Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Dim 29 Juin - 13:27

that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.

Un camaïeu verdoyant qui s'étale devant mes pupilles fatiguées. La danse voluptueuse des mouvements aquatiques, des ondulations sinueuses que l'on aperçoit si l'on prend le temps de lever les yeux vers le plafond composé de pierres millénaires. Le lieu est habituellement lié à de nombreux adjectifs peu reluisants. Tout simplement de part les habitants qui s'y trouvent. Viles créatures manipulatrices, avides de pouvoir. Foutaises. Il y a tant à contempler dans la salle commune de Salazar Serpentard. Le doux craquement des braises vertes dans l'âtre de la cheminée, les doux souffles de quelques respirations concentrées. Depuis quelques mois, quelque agitation remue la plénitude que je pouvais avoir en ce lieu. Depuis les récents évènements, somme toute. Mais tant la pression est grande, beaucoup s'en vont et profitent de l'air extérieur, ce qui n'est pas pour me déplaire. Les remous de l'eau du lac sont une mélodie qui accompagne ma lecture, en accord avec mon état d'âme. Pour une fois depuis quelques temps, je me sens calme. Reposé sans l'être vraiment. Tout est en train de changer, d'être chamboulé. Les esprits s'échauffent, les âmes suivent des chemins qui ne sont pas les leurs, les peurs sont contrôlées, maîtrisées afin d'instaurer quelque chose, dans l'ombre. Je le ressens, au plus profond de mon être. Rien ne va et pourtant, dans la bulle chaleureuse de la salle commune de ma maison, je suis à l'abri. Comme je l'étais, à l'époque, dans le jardin du manoir, en compagnie de ma petite sœur. Cette petite silhouette blonde, à l'éclat cristallin, qui rendait la lumière à l'austère maison. Ce sourire incroyable, qui avait toujours su faire fondre mes valeurs et mon autorité. Cette innocence première, qui m'avait émerveillé. Qui s'était mué en une indépendance farouche, en un caractère bien trempé. Nous avions toujours été un duo paradoxal. Le garçon silencieux et tranquille, effacé. Qui se plaît dans l'ombre, dans le silence et ne cherche pas réellement le contact des autres. Et l'autre, rayon de soleil personnifié, qui se complaît dans la foule, sous la lumière des projecteurs.

Plus les jours passent et plus mon impression se renforcent. Nos chemins se séparent, petit à petit. S'éloignent et se diversifient. Tous ces évènements créent une peur, rapprochent des êtres qui n'avaient pas tant en commun. Et je reste là, à contempler tout ce capharnaüm gigantesque qui se met en place, manipulé par des esprits un peu trop mégalomanes. Ne sera-t-il jamais possible de vivre en paix ? D'exister sans qu'aucune peur ne noue nos entrailles et ne vienne parasiter nos esprits ? Il me semble qu'au final, il faille avoir un équilibre, qu'un mal vienne s'immiscer dans le bien pour que le monde soit stable. Mais à quelle échelle ? Tant de réflexions viennent troubler ma lecture et je repose l'imposant ouvrage, ayant préalablement soufflé dessus pour en extraire les particules de poussière. Soupirant, je passe une main lasse dans ma chevelure aux reflets mordorés. Comme l'éclat de mes prunelles dans quelques moments de colère. La pleine lune n'est pas si loin, le calcul n'est plus à faire. Ce n'est l'affaire que d'une semaine, tout au plus. Viendra la fatidique étape d'instabilité et de fatigue à combattre. De colère qu'il faudra contenir le plus possible pour ne pas heurter les âmes déjà si sensibles après tant de violence au sein de cette école.

Mais déjà, mon ouïe hypersensible m'indique que des pas se font entendre. Une silhouette va prochainement se dessiner dans l'encadrement des escaliers qui mènent au dortoir de la gente féminine. Un parfum s'invite auprès de moi, s'insinuant dans mon odorat développé. Il m'a toujours été simple d'identifier mes interlocuteurs à la senteur qui se dégagent d'eux. Un parfum particulier, une senteur qui leur est propre, un musc. Mais présentement, c'est quelque chose de familier. De trompeur, aussi. La douceur de la violette, le magnétisme vibrant de la rose. La beauté et la fragilité, qui cachent un poison, une défense pour les inconnus. L'on se pique aux aiguillons de la rose en essayant d'en attraper la tige pour la cueillir. Un sourire doux se dessine sur mon visage. Il n'y a plus à douter sur l'identité de la nouvelle arrivante. Et cela ne me plaît pas du tout, au contraire. Une chevelure de blé, une silhouette enivrante pour quiconque n'aurait pas été insensible à son charme. « Bien le bonjour, petite sœur. Descendrais-tu enfin parmi le commun des mortels pour me tenir compagnie ? » Puis je me lève élégamment pour m'approcher, à pas de loup. Sans mauvais jeu de mots, bien entendu. Mimant une chaste révérence, comme le faisaient les gentilshommes à l'époque. « Viens là, blondinette. Je trouve que cela fait trop longtemps que nous ne nous sommes pas retrouvés seuls. » Puis j'étreins l'un des êtres auquel je tiens le plus au monde. Si longtemps que je ne l'avais eu pour moi seul, afin de profiter de sa compagnie toujours aussi charmante, malgré les éclats de son caractère si trempé.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Dim 29 Juin - 22:26





Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





Une brise légère balayait mes cheveux alors que j'étais allongé sur un tapis moelleux d'herbe dans le parc de Poudlard. J'étais sortis pour réviser au soleil, mais la tentation de ne rien faire avait été trop grande. C'est pourquoi mes livres et mes parchemins étaient éparpillés autour de moi alors que j'avais les yeux fermés. Les rayons de soleil sur ma peau me procuraient le plus grand bien. Il n'y avait pas de doute, avec ce comportement je ne risquait pas d'avoir les notes que j'escomptais lors de mes Aspics. Moi qui visait toujours l'excellence je m'en détachais lentement ces derniers temps. Mon esprit vagabondant partout sauf dans mes cours. Il était bien trop absorbé pour cela. Alors je me fichais comme d'une guigne de connaître les dates de la dernier révolte des Gobelins ou du nom des ingrédients présent dans la goutte du mort vivant.

Je finis par me relever en soupirant, attrapant mon manuel de runes. Ambition. Voilà le maître mot de ma vie. M'élever par tout les moyens c'était ce que je voulais, ce que j'avais toujours voulus. Seulement pourvoir rime avec savoir. J'en avais conscience, c'était pour cette raison que j'avais toujours mis les bouchée double quand il s'agissait des études. Il fallait que j’oublie mes distractions et les petits complots de l'école le temps de mes révisions.

Je farfouillais dans mon sac pour y chercher un plume mais à la place j'en sortis une petite fiole en cristal remplis d'un liquide argenté au bout se trouvait une attache. Mon pendentif ! Je le cherchais depuis des semaines sans parvenir à remettre la main dessus. D'habitude il était accroché à mon bracelet en breloque en argent. Mais celui ci j'y tenais tout particulièrement parce qu'il me venait de mon frère, un cadeau qu'il m'avait fait pour mon quinzième anniversaire. Les potions avaient toujours été le domaine de prédilection des Nott, et Max n'échappait pas à la règle. C'est lui qui avait créé celle ci, tout ce qui touchait cet essence se transformait en un métal argenté et une odeur de rose et de violette en sortait. Silver. Baptisé en mon nom, en parfaite cohérence avec moi.

J'étais très attachés à cette fiole, simplement parce qu'elle provenait de lui. J'avais toujours eu une relation très fusionnelle avec mon frère, nous n'avions que deux ans d'écart et chacun une particularité qui nous rendait différent des autres. Il était un loup garou, j'étais une vélane. Deux personnages aussi atypique que paradoxale. Sur le plan du comportement j'avais toujours été l'exact opposé de mon frère. Le jour et la nuit. Mais il était mon pilier, le seul avec qui j'étais totalement naturel et pour qui je n'avais aucun secret.

