Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Mer 18 Juin - 16:41


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







I
l n'avait rien demandé, travaillant sans relâche et ce n'est qu'après une brève conversation avec Theobald, au sujet de la scolarité prochaine de Marlow, qu'il avait eu le plaisir d'entendre son Patron lui donner sa journée. Profitez-en pour voir votre fille. Elle lui manquait, un mois qu'il était là et s'il lui avait écrit, cela ne suffisait pas. Son emploi du temps était réglé comme une horloge, debout à six heures il ne se couchait qu'aux environs de minuit, et ce tous les jours de la semaine, si bien qu'il lui était impossible de rendre visite à sa petite. Un mois, il était habitué à ne pas la voir souvent, rentrant en général quand elle dormait et ne la croisant qu'au petit-déjeuner ou lors des week-ends mais jamais il ne s'était aussi longtemps absenté. Cessant de s'y attarder car il n'était pas homme à s'appesantir sur ce qui ne pouvait être changé, Callum s'en alla prendre une douche et troqua son costume stricte pour une tenue plus décontractée, une chemise noire claire avec un jean un peu large mais qui tombait bien. Sans plus attendre, il remplit les gamelles de Boo d'eau et de nourriture et sortit du château.

Transplanant quand il le put dans la maison qu'il s'était acheté suite à sa séparation avec June, il se rendit tout d'abord au jardin afin d'y constater les dégâts du temps. Son pauvre jardin, il aurait bien besoin qu'il s'en occupe, son potager était un lointain souvenir. Déçu mais pas émotif, il referma la baie vitrée pour aller retrouver l'une des femmes de sa vie. Un léger sourire aux lèvres, déjà emplit du plaisir à venir, il se rendit au garage pour la retrouver. Elle était là, sa belle, l'attendant silencieusement et il pria que la batterie n'ait pas été vidée par l'inaction. Effleura son capot en la contournant pour atteindre la portière conducteur, Callum pensa qu'il aurait pu s'inviter directement chez ses anciens beaux-parents. Faire la surprise désagréable de débarquer dans le salon, pour le plaisir de la voir s'énerver et d'entendre rire Marlow de sa mauvaise blague. Déjà qu'il n'était pas certain que June ait reçu son hibou de la veille, étant donné qu'il n'avait pas encore reçu de réponse, il n'allait pas attiser le conflit... et puis, dans ce monde de balais et de transplanage, il ne pouvait se refuser le plaisir rare de conduire sa berline.

L'audi crissait sur la route alors qu'il profitait du contact du cuir sous ses doigts. Filant à vive allure, profitant pleinement des routes vides en se grisant de la vitesse, il arrivera aux alentours de onze heure chez les grands-parents maternelles. Une belle bâtisse qui criait son appartenance au monde sorcier, heureusement que les moldus étaient aveugles... Agacé, préférant la sobriété moderne de sa demeure, il gravit les quelques marches et toqua. Il s'attendait aux beaux-parents mais ce fut une June en tenue décontractée, le visage fermé, qui le fit entrer, une tasse de thé fumante à la main. Aux nombreux parchemins entamés sur la table et aux articles éparpillés, découpés dans toutes les formes de presse, il comprit qu'il la dérangeait dans un travail important. 2 mai. La date soulignée par de l'encre rouge à plusieurs reprise, elle travaille sur l'incendie du 2 mai. Bien, ne pas en parler, éviter le sujet avant qu'elle ne profite que Marlow était encore dans sa chambre.

- Marlow est prête ?
- Bonjour Callum, contente de te voir moi aussi... merci de prévenir à la dernière minute, comme toujours. Elle avait peut-être quelque chose de prévue aujourd'hui mais c'est pas grave, on est à ton service. Ca ne change pas...

Elle le provoquait, il ne releva pas, l'entendait sans le montrer alors que sa masse impressionnante restait stoïque dans le salon. Pourtant elle le touchait plus qu'il ne voulait le montrer, elle avait raison mais qu'avait-il à y répondre ? Oui, ça avait été toujours son emploi du temps avant les leurs. Oui, il avait loupé beaucoup de matchs de Marlow, pour ne pas dire tous, et rarement ils avaient pu avoir des vacances en famille. Des années à en parler, une bonne année à se disputer et, même séparés, ça continuait. Que cherchait-elle ? Qu'il change ? Muet, se refusant à entrer dans un débat qu'il savait stérile, il finit par lui passer devant pour se rendre à la chambre de sa fille. Derrière lui elle soupira, retournant à ses recherches, déçue qu'il ne fasse pas d'effort.

Toc. Toc. Il poussa la porte doucement, le visage souriant, chaleureux, et toute son amertume d'avoir vu June s'envola. Salut princesse. Sa belle journée commençait, le soleil fut un peu plus radieux, le vent semblait se calmer, plus rien ne pouvait gâcher l'instant. Il se rapprocha d'elle pour l'embrasser sur la joue, heureux, il la  pressa contre lui en ajoutant de sa voix un peu bourrue mais amusée, en voiture, tu fais copilote. Même  avec elle il n'abusait pas des grands discours, c'était alors leur petit signal, leur code, en voiture tu fais copilote, c'est toi qui choisit la destination, on fait ce que tu as envie, on a toute la journée pour nous.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Mer 18 Juin - 20:36

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
Notre jeune fille était réveillée depuis longtemps. Elle fut tellement excitée en cette matinée que sa grand-mère faillit être percutée lorsque notre petite revenait de la douche habillée d’une petite robe rose fleurie et une veste de la même couleur, mais unie. « J’ai connu des Gryffondor moins dangereux que toi Marlow ! Ne soit pas surprise d’y être envoyée » réagit-elle avec humour alors. Oh oui ! On était hâtif dans la demeure de voir la lettre arriver en mains propres. Étendue sur son lit, d’une chambre dont il manquait de couleur par rapport à celle qu’elle avait dans la demeure familiale, Marlow observait sans pour autant cesser de bouger de part et d’autres le dessin fait par ses soins accroché au-dessus de son lit. Il représentait les quatre maisons de Poudlard. Poufsouffle, un blaireau. C’est mignon un blaireau pensa-t-elle. Il y avait aussi Serpentard, le serpent. Elle aimait les serpents malgré que tout le monde savait avoir été la maison de Voldemort. La jeune fille fit une moue puis, passa son regard sur Serdaigle, l’aigle. Oh ! Elle adorait voler et ressentir l’air fouetter son visage, entrer à l’intérieur de ses vêtements. Cette maison serait un excellent choix. Enfin, Marlow s’abaissa sur le dessin représentant Gryffondor, le lion. Elle fit une mimique d’un lion rugissant et rigola peu après.

Un petit bruit quotidien attira alors son attention. En se retournant sur le ventre, Marlow vit un message entrant sur son Ipad – qui fonctionnait lui dans cette maison - de la part de sa meilleure amie. Elle lui souhaitait une bonne journée et la félicitait, par le fait même, pour la partie de football hier. Notre jeune fille sourie et se releva prestement sur les coudes répondant de suite au message. L’excitation la traversa alors en double. Pour une fois, ce n’était pas Poudlard qui fut en cause. C’était son père qui voulait passer une journée avec elle ! Oh ! Cela faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu. Il devait être très occupé au Ministère. Hier, Marlow reçut une lettre de lui confirmant sa venue le lendemain. Toutefois, elle n’aurait pas dû la laisser traîner. Cachée par le mur du salon, elle vit sa mère jeter le parchemin dans les flammes. Marlow n’était pas stupide et certainement pas aussi innocente qu’on le pensait. Sa mère voulait lui cacher l’amertume qu’elle avait envers son père, mais l’enfant le savait parfaitement : ses parents se détestaient.

Elle éteignait l’Ipad au moment où on entrait dans la maison. Alors que la jeune fille voulut se précipiter pour souhaiter la bienvenue à son père, elle entendit la conversation sur le palier. Ses grands-parents n’étaient point présent dans la maison en cette matinée. Personne ne pouvait arrêter ces mots qui allèrent ce nicher comme des poignards dans le cœur de la jeune fille. Ravalant ses larmes et déglutissant, Marlow décampa du palier. Effectivement, elle entendait son père monter. On ne pouvait jamais se tromper avec le pas de Callum Hodgson après tout. Ce dernier la trouva comme on la vit précédemment : couchée sur son lit à regarder les quatre blasons – dessinés mollement dirait-on – des maisons de Poudlard.

