Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Il faut boire pour se plaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Il faut boire pour se plaire    Sam 28 Juin - 23:44


Il faut boire pour se plaire
Jacob & Silver


Encore un soir destiné à me perdre dans le plaisir de la chair, à tout oublier à part le moment présent. Je n'étais pas une jeune fille modèle, je le savais et je m'en fichais. Si on cherchait la parfaite petite sang pur bien sage et obéissante ça n'était pas vers moi qu'il fallait se tourner. J'étais désobéissante, je buvais plus qu'il ne fallait et pour moi le sexe était le seul dieu devant lequel je m'inclinais. Parfois je me demandais même si je n'étais pas devenu une nymphomane. Mais que voulez-vous, j'étais si faible devant une partie de jambe en l'air. Les partenaires potentiels devenaient mes proies et les attirer vers moi était devenu une habitude, voir un jeu dans lequel j'excellais. J'étais comme ça , sans conscience, j'avais que très peu d’inhibitions.

Et là ce soir, j'étais plus que furieuse, le partenaire que j'avais choisis, celui qui avait presque rampé jusqu'à moi après que je l'ai rendus fous était loin de tenir ses promesses. Au lieu de me retrouver avec un félin de gryffondor, je partageais ma soirée avec un chaton effrayé. Une fois n'est pas coutume je m'étais tourné vers un rouge et or, et la déception était bien là. Cet idiot avait des gestes indécis, presque tremblant, j'avais même l'impression que c'était la première fois qu'il sortait son loup devant une fille. Rien de bien passionnant.Sous ses airs de grands macho ultra viril, se cachait en fait une mauviette qui apparemment allait faire sa première fois. Mais bon en temps de guerre on prenait ce qu'on avait sous le coude, et je ne fis pas ma difficile. Bien sur comme je l'avais prévu se fut loin de convenir à mes attentes et une fois que se fut finis je le congédiais sans attendre. Il m'adressa une mine dépitée voir outrée. Non mais il s'attendait à quoi... J'éclatais d'un rire narquois et il finit par quitter la pièce en me fustigeant de noms d'oiseaux. Je levais les yeux au ciel, comme s'il pouvait m'atteindre.

Ma seule compensassions de la soirée était que j'avais réalisé un nouveau coup bas à Rubens. Un rictus mauvais vint fendre mon visage en y pensant. Il avait l'air beaucoup trop content en ce moment pour que je puisse lui laisser ce sourire sur son visage de brebis galeuse. Je venais de coucher avec l'un de ses comparses sur sa chère table d'Arithmancie, où il prenait à chaque fois place. Pas de doute que je venais de jouer mon coups avec brio, maintenant il fallait que lui laisse un petit mot graver sur sa table pour que le message passe. J'attrapais ma baguette et y gravait magiquement. « Un lion ajouté à mes trophées de chasses sur cette même table. B » Le B étant pour Barbie, j'étais sur qu'il allait comprendre, ce qui m'étais en joie. J'étais tellement pressée de voir sa tête au prochain cour. Il faudrait que j’immortalise le moment.

Je me rhabillais prestement et quittais la salle, essayant d'oublier la boule d'insatisfaction et de frustration. Je n'aimais pas quand ma soif de sexe n'était pas apaisé. Je n'aimais pas tomber sur des incompétents. Aucune chance pour que je me tourne une nouvelle fois vers l'un de ces lions. Je me demandais ce que j'allais bien pouvoir faire de ma nuit, j'étais beaucoup trop frustrée pour réussir à dormir. J'allais peut-être aller voir Stephen ou quelqu'un d'autre... Je n'en avais aucune idée, de toute manière j'étais censé faire ma ronde de préfète.. Et c'est à ce moment que j'entendis du bruit. Je fronçais les sourcils. Vu mon humeur, l'auteur de ce grabuge n'allait pas s'en sortir facilement.

J'étais redescendus au second étage et je ne m'y pas beaucoup de temps à trouver l'endroit d'où provenait le bruit. Je compris rapidement que cela venait des toilettes de filles du second étages, ceux que Mimi Geignarde hantait avec ses agaçant pleurs à répétitions. Elle ne serait pas morte que je l'aurais tué de mes propres mains. Saleté de sang bourbe fantomatique.

J'entrais à l'intérieur et ce que j'y trouvais m'étonna grandement. J'avais pensé tomber sur une idiote qui faisait le mur, une miséreuse sur qui j'allais pouvoir passer mes nerfs, mais au lieu de ça il y avait Jacob Hugson. Il avait une bouteille de Whisky Pur Feu et la buvait tranquillement, il ne semblait pas m'avoir remarqué. J'écarquillai les yeux sous la surprise. Il avait toujours constitué l'un de mes fantasmes, enfin l'un des mecs qui figurait sur ma longue liste des mecs que je voulais me taper avant d'avoir terminé Poudlard. Il était canon et aimait autant l'alcool que moi, sûrement plus même. Je me postais juste devant lui, m’asseyant et attrapant sa bouteille au passage.

« Tu sais que boire seul est fortement déconseillé ? »

Pas de salut, une intervention à la Silver. Je lui fis une moue provocatrice avant de boire une bonne gorgée d'alcool. Je lui rendis la bouteille avec un haussement de sourcil charmeur. Cette soirée était de plus en plus intéressante...

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Lun 30 Juin - 21:08



Il faut boire pour se plaire


Si quelqu’un était témoin de mes multiples escapades nocturnes, il en viendrait probablement à se demander pourquoi je finissais systématiquement dans les toilettes. C’était un lieu plutôt curieux pour passer ses nuits, d’autant que contrairement à certains jeunots tenant très mal l’alcool, j’avais moi-même une certaine expérience de celui-ci, et il me fallait plus qu’une demi-nuit à se noyer dans le whisky pur feu pour passer l’autre demi-nuit penché au dessus de la cuvette.

Si encore j’atterrissais obstinément dans les toilettes des mecs, on aurait pu y voir une sorte de rituel… mais non. Ce soir, c’était dans les toilettes de ces dames que j’avais élu siège.
Et j’avais, mine de rien, une excellente raison.

Tout avait commencé par une soirée normale. Presque. J’avais lamentablement épuisé mes stocks de potion d’ivresse, et les évènements récents ne m’avaient guère laissé l’occasion de la renouveler, c’était la rupture sèche. Heureusement, je pouvais toujours compter sur quelques amis bien choisis pour me procurer une bonne petite bouteille de whisky pur feu. Délicieux aux goûts, succulents pour ses effets envoûtants, mais terrible le lendemain. Il fallait laisser cela à ma potion magique : zéro gueule de bois le petit matin venu, et pour quelqu’un qui, comme moi, consommait quotidiennement, c’était un avantage non négligeable.

