Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez
 

 « - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Némésis J. Carrow
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 80
Galions : 50
Âge : 17 ans
Classe : Septième année
Avatar : Troian Bellisario
« - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson| Empty
MessageSujet: « - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson|   « - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson| EmptyVen 20 Juin - 22:14


« - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson| ?c=isi&im=%2F0765%2F62150765%2Fpics%2F3221367079_1_2_PeAfEGtt
I'm angry because I have of feeling. Of feelings for you.

« Give a little time to me, or burn this out and all I want is the taste of your lips let me »

Les serres. Endroit magnifique d'où on pouvait trouver à coup sur la gryffondor, lorsqu'elle n'était pas à la bibliothèque bien évidemment, la botanique a toujours était une de ses matières préférées alors forcément s'occuper des plantes fait donc partie de l'un de ses passe-temps principal. Et c'est donc en ce jour pluvieux qu'elle se divertit joyeusement dans les serres à l'extérieur de poudlard chantonnant presque à tue-tête l'une de ses chansons moldus qu'elle connaissait par cœur. Les mains dans la terre elle changeait quelques plantes de leurs pots un peu trop usées, puis ajouté de nouvelles plantes dont elle avait trouvé les graines sur le chemin de traverse, le livre de botanique ouvert à côté d'elle, elle suivit malicieusement les instructions et méthodes pour s'occuper convenablement des plantes en question. Sa passion pour la botanique en avait étonné plus d'un et tout d'abord elle-même, surprise de voir qu'elle pouvait s'intéresser autant à une matière que sa mère considérait comme futile et peu productive. Bien qu'au début elle s'était appliquée dans cette matière juste par pur esprit de contradiction avec sa mère elle s'était vite prise au jeu et avait finalement fini par adorer cette manière qui lui avait appris pleines des connaissances qu'elle n'aurait jamais douté l'existence.

Soudainement elle entendue la porte s'ouvrir, étonnée d'une nouvelle présence surtout à cette heure, elle arrêta tout mouvement puis enleva ses gants pour pouvoir s'approcher discrètement, elle était plutôt méfiance ses derniers temps, Jacob semblait chercher à tout prix à lui parler et ça elle ne voulait pas. Elle ne voulait pas le voir, ni l'entendre parler et encore moins qu'il pose ses mains sur elle parce que même si elle n'avait pas beaucoup souvenir de la nuit on ils avaient couché, les peu de souvenirs qu'elle avait ne cessent pas de passé et repassé dans sa tête la harcelant et la plongeant dans son enfer personnel. Puis même si la dernière fois ce fut à cause de l'alcool elle ne savait pas si elle pouvait se retenir ou bien juste résister à la tentation du corps du brun à quelques centimètres d'elle. Parce que bien qu'elle regrettée d'avoir couché avec lui mettant en péril leur amitié, ce qu'elle regrettait également c'était de n'avait que quelques maigres souvenirs de la nuit en question et merlin sait qu'elle aurait voulut se souvenir des moindres détails, quelle fille contradictoire faisait-elle.


Comme si le destin semblait s'acharnait contre elle à peine avait-elle guettait l'arrivant qu'elle reconnut le serdaigle, jurant dans sa barbe elle se cacha rapidement derrière la plante grandeur nature à côté d'elle, maudissant tous les magiciens qu'elle connaissait elle se laissa glissait silencieusement au sol désirant à tout prix être discrète. Il ne fallait absolument pas qu'il la voie, en plus elle n'était pas du tout présentable son chignon ne ressemblait plus à rien, elle avait de la terre sur le front et la joue et sûrement sur son uniforme en plus elle devait sûrement dégagée une odeur de plante très peu féminine qui se mélanger à son parfum à la vanille monoï. Décidée à ne pas affronter une nouvelle fois l'aigle, la lionne se glissa le long de l'armoire pour pouvoir sortir des serres sans se faire remarquer et tempis si elle laissait tomber ses occupations, si elle tenait à la vie elle devait sortir parce que bon, le serdaigle ne semblait pas vraiment apprécié ses fuites. Attrapant une branche cassée qui se trouver à terre elle réfléchissait quelques instants avant de le balancé à contre coeur à l'opposé de sa position, ainsi ça brouillerait les pistes de sa position et même si ce n'était pas le meilleur bruit pour les plantes qu'elle affectionnait tant elle n'avait pas vraiment le choix. Continuant son plan quelque peu foireux pour rejoindre la sortie elle passée en large et à travers derrière les différentes plantes, arrivées proche de la porte qui l'emmènerait à la délivrance elle se rendit compte qu'elle avait oublié sa baguette.


