Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Dream out loud ( Abel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Dream out loud ( Abel)   Mar 16 Sep - 20:27

Dream out loud


Bientôt il n'y aurait plus le bruit du grattement de la plume sur les parchemins, ni celui des élèves qui discutent à voix basse. La fin de l'année scolaire approchait à grand pas pour laisser place au vide de la salle de runes. Si d'habitude les professeurs étaient heureux de voir les grandes vacances enfin arrivé ce n'était pas le cas de Alec. Il passait toute sa vie, congé ou non, dans ce château. Il ne voyait aucun intérêt à partir alors qu'il n'arrivait à s'émerveiller de rien, à part devant une découverte sur des runes.

La dernière heure de cours de la journée avait sonné et Alec donna deux, trois petites bricoles pour ses élèves et les laissa partir. Profiter du soleil avant que la nuit tombe. Le professeur nettoya son tableau lui même. Il écrivait aussi de sa main. Il trouvait cela plus ludique que d'envoyer sa baguette faire le travail. Ses élèves étaient ainsi obligé de suivre en même temps que lui.
Une fois le tableau propre, il retourna à son bureau pour ranger ses affaires dans sa mallette. Il n'avait pas très envie de retourner dans sa chambre, ni d'aller à pré-au-lard pour le moment de peur d'y croiser une certaine auror. Peut être pourrait il proposer à Léopold d'aller faire un tour sur le chemin de traverse ? Non. C'était une mauvaise idée...Depuis qu'il était au courant de ses sentiments il sentait son ami mal à l'aise en sa présence. Quelle idée de lui avoir raconté...

Alec soupira et alla se poser devant la fenêtre, regardant au dehors, par delà l'enceinte. Il avait beau vouloir lui même rester entre ses murs, il était comme un prisonnier. Perdu dans ses pensées, il n'entendit pas la venue d'une autre personne.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: https://www.youtube.com/watch?v=jCM-aRqvbHI   Sam 20 Sep - 13:34

Ce quelqu’un frappa doucement la porte déjà ouverte pour entrer. Puis il fit un pas à l’intérieur. Ferma cette porte, puis marcha vers le professeur avec le potentiel sonore d’une couleuvre dans l’eau. Une voix douce et à peine grave murmura dans la pièce :

« Bonsoir Professeur Hudson. »

En levant les yeux, l’interpellé pouvait apercevoir un jeune homme à la peau trop pâle, aux cernes marquées et aux yeux d’un bleus surnaturel. Le blond de ses cheveux est devenu fade, alors que son uniforme de Serpentard et sa robe de sorcier sont plus impeccable que jamais. Un fantôme aryen en habit de deuil.

« Je vous demande pardon de vous importuner. N’étant plus votre élève… »

Son regard est glacial, d’un morne qui tranche étrangement avec la couleur quasi surnaturelle de ces yeux. Ces lèvres qui n’accordent pas un sourire. Il semble, malgré sa droiture, son expression formelle et bien des indices d’une éducation qui le poussent à la concision, éreinté jusqu’à l’os. Comme pour se reprendre, il recommence. Comme si il venait très subitement de réaliser quelque chose.

« Abel McMillan. J’ai été votre élève jusqu’à l’année 2011. »

Un professeur a entre ses mains tellement d’élèves. Il était probable qu’il ne se souvienne pas d’un élève aussi sombre et discret que lui, bien qu’il ait été du genre à être très impliqué en la matière, qu’il trouvait difficile, mais d’un intérêt plausible. Il n’était fasciné de rien, mais cette matière était sans doute celle dans laquelle il avait le plus simplement passé ses examens.

Il reste silencieux, en attente d’une réponse. Et même après une réponse. Il semble mesmerisé par une tache invisible dans un coin de la classe. Il avait peut-être tort. Ce n’était peut-être pas lui qu’il fallait contacter. Peut-être qu’il en parlerait à d’autre. Peut-être que…

Abel inspira. C’était encore arrivé. Il devait arrêter ça.

