Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 33
Galions : 20
Âge : trente ans.
Avatar : Evan Rachel Badasse Wood
MessageSujet: T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX   Dim 14 Sep - 15:08

Love you, Darling
CALLUM
feat.
PHOENIX


 

 



 

 

Je n'arrive pas à croire que je sois de retour à Poudlard. Je déteste cette école. Je déteste ces élèves. Et je déteste ces enseignants. Je pense que je vais mettre le feu à tout cela. Ca devrait régler pas mal de problème. Non ?

Elle était arrivée depuis deux heures tout au plus, et déjà Phoenix était sur les nerfs. A peine avait-elle passé les portes de ce château qu'elle était tombée nez à nez avec son ex. Elle avait passé un sale moment à devoir discuter avec lui, et elle était partie en vociférant contre cet homme beau comme un dieu. Elle le détestait, elle plus que quiconque sur cette terre. A part peut être son père, mais elle n'avait pas eu de nouvelles de cet assassin depuis qu'il avait été enfermé à Azkaban. Ce n'était pas plus mal, car sitôt il sera sortie de prison aussitôt elle le retrouvera pour le tuer. Alors elle perdra toute crédibilité et sera forcer de disparaitre ou de rejoindre Azkaban et tous les meurtriers qu'elle a put faire arrêter lors de sa carrière. Finalement la mort semble le choix le plus judicieux.
Elle ne devait cependant pas se préoccuper de cela pour le moment. L'heure était au travail, et son travail était de protéger les élèves de l'école. Cela signifiait des entrainements au sein de Poudlard, si possible cachée des élèves, et des patrouilles constantes. Fort heureusement pour elle elle n'était pas seule sur les lieux. Son collègue et ami Callum Hodgson était présent au château. Elle aurait cru qu'il viendrait l'accueillir mais c'était sans compter sur la mémoire de poisson rouge de son mentor. Elle devait énormément à Callum, sans lui elle serait sans doute dans un métier minable qu'elle n'apprécierait pas. Il avait su voir en elle la rebelle et la tigresse qu'elle était. Il était désespérant, mais il était aussi ce qui se rapprochait le plus d'un ami pour elle. Elle avait une confiance aveugle en lui, et ferait tout pour lui faire plaisir. Elle était dans l'incapacité de lui dire non, de lui refuser quoi que ce soit, quitte à aller à l'encontre du règlement.
Elle n'avait pas vu son cher et tendre Callum depuis des semaines, il était revenu à Poudlard depuis plus longtemps qu'elle, et elle se trouvait sur une affaire avec la police magiques internationales depuis six mois. Se retrouver dans une école semblait particulièrement ennuyeux à côté. Elle espérait voir des choses intéressantes très vite. Elle n'était pas femme à rester enfermer dans des couloirs avec des prépubères en rut. Elle avait été faire un tour dans sa chambre, pour se changer et laisser son uniforme au placard pour le moment. Elle voulait passer incognito pour ne pas trop inquiéter les élèves. Voyons ce à quoi elle devait s'attendre avant. Elle prit le partie de mettre un jean noir, et un chemisier rouge à manches courtes. Elle laissa deux boutons ouverts sur la naissance de ses seins, et récupéra l'étui de sa fidèle baguette. Shadow à ses trousses, elle décida de faire un tour des lieux. Elle retourna à l'entrée de l'école, et c'est là qu'elle le trouva. Il était de dos, et elle n'aurait pu dire ce qu'il trafiquait. En outre, elle s'en fichait pas mal, et avança vers ce gredin la tête haute.
PHOENIX — C'est maintenant que tu apparais toi ? J'aurais cru que tu viendrais au moins m'accueillir !
Elle prit un air faussement affligé avant de se hisser sur la pointe des pieds pour déposer un tendre baiser ... sur la joue de Callum. Elle rit et lui tapa l'épaule comme savent le faire les hommes virils entre eux. Après tout Callum était son pote, et elle était le pote de Callum. Ils pouvaient tout se dire et tout partager, sans honte et sans risque d'être jugé par l'autre.
PHOENIX — Ca fait un bail, comment tu vas mon beau ? Tu as toujours le coeur sur les coui**es ? Qui est ta dernière victime ?
Demanda-t-elle en remarquant une troupe de jeunes donzelles en furies passer près d'eux et riant comme des pucelles à la vue du bellâtre. Ridicule, mais assez marrant finalement. Il faut dire que le jeune homme n'était pas le plus horrible à regarder et il serait facile de tomber sous son charme. Levant les yeux au ciel Phoenix se tourna vers lui une fois encore et perdit son sourire. Après tout après les chaudes retrouvailles il était temps de parler business.
PHOENIX — Cette école n'a pas l'air traumatisée dis moi. Pourquoi sommes nous là déjà ? Va-t-on vraiment servir à quelque chose ?
underco
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX   Jeu 18 Sep - 20:26


