses genoux, caressant ses petites pattes écailleuses.

« Un ouija ? T’es sûre ? »

Sa voix à lui, elle n’était plus très sûre. Il n’en avait jamais utilisé par lui-même, mais avait eu vent d’expériences plutôt traumatisantes avec les ouijas. Et puis les esprits, ça lui faisait peur, qu’ils soient coincés dans un couteau de cuisine, cachés sous la table ou encore sous son lit. En même temps, il faisait confiance à Billie, et ses dons l’intriguaient. Une petite part de lui ne demandait qu’à être convaincue du ouija. Après tout, c’était pour le bien de Casper, non ?

Mais déjà Billie enchaînait sur le tirage, fermant les yeux pour se concentrer avant de jeter les dés. Un 6 et un 1. Elea jeta un coup d’œil à Billie, puis aux dés, puis à Billie à nouveau. Celle-ci semblait préoccupée, sans qu’il n’en soupçonne la raison. En ce qui le concernait, ça aurait tout aussi bien pu être un 2 et un 4, un 3 et un 6, il n’avait jamais rien compris aux dés. Il la regarda en reprenant son sérieux alors qu’elle lui annonçait les résultats d’un tirage qui s’avérait plus complexe qu’il ne l’aurait soupçonné, et bien peu porteur de bonnes nouvelles.

Billie le perdit totalement alors qu’elle se plongeait dans ses explications sur les oppositions, les décisions, l’espoir et le désespoir. Heureusement, la Poufsouffle savait qu’il ne comprenait rien à ce genre de discours et éclaira ses paroles avant qu’il n’ait même le temps de lui dire qu’il n’avait rien suivi.

Ses projets ? Pour l’instant il n’en avait pas vraiment. Ses amours ? Aha, vaste blague. En ce qui le concernait, c’était le néant complet, l’univers avant le big bang. Rien, zéro, nada. Jusqu’à récemment, sa vie amoureuse ne se caractérisait que par son absence. Et puis il y avait eu Meg. Désormais il ne pouvait plus clamer tout haut qu’il ne se passait rien dans sa vie. Sa vie sentimentale était toujours aussi vide, mais elle devait paraître pleine et épanouie.

« Je suis pas certain d’avoir tout saisi ! »

Il lui lança la phrase avec un petit sourire amusé avant de retrouver le sérieux. Un projet, une fille… Mais OUI !

« Mais bien sûr, Meg ! »

Lâcha-t-il avant de replonger dans ses pensées, les sourcils froncés. Comment avait-il pu lâcher qu’il ne se passait rien dans sa vie alors qu’il était supposé avoir une copine ?

« Bien sûr qu’elle me plaît. J’en suis fou ! C’est ma première vraie copine, Meg, t’imagines ? »

Vraie était un bien grand mot, il n’y en avait pas eu de fausse avant, et sa relation avec Meg était on ne peut plus bidonnée. Ce qui n’empêchait pas ses yeux de briller lorsqu’il parlait d’elle. Il sourit en pensant à Meg. Plus il côtoyait la Gryffondor, plus il l’appréciait. Bien sûr, ça n’était pas la belle idylle qu’ils vendaient à tout va. Mais une belle amitié était née entre les deux Lions et Elea ne s’était pas encore lassé de leur petit jeu.

Pourtant, le sourire disparu aussi vite qu’il était arrivé alors qu’il pensait à ce que Billie lui racontait. Ça sonnait étrangement juste à ses oreilles. Depuis qu’ils étaient ensemble, le sort s’était acharné sur eux. Pour leur première soirée, le sol s’était dérobé sous leurs pieds. Les ennuis n’avaient cessé depuis. Des sangliers enragés se jetant subitement sur lui aux hippogriffes devenant soudainement agressifs et le projetant au sol, des pluies qui ne tombaient que sur leurs têtes aux limaces qui étaient sorties de sa bouche lors d’un rendez-vous, Meg et Elea cumulaient plus de malchance à eux deux que tout Poudlard réuni.

« Mais depuis le début, c’est déjà pas facile avec elle. Elle me tient à cœur mais… j’ai l’impression que tout s’acharne contre nous. »

Il grimaçait un peu, continuant de regarder alternativement le tirage et Billie, son regard fuyant n’osant pas se poser sur elle, ses joues rougissant malgré lui. Il était aussi mal à l’aise en évoquant sa pseudo relation amoureuse qu’il l’avait été à l’idée de la commencer.  

