Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez
 

 On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyDim 23 Mar - 15:57


 ◈ Heath & Eugenia ◈
Ma foi marche sur du verre brisé mais
Avec toi mon coeur éprouvé saura être réparé







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyLun 24 Mar - 17:30


On finit Toujours par Succomber à nos Tentations

Heath & Eugenia - 25 Décembre

Beautiful People by Marilyn Manson on Grooveshark


Heath se trouvait allongé chez lui, délicieusement vautré dans son canapé avec un bon bouquin. Il réfléchissait plus qu'il ne laissait à vrai dire car sa vie changeait beaucoup pour lui, et malgré que ce soit Noël aujourd'hui, il n'avait pas eu le coeur d'aller au bal. Trop perturbé par Eugenia Bogart et leur récent rapprochement à la limite du flirt, il avait préféré rendre visite à des amis la veille et rester en cocon ce soir pour se reposer un peu et mettre un peu sa vie au clair. Il avait parlé de son tourment avec Elizabeth et le conseil avait été le même que sa propre conclusion : vivre ce qu'il avait à vivre peu importait le politiquement correcte et le côté un peu malsain de cette ... relation. Le professeur était néanmoins assez perturbé, notamment sur ce que lui même pouvait ressentir.

Eugenia était magnifique, spirituelle, douce et fougueuse à la fois. Elle avait cette force de vivre, cette envie de vaincre, ce courage aussi et ce besoin de se rebeller. Heath trouvait en elle la douceur, la tendresse et la beauté de Daria, mais avec cette personnalité charismatique et cette agressivité que la belle russe ne possédait pas à l'époque. Eugenia représentait tout ce qu'il avait aimé chez Daria et tout ce qui lui avait manqué avec elle aussi. C'était perturbant de ressentir cela pour une fille aussi jeune, et qui plus est une élève, mais Heath n'avait pas honte, Eugenia était une jeune femme exceptionnelle et peu lui importait ce qu'on pourrait apporter comme jugement.

Depuis leur rencontre à la bibliothèque, la jeune fille et le professeur s'étaient retrouvé de nombreuses fois. Au début, elle n'osait qu'accompagner son cousin en cours ou venir le chercher, et croiser ainsi son regard quelques instants. Puis un jour, elle avait échangé quelques mots avec lui à nouveau, elle était restée après un cours en se débarrassant de Haimon Bogart. Une fois, une autre puis encore une autre. Elle avait fini par rester auprès de lui toute une soirée. Ils avaient dîné, beaucoup discuté, de tout, de rien, de tatouage, d'alchimie, de sa famille, de l'amour, de la vie, du bonheur. C'était un puis sans fin de divertissement et d'admiration. Ils partageaient tellement ensemble, avec toujours un peu de tendresse, un effleurement, une étreinte pour se dire au revoir, une bise un peu plus longue pour se saluer ... Mais sans jamais dévier, plus que cela.

Pourtant, ce n'était pas faute d'envie. Leurs doigts se rejoignaient quand ils se perdaient dans une conversation passionnante, leurs regards ne se quittaient pas, ou seulement pour se découvrir avec un air mi gêné mi mutin. Mais ils s’asseyaient toujours l'un en face de l'autre, malgré leurs genoux qui se frottaient, il ne se passait rien de plus. Heath ne voulait pas la braquer, ni la brusquer, ni faire le premier pas, ou pas tant qu'il pourrait se retenir. Il y avait de la pureté et de l'innocence dans leur relation, de la douceur, quelque chose de ténu et fragile qu'il ne voulait pas briser. Après tout, leur relation évoluerait comme elle le pourrait et accélérer les choses n'avancerait à rien, à part casser le lien particulier qui les unissait.

