Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 • Le reste de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Admin
Admin
Messages : 436
Galions : 565
Âge : 34 ans
Avatar : Harry Lloyd
MessageSujet: • Le reste de la ville   Jeu 1 Mai - 22:38

Event#5 - Commémoration du 2 mai

Le reste de la ville
Si l'animation, les rires et les éclats de la foule bordent les rues pavées de Pré-au-Lard, il persiste néanmoins quelques lieux où vous pourrez retrouver un peu plus de calme ou tout du moins un peu d'air pour respirer loin de la cohue. Ici, vous êtes loin de la foule et des animations, plus près du vieux cimetière également et de la cabane hurlante également. A tous les sorciers qui cherchent un peu de solitude, voici l'endroit idéal.


Règle de l'event
________________________________________

- A la fin de votre post, indiquez les actions importantes faites par votre personnage en une phrase très courte si vous pensez que cela peut influer sur les réponses des joueurs suivant dans une balise
Code:
[spoiler][/spoiler]

- Indiquez de la même façon lorsque votre personnage quitte un secteur pour se rendre dans un autre.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascensio.forumactif.org
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 459
Galions : 880
Âge : 25 ans
Classe : Ancienne Gryffondor
Avatar : Anna Paquin
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Ven 2 Mai - 14:07


Event#5 : Commémoration du 2 mai

Commémoration du 2 mai
Rose I. Carthew

Rose savait que les commémorations du 2 mai étaient pour les plus jeunes un moment de fête. Pour les plus âgés, c’était un moment de mauvais souvenirs qui remontaient à la surface. Pour des Aurors les plus jeunes comme l’ancienne Gryffondor, c’était un moment particulier aussi. C’était à ce moment où les dangers du métier remontaient. La jeune femme avait toujours su que son métier était dangereux, mais lorsqu’elle lisait les noms des Aurors décédés pour la Grande Bataille c’était encore pire…

Lorsqu’elle se leva au matin du 2 mai, elle savait qu’elle aurait une grosse journée. La jeune femme n’était pas dispenser de sa mission à Pre-au-Lard. Au contraire, c’était la journée où elle devra faire preuve de vigilance. Avec tous les sorciers qui venaient d’Angleterre, c’était un danger permanent qui régnait. Elle enfila donc une robe noir, cacha sa baguette magique dans une des poches et attrapa sa cape avec capuche. La journée serrait sans doute chaude, mais elle s’en fichait. Une baguette magique servait bien à quelque chose. Elle descendit les escaliers, salua Annette puis sortit du Trois balais. La foule se pressa déjà. Glissant ses cheveux blonds sous la capuche, Rose passa rapidement inaperçu. Elle se dirigea vers le cimetière et la Cabane Hurlante. C’était le seul endroit qui n’était pas surveillé et il n’y avait personne.  Elle vit son hibou s’approché d’elle. Il se posa sur la cloture qui entourait la Cabane Hurlante.

« Bonjour Sparwaki. »

Le petit hibou marchait sur le bout de bois et se retrouva devant sa maitresse. Rose le caressa doucement tout en observant le bâtiment abandonné qui se trouvait devant elle. La Cabane Hurlante n’avait plus la même réputation. Rose avait entendu dire de son père que ce bâtiment était hanté. On sut que c’était à cause de Remus Lupin lors de ses transformations. « C’était une belle légende. » pensa Rose. Des bruits de pas se firent entendre et l’Auror se retourna brutalement tout en pointant sa baguette magique vers le nouvel arrivant…



Spoiler:
 

_________________
I need you two...
"J'ai besoin de vous deux, même si entre vous, c'est la guerre... (c) code by Silver Lungs




Dernière édition par Rose I. Carthew le Lun 19 Mai - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Sam 3 Mai - 19:25

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Ernest Elphias Rosenwald
Tout ça, c'était nouveau. Pour Ernest, ce n'était pas habituel d'attendre quelqu'un, d'avoir décrété d'un « point de rendez-vous », d'être le premier à s'y retrouver et de guetter la silhouette de celui avec qui cela avait été convenu. Bien des choses avaient changé en un mois, son quotidien, ses habitudes, tout cela s'était vu bouleversé depuis les incidents de mars. Les choses s'étaient enchainées si vite qu'il peinait à leur trouver un sens, mais depuis quelques semaines Ernest Rosenwald n'était plus une ombre des couloirs du château et si sa réputation ne s'était pas vu transformer en un claquement de doigt, restait le fait que pour la première fois de sa vie, il les traversait accompagné. Oui, pour la première fois, il avait la sensation qu'on voyait autre chose en lui que sa sinistre réputation, qu'on se moquait de qui était son père et qu'on s'intéressait à son travail, au sorcier qu'il pouvait devenir, du moins c'était ce que lui renvoyait le regard de Simon Thornquill.

C'était lui qu'il attendait cette après-midi, lui avec qui il parcourait les couloirs maintenant. Une alliance improbable qui avait surpris plus d'un de leurs camarades, mais le silence se faisait à leur passage et nul n'avait trouvé à redire au fait que le sang pur ait découvert un acolyte en la personne du dernier Rosenwald. Si Simon n'était pas forcément apprécié par ses paris, il avait néanmoins leur respect ce qui plaçait Ernest dans un siège confortable et les brimades s'étaient faites moins incisive à partir du moment où il s'était affiché à ses côtés. Ce siège cependant, il ne l'avait pas quémandé, on l'y avait installé sans qu'il n'ait de mot à dire la dessus et doucement mais sûrement, il commençait à y prendre gout.

Peut-être Anarchy les rejoindrait-il... Il n'était pas rare que Simon invite Ernest à l'accompagner quand il avait rendez-vous avec celui qui les avait conduits sur la quête de la pierre d'Anelore. Ensemble, ils cherchaient, accumulaient les connaissances sur le sujet depuis des semaines, et bien que rien ne se soit avérer probant pour le moment, ils continuaient à persévérer avec l'intime conviction qu'ils arriveraient à leurs fins. Il ne serait pas étonnant que l'héritier des Selwyn vienne les retrouver là, Simon lui avait peut-être même passé le mot. Après tout, qu'avaient-ils à fêter tous les trois en ce jour de 2 mai ? Rien. Rien du tout sinon la chute de leurs familles respective. Aussi, il n'était pas certain que cela vaille le coup de célébrer cela.

Assis sur un muret à la lisière de Pré Au lard, lui parvenait de son perchoir les bruits des animations du village auquel il était quelque peu insensible. Il faisait étrangement chaud aujourd'hui, le soleil était lui aussi au rendez-vous comme s'il avait voulu accompagner la fête et honorer les célébrations. Fermant un instant les yeux et penchant légèrement son visage vers l'arrière, le Serpentard profita de ses rayons. La fin de l'hiver était une délicieuse nouvelle pour lui qui avait toujours mal supporté cette saison, à l'image de son patronus, la couleuvre, qui n'appréciait guère l’arrivée des temps froids. La couleuvre... L'apparence, aussi, que prenait son père... Tout cela était finalement loin d'être un hasard.

Rouvrant les yeux, sa vision se voyant instantanément floue et parsemée de couleurs vives, il discerna plus loin la silhouette d'une des Aurors qu'il avait pu croiser à Pré Au Lard lors de ses excursions. Il l'observa un instant, songeant à l'état d'esprit dans lequel devaient se trouver les membres de l'élite spéciale du ministère de la magie. Rien avait avancé malgré leur arrivé à l'intérieur et aux alentours de château, et bien qu'ils ne cachent adroitement le fait qu'ils ne semblaient avoir aucune piste, on commençait à se poser des questions sur l'efficacité de la démarche. La presse couvrait le manque évident de nouveauté dans l'affaire, évoquant le cas très vaguement et se contentant de livrer de bref résumé rassurant mais vide d'intérêt. À l'heure actuelle, nul ne pouvait dire où tout cela allait mener.

Ernest s'étira doucement, massant sa nuque avant que son attention soit reportée. Quelqu'un approchait.








Spoiler:
 

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Dim 4 Mai - 11:04

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Simon Thaddeus Thornquill
Le battement des ailes noir du corbeau de Simon se perdirent en échos au dessus des cimes des sapins derrière le lac noir. Le jeune homme se tenait là, quasiment immobile, ses yeux vert fixé sur un point invisible à l'horizon, le visage fermé. Il c'était déroulé beaucoup de choses dernièrement dans Poudlard, et certaines personnes ce devaient d'être au courant.
Rebroussant chemin une fois son oiseau messager disparut. Le Serpentard pris la direction que tous les élèves prenaient en ce jour de fête. Un jour de fête pour eux, mais loin était-ce le cas pour Simon qui ne voyait en ce jour que le morbide anniversaire de l'emprisonnement de ses propres parents.
Sur le chemin qui le conduisait à Pré-au-lard, beaucoup ce mirent à l'éviter, préférant ne pas croiser son regard si inquiétant car insondable. Si certains élèves c'étaient visiblement mis sur leurs trente et un,  Simon affichait lui comme à son habitude, une chemise simple, une cravate et une veste. Il n'avait aucune raison de se montrer plus fringuant qu'à son habitude, et les projets de la journée ne l'engageait pas à revoir sa copie quand à sa tenu.
Le Thornquill n'était pas contre les fêtes en soit, seulement il ne se sentait jamais à sa place dans ces dernières, soit parce qu'il n'avait pas les même motifs de joies et de plaisir, soit parce que justement tous ce qui rendait ses compatriotes heureux lui était étrange. Simon Thornquill ne faisait jamais la fête, et pourtant aujourd'hui il se rendait à Pré-au-lard, sa sacoche à l'épaule, une main dans la poche de son pantalon noir, et le regard droit devant lui.
Il savait exactement où aller, loin, le plus loin possible de ces libations intempestives qui lui donnait la migraine, et aussi il savait qui rejoindre. Depuis quelques temps déjà, on ne croisait plus la tête d'oiseau aux bouclettes sans son tout nouvel acolyte, et si le duo avait fait jasé les couloirs aux primes abords, il était maintenant parfaitement entré dans toutes ces petites têtes de linottes qu'étaient les élèves de l'école, qu'Ernest Rosenwald était sous la protection de Simon Thornquill. Il n'y avait guère que les heures de cours où les deux garçons n'étaient pas côte à côte. Ernest et Simon se suivaient partout, le plus jeune sur les talons de l'aîné, que ça soit dans la salle commune, au petit déjeuné, où lors des quelques moments de repos que s'accordait Simon. Le vert et argent avait toujours été d'humeur plutôt solitaire, et n'affichait jamais réellement ses amis et ses alliés et pourtant, il trouvait cela plutôt agréable de montrer l'exemple, d'avoir le jeune sorcier sous son aile.
Anarchy et lui c'étaient mis d'accord, il fallait garder un œil sur Ernest, ce n'était pas le moment de laisser le petit sang-mêlé livré à lui même, et ils avaient toutes les raisons du monde de rester le plus proche de lui possible. Si Anarchy jouait les bourrus capable de taper du point sur la table pour réveiller la petite couleuvre, Simon excellait en protecteur du petit, et aimait ce rôle bien qu'il ne l'avouerait pour rien au monde.
Arrivant quasiment au lieu où ils c'étaient fixés rendez-vous, Simon s’arrêta un instant, observant une jeune femme qu'il avait déjà croisé de loin plusieurs fois à Pré-au-lard, c'était une Auror en mission, il le savait bien, et la voir ainsi loin des festivités mettait le Serpentard sur ses gardes.
Tout en gardant dans le coin de l’œil la tignasse blonde de la jeune femme, le Thornquill se dirigea vers le jeune sorcier qui c'était assis sur un petit muret bien à l'écart de toutes personnes présentes aujourd'hui. Ernest semblait l'attendre, et un mince sourire ce dessina sur les lèvres fines de Simon tendis qu'il s'approchait.