« Son ex, je peux comprendre, mais y’a pas que lui qui nous fait des remarques. On dirait que tout le monde nous en veut. C’est notre vie à nous ! Je ne comprends pas pourquoi ils s’acharnent ! Même Casper elle est bizarre»

Il sourit, se détendant lui-même en évoquant Casper qui n’en avait en réalité probablement rien à cirer des pseudos aventures amoureuses de son maître. Mais après tout si elle était bizarre, c’était peut-être aussi un mauvais coup du sort. Il fronça les sourcils en relevant le visage vers Billie.

« Tu crois que c’est le sort qui veut ça ? Tu crois qu’on devrait plus être ensemble ? »

Pendant que Meg menait sa petite enquête en secret et épinglait Phineas pour cet acharnement du sort, Elea s’en remettait aux puissances supérieures. Il avait bien sûr soupçonné quelques élèves d’être à l’origine de leurs malheurs, il avait épinglé Rubens puis s’était rendu compte qu’il n’était jamais dans le coin au bon moment. Mais le tirage de Billie remettait ces accusations en question. Peut-être après tout n’était-ce que le sort qui ne voulait pas de leur faux couple. Etait-il capable comme Billie le lui disait de se dépasser, de se réinventer, d’arpenter un chemin long et douloureux, tout ça pour une fausse copine qui lui apporterait une réputation de Casanova ?

« Je sais pas si je peux faire tout ce que tu dis, lutter contre le sort. Ca en vaut le coup, mais je ne sais pas si je peux le faire. »

Lui, le pire loser que la maison Gryffondor ait connu. Se dépasser, se réinventer, ça ne lui ressemblait pas franchement. Il était bien trop habitué à son défaitisme ordinaire, il n’y avait guère que ses rêves pour l’en projeter au-delà et accomplir des miracles. Il soupira, enfouissant sa tête dans ses paumes.

« T’as raison, c’est pire que Dallas en fait ! »

Heureusement qu’il ne s’écoutait pas parler. Les confessions amoureuses, c’était bien la première fois que ça lui arrivait et il avait horreur de se lamenter.

« Désolé, je voulais pas t’embêter avec ça. »

Conclut-il finalement, conscient qu’il venait de charger sur les épaules de la pauvre Billie tous ses problèmes du moment. Et les prédictions de Billie, n’étaient-elles pas supposées prédire l’avenir et non le présent ? Cela signifiait-il que tout cela allait encore s’empirer ? Les relations amoureuses, c’était vraiment bien pire qu’il ne l’imaginait. Non pas entre Meg et lui, mais entre eux et le reste du monde.

« Tu crois qu’on peut faire un autre tirage ? Pour savoir si ça peut perdurer, elle et moi, si je réussirai ? Après, j’arrête de t’embêter avec mes déboires amoureux. »

Elea, futur adepte du « envoie fille au 36 10 pour savoir si tu vas rencontrer l’amour dans les 48H ». Heureusement que Meg n’était pas sa vraie copine et qu’elle ne savait pas qu’il s’adonnait à des séances de voyance, sinon elle l’aurait probablement égorgé pour moins que ça.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Jeu 27 Nov - 12:32


 ◈ Eleazar et Billie ◈
Tu as demandé une petite séance de divination ?
Ca te coutera une anecdote sur les moldus