 ◈ Phoenix & Callum ◈
Le sale con est heureux de retrouver

Sa volcanique tireuse d'élite






P
enser boulot. Ne penser qu'au boulot. Rien que ça, juste le boulot. Callum compartimentait sa vie comme d'autres rangent leurs affaires dans des boites. Sa vie privée, ses obligations professionnelles, tout était dans une petite boîte différente, avec une belle étiquette, bien logé dans son esprit rigide. Il avait eu le malheur de mélanger vie privée et boulot l'année dernière et mal lui en prit, cette fois il n'allait pas déconner à nouveau ! Sauf que voilà... à peine revenu à Poudlard, Rose, une amie auror, lui apprend qu'un des enseignants avait assassiné quelqu'un cet été mais que bizarrement il était toujours là ! LA ! Ce n'était pas le groupe de gamine pré pubère que Callum observait, ce n'était pas non plus la délicate mais interdite Gryffondor qu'il avait remarqué du coin de l'oeil. Non, il avait les yeux rivés sur le professeur de runes, s'interrogeant sur la meilleure façon d'arrêter un homme sans faire d'esclandre. Cette affaire l'obsédait, quand il ne pensait pas à la façon dont il avait embrassé la Gryffondor au début de l'été, ou quand il ne s'inquiétait pas sur les raisons qui poussaient son quasi fils adoptif à l'ignorer, à moins qu'il ne se prenne la tête sur sa fille qui entrait à Poudlard.

J'ai mal au crâne.

Quand il entendit sa voix, il ne pensa pas au fait qu'il avant malencontreusement oublié son arrivée, il fut simplement heureux. Soulagé de l'avoir ici, qu'elle soit enfin en ce lieu ; satisfait et bien qu'une vieille amie l'accompagne dans leur mission. Elle lui claqua une bise affectueuse, alors que ses mots étaient moqueurs. J'ai oublié ça arrive même aux meilleurs. Ca faisait en effet trop longtemps, bien trop longtemps qu'il n'avait pas croisé sa volcanique rousse et sa joie était visible. Elle l'était pour elle qui le côtoyait, probablement arrivait-elle a cerner l'absence de tension dans son corps, son regard moins sombre qu'à l'ordinaire. Impassible, rustre dans sa voix comme dans ses gestes, Callum se détendit d'un millimètre en sa présence. Son costard bien coupé sembla même moins étriqué. Il ne lui dit pas combien il était heureux de la voir, inutile d'oraliser des évidences.
Des gamines leur passèrent devant, gloussant pour il ne savait quelle raison alors qu'elle en inventait une. N'importe quoi, il ne mangeait pas de ce pain là. Normalement. Son regard manque de couler sur la Gryffondor, sur cette Aryanedëlle McMillan, il a envie de lui en parler mais c'est un sujet tabou. Le mentor ne veut pas décevoir, l'ami sait qu'il a mal agit.