Un sentiment de nostalgie monta en moi. En ce moment j'étais prise par tellement de chose que j'avais l'impression de ne plus l'avoir vue depuis une éternité. Et par Morgane qu'es-ce qu'il pouvait me manquer. On ne séparer pas l'inséparable... Nous avions toujours été fourrés l'un avec l'autre. Il avait l'habitude de me répéter, que c'était nous deux contre le reste du monde. Et pour moi cette phrase restait toujours d'actualité. J'avais beau avoir de multiples affinités avec des personnes m'entourant personne ne pourrait remplacer le lien que j'avais avec Max. Les liens du sang avant tout. La famille était quelque chose que je plaçais au dessus de tout. L'un de mes seuls point faibles... Mais il ne valait mieux pas me titiller sur ce sujet parce que je pouvais rapidement devenir très agressive.

Je me relevais, soudain très déterminée. Il fallait que je le vois. D'un coup de baguette habile je rassemblais mes affaires et pris la direction du château. Il devait sûrement être dans la salle commune, j'allais commencer par cet endroit pour le trouver. Et j'eus raison car il était bien là, confortablement installé devant la cheminée. Je me sentis soudain vivante et entière auprès de mon frère et dans ce lieu de vie qui me collait parfaitement à la peau. Il m'avait déjà remarqué et m’accueillit avec une phrase bien à lui qui me fit sourire je lui répondis sur le même ton.

« Bonjour à toi aussi grand frère. Et bien je suis bien obligé puisque tu ne daigne pas sortir de ta tanière. »

Il se leva pour enfin s'approcher de moi, je me retins d'éclater de rire en le voyant me faire une révérence. Je fis de même en me mordant la lèvre. Il m'attribua l'un des nombreux surnoms avec lesquels il avait l'habitude de me nommer, c'est à dire blondinette. Il avait bien de la chance d'être mon frère, j'aurais embroché avec mes talons tout autre personne qui m'aurait nommé de la sorte. Même mon meilleur ami. Mais avec Max c'était différent il ne le disait pas pour se moquer, juste avec de la complicité et de la tendresse.

Il me serra contre lui et je ne retins pas mon sourire de soulagement. J'avais l'impression que des années s'étaient écoulés depuis que je l'avais étreints pour la dernière fois. Pourtant nous étions de la même maison et nous résidions dans le même château. Je n'étais pas du genre démonstrative, ni très friande des gestes d'affections sauf avec Max et Japhet. Bien que les deux cas soient très différent.

« Ça fait bien trop longtemps tu as parfaitement raison je ne sais pas comment j'ai fais pour survivre sans mon grand frère adoré.Une chose est sûre je ne risque pas de réitérer l'expérience !  Et puis je sais que tu as dus franchement t'ennuyer sans moi ! »

Je le tirais vers un divan et m'y installais. Enfin un moment entre lui et moi, seuls, j'allais pouvoir profiter de sa présence qui m'avait terriblement manqué.

« Alors frérot t'as passé ton temps à faire quoi à part pleurer ton manque de blondinette ? »

Je lui adressais un coup d’œil taquin et un sourire amusé.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Lun 30 Juin - 13:39

that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.

Il peut être difficile de comprendre une relation aussi étrange que celle que j'entretenais avec la seconde de notre fratrie. Le jour et la nuit, le soleil et la lune, sans mauvais jeux de mots, encore une fois. Un paradoxe ambulant qui n'avait jamais cessé de nous accompagner, du à nos caractères respectifs. Quand elle jouait avec les toilettes de notre mère, je lisais paisiblement dans la bibliothèque. Quand elle gambadait dans le parc, s'émerveillant des insectes aux couleurs vives et chatoyantes, je m'asseyais, contemplant les diverses espèces de fleurs et de végétaux qui pouvaient s'y trouver. Pourtant, nous nous rassemblions dans cette quête de connaissances, au final. Pas pour les mêmes raisons, toujours, mais ce point commun avait été facteur de bon nombres de confidences, de discussions au coin de la cheminée familiale. Je devais tenir cette soif d'apprendre et d'emmagasiner de mon oncle, Théodore, dont le prénom m'avait été donné. "Toujours avec un foutu bouquin dans les mains, je suis certain qu'il devait dormir avec, la nuit." Mais cela restait dans la simple curiosité à grande échelle, dirons-nous. Ma sœur, bien que j'ai pour elle, une immense affection, un amour inconditionnel, avait toujours été possédée par l'ambition. Celle d'être meilleure, d'être reconnue, appréciée, admirée. Une envie accrue par son héritage de vélane. Cela ne m'empêchait pas d'être toujours à ses côtés. Mon instinct de protection envers ma famille avait été démultiplié depuis ma morsure. Le loup, caché profondément, ne voulait que le bien de sa meute, capable de tout pour arriver à sa fin. Pour défendre les siens, protéger ses "loups".

Rien ne pouvait me faire plus sourire que les sous-entendus de la blonde sur ma nature, toujours aussi calmes et décontractés. Parce que cela prouvait son acception de mon héritage accidentel. Jamais elle n'avait été rebutée par ce que j'avais pu devenir. Effrayée, un peu. Ce qui est tout simplement normal, sachant que je ne me transformais pas en une licorne soyeuse et pure. Une bête sanguinaire et violente, presque incapable de maîtriser ses réactions et des pulsions. Mais son comportement à mon égard n'avait jamais changé, depuis. Et ça avait été le plus beau moment dans mon existence entière. Les lycans font fréquemment face au rejet des leurs, à un exil forcé de leurs familles. Le dégoût, la peur, la déception. Parce que la majorité du monde sorcier pensent que les loups-garous ne sont pas comme eux. Alors que ce n'est techniquement qu'un jour par mois. Ils pensent, réagissent, ressentent. Rien de bien différent des autres. Encore un combat à soigneusement mener pour ramener l'équilibre entre les populations, pour ne pas dire "races", de sorciers. Aucun membre de ma proche famille n'avait été réfractaire à cette transformation et cela avait ravivé la flamme dans mon cœur. L'espoir, qu'un jour, tout serait un peu mieux. Un peu plus paisible. « Rien de mieux que de pouvoir lire sans les jacassements incessants des autres. L'impression qu'on me martèle la tête avec une masse. Un inconvénient de la chose, je suppose. »

Je soupire d'aise, légèrement. Son contact rafraîchissant m'avait toujours fait un bien fou. Une bouffée d'air frais. Ce parfum de violette et de rose qui semblait m'accompagner depuis si longtemps. Je notai avec un plaisir égoïste qu'elle portait constamment le pendentif que je lui avais offert pour la célébration de ses quinze années de vie parmi nous. Une potion éponyme que je lui avais inventé. « Malgré mes conseils plus ou moins avisés, tu sais trèèèèèès bien te débrouiller toute seule. Même s'il a fallu que je vienne secourir princesse Silver quelques fois. Il est vrai qu'il manquait un peu de piment dans mon existence sans tes frasques et tes grands airs de diva, petite sœur. » Ma main fut attrapée sans ménagement par la sienne et je fus assis en quelques secondes sur le divan principal, la silhouette de ma sœur à mes côtés. Comme avant. Je ne fis pas d'effort et m'appuyais allègrement dans le moelleux dossier du sofa. Aaah, confortable. « Lire d'énoooormes bouquins tellement poussiéreux qu'ils te donneraient la nausée. Essayer de comprendre le bordel qui se passe dans ce château, ce qui n'est pas une mince affaire. Rassurer nos très chers parents que tout va bien. Lire encore, tiens. Essayer de ne pas massacrer la Cabane Hurlante. Et pleurer toutes les larmes de mon corps en pensant à toi, petite sœur. Parce que tu es le joyau de mes jours, de mes nuits. Mon précieux. » répondis-je joyeusement, un air malicieux dansant dans mes prunelles. Il avait toujours été simple et bon de blaguer sur mes phases lunaires avec ma petite sœur. Une private joke familiale, somme toute. Pouvoir parler librement avec elle, sans tabous, sans angoisse perpétuelle. Ravi de retrouver un bout de ma famille, en paix, sans personne autour pour gâcher ce moment si rare et espéré.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Jeu 3 Juil - 0:16



Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





Sa première réponse ne m'étonna pas le moins du monde. Max était comme ça, assez réfractaire à la foule. Il préférait le calme et la solitude la plupart du temps. J'avais toujours eu l'impression que sa transformation n'avait fait qu'accentuer ce trait de sa personnalité. Je ne lui en avais tenus rigueur et je ne vois pas pourquoi j'aurais fais une telle chose d'ailleurs. J'avais toujours pensé que c'est ce qui faisait le charme de mon frère, ce côté distant, mystérieux. De plus s'il avait été aussi exubérant que moi, jamais nous n'aurions été si fusionnels. Nous nous complétions, j'étais ce qu'il n'était pas et il était ce que je n'étais pas. Une parfaite association, comme des pièce de puzzle qui s’imbriquent.