E
lle souriait à son attitude, pas gênée qu'il parle à sa torture, bien au contraire et sa main s'en alla tapoter doucement le museau de Chat qui avait recommencé à vouloir grignoter l'assiette de gâteaux. Bien sur que je suis sûre ! Le Ouija c'est exactement ce qu'il te faut ! Puis elle lança le tirage, les dés tombèrent, le verdict avec et lui, lui tira une petite moue quand il lui dit ne pas la comprendre avant qu'il s'éclaira, elle avec. Une fille ! Il y avait bien une fille ! Le prénom ne lui disait rien, dommage elle aurait pu l'aider si elle la connaissait ! Enfin, elle allait tout de même mener sa petite enquête pour savoir qui était « Meg ». Oh, c'était peut-être la fille qui était avec lui lors de la soirée Poufsouffle ? Étrange goût, mais sa première copine, ce n'est pas rien ! Elle-même a toujours ces petites bulles dans le ventre quand elle se retrouve seule avec Arya, leur histoire est terminée mais il reste en Billie une certaine nostalgie, une affection, qu'elle n'a que pour elle, sa première. C'est d'elle dont il s'agit ! S'exclama t-elle, enthousiaste alors qu'il perdait du sien, le sourire de la Poufsouffle s'estompa alors qu'elle inclinait la tête sur le coté, prenant un gâteau, croquant sans cesser de l'écouter avec attention. Pourquoi il rougit ? Elle en a vu d'autres, des histoires, qu'est-ce que tu as ? Le sort s'acharne, hm, le Destin est enclenché et il est en plein dedans. Sans le vouloir, Eleazar a dû plus s'investir qu'il ne l'aurait dû en premier lieu si bien que l'engrenage du Destin s'est mis en marche : ce tirage, finalement, c'est autant le présent que l'avenir. Il dit qu'il va abandonner et elle n'aime pas ça, non ne renonce pas, s'il y a bien un domaine où il faut tout donner, c'est celui-ci. Silencieuse, elle attendait qu'il est terminé et quand ce fut fait, elle récupéra les dés, prête à lancer le second tirage.

D'acc mais tu sais si elle te plait, bat toi pour elle. C'est jamais facile, faut avoir énormément de chance pour qu'une histoire soit simple et t'as de chance, ça va être encore plus difficile pour vous deux mais à la fin ce sera encore meilleur. Sa main se resserre sur les dés. Tu ne m'embêtes jamais Eleaz' dis pas de bêtise, et elle lance les dés qui roulent sur le tapis.

Tiens, le 2 associé au 6. Un sourire amusé s'étire sur son visage poupin, ses yeux clairs se relèvent sur lui, brillant d'un éclat amusé alors qu'un sourcil se relève. Je crois tu n'as pas trop le choix, à ta question les dés répondent : que tu dois obéir à une demande, c'est à dire que tu dois te calquer sur le précédent tirage : tu n'as pas le choix, tu vas t'embarquer dans cette histoire pour le pire comme pour le meilleur, maintenant ton Destin est lié à Meg. Faut que tu réfléchisses à la façon dont tu dois organiser ta vie maintenant, à comment tu vas faire pour la garder auprès de toi et vaincre toutes vos difficultés car clairement, ce tirage, est uniquement basé sur le fait que ta vie est chamboulée par Meg... et que ça ne changera pas. Tu as déjà dépassé le moment où tu avais la possibilité de partir, t'éloigner d'elle. Elle se tait, se calme pour lui sourire, en faite, la question n'est pas de savoir si tu vas réussir ou non mais est-ce que tu es prêt à rater ton Destin ou à l'embrasser en étant avec elle ? Elle est ta clef. On a tous des personnes dans notre entourage qui sans le vouloir font prendre à notre Histoire un tournant, qui font basculer notre Destin et Meg est cette personne pour toi. J'appelle ces gens « des clefs », moi c'est Bran ma première clef, quand il m'a sauvé de la noyade, il a fait un pied de nez à mon Destin. Puis y a eu Abel, seconde clef, qui m'a sortit du placard, tu comprends ? N'ait pas peur de l'échec Eleazar, tu tiens à elle c'est amplement suffisant, fonce ! Sinon, tu vas le regretter tout ta vie.. et cette vie sera bien morne.

Une nouvelle fois elle lui sourit, pour lui donner un peu de courage cette fois, elle lui prend sa main dont elle caresse le dos de son pouce. Ca va aller, c'est impressionnant mais ça va aller, tu vas voir, suffit d'y croire.[color=green] On se fait une promesse, tu te donne à fond pour Meg et je fais de même pour Hell ? Qu'on ne soit pas... oh attend, pour ce que ce soit équitable... elle reprend les dés dans sa main, ses yeux se ferment à mi-clos alors qu'elle murmure avec un sourire léger : vais-je avoir une histoire avec Hell McMillan ?