« - Désolé pour mon retard Ernest. J'avais du courrier à envoyer. »

S'installant près du garçon, Simon reporta son regard sur le village, tous le monde semblait emplit d'une joie et d'une effervescence nouvelle. Le temps était beau, c'était une chance pour les organisateurs de cette fête qui avaient établit plusieurs stand un peu partout et distribuant diverses objets et mets aux noms et couleurs extravagantes.
Posant sa sacoche entre lui et son camarade. Simon l'ouvrit avec un sourire emplit d'une certaine espièglerie qui lui était bien rare.

« - Du scotch, avec les compliments de la famille Thornquill. » Sortant triomphalement la bouteille remplit d'un liquide aux couleurs ambrés, Simon la mit sous le nez du jeune homme.

« - Après tout c'est la fête ! N'est ce pas ... » Le ton narquois du jeune homme en disait long sur ce qu'il pensait de tout cela, mais sa soudaine envie de boire quelques verres avec le garçon n'avait rien à voir avec tout ceci, non, ils avaient leurs propres raisons de prendre un moment de détentes tous les deux après tout, et peut-être même avec leur troisième complice si celui-ci daignait se montrer dans la journée.








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Dim 4 Mai - 17:44

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Kyan Wood et Doudou
Aujourd'hui tout le monde était beau, tout le monde s'était levé tôt alors qu'il n'y avait pas école. Moi j'avais voulu faire la grasse matinée mais la Préfète m'avait sortie du lit et ordonné de mettre mes plus beaux habits. Vilaine Rosemary. Boudeur j'avais cependant écouté ses ordres et après une douche rapide avait enfilé une chemise trouvé au fond de mon armoire et un pantalon noir en jean que ma tante m'avait offerte en pensant que j'allai dans un internat normal.
En regardant le calendrier accroché au dessus de mon lit, la date du 2 Mai et ce qu'il y avait marqué dessus m’expliqua alors pourquoi toute cette agitation. La guerre je ne l'avais pas vécu mais mes oreilles avaient suffit à me faire comprendre l’horreur que cela avait été pour tout le monde.

Attrapant Doudou pour qu'il ne loupe pas la fête ainsi que ma baguette au cas où Ruby viendrait m'embêter je suivi mes camarades Serdaigles jusqu'au lieu de la fête. Il y avait pleins de mondes, et pleins de stands. Je vis Meg derrière l'un d'eux, travaillant. C'était triste qu'elle ne puisse pas s'amuser.
J'avais un peu d'argent alors je le dépensa pour des bonbons qui allèrent rejoindre l'intérieur de la poche de mon pantalon. Je vis aussi un collier avec un pendentif tête de lapin et l'acheta pour l'offrir à Meg plus tard.

Tout content de mon cadeau, je vis un mignon petit chaton.

- Oh le mignon petit chat !!!

L'appelant pour qu'il vienne à moi l'animal au contraire s'éloigna en courant.

- Oh bah non revient !

Je me mis à lui courir après, slalomant entre les gens plus grand que moi. Mais au bout d'un moment il n'y avait plus personne. Je ne savais pas où le chaton m'avait emmener. Je serrai Doudou contre moi, regardant autour avant d'apercevoir deux Serpentard près d'un muret. Il y avait aussi quelqu'un d'autre, tout seul. Serrant plus fort ma peluche je m'approchait de la silhouette afin qu'elle m'aide à retrouver mon chemin. La personne se retourna alors vivement pointant sa baguette vers moi et je me baissai, fermant les yeux.

- J'ai rien fait c'est pas moi j'suis innoceeent








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Lun 5 Mai - 13:54

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Ernest Elphias Rosenwald
C’était lui, Simon Thornquill. Elégant comme à son habitude, il s’avançait vers lui avec un sourire à peine perceptible. Ernest n’éprouvait pas le besoin de mettre des mots sur le lien fin qui avait commencé à les unir tous les deux, il aurait été à vrai dire bien incapable de le faire. Il se contentait seulement de suivre le cours logique des évènements, se laissant porter comme il l’avait toujours fait et acceptant l’aide précieuse de Simon. Il n’avait peut-être pas été le premier à le faire, mais le seul tout du moins à lui tendre la main avec tant de conviction et de l’accepter à sa suite sans porte de jugement sur ce qu’il était. Ernest lisait entre ces lignes la possibilité de devenir enfin quelqu’un d’autre que le sinistre paria des Serpentard, il n’avait pourtant jamais foncièrement aspiré à autre chose que de survivre dans l’ombre mais pour la première fois de nouvelles perspectives s’ouvraient à lui et il ne se sentait pas de leur fermer la porte. A croire que certaines de ses ambitions avaient été celé jusque-là, qu’elles ne se révélaient que maintenant plus vive que jamais maintenant qu’il entrevoyait la possibilité de les mener à bien.  Bien sûr, il n’en restait pas moins méfiant. Il était loin de leur faire confiance mais s’était établi une relation de respect qui lui convenait parfaitement.

- Il n’y a pas de mal.


Répondit-il sans descendre de son muret quand Simon lui présenta ses excuses. Entre ses doigts, Ernest s’acheminait à triturer la première pierre qui lui était tombé entre les mains, la faisant glisser entre ses phalanges. Il n’avait jamais été à l’aise en matière de discussion et quand bien même il avait finit par s’habituer à la présence de Simon, il n’en restait pas moins maladroit dans ses prises de paroles. Par chance, Simon n’était pas plus loquace que lui, ils n’étaient pas rare de les voir côté à côté sans échanger le moindre mot ce qui était loin de lui déplaire. Alors qu’il faisait rouler la pierre entre son pouce et son index, son attention fut attirée par l’objet que l’ainé sortit de son sac. Une bouteille de scotch, lui appris t’il avant qu’Ernest ne relève les yeux vers lui. Simon savait-il, ou du moins se doutait il seulement qu’il n’avait jamais gouté la moindre goutte d’alcool dans sa vie ? Pinçant légèrement ses lèvres en observant le contenu ambré retenu entre le verre, il se refusa de l’informer que ce serait une première.

- Visiblement…


Répondit-il dans un rictus quand son interlocuteur suggéra qu’aujourd’hui était jour de célébration avant de jeter le caillou qu’il tenait en main jusqu’à alors pour se saisir de l’objet que Simon lui présentait.

- Le genre de fête sans invitations mais où il est déconseillé pour certains de se présenter.

Reprit-il en faisant mine de s’intéresser à l’étiquette de la bouteille. Il pouvait presque déjà sentir son contenu lui bruler la gorge. Et maintenant ? Comment étaient-ils censé gouter à ça ? S’il y avait un art de déguster le scotch, il n’en connaissait pas les moindres règles aussi s’interdis t’il de réfléchir plus longtemps, faisant sauter le bouchon de la chose, il la leva un instant en l’air avant d’en avaler une première gorgée. Le liquide incendia littéralement son palais d’une saveur méconnu et quand ses lèvres quittèrent le goulot il ferma un instant les yeux en priant pour ne pas recracher ce qu’il venait d’ingurgiter sûrement un peu trop vite.

- A la tienne.

Bredouilla-t-il en collant la bouteille contre la poitrine de Simon, aillant toute les peines du monde à apprécier la subtilité de l’alcool qu’on venait de lui proposer.  Secouant légèrement la tête avant de tousser le plus discrètement possible, il rouvrit les yeux et vis au loin qu’un gamin avait rejoint l’Auror aperçu plus tôt. Il jeta un bref coup d’œil à Simon qui avait dû la repérer lui aussi et bien qu’elle ne puisse très bien distinguer ce qu’ils étaient en train de faire de l’endroit où elle se trouvait, il faudrait peut-être se préparer à trouver un endroit plus commode pour la suite.

Petit à petit, il s’habitua au gout que lui avait laissé cette première gorgée laborieuse et il aurait presque été tenté de se relancer dans l'affaire. Passant son poignet sur ses lèvres encore imbibé du fort mélange, il laissa cependant à Simon l'occasion de prendre à son tour une gorgée du liquide ambré.








Spoiler:
 

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 459
Galions : 880
Âge : 25 ans
Classe : Ancienne Gryffondor
Avatar : Anna Paquin
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Lun 5 Mai - 20:38


Event#5 : Commémoration du 2 mai

Commémoration du 2 mai
Rose I. Carthew

Il y avait beaucoup de gens dans les rues et bizarrement, il y avait aussi beaucoup de gens vers la cabane hurlante. Il y avait deux élèves de Poudlard. Ces derniers s’étaient sans doute donner rendez-vous. Rose les regarda pendant un moment puis se retourna de nouveau vers Sparwaki. Son hibou la regardait, surprit.

« Ne t’inquiète pas pour moi mon petit. Je vais bien. »

Ce n’était pas vrai, mais l’Auror ne voulait pas inquiété son hibou. Cette petite bête avait un don avec la jeune femme. Il ressentait ses émotions. Rose se demanda si tous les animaux étaient de ce genre. Elle vit les deux jeunes garçons sortirent une bouteille et des verres. Haussant les épaules, Rose ne décela pas de danger. Elle avait entendu des bruits des pas. L’Auror se retourna vivement en pointant sa baguette magique. Un petit chaton passa près de ses pieds puis un petit garçon arriva en courant. Il serrait une peluche contre lui. Elle le vit se baisser et fermer les yeux. Elle l’entendit lui dire qu’il n’avait rien fait. Elle baissa sa baguette magique et s’approcha de lui :

« Tu n’as rien à craindre de moi. Je suis un Auror. »

Rose s’efforça de sourire pour rassurer l’enfant. Il devait avoir 11-12 ans, mais physiquement il faisait plus jeune. Elle se demandait pourquoi il était seul ici.