- Papa !

Sauta-t-elle sur ses pieds dès que son père prononça les doux mots tant aimés de sa personne. Joviale, une légère boule de tristesse semblait scotchée toutefois dans sa gorge des propos tenus par sa mère précédemment. Son père lui fourra un baiser sur le front alors qu’elle déglutit et se mordit la lèvre inférieure pour s’empêcher de tarir ce magnifique moment. Non, il n’en était pas question ! Elle allait être forte pour cette journée où … Où elle était le copilote ! Souriant et rigolant, Marlow enlaça solidement son père à la ceinture. Premièrement parce que cela faisait si longtemps, mais deuxièmement pour continuer à oublier ses émotions négatives.

- Je veux aller sur le Chemin de Traverse ! Je vais bientôt avoir ma lettre pour Poudlard et donc il faut que je commence à y penser. J’ai hâte papa …

Fit-elle un sourire digne des plus beaux contes de fées alors que son excitation pour Poudlard lui fit enfin oublier sa tristesse. Certes, il était clair que notre petite bavarde n’avait pas fini de parler. Callum devait le savoir pour l’avoir vu s’épanouir depuis la naissance. Elle n’avait pas peur de laisser aller ses craintes … Enfin, cela dépendait desquelles non ?

- … Je pensais, toutefois, avoir déjà ma lettre pour Poudlard. J’espère qu’ils ne vont pas m’oublier parce que je suis née en août.

Passa-t-elle la langue sur sa lèvre inférieure comme par habitude quand la nervosité l’emportait. Le sourire se fut un peu tari, mais certainement pas l’excitation d’être avec son père. Oh ! Cela se passait tellement rarement en plus.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Mer 25 Juin - 17:57


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







I
l n'y avait vraiment qu'avec elle qu'il était aussi aveugle. Toute à sa joie, il ne remarqua pas les petits tremblements et le voile triste qui s'effaça de ses yeux quand elle le vit, aussi, c'est partant d'un large sourire qu'il s'apprêtait à confirmer l'escapade alors qu'elle enchaînait, toujours aussi bavarde, sur ses inquiétudes. Tu n'as pas à t'en faire, tu vas la recevoir, le voisin aurait pu le confirmer s'il n'avait pas oublié, dit-il en lui faisant un clin d’œil complice. Maîtriser la magie était une chose, avoir assez de puissance pour enflammer un garage en était une autre. Quand le ministère avait débarqué il avait été rapidement prévenu, se dépêchant sur place il avait conversé avec ses collègues. Rappels à l'ordre, Oubliator... il avait grondé Marlow pour la forme, parce que c'était la chose à faire mais il avait manqué d'assurance, de poigne. Une forte fierté l'avait envahit, sa princesse avait enflammé le garage des voisins ! C'était pas n'importe quoi, tout de même ! Elle était douée avant même d'avoir appris, avant même de posséder une baguette, elle lançait de puissant sortilège. June était une sorcière moyenne, quant à lui son niveau était passable, pour ne pas dire minable pour un employé du ministère, aussi il avait craint qu'elle ne soit comme eux deux. Une sorcière dans la norme. Il aurait été fier malgré tout, ça n'aurait rien changé à son affection mais il devait le reconnaître, la savoir brillante le rendait incroyablement fier. C'est partit pour le Chemin de Traverse... et si on pouvait faire quelques emplettes ce serait bien, pour gagner du temps pendant la cohue de la rentrée, ne put- t-il s'empêcher d'ajouter en grommelant. Il la poussa devant lui, l'incitant à prendre la route alors qu'il allait prévenir June de leur destination, histoire qu'elle s'imagine pas qu'il l'emmenait Merlin savait où. En route, Marlow à ses côtés, il roulait doucement, prudemment, le pied frustré sur la pédale. Au début silencieux, le temps de se repérer, il lui jeta un coup d'oeil avant de reparler,

alors, quoi de nouveau princesse ? Tu as prévu des choses pendants les vacances ?

S'il ne parlait pas de lui, il aimait à savoir ce qui se déroulait dans la vie de sa fille, connaître le nom de ses fréquentations, si elle gagnait le tournois de football... Tout à leur bavardage, il fut arrivé avant qu'elle ait terminé. La voiture fut garée et c'est en la poussant par le haut du dos pour ne pas qu'elle s'éloigne qu'il la conduisit à l'entrée du Chaudron Baveur. Ils étaient déjà venu, lui quand il n'avait pas eu le choix et elle avec sa mère. Il la laissa passer devant le pub, puis il fit le code contre les briques. Ils auraient pu transplaner, utiliser la poudre de cheminette mais on ne le priverait pas du plaisir de la conduite. Le chemin se dévoila à eux, moins bruyant qu'ordinairement mais tout de même visité, les échoppes avaient pour la plus part laissé les portes ouvertes, invitant par là les clients à faire leurs curieux. Quelques hommes criaient à qui voulaient l'entendre que la Gazette était sortie, ou l'autre torchon pour lequel June bossait. Un gamin s'offrit une chouette qui prit la poudre d'escampette quand il ouvrit la cage, à côté un autre mangeait des friandises... Le Chemin de Travers dans toute sa splendeur. Il était tout à sa joie de sa journée avec Marlow, les bruits étaient amoindries, les bousculades inopinées moins agaçantes... donnez lui sa fille et Callum devient tout de suite plus accommodant et aimable.

On commence par Fleury et Bott ? lui proposa t-il sur ton complice, sachant que c'était sa boutique préférée. Il y aura peut-être un auteur qu'elle aime bien en dédicace, ça peut lui plaire. Il avait déjà prévu de s'arrêter à d'autres boutiques, de lui faire quelques surprises qu'il était... surprenante, même si à tous les coups elle avait écouté aux portes et savait qu'il avait imposé à June la présence d'un animal de compagnie. Et quand ils se seront posés, il lui donnera quelques instructions pour bien préparer sa rentrée... en espérant qu'il pourra les répéter mais, au vu de son boulot en ce moment, il se devait de profiter complètement de la journée.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Mer 9 Juil - 1:54

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
On avait passé devant maman. Elle avait une moue au visage, mais Marlow se fut tout de même empressé de sortir des bras de son père pour aller embrasser sa mère. Elle lui avança qu’ils achèteraient déjà certains effectifs pour Poudlard pour alléger le nombre au moment de la cohue de la rentrée répétant pratiquement les mots de Callum. La jeune fille connaissait parfaitement, dans un sourire de connivence à sa mère, la répugnance de son père pour les foules bondées. Puis, elle jeta un simple coup d’œil sur les papiers de sa mère s’apercevant de la date : 1er mai. Oh oui ! C’était l’incendie. Quel idiot ferait une chose aussi funèbre en un jour de fête et de commémoration ? Marlow trouvait que certaines personnes avaient clairement besoin de passe-temps. Dans la voiture auprès de son père, elle laissait toutes ces pensées la bousculer gentiment. Elle avait rigolé dans sa chambre à la remarque de son père sur le voisin. Toute petite, Marlow avait peur de ce dernier … Ce n’était pas de sa faute, car le feu avait pris comme cela. Quoique, la jeune fille avait tout de même été attristée par la perte de la sculpture en bois.

Elle sursauta subitement alors que son père prit la parole. La jeune fille tourna si vivement la tête en direction de son père que sa longue queue de cheval se balança des deux côtés. Oh ! Oui, elle avait prévu des tas de trucs ! Comme son anniversaire : peut-être son frère voudrait venir avec sa Arya collée éternellement à lui apparemment. Effectivement, elle ne sait pas si elle pourrait inviter ses amis moldus par l’aspect étrange de la maison des grands-parents. Ils pourraient aller fêter ailleurs.