Il ne fallait pas se laisser tromper par les apparences. Car aussi calme qu'il était, il pouvait se transformer d'un coups si on le provoquait. D'un coup il devenait presque aussi sanguin que moi. C'est dire... C'était quelqu'un de très protecteur envers sa famille, je suppose que le fait que je sois sa petite sœur n'avait fais que grossir cette facette de lui. Il m'avait toujours protégé, bien qu'il n'ait pas eu à le faire souvent, j'avais un caractère bien trempé, et dans certaine occasion je ressemblais plus à une furie et à un garçon manqué qu'à autre chose, cela avait repoussé les nuisibles la plupart du temps ! Il n'y avait qu'à prendre le cas de Brennan. Rien qu'à penser à lui je sentis un flot de rage dévaler mon corps. Lorsque l'épisode dramatique, virant même au pathétique, de notre rupture avait eu lieu. L'une des seules fois où je m'étais montré faible, brisée... Rien qui ne me ressemble, cette fois là j'ai bien crus qu'il allait dévoiler sa véritable nature à tous, j'avais du le contenir assez difficilement d'ailleurs...

Je finis par me rendre compte que mes pensées s'étalaient et je revins sur le sujet principal. C'est à dire la conversation avec mon grand frère. Personnellement je n'aimais pas lire dans le calme. J'étais étrange jusqu'au bout.. Je préférais de loin l'agitation, le bruit, le mouvement autour de moi. C'était sécurisant d'un côté et puis je ne sais pas c'était une mauvais habitude que j'avais prise en entrant à Poudlard. Max soupira d'aise à mes côtés et comme je le comprenais, lorsque j'étais avec lui, un sentiment de bien être m'envahissait. Je ne savais pas comment certaine fratrie arrivaient à se détester, pour moi il n'y avait rien de plus vrai qu'un lien de sang. Voilà pourquoi j'avais toujours fait passer ma famille avant tout les autres. Un lien fraternel c'était pour la vie, indéfectible, immortel et indestructible. La seule chose sur laquelle je pourrais m'appuyer durant toute mon existence.

Il reprit en disant que je savais très bien m'en sortir sans lui. C'était à moitié vrai, bien sûr je pouvais m'en sortir toute seule, j'avais assez de caractère pour ça. Mais disons que sans lui j'étais beaucoup plus à fleur de peau. Il était mon talon d'Achille en quelque sorte. Princesse Silver, ce diminutif me fit sourire, il avait tellement l'habitude de me l'attribuer. Ça avait commencé quand nous étions plus petits, j'étais sans cesse à me prendre pour une princesse, à déambuler dans le manoir avec des robes aux couleurs pastels. Je l'avais d'ailleurs nommé prince, cette pensée me fit sourire. Air de diva, cela me fit lever les yeux au ciel, mais je gardais mon sourire néanmoins, je savais qu'il me taquinait comme nous l'avions toujours fait.

Ça dernière tirade me fit grandement sourire. Il savait exactement comment me parler et je ne pus empêcher un éclat de rire. Au fil des années, depuis que mon frère avait été mordus, nous avions mis en place une sorte de jeu, basé sur les jeux de mots. C'était à celui qui faisait les meilleurs, bien sûr toujours tourné sur sa condition de loup-garou. Seul les Nott pouvaient comprendre de quoi nous parlions et cela avait souvent excédés nos parents, qui avait finis par abandonner devant notre entêtement.

« J'imagine comment tes nuits ont dus te paraître immensément longue sans ma céleste présence créature de l'obscurité ! »

Ma phrase sonnait vraiment bizarre et une autre personne que Max m'aurait certainement pris pour une attardée. Je me calais contre mon frère allongeant mes jambes sur le divan et me mettant à jouer avec sa main.

« Je vois que tu sors les griffes, dis-je en les observant. »

Blague de mauvais goût je n'avais plus qu'à quitter la pièce avec le peu de dignité qui me restait. Mais je restais néanmoins avec un petit sourire au lèvre, je me mis à réfléchir à ce qu'il s'était passé depuis que nous avions eu un vrai moment de complicité comme celui là. Il y en avait eu des épisodes marquant, celui où de Pré Au Lard où j'aurais pus mourir d'une crise de panique dans les flammes à cause de ma phobie si Japhet n'avait pas été là pour m'aider, la fois où j'avais presque jeter Cassidy par dessus les escaliers mais surtout le moment où j'avais enfin pris la décision finale concernant mon avenir.

« Max j'ai rendue ma décision finale concernant l'université... Je ne suis pas partie en Justice Magique comme les parents le voulaient pour moi ou encore en Médicomagie comme toi.. Tu crois qu'on va m'en tenir rigueur, je ne leur ai même pas encore annoncé, dans mes lettres je reste vague... J'ai choisis la sécurité magique, j'avais besoin de cette dose d'action tu comprends, de mouvements.. »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Ven 4 Juil - 17:28

that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.
Un coeur battant dans l'obscurité. L'esprit qui vacille, désorienté. Que s'était-il passé ? Où est-ce que l'on m'emmenait ? Et puis un craquement sonore, qui fait ressurgir les évènements à peine passés. Une course effrénée dans la sombre forêt, les cris, le souffle nauséabond. La douleur, qui ronge et incendie les veines. La pulsation insupportable de son flanc ensanglanté. Le sang. Toujours. Partout. Sur son visage, sur ses habits déchiquetés, sur son corps mince et blanc. Ce visage blafard, vitreux, strié de marques rougeâtres. Ce malaise, cette étrange impression d'avoir quelque chose dans le ventre qu'il n'arriverait jamais à faire disparaître. Un hôte. Cette peur du rejet. Il sait exactement ce qui s'est passé, après coup. Et la marque de crocs sous ses côtés flottantes n'y sont pas pour rien. Il est devenu une créature des ténèbres. Un monstre, par pure objectivité. Une bête qui crie à la lune tout son désespoir, toute sa solitude. Et le visage inquiet de la figure blonde. Ce hurlement de terreur suivi d'un calme même plus effrayant encore. Et mes pas de plus en plus rapides malgré la faiblesse que j'avais ressenti. Pour aller m'enfermer à double tour dans mon havre de paix, dans le seul endroit qui m'était exclusivement réservé. « Oncle Théodore, qu'est-ce qu'il s'est passé ? » Puis la triste réalité, de la vérité. D'autres pas, plus légers, qui se précipitent dans le sanctuaire. « Max. » Un visage qui se lève, mes prunelles à demi dorées qui se plongent dans le bleu des siens. À demi-nu, mon corps d'enfant était lacéré de griffures sanguinolentes. « Tu n'as pas peur ? » Le corps de petite fille qui se fige, un peu trop grave pour être normal. « De quoi ? » Surprise. Étonnement. « Je suis maudit, petite sœur. Un loup-garou. Un être qui tue sans aucun remord. Une créature de l'ombre. Je pourrais te massacrer si je te croisais à la pleine lune, sans pouvoir réagir ! T'as pas peur de ça ? » Deux petits bras. Qui serrent ma taille à m'en faire étouffer. Une larme qui roula sans mon accord, dévalant ma joue. « Non. Tu es mon frère, je t'aime. C'est qu'un petit problème de fourrure tu sais ? » Des rires, qui s'accompagnent en écho, un espoir qui ne peut que s'agrandir au fil des jours. Un point d'appui, infaillible. Ma petite sœur. Mon ange gardien, mon sauveur. Ma complice. L'être auquel je tenais le plus au monde.