« Tu es venu seul ? »

Elle s’agenouilla devant lui et posa doucement sa main sur son bras. Un bruit d’ailes se fit entendre et Sparwaki se posa sur son épaule.

« Regarde, je te présente mon hibou. Il s’appelle Sparwaki. »

Elle regarda un instant par-dessous l’épaule du garçon pour garder un œil sur les deux élèves et sur les autres personnes qui traversaient la rue. Ils n’étaient pas à l’abri d’une attaque surprise…



Spoiler:
 

_________________
I need you two...
"J'ai besoin de vous deux, même si entre vous, c'est la guerre... (c) code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mar 6 Mai - 9:02

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Simon Thaddeus Thornquill
Ça y est, le visage d'Ernest quittait sa sinistre habitude pour se redresser et laisser ses lèvres à un mouvement bien humain.  Passant sa langue entre sa joue et ses dents, Simon observa le garçon, tendis qu'il lui laissait le loisir de commencer à entamer leur bouteille. Le jeune Rosenwald ne semblait pas vouloir se faire prier pour laisser l'alcool se diluer en lui. Le Thornquill laissa échapper un petit rire carnassier afin de ponctuer le trait d'humour du jeune serpent. Si les choses c'étaient déroulées autrement il y a quinze ans, ils ne seraient certainement pas tous les deux sur ce muret, loin de tous et les épaules légèrement courbées par la vie.
Ernest fit une grimace qui signifia à l'aîné qu'il ne devait pas souvent boire de l'alcool, et Simon se mit à rire de plus belle tendis que la bouteille se retrouvait contre sa poitrine. Levant le bras, l'alchimiste posa le plat de sa main sur le dos d'Ernest, lui tapant amicalement entre les deux omoplates, tendis que ce dernier semblait lui même s’étonner de la chaleur que la boisson pouvait provoqué au contacte de ses lèvres. Restant un instant dans cette position, Simon laissa à son tour le goulot rencontrer sa bouche et le liquide si précieux couler le long de son œsophage.
Depuis qu'il avait quinze ans, le Thornquill recevait de la part de son Grand Oncle une bouteille de ce breuvage, il n'en avait jamais partagé une goutte avec personne, gardant à l’abri de tous les regards les bouteilles. Et lui qui aimait boire un simple verre avant d'aller se coucher de temps en temps, était plutôt content de partager ainsi un de ses petits secrets, et un de ses cadeaux avec Ernest.
Laissant le dos du garçon, sa main vint rencontrer sa propre cuisse, tendis qu'il laissait la bouteille s'installer en équilibre précaire entre lui et son nouveau petit protégé. Une petit onomatopée roque se fit entendre dans sa gorge tendis que le liquide terminait son petit voyage vers son estomac. Simon aimait le scotch, mais c'était bien la première fois qu'il en buvait avec autant de brutalité. Étrangement celui lui plaisait.

« - C'est bien la première fois que je sors le 2 mai. » Le regard de Simon c'était perdu sur l'étrange couple que formait un petit garçon à l'air hagard et la jeune Auror qu'il avait remarqué plus tôt, loin devant eux.

C'était la strict vérité, lui qui était un acharné de travail que ne supportait guère la foule, il profitait bien souvent des événements qui célébraient la fin de la guerre pour pouvoir étudier tranquillement. La Bibliothèque était alors vide, tout comme la Grande Salle, il n'y avait que la salle commune des vert et argent qui semblait en proie à une certaine folie ce jour là. Et c'était bien compréhensible au fond.

« - De toute façon personne n'est dupe, on n'a pas besoin de jouer les hypocrite au fond … personne ne va venir nous souhaiter un joyeux deux mai. »

Attrapant la bouteille Simon la colla à son tour contre la poitrine du jeune sorcier, avec un sourire, et la laissa en la possession du cinquième année. Dans le monde sorcier on ne s’étonnait pas de voir les jeunes gens boire de la bière au beurre dès l'age de quatorze ans, alors du scotch à seize ce n'était certainement rien. Et puis surtout, aujourd'hui personne n'allait venir leur chercher des noises ou des galions à cette heure où la joie était de mise, nul besoin de noircir leur si belle fête en discutant avec deux oiseaux maudits comme eux.
Ils étaient des fils de mangemorts, l'un sang-pur aux deux parents à Azkaban, l'autre sang-mêlé dont le père avait réussit à se mettre à dos toute la société magique. Nul doute qu'on allait leur foutre la pays au moins aujourd'hui.

« - Te prive pas sur le scotch, je dois encore en avoir trois bouteilles à peine entamées sous mon pieux. »

Se frottant les paumes l'une contre l'autre, Simon poussa un léger soupire tendis qu'il observait de loin les festivités. Il était respecté dans Poudlard, un bon élève à qui on ne venait pas chercher des chonches-ruine dans les oreilles. Mais il était fatigué de voir que si peu de gens comprenaient son raisonnement, enfin aujourd'hui il avait Ernest, et il comptait bien faire en sorte de poursuivre un bout de chemin en compagnie du jeune Rosenwald à qui il s'attachait un peu plus de jour en jour.
Au fond ils étaient semblable en de nombreux points, ils parlaient peu, ils ne bougeaient pas beaucoup, tous ce qui concernait un effort physique semblant les rebuter au plus haut point. Ils étaient certainement fait pour s'entendre au fond.








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mer 7 Mai - 20:40

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Kyan Wood et Doudou
Autant dire que mon réflexe avait vraiment été des plus ridicule. Si la personne m'avait jeté un sort je l'aurai reçu de plein fouet. Ce n'était pas en me baissant et en fermant les yeux que le sort aurait été annulé. Je devais devenir plus courageux et plus fort si je voulais protéger Charlie des vilains.
La personne qui m'avait menacé se présenta. C'était une Auror et elle avait l'air triste. Pourtant le 2 mai devait être une joyeuse journée pour eux. A moins que tout cela leur fasse repenser à leur collègue mort au combat. Elle n'avait pourtant pas l'air vieille.

- Je suivais un petit chaton...et je me suis éloigné de la foule...

D'ailleurs j' avais perdu l'animal du coup.

- Et toi pourquoi tu es toute seule ? Tu n'es pas avec tes amis ?

Elle devait en avoir pleins. Elle était jolie, ses cheveux me faisait penser au blé de la campagne. Un bruissement d'aile se fit entendre, me faisant sursauter légèrement avant de voir un hibou se poser sur l'épaule de l'auror. Il avait un nom vachement compliqué. Cela dit l'oiseau était mignon et je me sentais rassuré, un sourire étirant mes lèvres. Je n'avais pas Rumple sur moi, si je le mettais dans ma poche et que je tombais je pourrais l’écraser par inadvertance.

- Voici Doudou !

Je lui présentai alors ma peluche à la place. Ceci dit pour moi elle était bien plus que cela. Sans lui je serai perdu.

- Et moi c'est Kyan !








Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 459
Galions : 880
Âge : 25 ans
Classe : Ancienne Gryffondor
Avatar : Anna Paquin
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Jeu 8 Mai - 15:21


Event#5 : Commémoration du 2 mai

Commémoration du 2 mai
Rose I. Carthew

Surveillant les deux élèves les plus âgés, Rose souria. Elle avait devant elle un petit garçon qui semblait perdu, mais qui semblait vif pour son âge. L’Auror lui avait demandé ce qu’il faisait seul dans cette partie de Pré-au-Lard et le petit garçon lui répondit tout de suite. Il avait poursuivi le chaton que Rose avait vu quelques minutes plus tôt pour finalement se retrouver éloigner de la foule. Puis il la regarda et lui demanda pourquoi elle était toute seule. La jeune femme lui sourit et lui dit :

« Je suis toute seule parce que je suis en mission. Je dois surveiller la foule pendant la fête. Mes amis ne sont pas ici. Ils sont partout dans Poudlard pour vous protégez. C’est le rôle d’un Auror mon petit. »

Sparwaki était toujours posé sur l’épaule de Rose et regardait le petit garçon avec intérêt. Il semblait qu’il l’aimait bien. La jeune femme lui caressa doucement le ventre puis sourit de nouveau lorsque le petit lui montra sa peluche qui s’appelait Doudou.

« Il est très mignon Doudou. Je suis enchantée de faire sa connaissance. »

Toujours agenouillée à la hauteur du garçon, Rose lui présenta sa main lorsqu’il lui dit son prénom.

« Moi, je m’appelle Rose. »

Les deux élèves qui se trouvaient un peu plus loin d’eux buvaient une bouteille de scotch. L’Auror s’approcha doucement d’eux tout en surveillant Kyan qui restait derrière elle.

« J’espère pour vous que vous n’avez pas l’intention de vous soulez ou de donner de cette boisson à des plus jeunes comme Kyan qui est là-bas. Si c’est le cas, vous aurez affaire à moi. »

Puis elle s’éloigna de nouveau pour retrouver son nouvel ami. Elle savait qu’elle devait faire son devoir donc l’avertissement n’était pas de trop…  



Spoiler:
 

_________________
I need you two...
"J'ai besoin de vous deux, même si entre vous, c'est la guerre... (c) code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Jeu 8 Mai - 20:35

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Ernest Elphias Rosenwald
Ils étaient deux... Jamais Ernest ne s'était aventuré à sortir le jour de la grande commémoration, déjà en première année, il avait compris que sa présence était indésirable au milieu des rangs d'élèves qui avait perdu un parent, un proche, ces fils de héros qui l'avaient toujours regardé de haut et qui se le permettait avec d'autant plus d'allure ce jour qui était le leur. Où était la place de ceux qui partageait le sang des tueurs ? Jusqu'alors il avait toujours fait profil bas en acceptant le sort qui voulait de lui la plus grande des discrétions lors de ce genre de célébration. Il avait l'intelligence de ne pas se montrer, de ne pas faire l'affront aux anciens combattants de s'afficher devant eux, provocation imbécile qui ne lui aurait rien attiré sinon des ennuis et un peu plus de haines. Alors non, effectivement, personne ne viendrait leur souhaiter un deux mai et c'était, après tout, mieux comme ça.

La bouteille de scotch cogna son sternum, Simon venait de lui laisser la main sur l'objet avec un sourire qu'Ernest ne sut pas vraiment décrypter. De son avis, il n'était pas courant que l'ainé partage un tel moment avec qui que ce soit, d'ailleurs, il avait eu l'occasion en le côtoyant de se rendre compte que ce nouveau acolyte avait un ami en commun avec lui : la solitude. Simon était un être profondément seul, mais il n'en semblait nullement contrarié, il lui arrivait bien sûr d'échanger avec ses camarades, mais en aucun cas, le plus jeune avait eu la sensation qu'il était attaché à qui que ce soit dans cette école. Il semblait évoluer en s'aidant parfois de ses pairs, mais il traçait définitivement sa route en solitaire ce qui avait quelque chose de fascinant.