Sur un ton extrêmement poli et toujours aussi doux, il dit au professeur :


« J’ai un problème professeur. Je vous prie de m’accorder un peu de temps, et de rester discret. »

Sur son visage, on ne peut rien lire. C’est un mur lisse. Il n’y a rien pour s’y accrocher. Mais il fixa sa ceinture, un instant, puis écarta un pan de sa robe pour y plonger la main. Le son d’une décharge se fait entendre, et le visage impassible semble se retenir de se déformer. La main sort, parcourues d’éclairs bleus, avec entre leurs doigts une longue, très longue baguette qu’il dépose avec délicatesse sur le bureau. Les éclairs cessent dès qu’il la lâche. Il pose la main à plat sur le bois. Il inspire, et ferme les yeux, avant de la retourner, face à son professeur.

La main est brûlée. Des cloques se forment sur les doigts et l’emplacement du manche de baguette dans la paume. Il rouvre les yeux sur la baguette de presque quarante centimètres, avant d’énoncer simplement un mot :


« Laurier. »

Son impassibilité prend l’image d’une lassitude extrême, cachée par la dureté de ce visage. Il avale sa salive.

« C’est la mienne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Sam 20 Sep - 16:29

Dream out loud


Un murmure sortie Alec ses pensées, et il se retourna pour faire face à un élève. Ou plus exactement à un ancien étudiant qu'il avait eu dans sa matière. Le professeur avait beau avoir eu des tas de têtes dans sa carrière il se souvenait de chacune d'elles et de leur noms. Encore plus lorsque des élèves se montraient vraiment intéressé. Abel McMillan en faisait partie. Son physique était aussi atypique en quelque sorte.

- Vous ne me dérangez pas

Répondit il avec un petit sourire. Il était toujours heureux de pouvoir aider ses étudiants, même si il ne les avaient plus en cours. Abel avait l'air préoccupé et souhaitait lui parler d'un problème. Alec eut a peine le temps de hocher la tête que son interlocuteur plongeait sa main dans le pan de sa robe pour y sortir sa baguette. Cela aurait été normal si la dites main n'avait pas été maltraité par le bout de bois. Il n'était pas un expert en baguette, c'était plus dans les idées de Léopold. En tout les cas ces éclairs n'indiquaient pas quelque chose de bien.

- Depuis combien de temps ?

Alec se doute un peu du problème de son ancien élève. A la différence de ce qui ont du mal à faire obéir leur baguette, la sienne semble le repousser. Il s'approche d'Abel et prit délicatement sa main blessée avant de murmurer quelques mots en runes. Petit à petit les cloques disparurent, comme si il ne s'était rien passé.

- Cela devrait aller...Mais pourquoi votre baguette réagit il t-elle de cette façon ?

Cette histoire l'intrigue et surtout il voudrait être en mesure de pouvoir aider Abel.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Dim 21 Sep - 21:58

Il reste droit, baisse les yeux sur celui qui fût, à un moment de a vie, l’incarnation d’un point fixe dans sa vie, d’une ancre de logique dans son existence, un refuge. Les cours, la voix sans sensualité des professeurs, le savoir brut et sans mensonge, l’enseignement d’une science. Il le regarde, avec indifférence, prendre sa main et murmurer des mots qui éloignent les maux. Rien n’apparaît sur son visage.

« Ça a empiré à partir de février. »

Il ferme le poing dès qu’Alec termine. Il s’éloigne respectueusement d’un pas. Il ne s’assoit pas. Ne redresse pas la tête. On ne peut même pas lire la honte sur son visage. Ce n’est qu’un masque blanc.

« Le laurier est infidèle lorsque son propriétaire manque d’ambition. Et lorsque son propriétaire lui convient, elle foudroie les voleurs. »

Il dirige son regard vers les fenêtres. Le lointain lui fait peur, mais il n’en montre rien. Il n’avait pas d’ambition. Il hésitait. Il était trouble, troublé. Il savait. Depuis cinq mois, il le savait pour sûr.

Il n’était pas assez bon.

Ça a toujours été comme ça. Ça a toujours été difficile. Elle n’a jamais obéit en situation de stress, de crise. Et maintenant qu’un homme était mort, qu’Alyssandra revenait vers lui, et qu’il avait senti le poids de son frère sur lui sans en être soulagé, il était perdu.

Perdu. Il n’aurait jamais dû être perdu en ces heures sombres pour les Sang-purs opprimés comme pour les sang-de-bourbes une nouvelle fois haï. Il ne pouvait pas être faible. Pas maintenant. Moins que jamais. Il lui fallait de quoi rester puissant malgré tout, malgré ce rejet de sa baguette. Malgré ce rejet de ce morceau de laurier trop long qu’on avait vendu à ses parents en les convainquant que leur petit Abel pourrait faire de grandes choses.