5 et 2. Encore un 2, décidément la rentrée est plus que synonyme de grand changement cette année, par contre si un sourire manque de poindre sur son visage à la lecture du tirage elle se retient bien vite d'exulter de joie devant Eleazar. La vie est injuste, lui il doit passer par des épreuves, elle, le tirage lui annonce la réussite de son aventure sans qu'elle n'ait à faire quoi que ce soit. Les dés m'encouragent, on a pas le choix, faut qu'on se lance ! Et puis.. si tu as besoin d'aide, n'hésite pas, je ne la connais pas mais je peux p'tet faire quelque chose... elle est en quelle classe ? C'est la fille de la soirée Pouffsoufle ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 222
Galions : 55
Âge : 19 ans
Avatar : François Arnaud
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Jeu 25 Déc - 19:19




Billie & Eleazar
Dis moi ce que je deviendrai, je te dirai qui j'étais




Son visage se décomposait à mesure qu’il écoutait Billie lui parler de malheurs et de luttes. Alors c’était aussi compliqué que ça, les -fausses- relations amoureuses? Pas étonnant qu’il n’ait jamais été tenté par l’aventure avant. Non mais y’avait pas marqué “warrior” sur son front quand même? Alors comme ça son destin était lié à celui de Meg? Pouf, par magie, le destin les avait reliés alors même qu’ils ne partageaient rien à part une mascarade? Le destin était vraiment un bel en….llumineur.

Le pire dans tout ça, c’est peut-être qu’il n’arrivait pas à en vouloir à Meg. Oui, elle lui avait sauté dessus, lui avait apporté plein d’ennuis dans un joli panier fleuri, et n’avait de cesse de chambouler sa vie depuis qu’elle était dans les parages, mais il ne lui en voulait pas, au contraire. Elle avait amené un peu de piment dans ses journées, et lui donnait l’impression d’être un peu comme les autres, un peu moins un loser. A ses côtés, il passait pour le type qui a une copine et un peu moins pour le loser de service. Alors même s’il n’était pas devenu la coqueluche de tout Poudlard, loin de là -ce dont il se doutait déjà fortement, ça sentait le roussi cette histoire de notoriété que Meg lui avait vendu- c’était déjà une grande évolution.

“Je sais pas si je suis prêt…”

Non, clairement, il ne l’était pas. Une petite part de lui ne pouvait s’empêcher de penser qu’il était bien, tout seul, avec sa tortue amorphe de compagnie. Que si le destin était un peu moins casse-pied, il aurait changé le timing, Meg aurait sauté sur un autre que lui sans doute plus à même d’endosser le rôle, quelqu’un de crédible qui avait déjà eu des petites amies par exemple, et il n’aurait eu aucun problème. Peut-être même qu’il aurait fini par se réconcilier avec son pote Rubens, ce qui à présent semblait définitivement grillé. Ouais, définitivement, le destin était un con. Il aurait pu finir vieux à hippogriffes, et ça aurait été très bien. Etait-ce vraiment le destin, qui avait décidé que ce serait lui sur lequel sauterait Meg, et pas juste un petit coup du hasard? Il ne savait pas trop. Une seule certitude toutefois :

“Mais.. mon destin, il ne sera pas toujours lié à elle..”

Il leva les yeux au ciel, ou plutôt au plafond, conscient d’avoir à moitié bourdé. Comment dire… Il venait de balancer qu’il était fou amoureux de Meg, et dans la seconde d’expliquer que ça ne durerait pas pour toujours. L’amoureux transi en prenait pour son grade. Il fronça les sourcils, cherchant un instant la manière de rattraper sa bourde.

“Je veux dire… elle est encore amoureuse de son ex, ça se sent.. enfin… je crois. Enfin j’en suis à peu près sûr. J’aimerais bien que ça dure mais entre ses sentiments pour son ex et le destin qui nous en veut, je sais pas bien où me mettre !”

Oui, décidément, la vie de faux-couple n’était pas simple tous les jours. La prochaine fois, il y réfléchirait à deux fois avant de s’engager dans un plan foireux, ou penserait à lire les petits caractère tout en bas du contrat, ceux qui précisent que dans les jours à venir sa vie va devenir un enfer et qu’il passera ses journées à vérifier qu’une pierre n’est pas en train de lui tomber sur la tête ou que ses vêtements ne sont pas en train de prendre feu. Et en plus de ça, Billie lui annonçait qu’il le regretterait toute sa vie s’il ne se battait pas pour Meg. Oui mais les dés dans tout ça, ils le savaient que c’était une mascarade?