Mais enfin, il allait falloir faire sans. Bouteille coincée sous le bras, j’avais réussi à semer Lux, mon fléreur, qui n’était jamais d’agréable compagnie pour mes activités à venir. Croyez le ou non, mais Lux maîtrisait aussi bien qu’Arya le « regard désapprobateur ». Quittant ma salle commune d’un pas léger, je me lançai à l’aventure des couloirs, me demandant où j’allais atterrir en cette magnifique soirée. Hormis mes rendez-vous hebdomadaires avec Callum, j’aimais varier les plaisirs de mes lieux de cuite, ça mettait un peu de piment dans la monotonie de mes soirées. Je marchais tranquillement, commençant doucement à m’abreuver de cet excellent liquide brûle-gorge alors que j’entendis un bruit familier. Un bruit de pas. A cette heure-ci, il s’agissait soit d’un étudiant aussi docile que moi, soit d’une figure d’autorité. Je n’avais pas très envie de gâcher ma soirée avec ce genre de surprise, et je m’engouffrais donc sans réfléchir dans la première porte à portée de pas.

C’était ainsi que je me retrouvais dans les toilettes des filles. Fort identifiables par leur absence assez logique d’urinoirs. Collant mon oreille au mur glacial car carrelé de mon nouveau refuge, j’essayais d’identifier celui ou celle qui m’avait presque pris sur le vif. Le lourd bruit de trousseau de clef me laissa penser qu’il s’agissait du concierge… ou d’un élève particulièrement malin qui lui aurait volé son précieux trousseau. Du jamais vu dans l’histoire de Poudlard, il y avait donc fort à parier sur la première hypothèse. Je l’entendis s’agiter un peu dans le couloir, non loin de moi. Avait-il détecté ma présence ? Attendait-il que je ne sorte de ma cachette sans oser s’aventurer dans les WCs féminins ? Je n’en avais aucune idée, mais il ne semblait pas disposé à lever le camp tout de suite. Je l’entendais arpenter le couloir avec obstination, cet insupportable bruit de clef continuant de rythmer son pas.

J’attendis encore quelques secondes, priant pour qu’il ne décampe, n’osant plus bouger, pas même pour m’avaler une gorgée de courage liquide aussi appelé Whisky Pur feu. Et puis après quelques secondes ou minutes à faire le lampadaire en vain, j’en vins à l’habile conclusion que quite à devoir poireauter, autant poireauter dans une position confortable et avec un accompagnement digne de ce nom.
Je jetai un oeil du côté des cabinets, puis du sol, me demandant lequel de ces deux sièges était le plus pathétique. Je finis par me dire qu’en l’absence de tout témoin ou public, le siège importait peu, et je décidai de m’accroupir par terre. Rapidement fatigué par cette position très inconfortable, et ne sachant pas pour combien de temps j’en avais, je finis par daigner poser mon auguste postérieur sur le carrelage froid, une saleté d’impression de déjà vu flanqué dans l’esprit. Qu’importe. Il finirait bien par se barrer, cet abruti de concierge sangsue !

Et c’est ainsi que commença la descente infernale. Le lieu n’était clairement pas idyllique, la vue pas très intéressante, les activités très limitées. Ce fut sans doute pour cette raison que je descendis une bonne partie de la bouteille à une vitesse plus que déraisonnable. Il n’y avait rien d’autre à faire, à part peut être compter les carreaux du carrelage ou bien dérouler et renrouler un rouleau de papier toilette… Mes yeux s’illuminèrent un instant alors que je considérai bel et bien cette option… avant que la raison ne vienne foutre un coup de pied à mes idées de gamin. De frustration, je me pris une autre lampée de Whisky.

Combien de minutes passèrent ? Pas la moindre idée. Si le concierge était parti ? Grand mystère. J’avais presque oublié pourquoi j’étais venu ici dans un premier temps, et je ne me gênais d’ailleurs plus pour poser bruyamment la bouteille sur le carrelage dès que qu’elle devenait trop lourde pour moi, dans un vacarme musical particulièrement déplaisant.
Si j’étais saoul ? Non pas encore, mais à ce rythme là, ça ne tarderait pas !

Peut être quand même un peu, car je n’entendis ni ne vis la nouvelle arrivante avant qu’elle ne vienne s’installer sous mon nez pour me piquer ma bouteille. Je restais un instant sans voix, comme si une apparition céleste venait de se manifester devant moi. J’observais ce visage angélique contrastant avec cet air sous lequel on devinait tous les vices qui me provoquait. Je l’observai s’abreuver à ma fontaine, avant de m’emparer de mon bien, esquissant une petite moue.


« Mieux vaut boire seul que mal accompagné, parait-il »

Répliquai-je d’un ton égal. Ce qui, pour sûr, sonnait mieux que « Ouais, mais ma copine de picole m’évite depuis qu’on a couché ensemble par accident, et mes autres amis préfèrent m’assommer avec des bouteilles plutôt que de me laisser les vider ». Oui ça sonnait plus… classe. Pourtant j’étais tout sauf classe à l’instant. L’avantage de l’alcool, c’était que ça me donnait un certain applomb, une certaine assurance. En temps normal, d’avoir une fille comme Silver aussi près de moi, j’en aurais déjà eu le rouge aux joues, j’en étais certain. Cela dit, la bouteille était maintenant bien entamée, et si cette demoiselle se mêlait aux festivités, elle serait bien vite vide. Je n’osais pas imaginer la suite des évènements si j’en venais à me rapprocher un peu trop de la sobriété. Cela dit, je m’emballais peut être un peu vite. Rien ne me disait qu’elle n’allait pas simplement assouvir ses besoins naturels avant de se barrer aussi vite qu’elle n’était arrivée.


« Le concierge s’est barré ? »

Demandai-je, fronçant les sourcils, cherchant à me concentrer sur un sujet facile à suivre. Et comme pour me redonner un peu d’aplomb, hop, une autre gorgée.


« J’allais te demander ce que tu fiches ici, mais je suppose que de nous deux celui qui fait le plus tâche dans le décor, c’est encore moi… »

Oui, un peu. Un mec dans les toilettes des filles. Assis par terre, bouteille à la main. A…. quelle heure était-il d’ailleurs ? Probablement pas si tard, mais pas franchement tôt non plus. Pas une heure pour faire des sittings aux toilettes. Y avait-il seulement une heure pour faire un sitting dans les toilettes ? Probablement pas. Je secouai la tête, réalisant que j’étais en train de me perdre.


« Cela dit drôle de choix pour une promenade nocturne. Moi qui pensais que les filles étaient de grandes romantiques... »

Conclus-je malgré tout, léger sourire au coin des lèvres, profitant de l’audace que me conférait le whisky pur feu. Je savais que ça ne durerait pas, alors c’était le moment de faire comme si j’étais un type particulièrement à l’aise avec les filles. Ben voyons. On aurait tout vu. J’avais bien fait de semer Lux, je pouvais déjà imaginer ce crétin de félin en train de rouler ses yeux en signe d’exaspération.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Ven 4 Juil - 12:26

Jacob & Silver
Il faut boire pour se plaire.