C’est quoi, de grandes choses ?

À 21 ans, Abel était incapable de le dire. Il savait ce que voulaient de lui ses parents. Il ignorait ce que cette baguette attendait de lui. Il était bon pour les sortilèges. À défaut d’y être le plus doué ou le plus talentueux, il en était pour sûr l’un des meilleurs, à force de travail.

Et pourtant il en était là.


« Je voudrais que vous m’appreniez à faire sans, s’il vous plait. »

Il s’incline respectueusement. En toute humilité. Une demande, dans son manteau de noblesse. D’un élève, d’une famille de prestige qui s’était refusé à la guerre, au rôle de gagnant ou de perdant. Un McMillan, qui s’incline devant un Hudson, ressortissant d’une autre famille de sang-pur restée sans tâche, pourtant jalousée.

Deux hommes qui ne sont dans le camp de personne. L’un a besoin de l’autre. L’autre a déjà beaucoup fait, sans le savoir, pour l’un. C’était peut-être juste ça, une relation maître élève. Le respect, en dehors de toutes castes. Cette résignation, de la part d’un élève, face à son ignorance.

Ce n’est que temporaire. Mais il sent bien qu’il faudra se battre, bientôt. Il pouvait attendre l’été. Mais certainement pas plus. Il a besoin d’être un mage, bien avant d’être un fils de Millan. Besoin d’être assez fort pour se défendre seul, et pour défendre sa famille. Ce besoin viscéral de ne pas être inutile à son clan.

Besoin d’Alec Hudson.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Jeu 25 Sep - 16:28

Dream out loud


Lorsque Abel explique que cela s'est empiré depuis Février les sourcils d'Alec se froncent. Cela signifie que bien avant sa baguette lui faisait déjà défaut. Un vrai problème pour un sorcier de ne pas avoir son instrument de magie sous contrôle. Le professeur se demandait pourquoi tout d'un coup son ancien élève avait décidé de venir le voir, lui, plutôt que quelqu'un d'autre.

- Vous auriez dû venir me voir avant...


Ce n'est pas dit sur un ton de reproche mais il aurait pu l'aider au moins à minimiser les dégâts que la baguette avait sur lui. Abel l'informa sur celle-ci, et Alec ne pouvait que constater en effet, que c'était une vraie pile électrique.

- Vous n'avez pas songé à changer de baguette ?

Simple question badaud. Alec imaginait très bien que en tant que McMillan ce n'était pas aussi simple de changer son attirail sans se faire remarquer. C'était une famille de sang-pur hautement respecté dans la sphère que le professeur avait quitté de son plein gré. Mais ici, il était professeur et c'était son devoir d'aider la génération prochaine de sorcier peu importe d'où ils venaient. Enfin, sauf certains cas...

Abel demande de lui apprendre à faire de la magie sans sa baguette magique. Ce n'est un secret pour personne que Alec sait aussi bien manier les runes en littérature que en magie. Il n'est cependant pas certains que cela soit une bonne idée. C'est une pratique qui demande beaucoup d'énergie par rapport à l'utilisation d'une baguette. Le professeur sent cependant pleinement la détresse dans laquelle son interlocuteur se trouve.

- D'accord je vais vous apprendre. Comme vous avez suivi mes cours ça vous fera gagner du temps


Il lui sourit et va fermer la porte avant de retourner auprès d'Abel.

- On commencera par le plus simple, Fehu

Déclara t-il avant de tendre sa main, une flamme se créant dans le creux de sa paume.

- C'est l'équivalent d'Incendio

Expliqua t-il avant de fermer sa main pour l'éteindre.








Dernière édition par Alec Hudson le Sam 27 Sep - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Ven 26 Sep - 17:46

Abel se redresse. Il garde les yeux fixé à auteur des bords de tables. Il le laisse répondre lui-même, en ses pensées, à ses questions.  Il le laisse clore la porte. Il inspire, expire. Soulagé. Il murmure un « merci Professeur » avant d’être confronté à ce qui allait devenir son nouveau maître.

