Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez
 

 "La provocation prête un pouvoir de commandement"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eren H. Bogart
Sorcier
Sorcier
Messages : 69
Galions : 175
Âge : 22
Classe : M2 Justice Magique
Avatar : Jonathan Rhys Meyer
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyVen 22 Aoû - 14:56

Vesper & Eren
La provocation prête un pouvoir de commandement. Elle ordonne le duel, la répulsion, la révolte, mais aussi les alliances et les amitiés. Parfois elle met au garde-à-vous, à part quelques mercenaires en rupture de bang.





L’ascension et la déchéance sont deux phénomènes très fort, ils vous poussent à décupler votre personnalité, fait de vous un être encore plus unique. Vous avez soit tout à perdre, ou dans le second cas plus rien que l'on ne pourrait vous soutirer mais tout à gagner. J'ai connus les deux, j'ai été pendant des années l'héritier de cette puissante famille, ces rois que forment les Bogart, qui gouverne ce monde peuplé d'insectes, ces descendants du noble Salazar qui trouve leur sang tellement pur qu'ils ne se mélangent pas. Mais on m'a éloigné du trône, de cette couronne que j'attendais depuis ma naissance. Tout cela pour des erreurs que je n'avais même pas commise, pour donner ma place doré à mon abrutis de cousin, qui sera incapable de diriger. Mais rien n'est perdu je le sais, je le sens. Mon histoire, mes actes seront bien plus percutant que ceux d'Haimon, je récupérerais mon trône, ma place. Rien n'est perdu.

Il me reste que peu de chose à faire pendant ce temps, continuer cette lutte dans l'ombre que je mène, bien en place dans le quatuor des ténèbres. Je considère ces murs de pierre sales, cette école, comme la pire des écoles. Durmstrang était tellement plus adapté à ma condition, à mon nom, à mes envies mais il a fallut que je termine ma scolarité, ici à Poudlard parmi ces sangs infâmes, salis. Tout ce que j’exècre réunis dans un même lieu, de quoi me rendre fou. Alors je fais ce que je sais faire de mieux, je provoque, je pousse à bout, je rends ce monde totalement fou. Je déploies mes ailes de démon et m'applique à faire naître l'agacement, la peur, la crainte.

Je me joue des apparences, tenue impeccable, pas un plis, pas un pan de chemise qui ressort du pantalon. Visage calme, presque angélique et puis la machine se met en marche. L'odeur de tabac froid, d'herbe magique m'entoure comme une aura. Mes yeux brûlent de ce feu amère de dégoût et de haine, mes lippes se fendent en une moue narquoise et sarcastique. Pas de vrai sourire, pas de sourire heureux, juste la démonstration de ma colère envers ce peuple infâme qui sonna le glas de ma perte. Je réclame vengeance et ce que je veux, je l'obtiens toujours. Voix traînante, grave, qui laisse s'échapper une flopée d'insultes, savamment exprimée. Je n'aurais pas pus mentir, jouer la comédie ici, dès mon arrivé les regards se sont fait de travers et les murmures acerbe sur mon passage. Je suis ce que je suis.

Depuis je ne cesse d'étendre les limites de la provocation, professeur ou élève, tout y passe, tout ceux que je trouve inférieur à moi, pratiquement tout ce bas peuple, ces prolétaires infects. Ne reste que quelques élus, ceux que j'estime être mes égaux, mes alliés. Ce comportement en révolte plus d'un, que j'ignore effrontément avec cette dose, qui pousse à l'agacement, de désinvolture. A chaque fois, le même cinéma se répète et je me retrouve à marcher sur mes pas, à refaire le même chemin. Remontant sans me presser des cachots, pour gravir les marches qui me me mène jusqu'au premier étage, devant la salle de ma chère directrice de maison.

Comme aujourd’hui, encore une fois elle m'a collé, ne trouvant rien d'autre à faire pour me faire revenir à la raison, à un comportement plus salutaire qui ne ferait pas perdre de points aux serpents. Je tape brièvement à sa porte, et n'attends même pas qu'elle me réponde pour entrer, je suis en retards, je ne compte même plus les minutes, en fait je ne sais même pas à quelle heure je devais venir.