Il me laissa faire sans piper mot. Il faut dire qu'il avait l'air plus étonné qu'autre chose, et vu que la bouteille était déjà bien entamer je me doutais qu'il avait déjà un coups. Je levais les yeux au ciel en m'abreuvant de la mixture. Je grimaçais un peu en sentant la brûlure de l'alcool dévaler ma gorge, il me reprit la bouteille sèchement. Il n'avait pas l'air ravie que je lui ai emprunté son dût, sa chère petite bouteille de laquelle il ne se séparait jamais. Il faut dire que les bruits courraient à bon train sur son cas, personnellement je n'en avais rien à faire. Les potions ce n'était pas trop ma tasse de thé, je préférais me faire une idée personnelle de la personnelle plutôt que d'écouter ses pies de mauvaises augures. Je savais de sources sûres que la plupart des rumeurs étaient déformés ou fausses puisqu'il y en avait des dizaines sur moi. J'avais la réputation d'une bécasse nymphomane et accroc aux soirées alcoolisés, hors je m'étais un point d'honneur à réussir mes études. Pour lui c'était surtout des rumeurs sur son alcoolisme, il était considéré comme un ivrogne notoire. Et le spectacle qui s'offrait à moi ne faisait que donner raison aux rumeurs. Quel gâchis...

Il me répondit du tac au tac, qu'il préférait boire seul que mal accompagné. Oh il avait du mordant, j'aimais ça. Une raison de plus pour rester. Finalement je n'allais pas tant m'ennuyer que ça ce soir. Je ne sais pas si c'était l'alcool qui lui donnait cet aplomb, lui qui d'habitude semblait si effacé, ou s'il était comme ça réellement. J'allais répondre mais il fut plus rapide et enchaîna en me parlant du concierge, je fronçais les sourcils, je n'avais vu aucun concierge, je ne l'avais pas entendus non plus. Soit il parlait d'un événement qui s'était produit bien avant mon arrivé, soit il était bel et bien ivre mort ! Il but une nouvelle gorgée et enchaîna sur un autre sujet. Je lorgnais sur sa bouteille, avec une envie folle d'en boire une autre goutte, enfin plus qu'une goutte même...

Il avait raison, il faisait tâche dans le décors, assis dans les toilettes des filles, avec sa bouteille. Ça aurait été un autre garçon, moins beau, j'aurais sûrement passé tout mes nerfs et ma frustration dessus en hurlant comme une dégénéré, clamant que j'étais préfète. Mais j'avais une sorte de détecteur pour les plans qui promettaient une soirée haute en émotions et celle là en était une. Et puis je faisais ça bien, il ne faut jamais laisser quelqu'un qui boit seul.. Oui je pourrais aussi lui retirer sa bouteille et l'amener à l'infirmerie, mais non ! Sinon ça n'allait pas être drôle. Il secoua la tête négligemment me faisant redescendre sur terre. Il ajouta une remarque, pleine d'audace, dont il semblait si fier qui me mit le sourire au lèvre. Je me m'y à répondre enfin, après un si long silence. J'attrapais sa bouteille et en but une nouvelle gorgée.

« Premièrement, ça tombe bien que je sois là, puisque avec moi tu ne risques pas d'être mal accompagné. »

Je lui fis un clin d’œil en buvant une nouvelle fois. Tous ses cul sec à la suite commençaient un peu à me donner le tournis, mais je m'en fichais.  

« Ensuite oui je suppose que le concierge est partis parce que je ne l'ai pas vu. Pour ce qui est de ma présence ici, et bien... Je viens de me taper un sacré mauvais coups et je suis frustrée sexuellement si tu veux tout savoir. J'ai entendus du bruit alors je suis venu. Ah c'est gryffondor, ça parle, ça parle, mais au final rien dans le caleçon ! »

Je bus une nouvelle gorgée avec la pensée que l'alcool déliait un peu plus ma langue qu'à l'ordinaire... J'eus un sourire narquois en levant mes yeux au ciel.Le niveau de boisson de la bouteille avait déjà commencé à baisser, je fis une grimace de tristesse en voyant ça, presque enfantine. Puis je repensais à sa dernière remarque et j'éclatais de rire, passant sûrement pour une dérangée...

« Je suis la fille la moins romantique de ce château, tu peux me croire. »

J'éclatais une nouvelle fois de rire en lui faisant un clin d’œil aguicheur. L'alcool avait tendance à décuplé mes envies de séductions, enfin entre autre..

« Et toi tu fais quoi là ? Tu fais le voyeur ? Ne me dis pas que je suis là alors que t'attends une fille ? »

Pas que ça me dérange, je me fichais un peu de faire foirer les coups des autres lorsque moi même je n'avais pas été contentais sur ce point là. Égoïste moi ? Juste un peu..

« Au fait pour l'avoir assez regardé ces dernière semaines, je dois dire que t'as un sacré jolie petit cul ! »

Je me mordis la lèvre inférieur pour ne pas éclater de rire avant de boire une dernière gorgée en lui criant santé et de reposais la bouteille en face de lui. Je triturais mes mèches blondes, en me demandant comment il allait réagir à tout ça.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Jeu 10 Juil - 20:33



Il faut boire pour se plaire


Sa réponse, pleine d’assurance, me tira un sourire. Je détestais tellement boire seul que, techniquement, le concept de « mal accompagné » était très relatif pour moi. Par exemple, la compagnie critique et moralisatrice d’Arya aurait pu être considérée comme de la mauvaise compagnie, mais malgré tout, j’étais content quand elle venait jouer les clochardes de fortune avec moi dans les toilettes. Concrètement, si la solitude ne me posait aucun problème lorsque j’étais plus jeune, et que j’avais pris l’habitude de me retrouver seul avec mon ivresse, j’avais pris goût à être accompagné. Les gens dans la confidence avaient commencé à se multiplier et rapidement, j’avais trouvé des gens assez fous pour vouloir m’aider, m’épauler, me soutenir.

Alors maintenant que les uns me faisaient la gueule –Némésis en particulier- et que les autres avaient décidé qu’il ne fallait pas m’encourager dans mon alcoolisme –dédicace à Ebony, Arya et Callum- je replongeais lentement dans ma solitude.  En un sens, Silver tombait plutôt bien. Les deux seuls soucis étaient qu’elle piochait allègrement dans MA boisson, et qu’elle m’intimidait sacrément si je n’avais pas 2 grammes d’alcool dans le sang. Ne trouvant rien à redire à son commentaire, je la regardai s’emparer de ma précieuse bouteille d’un œil attentif.


« Dis donc la pique-assiette… »

Façon de parler, en l’occurrence c’était plutôt une pique-bouteille.


« T’as ramené de quoi picoler ou tu comptes vider ma gourde et nous laisser à sec ? »

Clairement, si je n’étais pas fin saoul, je n’aurais probablement JAMAIS osé lui balancer ça à la figure. Quand on vous dit que l’alcool donne des ailes…. Malheureusement, et c’était bien ce qui m’inquiétait, si la jolie blonde n’avait pas prévu des ravitaillements, nous allions bientôt tomber à sec, mon alcoolémie allait chuter à la vitesse de l’éclair, et j’allais me retrouver comme un con, semi-sobre, pile poil devant le genre de filles qui, en temps normal,  m’aurait fait perdre tous mes moyens. Peu de gens le savaient, car je donnais généralement plutôt une image assez sûre de moi, mais j’étais très facilement impressionnable face à certaines demoiselles un peu trop séductrices ou conquérantes. Une véritable catastrophe en perspective !