Fehu. Il visualisait le caractère. Aussi clairement qu’il voyait la flamme dans sa paume. Il resta un moment, fasciné par la flamme orpheline, puis sembla s’éveiller d’un rêve lorsqu’Alec referma sa main. Il resta un moment à la fixer, avant de fixer le professeur dans les yeux.

Le faire. Maintenant.

Il avala sa salive et leva la main pour imiter son professeur, la fixa, se remémorant ses cours. Se souvenir des mots. De leur pouvoir. De l’écrit et de l’oral. Concentrer l’énergie. Chose qu’il ne faisait jamais avec une baguette fonctionnelle. Chose qu’il avait appris à faire avec la sienne, au cours des années. C’était bien plus difficile, bien plus difficile qu’il ne l’avait imaginé.


« Fehu. »

Rien ne sort. Il ferme les yeux. Inspire. Les rouvre. Sa voix devient un ordre, dur et sec.

« Fehu. »

Une minuscule flamme nait au creux de sa paume.  Il la fixe, longuement.

La flamme grandit, et ne s’arrête pas de grandir. Une colonne de feu explose et frappe de plein fouet le plafond. Il faut un moment à Abel pour comprendre que les flammes sont bien réelles, et pas la projection de ce qu’il désir. Il ferme sa main, mais les flammes continuent de se projeter de tous côtés. Une table voit son verni noircir, et une chaise prend feu. Tenant toujours son poing ardent fermé, Abel défait sa cape et l’y lance pour étouffer les flammes. Opération soldée par un succès, puisque ne reste des flammes que la fumée es cadavres d’esprits élémentaires.

Les flammes ne s’arrêtent pas. Il sait vaguement pourquoi. Il pousse son énergie autant qu’il l’a fait avec sa baguette ces dernières semaines. Trop. Le mot, écrit et oral, s’inscrit dans son esprit et y raisonne comme un chœur. Il perd le contrôle, le mot s’empare de lui. Il doit d’abord mettre le professeur et la salle de classe hors de danger avant de réfléchir à comment faire. Sans un commentaire, ni même une expression de panique, pourtant bien présente, et plus que pressante, il traverse la pièce et ouvre, plus violemment qu’il ne le faut, une fenêtre et y passe le bras où il ouvre la paume pour qu’y explose toute l’énergie invoquée. Il se sent se vider de ses forces.

Se consumer.

Presque à genoux, face au dehors, il ferme les yeux et se concentre, autant qu’il peut, pour cesser de mettre autant d’énergie dans ce mot. Autant d’énergie dans son bras et jusqu’à sa main. Ses doigts commencent à pâtir de l’incontrôlable puissance.

Peu à peu, la flamme diminue, puis fini par atteindre la taille espérée. Puis il la fixe, ferme la paume, éteint les flammes. Il s’effondre, le front contre le rebord de la fenêtre.

Le plus facile.

Abel n’était pas un mauvais sorcier, loin de là. Il n’était pas faible non plus. Il était à l’aise avec la magie. Il n’était certainement pas le plus doué, ni le plus puissant. Mais il était un des meilleurs.

À force d’acharnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Sam 27 Sep - 19:24

Dream out loud



Pour voir ce dont son nouvel apprenti est capable, Alec le laisse faire. Abel n'est pas idiot et a du comprendre tout seul le mécanisme. Il copie le professeur, prononce le mot. Rien ne sort une première fois puis le jeune sorcier ordonne à la seconde tentative. Mauvaise idée. Si une flamme se crée au creux de sa paume, elle devient très vite incontrôlable et se met à brûler l'intérieur de la salle. Alec soupir déjà intérieurement de devoir expliquer pourquoi le plafond et le mobilier sont dans cet état.
Il regarde son élève aller ouvrir la fenêtre pour se défouler dehors. La flamme finit par s'éteindre mais à puiser toute l'énergie d'Abel. Le professeur secoue la tête, un long travail attend Abel. Mais il en est capable, ce petit est plein de ressources. Alec va chercher une chaise et doucement relève le jeune homme pour l'asseoir. Il prend à son tour un siège pour prendre place en face de son interlocuteur. Le professeur fait apparaître un verre et à l'aide d'un sort le rempli d'eau avant de le tendre.

- 1ère règle, on ne commande pas les runes. C'est à elle de décider si elle nous obéit ou non. Plus la rune est puissante plus il y a des chances que ce soit un échec

Expliqua t-il avant de sourire pour rajouter.