Le soleil cognait de plus en plus fort et bien qu'ils soient partiellement à l'ombre de grands arbres, il avait la sensation que la chaleur devenait accablante. La faute à l'alcool qui coulait dans ses veines ? Après quelques secondes de préparation à ce qui allait à suivre, à la sensation qu'il s'en allait retrouver en goutant de cette liqueur, il reporta le goulot de la bouteille à ses lèvres et bu quelques gorgées en fermant les yeux, laissant le liquide lui bruler à nouveau l'œsophage et cherchant le plaisir dans cette manipulation nouvelle pendant que son compère lui expliquait qu'il en avait trois sœurs sous son lit. Mais rien sinon du dégout quand il s'en détacha, cette même sensation affreuse et répugnante qu'il tenta de chasser partiellement en secouant la tête. Il se rendit compte alors qu'elle lui tournait déjà, que ses mouvements se faisaient étrangement plus lourd et que sa vision s'en voyait endommagé. Étrange et nouveau. Sans réfléchir, il reporta à nouveau la bouteille à sa bouche, pris une seconde gorgée et quand il eut fini, manqua de peu de la faire tomber en voulant la rendre à Simon.

Clignant les yeux en voyant s'approcher la jeune Auror vers eux, il afficha un visage totalement neutre quand celle-ci les réprimanda avant de déjà s'en aller. Interdit un instant, Ernest tourna son visage vers Simon.

Un rire lui échappa alors, franc et presque amusé, une partie raisonnable de lui l'informait pourtant qu'il était ridicule et qu'il devait rapidement reprendre constance avant de se laisser aller à un pareil comportement.

- Aucun dérapage, sinon nous aurons très sérieusement affaire à elle...


Reprit-il moqueur en suivant la chevelure blonde s'éloigner vers l'enfant, Kyan, visiblement.

- C'était bien utile de venir pour nous dire ça.

Ses doigts cherchèrent à s'emparer de la bouteille, mais il se retient à temps, pas son tour. Comment pouvait-on vouloir reprendre d'un liquide aussi infect, de toute façon ?

- Est-ce que les autres pensent vraiment être protégés maintenant qu'on a ça entre nos pattes... ? Ce n'est plus de la naïveté à ce niveau, c'est de la bêtise.

Siffla t'il en jetant un coup d’œil au village, les animations lui parvenant d'une étrange façon.

- Aujourd'hui ils doivent tous se croire indestructible, rien ne saurait déranger leur charmante petite fête. Tous intouchable.


Il y avait tant de colère contenu dans ces simples mots, tant de rage qu'il avait tus tout ce temps. L'alcool semblait rendre plus acerbe toute ces émotions dont il semblait parfois dépourvu. Au revoir les manières, Ernest s’empara de la bouteille, en but une autre gorgée avant de la tendre à Simon sans le regarder. Il avait envie d'être intouchable lui aussi aujourd'hui.








Spoiler:
 

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Jeu 8 Mai - 21:06

Je finissais ma bière en regardant les gens passer. Jamais je n’aurais pu retenir tous les visages qui passaient sous mes yeux, mais j’en reconnaissais tout de même certains. J’avais notamment vu passer Emmett, Feodora à son bras, qui à priori ne m’avaient pas remarqué dans toute la foule, et étaient entrés à la Tête de sanglier. Une fois ma pinte vidée, je la posais sur une table de la terrasse, aux côtés de verres et bouteilles déjà pleines d’air, avant d’aller faire un tour à l’écart de toute la cohue, ce brouhaha commençait doucement à me donner un mal de crâne.

Au détour de la rue je voyais un endroit bien plus calme entouré de murets, sur lequel deux jeunes étaient installés bouteille à la main. Non loin de là il y avait un jeune garçon qui devait avoir douze années d’existence, une jeune femme se rapprochant de lui tout en s’éloignant des deux autres. Je m’approchais de la femme et du très jeune discrètement.

« - La jeunesse. Tout autant curieuse qu’insouciante. »

Toute la scène était résumée dans ces quelques mots. Le jeune Serdaigle, probablement attiré ici par le hibou que la blonde portait sur son épaule, curieux d’en faire la connaissance, et les deux jeunes, à l’écart de tout, n’ayant comme seul souci l’envie d’un esprit brouillé par l’alcool. Rapportant mon regard sur la jeune femme, je tendais une main vers elle.

« - Bonjour, Martin Duchêne, professeur de soins aux créatures magiques ! Je ne vous ai jamais vue auparavant, vous êtes ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Jeu 8 Mai - 22:05

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Simon Thaddeus Thornquill
La foule se faisait de plus en plus dense dans la ville, Simon n’avait certainement jamais vu autant de personne réunis à Pré-au-Lard, une part de lui-même trouvait ces festivités tellement stupide, au fond ils faisaient tous les fiers, se ventant tous de ces quinze années de paix, mais combien avaient participés, ou même fermés les yeux lorsque le Mage Noir était revenu ? Les livres et les sorciers mentaient tous beaucoup sur le nombre de réels opposants aux mangemorts, après tout, lors de la bataille de Poudlard, les sorciers défendant l’école n’étaient qu’en stricte minorité. Oh oui beaucoup avaient plaidé l’utilisation de sortilèges interdits sur leurs personnes, mais la réalité était tout autre. La preuve lorsque le célèbre Harry Potter avait faire son retour surprenant, montrant à tous qu’il n’était pas mort, beaucoup avaient transplané pour s’échapper des lieux. Une belle bande de menteurs qui jouaient les faux semblant à merveille, mais lui n’était pas dupe, il connaissait mieux que quiconque ce qui poussait toutes ses personnes à faire bonne figure en ces lieux. Il n’aurait même pas été étonné de croiser un Malefoy au bras de sa femme dans les parages, les plus grands lâche de l’histoire de la magie.
Enfin, Simon ne leur cherchait pas d’excuses, après tout, lui aussi était là, mais sa motivation était tout autre. Depuis les évènements troublant qu’avait subi Poudlard, il était sérieusement surveillé, il le savait bien le professeur Rosier semblait être suspendu à ses talons, et d’autres sorciers, ne se privaient pas pour l’interroger aux détours des couloirs. Simon se montrait donc en publique de plus en plus souvent, ne se mêlant à personne et agissant comme un élève lambda, ce qu’il était loin d’être au fond.
Ernest se resservit une rasade d’alcool, tandis que l’aîné observait la ruelle. Personne ne s’intéressait vraiment à eux, et c’était tant mieux. Enfin peut-être était-ce trop tôt pour le dire, car la chevelure blonde de l’auror qu’il avait remarqué plus tôt, se rapprochait d’eux à grand pas. Se postant devant les deux Serpentard avec un air décidé, elle les somma de surtout ne pas faire de vague et de ne pas proposer de l’alcool aux plus jeunes, à l’instar du gamin serrant son doudou, qui semblait être totalement perdu.
Une fois qu’elle fut repartie, le Thornquill ne put s’empêcher de pouffer de rire à l’unisson avec Ernest, secouant ses épaules, qui commençaient à se faire lourde en raison de l’alcool qui se diluait dans son sang. Rosenwald releva les paroles de l’Auror avec un sarcasme plus qu’afficher, et Simon secoua la tête en souriant, observant la sorcière rejoindre son petit compagnon avec un air quelque peu moqueur. Ils n’avaient pas que ça à faire tous les deux d’entrainer dans leur petite après-midi commune, des gamins à doudou.
Ernest releva l’inutilité de l’action de la jeune femme, et Simon ne put s’empêcher de sourire de plus belle, ce qui était en soit un exploit pour lui. Il n’était pas vraiment joyeux, mais ses sens commençaient doucement à se brouiller et son esprit se simplifiait à mesure qu’il sentait le gout du scotch disparaitre dans sa gorge.

« - C’est certain. » confirmât-il dans un souffle, tout en reportant son attention sur ses mains, se grattant l’ongle de son index gauche avec celui de son pouce droit.

La langue d’Ernest commençait à se délier de plus en plus, et Simon appréciait ce soudain aplomb dont le vert et argent faisait preuve. Peu de personnes dans l’école semblaient s’être rendu compte des facultés certaines du garçon, Rosenwald était habituellement effacé, mutique, lorsqu’on lui parlait il ne répondait pas, ou peu, à l’image du Thornquill qui n’était pas non plus un grand bavard, mais qui à la différence de son cadet pouvait se montrer particulièrement orgueilleux et pédant dans certaines situations.
Simon laissa un léger silence ce mettre en place, tandis que son regard se reportait sur le blondinet. Tout en Ernest respirait la volonté de se faire accepter par quelqu’un ou quelque chose, déjà, alors qu’ils n’avaient passé que quelques semaines ensemble, il l’avait vu s’épanouir peu à peu, prendre une place dont il n’avait pas l’habitude mais qui lui revenait de droit au fond. Il était un sorcier doué, et Simon ne comptait pas le laisser tomber en si bon chemin, au contraire, il était temps d’accélérer les choses avec le jeune sang-mêlé. Mais pas aujourd’hui, pour l’heure, ils profitaient de l’instant.
Ernest se resservit une deuxième grande goulée d’alcool, et à en juger par ses mimique, il n’était pas très friand de scotch, mais il semblait avoir de plus en plus de mal à quitter la bouteille, et Simon se mit à sourire de plus belle. Il n’était pas un habitué de la boisson non plus, il avait bien d’autres choses à faire dans la vie.

« - J’en sais rien, je suppose que ça les rassures. Les gens ont besoin d’enclos dans lesquels se réfugier comme des moutons apeuré. »

Le Thornquill récupéra la bouteille, la serrant dans sa main et jugeant la couleur du liquide dans le reflet lumineux de la journée. Ils avaient bien entamé leur provision, en peu de temps. Et l’après-midi ne faisait que commencer, effleurant de sa main chaude leurs esprits et leur corps.
Simon approcha la bouteille de ses lèvres, et regarda face à lui les capes moirés des sorciers. Quelle belle bande d’hypocrites. Laissant un instant la boisson couler dans sa bouche et sa gorge, Simon décolla sa bouche du goulot en poussant un léger râle. Puis se l’essuyât d’un revers de manche.

« - Personne n’est intouchable Ernest, personne n’est invincible, et surtout pas eux. »

Reposant la bouteille à ses côtés, Simon tournât son visage vers son jeune camarade, dont la carrure mince c’était quelque peu remplumé ces derniers temps, et avec un sourire presque désinvolte, il se penchât vers lui. Lui murmurant presque à l’oreille.