Comme si Heath et Eugenia était unis par la pensée, alors qu'il avait cette réflexion, sa porte fut ébranlée. Il n'eut pas besoin de se ruer ouvrir pour savoir que c'était Eugenia. Néanmoins, il ne s'attendait pas à la voir arriver dans cet état. Elle portait encore sa robe de bal et tenait sa main gauche en l'air pour lui montrer une grosse plaie qui saignait abondamment. Heath faillit avoir un haut le coeur en voyant le sang qui coulait le long de son avant-bras et voulut se précipiter sur elle pour la soigner avant qu'elle n'entre dans son appartement comme un furie en lui ordonnant presque d'insonoriser les lieux avant qu'elle n'explose, loin de son attitude froide et distante dans laquelle il la connaissait le plus souvent. Même si ils étaient proches et qu'elle se confiait à lui, elle avait quand le réflexe de cette distance qu'elle avait tant appris à mettre entre elle et les gens.

Elle se lança dans une tirade furieuse, lui racontant toute l'histoire alors qu'Heath venait de lancer son informulé et refermé distraitement la porte derrière la silhouette fine et désirable de la jeune femme. Ses joues étaient rougies et elle fulminait, manifestement furieuse comme si elle se sentait humiliée, sensation qu'elle détestait par dessus tout être amenée à ressentir. Alors, voyant bien qu'il ne servait à rien de s'avancer avec un mouchoir de soie pour éponger délicatement le sang qui perlait de sa main, ni de lui proposer une tasse de thé, Heath l'écouta simplement en restant en retrait, la laissant évoluer comme le fauve en cage qu'elle était alors qu'elle lui expliquait la situation.

Serena. Ca faisait quelques temps que Eugenia savait la vérité sur elle et sur son nom. Heath restait très attentif quand Eugenia lui expliqua, essayant de se remémorer les détails de l'histoire de sa cousine qu'elle lui avait raconté. Puis elle passa à son père, et à cette rumeur sur un lien entre les frères Rosenwald et Médéa Bogart qui se diffusait en ce moment et sur ses doutes de l'honnêteté de sa mère envers elle. Heath pinça les lèvres alors qu'Eugenia se mettait à crier sans la moindre retenue pour qu'il lui dise qu'elle n'était pas comme lui. Elle avait le souffle court et la voix éraillée quand elle le supplia de ne pas la laisser ... Heath réagit alors par instinct et s'approcha d'Eugenia en un pas, réduisant la distance entre eux. Il posa une paume sur sa joue et la prit fermement contre lui, un bras autour de sa taille, son visage dans son cou alors qu'il soufflait doucement pour réussir à la calmer. Il respira lentement le temps qu'il la sente tressauter entre ses bras, maintenant son étreinte pour qu'elle sente qu'elle n'était pas seule.

"Chuuuuut viens là, calme-toi, là, ça va aller ma chérie, ça va aller. Je suis là, je ne te laisserais pas, d'accord, alors ne t'en fais pas, ça va aller, je te le dis !"


Il fut difficile pour lui de s'éloigner d'elle mais quand il la sentit se détendre contre son torse, sa poitrine fine cessant de monter et descendre frénétiquement en rythme de ses hoquets. Elle reprenait peu à peu son souffle alors qu'Heath caressait doucement ses cheveux. Il la tint encore par la taille pour l'emmener s'asseoir sur le canapé, maintenant son étreinte pour la soutenir. Sa main gauche agrippée à sa chemise laissa une traînée de sang sur son dos et son torse, mais bizarrement, le professeur n'en avait cure. Il fallait qu'il prenne soin de sa protégée, à commencer par soigner cette vilaine blessure. Une fois assise, il posa un coussin sur ses genoux et cala son poignet dessus alors qu'il attirait à lui de quoi nettoyer la plaie. Point de magie, c'est avec un coton imbibé de désinfecter qu'il nettoya doucement, tapotant la coupure en essayant de ne pas trop faire souffrir Eugenia.