- Mais c'était drôle, on aurait dit moi à mes débuts, un vrai carnage

Confia t-il avant de se lever pour aller chercher son encrier.

- On va recommencer depuis le début, d'abord vous devrez apprendre à ne faire qu'un avec l'énergie qui est en vous pour pouvoir mieux la contrôler. C'est le même système que pour celui des émotions un peu de chose près

Informa le professeur avant de revenir près d'Abel encrier en main.

- Donnez moi vos poignets

Alec trempa son doigt dans l'encre et dessina sur chaque intérieur du poignet une rune.

- La plupart des runes ont une double fonctionnalité. Kenaz, par exemple, est similaire à Lumos et permet aussi d'apprendre à contrôler son énergie.

Une fois les dessins terminés, Alec referma l'encre et essuya son doigt sur sa robe de sorcier.

- A présent fermez les yeux, et tâcher de vider votre tête. Ne pensez à rien, laissez l'énergie qui est en vous vous parlez.









Dernière édition par Alec Hudson le Dim 26 Oct - 19:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Dim 26 Oct - 18:42

blockquote>Abel expire. Inspire. Alec rit en lui apportant une chaise, mais il ne se vexe pas. Il savait que sa frustration seule était à l’origine de son sentiment d’échec. Lorsqu’ils s’asseyent tous les deux et que le Professeur lui tend le verre, Abel trempe ses lèvres dedans. Si il n’avait pas été aussi désespéré, il aurait peut-être sourit à la remarque d’Alec, en l’imaginait se dépatouiller lui-même de la manière du piètre élève qu’il faisait. Il finit son verre, visiblement déterminé à en découvre avec son état d’incapable du moment. Il tend les poignets et le laisse faire.

L’encre coule sans couler. Pourtant il avait l’impression de saigner ces mots. Il devait garder son calme, et laisser comme deux plaies ouverte dans ses poignets pour laisser la vie le quitter et lui revenir.

Ça parait simple pour un sorcier. Même enfantin pour quiconque ait grandit en ce monde. Mais en fermant les yeux, Abel savait qu’il n’y arriverait pas.

Parce que garder son énergie sous contrôle, c’était le travail de sa vie entière. Garder ses émotions et la puissance de ses sentiments cachés au plus profond et leur commander d’y rester, c’était l’histoire de sa vie. Il ne savait pas comment faire pour dissocier ses énergies et ses émotions. De là, pas fierté comme par nécessité, il ne pouvait pas les laisser ressortir.

Il inspire. Se détend. Kenaz. Rien ne semble se passer, pendant une minute. Deux. Abel se redresse, ouvre la bouche, pour dire quelque chose. Quelque chose d’important. Mais il se ravise. Se passe les mains sur le visage puis se remet dans son siège et ferme les yeux. Rien ne bouge, mais quelque chose dans l’air vibre sourdement, et le visage impassible d’Abel fait mieux l’effet d’un masque brisé que celui d’un homme indifférant à sa propre existence. Il se redresse et renifle curieusement avant d’énoncer avec une voix cassée par quelque chose qui ressemble, quand y pense, à de la peine.


« Vous pourriez fermer les yeux s’il vous plait ? »

Règle numéro un : ne jamais montrer son vrai visage.

Il laisse Hudson douter. Réfléchir. Il attend jusqu’à ce qu’il s’exécute, puis se réinstalle. Il passe encore plusieurs minutes avant que quoique ce soit ne se passe dans la pièce. Un spectacle troublant pour qui n’aurait pas vu les circonstances de la naissance du tableau. Puis simplement Abel a le bord des yeux rouge, et le visage déformé par le mélange de ses émotions. Il n’a pas besoin de pleurer. Juste de laisser remonter assez de chose pour laisser l’énergie passer au travers. Il inspire fortement et expire, et pour la première fois depuis peut-être 10 minutes, quelque chose circule. Quelque chose se passe. Une chose douce et lumineuse. Tout à l’intérieur de lui, la vie tournait. Il était à présent plus fragile qu’il ne l’avait jamais été. Mais si c’était le prix à payer pour pouvoir se défendre, alors Alec Hudson pouvait voir son visage souffrant autant que nécessaire.