« Je ne vous dis pas bonjour, professeur. »

Moue narquoise, délibérément provocante alors que je m'assois face à elle, sur ce pupitre bien peu confortable pour moi. J'attends que le volcan explose, je sens déjà la chaleur de la lave me brûler.

« Quel est le programme aujourd'hui ? Sermon, ligne à copier et je ressortirais de cette salle sans que rien n'ait changé ? Si vous voulez mon avis, vous devriez changer vos méthodes. »

Mes doigts tapent sur le bois dont le vernis est griffé et taché d'encre avec les années. Je finis par passer une main négligemment dans mes cheveux, attendant que la harpie sortent de ce corps pour me foudroyer, encore.


made by pandora.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Leigh
Newbie
Newbie
Messages : 69
Galions : 85
Âge : 33 Ans
Classe : Ancienne Serpentard
Avatar : Eva Green
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyJeu 28 Aoû - 9:44


La provocation prête un pouvoir de commandement
Eren & Vesper




Il existe des jours, ou votre humeur ne tolère aucune forme d'insolence, d'humour décalée ou de prétention. Pour moi, Aujourd'hui est l'une de ses journées, ce genre de journée qui vous donne envie de tuer et de torturer la moindre personne qui ose vous contrarier et jouer avec vos nerfs...

J'étais assise à mon bureau du premier étage dans ma très chère classe de sortilèges attendant l'arrivée d'Eren. Plus tôt dans la journée, je n'avais une fois de plus pas eut le choix que de lui donner une retenue pour lui remettre les idées en place ...

À croire que tout dans sa tête tournait de travers.J'avais ensorcelé le tourne-disque présent dans la classe pour que celui si joue un air de piano semblable à celui que j'avais dans mes appartements et je me laissais bercer doucement par la musique qui était jouée. Lorsque l'heure de la retenue arriva enfin, je me redressais sur mon siège les bras croisés, attendant l'arrivée de ce cher Eren.

Ce n'est qu'après une bonne grosse heure de retard que je le vis enfin pointer le bout de son nez, dieux seul sais comme je déteste les retards et encore plus le manque de respect.


« Je ne vous dis pas bonjour, professeur. »

Je le suivais du regard bouillonnant à l'intérieur, de son visage narquois, il vint s'asseoir face à moi et ajouta

« Quel est le programme aujourd'hui ? Sermon, ligne à copier et je ressortirais de cette salle sans que rien n'ait changé ? Si vous voulez mon avis, vous devriez changer vos méthodes. »

S'en était trop, son insolence me fit bondir au plafond. Je me levais de ma chaise d'un mouvement rapide et m'avançai vers lui. Une fois devant son pupitre, je me penchais en avant plongeant mon regard froid et cruel dans le siens avant de lui dire.

Vous avez raison Mr Bogart ...Il est peut-être temps de changer de ton et de méthode avec vous en effet...

Je sortis alors ma baguette magique de la poche intérieure de ma robe de sorcière et la pointai sur une armoire, d'un petit geste, je fis léviter jusqu'au pupitre un rouleau de parchemin et une plume, la pointe de la plume était taillée finement dans de l'or de haute qualité, et la plume en elle-même était d'un rouge écarlate, je regardais la plume se poser devant Eren avant d'ajouter...

Nous allons changer de méthode puisque vous le souhaitez, des lignes pour aujourd'hui, mais avec ma plume ...

Une lueur de cruauté se dessina dans mes yeux. Ce genre de plus avait été utilisé une seule autre fois à Poudlard avant aujourd'hui, par Dolorès Ombrage, je suis certaine que ce cher Eren aimera subir le même châtiment que Potter se soir-là. Je lui fis un sourire avant d'aller me rasseoir et de le regarder fixement.

Vous pouvez commencer ...

D'un coup de baguette magique, je remis le tourne-disque en route.