« - Mais il faut bien faire semblant de l’être surtout lorsqu’on n’est pas sûr de soi. Aucun d’eux ne veut vraiment se rappeler de la guerre, ce n’est qu’une mascarade pour nous faire croire à nous, qu’ils sont les plus forts, et les plus nombreux dans ce monde, mais ce n’est qu’un fichu mensonge. »

Simon se redressa, observant son cadet, la mine presque satisfaite, un léger sourire au coin des lèvres. Il ne disait pas cela pour faire plaisir à Ernest ou pour se conforté dans une quelconque idée qui lui remontait le morale. Non il en était persuadé, le vent tournait, et il tournait en la faveur de ceux qui avaient été mis à l’écart jusqu’à aujourd’hui.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Ven 9 Mai - 16:58

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Kyan Wood et Doudou
La demoiselle m'expliqua pourquoi elle était seule. Elle était en mission et devait surveiller la fête. C'est vrai qu'avec les derniers évènements ça ne serait pas étonnant que les vilains viennent gâcher la célébration de la paix. Je n'avais pas très envie que ça arrive, c'était chouette les fêtes. Ses amis étaient donc eux aussi en train de travailler.

- C'est quand même dommage de ne pas pouvoir profiter de cette journée ensoleillée !

L'adjectif dont elle me qualifia me fit grimacer. J'étais peut être jeune mais je n'étais pas petit. En plus c'était vachement familier, il n'y avait que les gros pervers qui appelait les enfants comme ça. La jolie blonde n'avait pourtant pas l'air d'une perverse, peut être qu'elle n'aimait tout simplement pas les enfants. Ca arrivait chez les gens ce genre de chose. Mais elle avait u, hibou, et il était rigolo. Je me présentai ainsi que ma peluche. L'auror s'appelait Rose. Ma maman adorait ces fleurs, il y en avait un vase remplie sur la table du salon. C'était mignon une rose, et ça avait la couleur de Doudou.

- C'est jolie ! J'avais hésité à appeler ma peluche comme ça mais je me suis rendue compte que c'était un mâle !

Pauvre Doudou, cela aurait été dur pour lui.

Rose me laissa et je la regardai se diriger vers les deux Serpentards qui étaient en train de boire. Ca ne devait pas être du jus d'orange. Pourtant c'était bon le jus d'orange. Je n'entendais pas ce qu'elle leur disait mais ça devait être une sorte d'avertissement. Une fois qu'elle leur eut tourné le dos je les voyais rire, sans doute pour se moquer d'elle.

- Je crois que votre intervention les fait plus rire qu'autre chose

Un vieux monsieur s'approcha alors de nous, celui qui avait bien la tête à m'appeler "petit". Il se présenta à Rose, et je me disais bien que je l'avais vu quelque part. Finalement il avait l'air sympathique.

- C'est Rose ! Elle est en mission !  







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Dim 11 Mai - 12:19

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Ernest Elphias Rosenwald
Les yeux rivés vers le village, il sentit à peine que Simon lui retirait la bouteille des mains pour boire à son tour. Ses doigts restèrent figés dans le vide un moment, suspendu comme si l'objet se trouvait toujours à la place qu'il occupait quelques secondes auparavant. Le Serpentard s'en était toujours tenu au statut de spectateur, il n'avait jamais cherché à se lier, mais plutôt à survivre dans ce milieu qui l'avait stigmatisé à l'instant même où il avait franchi les portes de cette école. Il n'était pas le mieux placer pour avoir un avis sur une guerre à laquelle il n'avait pas participé, mais avant l'heure on lui avait prêté des idées et un rôle, ce conflit c'était aussi le sien à cause des actes d'un père dont tout le monde voulait la tête et maintenant il devait assumer l'impossible à accepter. Il avait été compliqué pour lui de faire une quelconque différence entre les deux partis, si les idéologies divergeaient leurs actes se ressemblaient, les fils de héros lui crachaient à la figure pour être la progéniture d'un monstre, ceux des vaincu le frappait pour être celle d'un homme qui avait trahi leurs parents. Marginalisé, il avait été mis de côté et du sien, il n'avait presque plus fait aucune différence entre les deux clans, prêts tous les deux à reproduire les erreurs qui les avaient conduit à s'affronter.

Il ne savait pas vraiment ce qu'on attendait de lui, sinon qu'il disparaisse, pour certains cela aurait été la solution la plus logique. C'est donc ce que l'inconscient collectif avait fait, ne lui donner aucune place pour éviter de penser que le fils d'Elphias le traitre était dans leurs pattes. Sûrement peu visualisaient un avenir radieux pour ce gamin mutique, sûrement d'ailleurs ne visualisaient ils rien du tout.

La voix de Simon raisonna étrangement à ses oreilles, comme une voix off sur les images qui se présentaient à lui. Des dizaines et des dizaines de sorciers qui riaient aux éclats et qui entraient dans le petit village, se pensant invincible en ce jour qui les protégeait de toutes les horreurs. Cela devait être comme une bouffée d'espoir après les jours sombre qu'avaient connu Poudlard ces derniers temps, peut-être même pensait-il que ce jour apaiserait les cœurs. Mais déjà la voix sinueuse de son partenaire de beuverie lui assurait que personne n'était invincible, personne n'était intouchable... Evidemment, la foule leur donnait une force, les plaçait tous sur une même bannière, tous en ce jour voulaient se placer sous ce drapeau car c'était celui, en apparence, des plus forts. Combien se cacheraient si quelque chose de terrible étaient à venir ? Il mettait sa main au feu qu'ils y avaient bien peu d'âme de combattant dans cette foule, mais dans le simple acte de participer à cette fête, il s'en donnait l'allure.

Cette voix continua de lui murmurer à l'oreille que tout cela n'était qu'un beau canular, une mascarade, un jeu d'apparence.

- Ça les arrange tous d'y croire pour le moment, mais au fond tout le monde est mort de peur, pas vraie ?

Relevant la tête vers Simon qui venait de se redresser, il avait une impression désagréable de vide autour de lui, de vertige effrayant, aussi, d'une façon un peu étrange, reposa-t-il lentement ses pieds-à-terre en s'appuyant au muret. Il avait toujours détesté cette sensation de déséquilibre et cela commençait doucement à l'oppresser.

- On peut tirer ce que l'on veut de quelqu'un qui a peur.

Bredouilla-t-il presque pour lui d'un ton pâteux, tournant la tête à droite et à gauche comme pour vérifier qu'il n'existait plus aucun fossé sous ses pieds dans lequel il était susceptible de glisser. Cela le ramenait à la profondeur du gouffre quand ils se rendaient à la tour d'astronomie, il du fermer un instant les yeux dans la volonté de chasser cette image, mais elle devient bien plus concrète au moment même ou il s'exécuta. Ine de ses mains vint alors balayer le vide devant lui comme pour chasser ces pensées et il chancela légèrement tout en restant si fermement agrippé au muret que la marque des pierres sous ses mains commençaient à s'incruster dans sa paume.

- Simon, j'ai envie de leur prouver qu'ils ont eu tort de me sous-estimer.


Siffla-t-il l'air complétement ailleurs, les mots lui échappant sans qu'il ne puisse les rattraper.

- Je peux être autre chose que ce qu'à été mon père.

Continua-t-il sans plus réfléchir, lâchant totalement prise et se laissant dépasser par ses pensées.








Spoiler:
 

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 459
Galions : 880
Âge : 25 ans
Classe : Ancienne Gryffondor
Avatar : Anna Paquin
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Dim 11 Mai - 13:17


Event#5 : Commémoration du 2 mai

Commémoration du 2 mai
Rose I. Carthew

Son intervention auprès des jeunes gens n’eut aucun effet. Rose maudissait ces élèves qui se permettaient tous, sous les yeux de leurs ainés. Elle ne savait pas pourquoi maintenant, la plupart des jeunes avaient une de ces envies de boire. Elle-même n’avait commencé à boire que lorsqu’elle avait 20 ans. C’était lors d’un soir, avec les autres élèves de la promotion. Elle n’avait bu qu’un verre et lorsqu’un ainé était entré, elle avait tout de suite demandé à être pardonner. Aujourd’hui, ces Serpentard (ce ne pouvait être que des élèves de cette maison, ils aimaient bien provoquer.) se permettaient de mettre en doute son autorité. Elle retourna vers Kyan pour qu’il ne voie pas tout ça. Le petit était sans doute en première ou deuxième année. Il avait sous les yeux de mauvais exemples… Rose soupira et retrouva le garçon près de la clôture. Le Serdaigle lui dit que son intervention n’avait pas vraiment servit. Elle le savait, elle ne pouvait pas faire grand-chose… Elle vit arrivé un homme plus âgé qu’elle qui lança une phrase qu’elle n’entendit pas. Elle était concentrée sur les deux autres qui continuaient de boire. Puis, l’Auror se tourna vers l’homme qui se présenta. Il était professeur de soins aux créatures magiques et qu’il s’appelait Martin Duchêne. Avant même qu’elle ait eu le temps de répondre, Kyan prit la parole. Souriant devant l’insouciance du jeune garçon, l’Auror serra la main du professeur.

« Rose Carthew. Je suis Auror et comme mon jeune ami l’a dit, je suis en mission à Poudlard. Je crois que l’on s’est déjà croiser dans les couloirs professeur, lorsque j’étais encore à l’école. »

Elle lui souriait. Elle n’avait pas pris en option les soins aux créatures magiques, mais tout le monde connaissait le professeur Duchêne. Il était sympathique et s’intéressait à tous ses élèves.

« Voici Kyan, il est élève à Poudlard, je pense que vous avez dû le croiser aussi Professeur. »

Rose jeta toujours un coup d’œil vers les Serpentard. Ce n’était pas le moment d’avoir un moment d’égarement.

« Vous les connaissez ces deux garçons professeur ? »  



Spoiler:
 

_________________
I need you two...
"J'ai besoin de vous deux, même si entre vous, c'est la guerre... (c) code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Lun 12 Mai - 13:17

Commémoration du 2 Mai


TOUT LE MONDE
Lettre envoyée. J’aborde ce sourire en coin. Je suis sûr que le professeur Primrose sera ravi de ce recevoir cette lettre, je suis sûr qu’il va se poser des questions. Qu’il se rassure, cela ne sera pas la dernière, peut-être vais-je lui en envoyer quelques lettres plus fréquemment, oh je suis sûr que ce genre de petites lettres d’amour lui manquent, enfin non pas tellement vu que ce cher professeur se fait plaisir avec Rosmerta.  J’aimerais bien leur dire qu’à un certain âge il faudrait arrêter car ça devient réellement dégoûtant, beurk.  L’amour a pas d’âge, bien évidemment mais disons qu’il ne faut pas abuser non plus, Leopold est beaucoup trop vieux … et je n’imagine pas la rousse. Rien que cette pensée m’arrache un long frisson.