"Je t'assure que tu ne ressemble pas à Ernest plus qu'une cousine ne ressemble à son cousin. Ce que t'a dit Serena était pour te faire du mal car tu lui en as fais. Il ne faut pas t'emballer comme ça, ma chérie, elle ne cherche que cela. Comme tu l'as dis, tu aurais voulu te venger à sa place, c'est exactement ce qu'elle essaye de faire. Elle veut te pousser à bout, il ne faut pas que tu rentre dans son jeu. Reste tranquille, je vais te mettre un bandage et après je vais faire du thé. Tu ne proteste pas et tu respire gentiment. On va en discuter, tu reste autant que tu veux, toute la nuit, s'il le faut ... Je ne te laisserais pas, d'accord ?"


© Yuki Shuhime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyJeu 3 Avr - 13:34


 ◈ Heath & Eugenia ◈
Ma foi marche sur du verre brisé mais
Avec toi mon coeur éprouvé saura être réparé







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyDim 6 Avr - 22:36


On finit Toujours par Succomber à nos Tentations

Heath & Eugenia - 25 Décembre

Beautiful People by Marilyn Manson on Grooveshark


Lorsque Heath s'appliquait à nettoyer tant bien que mal la blessure en retenant cette peur viscérale qu'il avait de voir le sang couler, Eugenia s'abandonna davantage à lui, déplorant cette famille qui était la sienne. Le coeur d'Heath battit un peu plus fort alors qu'il hochait passivement la tête, l'air grave. La famille, c'était ce qu'il y avait de plus précieux, de plus pur, de plus sacré. A ses yeux, ça représentait aussi bien l'avenir que le passé, le réconfort d'un foyer et la liberté d'en changer puis d'y venir s'y ressourcer. Les parents, ceux qui donnaient la vie, généreux et intègres, abandonnant le fruit de leurs entrailles à une vie qu'il espérait douce et clémente. La chevauchée tumultueuse de la l'histoire de chacun était mue par ce ciment, cet encrage. Tout mouvement, tout ce qui était entrepris, c'était l'origine et le but de tout. Il était donc douloureux pour Heath d'entendre sa belle Eugenia renier d'un mot ce qui était le plus précieux pour lui.

Mais il savait sa situation, il savait sa solitude et la dureté de son existence au sein de ce clan, de cette tribu, plus proche d'un fonctionnement de communauté archaïque des liens indéfectibles que Heath entretenait avec sa propre famille. Trop de mensonge, de trahison, trop de haine et de mépris. La famille, c'était l'amour. Alors si Eugenia en venait à haïr la sienne, où trouverait-elle l'amour ? Heath caressa doucement son poignet, là où la plaie était profondément ancrée. Il se souvenait ce jour où tout avait commencé entre eux, ce jour où déjà la peau opaline avait caressé la sienne à la découverte de ses propres encrures. Si Eugenia était seule, perdue. Si elle ne savait plus ou aller, ne savait plus à qui se fier, alors Heath deviendrait sa famille !

"T'en fait pas, si celle que tu possède ne te rend pas heureuse, alors je serais ta famille. Les liens, il n'y a pas que ceux de sang, il y a ceux qui se créent, ce qui s'écrivent à l'encre nue ..."


Il mélangea le sang qui coulait de la plaie d'Eugenia à l'encre du coeur qu'il possédait au creux du poignet, tatouage qu'il lui avait déjà expliqué en détail ... Mais il devait s'éloigner à présent, leur lien devenait trop fort, il s'en sentait ceint, étreint et c'était d'elle qu'il voulait se rapprocher pour se sentir à nouveau vivre. Il refusait de briser l'équilibre qu'ils avaient instaurés. Si les limites étaient rompus, ce ne serait pas par lui, il s'y refusait. Elle voulut le retenir alors qu'il voulait chercher le thé, enroulant ses doigts aux siens avec possessivité, une moue mutine refusant qu'il ne la laisse.