Émotionnellement à fleur de peau, mais rempli à nouveau de cette vie battante, inhérente à la magie en chaque sorcier, en chaque créature magique vivante, il attendait les ordres. Il attendait de réapprendre à ne faire qu’un avec cette puissance qui lui faisait peur, à la fois parce qu’elle était une vérité implacable et parce qu’elle pouvait le faire disparaître, lui en temps qu’Abel McMillan, à chaque instant.

C’était chaotique. Parce que pour la première fois, il laissait timidement ces choses en lui s’exprimer.


« Qu'est-ce que je fais maintenant ? »

Ce fut le premier pas vers sa déchéance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Dim 26 Oct - 20:49

Dream out loud



Alec était confiant après avoir vu ce dont Abel est capable. Il y arrivera, il faut de la patience et du temps pour apprendre les runes. Le professeur fera de son mieux pour lui enseigner cet art, bien qu'il ne soit pas vraiment doué pour la pratique. Enseigner la lecture des runes ce n'est pas la même chose que de devoir les utiliser pour soi.
Il se souvient comment cela avait été difficile pour lui de contrôler cette magie insoupçonné qui se trouvait en lui. Son impatience avait été la cause première de ses échecs. Ne pas pouvoir attendre, acquérir au plus vite jusqu'à finalement comprendre ce que représentait le temps dans cette pratique. Abel le renvoyait dans ses souvenirs, une époque où enfant il était loin de se douter qu'il allait tout perdre une fois adulte.

Alec secoua la tête pour se concentrer sur son élève qui avait fermé les yeux à sa demande pour se concentrer sur son intérieur. Faire le vide en lui. Il voyait bien que derrière ce masque impassible se cachait quelque chose. Il ne posait cependant pas de questions. Tout le monde avait ses secrets, ce n'était pas son travail de trouver lesquels. Abel ouvre les yeux et va pour dire quelque chose mais se ravise avant de se remettre au travail. Le professeur a un petit sourire. Si l veut lui dire quelque chose, il le fera quand il sera prêt.
Les secondes passent à nouveau puis le Serpentard lui demande de fermer les yeux. Bien que curieux face à cette demande, Alec obtempère. Il devrait être sur ses gardes et pourtant il ne se sent aucunement en danger. Parce qu'au fond Abel a mit quelque chose entre ses mains et seulement le professeur de runes est capable de l'aider. Oh, il y a pas mal de sorcier qui se débrouille en magie runique mais Abel ne peut pas exprimer son problème à n'importe qui.

Comme Alec n'entend rien, il finit par ouvrir ses yeux et ne tombe plus sur ce masque. Il fait face à un être humain dans toute sa faiblesse et il peut dire clairement que Abel est en communion avec sa magie. Il est presque tenté de lui demander de prendre sa baguette pour voir. Mais se ravise, en pensant que si sa baguette refusait encore de lui appartenir cela brise tout.

A la question posée, le professeur se lève de sa chaise et invite son interlocuteur à faire de même d'un geste de la main. Il s'empara de sa propre baguette et envoie le mobilier au fond de la pièce pour faire de la place. La seule cible ce sera lui-même. Alec s'éloigne de quelque pas avant de se tourner vers son élève et tend sa main avant de faire apparaître la flamme.

- Maintenant, attaquez moi

Déclara t-il avant de lancer sa magie sur son élève. L'odeur des flammes emplissant la pièce. De toute façon elle n'était plus vraiment très propre après le spectacle d'Abel de tout à l'heure.

- N'oubliez pas ce que je vous ai dit, laissez Fehu venir à vous






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: http://www.yourepeat.com/watch/?v=YXtKjNH0RTI   Lun 27 Oct - 21:06

Abel est surpris, mais hoche la tête. Il s’apprête à ordonner quand Alec l’arrête, et se ravise. Il respire. Respire très fort. Expire lentement.

J’inspire. J’expire. Le chagrin m’inspire l’idée que j’expire.

Parce qu’il est là, juste ne dessous de ma peau comme des milliers d’insectes rampants, minuscules et infiniment trop nombreux pour que je puis les contenir. Et maintenant qu’ils sont sortis de leur hibernation, ils vont sortir par les pores de ma peau, ou bien la déchirer.