- On a gagné hier. Puis, ces filles n’étaient pas de taille contre nous. Je compte aussi faire une super fête pour mon anniversaire cette année … Vu que je vais à Poudlard, c’est important. Je vais peut-être inviter mon frère et sa petite amie même … Et …

Blablabla ! Notre chère Marlow discuta ensuite des jeux qu’elle aimait durant les fêtes et même des vêtements à apporter pour ses quatre mois d’étude sorcières. Ohh ! Elle venait d’oublier ne pas avoir encore eu sa lettre celle-là. Elle était bien trop excitée de bien paraître et de s’amuser. - Euh, tu vas là pour étudier Marlow. Hrm, enfin passons. – Rendu à destination au Chaudron Baveur, elle sortit prestement de la voiture. Elle aimait beaucoup passer par le monde moldu. Après tout, n’avait-elle pas été toute sa vie à une école primaire moldue ? Puis, la poudre de cheminette finissait par salir tous ses vêtements ! Bon ! Son père la poussa pour, probablement, éviter qu’elle ralentisse le rythme posant alors son regard sur un journal ouvert ou bien sur un nouveau tableau. Oh ! Callum était si sérieux et elle, elle ne voulait que jouer. Enfin, le Chemin de Traverse était à eux … Ou presque. Il y avait quand même des gens. Marlow acquiesça rapidement du chef alors que son père lui proposa de prime abord la boutique Fleury & Bott. Déjà, elle s’excitait – encore – dans un sourire et des mouvements plus rapides des livres à découvrir à la librairie.

En fait, elle n’attendit même pas de voir son père la suivre pour de bon. De toute manière, elle savait qu’il le ferait. Quand même ! Pendant un moment, Marlow marcha entre les rayons humant le parfum qui se dégageait des livres. Elle arriva finalement dans celui de l’histoire : son préféré. Les couvertures se faisaient toujours plus belles plus les années passaient. Ses doigts en touchaient quelques-unes. Mine de rien, elle s’empara d’un livre sur le thème de la première guerre des Sorciers et commença à le feuilleter. Les images étaient magnifiques. Sur la page couverture, on avait les années soit 1978 – 1981 avec un petit bébé soit Harry Potter évidemment.

- Regarde papa. C’est un livre sur la première guerre … Wow ! C’est quoi ce truc ? C’est vieux ça !

Se surpris-t-elle de voir un vélo des années 1970-1980 sur une photo non loin des protagonistes. On avait la famille Potter en sommes encore soudée et complète à l’époque.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Mar 26 Aoû - 22:38


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







I
l était heureux de l'entendre parler de son quotidien, du match, des entraînements et, comme à chaque fois qu'elle évoquait ces moments qu'il loupait, une pointe de culpabilité lui pinça le cœur. Arrivera t-il à tout concilier dans son agenda ou devra t-elle éternellement payer le prix de ses absences ? Il avait voulu la préserver et voilà le résultat, une fois encore il n'avait pas été là. Pourtant il ne se lamentait pas, bien au contraire, elle allait à Poudlard l'année prochaine. Une scolarité à ses côtés, le temps que durera sa mission et c'est avec bonheur qu'il accueillait la pensée de l'avoir à ses côtés. Ca ne sera pas simple, il s'inquiétait déjà beaucoup pour elle au point de lui avoir mit Jacob dans les pattes mais ça allait aller, Jacob Archibald était un gars bien, et puis, Marlow allait l'aider... Sans s'enfoncer dans ses pensées qu'il savait longues et tortueuses quand elles mêlaient Marlow et Poudlard dans la même idée, il reporta toute son attention sur sa fille. Une petite-amie ? L'affaire l'intéressait, il ne devait pas se mêler de la vie privée du gamin mais il était curieux de savoir qui était l'heureuse élue. Parfait, il allait vraiment pouvoir rebondir l'année prochaine ! Hélas avant qu'il n'ait le temps de se pencher sur le sujet, elle était partit sur autre chose et, de fait, il l'écouta en réfléchissant à sa fête. Que lui organiser ? Où ? Les questions n'enchainaient , avec amusement il se mit à penser à des idées abracadrabrantesques qui plairaient autant aux moldus qu'aux sorciers. Arf, il faudra qu'il en parle à June...

Elle s'enfuit carrément dans la librairie, sous son regard amusé mais pas étonné et, pressant le pas, il alla la rejoindre. Les vieux livres menaçaient de faire craquer les étagères, une agréable odeur de vieux et de poussière embaumait la pièce. Il égara son regard sur les rayonnages, pas son domaine mais curieux, lui, c'était plutôt les romans policiers qui le faisait rêver. La voix de sa princesse le rappela à la réalité, un petit tour et le voilà auprès d'elle, ombrageant de sa stature la photographie animée. Les Potter, encore unit, une triste vision qui le fit légèrement rire. C'est un vélo. Elle adorait les livres d'histoires, il n'aurait pas cru et – la faute à avoir parlé de Poudlard tout le trajet – se demanda si elle finira à Serdaigle. Son hyperactive de fille un brin brutale adorait voyager dans le temps ! Tiens, d'ailleurs puis qu'elle aimait l'histoire...

Alan doit avoir tout son bazar de résistant dans son appartement à Poudlard, tu pourras lui demander de te montrer ses archives.


Il lui ébouriffa affectueusement la tête en prenant un autre livre d'histoire, retraçant les événements de la première année après la première guerre. Quelques visages familiers, des collègues croisés dans le château, le nom de son ami cité plusieurs fois dans la case « résistant » et, mine de rien, le laissa à traîner devant sa curieuse de fille. Alan Davis, un vieil, très vieil ami, connu à la sortie de prison et inséparable depuis. Il était souvent venu à la maison, avait été là quand Callum avait rencontré June et avait été le premier au courant de la naissance de Marlow. Une longue amitié qui avait fait d'Alan le parrain attentif de Marlow. D'ailleurs il faudra que je te présente à une vieille amie. Il lui fit un clin d'oeil mystérieux avant de la suivre à la caisse pour lui payer le livre qu'elle souhaitait. Un seul seulement, pas deux ! Juste un car fallait pas exagérer, qu'il avait d'autres trucs à acheter, comme un balai ou un animal ! Puis il ne voulait pas continuer à parler de la guerre, elle serait capable de lui demander où il était à se moment là et il était à cours de réponses vagues ! Grognon, Callum ne céda pas pendant deux minutes avant de finalement acheter tous les livres qu'elle souhaitait. Il n'avait pas cédé, il avait reconnu la nécessité de ces livres.

De mauvaise foi, incapable de résister à sa mine désolée, à ces petits yeux qu'il ne voyait pas assez souvent, Callum grommela qu'elle allait le ruiner pour la forme et sortit de la librairie. Où aller ? Il n'avait pas la liste de Poudlard mais pas besoin d'être Merlin pour deviner ce dont elle aurait besoin. Il oublia volontairement les chaudrons – lourd à porter – laissant à June le soin de se rappeler la formule pour rapetisser les objets, ainsi que la boutique de vêtement – une affaire de femme – pour la conduire chez le nécessaire de Quidditch. Voilà quelque chose qui lui parlait vraiment !

Tu vas voir, ça va te plaire. J'étais pas dans l'équipe mais je compte sur toi, hein ! Tiens, regarde ça c'est le souaffle. Et il se mit à parler avec passion, une certaine retenue car il restait un homme en retrait mais il parlait. Beaucoup. Enthousiaste, il faisait part de sa passion à sa fille, lui expliquant dans le détail chaque balles, chaque coup possible, les meilleurs stratégies comme les plus mauvaises. Des paroles d'un fan, d'un ancien joueur qui n'y connaissait au final pas grand chose mais, le peu qu'il savait, valait à ses yeux de l'or. Je jouais avec un ami, parfois mais surtout seul. Ca peut paraître ridicule mais ça t'oblige à être tous les postes à la fois, meilleur moyen pour t'améliorer rapidement et anticiper les réactions des adversaires. Tu seras dans toutes les têtes.

Il appuya sur son front avec le sourire pour bien se faire comprendre, calmant son enthousiasme et, pour une fois, il ne fit pas semblant d'être prêt de ses sous : Si tu te sens prête à essayer, je t'offre un balai et si vraiment ça te plait l'année prochaine tu auras ton propre matériel. Fierté du père à l'idée que sa fille soit dans l'équipe, envie d'un paquet cadeau, espoir qu'elle ne le trouve pas idiot avec son enthousiasme. Cadeau, la fête, y repenser... Elle s'appelle comment la petite-amie de Jacob ? Je parlerais de la date de ta fête avec ta mère tout à l'heure.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Jeu 28 Aoû - 2:24

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
Ils avaient vraiment des vélos bizarres en 1980 à moins que ceci soit un vélo sorcier. Marlow chercha, un moment, la manière dont pourrait fonctionner un vélo de type sorcier. Il se rendrait invisible ou bien … Oh ! Il volerait ! Stupide ! On avait déjà les balais. Toutefois, elle laissa pour contre rapidement ses réflexions. Un grand sourire aux lèvres, elle se fut émerveillée devant le livre que lui montra son père. Alan avait fait la guerre lui ! Trop cool ! Elle allait certainement voir ce qu’il se cachait dans son bureau alors. Un petit quelque chose toqua, alors, dans sa tête si son père avait fait la guerre aux côtés d’Alan. Heureusement pour notre cachotier de service, il usa d’une ruse pour parler du nombre de livres à pouvoir acheter : un seul. Oh ! Pourquoi ? Pendant quelques minutes, vous pouviez voir Marlow tenter de se décider entre l’un et l’autre. Puis, peine perdue sur la première idée, elle lâchait ensuite que ce n’était pas si cher et qu’elle les lirait vraiment rapidement – pour une fois c’était la vérité. – Résultat, les deux livres furent rapidement dans un sac celui-ci à l’abri dans son sac à dos. Bien quoi ! Elle voulait tout découvrir sur son parrain quand même ! Puis, elle voulait en savoir aussi sur Harry Potter ! C’était important !