“Mais j’imagine que ça vaut le coup, et qu’il faut que je me batte !”

Finit-il par lancer, pour se donner du courage et se rassurer plus que pour Billie. Il n’en était pas vraiment certain, ce qui se sentait tant dans son ton que dans son intonation. En réalité Elea ne doutait pas un instant que Meg en valait le coup, c’était une fille extra et dans d’autres circonstances il aurait probablement pu en être amoureux, mais dans ces circonstances là il doutait que sa persévérance paye. Pour l’instant, elle semblait déjà faire des dégâts, et à en écouter les prévisions météo des dés, la perturbation n’allait pas lever le camp tout de suite.

Heureusement, Billie changea de sujet. Abel qui l’avait sortie du placard, non, il n’avait pas compris, même s’il avait hoché de la tête comme si c’était limpide. En vérité il ne tilta que lorsque la Poufsouffle parla d’une histoire avec Hell. Minute, elle aimait les filles? Il leva un sourcil. Il n’avait jamais imaginé que Billie aime les filles, même si en réalité il ne s’était jamais posé la question non plus. Elea ne la connaissait que depuis peu de temps, avant la soirée Poufsouffle il ne connaissait sa chevelure rousse que de vue et c’est tout. L’air surpris se lisait sur sa tronche, mais il n’osa pas franchement lui faire la remarque ni lui poser de question. A tous les coups, c’était encore lui qui n’avait rien capté, alors que c’était aussi visible qu’une guirlande lumineuse multicolore sur un sapin de Noël.

“Avec Hell? Oh je savais pas”

Finit-il par demander, non sans cacher un air de surprise. Il lui sourit, étonné de l’aisance avec laquelle Billie lui parlait de sa potentielle conquête, alors que lui peinait à parler de ses non-conquêtes féminines.

“Ca marche, deal ! J’y crois si tu y crois. ”

Finit-il par conclure pour la promesse que Billie lui proposait. Celle-ci avait déjà lâché sa main pour lancer les dés une nouvelle fois, mais c’était le temps nécessaire pour que toutes les informations montent dans la tête du lion.

Eleazar ne fut même pas surpris que le tirage de Billie soit plus favorable que le sien. Loin de soupçonner son amie de truquer les dés ou de raconter des salades, il se savait en général bien peu chanceux, donc à peu près n’importe qui avait une chance d’avoir un tirage plus positif que le sien. D’ailleurs, le sourire qu’il lança à la Poufsouffle était sincère. Faute de pouvoir se réjouir trop souvent de son bonheur, le lion savait très bien êttre heureux pour ses amis.

“Toi en tout cas, faut que tu te lances. Loupe pas l’occasion alors que les dés sont avec toi !”

Il lui attrapa la main et la prit entre les siennes un instant pour lui donner du courage, même si en réalité la personne à avoir besoin d’encouragements dans cette pièce, c’était lui. Billie de son côté semblait déjà bien sûre de son coup.

“C’est… la fille de la soirée Poufsouffle ouais ! Enfin on.. venait de se mettre ensemble à la soirée ! ”

La question de Billie l’avait un peu surpris, avant qu’il ne se souvienne que c’était là qu’ils s’étaient rencontrés. Du coup, la rousse l’avait forcément vu avec Meg.

“Elle est en sixième année ! Je sais pas si tu peux faire quelque chose… Y’aurait bien son ex-copain que tu pourrais buter, ou ensorceler, ou enfermer dans un cachot pour quelques temps… ou peut-être transformer en jouer à ressort?”

Evidemment, il ne pensait rien de ça sincèrement, et ça se sentait à son ton. Mais bon, sur un malentendu…

“Mais t’es un peu trop pacifiste, comme moi ! Alors on va le laisser en paix.”

Il laissa sa main tomber dans le vide pour éjecter l'ex en question de la conversation et montrer qu'il ne lui ferait rien. L’idée d’un Rubens à ressort, qui ne s’agite que quand on ouvre la boite le fit rire. Ça avait quelque chose de séduisant, mais aussi de peu réalisable, surtout pour une brêle en magie comme lui.
Sans prévenir, il préféra changer de sujet avant de faire plus de bourdes encore et risquer de griller la couverture de Meg.