Je laisse faire. Je me remémore le son du mot, sa transcription. Le considérer comme une chose qui fait partie de moi. Comme quelque chose qi a une volonté. Des caprices ? Plus personnel que je ne le serai jamais. Mais soit. Viens-là, rune. Si tu veux, si tu veux bien, je te laisse aller. Veux-tu y aller ? Il te réclame, le professeur. Moi, je veux juste te voir.

Quand j’ai ouvert les yeux, les flammes ont ravagé la pièce en surface. Mais elles ne consument rien. Il fait juste horriblement chaud, et les ombres sont noires, si elles existent. J’ai fermé les bras, comme si je m’enlaçais tout seul, comme je le faisais enfant. Les flammes font de même, sans me brûler. Elles m’engouffrent, et je suis presque heureux d’y être noyé. Ce ne sont pas les caprices de quelqu’un d’autre. Ce sont les miens. Je n’ai pas à l’ordonner, ni à le décider. C’est simplement ce que je veux, tout ce que je sais. J’ai appris son nom, je l’ai appelé, et il a fait ce dont j’avais besoin.

Il ?

Moi.

Cette part de moi que j’ai laissé s’écraser. Se détériorer au point de ne rien ressentir que de la souffrance pure. Pourquoi. Pour eux. Pour ceux que j’essaye de protéger en t’appelant. Comment remplir l’exercice ? Comment te soumettre à une volonté calculée, réfléchie, consciente ?

Je ne peux pas le faire. Je n’arriverai pas. Tu es la chose que j’ai appelée et qui répond à mon plus profond désir. Simplement être en sécurité.

Je ne le contrôle pas. Je fixe Alec Hudson dans les yeux. Vous savez déjà. Je ne suis pas ce que j’ai l’air d’être. Je ne suis pas fort. Je n’ai sans tout pas les épaules pour tenir. Tenir face à cette chose qui nous fait vivre et nous dépasse.

Magie. Vie. Je ne peux pas. Je n’y arriverai pas. Pas sans tout détruire avec moi. Je veux m’arrêter. Mais je ne sais pas comment faire pour même m’arrêter. J’inspire le pire, j’expire pour fuir.

Je ne peux pas fuir.

Je ne fuis pas.

Je serre les poings et laisse tomber mes bras le long du corps. Mes dents se serrent. Je ne peux pas. Je ne peux pas laisser mes émotions et mes peurs me guider. Je suis Abel Theodor McMillan, et si je suis faible, je dois devenir fort, si j’ai peur, je dois réprimer ma peur, si ce qu’il y a de meilleur en moi n’est pas assez, je dois faire meilleur encore. Je suis Abel Theodor McMillan, et je ne me bats pas en vain.

Je me bats pour eux.

Je tends le bras, et ma voix est faible, comme on murmure à une amante tard dans la nuit :

« Fehu. »

Les flammes se résorbent et remontent sur mon corps pour se lover comme un serpent sur mon bras tendus. Mes yeux brillent d’une détermination froide, forgée en des années et des années sans enfance et sans innocence, sans autre amour que celui qui me porte ici et maintenant à la vie.

J’inspire. J’aspire. J’aspire à la vie à ses côtés. À leur côté. À un nous. Je dois vivre jusqu’à ce qu’arrive ce jour dont nous ont tant parlé père et mère et pour quoi j’ai tant travaillé :

Le jour où nous seront heureux.

Le serpent de feu se jette telle une torpille sur Alec. Et cette fois, les flammes brûlent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Professeur
Professeur
Messages : 1180
Galions : 2120
Âge : 39 ans
Classe : Ancien Serdaigle
Avatar : Raphaël Personnaz
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Jeu 30 Oct - 17:23

Dream out loud



Alec était sans doute quelque part suicidaire de se proposer d'être la cible. Il aurait très bien pu prendre une pauvre chaise et ordonner à Abel de la détruire à l'aide des flammes. Mais la différence c'était que les êtres humains n'étaient pas du simple mobilier. Ils bougeaient, attaquaient, bloquaient, répliquaient, rien de ce qu'une misérable chaise pouvait faire.

Peut être allait il mourir suite à cette première leçon, ou peut être pas. Il n'avait pas deviné qu'après son cours un de ses anciens élèves allait venir lui demander de l'aider. Sinon Alec aurait essayer de dormir pour reposer son corps. Mais à présent il état trop tard pour penser à tout cela et le professeur regardait Abel se préparer. Il allait réussir, peu importe combien temps cela lui prendrait d'apprivoiser Fehu . C'était la plus simple, la moins "risquer" pour un début.