Marlow ayant heureusement oublié sa question « si papa avait fait la guerre », notre duo sortit de Fleury & Bott pour se retrouver dans la rue. Ils passèrent devant le magasin de chaudrons puis, celui de vêtements. Oh ! Marlow resta longtemps statufiée devant de magnifiques chaussures rouges, mais aussi cette robe … Magnifique ! Elle faillit ouvrir la bouche sur la possibilité de l’acheter, mais grâce au ciel Callum laissa entendre visiter la boutique de Quidditch. Oh ! Sautillant pratiquement sur place, la jeune fille entra dans le magasin. Les couleurs étaient, pour la plupart, vives à l’intérieur. On n’apercevait pas les balais d’ici. Ils étaient situés dans le fond, mais les accessoires se trouvaient être innombrables. Marlow sourit et faillit rigoler à la détermination qu’avait son père pour sa réussite en Quidditch.

- Papa ! Je sais c’est quoi un soualfe. Je sais aussi ce que c’est un cogneur et un vif d’or.

Osa-t-elle articuler dans une petite voix plaignante. Elle soupira. À quelque part, toutefois, Marlow se sentit incomprise par son père. Il ne la connaissait pas ? C’était son rêve que d’entrer dans l’équipe de Quidditch de sa maison à Poudlard et de la faire gagner. La jeune fille se mordilla les lèvres se forçant à ne rien dire. Oui, surtout parce que son père ajoutait quelques mots et … Non, Marlow ne l’interrompait jamais – ou presque, mais passons. Elle aima l’entendre parler des stratégies à mettre en œuvre surtout lorsqu’il avança de s’entraîner seule pour connaître parfaitement tous les rôles et ainsi mieux être préparé aux ripostes des autres joueurs. Clairement, Marlow venait d’enfiler ces informations dans sa tête pour ne plus jamais les laisser ressortir. Elle était à nouveaux aux anges malgré que cette sensation de méconnaissance lui laissa un amer goût dans la bouche … Il n’était pas toujours présent à la maison. C’était normal. Elle le comprenait parfaitement parce que son métier était important.

- Tu ne jouais donc pas dans une équipe … ?

Il est vrai qu’il y avait un peu de déception dans sa voix, mais … Mais c’était son père et le meilleur comme ses songes l’avaient amenés précédemment à l’emploi de son père. En fait, Marlow parla une fois de plus un peu trop alors qu’elle se dirigeait vers les balais. Son père voulait lui en acheter un ! Heureusement, elle lança un grand oui dans un sourire envers ce dernier. La jeune fille observait alors les balais avec une grande attention. Un Éclair de Feu serait vraiment parfait : il allait vite.

- Bah, Jacob est toujours avec elle. Son nom c’est Arya. Elle est belle, mais bizarre. Je l’aime bien. On a déjà des idées pour que Jacob arrête de boire. Ouais parce qu’il boit tout le temps papa ! Ce n’est pas bon de trop boire de l’alcool ! En plus, c’est dégueu. Pourquoi tu ne fais rien toi ?

Se retourna-elle finalement sur lui les mains sur les hanches après ces dernières phrases de remontrances. C’était sa manière de montrer qu’elle s’en faisait juste pour son frère. Elle ne voulait pas qu’il finisse ça vie dans un tas d’alcool et en prison de surcroît. Oui parce que les alcooliques finissent toujours en prison. Ils font des crimes et Marlow ne veut pas que son demi-frère fasse pareil. Certes, changeant brusquement de sujet, elle pointa un balai Éclair de Feu du doigt.

- Je veux celui-là ! C’est le plus beau !

Le montra-elle joyeuse à son père. Bien, pourquoi ne pas commander son cadeau d’anniversaire en avance ?

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Dim 31 Aoû - 16:48


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







O
uf la diversion du Quidditch lui évite la boutique de robes, il a vu les étincelles dans son regard et ce n'est clairement pas pour lui ! Aussi il parle Quidditch et il entend la plainte dans sa voix, puis la déception et il se sent mal de ses absences. Mal de méconnaître le fruit de ses entrailles. Tant à apprendre, il a encore tellement de chose qui lui manque, d'informations loupés à cause de ses absences et, malgré son envie de combler son retard, en aurait-il seulement la possibilité ? Pourrait-il combler les trous de son savoir ? Il est trop tard, elle a grandit, dans quelques mois elle sera à Poudlard, apprendra la magie, deviendra une adolescente puis une jeune femme en devenir. Tout ira vite, trop vite. Elle a dix ans mais à ses yeux elle n'a encore que six ans. Oui, elle n'est pas idiote, elle sait bien ce qu'est le Quidditch, elle a dû se renseigner... elle est maligne, mature, elle ne se sait pas sorcière sans rechercher des informations et peut-être même que c'est June la première qui lui a parlé de ce sport si célèbre. Plutôt que s'appesantir sur le passé, Callum fonçait vers l'avenir, ça ne servait à rien de s'apitoyer ! Aussi il parla des stratégies, s'emballa et avoua sans fard qu'il n'avait pas été dans l'équipe. Elle est déçue, il encaisse le pincement au cœur. Non, à l'époque j'étais pas très sociable, j'aurais dû faire un effort et postuler. Il passa son bras autour de ses épaules avec affection, que vas t-elle penser de lui ? Il riait du regard des autres, se fichant qu'on l'aime ou le maudisse mais elle, le regard qu'elle portait sur lui, il valait ceux du monde. Il ne pouvait cependant changer l'histoire, mais faire des efforts aussi, peu habitué, Callum osa posé une question qui allait lui valoir un nouveau regard déçu : tu as l'air de t'y connaître, j'ai dis ça mais, peux-être que tu pensais vraiment entrer dans l'équipe ? C'était logique, elle était sportive et allait devoir lâcher le football, mais il devait reconnaître qu'il ignorait son intérêt pour le Quidditch, c'était une agréable surprise. Finalement, cet après-midi entre père et fille allait être encore plus agréable qu'il ne l'avait pensé, à se promener comme il le faisait dans le chemin de Traverse ils allaient apprendre à mieux se connaître. Merci Poudlard, le château avait, parfois, du bon.

Il posa son innocente question remplit de curiosité mais sa réponse le fit redevenir plus sérieux. Heureusement que ces années qu'il maudissait, ces croqueuses de souvenirs familiales lui avaient permis de savoir toujours, en toutes situations, masquer ses émotions à sa fille. Aryanedëlle sort avec Jacob. C'est une bonne nouvelle. Une très bonne nouvelle. Marlow poursuit, il l'entend, écoute, concentré sur sa voix. Sur cette voix qui le gronde, comme une petite mère, une grande sœur, de ne pas intervenir auprès de Jacob. Dans quoi l'as t-il fourré ? Ce ne sont pas des histoires pour une petite fille mais il est fier. Il aurait dû s'en vouloir de l'enfermer dans des affaires qui ne sont pas de son âge mais il est fier d'elle et cela se voit. Fier de voir comment elle gère la situation, la trouvant mature, lucide et rassurée sur sa vision de l'alcool. Elle n'a que dix ans l'inverse aurait été effrayant mais tient un discours d'adulte, avec des mots d'enfants mais un bon discours qui fait plaisir à entendre. Il n'est même pas vexé qu'elle ignore son implication. Il se concentre sur elle pour ne pas sentir le poids qu'il a ressentit à la nouvelle, pour ne pas penser à la sécheresse de sa gorge. Possessif. Il n'a pas à être possessif. Aryanedëlle ne veut plus de lui dans sa vie, le message a été explicite, elle ne veut plus de lui. Il doit l'oublier alors de quel droit a t-il été jaloux de Jacob ? De celui qu'il considère comme son propre fils ? Qui est-il pour avoir envie de la garder auprès de lui, de l'aider encore et toujours, cette acharnement à la rendre heureuse, il n'a pas à l'éprouver ! Une élève a refusé son aide, qu'il encaisse et passe à autre chose ! Il doit être heureux pour Jacob. Très heureux.