“Alors, on se le fait ce ouija?”

Finalement, à côté du destin qui s’abattait sur Meg et lui, le ouija ne lui paraîssait plus très effrayant. Il regarda Casper, qui s’était tranquillement endormie sur ses genoux. Pauvre tortue, elle ne se doutait pas un instant des soupçons de son maître. A moins qu’elle ne s’en doute parce qu’elle était en train de préparer des plans pour gouverner le monde avec ses potes les tortues des serres de Poudlard. Il se ravisa, conscient qu’il venait d’oublier une part du deal.

“A moins que tu ne préfères qu’on parle des moldus?”



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Messages : 115
Galions : 75
Âge : 21 ans
Classe : M1 journalisme
Avatar : Molly Quinn is so cute ♥
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   Mar 6 Jan - 23:57


 ◈ Eleazar et Billie ◈
Tu as demandé une petite séance de divination ?
Ca te coutera une anecdote sur les moldus





O
h mais c'est pas possible d'avoir aussi peu confiance en lui ! C'est incroyable ! Bien que trop "rondin de bois" pour elle, elle lui reconnaissait un certain charme et il était aussi sympathique, drôle qu'intéressant ! Qu'il cesse de s'abattre de la sorte ! Prend confiance en toi ! Le ton autoritaire était sortit spontanément, soufflé par son agacement à le voir se dévaloriser de la sorte. On a toutes des sentiments pour nos ex mais c'est que  de la nostalgie ! Toi t'es son avenir alors tu m'enlèves ce visage déprimant ! Personne n'aime les carpettes.

Eleazar allait l'apprendre à la dure, sa nouvelle amie n'avait pas du tout la même conception de la dragouille que lui. Si Eleazar lui faisait l'effet d'être ce gens de personne à attendre des années l'être secrètement aimé, à battre en retraite à la première difficulté et, pire, à se sacrifier face à un rival, elle s'était l'inverse. Billie abordait son coup de coeur sans pudeur, elle s'emmêlait les pinceaux mais ne fuyait jamais. Aisément tactile, elle jonglait entre une douce conversation et quelques gestes explicites. Tu lui sautes dessus. Elle est de celle qui parle sexualité dès le premier rendez-vous, parce qu'elle aime la clarté et qu'elle trouve fatiguante ces minauderies prisées par ses comparses : elle ne peut pas aimer une personnalité au premier regard donc autant commencer par ce qu'elle apprécie, son corps et dans la foulée elle découvre le reste.

Sa surprise la surpris également. Tu trouves que c'est un mauvais choix ? Elle est célèbre, peut - être vénale, mais elle est jolie, souriante.... et puis elle chante des histoires profondes, je la sens sensible... je fais le mauvais choix ? Elle m'a embrassé, veut qu'on se revoit... je me trompe ? Je ne savais pas. Ah, pour mon orientation. Avec un sourire elle lui répondit, ce n'était pas le premier à s'en étonner et cela ne sera pas le dernier. Il faut avouer qu'elle ne rentrait pas dans les clichées lesbiens : féminine, sensible, elle n'avait rien du garçon manqué. Sans plus s'attarder sur ce détail - car à ses yeux s'en était un - elle préféra l'écouter parler de Meg.

Sixième année ?! Tu les prends au berceau ! Certes, exploser de rire n'était pas des plus aimables mais quand même, seize ans, pas étonnant qu'il râme ! Désolée, j'oublie souvent que tu n'as pas mon âge. A être complice voilà ce qui arrive et, calmant son rire, Billie l'écouta parler de son ex... bonjour rire à nouveau. Un jouet à ressort, ça serait mignon et pratique ! Revenant au Ouija, elle obtempéra en se levant même si à mi chemin, il se rappela leur deal. Se relevant, elle se pencha pour prendre un biscuit et lui sourit avec chaleur, c'est super sympa de ta part mais on fini avec toi. Suis curieuse de voir ce que ça va donner ! Après tu me donneras des recettes de cuisine moldue ! Bras levés d'enthousiasme, haut les coeurs, Billie se dirigeait vers la porte d'entrée. On s'fera un atelier cuisine, Hell va adorer mes gâteaux ! Certes Billie mais Eleazar n'est peut-être pas partisan ? Et accessoirement la journée n'est pas terminée... Complètement dans son monde, réalisant bien plus tard qu'ils n'avaient pas du tout le temps pour ça, elle l'attendit devant la porte. On a toujours l'air idiot à faire ça tu trouves pas ? Et hop, elle marche de long en large devant la salle sur demande.