Heath était faible face à son sourire et à l'étreinte de ses doigts. Il avait besoin d'elle, de son contact, de sa peau contre la sienne. Si elle en avait décidé ainsi, alors, il resterait assis près d'elle et honorerait sa promesse : il ne la laisserait pas. Pas tant qu'elle ne serait pas prête à voler de ses propres ailes. C'était d'ailleurs cet engagement tacite qu'il avait pris avec elle, l'entourant d'un cocon protecteur jusqu'à ce que le magnifique papillon prenne son envol. Il n'espérait pas être celui avec lequel elle voulait arpenter le ciel, aux milles lueurs, l'air du vent, de la brise qui soufflait au dehors. Elle lui parla du bal, de son absence. Oui, il n'était pas venu. Il n'avait pas eu le courage. Et si il était venu qu'aurait-il vu ? Il n'avait même pas demandé à Eugenia avec qui elle s'y était rendue ... Il ne devait pas se montrer jaloux, elle ne lui appartenait pas, elle était la liberté. La princesse indienne qui saute de la falaise et plonge dans la rivière, l'esprit de la montagne, de la forêt, qui court et se meut parmi les arbres. Heath n'avait aucun droit sur elle, à part celui d'être prêt d'elle tant qu'elle le désirait.

"Non, non, je ne suis pas venu, j'avais ... à faire. Ailleurs."


Heath eut un frisson lorsqu'elle effleura, taquine, son épaule, lui en voulant de parvenir à l'apaiser ainsi. Le professeur eut un sourire, presque un rictus. Il ne se connaissait pas de telle vertu, lui qui avait plutôt tendance à provoquer rancoeur et discorde autour de lui. Elle parla enfin du cadeau de Noël qu'elle avait pour lui. Heath eut un autre sourire, beaucoup plus fourbe. Lui aussi avait un cadeau, un cadeau ... personnel. Mais il ne savait pas comment réagirait la jeune femme. Ils avaient le temps pour ça, après tout. Elle le laissa enfin se lever pour chercher le thé et il rapporta bientôt un plateau avec deux tasses fumantes. Eugenia prit la sienne avec grâce et la fit tinter doucement avec la sienne en murmurant "Joyeux Noël". Que son prénom avait une teinte suave et sucrée entre ses lèvres pleines. Que cette jovialité étreignait sa poitrine et enflammait ses reins. Que sa douceur dans sa fougue le faisait déborder en lui même et manquait de le submerger. Que son sourire attisait ses démons. Que sa bouche se mouvait sensuellement. Que sa langue sortait, rose et veloutée, pour humecter ses lèvres.

Heath se pencha et au mépris des tasses de thé brûlante, glissa une paume furieusement avide de la peau pâle d'Eugenia dans sa nuque. Il caressa sa gorge une seconde alors que ses pupilles asymétriques dévoraient son regard irisé. Il s'était interdit de succomber, mais il était faible face à ses passions. Il ferma les yeux et posa tendrement ses lèvres sur les siennes. Les mèches rebelles de sa chevelure dore effleurèrent son front quand son pouce s'abandonna sur sa joue. Son bras s'enroula doucement autour de sa taille fine et la rapprocha de lui avec envie. Sa langue, langoureusement, curieuse, partit à la découverte de sa compagne entre les lèvres entrouvertes de la belle blonde. Le temps s'était arrêté. Il sentait son coeur battre dans sa poitrine pressée contre son torse, ses bras frêles trembler au creux des siens. Dans un soupire rauque, presque un râle, il s'abandonna à la tentation qu'elle représentait tout entière. Il voulait la dévorer ... Dans un murmure contre sa bouche gourmande et rougie de baisers, il lui dit :

"Joyeux Noël, Eugenia ..."