Je sais Marlow.
Voix lourde, sombre, pesante, il ne la regarde pas, observant les balais alors qu'il reprenait la parole en souhaitant qu'il y ait de la désinvolture dans son ton. Non ce n'est pas bon ma puce et crois moi, je fais tout mon possible pour l'aider. Il n'y eu pas de désinvolture. On se voit souvent et j'essaie de le raisonner, il fait un stage cet été ça va lui faire du bien. Enfin Callum se détacha de sa noirceur pour tourner ses yeux sur son étonnante fille et lui sourire avec affection, il a de la chance de t'avoir... et tu apprendras bien un sort pour transformer le vin en eau !

Il eut un sourire amusé à l'idée, le visage moqueur de Vesper Leigh s'imposant à lui. Elle n'allait pas apprécier avoir sa fille en classe, surtout si Marlow se révélait particulièrement douée en sortilège, tant mieux, qu'elle aille lui demander de lui apprendre à transformer le vin, la tête de  la directrice des Serpentards le fera ricaner. Marlow enchaîna avec son enthousiasme habituel sur les balais, choisissant avec bon goût le meilleur d'entre tous. Bien choisi ! Pour une fois il ne la taquina pas, faisant emballer dans la seconde le balai même s'il ne pu retenir des commentaires sur la pertinence de ce choix... Ce sont les meilleurs, tu y seras bien, par contre tu as intérêt à t'en servir. Je serais là pour vérifier. Sourire en coin, avant qu'il ne prenne le balai sans dire un mot de plus et sorte sans l'attendre de la boutique. Petite blague, petit air amusé, tout heureux qu'il est de pouvoir, maintenant, assisté aux matchs de sa fille... enfin cours de vol pour l'instant. Quand elle le rejoignit, il en était à penser qu'ils avaient le droit d'utiliser d'ors et déjà le balai du moment qu'il sécurisait la maison. On l’essaiera en rentrant Ils marchèrent en poursuivant leur conversations sur le Quidditch, jusqu'à ce que, nonchalamment, l'air de rien, Callum ralentisse le pas devant la boutique des animaux de compagnie...

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Jeu 4 Sep - 0:57

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
Elle s’en fichait qu’il n’ait pas été sociable ou quoique ce soit. Eh ! Peut-être que son père était le rebelle de Poudlard à son époque. Trop cool ! Elle a un père rebelle ! Gardant néanmoins l’excitation de penser à son père jeune recouvert de tatouages, les cheveux noirs tel un emo écoutant de la musique heavy metal la jeune fille avait hoché vivement la tête. Bien sûr ! Elle voulait faire du Quidditch depuis sa dernière visite dans ce magasin avec sa mère il y avait deux ans de cela. Malgré que June ait énuméré les nombreuses malheureuses conséquences que pouvait avoir ce sport pour déstabiliser sa fille, Marlow ne changea absolument pas d’idée. Pire, au grand dam de sa mère, cela l’attirait même plus.

L’atmosphère se fit plus morne, toutefois, pendant un court laps de temps. Son père s’en faisait réellement pour Jacob. Elle ne savait qu’il fut très au courant des problèmes de son frère. Passant son regard des balais à Callum, Marlow se sentait un peu coupable d’avoir rendu triste son père en cette belle journée. Zut ! Elle aurait dû se taire sur les problèmes de son frère. Elle aurait dû en parler plus tard. Outre le fait de lui donner le balai, la jeune fille ne sut pas réellement alimenter la conversation jusqu’à ce que Callum enchaîna lui-même à nouveau.

- Ok ! Oh ! C’est une bonne idée. Je vais en parler à Arya. Toutes les bouteilles de bière de Jake seront maintenant de l’eau. Elle, elle doit savoir transformer le vin en eau !

Trottinait-elle retrouvant avec joie l’humour et la gaieté de son père alors qu’il la félicitait sur son choix de balai pour payer et sortir. Elle avait alors prit une grande inspiration et tout allait mieux. Marlow détestait qu’on se sentait triste ou en colère d’où le fait qu’elle vivait mal les disputes incessantes de ses parents.

Certes, parfois, elle savait que ses parents la couvaient un peu trop. En tout cas, sa mère surtout. Marlow l’avait rarement vu chez son père. Donc, elle se surprenait d’entendre son père lancer de venir la voir. Les premières années n’avaient que des cours de vol sur balai: maman lui avait dit. Il n’était pas question qu’il vienne la voir à ses cours de vol ! Oui, elle veut le voir lorsqu’elle sera en compétition. C’est certain. Mais qu’est-ce que ses pairs diront s’ils voient son père ? « Oh ! Fille à papa ! » « La petite fille trop nulle incapable de sortir des « jupes » de son père. » Non ! Il fallait trouver un moyen pour que son père ne vienne pas la voir en cours de vol. La jeune fille avait donc courut un moment pour rattraper son père parce que … Il marchait vite dis donc !

- Papa ! Tu n’es pas obligé de venir me voir en cours eh. Tu auras beaucoup de choses à faire au travail … Puis, c’est quoi que tu fais au juste comme travail ? Je n’ai jamais compris. Maman dit que tu travailles au Ministère, mais tu es à Poudlard. C’est à cause des problèmes que tu es à Poudlard ? Tu dois les régler ?

Changea-t-elle subitement de ton passant de gentil et responsable évitant que Callum se sente coupable face à son refus qu’il vienne aux cours à intriguée. Son petit nez froncé, elle l’observa de sa petite taille un moment. Non, c’est vrai. Elle ne comprenait absolument rien. C’était l’homme de la situation ? Celui qui devait tout régler à Poudlard. Marlow a toujours été très fière de son père.

- Oh ! Ils sont trop mignons ! … Regarde papa le petit chaton. Le noir et blanc.

S’écria-elle alors qu’on passait - sans trop en paraître - devant la boutique des animaux magiques. Il y avait aussi beaucoup de hiboux dont certains si majestueux qu’ils faisaient briller les yeux d’émerveillement de Marlow. Subitement, un autre petit chaton de couleur caramel, cette fois, sauta sur le noir et blanc. Ils se battirent et notre jeune fille rigola. Oh ! Elle en voulait un. Certes, comment l’annoncer à son père qu’elle désirait un chat pour aller à Poudlard. Marlow se rappelait de Boo : elle le lui avait fait cadeau l’année passée. Oh ! Ils deviendraient amis étant à Poudlard ensemble ! On ressentait son excitation simplement par le mouvement de ses pieds toquant contre le mur de pierre au sol.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Sam 13 Sep - 12:45


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







E
lle lui fit retrouver le sourire. Sa bonne humeur jamais bien loin, elle trottinait, entraînant avec elle les inquiétudes et sombres pensées de son père. Envie de la prendre dans ses bras. A la place il paya le balai qu'il garda avec lui, c'était pas pour tout de suite. Enfin presque pas tout de suite. Amusé par l'attente qu'il allait créer, Callum marchait de son pas habituel – c'est à dire rapide – jusqu'à ce qu'il aperçoive au loin la boutique d'animaux de compagnie. Il allait la retrouver aux cours de vol, s'entretenir avec l'enseignante sur ses prouesses, peut-être même pourra t-il assister à son recrutement quand elle en aura l'autorisation ? Il doutait d'être alors encore en poste à Poudlard mais, après l'année passée à y travailler, il devrait pouvoir s'arranger. Fierté paternel, il était ragaillardi par ces pensées, par la joie anticipée de partager ces moments avec sa fille. Enfin, enfin il allait se rapprocher d'elle, l'avoir à lui et ne plus devoir supporter ex et belle-famille à chaque fois qu'il lui rendait visite ! Enfin, ça c'était s'il restait encore à Poudlard l'année prochaine mais il le supposait, son travail y était loin d'être terminé. Il est délicat de comprendre la sensation de bien-être qu'il ressentait en cet instant, ses inquiétudes sur Jacob étaient toujours présente, le désagréable sentiment de possessivité vis-à-vis d'Aryanedëlle ne partait pas, mais il était bien. Vraiment bien de pouvoir avoir la possibilité de combler les trous du passé. Plutôt que prendre un retourneur de temps, il allait être plus présent ici et dans l'avenir.