« Sait-on jamais, peut être que tu ne l’inspirais pas »

Risquai-je dans un haussement d’épaule. Mon moi sobre aurait probablement fichu un tacle monumental à mon moi ivre pour oser balancer quelque chose comme ça à Silver. J’étais censé être intimidé, réservé. Au lieu de cela, je balançai toutes les conneries qui me passaient par la tête, me souciant peu de ce qui se passerait lorsque la sobriété ferait son grand retour. La vérité, c’était qu’il m’était plus facile de lancer ce genre de vanne que d’affronter ses paroles qui, pour sûr, me ferait rougir. Je n’étais pas de ces mecs qui parlaient de cul avec autant de légèreté. J’étais plutôt de ceux qui se sentaient gênés dès que le sujet était abordé, même avec des pincettes. Encore une fois, merci le whisky qui me permettait de faire comme si c’était le sujet le plus naturel du monde. Je bénissais l’ivresse mille fois en cette instant, et je savais que je la maudirais dans quelques instants lorsque, réalisant que j’avais joué le con, je devrais faire face aux conséquences et à la jolie blonde sans gêne en face de moi.

Alors lorsqu’elle me précisa, sur le ton de la plaisanterie, qu’elle était la fille la moins romantique du château, je ne retins pas un nouveau rire. Sa réputation la précédait alors franchement, j’aurais pu m’en douter. En d’autres circonstances j’aurais rêvé de disparaître dans un trou de souris, et ce serait probablement bientôt le cas. Pour le moment, je composais avec grandiosité, maniant les mots et les répliques comme si j’étais dans mon élément. Je m’impressionnais presque moi-même, c’était dire !

Je profitai d’un mili-seconde d’inattention pour mettre la main mise sur ma bouteille. L’élevant au niveau de mes yeux, je constatai avec dépit et regret que la fin était proche. Combien de temps me faudrait-il pour dire adieu aux merveilleux effets de l’ivresse une fois l’organisme sevré ? Je n’en savais rien, et je n’avais pas hâte de le savoir. Allez hop, une gorgée pour la route, et déjà elle me reprenait la bouteille.

Sa phrase suivante déclencha chez moi un éclat de rire. Moi, attendre une fille ? Si j’attendais une fille, ça serait probablement Arya, ou Bony, pour qu’elles viennent me récupérer dans mon état pitoyable. Rien que Silver ne pouvait s’imaginer, car clairement, derrière sa question, il y avait une autre question.


« Non les filles, généralement, je ne les attire pas, je les fais fuir »

Répondis-je, dans un haussement de sourcil amusé. L’alcool me donnait un recul que je n’avais pas forcément habituellement, même si de manière générale l’autodérision faisait partie de mon répertoire. Ce qui, ordinairement, aurait pu me rendre morose, me semblait aujourd’hui plutôt drôle, presqu’ironique. Il fallait dire qu’entre Némésis et Nika, les filles m’évitant se bousculaient presqu’au portillon récemment ! Et pourtant elle, la Serpentard, était là. Que foutait-elle encore là ? J’étais très clairement de ceux qu’elle devait habituellement classer dans les « loser ». Un type à la réputation peu appréciée, qui n’avait ni la popularité, ni la célébrité. Qu’avais-je au juste pour attirer son attention ?

Et comme pour répondre à ma question presque muette, sa question suivante s’abattit sur moi au moment même où je reprenai la bouteille et décidai de reprendre une gorgée. Je fus, par conséquent, obligé de recracher la moitié du whisky sur moi, perdant encore plus en sex appeal au passage.
Mes yeux bleus arrondis, fixés sur elle, je n’en revenais pas. Elle allait me prendre pour le prude de service, le type tout juste bon à rentrer au séminaire, mais enfin on ne me parlait pas de mon postérieur tous les jours. J’étais un type plutôt sage, j’avais eu mes aventures, elles étaient peu nombreuses et relativement sages. Pas de mots orduriers pour pimenter l’échange, rien de tout cela. Et voilà que le sex symbole de Poudlard me complimentait sur mon… mon cul. Il n’y avait pas d’autres mots. Je ne savais pas quoi dire et ivre ou pas, l’inspiration me manquait. Il me fallut plusieurs longues secondes pour digérer l’information et me prendre.


« Ravi que mes arguments te plaisent »

Fut la seule chose que je trouvai à dire, zieutant désespérément la bouteille supposée m’aider et pourtant sur le point d’être vidée.


« J’ignorais être dans ton radar »

Ce qui était la façon élégante de dire : je ne savais même pas que tu avais conscience de mon existence. J’avais tendance à croire qu’il y avait 2 mondes : les gens banals, et les autres. La crème de la crème. Sans aucun doute, Silver Nott faisait partie de la seconde catégorie, et j’ignorais jusqu’alors qu’elle connaissait mon existence. Nous n’étions ni de la même maison, ni du même cursus, ni du même age. Nous n’avions aucun ami en commun. Elle n’avait aucune raison de connaître mon existence, et pourtant il semblerait qu’elle était déjà repéré mon « joli petit cul ». A quel occasion et pourquoi ? Aucune idée. Mais j’espérais qu’elle me le le dise. Quoique, je n’étais pas certain qu’en savoir d’avantage m’aiderait à garder mon self control. Déjà que depuis qu’elle s’était pointée, c’était la débandade dans mon raisonnement…. Et cette putain de bouteille vide ! Elle choisissait toujours bien son moment celle-là ! J’aurais presque pu faire mon impression … au lieu de cela, j’allais lentement regagner le chemin de la sobriété et, accessoirement, de la gêne que je connaissais si bien. Les losers étaient bel et bien voués à être des losers.
© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Ven 11 Juil - 23:42



Jacob & Silver
Il faut boire pour se plaire.





Il avait du répondant et je ne savais pas si cela était dus au fait qu'il soit ivre ou s'il était d'un naturel aussi franc, mais cela me plaisait. Je n'étais le genre de fille qui se vexait facilement il en fallait beaucoup pour attiser de la colère chez moi, j'étais constamment positive, à ma manière du moins. Il semblait assez grincheux lorsqu'il s'agissait de sa bouteille. Il me faisait penser à un vieil alcoolique qui avait besoin de sa dose de vin rouge, bien évidement ce liquide bordeaux remplacé généralement son eau.. Je levais les yeux au ciel en le voyant son cher enfant en verre du regard comme s'il était la huitième merveille du monde. J'aimais boire de l'alcool pour m'amuser, mais pas à ce point, je n'en étais pas accroc. Et Jacob Jugson semblait avoir une réputation qui lui collait à la peau et lui correspondait parfaitement. D'habitude je ne buvais que durant les soirées, qui terminaient tout le temps en énormes dérapages... On pouvait considérer que le fait que je me sois imposer de force avec lui dans les toilettes des filles pour lui piquer un peu de sa boisson favorite était une soirée non ?

Son agressivité à mon égard me faisait plus sourire que froncer les sourcils. Je n'étais pas facilement intimidable. A contraire en réagissant de la sorte il ne faisait qu’accroître mon envie de rester. Il titillait ma curiosité, me donner envie d'en savoir un peu plus sur ce drôle de personnage doté d'un fessier à damner. Même lorsqu'il me dit avec un léger accent frondeur que je n'avais pas du l'inspirer, je restais calme et amusée. Un roc indémontable je vous dis... Savait-il que j'étais une vélane et que même si à la base je n'inspirais pas le garçon, il suffisait que je joue un peu de mon don pour qu'il soit irrésistiblement attiré ? Chose très utile lorsque j'avais besoin que l'on me rende un service, bien que très généralement je ne m'en servais que très peu.