© EKKINOX


Dernière édition par Vesper Leigh le Ven 5 Sep - 8:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren H. Bogart
Sorcier
Sorcier
Messages : 69
Galions : 175
Âge : 22
Classe : M2 Justice Magique
Avatar : Jonathan Rhys Meyer
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyJeu 28 Aoû - 15:00

Vesper & Eren

La provocation prête un pouvoir de commandement. Elle ordonne le duel, la répulsion, la révolte, mais aussi les alliances et les amitiés. Parfois elle met au garde-à-vous, à part quelques mercenaires en rupture de bang.





La provocation suinte dans mon sang, je suis ainsi fais, je suis fais pour provoquer c'est un fait. J'excelle dans cet art, je pousse à bout, je vous fais reculer dans vos retranchements jusqu'à ce que vous n'en puissiez plus. Je suis un tas de nerfs qui pour ne pas exploser à besoin de faire exploser les autres. J'aime voir les gens souffrir, les voir perdre la face, leur pseudo contrôle, tout ça à cause de moi. Voir la peine, la défaite, peindre leurs traits. Ça me fait me sentir puissant, plus fort que vous. Je n'ai pas de scrupules, donc pas de limite, tout ce que je fais pour moi a un sens. Je n'ai fais rien, si je ne suis pas sur que cela ait un impact par la suite, à part lorsque mes actes sont justes fais dans le simple but de causer souffrances et peines.

Je me baigne dans vos larmes, je revis par vos cris, je me renforce grâce à votre haine. Vous n'avez pas compris que cela ne fait que renforce mon hardeur à vous combattre de la plus vil des manières. Vous n'imaginez pas tout ce dont je suis capable, jusqu'où je pourrais aller pour avoir ce que je veux. Je suis un électron libre et solitaire, je n'appartiens à aucune entité à par celle où je crois et que je peux contrôler. Personne ne me retiens dans ce bas monde, pas d'attache pas de problème. J'ai compris le sens caché de la vie, alors que vous vous ne savez même pas qu'il existe. J'aurais toujours un temps d'avance sur vous, je survole, pendant que vous piétinez sur les échecs.

Et ce n'est pas vous Madame Leigh qui allez me faire peur ou réussir à m'intimider, bien au contraire. Vos prunelles dilatées par la cruauté et la froideur n'ont pour effet que d'agrandir mon sourire qui se fait plus narquois. Avez-vous idée de mon pouvoir ? Certainement pas, vous connaissez sûrement mon nom ancestrale, ma filiation avec le noble Serpentard mais vous ne savez pas ce que je trame dans l'ombre, derrière votre dos. Vous ne voyez en mois que le serpent vicieux après lequel vous devez courir et punir.

J'étais impatient de savoir ce que vous me réserviez, quelque chose de plus sadique j'en étais certains. Vous l'étiez sûrement autant que moi, bien que mon sadisme et mon plaisir à voir la souffrance n'avait pas de limite, je me demandais jusqu'où vous, vous seriez prêt à aller. Je regarde votre boite se poser face à moi, alors que je l'observe silencieux, un parchemin et une plume qui a l'air hors de prix...

« Ça tombe tellement bien je n'avais pas pris mes affaires avec moi. »

Ma voix est un brin ironique et lentement je commence à comprendre quel va être ma véritable sentence certainement pas gratter des lignes pour votre bon plaisir. Votre voix de crécelle me convie à commencer ma punition. Je sens la satisfaction dans celle ci, vous n'essayez même pas de la feindre, vous vous frottez d'avance les doigts de ce que cette satané plume va me faire ressentir.

« Que dois-je écrire aujourd'hui ? Je ne dois plus fumer de substances illicites dans la cours ? Je ne dois pas utiliser de sortilèges sur mes camarades ? Ou bien, insulter mes professeurs de vulgaires prolétaires aux sang souillés est interdit ? »

Je porte la plume à ma bouche, me fichant qu'elle vous appartienne ou non. Ces mots font partis des nombreuses que vous m'avez déjà fais gratter et écrire pour me les faire entrer dans le crâne. Inutilement d'ailleurs, sans aucun succès.