Elle ne veut pas de lui. Déception, sentiment d'être incompris, d'être un idiot aux souhaits solitaires. Elle s'en fiche bien de sa présence, il lui semble même qu'elle préférerait qu'il ne revienne pas à la rentrée de septembre. Les vieux c'est la honte. Le message est clair, il l'a dit milles fois à ses parents mais là, il comprend la douleur que ces derniers avaient pu ressentir, enfin sa mère, le paternel c'est une autre histoire. Vexé, il a envie de l'engueuler que s'il veut la voir il ira la voir. Qu'il a bien l'intention de mieux la connaître, que de toutes façons ce n'est absolument pas négociable car il est son père. Se retenir de faire un scandale au milieu des passants, essayer de la comprendre. Non il ne comprend pas. Il va répliquer, méchamment, il va hausser le ton mais elle a déjà repris la parole. Combien de fois sa manie des longs discours lui a sauvé la mise ? Trop pour qu'il garde le compte. Marlow parle, parle et lui, il se noie sous ses questions, ses histoires. Elle arrive à l'embrouiller tant et si bien qu'il finit par bavarder avec elle... oubliant complètement qu'à la base, il était venu pour la réprimander. Stratégie ou juste coup de chance ? Aucune idée.

Forcément elle choisi le sujet qui fâche. Bientôt onze ans et elle n'a toujours pas saisi qu'elle n'obtiendra rien de lui ? Comment lui expliquer que cela ne la concerne en rien ? Que moins elle en saura sur son métier, mieux elle se portera ? Le département des mystères, voilà ce qu'il fait et – il n'en doutait pas – elle allait vite apprendre par ses petits camarades qu'il était « l'Homme de main » du département des mystères. Cela ne voulait pas dire grand chose, c'était même encore plus énigmatique mais un tel département... même si la porte est juste entrouverte... elle va sauter sur l'occasion. Pousser la porte, fouiner, retourner la paperasse et les objets, elle va tout faire pour satisfaire sa curiosité. Là où il travaille ça n'a pas de fin, ce ne sont que des rebondissements abracadabrantesques, épuisants et à la limite du légal. Tu es trop curieuse ma fille pour que je t'en parles. Tu es bien comme ta mère.

C'est ça, nous sommes là pour régler les différents soucis de l'année. Soucis ? Il minimisait fortement la situation pour ne pas l'inquiéter inutilement si elle ignorait tout des agressions. Callum n'en dit pas plus, elle allait découvrir par elle-même le visage du Patron ainsi que celui de son collègue, le secrétaire du Patron, Theobald Bishop. Pas la peine d'en parler maintenant, elle pourrait le bombarder de question toute la journée, s'engouffrant dans ce qu'elle pourrait prendre pour une ouverture. Craignant qu'elle ne recommence, il ne fut jamais aussi heureux de voir un chat. Vient on va les voir, un brin enthousiaste de changer de sujet, ils se rendirent aussitôt dans la boutique. Elle riait devant deux chatons et sa bonne humeur revint. Il est mignon et regarde celui-là, on dirait Boo. Il montra le roux en se penchant mais un autre, plus gros et tout gris, vint s'affaler endormi sur le petit roux, ce qui lui tira un rire léger. Amusé, Callum se redressa pour regarder les autres animaux. Les hiboux et compagnie sommeillaient ou piaillaient de faim car les rongeurs étaient installés à leur côté. Rats, souris, gerbilles, ils étaient tous à courir dans leur cage ou à dormir lovés en boule. La boutique avait ouvert sa gamme aux chiots, dont un petit qui fit des yeux doux à Callum. Pas de chien à Poudlard. Envie violente d'en prendre un quand même. Tu vas le mettre où ? Boo tolère le chien des voisins... Pas raisonnable. Il détacha à regret son regard de la petite Rottweiler qui, triste de ne pas avoir capté son attention, lui tourna le dos. Marlow n'avait pas quitté les chats des yeux. Amusé par son envie, il sut le cadeau parfait pour son anniversaire. Pas un balai dont elle connaît déjà l'existence, non, une de ces boules de poil étaient bien meilleur... mais il ne fallait pas qu'elle le sache ! Sans trahir son amusement, Callum passa son bras sur ses épaules pour l'entraîner avec lui au rayon chouettes & hiboux.

Alors.... attente, vas-t-il lui en prendre une ?... Je vais vous prendre une boîte de Bec d'Hibou, ça ira merci. Déception, il avait acheté de la nourriture pour hibou et, sans s'intéresser à elle, alla payer. A son retour il lui mit la boîte dans les mains, tiens tu donneras ça à ta mère. Tu prendras son hibou quand tu iras à Poudlard, la tradition veut que l'on ait un animal de compagnie et ça lui fera tellement plaisir que tu prennes à ton tour celui qu'elle a eu. Un vieux hibou dégarni, le rêve de toutes les premières années. On se prend une glace ?, et Callum fut intransigeant là-dessus : ils ne retourneront pas à la boutique d'animaux, le vieux sac de plume de June fera amplement l'affaire.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Dim 14 Sep - 4:42

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
Son père restait toujours évasif. C’était encore pire lorsqu’elle tentait de comprendre l’emploi lui prenant tant de temps et d’énergie. Marlow savait parfaitement qu’il faisait quelque chose de bien, d’héroïque même. C’était son père. Elle voulait juste savoir pour vraiment être fière de lui. Oui, elle l’aimait vraiment beaucoup son père. À cette seule réponse, Marlow s’imaginait alors qu’il devait protéger tous les élèves. Son cœur se gonflait de bonheur, de joie, de fierté. Il y a eu tellement de problèmes l’année dernière à Poudlard. Oui, elle eut un petit pincement de nervosité face à tout cela. Elle allait entrer dans la gueule du loup là où des gens se sont fait tué l’année précédente. Mais non ! Dans un sourire, la jeune fille savait ne rien craindre parce que son père serait là.

Elle avait donc retrouvé sa vivacité et sa joie une fois de plus pour en presque oublier l’Éclair de Feu. Marlow pensait, tout simplement, que son père le transportait pour le lui éviter. Oui, notre chère Marlow était naïve. N’avait-elle pas songé elle-même à le vouloir pour son anniversaire ? Ah, elle ne comprenait vraiment rien à rien. Puis, les chats captaient toute son attention. Un rire fusa d’entre ses lèvres lorsque Callum compara un petit chaton roux à Boo. Heureuse, elle suivit l’homme à l’intérieur du magasin. Les mains contre la cage des chatons, Marlow passait alors ses doigts entre les barreaux. Un chaton vint les renifler puis, il les mordit. Non ! Marlow n’avait pas peur. Pas du tout voyons ! Et cela n’avait rien à voir avec le sursaut qu’elle eut !

- Papa … J’aimerais av …

Tenta-elle de lui indiquer de son index droit, mais son père l’amenait devant les hiboux et chouettes. Ils étaient tous beaux et surtout majestueux. Elle poussa même une exclamation d’émerveillement à voir tous ces oiseaux pépier pour certains, manger ou dormir pour d’autres. Certes, elle souhaitait plutôt un chaton. Quoique, un hibou était aussi pratique. Elle ne voulait pas contredire son père. Non ? Malgré que cet animal nocturne lui fasse un peu peur. Elle avait peur de voir fondre sur elle, en pleine noirceur, un hibou ou peu importe quoi d’autre même. Marlow se mordilla la lèvre lorsqu’elle entendit son père faire son choix. Il avait décidé et ce serait le hibou. La tête basse, elle prit sa mine boudeuse le suivant docilement. Peut-être qu’il allait se rendre compte de sa mine déconfite et allait changer d’idée. Oui, c’était un bon choix quand même, mais … Enfin, c’était jusqu’à ce qu’elle se rende compte avoir Ronflac comme ami.

- Ah … Mais Ronflac est tellement vieux qu’il sera impossible pour lui de porter des colis !