Le fait que la bouteille se vidait à vu d’œil était plutôt une bonne chose de mon point de vue, j'étais impatiente de voir si même sobre il était capable d'avoir tant de cran et si peu de jugeote. Dans un cas ou dans l'autre il resterait un challenge, je n'étais pas très sûr d'avoir l'envie de le relever pour le moment j'attendais de voir s'il en valait la peine. Après tout une paire de fesses ne valaient tout de même pas du temps perdue de ma part. Il rit alors que je lui apprenais que j'étais tout sauf romantique, ça coulait presque de source. Pour le moment j'appréciais à sa juste valeur son côté frondeur, et très décidé. Il savait ce qu'il voulait, ça me plaisait, il avait du mordant.

Lui n'attirait pas les filles ? Il les faisait fuir ? Je fronçais les sourcils. Le physique ? Non impossible il était vraiment très beau, il fallait vraiment être difficile pour fuir devant un tel Apollon, ou alors juste aveugle... L'état d'esprit ? Pour le moment il ressemblait à quelqu'un de très sûr de lui, quelqu'un qui n'avait apparemment peur de rien et qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. Un garçon qui était du genre à aller vers les filles. L'alcool ? Ça devait être ça, mais franchement ne savaient-elles pas que le sexe en était d'autant plus bon, plus d’inhibitions, de gênes et tout ce qui s'en suivait. Enfin quand on arrivait à éviter la panne...

Sa dernière réaction me laissa sur la défensive, cela ne cadrait pas du tout avec l'image que j'avais commencé à forger de lui. Il semblait soudain gêné. Comme un ado pré pubère qui n'était jamais passé à l'acte, un prude de première catégorie.. Mais je ne pus m'empêcher d'éclater de rire en le voyant recracher la quasi totalité de gorgée d'alcool sur lui. Il ignorait être dans mon radar ? Cette dernière phrase déclencha un nouveau rire chez moi. Que croyait-il que je tenais un compte de mes futurs proies ? Ou de tout les mecs beaux qui me tombaient sous les yeux ? Il y avait tellement de garçons dans ce château et tellement de possibilité.

Je commençais à jouer avec mes cheveux tout en l'observant avec sourire mutin sur le visage. Jacob Hugson m'intriguait plus que de raison. Que se cachait-il vraiment derrière ses beaux yeux bleu ? Je n'avais qu'une chance de le savoir, l'avoir sobre. Et vu le niveau d'alcool, proche du zéro, dans la bouteille, ça allait être pour bientôt. J'espérais juste qu'il n'allait pas régurgité son trop plein d'alcool sur moi...

«  Mon radar ? Et bien maintenant tu le sais. Hum...je t'ai même ajouté dans la liste des proie potentiels sous le doux nom de MBC, mister beau cul ! »

Je lui fis un clin d’œil provocateur, impatiente de savoir comment il allait réagir. Bien sûr c'était faux, mes rencontres se faisaient naturellement, au gré des soirées et des présentations, je ne tenais aucun compte... Et si je commençais j'avais peur de me retrouver devant l'horrible vérité que j'étais devenue une créature insatiable sur le plan sexuel et presque nymphomane. Mais presque, un tout petit peu, très légèrement, pas plus que ça...

« Et ne me regarde pas avec cet air exorbité, tu as l'air si gêné que l'on dirait que tu manques d'air ! Je n'ai pas pour plan de te violer dans la cabine de Mimi Geignarde tu sais ! »

J'éclatais une nouvelle fois de rire, avant de regarder le niveau de sa bouteille encore une fois. Il était temps d'en finir. Je lui attrapais son talisman des main et la terminé d'une traite en grimaçant. Les soirées shoot avec Calypso étaient bien plus corsées que cela, alors ça n'était pas un fond de whisky qui allait me faire peur.

« Bon maintenant que je viens de finir ton élixir et que je n'ai rien à te proposer en retour comment va réagir monsieur l'ivrogne ? »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Mar 15 Juil - 20:27



Il faut boire pour se plaire


Mes yeux troublés par beaucoup trop de centilitres d’alcool continuaient de la fixer. A travers le brouillard de l’alcoolémie, je la voyais se tripoter les cheveux et m’observer avec un sourire en coin. Vous allez me dire que ce n’est pas grand-chose, mais ça suffit ordinairement à me retrancher dans ma gêne. Je déteste que les filles minaudent ou tentent de me séduire car c’est un domaine où je ne connais rien, et je déteste être ignorant. J’aime tout maîtriser, et en séduction je suis un novice de chez novice. J’en devenais parfois même parano, car au fond, rien ne disait que la jolie blonde tentait de me mettre le grappin dessus. C’était, en tout cas, ce que je préférais me dire pour garder contenance.

Heureusement pour moi, il y avait le badinage pour faire diversion, et en badinage, j’étais le roi ! J’avais, après tout, réussi à passer pour le débile de service pendant près de 10 ans, et je n’en étais pas peu fier !
Je souris à son commentaire, me doutant bien qu’elle me charriait mais rentrant dans son jeu malgré tout. L’alcool était vraiment une aide inestimable ce soir !


« J'adore MBC, vraiment, mais je crois que je préfère quand même Jake »

J'ignorais si elle connaissait mon prénom, et j'espérais, peut être vainement, que maintenant que c'était le cas, elle m'épargnerait ce sobriquet particulièrement grotesque. J’avais bien compris qu’elle se foutait de moi, mais je la sentais capable de continuer à m’appeler ainsi pour la simple plaisir de me voir plisser le nez. Je ne connaissais pas ou peu cette demoiselle, mais je lui sentais un potentiel charrieur assez puissant.


« Et toi, comment est-ce que je dois t'appeler ? MDC ? Mateuse de Cul ? »

Répliquai-je, un sourire moi aussi flanqué au coin des lèvres. L’ironie, que je sois sobre ou ivre, je maîtrisais. Disons que le whisky me donnait un peu plus d’applomb.
Et puis… c’était juste histoire de lui faire remarquer qu'elle ne s'était pas présentée non plus, et que maintenant qu'elle avait décidé de faire un sort à MA bouteille, autant que je sache son prénom -même si pique-assiette lui allait très bien aussi. La demoiselle n’était peut être pas habituée à ce qu’on ne la reconnaisse pas, mais elle allait bien vite se rendre compte que je vivais dans un monde un part, presqu’une autre planète, où les populaires de ce monde ne devenaient que de vagues anonymes. A force d’être l’alcoolo que tout le monde condamne par son jugement, j’avais appris à ignorer les gens plutôt que de leur accorder trop d’importance. Honnêtement, à part mes proches, je ne connaissais pas grand monde à l’école.

En tout cas, ma gêne ne passa pas inaperçu aux yeux de la jolie Serpentard… alors que serait-ce sans l’alcool ? Je fis une petite moue, essayant comme je pouvais de donner le change alors que je mourais d’envie de me téléporter dans un coin tranquille.