Plus les années passaient et plus le lien familial s'épaississait pour évoluer en quelque chose de plus profond. Bien que nous soyons frère et sœur, nous sommes beaucoup plus que ça. Une meilleure amie, une complice, une confidente. Un être sur lequel me reposer quand le poids de ma nature me semblait trop pressant, trop lourd à supporter. Un apaisement. La personne qui sait calmer mes ardeurs parfois trop puissantes, menant presque à révéler ma nature aux yeux de tous. Comme l'affaire Brennan. Le misérable insecte. Un minable Serdaigle qui s'était amusé à jouer avec les sentiments de ma sœur. Attirant ses larmes et attisant ma colère la plus pure. Si le sang froid de Silver n'avait pas été si présent, ma nature de loup aurait été dévoilé aux yeux de tous. Le miroitement doré et complètement perceptible de mes yeux, l'aura animale et le parfum boisé des loups. Je me rappelle du doux craquement de mon poing soigneusement fermé contre l'arête de son nez aquilin. Il avait mis du temps à reprendre son emplacement exact, contrairement à mes phalanges qui n'avaient subi qu'un doux effleurement. La jouissance éternelle de lui murmurer vicieusement des menaces à l'oreille, que je pouvais malheureusement tenir. Comme lui arracher chaque membre, un à un. Il s'était peu souvent remis dans mon chemin, qu'il en profite. On ne touche pas aux miens. À ma famille. Ma meute. Ils sont ceux auxquels je tiens le plus au monde et je ne permettrai à personne de leur faire un quelconque mal. Et je ne vous conseille pas d'essayer, juste pour voir.

« Elles furent interminaaaaaaables, sans ta majestueuse présence à mes côtés. » rajoutai-je en souriant au visage délicat de la princesse de Serpentard. Nous nous étions rapprochés, comme à notre habitude. Cherchant le contact que nous avions toujours eu à la maison. Lisant l'un contre l'autre, mangeant l'un près de l'autre pendant les longs repas familiaux. Une sorte de sécurité que l'on s'était indirectement promis l'un à l'autre. La tendresse de notre relation, de notre lien que nul ne saurait briser. La demoiselle s'amusait désormais avec ma main, jouant avec les articulations de mes doigts, avec la paume de celle-ci, trouvant toujours de quoi faire pour s'occuper les siennes. « Tu peux désormais quitter la pièce, Silver Emilia Nott. Ta blague était nullissime, j'en attendais mieux de toi. Tu es la hoooonte de la famille ! » revendiquai-je rapidement. Mais le sérieux et le reproche de mon ton était démenti par le lueur taquine dans mes yeux, qu'elle avait toujours réussi à rapidement déchiffrer. Puis il me sembla qu'elle se mettait en route pour une réflexion qui ne lui plaisait qu'à moitié. Quelque chose dont elle doutait de ma réponse, dont elle me voulait témoin ou observateur pour l'accompagner de mon avis. Puis elle m'exposa son rêve d'avenir et la décision qu'elle avait prise concernant son destin. La Sécurité Magique. Je levai les yeux au ciel, juste pour la forme, avant d'avoir un léger rire. Je n'étais même pas étonné. « Hey, petite sœur. » Je relevai son menton qui s'était instinctivement baissé pendant sa tirade. « Tu as fais le choix qui te correspond. Tu serais vraiment allée dans une filière qui ne te convient pas ? Je ne crois pas, personnellement. Tu as besoin de mouvement comme tu dis, tu seras à ton aise dans cette section. » Puis je me rapprochai d'elle, soufflant quelques petites choses à son oreille. « Et puis, je soignerai tes blessures comme tu as soigné les miennes, sois-en certaine. »

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Ven 11 Juil - 12:45


Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





Je me perdis dans ma réflexion. Sécurité magique... Mon choix d'avenir, cinq ans dans cette filière, je l'avais choisis je ne pouvais désormais plus revenir en arrière. Je voulais combattre, bouger. Je n'aurais jamais supporter rester derrière un bureau pour discuter politique, ça ne me ressemblait pas. J'étais une jeune femme de terrain, qui préférait magner la baguette que la plume. J'aimais m'instruire, étudier, mais j'avais toujours préféré la pratique à la théorie. Et puis j'allais pouvoir continuer deux matières qui me tenaient très à cœur. Les potions, bien que je ne sois pas aussi doué que on frère dans ce domaine j'avais toujours eu de très bon résultats, allant jusqu'à intégrer le groupe d'aide aux potions en tant que professeurs. Sûrement mes gênes de Nott, les potions étaient presque devenue la matière familiale, une histoire de famille en soit. Et les duels, je ne les avais jamais eu comme véritable matière, j'avais toujours été dans le groupe du professeur Olianov mais j'avais contracter une sorte de véritable passion pour cela. Je brillais vraiment en cours de duel, c'était les seuls fois où je me sentais si vivante. J'avais un challenge, battre mon adversaire, je devais réfléchir à des tactiques, à des ruses.. Je m'épanouissais vraiment dans ce groupe, j'étais assez pressé d'intégrer ce cursus pour cette raison.

La seule crainte, était, qu'allait penser mes parents et mon frère. J'avais un peu moins peur de la réaction de mon père et de Max, ils avaient toujours très conciliant dans mes excès et au niveau de mes choix. Les gens avaient de sacré préjugés sur les Nott, qu'ils classaient parmi les autres familles sang purs extrémistes, sombre, alliés de Voldemort. Alors que c'était totalement faux. Ma famille avait toujours été très pacifiste, leurs descendants toujours très calme, à part moi sûrement. Durant les deux guerres personnes aucun Nott ne s'étaient ralliés à Voldemort, ils s'étaient éloignés du conflits, ne prenant aucun partis, restant totalement neutre. Mes idées ne venaient donc pas de là... Je n'avais pas encore eu le courage d'en parler à Max, je savais qu'il le prendrait assez mal...

C'était la réaction de ma mère qui m'intimidait, et pourtant je n'étais pas facilement intimidable. Disons que c'était moi, mais en pire. Elle était une véritable vélane, pas une demie... Rosalia Nott, un sacré personnage, je tenais certainement une très grande partie de mon caractère d'elle et mon frère avait hérité de cela de mon père, enfin surtout de mon parrain. J'étais sa seule fille, sa seule héritière ayant le don. A cause de cela elle misait beaucoup d'espoir sur mon cas, elle voulait le meilleur pour moi bien sûr, elle m'aimait à sa manière. Mais je pouvais être sur que quand elle le serait, j'allais avoir droit à une crise monumentale... Une vélane en colère ça n'était pas très beau à voir.

Je soupirais alors que Max levait au ciel devant mes craintes, il releva légèrement mon menton pour que nos regards se croisent. A l'entente de son léger rire, je compris qu'il me soutenait ce qu'il accentua par la suite avec ses paroles. Un choix qui me convenait, oui il avait raison, j'avais besoin de mouvements, de grabuges, de vies autour de moi... Je ne pourrais pas rester dans un bureau à croupir parmi les dossiers, à parler de révoltes de gobelin, de la crise des prix du cuir de dragons ou des échecs cuisant des défenseurs des elfes de maisons au Ministère de la Magie. J'aurais certainement finis dépressive à St Mangouste.

Il souffla à mon oreille, qu'il soignerait mes blessures comme j'avais soigné les siennes. Je n'étais pas certaine de savoir où il voulait en venir. Je suppose qu'il parlait de sa lycanthropie et du fait que je l'avais toujours soutenue dans cela. Je lui avais appris à voir le bon côté de la chose. Il n'était pas un monstre, il était mon frère, un Nott, il n'avait pas changé après sa morsure, il restait le même en un peu plus poilus. Je lui avais fais comprendre qu'il n'avait pas hérité d'une tare mais d'un don, avec cela s'offrait à lui d'immenses possibilités et des nouvelles capacités magiques. Il était plus fort, plus puissant, ses sens étaient exacerbés.

« Oh mais sache cher frère que tu n'auras jamais l'occasion de me soigner, pour la simple et bonne raison que je les mettrais tous au tapis. Crois moi ils vont morfler ! »

Je pris une pause, me relevant légèrement pour que l'on soit bien face à face. Je lui fis un sourire espiègle avant de lui parler.