« Ah non c'est bon j'ai trouvé quoi écrire. »

Je me mis à écrire, me préparant à la douleur sanguinolente qu'allait me procurer la plume, je carrais les mâchoires alors que je commençais à écrire. Mon sang, si pur, mon sang de pur Bogart, générations de consanguins pour le préserver, servait aujourd'hui d'encre. Quelle pure insulte à mon nom ! Vous le paieriez ! La phrase «Je suis le roi de ce bas monde » s'inscrivait au fur et à mesure, à la fois sur mon parchemin mais aussi sur ma peau. Si je devais garder une marque autant que la phrase en vaille la peine.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Leigh
Newbie
Newbie
Messages : 69
Galions : 85
Âge : 33 Ans
Classe : Ancienne Serpentard
Avatar : Eva Green
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyVen 5 Sep - 8:20


La provocation prête un pouvoir de commandement
Eren & Vesper




Le sadisme et la cruauté, font partie intégrante de mon être, je n'ai nullement besoin de me forcer pour faire subir certain supplice ou pour torturer mentalement certaines personnes. N'oubliez pas que j'en ai dompté des plus coriaces que vous Eren Bogart, n'oubliez pas que j'ai vécu des choses que vous ne vivrez peut-être jamais.

Je le regardais fixement, assise derrière mon bureau face à lui, avec son air Niais et prétentieux qui n'eut pour effet que de me décrocher un sourire.

Je continuais de le fixer alors que celui-ci commençait à écrire sur le parchemin que je lui avais donné, d'où j'étais, je n'arrivais pas à savoir ce qu'il écrivait, mais je savais que le seul fait de rependre son sang était déjà pour lui une insulte et cela me satisfaisait au plus haut point.

Je finis par me lever et m'avancer prés de lui pour regarder par-dessus son épaule ce qu'il était en train de noter sur le parchemin. Il n'avait écrit qu'une dizaine de lignes et déjà sur le dos de sa main ou pouvait apercevoir les rougeurs et les marque se former.

Je suis le roi de ce bas monde était-il occupé à écrire, il ne comprendrait donc jamais ? Certes, sa famille était une des familles les plus nobles du monde sorcier, mais revendiquer un tel titre dans de telles circonstances et avec si peu de discrétions était extrêmement mal venu de sa part.

Les punitions que je lui infligeais n'étaient pas dans le but de lui faire perdre son syndrome de supériorité aigue, j'essayais tout simplement de lui faire comprendre qu'il ne servait à rien de se faire remarquer pour l'instant. Après tout, un peu d'humilité n'as jamais tué personne...

Je soupirais longuement avant de sortir ma baguette magique, d'un geste souple, je stoppais net l'avancer de sa main sur le parchemin. Je vins alors me placer face à lui, plongeant mon regard froid et noir dans le siens. Je croisais les bras, ma baguette toujours à la main.


Vous savez Eren, il y à mille façons de briser un esprit, qu'il soit faible ou fort, il y à toujours une solution... j'ai essayé plusieurs façons de vous faire entendre raison, des manières douces, d'autre, comme celle-ci

Je fis un signe de tête vers la plume.

Le sont un peu moins. Mais si vous êtes assez têtu et bourru pour ne pas comprendre le sens de ses retenues, et d'en apprendre quelque chose... Je crains qu'il ne faille que je passe à une méthode... Moins... Académique.

D'un geste rapide, je pointais ma baguette magique vers la porte de la salle de classe qui se referma dans un claquement sec, d'un autre geste de la baguette, toutes les tentures de chaque fenêtre se fermèrent, plongeant la pièce dans la pénombre. Nous n'étions plus éclairés que par les quelques bougies suspendues aux murs de la classe. Je lui dis alors d'une voix doucereuse, presque calme, mais légèrement tintée d'excitation.

Il n'y a rien de plus terrible pour une personne, que de livrer ses plus intimes secrets contre son grès, tous les moments de sa vie dévoiler en quelques instants, vous ne croyez pas ?

De nouveau, je vins m'appuyer contre mon bureau, le fixant toujours dans les yeux.

Bien sur, je pourrais les obtenir à l'aide de véritasérum, mais vous savez comme moi que son utilisation sur les élèves est proscrite.