« Sait-on jamais, tu avais l’air tellement frustrée de ton plan précédent, t’aurais pu vouloir remettre le couvert »

Ca sonnait pas trop mal comme réplique, et ça justifiait presque ma peur panique qu’elle ne se décide à me sauter dessus ! Honnêtement, je ne comprenais pas comment certains pouvaient prendre leur pied à s’envoyant en l’air à gauche et à droite avec n’importe qui ! Cette simple idée me filait presque une crise de panique ! Comme quoi, nous n’étions définitivement pas tous fichus pareil….
Au moins, ça semblait l’amuser, la voilà qui éclatait de rire. Avait-elle elle aussi un coup dans le nez ? J’espérais bien ! Peut être aurait-elle oublié mon comportement d’ici demain…

J’aurais presque pu me joindre à l’euphorie générale si elle ne venait pas de me voler ma bouteille pour la énième fois, la finissant cul sec. Je me retrouvai pris au dépourvu, la bouche entrouverte, prêt à la houspiller mais ne trouvant pas les mots. Elle venait de finir ma bouteille, de briser mon espoir de  donner le change ! A bien y réfléchir j’aurais du lui céder toute la bouteille, elle aurait fini tellement ivre qu’elle aurait probablement tout oublié ! Naturellement, il était un peu trop tard pour modifier ma stratégie, nous étions maintenant tous les deux à sec.

Et cela semblait beaucoup la divertir, puisque la voilà qui se moquait presque ouvertement de moi. A sa question, je me contentai d’un terre-à-tere :


« Mal »

Voilà qui était cru, et sincère. Autant qu’elle sache à quoi s’en tenir : l’idée de me retrouver sans alcool ne me réjouissait guère.


« On ne t'a jamais dit de ne pas piquer un os à un chien ? Ou sa peluche à un gosse? »

Ajoutai-je alors que, maladroitement, je m’appuyais au mur derrière moi pour essayer de me relever. J’y parvins sans m’écrouler, ce qui était un exploit en soi, mais pas le temps de fanfaronner. Tirant sur ma chemise pour lui redonner forme bien que je sache que niveau présentation j’avais déjà bafoué toutes les règles de l’art, je pris sur moi pour ne pas tituber et m’affaler à nouveau contre le mur.
Il était hors de question que j'attende sagement ici que la sobriété vienne me manger toute crue-et Silver avec. Oh non ! Jacob Jugson était un battant à sa façon, et il ne s’avouerait pas vaincu aussi facilement que cela !

Maintenant que j’étais debout, je me dirigeai d’un pas certain –quoiqu’un peu titubant- vers la sortie. Ouvrant la porte, je jetai un regard en arrière du côté de Silver, me demandant si elle allait me suivre ou rester ici.


« Le concierge passe son temps à confisquer des bouteilles d’alcool aux élèves, il doit bien les garder quelque part »

A moins qu’il ne se les soit tous sifflotées… ce qui n’était pas non plus totalement à exclure ! Mais j’étais optimiste de nature, alors je n’allais pas abandonner aussi vite ma quête.
Le seul détail que je n'avais peut terre pas pris en compte, c'était que j'allais désaouler beaucoup plus vite en marchant et m'activant. J'avais donc intérêt à trouver ce que je cherchais plutôt rapidement sinon je risquais surtout de précipiter le moment que je redoutais tant.

Estimant que si Silver avait envie de me suivre, elle ne tarderait pas trop à le faire, je lâchai la porte des toilettes, la laissant se refermer sur mes pas. Maintenant, direction le bureau du concierge, en espérant qu’il n’y soit pas à cette heure-ci, et qu’il y ait effectivement stocké les précieuses bouteilles. Sinon, j’étais définitivement foutu.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Ven 25 Juil - 13:54

Jacob & Silver
Il faut boire pour se plaire.






Toujours assise devant cet étonnant personnage qu'était un Jacob Jugson ivre je profitais du moment en ne privant pas de rire de tout de ce cirque. J'avais toujours eu l'alcool joyeux et de toute manière je n'étais pas d'une autre nature que celle ci, bien que le plus souvent mon sourire soit plus perfide qu'autre chose. J'écoutais donc d'une oreille avertie chaque réplique que lancé le serdaigle, je me demandais vraiment s'il était toujours comme ça ou si sa dose de whisky pur feu lui déliait la langue. Il me rappela qu'il s'appelait Jacob, enfin Jake, il ne devait pas franchement aimer son prénom pour réagir de la sorte. Je n'avais pas encore décider si oui ou non je continuais à prendre le ridicule sobriquet de MBC pour le nommer ou si mon humeur taquine allait un peu d'alléger et que j'allais le nommer par son prénom. Un sourire vint enfin fendre ses lèvres lorsqu'il me demanda enfin comment il devait m'appeler, j'avais bien crus que jamais il ne se dériderait. Je souris en l'entendant mateuse de cul, c'était au même niveau de ridicule de mister beau cul, il allait falloir que je réfléchisse à quelque chose de meilleur la prochaine fois quoi que s'était plutôt efficace pour échauffer l'esprit de la personne à laquelle on l'adressait.

Quoi qu'il en soit sa dernière remarque m'indiquait donc que soit il se moquait de moi, soit il ne savait vraiment pas qui j'étais. Dans les deux cas j'allais en profiter, j'en avais marre de cette réputation qui me collait à la peau. Je n'avais pas eu un nombre incalculable d'amants comme semblait le dire les bruits de couloir. J'avouais sans aucune honte n'être pas le genre de fille sage, l'épisode de ce soir ne faisait que le souligner. Je voulais continuer à le provoquer en sachant pertinemment qu'il ne se passerait rien mais le mettre dans tout ses états me faisait vraiment rire, il y a longtemps que je ne m'étais pas autant amusé. Bon être coincé dans les toilettes des filles, en pleine nuit avec un garçon qui semblait apparemment vouloir m'étrangler parce que je finissais sa divine boisson était une étrange définition de l'amusement mais la provocation en était une. Du moins à mon sens.

Frustration. Ce sentiment avait déjà disparus depuis un long moment, depuis que j'avais franchis la porte des toilettes en fait. Je sentais dans son ton qu'en effet il craignait que je remette le couvert avec nul autre que lui comme il le disait si bien, ce que je ne comptais a priori pas faire, mais le lui faire croire me semblait amusant.

La réaction froide et cru qui suivit le vidage de sa bouteille à l'alcool ambré m'arracha un nouveau sourire triomphant, je le retranchais dans ses retranchements, j'aimais beaucoup ça. Il avait une assez drôle de philosophie concernant l'alcool. Si je ne buvais qu'en soirée, ce qui était donc assez régulier, lui buvait tout le temps. Il ne semblait ne pas pouvoir se séparer de sa boisson favorite. Assez maladroitement il se releva, je haussais un sourcil. Que faisait-il donc ? Je pensais un instant qu'il allait se vautrer et qu'il allait peut-être falloir que je me recule pour ne pas me retrouver écraser mais non il arriva à le faire sans engendrer une catastrophe. Il prit la direction de la sortie légèrement vacillant. Il me plantait là ? Ça par contre ça me faisait beaucoup moins rire. Avant de franchir le seuil il m'apprit qu'il comptait bien renflouer son stock en allant chercher l'une de ses précieuses bouteilles chez le concierge. Vol en pleine nuit chez le concierge, alors que nous étions chacun à moitié ivre ? Hors de question que je rate cela.