Tenta-elle le tout pour le tout dans un petit air suppliant le petit paquet maintenant collé contre son corps. Elle allait être la risée de toute l’école ! Marlow Hodgson et son hibou incapable de traverser Poudlard pour lui donner son courrier. Pff ! Tapant des pieds contre le sol, elle était en colère et le faisait bien savoir. Elle laissait bien paraître ne pas être d’accord. Elle aurait aimé, au moins, avoir un nouvel hibou. Non ! Puis, son père lui proposa de prendre une glace. Rien ! Il ne se souciait même pas d’elle ! Comme d’habitude ! Tss !

- Ok !

Répondit-elle peut-être un peu fort et frustrée à cause de la colère qui échauffait tout son corps. Son père était nul parfois. Marlow lui tourna le dos et prit les devants tel un petit chef, la tête haute, dirigeant nos deux compères vers la boutique de FlorianFortarôme. Oui, elle en avait envie de cette glace. Oui elle se sentira certainement coupable bientôt de faire tout un plat juste parce qu’elle n’a pas eu son chat. Elle aimait son père ne vous l’avait-on pas dit déjà ? En vue de la dite boutique, la jeune fille entra sans se retourner et là prit une grande inspiration.

- Pourquoi ne veux-tu pas que j’aie un chat ? Je te promets que je vais être responsable et bien m’en occuper. Il ne manquera de rien. Je vais même lui faire de l’exercice pour ne pas qu’il devienne trop gros.

Réussit-elle à pouffer de rire face à la pensée d’un chat obèse. Elle savait bien, toutefois, qu’il était impossible de discuter avec son père. Pourquoi le tentait-elle donc ? Lorsque ce dernier prenait une décision, c’était final. Peut-être la raison pour laquelle Marlow aimait faire ce qu’elle désirait. Elle tenait à une certaine liberté et de plus en plus. À la maison, lorsqu’on vivait tous ensemble, c’était Callum qui décidait. Toujours ! Elle fronça son nez puis, subitement, tout sortit sans vraiment le vouloir. Tout se déversa en s’entrechoquant sans vraiment qu’elle y pensa avant. Des mots qu’elle savait faire mal. Ils lui faisaient mal aussi sous l’impulsion de la colère

- Tu décides toujours tout pour moi ! C’est injuste ! Puis, aussi, tu ne me dis jamais ce que tu fais comme travail comme si tu ne voulais pas que je le sache ! Pourquoi ? Maman m’a toujours dit ce qu’elle faisait et je connais ce que font les pères de mes amies même ! Je n’ai plus 5 ans, je peux comprendre si tu m’expliques papa ! Je … Je voudrais savoir.

S’échauffa-elle terminant dans un murmure. Deux ou trois clients se trouvaient dans la boutique et les regardaient. Le serveur derrière le comptoir resta pantois, la bouche ouverte, un moment avant de retourner à ses affaires. Les clients, eux, observèrent Callum un air qui en disait long sur leur visage. Ils réprimandaient silencieusement les pauvres traitements, selon eux, que donnait l’homme à cette jeune fille : encore l’un de ces satanés Sang-pur qui souhaite avoir un enfant parfait pensèrent-ils certainement.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Jeu 18 Sep - 16:39


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







E
lle pourra tout faire pour le retenir, lui prouver sa motivation, bouder, grogner, n'importe quoi, qu'il ne cédera pas. Elle aura un hibou, un point c'est tout ! Ou pas, mais ça elle l'ignore et c'est d'autant plus amusant de la voir se démener pour le convaincre qu'elle saura être une bonne maîtresse. Ça il n'en doute pas, il a quelque doute quant au fait que le chat ne virera pas obèse pour causes de trop bons traitements mais c'était un détail. Elle allait être parfaite pour le chaton qu'il avait choisi mais chut, elle ne doit pas savoir. Silencieux, la laissant s'énerver toute seule, il la suivit jusqu'à la boutique de glace. Ah Marlow, tu peux être énervée, ton ventre n'oublie jamais ce qui compte. Sauf qu'à la porte même de la boutique elle s'arrêta net, les yeux des clients rivés sur eux, le patron qui s'inquiète d'une esclandre car il doit voir le visage de sa princesse, elle ne bouge plus. Tendue, comme lui lorsqu'il se retient de ne pas bondir, elle finit par craquer, tiens tu ne ressembles pas complètement qu'à ta mère, et c'est lui qui subit sa colère. Elle lui déversa tout ce qu'elle retenait depuis si longtemps, tout ce qu'elle avait retenu ou dit par petites touches minimes, elle le lui envoyait au visage. Tout ça parce qu'il lui faisait une blague... pour une fois qu'il se montrait taquin, pour une fois qu'il essayait d'être un bon père, un père « normal »... mais elle a raison. Il mérite ce qu'elle lui envoie, il comprend son point de vue et sa douleur alors qu'elle, jeune, ne peut comprendre le sien. Tout le monde n'a pas un père au ministère. Sa voix lourde sonna comme une gifle, sous le regard choqué des clients il tira Marlow dehors par le bras, peu désireux de poursuivre cette discussion dans l'entrée d'un magasin. Il n'avait pas haussé la voix, mais cela aurait été préférable car ses mots lourds, profonds, étaient plus percutant que ses cris. Ils fermaient toute discussion, tout débat. S'accroupissant face à sa fille, Callum la regarda droit dans les yeux et la prit doucement les deux bras pour qu'elle sente combien ce qu'il avait à répondre était important.

Tu sais tout ce qu'il faut savoir Marlow. Je travaille au département des mystères, je ne peux pas t'en dire plus. Ne le prend pas pour toi, personne ne doit savoir ce qu'on y fait. C'est secret et cela concerne les affaires du ministères, ne t'en mêle pas, ce n'est pas pour toi.

Il ne voulait pas qu'elle sache pour milles raisons. Plus encore que les raisons habituellement invoqués que cela ne la concernait en rien, il refusait qu'elle sache également que son père était l'homme de main, l'homme à tout faire, de Robert Hilliard. Il n'allait certainement pas lui dire que lorsqu'il fallait faire cracher le morceau à un sorcier mais que personne n'avait de veritaserum sous la main, c'était lui qu'on appelait. Il n'allait pas lui dire qu'il était même bien plus efficace que cette potion dont un bon occlumens pouvait déjouer les effets. Elle voulait tout savoir car elle ignorait la vérité, mais que penserait-elle si elle apprenait que son père, loin d'être adoré, était surnommé « le chien d'Hilliard » ? En bon chien il obéissait au doigt et à l'oeil du Patron, il traquait aisément les éléments déviants, n'avait aucune pitié. Le coupable pouvait bien être le meilleur père et le plus doux des maris, il l'enverra tout de même à Azkaban s'il a fauté. Comment lui dire qu'il a croisé des voyantes, a entendu des prophéties, eu des artefacts dans les mains... Elle ne doit rien savoir, le département des Mystères n'a pas de description car personne ne doit en connaître les activités.

Il lui sourit doucement, il savait bien que ce n'était pas suffisant, que ce ne sera jamais suffisant jusqu'à ce que sa curiosité soit satisfaite ou qu'elle arrive à accepter de ne jamais savoir. Je ne veux pas que tu continues à t'énerver pour ça, mon travail c'est de tous vous protéger mais je ne peux te dire comment ou pourquoi, c'est tout. Profite de ton été, d'être ici, d'accord ? Non elle n'allait pas être d'accord, il en était sûr. Elle souffrait à cause de lui, comme sa mère en avait souffert mais un jour elles comprendront qu'il fait ça pour les protéger, elles comme lui. Une information tirée de son département et c'est être une cible sur patte, c'est être un point faible. Si un jour il est muté aux archives, ce sera plus simple. On retourne à la boutique ? Comme si une glace pouvait arranger les choses, mais il est démunit face aux sentiments de Marlow. Il ne sait pas comment les gérer, ne sait pas quoi ajouter aussi, maladroitement, il se pencha pour l'embrasser affectueusement le haut de la tête. Tu sais que je t'aime, princesse. Il se sent comme un père incompris, mais un père qui fait ce qu'il faut.  