« Assez parler de moi ! A toi maintenant ? A part tes passionnantes lectures en solitaire, tu ne vas pas me dire qu'il ne sait rien passé de croustillant dans ta vie ?! Oh allez Max tu n'as pas 80 ans non plus ! »

Je me mordis soudain la lèvre, il y avait bien un sujet que je voulais aborder avec lui mais je n'étais pas certaine de sa réaction. Autant dire que je ne voulais pas mourir si jeune.. Je me raclais la gorge, reprenant la position, puis lui dit d'un ton léger presque désintéressé...

« Et avec...Serena ? Vous ne vous parlez toujours pas ? Sans avoir envie de vous tuer j'entends... »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Ven 12 Sep - 15:33




that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.
Nos parents n'avaient jamais interféré en quoi que cela soit sur nos choix d'études. Il auraient certainement préféré autre chose, mais ils ne pouvaient pas nous interdire d'aller dans la voie qui nous correspondait le plus. En fait, ils le pourraient s'ils avaient été comme le sont toutes les autres familles de sang-pur. Renfermées sur leurs valeurs, sur leurs idéaux pourris jusqu'à la moelle. Mais tandis que ma soeur avait choisi de monter en grade, j'avais choisi de m'ouvrir -avec l'aide de notre oncle- aux autres possibilités. Le monde moldu regorgeait de tellement de choses, d'inventions, de créations superbes. Différentes de toutes celles que j'avais pu rencontrer dans le monde magique. Des ouvrages, des méthodes, des manières penser tellement plus incroyables et libres que les nôtres. Et puis, j'avais toujours eu cette envie incontrôlable de pouvoir soigner et aider ceux qui ne le pouvaient pas. Me confronter à des cas énigmatiques et étranges, difficiles à résoudre. La Médicomagie était la voie qui m'appelait et j'avais suivi cette voix en mon for intérieur. Même si les études étaient contraignantes et ardues, je me sentais à l'aise et apte à les terminer. Mais comme je le dis et le redirai toujours, cela ne m'empêchait absolument pas d'apprécier ma petite sœur plus que quiconque sur cette terre. Nous étions deux, mais nous ne formions qu'un. J'étais prêt à détruire toutes les choses et les personnes qui se mettraient en travers de sa route dans l'unique but de la blesser, que ce soit physiquement ou moralement. Cette instinct de meute qui s'additionnait et rendait ce sentiment beaucoup plus puissant et présent dans mon esprit et de mon cœur. Et le temps , les événements ne semblaient disposés à nous rassembler. Il fallait donc forcer le destin pour que je puisse apprécier le piquant et le rayonnement de cette jeune femme qui était mon sang. Pour lequel je ferais couler le mien, si besoin en était.

Et je savais que j'avais son soutien autant qu'elle pouvait avoir le mien. Nous étions unis, dans toutes épreuves. Je ferais de mon mieux pour son bonheur, pour la voir s'épanouir correctement. Je ne pouvais l'empêcher de faire ses expériences et de découvrir le monde, mais si je le pouvais, je l'éloignerais des maux et de la violence. Sa réponse me fit lâcher un rire franc. Rien n'avait réellement changé, après les récents rebondissements de ces derniers mois. Et je ne pouvais qu'affirmer que j'en étais heureux. « J'aime ta détermination, petite soeur. Mais ne sois jamais certaine de rien. Je ne peux pas nier que tu es très bonne dans la voie que tu as choisi, mais le destin et les choses changent. Il suffit d'une minute d'inattention et tout peut basculer. » Mais je ne peux m'empêcher de croire à ses mots. Elle tellement convaincante et certaine d'elle qu'on ne peut qu'adhérer à ses paroles. « Je sens qu'il va y avoir pas mal de fesses qui vont être bottées par Silver l'intrépide. Qu'est-ce que je payerais pour assister à ça. » Puis elle se lève, majestueuse. On ne peut vraiment donner son don de vélane comme raison à sa beauté. C'est un plus, ajouté à la splendeur de ses traits, de son charisme évident. Un charme qui attire les autres comme des papillons vers la lumière chaude d'une lanterne dans la nuit. Son sourire espiègle, pourtant, me fit presque froid dans le dos. Je sentais que la conversation allait dévier sur des choses qui me concernaient. Instinct de loup, très certainement. Et ce fut le cas. Je levai une autre fois les yeux à sa remarque. Je n'ai pas quatre-vingt ans, non. Mais ce n'est pas pourtant autant que j'aime me joindre à ces folles soirées où tout le monde boit, fume et se touche de toutes les manières possibles. Une folie bruyante et chatoyante qui détruit tous mes sens. Qui résonne contre un gong insupportable dans mes oreilles, qui enfume mes narines de parfums variés qui se mélange en tout absolument prenant et dur. Des mouvements vifs, saccadés, sans aucun sens propre qui font mouvoir mes yeux trop rapidement. L'alcool ne me faisant aucun effet, il est difficile pour moi de m'y amuser réellement. Je préfère largement la compagnie de mes livres, de personnes à l'intellectuel plus développé. De la nature. Qui s'accompagne mieux à ma nature à moi, celle du loup. « Mes livres t'emmerdent avec un plaisir immense, ma petite. » Mon ton théâtral est presque comique. Mon regard blasé est comique, en accord avec ma voix et ma gestuelle. « Que dire, que dire, que te dire ? J'ai lu, bien évidemment. J'ai travaillé sur quelques potions de mon invention, comme d'habitude. J'ai demandé quelques nouvelles de notre oncle Théodore et il ne s'est pas fait prier pour me répondre et déblatérer sur ses nouvelles trouvailles. »

Personne n'ignore que notre oncle, Théodore Nott, travaille sur la manière d'enchanter des objets moldus pour les rendre possibles d'utilisation dans le monde magique. Afin d'ajouter quelques innovations différentes à celles que l'on possède déjà. « Ça sera tout, Inspecteur Nott ? » Mais je grimace déjà à sa prochaine question. Serena. Toute histoire. Elle me manque autant que je peux la détester parfois. Mais c'est tellement compliqué avec toute cette histoire. Cette mémoire qui vacille, qui lui fait jusqu'à m'oublier. Triste destin. Triste sort. Mais je suis déterminé à l'aider, à lui faire retrouver ses souvenirs. Elle a le droit à la vérité, elle choisira après ce qu'elle veut réellement. Si elle veut me retrouver dans son existence ou non. « Disons que c'est très compliqué en ce moment. Avec tout ce qui est arrivé dernièrement. Mais c'est presque positif, à vrai dire. On se parle cordialement. » Je ne peux lui expliquer tout ce qui arrive parce que je ne suis sûr de rien. Tout peut tellement changer en si peu de temps. Je ne voudrais lui donner de fausses informations et créer des problèmes. « Pas de grand changements, en soi. Mais puisqu'on a viré sur les histoires foireuses... » Je vais presque passer pour un suicidaire, mais je tente le coup. Je dois savoir si je dois faire attention ou non. « Cette râclure de Serdaigle, dont je n'ai même pas envie de prononcer le nom d'ailleurs, ce crétin, il te cherche des ennuis ? Que je sache si je dois retourner lui démonter la mâchoire ou pas. » Mon poing se serre convulsivement au souvenir de son visage détruit par des flots de larmes salées. Par ce coeur que j'avais mis temps de temps à réparer. « Et non, je ne me suis toujours pas calmé par rapport à lui. C'est un enfoiré de première classe et il n'a pas mérité que je lui laisse la vie sauve. Il t'as fait du mal, Silver. » 

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Ven 12 Sep - 23:27

Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





C'était beau, c'était pur, c'était sain, mon seul lien de cet acabit, qui n'était pas entravé par des mensonges, salis par des vices ou éraflée par les ténèbres. Il n'y avait rien de plus fort qu'un lien de sang, entre frère et sœur. C'était fort, puissant, indestructible. Il fallait accepter la chance d'avoir une famille de ce type, ne pas la repousser. Il était tout pour moi, il l'avait toujours été là, mon plus grand repère. Je serais toujours là pour lui et je savais qu'il serait toujours là pour moi. Jamais je ne le laisserais tomber, jamais. Je savais que nos chemins étaient en train de prendre des chemins différent, à cause de mes blessures du passé j'avais fais des choix qui m'éloignaient de lui. Je savais qu'il ne me rejoindrait pas, il ne les comprendrait d'ailleurs pas. Il était dans une toute autre ligne directive, celle de l'acceptation de tous. Pour lui, il n'y avait pas de discriminations, pas de sang différent de l'autre, notre famille nous avait élevé dans cette idée, une idée d'égalité. Mais je n'étais pas d'accord.. Pas du tout même. Je ne pouvais pas le croire, je ne le croirais pas. Pas après tout ce que j'avais vécu à cause de ces insectes. Pour Brennan bien sur il était au courant, mais pas pour la seconde chose, pour cela seule Théa savait. Je n'oserais jamais l'avouer à d'autres personnes, ça me dévorait mais c'était bien trop horrible pour que j'arrive à le faire... Même avec mon grand frère et puis j'avais tellement peur de ta réaction, peur qu'il me rejette après cela... Alors qu'à la base je n'étais que la victime de cet incident.