Je me relevais prestement et le suivis, la démarche un tout petit peu chancelante et mes talons ne m'aidait pas franchement à ne pas me tordre une cheville mais tant pis. Je réussis bientôt à être à sa hauteur et j'en profitais pour répondre à quelques unes de ses remarques dans un murmure pour que l'on ne nous reperd pas.

« Appel moi Silver ça suffira. Et pour ce qui est de remettre le couvert je n'ai pas encore décidé. »

Je me mordis la lèvre pour ne pas éclater de rire j'imaginais déjà sa tête. Bien décidé à en rajouter une couche, alors que nous approchions du bureau du concierge j'en rajoutais un peu.

« Pourquoi tu serais intéressés  pour éponger ma soif de sexe? »

J'avais pris une mine sérieuse alors que tout en moi voulait rire de cette situation grotesque. J'ouvris la porte du fameux bureau avant de m'y glisser non sans lui avoir fait un clin d’œil au passage. Je n'étais pas franchement certaine qu'il gardait ses bouteilles ici, je pensais plutôt qu'il les détruisait. Mais il pouvait toujours essayer. Je m'assis sur le bureau, croisant les jambes, attendant qu'il se décide à débarquer dans le bureau.

« Tu peux entrer il n'y a personne ! »


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Lun 28 Juil - 18:20



Il faut boire pour se plaire



« Il est conseillé de se décider rapidement, sinon le repas va refroidir »

Répondis-je, un air mutin sur le visage. A peine avais-je balancé ça que mes yeux s’écarquillèrent, m’obligeant à me détourner rapidement d’elle pour qu’elle ne voit pas mon air effaré. Mais qu’est-ce que je racontais comme conneries ? Si je continuais comme ça, j’allais vraiment la mener sur la mauvaise voie. Je ne voulais certes pas qu’elle sache que j’étais complètement tétanisé à l’idée d’être seule avec elle dans des toilettes, mais ce n’était pas en en faisant des tonnes que j’allais me sortir de là.

Et lorsqu’elle en remit une couche avec sa question suivante, j’eus tout le mal du monde à ne pas faire les yeux ronds. Cette fille n’avait décidément aucune gêne. Vite, trouver une connerie à répondre ! Ca marchait toujours merveilleusement bien avec Arya, il y avait bien une débilité qui allait surgir de ma bouche d’homme ivre, non ? Mettre les neurones en off, ça je savais faire. Jouer les cons, n’était-ce pas ce que je faisais à longueur d’année avec mes collègues Serdaigle ?
« Impossible, je me destine au séminaire »

Répondis-je, un sourire au coin des lèvres, trop heureux d'avoir trouvé une réponse correcte... En tant cas plus correcte qu'un balbutiement pathétique type "je... Euhm...".  Le but n'était pas qu'elle me croit, juste de me sortir de cette situation embarrassante -pour moi, Silver semblait clairement s'amuser de son côté- avec une pirouette qui n'indiquait pas trop que j'étais totalement gauche avec les filles. À part lorsque j'étais saoul, mais je ne pouvais pas passer ma vie ivre sous prétexte de vouloir être capable de séduire et d'être séduit sans rougir. En fait... À bien y réfléchir le séminaire n'était peut être pas la pire idée du siècle pour un cas comme moi. À ceci près que je ne croyais pas en Dieu ce qui pouvait s'avérer légèrement problématique.

Au moins, Silver m’avait diverti le temps du trajet, et nous étions déjà au bureau du concierge. De toute évidence, ce dernier n’était pas là. Elle se glissa la première dans le bureau, non sans m’avoir fait un clin d’œil au passage. Je restai un instant dans le couloir, le temps de retrouver mon calme et ma contenance. La jolie blonde ne me laissa que peu de répit, m’interpelant pour m’inviter à la rejoindre dans le pièce.
J'entrai à mon tour dans le bureau, mon regard se posant sur elle, perchée sur le bureau avec un air mi-flegmatique mi-amusé. J'avais l'impression que nous étions au théâtre et que j'étais la pièce de théâtre.
« Est-ce que tu comptes m'aider ou bien te contenter de m'admirer à l'œuvre ? »

Demandai-je, haussant les sourcils, un sourire au coin des lèvres. N’attendant pas vraiment qu’elle mette la main à la pâte ou non, je commençai dores et déjà mes recherches. Je fouillai les tiroirs sans trop y croire –Silver pouvait en profiter pour zieuter mon derrière qui semblait tant lui plaire-, m’attaquai à quelques placards remplis de bric à brac, ouvris une armoire grâce à un alohomora, mais ne trouvai rien qui ressemblait de près ou de loin à de l’alcool. La déception devait se lire sur mon visage alors que, penaud, je faisais un tour sur moi-même, cherchant désespérément du regard une cachette parfaite pour une bouteille, que j’aurais loupé lors de mon premier tour des lieux.

Mais non. Il n’y avait que moi, la pièce et… Silver. Toujours installée sur son bureau, elle ne semblait pas particulièrement peinée que mes recherches soient infructueuses. A croire qu’elle sentait que la suite des évènements serait particulièrement amusante pour elle si je ne trouvais pas mon breuvage. Plissant les yeux, j’interprétai le petit sourire éternellement flanqué au coin de ses lèvres comme un défi. J’allais me sortir de cette situation, et avec brio. Comment ? Je ne le savais pas encore. Je comptais un peu sur mon moi ivre pour avoir l’idée du siècle. Je fis le vide dans ma tête, chassant toutes les idées rationnelles pour laisser place aux options les plus intrépides.

Et l’idée finit par arriver. Je ne me laissai guère le temps de l’analyser, songeant que si je commençais à faire ça, je n’allais jamais m’en sortir. Faisant un pas vers elle, un air indéfinissable sur le visage, je penchai la tête sur le côté, la dévisageant calmement. Drôle de fille à la beauté envoûtante et l’assurance écrasante. Je ne doutais pas un instant que des tas de mecs devaient rêver de l’avoir pour eux… mais je n’étais pas des tas de mecs. J’étais un putain de type intimidé par toute jeune femme un peu trop séductrice avec moi, un peu trop bien pour moi.
« On dirait que je n’ai pas de chance… Il ne me reste plus qu’à battre en retraite. »

Pas de chance, c’était le moins que l’on puisse dire. Mais ne disait-on pas qu’il fallait créer sa propre chance ? C’était typiquement ce que j’étais en train d’essayer de faire. Me rapprochant encore d’avantage, j’étais maintenant à quelques centimètres d’elle. Mes yeux aussi bleus que les siens ne la lâchaient pas, comme si détourner le regard me faisait perdre mon élan, et j’esquissai un sourire assuré qui ne me ressemblait pas, mais encore une fois, l’alcool me donnait des ailes. Sans tergiverser d’avantage, j’agis sous le coup de l’impulsion. Un pas en avant, et j’étais penché sur elle, mes doigts s’emparaient de son menton avec fermeté, mais sans violence, et la seconde suivante, me voilà en train de lui voler un baiser. Un baiser chaste, que je ne cherchai pas à approfondir, mais après lequel je ne me gênai pas pour lui mordiller doucement la lèvre. Une sale habitude que j’avais, que je sois sobre ou ivre. Cela ne dura que quelques secondes, mais mon audace me suffit largement à accélérer les battements de mon cœur. J’avais l’impression que ce dernier faisait tellement de bruit qu’on n’entendait que cela dans la pièce, ce qui était très peu probable….