© Yuki Shuhime
Revenir en haut Aller en bas
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptySam 12 Avr - 9:35


 ◈ Heath & Eugenia ◈
I wanna be bad sometimes 'cause
feeling bad sure sounds good to me







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyJeu 17 Avr - 20:03


On finit Toujours par Succomber à nos Tentations

Heath & Eugenia - 25 Décembre

Beautiful People by Marilyn Manson on Grooveshark


Lorsqu'Heath s'éloigna d'elle, un goût d'inachevé sur la langue alors que le parfum unique d'Eugenia l'envahissait, l'enrobant tout entier dans une vapeur enivrante, il avait le coeur battant, la respiration haletante, la peau brûlante. Son regard parcourut l'empreinte de ses lèvres sur celles d'Eugenia, le bordeaux presque noir de sa bouche se mêlant au rouge carmine de celle de la jeune femme. Son pouce s'égara sur le velouté des pétales satinées vermeilles et essuya une trace mêlant leurs deux couleurs. Sur son doigt, il gardait cette empreinte, comme une providence délicieuse de ce baiser si longtemps désiré. C'était réel et cette limite dépassée avec plus de tendresse et de fougue à la fois qu'il ne l'aurait pensé et il avait le coeur ceint d'une émotion nouvelle qui grandissait à mesure qu'il se perdait dans son regard.

Ce fut elle qui succomba à nouveau et colla ses doigts contre son visage, prenant ses joues en coupe alors que sa langue venait caresser la sienne encore et encore avec une langueur indéfinissable. Heath se laissa faire sans oser bouger un seul cil. C'était à Eugenia de prendre les devants à présent, de lui montrer jusqu'où elle voulait aller. Tout allait si vite -des semaines à se chercher à s'appréhender et à s'apprivoiser, un instant pour dépasser la pudeur et la retenue. Ca ne risquait pas de lui déplaire, comment la paume qui étreignait le col de sa chemise et la jambe qui se glissait autour de son bassin aurait pu lui déplaire ? Il sentait chaque courbe de son corps se presser contre lui, avec une ferveur qui lui faisait dresser les poils sur les bras. Le baiser qu'ils partageaient avait un goût d'interdit qui le transportait bien loin des limites terrestres qu'il avait voulu se poser. Aucun moyen de se retenir, aucune envie d'arrêter là.

"Tant qu'on n'a pas peur, il n'y a pas de danger ..."


Heath se pencha furieusement sur Eugenia et entourant sa taille fine de ses larges paumes, les laissa glisser le long de son bustier. Alors qu'il sentait naître les courbes de sa poitrine sous le tissu, il eut une envie irrépressible d'arracher cette robe avec la rage de l'envie qui naissait dans ses reines. Il la poussa en arrière sur le canapé et vint sur elle, les cuisses entre ses jambes. Heath la regarda un instant, ses longs cheveux dorés étendus autour de sa tête comme une auréole, elle avait l'air d'un ange. D'un ange déchu qui entretenait le pécher et la luxure en se mordant la lèvre, aguicheuse. Son visage lisse et pâle aux joues néanmoins rosies, ses lèvres prunes d'avoir tant caressé les siennes, sa nuque aux carotides palpitantes, ses clavicules saillantes et ce bustier moulant qui se soulevait en rythme avec sa respiration. Cette image le rendait fou et il ne put se retenir d'effleurer un instant sa joue, remettant doucement une mèche qui barrait son front derrière son oreille.

Ses baisers glissèrent de sa bouche à sa gorge blanche, la peau d'albâtre sous sa langue parfumée de vanille et d'ambre. Une fragrance chaleureuse et enivrante qui éveillait ses sens et le poussait à poursuivre ses caresses plus en profondeur. Son bras se perdit le long de son flanc et rejoignit sa cuisse, relevant le muscle de la demoiselle pour qu'elle entoure sa taille de ses longues jambes. L'étreinte était forte, intense. Son visage fouinait dans ses cheveux, se perdant dans son cou avant d'effleurer sa poitrine. Il frotta doucement son visage entre ses seins recouverts de tissu, se perdant dans leurs courbes chaudes. Heath remonta finalement et plongea son regard dans celui d'un bleu profond de la jeune femme. Il ne lâcherait pas Eugenia, il ne l'a laisserait pas, comme elle le lui avait demandé. A savoir si elle voulait rester avec lui.