J'éclatais de rire en entendant sa remarque sur les livres. J'aimais lire moi aussi, j'aimais étudier et réussir était mon but premier dans ma vie. Seulement c'était à une bien moindre mesure que lui. J'avais l'impression d'être entouré de cerveaux vivant pour le culte de leurs études, Audric, mon frère. J'étais pour ma part beaucoup plus centré sur la pratique que sur la théorie. Le programme de tes journées ne m'étonnait pas grandement. Les potions étaient un peu le centre de ton univers, l'art le plus réussis chez les Nott, j'étais la seule exception à la règle. J'avais bien sur réussir à empocher un optimal à mes examens dans la matière, mais les duels restaient ce dans quoi j'excellais le plus.

Mon oncle Théodore était un sujet assez sensible chez moi, je ne comprenais pas son intérêt non feint pour les moldus. Comment pouvait-il s’intéresser à eux ? Comme mon cher frère d'ailleurs.. Mais que vous passez-t-il par la tête ? Bien sur je savais que m'aventurer dans un terrain comme cela avec ma famille était bien trop dangereux. Ils ne connaissaient pas mon désamour pour les sang de bourbes pour le moment, ni le degré qu'avait atteins ma haine, surtout depuis que j'avais rejoins Audric pour ses idées que nous partagions lui et moi.

Mes yeux trouvent les siens alors que je souris une nouvelle fois, croisant doucement les bras.

« Je veux devenir tireuse d'élite, pas inspecteur mon cher, raillai-je gentillement. »

Le sujet très épineux de Serena arriva, je ne pensais pas qu'il allait me répondre. J'étais assez curieuse, bien que j'évitais souvent ce sujet avec lui, pour ne pas le froisser ou l'énerver. Mais j'étais soulagée pour vous deux que vous repartiez sur des bases positives. Mes traits se fermèrent tout de suite en l'entendant parler de Brennan.. Mon sourire se mua en grimace, alors que je devenais soudain muette. Et moi qui pensais que sa haine pour mon ancien petit ami avait disparus, pas du tout.... Je me souviendrais toujours de ce moment où j'avais craqué, moi qui ne pleurait jamais en public, je m'étais totalement effondré dans les bras de mon frère, incapable de me calmer. J'en avais été malade. Ma première histoire d'amour, ma première fois à tout, mon premier baiser, mon premier rapport. Plus de un an de mensonges, de trahisons, il n'étais sortis avec moi que pour me détruire, m'humilier, moi la sang-pour pour payer les pots cassés. J'avais eu du mal à m'en remettre mais j'en étais sortis encore plus forte.

« Et bien disons que nos rapports sont toujours aussi cordiaux... »

Manière ironique de lui faire comprendre qu'à la moindre occasion nous étions prêt à nous sauter à la gorge, à nous étriper, et les noms d'oiseaux fusaient. Rien n'avait changé depuis l’année précédente. Je me glisse à côté de lui, revenant m'asseoir à ses côtés, posant ma tête sur son épaule.

« N'interviens pas s'il te plaît, je peux le gérer toute seule. Je ne l'aime plus, il ne peut plus m'atteindre. »

Faux c'était faux. Bien sur je ne l'aimais plus, mais à chaque fois le rappel de mon humiliation et le plaisir qu'il prenait à me le rappeler me faisait l'effet d'une piqûre de rappel bien trop douloureuse.

« Oubli le Max, il ne mérite pas que tu te causes des soucis à cause de lui... Un jour je finirais pas le noyer dans son chaudron et puis c'est tout. »

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Sam 13 Sep - 13:46




that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.
Je ne peux m'empêcher de me souvenir de tous ces moments partagés, dans notre tendre enfance. Les courses-poursuites endiablées dans les dédales du labyrinthe que nos parents avaient fait construire pour nous, se dissimulant derrière un mur de buis pour attraper l'autre par surprise. Les innombrables fois où nous avions chatouillé les plumes des paons chatoyants qui se promènent en liberté dans les jardins. Ces crépuscules à humer l'odeur des roses tout en observant l'éclat lumineux des étoiles dans la noirceur d'encre de la voûte céleste. Les éclats de rires quand nous subtilisions les habits de nos très chers parents pour se pavaner dans le corridor principal comme si nous étions des adultes. Ces chocolats chaud remplis de guimauve que nous sirotions tranquillement au près du feu, regardant les flammes danser dans l'âtre de la cheminée. Ces soirs de terreur, de cauchemars où nous finissions blottis l'un contre l'autre dans le vain espoir de s'endormir. À se murmurer mots et paroles réconfortantes pour apaiser le cœur de l'autre. Ces autres soirs, les soirs plus difficiles. Où elle pensait de ses petites mains d'enfant, les cicatrices que portait mon corps depuis longtemps. Auxquelles s'ajoutaient d'autres qu'elle ne pourrait pas faire disparaître. Mais elle avait continué d'appliquer des onguents préparés par notre mère, sur ma peau déchirée de toutes parts, sanguinolente. Et ce soutien, cette persévérance avaient été les plus merveilleux des cadeaux. Malgré nos diverses différences, nos diverses manières de penser, nous étions inlassablement renvoyés l'un à l'autre. Notre lien de sang, de cœur. Frère et soeur.

Je souris, encore et toujours. Silver possède l'inexplicable don de saupoudrer mon coeur et mon âme d'une joie palpable. Pas seulement parce qu'elle est ma cadette, mais simplement que parce son être l'est naturellement. Elle rayonne, d'une certaine manière. Elle envoie des ondes et reçoit, une attraction à double-sens. « Vous seriez quand même excellente dans le rôle de l'inspecteur chevronnée, de toute évidence, très chère. » Puis, l'on en vient à Serena. Tout semble me ramener à chaque fois vers elle. Dont je ne peux expliquer l'inévitable attirance et l'immense affection que je lui porte, malgré tout ce qui a pu se passer entre nous. Elle n'était que le jouet des autres, s'était transformée sous les regards et l'effet de la popularité. Mais je l'avais toujours su, la frêle brunette que j'avais rencontré, à jamais incertaine, était bien présente. Et c'est ce qui me confortait dans l'idée de continuer à la soutenir, quoi qu'il puisse arriver. De plus, maintenant que sa mémoire s'était envolée, elle restait d'autant plus naïve et il était si facile de lui imposer des idées qui n'étaient pas siennes. Si perturbée. Manipulable. Bref, il était de mon devoir de la protéger et de l'éloigner du mal, qu'elle avait bien trop côtoyé ces derniers temps.