Je ne sais pas quoi faire pour le 2 Mai, si ce n’est de semer la zizanie mais disons que ça a l’air plat, calme pour le moment. Je pensais que c’était le bon moment pour attaquer ? Je pensais que ces gens qui se disent cruels allaient montrer à ce monde qu’il est réellement en danger ? Que dalle, il faut tout faire soi-même mais comme dirait l’autre, on est mieux servi que par soi-même.  Pathétique. Je trouve que l’on ne bouge pas assez, que c’est trop plat, trop calme. Je déambule dans les ruelles de Pré-Au-Lard que je quitte pour me diriger hors de la ville, dans un endroit bien plus calme qui ne respire pas la joie, la gaieté de fêté ce jour …

J’aperçois quelques personnes ensuite, dont deux visages qui me sont que trop bien familier. Je me dirige vers Simon et Ernest, ignorant les trois autres personnes un peu plus loin, faisant même comme si elles n’étaient pas là. Je pose mes coudes sur une épaule de chacun et me penche ensuite. « Alors mes poussins, on fait la fête sans votre cher et tendre Anarchy ? » J’affiche un petit sourire ensuite amusé puis je me redresse et me détache avant de m’asseoir à leur côté. J’ai entendu leur discussion, leur échange et je ne peux m’empêcher d’afficher un petit sourire.  « Votre discussion semblait intéressante … » Dis-je un peu curieux puis j’attrape la bouteille d’alcool et je les observe. « Je peux ? Enfin, la question ne se pose même pas ! » Je bois quelques gorgées, des petites bien sûr histoire de ne pas vider la bouteille puis je la donne à Ernest, près de qui je me suis assis puis je soupire d’aise. Ca me fait du bien, cette sensation … ce liquide qui vous brûle l’œsophage. « Qui sont ces trois guignols ? Ils font parti de la fête ? »









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Lun 12 Mai - 14:43

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Simon Thaddeus Thornquill
Le goût du scotch arrachât à Simon un élan de nostalgie, il se revoyait observer son père, un verre du liquide alcoolisé à la main tandis que sa mère faisait apporter des gâteaux sec et du chocolat pour lui en donnant les ordres à leur elfe domestique. Chassant ces images quelques peu encombrantes de son esprit, le jeune homme reposa son regard sur Ernest. Le jeune homme se redressa sous son regard, et ses paroles firent de nouveau sourire Simon, c’était étonnant  de voir à quel point le petit Serpentard pouvait être attendrissant à ses yeux, lui qui n’accordait d’attention à personne, il ne pouvait s’empêcher de penser que le petit Rosenwald valait mieux que la plus part des personnes qu’il avait côtoyé jusqu’ici. C’était une bonne raison supplémentaire pour le Thornquill de lui accorder du temps et surtout d’envisager de comprendre ce qui bloquait tant Ernest, car il le savait quelque chose était obstrué en lui, et l’alchimiste comptait bien découvrir quoi.
Malgré les effluves d’alcool, Simon pouvait sentir que le jeune homme se livrait à lui comme jamais il ne l’avait fait avec personne auparavant. Et ses mots n’étaient pas ceux d’un gosse coupé du monde, du haut de ses seize ans, Ernest avait compris beaucoup de choses concernant l’humanité, et il était ravi de voir qu’il donnait du crédit à ses propres paroles, nul doute pour Simon qu’il découvrait peu à peu sa place. Et en ce qui concernait le Thornquill, il était prêt à lui apporter toute l’aide nécessaire, bien sûr en retour, il s’attendait à ce que le Rosenwald en face de même le concernant. Après tout, il venait d’être le troisième larron d’un trio bien éclectique, et c’était cela le plus intéressent dans l’affaire.
Alors qu’Ernest commençait à tanguer sur le petit muret, Simon reposa son attention sur les trois sorciers qui se trouvaient non loin d’eux, ses paupières se plissant légèrement pour mieux les observer. Ils n’avaient pas bougés depuis tout à l’heure et semblaient eux aussi leur porter une attention toute particulière.
Arquant les sourcils avec une expression de surprise sur le visage, Simon tourna vivement la tête tandis qu’Ernest abordait le sujet de son père. Jamais encore ils n’avaient parlé du traître ensemble. Il fallait dire que les situations ne les avaient jamais engagés à aborder un tel sujet. Simon s’apprêtait à répondre au blondinet lorsqu’une pression se fit sentir sur son épaule. Inutile de se retourner pour voir de qui il s’agissait, la voix puissante du leader de leur trio venant bien assez rapidement à ses oreilles. Simon le laissa bien volontiers boire avant de récupérer à nouveau la bouteille et d’en prendre une gorgée tandis qu’Anarchy prenait place à côté d’Ernest. Ils étaient au complet.

« - Oui des plus intéressante. J’allais justement dire à Ernest qu’il n’était pas son père. » Simon effectua une légère pause dans son discours. A vrai dire tous les trois avaient un passé familiale assez lourd, et chacun d’eux faisait plus ou moins avec, même si Ernest était certainement celui qui en avait le plus souffert.

« - On est pas nos parents et c’est tant mieux. On est bien meilleur qu’eux. »
Ce n’était pas pour critiquer leurs familles qu’il disait ça, mais l’alcool n’aidant pas son esprit à trouver une formule plus délicate, il laissa ses paroles comme elles étaient. Reportant une nouvelle fois son attention sur l’auror, le gamin, et le professeur  tandis qu’Anarchy les questionnaient sur cet étrange groupe qui ne les lâchaient pas du regard.

« - Ouai ils sont là depuis tout à l’heure, ils n’ont pas bougé d’un pouce, la blonde nous a juste menacé au cas où on aurait envie de partager notre scotch avec le gosse. » Simon éclata alors de rire sans vraiment savoir pourquoi avant de sentir Ernest bouger encore sur le muret juste à côté de lui.

« - Ca va pas Ernest ? »

Le Serpentard commençait doucement à sentir l’alcool faire effet sur son organisme annihilant ses sens, et intérieurement il se ravit de ne pas avoir fixé de rendez-vous avec Lexie aujourd’hui. Il en aurait sacrément bavé si la jeune femme l’avait trouvé dans cet état, il espérait aussi ne pas croisé sa satanée cousine de la journée. Elle devait certainement profiter des festivités, alors qu’elle y reste et qu’elle lui foute la paix un peu, il ne lui en serait que plus redevable. Enfin de toute façon, ce n’était pas comme si il était seul, non puisque maintenant ils étaient une team plus ou moins officielle certes, étrange, et surveillée par tous les yeux qui se braquaient tour à tour sur eux, mais au moins ils étaient trois sur ce muret, quatre si l’on comptait la bouteille déjà bien entamée, et qui ne cessait de voir son liquide disparaitre à grandes gorgées.









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Lun 12 Mai - 21:02

Le jeune garçon fut le premier à m’adresser la parole, me présentant la blonde comme étant une certaine Rose en mission. La plus âgée me serra la main en souriant avant de préciser les dires du Serdaigle. Rose Carthew, Auror envoyé depuis peu à Poudlard pour la mission que menait Hilliard. Elle me confia par la suite qu’on s’était probablement déjà croisés il y a quelques années lorsqu’elle étudiait encore à l’école de sorcellerie, avant de me présenter Kyan.

« - Enchanté de faire votre connaissance à tous les deux ! Bien que je ne me souviens pas vous avoir vue à mon cours, votre doux visage m’est familier, vous devez être encore bien jeune pour que je m’en rappelle, car j’en ai vu passer des têtes de jeunes pendant toutes ces années ! Bien entendu je te connais aussi de vue Kyan, et je serai ravi de t’accueillir dans ma classe quand tu en auras l’âge si ça t’intéresse. »

Je souriais à ces deux jeunes âmes, puis l’Auror me posa une question, à savoir si je connaissais les deux jeunes qui se trouvaient sur le muret, bouteille tantôt à la main, tantôt à la bouche. Je pouvais reconnaître Simon Thornquill, qui assistait à mes cours et excellait, et l’autre était Ernest Rosenwald, très bon élève de 5° année. Leur comportement m’étonnait un peu à vrai dire, je ne les aurai pas imaginés comme ça.

« - Le frisé est Simon Thornquill, je l’ai comme élève, en M1. L’autre est Ernest Rosenwald, bien plus jeune, en 5° année. Ils sont tous deux très bons dans ma matière à vrai dire. »

Un troisième homme arrivait à leur côtés, saisissant déjà l’alcool. Ils avaient l’air de bien se connaître tous les trois. Le dernier venu s’asseyait sur le muret aux côtés d’Ernest, ainsi je pouvais apercevoir son visage. C’était Anarchy Selwyn.

« - Je connais aussi le dernier, il a fait parler de lui en octobre dernier. Un ancien Serpentard. Il s’était fait renvoyer pour quelques mois, mais il n’est jamais revenu, mais il m’arrive de le voir de temps à autre, comme aujourd’hui par exemple. »

Je regardais fixement les trois garçons, avant de rapporter mon attention sur le visage de la blonde et sur ce qu’elle aurait à dire ou à faire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mar 13 Mai - 16:15

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Kyan Wood et Doudou
Je n'avais pas encore la matière qu'enseignait ce professeur, mais je sentais que cela allait m'intéresser d'approcher des créatures magiques. J'entendais mes camarades en parler, de leur escapade dans la forêt interdite aussi. Je n'avais pas du tout envie d'aller mettre les pieds là bas...Il paraît qu'il y a une énorme araignée dans les bois cannibales.

- Oui ça m'intéresse !

Rose questionna ensuite Mr Duchêne sur les deux garçons Serpentards. Apparemment ils étaient doués dans son cour. Je notai dans un coin de ma tête leur nom au cas où j'en aurais besoin un jour. Un troisième homme vint s'ajouter au tableau qui avait l'air plus âgé que ses deux amis. Enfin je suppose qu'ils étaient amis pour partager une bouteille d'alcool. Le professeur le connaissais aussi, c'était un élève qui s'était fait renvoyer mais qui n'avait jamais remis les pieds à Poudlard. J'avais entendu parler de ça aussi...Il avait attaqué un professeur et s'était pris une horloge en retour(a).
C'était vraiment dommage d'avoir quitté l'école, même si il devait avoir ses raisons. Ses amis devaient lui manquer et il devait aussi manquer aux autres. Trop de questions dans ma tête qui éveillait ma folle curiosité.
Serrant Doudou contre moi, c'était plus facile à deux, je laissai l'Auror et le professeur continuer leur discussion et m'avançait vers le trio. L'un d'eux avait l'air vraiment mal en point mais ce n'était pas lui qui m'intéressait. Au fur et à mesure je sentais mes petits poils se hérisser, Baboo me dirait que je suis suicidaire.