Merlin, elle avait toujours cette fâcheuse habitude de laisser sa baguette traînée n'importe où et comme une idiote l'oublié, le comble pour une sorcière quand même hors, Némésis étant une fille usant plus de sa force que de ses pouvoirs c'était la raison qui expliquée son habitude hors-norme. Gromelant dans sa barbe elle repartit discrètement sur ses pas, faisant attention à ne pas faire de bruit et surtout guettant l'apparition de Jacob. Aperçevant sa baguette non loin de la plante qu'elle avait jadis abandonnée pour prendre la fuite, elle se hâta de s'approcher pour la récupérer mais à peine elle avait effleuré le bois doux de son trésor qu'elle se trouva nez à nez avec une paire de chaussures. Ne s'attendant pas à cette apparition soudaine elle fût prise d'un sursaut et ramena ses mains vers elle avant de relevé la tête.


« - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Hurla-t-elle totalement surprise de tomber nez-à-nez avec le jeune homme »


Elle eut sûrement le réflexe le plus stupide de sa vie, en se relevant rapidement agissant sur le coup de la peur elle frappa dans le ventre du serdaigle suffisamment fort pour le dérouter quelques instants avant de prendre la fuite aussi vite qu'elle le put. Hors comme quoi la vie était vraiment une chienne avec la sorcière celle-ci n'eut à peine le temps de courir vers la porte qu'une racine l'attrapa par la cheville et la tira d'un coup brusque la faisant tomber très gracieusement, elle fut vite suspendue par les pieds sentant les autres racines lui enroulé les jambes douloureusement. Gigotant quelques instants Némésis analysa vite la situation, elle avait fait beaucoup trop de bruit pour cette plante magique qui était friande de calme, il fallait qu'elle reste calme et silencieuse ainsi la plante la relâcherait sûrement. Hors un mouvement de la part du bleu et argent l'alarma et ses mauvaises habitudes reprirent le dessus.


« - Ne m'approche pas Jugson ! Cria-t-elle »


Ok elle n'était vraiment pas douée pour la discrétion et elle le sentit rapidement lorsque les racines se resserrèrent autour de ses jambes, la faisant grimacées de douleur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob A. Jugson
Serdaigle
Serdaigle
Messages : 241
Galions : 165
Âge : 21
Classe : M1
Avatar : Chace Crawford
« - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson| Empty
MessageSujet: Re: « - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson|   « - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson| EmptyMer 25 Juin - 19:57



Am I flee, flee me I am you


On ne pouvait pas exactement dire que j’étais un fan de botanique ou de plantes. Ce n’était pas que ça ne m’intéressait pas, beaucoup de choses m’intéressaient en vérité, mais le temps que j’avais à disposition pour creuser toutes ces choses était malheureusement limité. Et très honnêtement, entre le règne animal et le règne végétal, mon cœur balançait très fortement pour le premier, et mon lien avec Lux, mon fléreur, n’y était probablement pas pour rien.

Toute la question était alors : que faisais-je dans les serres pendant mon temps libre dans ce cas là ? Si la botanique ne faisait pas partie de mes passions, l’alchimie et les potions, elles, faisaient au moins partie de mes obsessions. J’y passais le plus clair de mon temps, d’une part parce que je trouvais cela fascinant, d’autre part parce que j’y voyais un intérêt direct : celui de réussir à au moins faire taire, au mieux guérir, mes fameuses terreurs nocturnes.
Et pour faire une potion, quoi de mieux que des plantes ?