Je pris une fause expression déçue.

Bien évidement, et heureusement, il existe d'autre méthode que le véritaserum.... Laissez-moi, vous donnez un cours priver Eren...

Je me rapprochais alors de lui, et d'un geste rapide, je pointais ma baguette magique sur son front avant de dire d'une voix claire et froide...

Légillimens !





© EKKINOX


Dernière édition par Vesper Leigh le Dim 28 Sep - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren H. Bogart
Sorcier
Sorcier
Messages : 69
Galions : 175
Âge : 22
Classe : M2 Justice Magique
Avatar : Jonathan Rhys Meyer
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyJeu 11 Sep - 16:32

Vesper & Eren

La provocation prête un pouvoir de commandement. Elle ordonne le duel, la répulsion, la révolte, mais aussi les alliances et les amitiés. Parfois elle met au garde-à-vous, à part quelques mercenaires en rupture de bang.





Mon sang coule, ma plume glisse sur le parchemin rependant les traînées sanguinolentes causées par mes mots. C'est déjà une honte en soit, ces technique archaïques n'ont pas leur place ici, si ma famille venait à l'apprendre elle ne ferait qu'une bouchée de cette professeur. Rater sa vie en terminant à ce poste est une chose, faire payer à ses élèves sa frustration en est une autre. Elle faisait pâle figure celle qui prônait la défense des sang purs, elle s'attaquait à l'héritier de l'une des plus riches et influente famille de ce rang si noble. J'avais récupéré ma place, un jour je dirigerais les Bogart, en roi, en empereur, je ferais reluire notre blason. Jamais il n'aura parut si brillant, si magnifique, comme un astre en plein jour, un second soleil. Nous étions le futur de ce monde, les alliances se formaient et les futurs rois de demain montraient leur tête.

Et elle que sera-t-elle dans tout cela ? Un pion, une vulgaire Leigh qui n'aura pour seule gloire que sa parente Annabeth. Cette dernière avait au moins eu la grâce, de recevoir une fine bride de ma confiance si rare. Bien sur je m'en méfiais et nos rapports restaient hostiles. Mais au moins, elle ne faisait pas honte à son nom comme ma directrice de maison était en train de le faire à cet instant. Annabeth est mon alliée, cette maudite professeur, elle, figurera sur la liste de mes tendres ennemis à abattre. Avec le temps ma vengeance s'abattra lorsqu'elle s'y attendra le moins pour mon plus grand plaisir.

Comme je l'avais prévu, mon soudain entrain aiguisa sa curiosité et elle ne tarda pas à venir voir ce que j'écrivais. Ma phrase ne dut pas lui plaire, il suffisait d'observer les traits de son visage de vieille pie se contracter avec agacement. J'écoutais ses paroles avec un désintérêt non feint, des paroles, toujours de paroles, toujours aussi inutile, vide de sens, je ne l'écouterais jamais, elle devrait le savoir maintenant... Elle me menaçait ? Un sourire narquois fendit mon visage, savait-elle dans quel pétrin elle se m'était ? Il n'y avait pas l'air. Je l'écoutais patient, sans emmètre d'objection, attendant de ce qu'elle comptait me faire.

Soudain la pièce fut plongé dans la pénombre à son initiative, j'étais toujours aussi calme, ne montrant pas une once de crainte. La craignais-je ? Pas le moins du monde. Des adversaires bien plus tenaces m'attendait. Par exemple, une Alyssandra en furie, valait toutes les harpies de Grande-Bretagne réunies. Mes secrets ? Je devinais à cette réflexion ce qu'elle comptait faire et un sourire encore plus narquois si s'était possible se dessina sur les lèvres. Je sentais que j'allais bien rire.

Elle n'eut même pas le temps de terminer de prononcer son sortilège que déjà les barrières de mon esprit se mettaient en place pour empêcher son intrusion. J'étais entraîner à cet art depuis mon plus jeune, je relevais mes yeux glacé sur elle.