Leur nouvelle salle était exactement la même sauf quelques décorations fantomatique et un ouija trônant au centre d'un guéridon ainsi que deux chaines. Parfait ! Sautillant jusqu'à ce dernier, elle s'assit sur un fauteuil style gothique grotesque, attendit que Eleazar fasse de même et entreprit de calmer son excitation. Allez concentre toi... inspire....expire... voilà. Plaçant le verre au centre, elle demanda à Elea de le toucher avec un doigt et de ne surtout pas l'enlever, quoi qu'il arrive. Soit poli aussi quand tu leurs parles, les esprits sont susceptibles et tiens cette petite chaîne dans ton autre main, lâche la pas c'est pour que tu sois connecté ! Elle invoqua enfin l'esprit en regardant la tortue.

Esprit es-tu là ?

Le verre se déplace sur oui, hop son coeur tressaute d'excitation.

Qui es-tu ? . Docile, l'esprit guide le verre d'une lettre à l'autre jusqu'à former un prénom et un nom qui ne laissait aucun doute sur le sexe de l'esprit : Verona Mingus. C'est très joli commenta Billie avant d'hausser légèrement les épaules en regardant Elea d'un air génée : elle adore peut-être les compliments ? Tousssotant pour éclaircir sa voix, elle reprit :

Verona...Le verre bouge, a..p...p... appelle moi Vero ? Okay si tu veux... Vero. Discrétement - même si c'était crétin car l'esprit était partout - elle leva son pouce libre, ça marche du tonnerre, tu vois elle est hyper sympa ! Pourquoi hantes tu la tortue de Eleazar ?

T.. trop long ?

Soupir côté Billie avant qu'elle n'affiche un large sourire qui se voulait motivant, allez on va y arriver !

Tu lui veux du mal ?
Non.
Tu le connaissais... quand tu étais...enfin... quand tu... quand tu respirais ?
Non.

Là elle commençait à devenir perplexe.

Tu as un truc à lui demander ?
Non.

Mais elle a que ça a faire de ses journées l'esprit ?! Non y a forcément une raison, on hante pas une tortue sans raison ! Surtout celle d'un inconnu ! Néanmoins elle continuait de sourire même si son visage virait de plus en plus crispé. Soudainement le verre se mit à bouger tout seul, de plus en plus vite, l'air ambiant avait chuté d'un coup et le vent cognait aux fenêtres qui menaçaient de s'ouvrir sous la pression. Le regard de Billie restait collé au verre même si elle sentait son pouls battre de plus en plus vite.

Il aime les animaux, je l'ai vu dans le parc et avec sa tortue. Quand j'étais à Poudlard je m'occupais de la volière et des enclos, il doit prendre mon poste.

Pardon ?! C'est une blague ? Elle hante sa tortue pour ça ?! C'est ridicule un esprit a des questions, des souhaits, il a des déclarations inavouées qui le retiennent sur terre : c'est pas les chouettes de Poudlard qui le tracasse. Pourtant si et après la stupéfaction, Billie lâcha un "ooooh, adorable" niais, c'est quand même adorable qu'elle s'inquiète autant de ses protégés.

Je te surveilles, fais le.

La phrase digne d'une mauvaise histoire lui donna des frissons, je ne sais pas exorciser je te rappelles... elle va faire quoi s'il refuse ?

S'il te plait.

Au moins elle est polie, tu as de la chance, lui chuchota t-elle avant de dire à haute voix, je laisse la parole à Eleazar.


_________________
Tant qu´on aura de l´amour,  de l´eau fraîche et de l´air pur. Un toit et puis quatre murs, ce sera la joie dans not´ coeur

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Puisse le sort t'être favorable   

Revenir en haut Aller en bas
 

Puisse le sort t'être favorable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Quatrième étage :: Salle sur Demande-