J'espère que l'on ne va servir à rien. Callum parle brusquement, chaque mots est choisi, pourtant il ne semble pas y réfléchir. Il économise sa salive, voilà tout. Ses yeux balaient le hall alors qu'il explique plus en détail leur mission, le fond de sa pensée, n'allant qu'à l'essentiel car elle n'est pas une débutante. Quand on a affaire à une pro, on agit en tant que tel. Derwent a calmé tout le monde, faut qu'on vérifie que Poudlard est bien sécurisé et on partira. Pas envie d'un autre cadavre sur les bras. Certains le trouve servile, il se sent simplement professionnel, peut-être même plus que l'année passée. Ils ne sont pas là pour faire du tourisme, leur visite se doit d'être éphémère : plus vite Poudlard sera soignée des risques de conflits comme ceux de l'an passé, plus vite ils retrouveront les missions qu'ils leur sont dû. Tu vas t'ennuyer... il a une façon étrange de taquiner ses amis, son absence de sourire moqueur, sa voix toujours trop grave donne la sensation qu'il est sérieux en quasiment toutes circonstances. Il la regarde en coin et d'une pression de l'épaule affectueuse, de ces gestes qu'il réserve à ses amis masculins, lui fait comprendre combien elle lui a manqué. Il a envie de lui parler de Marlow, il va le faire, l'avertir que sa fille est chez les Lions et qu'il compte sur elle pour le prévenir si elle apprend quoi que ce soit la concernant. On ne sait jamais, c'est Poudlard et Marlow est une fouine de première !

Pourtant, au lieu de bavasser sur l'été qu'ils ont passé, sur les potins de la rentrée, Callum jugea préférable de la mettre directement dans le bain, le reste après. Il a de l'amitié pour Rose mais il commence à douter de son professionnalisme, Phoenix, elle, il n'a aucun doute. Entre deux employés ministériels qui n'hésite pas à briser des familles au nom de la justice, ils ne peuvent que se comprendre. D'un signe de tête il lui montra le couloir, sans l'attendre, il s'y rendit jusqu'à trouver une salle qu'il ouvrit d'un Alohomora avant d'insonoriser la pièce. Le répertoire des sorts de Callum est extrêmement limité, si ce n'est pas directement utile dans le boulot, il ne s'en sert pas, à dire vrai, il ne se sert de sa baguette que dans un état d'esprit professionnel. Tranquille, il put poursuivre son rapport sans craindre que des oreilles ne traînent. Tu vois cet homme là-bas ? C'est Alec Hudson, professeur de runes. Il s'oppose à notre présence ici.Silence alors qu'il regarde depuis la fenêtre l'homme s'éloigner.On devrait le garder à l'oeil, j'ai un mauvais pressentiment.Il n'en dit pas plus par amitié envers Rose, lui laissant son jardin secret pour l'instant et enfin il se détourna vers elle, à part ça rien à signaler pour l'instant, et toi ? Comment vas-tu ?.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 33
Galions : 20
Âge : trente ans.
Avatar : Evan Rachel Badasse Wood
MessageSujet: Re: T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX   Dim 21 Sep - 21:04

Love you, Darling
CALLUM
feat.
PHOENIX


 

 



 

 

Tout faire disparaitre dans les flammes, rien n'est plus beau. Lumineux. Flamboyants. Malsain. Cruel. Nous ne sommes pas un conte de fée. Nous sommes en enfer. Ici c'est l'enfer. Et on brûle tous, pauvres fous.  