- Bonjour mon nom est Kyan !

Me présentais je avant de fixer le plus grand, tâchant d'afficher un air neutre plutôt que le sourire continuel que j'avais d'habitude. Il n'avait pas l'air d'un comique de toute façon.

- Dis, Anarchy, pourquoi t'es pas revenue à Poudlard ?







Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mar 13 Mai - 22:28

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Ernest Elphias Rosenwald
Pourquoi avait-il parlé de son père ? L’alcool avait-il délié sa langue au point de lui permettre d’aborder un sujet qu’il n’évoquait n’accoutumé avec personne par lu même ? Ses propres mots, aussi étrange soit il sortit de sa bouche, le surprenait dans le sens où il lui avait totalement échappé. Avait-il un jour prétendu être quelqu’un d’autre que son père ? Fait la moindre démarche pour prouver le contraire ? Jusqu’alors il avait toujours couvert cet être que le monde des sorciers méprisait, fermé presque les yeux sur ses actes pour lui préférer l’image qu’il avait de lui lors de son enfance ou il ignorait encore tout de ce qu’il était. Quelque part, se taire, c’était le défendre et assumer le poids que cela signifiait. Il avait pourtant crié un jour à Melchior qu’il n’avait jamais cherché à être la progéniture de cet homme-là, il avait toujours quelque part été convaincu que sa naissance était en soi une erreur. Jamais un sorcier de cette trempe n’aurait dû faire la moindre chose à cette moldue qui était devenue sa mère. Qui diable avait orchestré cette rencontre pour qu’elle débouche sur une pareille conclusion ? Mais maintenant il était là, il avait un rôle à jouer bien qu’il ignorait encore lequel, il savait seulement que le metteur en scène de sa vie serait toujours son père et qu’Elphias pourrait tirer tout de lui.

Il commençait à se sentir mal. Ces pensées-là étaient loin d’être plaisante et il n’avait que rarement ressentis une pareille confusion en lui, une sorte de dualité sur laquelle il n’arrivait à mettre de mots. L’alcool était loin de lui réussir, c’était définitif. Il sursauta à peine quand Anarchy plaça un bras autour de ses épaules bien que son cœur rate un battement. Lui d’habitude si attentif et prudent n’avait rien vu venir… Il bougea à peine, se contentant de hocher la tête de manière presque imperceptible, le regard plongé dans le vague. Les pierres sous ses paumes avaient commencé à abimer sérieusement ses mains à force qu’il ne resserre avec tant de force le petit muret granuleux.

Ernest peinait à suivre la conversation qui découla de l’arrivée de l’ancien Serpentard, il n’avait que machinalement relevé la tête quand Anarchy avait remarqué la présence des trois individus à plusieurs mètres d’eux en les désignant. Trois arbres immobiles qui semblaient garder un œil attentif sur le trio. Ernest porta vaguement sa main en visière pour se protéger du soleil, mais trop lourde, il la relaissa tomber contre sa cuisse en manquant de vaciller une nouvelle fois. Les mots de Simon le percutèrent alors, réanimant le souvenir de ses propres paroles de tantôt. C’était la première fois qu’il entendait de la bouche d’un autre qu’il n’était pas son père.

Sa main agrippa la bouteille qu’Anarchy lui avait tendue, le goulot retrouva ses lèvres dans un automatisme inquiétant, le liquide ne lui faisait presque plus d’effet. Ernest chercha à rendre l’objet et manqua qu’il ne se fracasse au sol quand il lui glissa presque des mains. Ça n’allait plus du tout. Se penchant légèrement en avant, il entendit Simon lui demander s’il allait bien et il esquissa un geste si vague de la main que nul n’aurait su dire s’il lui donnait raison ou non. Quittant ses appuis, il trébucha et du poser une main sur le sol pour se relever. Chose fait, il se retrouva face à face au gamin qu’ils avaient observé plus tôt. Ce dernier après s’être présenté, voulu manifestement entrer en conversation avec Anarchy. Il eut un rictus moqueur en entendant sa question mais nullement la force de répondre quoi que ce soit, Ernest aurait volontiers voulu l’esquiver mais il lui manquait la force d’entreprendre une pareille manœuvre, aussi écarta t’il sans vergogne la petite silhouette de son chemin en la repoussant mollement d’un revers de bras. Il fallait qu’il s’éloigne pour le moment.

Délaissant ses deux compères et l’enfant qui les avait rejoints, il s’avança de manière bien approximative entre les fourrés en risquant à chaque seconde de se retrouver à terre. Il repensa inévitablement à ce qu’ils s’étaient dit mais chercha à ne plus y réfléchir plus longtemps en fermant les yeux, fredonnant un air complétement abstrait. Il ignorait totalement combien de distance le séparaient de la scène qu’il avait délaissé, peut-être à peine quelques mètres en fin de compte, mais chaque pas étaient une odyssée aussi avait-il déjà l’impression d’être déjà bien loin. Se cognant contre la première plante qui se trouva dans son passage, il rouvrit les yeux en grommelant des paroles incompréhensibles avant de les apercevoir. Deux petites émeraudes qui le scrutaient, tapis dans un buisson. A peine avait-il eu le temps de les apercevoir qu’elles disparurent et il aurait juré d'apercevoir du mouvement dans les fourrés ensuite. Sa bouche s’entrouvrit pour former silencieusement le mot « papa », son cœur s’accéléra, il ne pensait plus à rien sinon à la couleuvre qu’il était persuadé d’avoir vu. Animagus non déclaré, c’était un secret d’Elphias dont seul son fils avait connaissance, aussi dans sa tête se forma tout de suite l’idée que son prère l’avait observé, qu’il avait entendu leur échange, qu’au final il avait toujours gardé un œil sur lui. Ne réfléchissant plus une seconde, oubliant la présence de tous ceux qui pouvaient l’entourer, le garçon s’accroupit pour plonger tête la première dans le buisson à la recherche de l’animal. Mais rien, ses mains avaient beau tâtonné sur la terre, ses yeux cherché désespérément la couleuvre, tout était flou et il se maudit d’être aussi ivre à cet instant. A aucun moment la pensée que tout cela soit le fruit d’une hallucination ne le percuta…

- Reviens, je savais pas se que je disais...!

Bredouilla t'il la gorgé nouée, continuant déséspèrement son exploration vaine.









Spoiler:
 

_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mer 14 Mai - 10:22

Commémoration du 2 Mai


TOUT LE MONDE
Je reporte mon attention sur Simon et Ernest, bien sûr, j’en ai bien rien à faire des trois autres clowns plus loin, ils ne m’intéressent pas, ce que je préfère ce sont ces deux petits bouts d’hommes qui sont bien plus intéressant et très prometteur, concernant l’avenir et notre team badass. Je prends place aux côtés d’Ernest après avoir pris la bouteille, permission ou pas je m’en fiche, la politesse n’est pas dans mes habitudes. Je relève les yeux vers Simon qui m’explique en gros le sujet qu’ils avaient abordés. On a tous eu une enfance de merde, des parents de merde, on veut tous les trois ne pas ressembler à nos parents, faire probablement mieux qu’eux et montrer aux autres que nous ne sommes pas comme eux. Nous sommes leurs enfants, et c’est tout. Je hoche la tête pour approuver les dire de Simon. Un jour, mon père rampera au sol, à mes pieds et s’excusera pour les nombreuses fois où il m’a battu, où il m’a torturé, où il m’a sous-estimé. Il s’excusera, et je ne lui pardonnerais pas. Jamais. Comment est-ce que je peux lui pardonner tout le mal qu’il m’a fait tandis que moi, je l’idolâtrais, tandis que j’aurai tout fait pour lui, j’aurai même pu vendre corps et âme pour qu’il soit fier de moi, pour être à la hauteur … mais à chaque fois, ce n’était pas suffisant et encore aujourd’hui, il me voit comme un gamin et il me répète sans cesse que je suis un faible et que jamais je ne lui arriverais à la cheville. Ce jour là, il le regrettera.

Je me mets à rire à la remarque de Simon, ah des gens pathétiques donc. Bien, ils ne méritent pas notre attention. Des gens inutiles. Je relève les yeux vers Ernest lorsque Simon lui demande si ça va. Aucune réponse, si ce n’est un hochement de tête et j’admets qu’il n’a pas l’air en grande forme. J’ouvre la bouche pour lui parler mais à cet instant, un gamin s’avance vers nous et attire notre attention. Tiens, encore un morveux. Je le dévisage puis il s’adresse ensuite à moi et je me mets à rire. Vraiment ? « La curiosité est un vilain défaut, kid. » Mais c’est un enfant, on lui pardonnera … ou pas. « Dis toi que si je serais revenue, je t’aurai fait du mal. » Une phrase qui en dit long. Soudain Ernest se lève. Je le suis des yeux avant de finalement réagir, me mettant à le suivre après avoir échangé un regard avec Simon qui me suit. De près. Il se met ensuite, tête la première dans un buisson et je l’attrape par les vêtements avant de le tirer de là. « Ernest …Qu’est-ce que tu as vu ? » Oh, me voilà entrain de m’inquiéter pour quelqu’un. Pathétique, Anarchy, vraiment, tu me dégoûtes. Je le fais asseoir ensuite sur le sol et je lâche un long soupire. L’alcool c’est fini pour lui, le voilà entrain de déprimer. Je remarque bien que son père lui manque, qu’il est accroché à ce dernier et … ouais, les mecs, ça me fait quelque chose. Ce petit est trop attachant et justement, trop. « L’alcool, c’est comme la drogue, tu n’en prends pas quand tu vas mal. » Dis-je d’un ton qui se veut être doux. Je lui adresse un sourire et tapote son épaule ensuite et je relève les yeux vers Simon. Je ne sais pas réellement quoi faire, en général je bois un peu d’eau ou je vais m’allonger, pionçant un peu histoire que ça aille mieux. Puis même, je suis assez maladroit quand il s'agit d'aider quelqu'un, car ce n'est pas dans mes habitudes. Mais oui, il faut surtout s’hydrater si on ne veut pas le regretter plus tard, et manger, probably. Je sors ensuite une barre chocolatée de ma poche. Si ce n’est pas des bonbons, c’est du chocolat, je suis un gourmand, pas ma faute. Je la tends ensuite à Ernestine.