"Est ce qu tu as peur ?"


© Yuki Shuhime
Revenir en haut Aller en bas
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyMer 30 Avr - 14:07


 ◈ Heath & Eugenia ◈
I wanna be bad sometimes 'cause
feeling bad sure sounds good to me







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyDim 4 Mai - 16:32


On finit Toujours par Succomber à nos Tentations

Heath & Eugenia - 25 Décembre

Beautiful People by Marilyn Manson on Grooveshark


Alors qu'il se blottit contre sa poitrine brûlante, qui se meut en rythme avec un souffle erratique, une respiration anarchique, elle murmure qu'elle n'a pas peur avec lui. Heath laissa sa bouche qui se repaît de goût sucré de sa beau s'étirer dans un sourire. Ses paumes s'affolent, sur son torse, sur son dos et sa nuque, l'attirant sans réussir à l'empêcher de se relever quand ça lui chante. Il a le dessus sur elle, il la tient entre ses bras, elle lui appartient, pense-t-il. Une possessivité narquoise s'empare de lui quand il la serre fougueusement à l'en étouffer. Oui, elle lui appartient et pour toujours dès cet instant. Il veut la posséder et elle le veut aussi. Elle dit qu'elle n'a pas peur mais il sait que si. Il peut même boire la terreur qui la secoue à la source quand il décide finalement de glisser ses paumes dans son dos pour dégrafer son bustier.

Mais elle semble tout à coup plus cavalière, abandonnant son inertie pour s'emparer des boutons de sa chemise qu'elle retire un par un. Mais elle refuse pourtant de terminer son oeuvre et le laissa là, à moitié nu, à moitié achevé, la peau de son torse frémissant alors que chacun de ses tatouages semblent s'éveiller, la couleur éclatante qui brise le blanc cadavérique de sa chair. Elle parait plus intéressée par sa bouche dont elle s'empare avec avidité. Et il la laisse faire, se laisse emporter, échappant seulement un rictus alors qu'il parvient à décrocher la dernière agrafe qui le sépare encore de ses seins blancs, de son ventre pâle et de ses cuisses fuselées. Non il n'a pas peur, un tout autre poison coule dans ses veines. Il voit la vierge pâle, la madone aux cheveux blonds et aux lèvres rouges. Et face à elle, le démon, le tentateur, celui qui la mènera dans la perdition, la débauche au creux de ses reins, le vice qu'il sèmerait entre ses cuisses pour l'en rendre esclave. Il la voulait, elle, l'angélique, la douce, mais la froide et la rebelle aussi. Il la voulait tout entière.

Elle s'attaque à nouveau à sa chemise mais cette fois, elle semble déterminer à s'en débarrasser ! Lorsque le tissu glisse sur ses épaules, il est parcourut d'un frisson qui se prolonge jusqu'au creux de ses reins. La paume glacée sur son torse ne fait que réanimer la flamme qui se consume dans ses prunelles asymétriques et le poussa à arracher enfin cette robe obsolète. Le contact du tissu contre lui n'est plus qu'une torture lorsqu'il s'en défait enfin, laissant le corps de la jeune femme uniquement dissimulé par quelques pans de dentelles noirs qui soustraie sa nudité à son oeil affamé. Ses jambes s'enroulent plus fort autour de sa taille et elle plonge sur son visage pour l'embrasser encore encore jusqu'à en avoir le souffle coupé. Il a un rictus malicieux, un regard presque corrosif quand il se pose sur elle. Ses longs doigts se referment sur ses épaules, ses bras, ses poignets et chaque partie de son corps sur lequel il les appose semble finalement lui appartenir.