Elle n'était pas connue pour être quelqu'un de gentil, ni même d'aimable. Elle ne parlait pas beaucoup, et restait très professionnelle. Elle n'aimait pas parler d'elle, elle préférait le silence aux paroles vaines. C'est sans doute pour cela qu'elle s'est tout de suite bien entendue avec Callum. Sur plusieurs points il était exactement comme elle, et souvent le silence s'imposait entre eux. En un seul geste, un seul regard, ils se comprenaient. Ils se complétaient. Ils travaillaient rarement ensemble car ils étaient assez rebelles et insouciants, même si ils étaient bons dans leur domaine. Ils étaient juste insupportables. Mais lorsqu'ils faisaient équipe ils faisaient des étincelles. Il faut dire aussi que la rouquine mettait toujours un point d'honneur à avoir des missions à l'étranger, ou tout du moins d'être au milieu de l'action. Elle pouvait se vanter d'avoir été au quatre coins du monde, mais jamais elle n'avouera la véritable raison de sa fuite en avant. Elle avait peur de laisser paraitre ses véritables ambitions, ses attentes en ce qui concernait certains sorciers londoniens. La vengeance n'était pas admissible. Pas alors que l'on travaillait justement dans les forces de l'ordre sorciers. Elle était là pour protéger les citoyens, elle ne devait pas laisser paraitre son désire de sang. Elle était plus intelligente que cela, et surtout extrêmement prudente. Alors depuis six ans qu'elle faisait ce métier, elle était très consciencieuse. Callum était son maitre, son mentor, son guide dans bien des situations. Il était son repère et son seul ami véritable. Elle l'adorait, mais il pouvait être particulièrement stupide quand il s'y mettait. Comme tous les hommes.
Quand elle apprit qu'elle était transférée à Poudlard elle s'imaginait trouver une école au bord de la crise de nerfs, ou de la ruine. A la place de cela elle trouva des couloirs emplis de rumeurs, et des jeunes sorcières rigolants comme des poules. Les garçons se pavanaient, et les nouveaux professeurs de Poudlard étaient pires que jamais. Elle n'aimait pas cette école, elle y avait beaucoup trop de souvenirs de Lucy. De son adolescences insouciantes et naïves. De sa stupidité, et de son aveuglement. Elle n'était plus la même personne, elle avait grandit, évolué, changé. Elle avait brûlé pour mieux renaitre de ses cendres. Et plus elle était loin de cette école mieux c'était pour elle. Elle ne voulait pas être ici, mais elle n'avait pas le choix, alors autant essayé de profiter de cette mission. Et pour commencé elle se fit mettre au parfum par Callum. Après des retrouvailles aussi chaleureuses que possible, elle lui demanda de manière tout à fait détourner ce qu'elle foutait là.
CALLUM — J'espère que l'on ne va servir à rien. Derwent a calmé tout le monde, faut qu'on vérifie que Poudlard est bien sécurisé et on partira. Pas envie d'un autre cadavre sur les bras.
Levant les yeux au ciel la rouquine se laissa aller à un soupir de lassitude. Elle avait suivi toute l'affaire de loin, était très occupée sur le continuent Asiatique où elle pourchassait un ancien mangemort depuis plusieurs mois, elle n'avait entendu que d'une oreille distante les nouvelles de Londres et de Poudlard. Elle avait su qu'un nouveau directeur avait pris ses fonctions à la rentrée, mais elle ne se doutait pas qu'il était un homme casse-pied. Elle n'avait pas encore eu le bonheur de le rencontrer ce charmant monsieur, et si elle pouvait fouler des pieds cette écoles sans avoir à passer par son bureau alors elle en sera ravie. En attendant cela ne l'aidait pas à savoir ce qu'ils fichaient là, surtout si on ne voulait pas d'eux. Etrangement elle souhaita un court instant avoir un cadavre sur les bras afin d'énerver ce cher Derwent. Mais ce serait méchant pour un élève de cette école.
PHOENIX — La prochaine fois je me ferai porter mal comme ça j'aurai moins l'impression d'être inutile.
Répondit-elle de mauvaise foie, ET de mauvaise humeur. Elle ne supportait pas les gens qui ne la supportaient pas, et ne voulaient pas de son aide. Après tout elle était là pour veiller sur cette bande d'incapables stupides et naïfs, elle n'était pas là pour faire du bon sentiment. Elle voulait du sang, de l'action et des larmes. Elle voulait faire peur autour d'elle, et elle voulait faire parler de Phoenix Snowhite, la terrible Tireuse d'élite. Elle était horriblement prétentieuse, mais elle l'assumait.
CALLUM — Tu vas t'ennuyer...
Elle mit un coup dans l'épaule de son collègue pour lui signifier qu'il n'avait pas le droit de se moquer d'elle de la sorte. Il la connaissait mieux que quiconque, et elle savait parfaitement que sous son air sérieux et bourru se cachait un petit enfant qui riait de cette situation. Il allait être le premier témoin de ses crises de nerfs.  
PHOENIX — Peut être que je pourrais aider à gérer les hormones de ces gamins ...
Murmura-t-elle alors qu'il lui faisait signe de la suivre. Elle lui emboita le pas sans broncher et sans demander ce qu'il voulait faire d'elle. Peut être l'amener dans un coin sombre, la torturer, la violenter, avant de la découper un morceau et de la faire cuire pour mieux la manger. Mais elle se laisserait faire, c'était son pote... L'ennuie allait vraiment la rendre dingue dans un endroit pareil elle le sentait.
Il fit apparaitre une pièce, et elle s'y engouffra sans crainte. Il protégea les lieux, et elle fit des fenêtres une illusion. De l'extérieur on penserait la pièce vide. De l'intérieur ils pourraient espionner qui ils désiraient. Elle se posta devant la fenêtre et laissa son mentor lui présenter un homme au loin qui était fort séduisant, mais un peu inquiétant.
CALLUM — Tu vois cet homme là-bas ? C'est Alec Hudson, professeur de runes. Il s'oppose à notre présence ici.
Soupire. Rien de bien nouveau là-dedans. Est-ce que tout le monde dans cette école avait un problème avec l'autorité et l'ordre ?
CALLUM — On devrait le garder à l'oeil, j'ai un mauvais pressentiment.
Elle tourna un regard vers Callum et s'assura qu'il était bien sérieux. Elle ne lui demandera pas si il savait quelque chose, il lui dira si il décide que c'est nécessaire. Elle nota dans son esprit le visage du professeur, son nom et sa place dans le tableau pour ou contre la présence des membres du ministère à Poudlard Elle sentait qu'elle allait se trouver par mal d'ennemis dans les environs. Hudson ne serait que le premier d'une longue liste. Mais elle nota aussi qu'elle devra lui parler bien vite, rongée par la curiosité, mais aussi un peu suicidaire sur les bords. Elle adorait emmerder le monde.
PHOENIX — Hudson, mauvais. Noté.
CALLUM —  A part ça rien à signaler pour l'instant, et toi ? Comment vas-tu ?.
PHOENIX — Aussi bien qu'un balai volant dans un ciel sans vent. Je me sens immobile et un peu bête. J'ignore ce que je fiche ici, et ça m'emmerde royalement. Heureusement tu illumines mon ciel.
Elle sortie de son étui sa fidèle baguette et commença à dessiner des petits animaux dans les airs. La fumée apparaissait, créait l'illusion puis se dissipait et elle recommençait. C'était quelque chose qu'elle faisait beaucoup pour rester concentrer, ou juste pour passer le temps.  
PHOENIX — J'ai passé six mois en Asie à la poursuite d'un ancien mangemort, j'avoue que Poudlard risque de me tuer. Surtout que je ne suis pas très au fait de ce qu'il s'est passé ici ces derniers temps. Tu me ferais un petit résumé rapide please

© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX   Jeu 16 Oct - 11:04


 ◈ Phoenix & Callum ◈
Le sale con est heureux de retrouver

Sa volcanique tireuse d'élite






I
l observait les animaux qu'elle formait dans les airs, il avait toujours trouvé ça à la fois inutile mais surprenant. Peu sensible à l'art ou aux techniques de concentration, Callum continuait de regarder sans sensibilité alors qu'elle l'invitait à un débriefing. Rah, elle voulait qu'il parle... sourire en coin, regard faussement agacé, tu sais que je n'aime pas ça. Lors des rares missions qu'ils avaient ensemble, elle l'avait souvent traité d'abrutis avec son côté « monsieur je sais tout, je donne des conseils à la terre entière » néanmoins Phoenix avait pu apprendre également que son mentor improvisé n'était pas homme à diriger. Rapidement, dès que sa protégée puis amie avait fait ses preuves, il l'avait laissé prendre les rênes. Naturellement il prit le même ton que celui qu'il employait lors de ses rapports au Patron, une voix dénué d'émotion, aux phrases clairs et efficaces, le tout sans fioriture car il se devait d'aller à l'essentiel. Puisqu'elle n'était pas au fait, il allait tout reprendre à zéro... Foutues missions, il l'envoyait aux quatre coins de la planète mais ils n'étaient pas fichu de lui expliquer le background de sa dernière en date ? Aussi fort soit son attachement au ministère, parfois il le désolait, enfin il ne doutait pas un instant qu'elle saurait sans soucis gérer la situation.