« Vous pensez vraiment que vous pourriez entrer dans mon esprit aussi facilement... »

Je lâche un léger rire acide, tant de naïveté que s'en est affligeant. Mes doigts frappaient dan un tintement presque inquiétant le bois griffé de ma table de cours.

« Vous imaginez ce qui vous pends au nez si je viens à prévenir ma famille de cette affaire. Usage de torture sur les élèves, puis atteinte à ma vie privé en ayant tenté de me lancer ce sort. Ça risque de ne pas être très beau à voir. La direction et le ministère prendront pas de risque.»

Je restais assis tranquillement, pas plus perturbé que cela par ce qui venait de se passer. Comme i l'incident n'était qu'un vague soucis, un vulgaire grain de poussière.


made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Leigh
Newbie
Newbie
Messages : 69
Galions : 85
Âge : 33 Ans
Classe : Ancienne Serpentard
Avatar : Eva Green
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptyDim 28 Sep - 11:15


La provocation prête un pouvoir de commandement
Eren & Vesper




Je regardais Eren droit dans les yeux, il est vrais qu'il avait su résister au sortilège, son esprit était bien plus entrainer que je ne l'avais pensée. Je plongeais mon regard dans le siens, le scrutant, l'analysant ... Le travail que je me tuais à réaliser pour rendre aux familles de sang pur leur gloire d'antan était trop important pour qu'un petit gamin prétentieux comme lui ne viennent le gâcher avec ses revendication ... Il fallait qu'il comprenne que dans son intérêt, comme dans celui de beaucoup d'autres sorciers et sorcières de sang pur, il devait se calmer. Je posais mes mains sur le bureau, me penchant légèrement vers lui et lui dit ...

Tout le monde sait Eren que tu es prêt à beaucoup de choses pour reprendre ta place au sein de ta famille ... Même mentir sur certains faits, ta famille te connait et ils me connaissent aussi ... Que penses-tu qu'ils vont croire ... La version du fils déchu qui cherche à reprendre sa place ? ... Ou celle de la professeure qui se bat chaque jour pour leur rendre à tous leurs gloires ...

Je soupirais longuement, me redressais et prenais la direction de mon bureau pour m'y asseoir. Posant mes coudes sur le bureau et entrelaçant mes doigts, une nouvelle fois, j'observais Eren en silence... Avant de reprendre la parole ...

Écoute Eren ... Il y a certaines choses que tu dois comprendre ... Le monde actuel ne tolérera pas des revendications comme les tiennes ... Tout du moins ... Pas si elles sont prônées avec autant de haine et d'acharnement ... La subtilité et la futilité sont de grande alliée par les temps qui courent et c'est ce qu'il te manque ...

J'inspirais profondément avant d'achever ma phrase pesant dans ma tête le poids de mes paroles

Je peux t'aider ... Mais il faut que tu apprennes à te contrôler... Mesure le poids de t'es paroles ... Choisis les avec soins et le monde sera à t'es pieds ... Continue sur la voie que tu as prise ... Et c'est toi qui seras aux pieds des autres ...

Je prenais alors ma baguette magique et d'un geste souple ouvrit de nouveau les rideaux, laissant entrée la lumière éblouissante du soleil dans la salle de cours. D'un autre geste de la baguette, je renvoyais la plume dans son écrin et d'un autre geste de la baguette effaçait les traces sur le dos de la main d'Eren.

Ne te brime pas Eren ... Ne t'enferme pas seul ... Certaines personnes peuvent t'aider ... Si tu les laisses faire et si tu ne sabotes pas leur travaille ...





© EKKINOX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eren H. Bogart
Sorcier
Sorcier
Messages : 69
Galions : 175
Âge : 22
Classe : M2 Justice Magique
Avatar : Jonathan Rhys Meyer
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" EmptySam 1 Nov - 20:57

Vesper & Eren

La provocation prête un pouvoir de commandement. Elle ordonne le duel, la répulsion, la révolte, mais aussi les alliances et les amitiés. Parfois elle met au garde-à-vous, à part quelques mercenaires en rupture de bang.