Enfin, bien entendu à cause de moi, l'on dériva sur le sujet Brennan. Cette enflure de la pire espèce. Un enfoiré qui n'était sorti, qui avait feinté l'amour et l'affection pour ma soeur dans l'unique but de la détruire. Pour une raison de vengeance sur les sangs-purs. Je n'avais pas pu résister à mon instinct et mon poing avait malencontreusement rencontré le tarin de ce crétin. Qui avait fait un craquement sinistre avant que le sang ne s'écoule longuement. J'avais admiré mon excellent travail avant qu'il ne soit emporté en direction de l'infirmerie. J'avais même entendu son cri de douleur quand l'infirmier avait remis ce membre disgracieux en place. Réjouissance totale. Je ne pus empêche mon visage d'arborer ce sourire mesquin à la remémoration de ces événements. « J'y compte bien. Tu n'as pas intérêt à retourner vers ce type. » Elle se rassoit doucement, s'approchant de moi pour poser sa tête sur mon épaule. Je soupire, avant de passer un bras autour de sa taille, tendrement. « Je sais très bien que tu peux gérer cette histoire, mais je n'aime pas savoir qu'il rôde près de toi. On ne sait jamais ce qui peut arriver avec des timbrés comme lui dans les parages. » Puis, je ne peux éviter son regard lourd de sens. « Je ne me mêlerai pas de cette histoire...sauf en cas d'urgence. » Oui, je vais me faire frapper, mais je ne peux pas m'en empêcher. Je ne vais pas rester sans rien faire si je le vois s'en prendre à elle. Même si elle me dit qu'elle peut s'en occuper.

Sa dernière réplique à le don de me faire sourire légèrement. C'est une mort bien trop charitable pour une enflure de son espèce. Je peux prévoir des choses légèrement plus douloureuses pour lui. « Je ne pourrais pas oublier quelqu'un qui t'a voulu du mal en toute conscience. » Et c'est la réalité. Mon esprit imprimera toujours son visage à ses actions disgracieuses et déshonorantes. Un salaud. « De plus, si jamais tu veux faire quelque chose pour mettre fin à ses jours, tu peux me faire une faveur ? Envoies-le moi dans la forêt interdite quand je vire poilu, ça me fera un petit digestif. »

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Dim 14 Sep - 13:04

Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





Si je devais choisir le meilleur moment que j'avais passé avec mon frère durant mon enfance, et encore aujourd'hui, je ne pourrais pas choisir, il y en avait trop. Nous étions toujours collé, l'un à l'autre, de véritable siamois. Nous avions beau avoir deux ans d'écart nous nous comportions comme une véritable pair de jumeaux. Nos parents avaient bien eu du mal à nous séparer tout les deux, nous voulions tout faire par pairs, jamais l'un sans l'autre. Nous deux contre le reste du monde c'est ce qu'on c'était promis. Le jour où il avait été envoyé à Poudlard avait été un profond bouleversements pour moi, un choc. L'idée de vivre deux ans loin de lui avait été insupportable et pourtant j'y avais contrainte, c'était quelque chose de difficile à avaler pour une petite fille de seulement dix ans. J'avais eu la désagréable impression de perdre mon seul repère, ma béquille... Alors je lui ai écrivais le plus possible, bien sur mes lettres étaient un peu brouillonne mais j'avais pris cette habitude. Des milliers d'idées c'étaient formées dans mon esprit durant ces deux années j'avais eu peur qu'il m'oublie, idée assez ridicule étant donné qu'il était tout de même mon frère. Celle qui prédominait était la crainte de perdre notre complicité, notre lien si différent et fort. Je m'étais un peu renfermée sur moi, durant cette période. Tout ce que je voulais faire, j'avais pour habitude de le faire avec lui et personne d'autre, je refusais que quelqu'un prenne sa place, même pour un simple jeu. « Max me manque. » Ça avait du la phrase la plus prononcé en deux ans. Mon entêtement n'avait rien arrangé et c'était même encore plus accentué. Mais heureusement il y avait eu les vacances, sinon je crois bien que j'aurais été tellement insupportable que mes parents m'auraient bâillonnés... Mais cette période était révolue désormais, nous avancions à deux, nous avions grandis et c'était cruellement différent, mais le lien perdurait et perdurerait toujours.

Je gardais quelques zones d'ombres sur ma vie qu'il ne connaissait pas, elles étaient rares mais bien là. Et je sentais que lui aussi me cachais des choses, mais je ne me voyais pas lui lancer la pierre et les lui forcer à me les dire, alors que moi même je me taisais sur certaines choses. Mais je savais que les mensonges finissaient toujours par être révélés au grand jour. J'anticipais tellement ta réaction, un jour je finirais par te le dire, quand je trouverais le bon moment sûrement... Mais sur le plan de nos ex nous nous étions toujours tout dis, enfin je crois. C'est pourquoi je connaissais son histoire avec Serena, et lui la mienne avec Brennan. En connaissance de cause, il le haïssait, et j'aurais sûrement agis de la même manière si quelqu'un lui avait fait ça. Adieu la Silver toujours enjouée, bonjour la harpie des mauvais jours. On ne touchait pas à un Nott sans conséquences...

« Tu peux être sur d'une chose que je ne me remettrais jamais avec ce cinglé. »

La dernière chose qui me viendrait à l'esprit serait bien celle là. Je crois que même si nous étions les deux dernières personnes vivantes sur Terre, nous chercherions juste à nous liquider qu'à se mettre à deux. C'était ainsi, mortellement haineux, nous nous haïssions tellement fort. Lui pour je ne sais quelle raison, mon sang sûrement, et moi pour ce qu'il m'avait fait. Je voulais seulement me venger et lui faire ravaler son sourire suffisant.

« Je le sais bien. »

Je le comprends tellement, moi non plus je ne pourrais pas oublier si on lui faisait une telle chose. Je ferais de la vie de cette personne un enfer, j'étais douée pour cela m'avait-on dis. Il suffisait de ne pas se mettre dans mon chemin pour ne pas supporter le glas de ma colère, voilà tout. J'éclatais de rire en t'entendant.

«Il est trop pourri pour être comestible. Tu risques de tomber malade après ça. »

Une véritable moisissure sur patte, un tas déchet et rien d'autre. Il lui causerait sûrement plus de maux de ventre qu'autre chose.

« Tu te contenteras de le déchiqueter en douceur, histoire qu'il souffre et ça sera dans la poche. »

Je coule un regard vers mon frère avant de rire une nouvelle fois.

« J'ai l'impression de revenir dans notre enfance quand nous élaborions des plans pour rendre fous les parents. Seulement c'est plus sanglant...sadique...et cruel maintenant. On est devenu un peu psychopathe sur les bords en vieillissant tu trouves pas ? »

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 487
Galions : 140
Âge : 20 ans
Classe : L3 Médicomagie.
Avatar : Sebastian Stan ♥
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Dim 14 Sep - 17:45




that crazy little thing called family

tomorrow is another day and you won’t have to hide away.
Une mystérieuse raison pour laquelle nous n'arrivions pas à garder nos secrets de notre côté, pendant plus d'une certaine période. Je n'avais jamais su ce qui me poussait inlassablement à revenir vers ma blonde et adorable soeur pour me confier à elle, comme elle l'avait fait en venant se confier à moi. Une poussée de culpabilité, de regrets, un poids sur la gorge et dans l'estomac qui nous rendait faibles et donc incapables de rester dans le mensonge bien longtemps. Il y avait quelques zones d'ombres, que ce soit dans ma vie comme dans la sienne, actuellement. Des choses que nous préférions garder dans le silence plutôt que de se faire souffrir inutilement. Mais cela ne pourrait rester tel quel bien longtemps, tout ou tard, les révélations seront faites. Qu'on le veuille, ou non. Et je sentais que les prochaines semaines, les prochains mois seront une mise à l'épreuve sur tout ce qui nous entoure. Sur nos relations avec les autres, sur nos relations familiales. Des éclaircissements sur des personnes que l'on considérait comme des nôtres et qui ne sont au final que des poupées malléables. Des pantins. J'avais peur d'être séparé de Silver, pour une raison ou une autre. Que la conspiration sordide et grandissante en ces lieux ne mette pas notre relation à mal. Plus que l'affection et l'amour que je pouvais porter à ma douce Serena, le profond sentiment que j'avais envers ma soeur était supérieur. J'avais peur que ses envies de pouvoir et de popularité ne la mettent en danger, ne l'éloignent de moi. Nous avions tellement peu de temps à nous consacrer, déjà maintenant. Chacun ayant des obligations, des relations divergentes de celles de l'autre. Tout ce qui se tramait dans cette école m'effrayait un peu, à vrai dire. Mais j'étais déterminé à écarter tout ceux qui se mettraient en travers de mon chemin pour m'enlever celle qui m'était le plus cher. Ma soeur. Quitte à utiliser la force.