Septembre dernier une marque est apparue dans le ciel, référence à la marque de Voldemort. Le ministère a craint un retour des mangemorts mais rien ne s'est passé. Une élève a été également agressé, quelqu'un lui a gravé sur le bras « sang de bourbe », c'était une née-moldue. Le professeur McGonagal a géré la situation, le ministère n'est pas intervenu pour ne pas créer tout de suite un climat de peur. Poudlard se vantait de pouvoir s'en sortir seul. Son objectivité s'atténue, sa voix le trahit mais avec elle il ne cache pas grand chose. Il a dès le départ pensé qu'ils auraient dû immédiatement intervenir, ne pas laisser la situation prendre le risque d'empirer mais non ! Poudlard est orgueilleux, le château veut se débrouiller par lui-même ! Mars un autre élève est agressé, violemment cette fois et sur son bras est écrit « sang-pur ». En même temps un tag ensanglanté a été fait dans un couloir : « n'oubliez pas votre histoire ». Une élève a été accusé mais bien vite on a découvert qu'elle avait été soumise au sortilège d'Imperium. Dans la salle commune des Gryffondors une liste a été affiché, pointant du doigt sur chacun une raison d'être l'auteur des agressions. Rien a notifier chez les Serdaigles, sauf que la soumise en était une, ni chez les Serpentards. Pour les Pousfouffle, une élève a brûlé des preuves incriminant l'élève agressé. Mai. Nous intervenons, tout le monde se méfie de tout le monde. L'agresseur a réussi à faire ce qu'il voulait, un climat de paranoïa. Trois élèves déclenchent un incendie lors de la commémoration du deux mai, ils sont interrogés mais faute de preuve sont relaxés. Juin. Le professeur Pâris est retrouvé mort avec pour inscription sur le mur « vous avez oublié votre histoire ». Très rapidement le coupable, Lake, est interpellé, arrêté et pendant tout l'été a été mis en jugement. Il vient d'être condamné. Silence. On la arrêté très facilement, pour quelqu'un qui a pu créer une marque, faire deux agressions, entrer dans une maison, soumettre une élève et assassiner un enseignant incognito, ça été bien trop facile. Il se tourne vers elle, son regard toujours aussi impassible il reprend, on est là pour vérifier que ça ne recommence pas, que tout est sous contrôle. Dorcas veut redorer l'image de Poudlard, faire dans la transparence, il a invité une journaliste pour ça. Hérissement des épaules, il ne les supporte pas ces fouines, surtout quand la dite journaliste est son ex-femme. Va falloir qu'on fasse aussi attention que les élèves, même nous on est surveillé maintenant. Son regard s'assombrit, la presse, il sait bien trop comment ça fonctionne. Un pas de travers et vous êtes épinglé. Il se plaignait de l'année dernière mais finalement cette année sera peut-être pire. Tu aurais pu te renseigner quand même. Le mentor en lui n'est jamais bien loin. Il met ses mains dans ses poches, décontracte même si son regard se retourne vers ces fenêtres qui leur permettent d'observer impunément le monde extérieur.

Elle n'a reçu aucun ordre précis, c'est quoi cette organisation qui se laissait aller ? Ca bougeait, il ne savait pas ce qui se tramait mais il sentait que quelque chose allait changer dans le corps ministériel. Des murmures qui se taisent quand il approchait, cette absence de renseignement, de consignes... Il n'est pas employé pour y penser. Ouvre l'oeil et passe voir mon Patron, il te donnera sûrement accès aux dossiers des élèves à problème. Trouver les complices – car je suis certain qu'il y en a – de Lake devrait t'occuper. Il y a également des nouveaux dans le corps enseignant, je ne les connais pas mais j'irais bien vérifier leurs antécédents. Tu les connais ?

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX   

Revenir en haut Aller en bas
 

T'es qu'un sale con, mais jotem ! CALLUM&PHOENIX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Rez-de-Chaussée :: Hall d'entrée-