Infâme catin. Je ne sais pas si tu me donnes envie de rire ou de te hurler dessus. Les Bogart sont grands, les Bogart sont rois. Souverain de votre petit monde de cruauté, nous sommes le saint Graal l'avenir. Ton avenir. Nous ferons couler le sang des autres pour que le liquide carmin pure et noble qui coule dans nos veines perdurent. Nous marchons sur vos vies alors que vous frôlez les nôtres. Nous sommes rois, empereurs, dictateurs, nous sommes tout ça à la fois. Mais ça tu ne l'as pas compris. Tu craches des paroles aberrantes, de rends-tu compte des idioties que ta bouche sort ? Chaque mots est un peu plus idiots que le précédent. Tu ne sais pas jouer comme je sais le faire, tu te perds dans des rêves que tu crois sous le point de se réaliser mais qui en fait sont juste en phase d'être avortés à cause de ton incompétence. Je brûle de haine, je me tends, je manque de tout renverser dans cette salle qui est le reflet de ta vie. Vide, sale, poussiéreuse. Je vais t'apprendre moi, je vais te montrer comment on s'adresse aux Bogart, à Eren Bogart.

« Je suis déjà l’héritier, j'ai recouvré ma place. Mais comment pourriez-vous le savoir ? Vous n'êtes qu'une Leigh, sûrement pas invités. Ils croiront leur futur roi et certainement pas vous.»

Je crache ces mots à ton visage. Entends les puisque tu ne sembles rien comprendre, puisque rien ne semble entrer dans ton crâne. Que faut-il que je dise pour que tu comprennes ? Faut-il que je te martèle ta tête à coups de sort jusqu’à ce qu'elle explose à mes pieds, que ton sang à qui tu fais honte baigne dans la pièce ? Reste à ta place. Tu n'es qu'une femme, qu'une Leigh. Ta famille lèche les pieds de la mienne depuis des siècles. Tu me dois du respect, tant que tu ne l'auras pas compris je ne montrerais rien d'autre que ce faciès. Ma famille ne croira que le jugement que je viendrais leur apporter. Ne te sens pas importante parce que tu diriges la maison Serpentard, tu ne diriges rien d'autre que ta stupidité. Mon rire froid et amer fend la pièce, presque fou. Je me redresse, me levant, appuyé sur mes bras je te fais fasse, l'air sombre, je n'ai certainement pas envie de plaisanter à cet instant. Que dis-tu là pauvre folle ?

« Vous m'aidez ? Vous m'apprendre à me contrôler ? Moi être aux pieds des autres ? Avez vous perdu la tête ? »

Mon rire s'accentue un peu plus, alors que l'un de mes doigts fais des va et vient entre toi et moi. Tu es bonne pour l'enfermement. J'écouterais mes pulsions de haine, de colère, qui s'emparent chaque fois un peu plus de moi je te jetterais par la fenêtre, je te rouerais de coups jusqu'à ce que mort s'en suive. Espèce d'idiote.

« Je ne vais certainement pas recevoir de conseil d'une femme qui n'est même pas capable de savoir où est sa place. Commencez déjà par apprendre qui sont les personnes après qui vous devriez courir avant de venir me scander vos beaux discours vides de sang. »

Je finis de me relever, essuyant une poussière invisible sur ma veste, comme si cette courte colle m'avait salis. Je n'ai plus envie de rester là, plus envie de perdre mon temps avec quelqu'un qui ne comprends rien. Qui ne vois pas les véritables enjeux, qui ne se rends même pas compte des véritables enjeux. Tu piétines, tu t'enlises, tu fonces dans un mur. Dans un mois je serais fiancé à l'une des jeunes femmes les plus puissantes du monde sorcier alors que toi tu continueras à piailler dans ton bureau en distribuant des colles. Et sans un mot de plus je sors, claquant la porte, terminant cette conversation stérile.

made by pandora.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
"La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty
MessageSujet: Re: "La provocation prête un pouvoir de commandement"   "La  provocation prête un pouvoir de commandement" Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

"La provocation prête un pouvoir de commandement"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Premier étage :: Cours de Sortilèges & Enchantements-