Me reculant, je l’observai entre deux battements de cils lascifs, avant de justifier mon geste par un :
« Mon dernier. Avant de prononcer mes vœux »

La métaphore filée du séminaire. A défaut de la sagesse des Serdaigles, je pouvais compter sur mon esprit créatif. Moi, curé, au aurait probablement tout vu… mais enfin ! La fin justifie les moyens. Et ceci étant dit, j’avais intérêt de fuir à toute allure avant que mon taux d’alcoolémie ne chute aussi vite qu’un oisillon jeté hors du nid avant qu’il n’ait appris à voler. Me redressant, je fis demi tour sans perdre un instant, faisant une brève pause arrivé à la porte, juste assez pour lâcher un :
« Bonne nuit Silver »

Et sans demander mon reste, je disparus dans le couloir. Je partis presqu’en courant pour être sûr qu’elle ne s’amuserait pas à me suivre –par exemple pour me coller un poing dans le nez- et lorsque je pensai avoir mis suffisamment de distance entre nous, je calmai mon rythme. Cette petite course m’avait fait bien désaouler, et j’étais donc plutôt fier de mon timing. Maintenant, il ne me restait plus qu’à regagner mon lit… en espérant que les terreurs nocturnes n’allaient pas empoisonner ma nuit sans l’étourdissement réconfortant de l’alcool….


© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 280
Galions : 670
Âge : 18 ans
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Blake Lively
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    Jeu 31 Juil - 16:27

Jacob & Silver
Il faut boire pour se plaire.





Mon regard voguait sur le bureau désordonné du concierge, dessus s'entassaient parchemins, brouillons, plumes et autres petits objets sans intérêt à mes yeux. En attendant que mon compagnon de la soirée ne se décide à entrer je farfouillais tranquillement pour passer le temps, grignotant un fondant du chaudron emballé dans une papillote bleu cyan au revers argenté. La plupart des papiers étaient des listes de choses à faire, inventaires du placard à balais, notes de la direction, noms des élèves coller mais un parchemin attira mon attention, il avait griffonné à l'encre rouge une liste d'élèves de l'école avec en titre « Élèves à surveiller. ». Ma mâchoire se décrocha en voyant que j'y figurais, vieux frigide, j'étais préfète un modèle à suivre faisant respecter l'ordre.. Bon je pense que nuancer mon propos serait peut-être une bonne idée ! J'étais strict en ce qui consistait à l'application du règlement, enfin quand il ne s'agissait pas de moi et de mes proches parce que j'étais sans doute la dernière à faire ce que je me tuais à rabâcher à ceux qui insupportait. Je reposais le parchemin du mensonge sur le bureau d'un geste las en le voyant entrer, mon air amusé, peut-être un peu plus réfléchis cette fois, revint.

Il me demanda si je comptais l'aider, j'arquais un sourcil, j'avais vraiment l'air d'une fille qui allait risquer de se casser le dos ou de se fatiguer pour rechercher quelque chose en sachant que le résultat ne serait qu'un échec cuisant. J'étais partisane de l'effort lorsque je le trouvais sur mon balais à jouer au Quidditch pas dans ce bureau miteux empestant le patchoulis et le renfermé à vider des placards sûrement truffés d'araignées en plein milieu de la nuit. Non, hors de question, resté assise sur mon trône de ce soir, ce bureau au bois taché d'encre et au vernis rayé et griffé, me paraissait une bien meilleure option, en plus de cela j'avais de quoi me rincer l’œil. N'étais-ce pas merveilleux ?

« Tues toi à la tâche si ça t'enchante moi je vais rester assise à me perdre dans la vue de ton postérieur. »

Je lui lançais un regard amusé avant d'attraper une nouvelle papillote, rose fushia cette fois et d'avaler mon fondant du chaudron. Au moins il aurait une raison de m'avoir mis sur cette liste ridicule, moi la gentillesse, la candeur, la sagesse, la bonté mais surtout l'humilité incarnée. Révoltant. Jacob enfin Jake se mit à la recherche de sa précieuse bouteille qui pourrait l'occuper ce soir. J'attrapais une enveloppe rose bonbon à l'odeur nauséabonde de parfum bon marché, j'éclatais d'un rire moqueur en lisant cette lettre qu'il comptait envoyé à sa chère Mireille. Je plaignais la pauvre « chouette de ses nuits sans étoiles » de devoir répondre à ce poème des plus grotesque enfin si elle ne tombait pas dans le coma en sentant l'odeur du parchemin.

Mes prunelles retombèrent pour la énième fois sur le Serdaigle qui affichait une mine défaitiste. Je penchais, mon visage reposant sur mes paumes alors que mes paumes prenait appuis sur mes jambes croisés. On dirait bien que son taux d'alcool était en chute libre sans aucune trace d'alcool ambré pour faire remonter tout cela. Cruel désillusion ? Enfin pour lui surtout, moi je m'en fichais comme de mon premier gallion. Je sentais déjà mon esprit plus aéré et moins embué parce que j'avais bus. Il s'approcha de moi, alors que je ne cillais annonçant clairement sa défaite et son abdication, s'acharnait ne lui aurait servis à rien de toute manière. Je me demandais bien quel sentiment pouvait à cet instant faire brûler les prunelles bleu de cet aigle à ce moment précis.. Je ne tardais pas à le savoir en sentant sa main attraper fermement et ses lèvres entrer en contact avec les miennes. J'étais si étonné que je ne réagis pas, le baiser bien que chaste fut plus doux que tout ce que j'avais connus jusqu'à présent, même lorsqu'il mordit ma lèvre inférieur. Je restais comme une idiote de pouffsoufle sans réaction, les bras ballant. Pas parce que je n'appréciais pas bien au contraire j'étais juste totalement sous le choc. Il venait réussir l'exploit de me me surprendre...

Nos lèvres finirent par se détacher et lui par se reculer, alors que je fronçais des sourcils cherchant d'où lui venait cette soudaine pulsion. Son dernier avant son séminaire, ce rappel de son soit disant futur monastique me fit sourire bien que je n'arrivais pas à dire quoi que se soit, il quitta la pièce après un bonne nuit avant de regagner sa tour, enfin plutôt de s'enfuir vers son dortoir.

 «Et bien Jacob Hugson tu viens de clouer une vélane sur place ! »

Je secouais le visage amusée de m'être fait prendre à mon propre jeu avant d'à mon tour quitter ce bureau pour gagner les cachots sombres de l'école avec l'idée claire que ce serdaigle allait avoir des explications à me donner. La suite de tout cela allait être tout aussi drôle que cette soirée.

Sujet terminé

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il faut boire pour se plaire    

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut boire pour se plaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Deuxième étage :: Toilettes des filles-