Alors oui, au temps pour l’amour des plantes… Mais à défaut de les aimer, j’appréciais leur utilité.

Ce qui expliquait ma présence dans les serres cet après-midi là. J’avais justement besoin de quelques ingrédients que j’étais certain de pouvoir trouver ici. Ma liste de course dans la main, j’entrai dans cette antre silencieuse, essayant de me rappeler l’apparence d’un Bubobulb pour être certain de ne pas le louper lorsque je passerai à côté. Pour le coup, une experte en botanique aurait pu m’être des plus utiles, mais comme j’étais désespérément seul, autant compter sur ma mémoire.

Si je détectai la présence de Némésis dès le début ? Non. Pour une fois, la demoiselle avait réussi à se faire discrète, et ce n’était généralement pas son fort étant donné sa tendance à hausser la voix pour un oui ou pour un non. Et puis honnêtement je ne pensais pas croiser grand monde à cette heure-ci. J’avançai d’un pas assuré, cherchant des yeux ce fichu Bubobulb.
Et pourtant, un bruit m’indiqua que je n’étais pas seul.

Le bruit était difficile à identifier, mais a priori, quelqu’un ou quelque chose –une plante peut être- avait fait tomber quelque chose. Sans trop savoir à quoi m’attendre, je me tournai en direction du bruit, mais ne vit personne. Fronçant les sourcils, je me demandai un instant si j’étais véritablement tout seul. Haussant une épaule, je décidai de ne pas accorder plus d’attention à ce divertissement. Après tout, j’étais là pour chercher des ingrédients bien particuliers, et je me fichais pas mal de savoir si un quelconque autre étudiant était présent ou non. Ignorant le bruit en question, je continuai mon chemin dans la direction qui me semblait la plus logique pour balayer le plus de terrain possible et trouver ma fameuse plante.

C’est alors que je remontais tranquillement une allée que mes yeux s’arrêtèrent sur une silhouette que je connaissais beaucoup mieux que je n’aurai voulu l’admettre. Une silhouette qui, de toute évidence, se donnait beaucoup de mal pour faire preuve de discrétion. Et connaissant la personne à qui cette silhouette appartenait, il y avait fort à parier que toute cette discrétion me soit entièrement dédiée. Se rendait-elle seulement compte que je la voyais ? De toute évidence, et vu les efforts fournis, non. Je restai un instant perplexe, un sourcil levé en l’air, continuant de m’approcher sans presser le pas, jusqu’à ce que ses yeux ne tombent pas accident sur mes chaussures.

Ce qui s’en suivit ? Un cri. Strident et long, très long.

Je dus même grimacer en me faisant percer les tympans de la sorte. Je savais que Nem pouvait donner de la voix dans… disons… différentes circonstances, mais elle ne cessait jamais de m’impressionner avec son potentiel de Castafiore. Je n’eus guère d’avantage le temps de m’apitoyer sur le sort de mes pauvres oreilles, puisque les secondes qui suivaient, c’était à mon estomac que la brunette s’en prenait. Pourquoi elle me frappa au ventre ? Aucune idée ! Sans doute sa façon la plus logique de faire diversion, j’imagine. Ce fut plutôt efficace, puisque je fus obligé de me plier en deux sous le coup. Je ne la vis pas déguerpir, je ne fis que la deviner prendre la fuite, trop occupé à rester plié en deux quelques instants. Bon sang, elle avait une sacrée force pour une jeune fille si fine ! La douleur fut intense, mais fugace, et en quelques secondes, peut être minutes, je pus me relever correctement. Némésis n’était plus là mais quelques pas vers la sortie me dévoilèrent qu’elle n’était pas non plus bien loin.