« Parait que le chocolat remonte le moral ! » J’aimerais parler de son père ou autre, le rassurer mais je n’aime pas m’aventurer sur ce genre de terrain, disons que quand on parle de mon père je m’emporte, je prends facilement la mouche et je pourrais détruire tout ce que j’ai sous la main. Mais Ernest ne doit pas être comme ça, il aime son père, plus qu’il ne le déteste. Je relève les yeux vers Simone. « T’es pas jalouse, au moins, tu veux aussi du chocolat ? » Un peu d’humour, par la barbe de Merlin









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Newbie
Newbie
Messages : 459
Galions : 880
Âge : 25 ans
Classe : Ancienne Gryffondor
Avatar : Anna Paquin
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Mer 14 Mai - 14:07


Event#5 : Commémoration du 2 mai

Commémoration du 2 mai
Rose I. Carthew

Rose continuait de surveiller du coin de l’œil les deux autres élèves lorsqu’elle vit arrivé Anarchy… Elle l’avait connu lorsqu’elle était encore à Poudlard. Ils avaient à peu près le même âge et l’Auror le détestait. Il était le garçon type « Serpentard ». Il ne pensait qu’à sa tronche et l’ancienne Gryffondor détestait ce comportement. Après s’être présenté au professeur Duchêne, ce dernier lui présenta les deux élèves qui buvaient avant l’arrivée d’Anarchy. Il s’agissait de bons élèves en apparence même si le professeur lui dit qu’il ne comprenait pas le comportement des deux jeunes gens. Rose savait ce qu’ils faisaient, ce serait de la pure provocation. Si la cérémonie ne se déroulait pas comme prévu, Rose savait vers qui se retourner.

Elle vit alors Kyan se diriger vers le groupe des trois jeunes gens. Avant qu’elle n’ait eu le temps de le retenir, le petit garçon discutait déjà avec Anarchy. Serrant les dents, Rose s’approcha du groupe. Elle entendit Kyan demandé au renvoyé pourquoi il n’était pas revenu. Ce dernier lui dit qu’il aurait fait du mal s’il était revenu.

« Et je me serais occupée de toi Anarchy. Tu n’as pas changé à ce que je vois. »

Il ne pourrait pas la reconnaitre, il ne prêtait jamais attention aux Gryffondor. Elle croisa les bras, gardant sa baguette magique en évidence. Ce n’était pas le moment de chercher les emmerdes. Elle attrapa le bras de Kyan avant de lancer :

« Prenez soin de votre collègue, il ne semble pas être bien. »

Elle avait lancé un regard à l’un des Serpentard qui venait de se prendre les pieds dans un buisson. L’alcool rendait les gens cons.

« Viens Kyan, tu ne devrais pas rester là. Je vais te ramener vers la foule… »

Elle se dirigea vers le professeur avant de lui lancé :

« J’amène Kyan à la Scène Ouverte, il sera mieux qu’ici. Vous pouvez garder un œil sur ces trois-là ? »

Avant même d’attendre la réponse de Mr Duchêne, Rose se dirigea vers la scène ouverte…



Spoiler:
 

_________________
I need you two...
"J'ai besoin de vous deux, même si entre vous, c'est la guerre... (c) code by Silver Lungs


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Ven 16 Mai - 11:03

Event#5 - Commémoration du 2 mai


Simon Thaddeus Thornquill
Le sourire ne quittait plus les lèvres de Simon, lui si peu habituer à une telle expression commençait à avoir sérieusement mal aux zygomatiques, et qu’il reprit une dernière gorgée de scotch pour oublier à quel point cet exercice de sociabilité en public lui était bien étranger. Secouant doucement la tête de droite à gauche en regardant le gosse arriver vers eux, Simon se pencha doucement en avant sans rien dire, fixant la peluche du gosse. Il serait certainement intéressent de faire des expériences d’alchimie avec une telle chose songea le Thornquill avant de lâcher un petit rire de nouveau en entendant la réponse d’Anarchy. C’est alors que l’auror blonde réapparut, elle avait une dent contre eux, c’était très clair à présent, mais le futur médicomage se demandait bien ce qu’ils avaient fait pour, après tout elle ne les connaissait même pas. C’est alors qu’Ernest, titubant, reposa d’un revers du bras le petit Serdaigle et commença à faire le tour de leur petit muret pour s’arrêter devant un buisson et ce jeter dedans en gémissant. Mais qu’est ce qui lui prenait à ce môme tout d’un coup ? Ecarquillant les yeux, arquant les sourcils sous ses bouclettes clair, Simon observa Ernest, interdis durant un moment, ne voyant plus qu’un fessier sortir des feuilles d’un vert profond et des ronces.
Anarchy, se dirigea vers leur cadet rapidement suivit par le Thornquill, et tandis que le Selwyn tirait le Rosenwald quasiment par la peau du cou, Simon posa une main presque paternel sur l’épaule du jeune sorcier. L’observant et cherchant à voir le moindre signe de malaise dans ses yeux. C’était étonnant la vitesse à laquelle Simon se sentait dégriser, et même si l’alcool lui brulait encore l’arrière de la tête, l’inquiétude qu’il ressentait pour Ernest le mettait soudainement beaucoup plus en alerte.
Les deux compères se regardent, puis reportent encore une fois leurs regards sur le jeune homme qui ne semblent pas au meilleur de sa forme. Enfin il est adorable ce gosse mais vraiment pas très solide. Anarchy le questionne, et Simon pince les lèvres, les réponses ne viendront pas, il le sait, la barrière qui est établis en Ernest vient de réapparaître, il peut la sentir. S’il avait été plus démonstratif il l’aurait certainement pris dans ses bras, mais dommage pour le Rosenwald ce n’est pas dans les habitudes du Thornquill de faire une chose pareille. Anarchy donna un conseil boiteux au jeune homme et Simon sourit, au fond le grand gaillard était lui aussi attaché au môme, ça se voyait derrière ses airs de gros dur détaché.
Sortant une barre chocolatée de sa poche Anarchy la tendit à Ernest, et Simon relâchât la pression de sa main sur l’épaule du petit Serpentard. Se redressant à son tour, se pinçant l’arête du nez pour faire disparaître une migraine passagère. C’est alors qu’Anarchy s’adressa de nouveau à lui. « Jalouse », mais quel pitiponk celui-là ! Au fond le Thornquill savait qu’il cherchait à plaisanter, mais il avait un humour à courte portée.
Fermant son visage en une expression froide et hautaine, celle-là même qu’il arborait tout au long de la journée habituellement, Simon fixa le Selwyn un long moment avant de répondre.

« - Je n’aime pas le chocolat. »

C’était faux, totalement faux, seulement il n’y avait qu’un seul endroit au monde ou le sorcier prenait le temps d’apprécier la saveur du cacao et c’était dans son manoir, un chocolat chaud préparé d’une certaine manière, dans une condition particulière. Oui beaucoup pourrait considérer le jeune homme comme un pauvre gosse de bourgeois qui n’avait rien d’autre à faire que d’être exigeant dans la vie. Mais au fond c’était bien plus profond que cela. Et jamais le Thornquill ne s’appesantirait sur le sujet.

« - On ferait mieux de l’emmener dans un endroit où il y a de l’ombre, ça commence à cogner sévère par ici ! » dit-il enfin, remarquant qu’ils étaient toujours au soleil, et soleil et alcool ne font jamais bon ménage.

« - Ernest t’as autre chose à faire avec ce buisson ou on peut y aller ? »

Attendant la réponse de son petit camarade, Simon scruta à son tour le buisson, cherchant ce que le petit Rosenwald avait bien pu vouloir y trouver. Il ne l’avait pas vu perdre quelque chose, mais enfin, on ne se jette pas dans un buisson en balbutiant des excuses simplement parce qu’on en a envie, à moins que l’alcool aidant … Le sorcier ce rendit soudainement compte que ses propres idées étaient quelque peu embrouillées par les effluves et la chaleur, ils n’étaient qu’au début de leur journée, comment allait donc ce passer la suite …









Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   Ven 16 Mai - 16:43

Rose partait en direction des trois garçons pour leur dire quelques mots, Kyan s’y étant rendu sans qu’on puisse le retenir, s’adressant particulièrement à Anarchy. Le jeune Ernest s’échappait du groupe en se rendant, titubant, dans les buissons proches, marmonnant quelques mots que je ne pouvais entendre. Ses deux amis se rendaient auprès de lui, le relevant des fourrés pendant que Rose revenait vers moi en compagnie du jeune Serdaigle. Elle allait le ramener là où il y avait plus de monde, il serait sûrement plus en sécurité là-bas, elle avait raison, l’alcool avait déjà fait déraper bien des situations.

Je rapportais alors mon attention sur le trio masculin qui se tenait près des buissons, Ernest avait une barre de chocolat à la main, et ils commençaient à se déplacer, apparemment vers un coin ombragé. Il était vrai que le soleil cognait assez fort aujourd’hui, je ressortais mon béret de ma poche pour le reposer sur mon crane dégarni. Pourquoi le jeune Rosenwald avait parlé après sa chute ? Bien souvent, les gens jurent par toutes les insultes qui leur passent par la tête. Je décidais d’aller voir de plus près le lieu de l’action, mais rien. Juste une plante complètement déracinée et de la terre remuée dans tous les sens, la marque de ses mains encastrée dans celle-ci.

Relevant la tête et scrutant l’horizon j’attendais, réfléchissant à quoi faire. Les regarder encore et encore ? Ca ne pourrait que les embêter, et ça ne servirait à rien. Aller leur parler ? Mais pour leur dire quoi ? Un vieillard qu’ils méprisent peut-être ne ferait rien de mieux. Je me retournais pour les voir à l’ombre d’un arbre, Ernest toujours dans un fâcheux état. Il lui fallait boire de l’eau, le soleil l’avait probablement déshydraté. Je me rendais dans la rue, encore et toujours bondée. Je me précipitais dans la direction de la Tête de sanglier pour y récupérer un contenant, et je voyais sur la table en terrasse que j’avais quitté plus tôt, ma pinte encore présente. Je la saisissais pour refaire chemin inverse, renversant sur le sol les quelques gouttes de bierraubeurre qu’il pouvait y rester.

M’approchant du groupe qui n’avait pas bougé, je lançais un sortilège d’aquamenti dans la pinte puis la tendait à Ernest assit contre le tronc de l’arbre.

« - Tiens bois ça, ça ne peut être que mieux que ce que tu viens d’ingurgiter. » Je lançais un regard sombre aux deux autres. « - Vous avez vérifié qu’il ne s’était pas blessé en tombant tout à l’heure au moins ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: • Le reste de la ville   

Revenir en haut Aller en bas
 

• Le reste de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Pré-au-Lard :: Event#5 - Commémoration du 2 mai-