Les flammes dansent mais elles ne brûlent pas, peut être parce que Abel ne se laisse pas assez aller. Il regarde le professeur qui soutient son regard. Ces yeux qui soufflent l'abandon mais Alec ne le suit pas là dessus. Il a plutôt envie de le secouer. Ce n'est pas parce qu'une baguette refuse de coopérer que son propriétaire ne vaut rien.

Et enfin, son élève se résout à chercher la force en lui. Il l'appelle et elle vient. Magnifique, à la force de sa détermination. Tel un missile, le feu fonce vers Alec qui serre sa baguette avant de la lever pour se protéger.

- Protego !

Une bulle protectrice apparaît et les flammes viennent s'écraser contre elle. Le professeur est concentré, ses sourcils se froncent et la chaleur fait couler de la sueur sur son front. Cependant il n'est pas au meilleur de sa forme et Fehu en profite pour se faufiler pensant une mini seconde de relâchement. Par réflexe Alec protège son visage à l'aide de son bras et se fait propulser contre le mur. La fournaise est terminé mais le professeur ne se relève pas, sonné par la violence du choc. Il ne reste plus rien de sa manche de sorcier et son bras est moitié rongé. Seulement aucune odeur de chair brûlée ne se fait sentir et en y regardant de plus près on voit des gouttes d'eau perler du membre attaqué. Ce bras qui avait finit en glace lors du 2 mai quand Alec avait stoppé l'incendie à l'aide des runes.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-secret.forumsactifs.com/
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 302
Galions : 425
Âge : 22 ans
Classe : M1 - Justice Magique
Avatar : Boyd Holbrook
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   Mer 5 Nov - 21:23

Ingénieux. Brillant. Abel continue l'attaque sans laisser au professeur plus de 5 secondes pour se remettre du choc des éléments. Il doit apprendre, comprendre cette part de lui qui ne lui appartient pas et qui porte un nom runique, apprendre à collaborer avec une entité parfois capricieuse. Aussi capricieuses que ses propres émotions. Il fait un pas en arrière pour prendre de l'élan, puis relance une nouvelle colonne. La forme n'est pas régulière. La direction encore aléatoire. En fait, il lui fait un effort considérable pour recentrer sa concentration. Pour ne pas que la flamme s'amenuise, change de nature.

Autant de fois qu'il le faudra, encore et encore... Jusqu'à la perfection. La maîtrise intégrale, du moindre flux de magie, de la moindre émotion. Si se laisser faire et interagir librement avec Fehu ne suffisait pas, si respecter cette puissance qui relie tout ce qu'il y a de magie en nous et en dehors de nous ne suffisait pas, si la comprendre dans ses moindres mouvements et ses moindres réactions ne suffisait pas, s’il était impossible de la soumettre, il essayera encore. Et encore. Et encore.

Alors il vise, se concentre se vide, fait le vide, et lance. Encore. Et encore. Et encore.

Et comme un crack d'allumette, le feu s'éteint soudain et la danse s'arrête. Abel est debout, sans rien dire ni faire. Le mur est revenu. Il inspire et expire pour récupérer, droit. Les yeux fixés dans ceux d'Alec, il le surveille calmement. C'est bon. C'est assez. Ne t'emporte pas. Contrôle-toi

Les yeux dans les yeux, comme un drôle de western. Laisser retomber la pression, rester prêt. Qu'est-ce qui cloche. Est-ce le moment d'arrêter ? Peut-être l'heure à-t-elle avancé ? Et si Hudson voulait partir en vacances ?

Reste sur tes gardes. Il peut contrer. Contrer vite, et plus juste que tu ne peux te défendre.

Les yeux dans les yeux, le temps se dilate. Salle de classe ou arène. Chante la sirène d'alarme. Que faire. À qui. Comment. L'exercice périlleux du combat amical. Jusqu'où mener le combat avant de franchir la limite ?

Ça ne me ressemble pas... Ça ne me ressemble pas... Est-ce cette chose que j'appelle et dont j'écris le nom sur les murs avec des cendres qui exprime cet enthousiasme à travers moi ? Ou bien ai-je toujours eu besoin de me battre ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dream out loud ( Abel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dream out loud ( Abel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Troisième étage :: Cours des Runes-