Elle était pendue par les pieds, la tête à l’envers, par une plante qui visiblement n’avait pas apprécié d’être perturbée de la sorte. Je ne pus retenir un petit rictus, songeant que pour une fois le monde végétal était de mon côté. Je m’approchai d’elle d’un pas déterminé, trop heureux que la nature ma facilite la tâche de la sorte. Cela faisait un bon bout de temps que je comptais avoir une discussion en face à face avec la lionne, mais cette dernière faisait tout pour m’éviter, de toute évidence. Et voilà que l’occasion m’était offerte sur un plateau d’argent… c’était parfait !

J’hésitai même un instant à la laisser dans cette position inconfortable. Au moins, j’étais certain qu’elle ne fuirait pas encore. D’un autre côté…. Je n’étais pas certain que laisser tout son sang s’accumuler dans son cerveau était l’idée du siècle. La demoiselle me semblait déjà bien assez sanguine comme ça ! Je n’étais pas un expert des végétaux, mais j’avais tout de même un certain nombre d’années d’étude derrière moi qui me permettait de connaître le B-A-ba des sortilèges. Pointant ma baguette vers la fameuse racine, je n’hésitai pas longtemps avant de lancer mon


« Lumus Solem »

Censé aveugler la fameuse plante, et donc la faire lâcher prise. Comme prévu, la racine émit un bruit assez semblable à un cri strident, avant de relâcher Némésis. Tout l’art était maintenant de l’immobiliser ici avant qu’elle n’arrive à prendre la tangente et éviter une énième confrontation entre nous.

Je n'étais pas quelqu'un de brutal, de violent, ou d'impulsif, mais ne disait-on pas aux grands maux les grands remèdes ? Cette fois-ci, avant même qu’elle n’ait le temps de prévoir de se barrer en 4eme vitesse, je n'hésitai pas 2 secondes avant de la saisir par les épaules et la plaquer contre la surface solide la plus proche. En l’occurrence, il s’agissait d’une large armure en bois.
En temps normal elle ne se serait pas laissée faire, mais elle était encore un peu sonnée par la pendaison de la plante, et c'était tellement inhabituel venant de moi qu'elle n'eut ni le temps ni l'occasion de me contrer ou m'esquiver.

Collée contre le bois du meuble, mes bras comme seuls supports, je plantai mes yeux  bleus presque menaçant tant ils reflétaient ma colère dans les siens.


« Ok Nem, fini de faire l'anguille »

Déclarai-je d’une voix dure, intransigeante, histoire de lui donner le ton des retrouvailles dès le début. Je la connaissais un peu trop bien, et donner de la voix, essayer de m’impressionner, ferait probablement partie de ses techniques de diversion et d’esquive. Je ne comptais certainement pas la laisser faire cette fois-ci.


« FYI*, on est dans la même école. Elle est grande, certes, mais pas infiniment grande, tu ne pourras pas passer le reste de ta scolarité à faire comme si je n'existais pas »

Mes yeux étaient plissés, mon regard fixé sur elle, nos visages aussi proches qu'il pouvaient l'être sans qu'on ne s'embrasse. J’avais effectivement réduit cette fameuse distance entre nos deux visages à presque zéro. L’idée ? La pousser dans un coin. La mettre face à l’évidence. J’en avais assez de la voir fuir, esquiver, contourner. Avant que cette foutue connerie ne se passe entre nous, nous étions des amis, nous étions proches, et je refusais catégoriquement de perdre tout cela au nom d’un écart. Mais la brunette ne semblait pas franchement du même avis que moi.


« Je ne te laisserai pas faire »

Ajoutai-je donc, déterminé à lui montrer mon obstination. Dans son monde à elle, il était peut être facile de foutre en l’air une amitié, un lien, une vraie histoire au nom de n’importe quelle connerie. Dans le mien, ça ne fonctionnait pas ainsi. Et il allait falloir qu’elle apprenne à jouer selon mes règles. Mes bras ne lâchaient pas la pression, ne la laissant pas s’échapper. Aujourd’hui, j’étais déterminé à régler nos différents, et elle n’y échapperait certainement pas !

*FYI = En anglais For Your Interest = Pour information
© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« - Am I flee, flee me I am you. » |Jacob A. Jugson|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ L'extérieur de Poudlard :: Les serres-