Je lançai un regard sans équivoque à ma petite soeur. « J'espère bien. Sinon, tu m'aurais obligé à sévir, tu n'aurais pas voulu être punie comme quand nous étions petits ? » je lui lance, avec un remuement de sourcils appréciateur. Nous étions parfois d'un sadisme à tout épreuve lorsqu'il s'agissait de nous venger l'un de l'autre pour une bêtise précisément manœuvrée. Nous ne nous étions pas souvent embêtés ou cherché les ennuis, mais comme tous frères et soeurs, nous avions eu des moments de chamailleries. De plus, nous étions tous les deux très créatifs. Ce n'est pas les idées qui manquent. « Tu le sais, mais tu feras l'intrépide, parce que ça fait partie de ton caractère. Je te connais, petite soeur. » Puis je la rapproche tout contre moi, appréciant la tendre chaleur qu'elle dégageait. Humant délicatement son parfum. Souriant à la vue du collier, de son si spécial pendentif. Ce pendentif que j'avais imaginé pour la représenter. « Je suis là pour surveiller tes arrières, de toute manière. Ensemble contre le reste du monde, n'est-ce pas ? » Ma vie pour la tienne, ta vie pour la mienne. Merlin sait qu'elle pouvait se débrouiller seule, mais j'avais toujours suivi mon instinct. Et mon instant me disait de toujours me méfier de l'eau qui dort. De ne pas jamais être certain de sa victoire tant que l'on ne l'a pas emportée. D'être toujours aux aguets. Parce qu'il y a toujours un mal qui sommeille dans l'ombre prêt part, prêt à se réveiller pour sévir.

Ta réponse me fit sourire. Encore et toujours. Comme toutes les fois où ta voix se fait entendre à mes oreilles. « Il est trop pourri pour être comestible. Tu risques de tomber malade après ça. » Je ne pouvais vraiment savoir ce que le loup en pensait. Mais il ne semblait jamais très difficile, lors des nuits de pleine-lune. J'avais appris au fil du temps qu'il fallait lui laisser un peu le contrôle. Il savait quoi faire, il savait chasser les proies adéquates sans s'attaquer aux humains. Plus personne ne semblait s'intéresser à la forêt interdite depuis un certain moment. Alors il pouvait errer en paix parmi les ombres des arbres, trouver quelques animaux à dévorer, pour rassasier la faim dévorante de la bête enfermée en lui, libérée tant que la lumière blanchâtre et nébuleuse de la lune apparaissait entre les branchages, traversant la canopée. « Dommage, ça m'aurait fait un casse-croûte supplémentaire. » Sa réplique suivante est presque similaire à la mienne, en fin de compte. Après ce qu'il a fait subir à ma soeur, cette manière de le réduire en poussière me paraît plutôt alléchante. « C'est une bonne idée. Il faudrait que je note ça quelque part. » Nos regards se rencontrent et nos rires s'allient en une merveilleuse harmonie. Que j'aime entendre ça. C'est comme avant. Comme depuis toujours. « Certainement. Dans dix ans, nous serons les plus grands sérial killers du monde magique. » Je lui tire la langue après mes propos. Puis je reprends un air sérieux. « Nous avons tous des pensées un peu étranges concernant diverses personnes. C'est normal d'avoir des envies de meurtre parfois, c'est la colère ou le dégoût qui ressort d'une autre manière. Mais de là à réaliser ce que l'on dit, il y a un autre pas à franchir. Et beaucoup d'entre nous, ne sont pas prêts à le faire. »
made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   Lun 15 Sep - 18:22

Maxwell & Silver
Les liens du sang avant le pouvoir, l'ambition et les coups bas...





Nous avions toujours été différents, des opposés qui se complétaient à la perfection. J'étais une boule d'énergie qui ne fatiguait jamais et lui le calme incarné. Je pense que s'il n'avait pas été toujours été là lorsque nous étions enfants, il me serait arriver maintes choses graves... Si on m'avait trouvé de l'hyperactivité je n'en aurais même pas été étonnée.. Mais ensemble nous pouvions devenir de vrais petits monstres, sous nos airs d'anges, la ruse comme caractéristique première nous était très utile pour échafaudé toute sorte de plans, plus fous les uns que les autres. Nos chamailleries se réglaient toujours rapidement, si bien que nous n'avions jamais eu de vrais, grosses disputes, ce qui me compliquait encore plus la tâche. En avouant, je risquais de perdre beaucoup, sa confiance, son estime, lui sûrement.. J'avais deux lourds secrets que je gardais en moi, ma bouche ne se déliant pas pour oser le lui avouer. Premièrement mon ralliement à la cause d'Audric, pour le combat des justes, des forces des ombres, ce qui lutter pour une cause noble, remettre les sang purs à leur place, au sommet de la pyramide sociale. Et puis concernant le notre référant de serpent il y avait tant de choses, nous ne nous étions pas rapproché que sur le plan des idées, bien qu'aux yeux des gens nous ne nous parlions pas et nous n'étions même pas amis. Et puis il restait ce secret, lourd, enterrés depuis plus de dix ans, chose que je n'avais jamais avoué à personne.. Cet incendie dans la maison de l'un des amis de la famille, qui avait causé la mort du maître des lieux alors que nous étions là bas. Je suis sur qu'il s'en souvenait. Seulement personne n'en avait jamais connus les véritables raisons, les causes de cet accident à part moi, lorsque j'avais laisser cette pourriture crever dans les flammes de l'enfer..

Je chassais ces souvenirs encore douloureux de mon esprit, pas encore prête à tout avouer, à tout déterrer. Je préférais me concentrer sur mon frère, sur l'un de nos moments rien que tout les deux, sur ce qu'il me racontait, sa voix et sa présence apaisantes avec moi. Je souris doucement en l'entendant.

« Aurais-tu oublié comment j'arrivais à passer outre les punitions ? »

Enfin avec mon père essentiellement parce que ma mère n'avait rapidement plus mordue à l'hameçon. Une petite moue triste, des yeux brillants de larmes et le tour était joué, ça marchait même parfois avec Max lorsqu'il m'en voulait après l'une de nos disputes. Et vu que j'étais incapable de rester loin de lui, j'avais dus utiliser quelques stratagèmes pour qu'il ne me fasse pas la tête trop longtemps. Je dépose un baiser sur sa joue en lui souriant un peu plus fort.

« Oui nous deux contre le reste du monde. »

Les Nott ensembles pour toujours, envers et contre tous, il passerait toujours avant tout le monde, il était le centre de mon univers. Mes doigts se glissent dans les siens, comme pour sceller une nouvelle fois ce pacte ancien, le renouveler, le faire devenir encore plus fort. Notre lien resterait impérissables et immortel en fonction des années, s'il était si fort que nous le pensions. J'en avais la certitude, même si je ne pouvais m’empêcher d'avoir la peur viscérale de le perdre. Si je le perdais, je perdais tout, le meilleur moyen de m'atteindre c'était en s'en prenant à lui, il était mon pilier, on le brisait, on me brisait aussi. On lui faisait du mal, j'étais prête à tout pour le venger sans aucune pitié.

La haine pouvait nous conduire loin, très loin, nous emmener vers des horizons sans limites, sans consciences, avec juste la pensée de colère et de vengeance nous martelant l'esprit. J'allais ajouter quelque chose lorsque mon regard croisa celui d'Audric non loin. D'un geste discret il m'indiqua la sortie de la salle commune. Je me tendis de peur que mon frère est perçu cet échange, je me tournais d'ailleurs vers lui, un peu mal à l'aise.

« On m'attends, je vais devoir te laisser, mais je te revois vite. »

Je te serrais brièvement dans mes bras avant de disparaître aussi rapidement que j'avais déboulée.

made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« you and me against the world, do you remember ? ♥ » (silver)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Sous-sols :: Salle commune de Serpentard-