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Messages : 115
Galions : 70
Âge : 11 ans
Classe : 1ère année
Avatar : Bailee Madison
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Dim 21 Sep - 17:03

Callum Hodgson ∞ Marlow F. Hodgson
Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée
Elle avait tressaillit. Ce fut tel un frisson, mais alors ses muscles se tendirent tellement que son corps refusait de bouger à nouveau. Marlow prit peur face à son père. À chaque fois qu’il la sermonnait, ce dernier était effrayant … Le petit cœur de la jeune fille battait subitement vite et à son grand dam, elle se sentit déglutir souvent, rapidement comme pour tâcher d’éviter de montrer quelques larmes. Marlow sentait de plus en plus une chaleur derrière ses yeux. Plus elle se retenait de montrer une faiblesse et plus la chaleur empirait. C’était atroce. Pourquoi ses larmes souhaitaient-elle se montrer ici et maintenant durant cette magnifique et parfaite journée ? Pour tout un tas de raisons qui se chamaillaient pour avoir la première place dans sa tête. Elle était en colère, elle voulait savoir et connaître mieux son père. Elle aimait son père. Elle se sentait coupable.

Ce fut Callum qui finalement l’empêcha de s’enraciner sur le porche de FlorianFortarôme l’emmenant dehors. Marlow se mordait alors fortement les lèvres évitant de faire entendre un sanglot. Ils n’étaient pas loin et … Non ! Elle n’était pas une petite fille idiote qui pleurait pour rien. Non ! Elle était fière. Certes, pendant que Callum restait sur ses arrières, Marlow passa une main contre ses yeux éliminant les larmes qui souhaitaient ardemment sortir. C’était une bataille entre Marlow et ces dernières jusqu’à ce que son père s’accroupisse devant elle la serrant aux épaules. Ce n’était pas désagréable. Elle aimait se contact.

- Ok … Je …

Hochait-elle alors la tête face aux explications de Callum : personne ne devait connaître les missions et les activités du Département des Mystères. Marlow aurait pu en être curieuse, mais elle fut bien trop bouleversée actuellement. Elle savait avoir blessé son père et donc sa bouche semblait s’amuser à ses dépens. Elle tremblait tellement que ses mots ne voulaient plus rien dire. C’était bien plus aisé, avec force détermination, de hocher la tête. Toutefois, les autres paroles de son père lui firent prendre vraiment conscience du travail de ce dernier qui était la sécurité des gens, de sa famille. Marlow tâcha alors de sourire malgré les tremblements dans sa bouche et la larme qui lui coulait le long de la joue droite. Il protégeait les gens. Elle aimerait faire de même. Protéger les gens et qu’il soit fière d’elle. Ce serait vraiment super. Comment faisait-on pour entrer au Département des mystères ?

- Ok…Je t’aime papa aussi.

Baissa-t-elle la tête le laissant l’enlacer et son cœur se détendit. Elle eut un sursaut tel un sanglot qui voulut la faire passer pour une idiote. Certes, dès que Marlow se défit de l’emprise de son père, rien ne parut. Elle hocha la tête et on rentra de nouveau à l’intérieur de la boutique. Marlow avait un nouveau but dans son cœur soit celui d’aider et de protéger la population comme le faisait son père. Elle comprenait. Elle n’était pas stupide. Certes, elle voulait mieux comprendre.

Au moins, les autres clients avaient disparus et donc la jeune fille se retrouva devant le comptoir en face de l’employé qui lui sourit amicalement. Oui, il avait bien remarqué la dispute précédente. Il restait silencieux, car cela ne le concernait nullement, mais sourie à la jeune fille pour tenter de lui redonner sa joie de vivre. Puis, elle était si belle cette enfant.

- Une glace à la fraise et chocolat s’il vous plaît.

Dit-elle avec plaisir tout en passant un regard vers son père qui se voulait un questionnement quant à son choix. La tristesse fut disparue en bonne partie et la glace allait lui redonner le peu de joie de vivre qui lui faisait encore défaut. Tenant d’une main le petit sac, Marlow prit sa glace de l’autre.

- Voilà ma belle et pour vous ce sera ?

Demanda-il finalement à Callum gardant le même ton, mais était à l’évidence plus sérieux. Marlow alla s’asseoir à une table près de la fenêtre. Elle posa le petit sac dessus et commença à déguster sa glace à deux boules sans attendre son père. Bien quoi, il allait payer … Puis, les glaces de FlorianFortarôme étaient les meilleures et de loin. Certes, elle gardait tout de même une petite pensée pour le Département des Mystères. Elle n’en dit rien à son père, car c’était clair qu’il l’en empêcherait. Elle voulait protéger les gens et travailler avec lui. Ce serait vraiment super. Vraiment.


code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 315
Galions : 370
Âge : 35 ans
Classe : Ancien Poufsouffle
Avatar : Tom Hardy ♥
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   Jeu 9 Oct - 11:39


 Marlow Flora & Callum
C'est une belle journée
pour une escapade père et fille







I
Il essuya la larme du pouce qui coula malgré elle sur sa joue, avant de l'enlacer. La dispute était passée mais il restait mortifié de l'avoir mise dans un tel état. Doucement il la sentit se détendre, elle perdait ses tremblements mais cela ne changeait rien. Désolé Marlow. Il refusait de s'appesantir plus sur le sujet, cela ne ferait que retourner le couteau dans la plaie aussi Callum reporta leur attention sur la boutique de glace. Pas le meilleur des soins mais il semblait faire son petit effet, un sourire prit place sur son visage fermé quand il l'entendit commander. Elle ne perdait pas le Nord et retrouvait bien vite sa joie de vivre, soupir retenu, pourquoi s'inquiétait-il autant pour elle alors que clairement elle allait s'en sortir haut la main dans la vie ? Sa petite a de la ressource. C'est fier d'elle qu'il se présenta à son tour devant le marchand. Le sérieux de ce dernier fut renforcé par l'étrange fierté, le regard éclatant, de Callum qui devait passer pour le père le plus étrange de la journée. Rien à faire de ce que vendeur pouvait penser de lui.

Myrtilles et citron s'il vous plaît, merci.

Comme toujours, une boule à la myrtille, son parfum préféré qu'il mangeait à toutes les sauces. Le second parfum changeait en fonction de ses envies mais rien ne pouvait détrôner la myrtille. Remerciant une nouvelle fois le vendeur d'un signe de tête, il prit la glace tant bien que mal avec le balai qu'il tenait déjà, alla poser le tout avant de revenir régler la note. Décidément, il n'arrivait pas à lui sourire correctement, ce glacier qui continuait à le juger.

Bon appétit, tu me fais goûter ?

Dit-il en prenant sans attendre son consentement un petit bout de sa glace avec un sourire amusé. La conversation se poursuivit sur Poudlard et les différentes boutiques qu'ils allaient visiter après leur pause, puis sur les projets de fin d'année et ceux, plus loin, estival de Marlow. Callum suggéra d'aller également faire un petit tour rapide en centre de Londres pour qu'il aille rapidement s'acheter le dernier roman d'Ellory. Une petite escapade chez les moldus. Lentement, sous cette conversation agréable, il fit disparaître le malaise persistant de l'avoir rendu mal toute à l'heure. Il ne démordit pas qu'elle aurait le hibou miteux à son anniversaire. Puis, alors que le soir tombait, il la ramena chez sa mère avec qui il échangea brièvement sur la journée qu'il venait de passer. Serrant fort sa fille contre lui, Callum lui souffla qu'il était fier d'elle, sans se justifier, sans préciser d'où cela pouvait venir mais il s'en fichait. Il n'aimait pas se justifier. L'embrassant sur le front avant de l’ébouriffer car elle était toujours si bien coiffée que s'était tentant, il demanda à voir June en privé. Loin des oreilles attentives de Marlow il lui expliqua qu'il lui avait offert quelques livres et un balai mais surtout, qu'elle ne devait pas lui offrir un animal de compagnie. Les deux se mirent d'accord sur ce choix, retrouvant brièvement un semblant de complicité autour de ce cadeau d'anniversaire. Ils continuèrent à en discuter un petit moment jusqu'à ce que Callum passe vite fait faire un énième au revoir à sa fille, puis prenne sa voiture pour s'en retourner chez lui, d'où il transplana pour Poudlard.

A la prochaine fois, princesse.

_________________
Qu’importe j’irai où bon te semble. J’aime tes envies j’aime ta lumière, tous les paysages te ressemblent quand tu les éclaires. J’irai où tu iras, mon pays sera toi. J’irai où tu iras qu’importe la place, qu’importe l’endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chemin de Traverse avant la cohue de la rentrée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Londres :: Le Chemin de Traverse-