Dans un mouvement brusque du bassin, il effleure le sien, se plaisant à faire monter le désir en elle alors qu'il attrape ses cuisses. Sa paume la caresse du genou à la hanche avant de l'obliger à se défaire de lui. Il se redresse, se levant du divan où la robe et la chemise s'oublient déjà en compagnie des tasses de thé encore pleine. Heath prend une seconde, peut être dix, ou vingt, pour savourer l'image qui s'affiche, ancrée dans ses rétines, d'Eugenia étendue presque nue sur son canapé, les cheveux comme une auréole d'or autour d'un visage rouge de baiser et de caresse. Il est fier. De lui d'elle, d'eux, de l'entité qu'ils forment, du tout qui les unit l'un à l'autre. L'aime-t-il ? Sans doute plus que sa propre vie. A cet instant, elle est tout à ses yeux, le monde et peut être plus encore, le ciel et les étoiles, une immense voie lactée qui naissait en son sein et mourrait entre ses jambes. Heath sourit encore.

Il se pencha et l'attrapa entre ses bras, glissant l'un sous ses genoux, l'autre dans son dos. Il la souleva comme si elle n'était qu'une plume légère et fine entre ses mains. Ses lèvres se chevauchaient encore, l'éclat particulier dans son regard gris. Heath se sentit perdre pied quand il l'emmena dans sa chambre. Les portes ouvertes, le salon éparpillé de vêtement, service à thé et coussins éparses, tout cela n'avait cure pour lui. Il la déposa délicatement au milieu des draps de satin noirs et apprécia le magnifique contraste de sa peau sur le tissu. Un froissement lorsqu'il posa son genou pour la rejoindre, un cliquetis lorsqu'il ouvrit sa ceinture, un gémissement étouffé alors que sa langue rejoignait la sienne avec plus de fougue cette fois.

Son torse nu se plaqua contre sa poitrine et il ne fallut que quelques secondes pour que ses doigts viennent s'accrocher à sa hanche. Il se colla contre elle, ondulant contre son corps pour que chacun de ses muscles trouvent contre ses courbes un réconfort torride. Sa main remonta jusqu'à sa poitrine le long de son flanc et laissa glisser la bretelle de son soutien gorge. La chair blanche pointait le bout de son nez et il laissa se perdre sa bouche affamée sur la pointe rosée qui arracha à la jeune femme un profond gémissement. Il remonta finalement sa cuisse contre lui et se frotta à elle pour lui faire sentir son trouble, son émoi, son envie, son besoin. Oui, il avait besoin d'elle à présent. Plus rien n'aurait pu lui faire faire demi-tour. Abandonner le délice de sa poitrine, il posa doucement son front contre le sien et plongea son regard dans le sien. Dans un souffle rauque, il n'arriva qu'à prononcer son prénom avant de se perdre encore au creux de ses lèvres.

"Eugenia ..."


© Yuki Shuhime
Revenir en haut Aller en bas
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyMar 13 Mai - 20:47


 ◈ Heath & Eugenia ◈
I wanna be bad sometimes 'cause
feeling bad sure sounds good to me







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyMar 10 Juin - 10:57


On finit Toujours par Succomber à nos Tentations

Heath & Eugenia - 25 Décembre

Beautiful People by Marilyn Manson on Grooveshark


Heath sent Eugenia se redresser contre lui et son air mutin a remplacé cette peur perfide qui lui glaçait le sang quelques secondes auparavant. Elle était belle, radieuse dans cette espièglerie, une déesse grecque à l'esprit aussi volage que son sourire était sincère et troublant. Ses gestes étaient veloutés, ses mains bougeaient avec une grâce et une tendresse qui faisait chavirer Heath et le laissait s'oublier un instant à son jeu. Attrape-moi si tu peux, approche et je m'enfuirais, va-t-en et je reviendrais près de toi. Elle avait cette fougue en elle alors qu'elle laissait ses doigts glisser partout sur son torse sans pourtant ne jamais se perdre plus bas.

Face à face, les jambes entremêlées, Heath se laissait faire avec un amusement presque enfantin. La découverte était encore plus belle que l'accomplissement promettait de l'être et pour l'instant, c'était d'elle toute entière qu'il voulait profiter. Ses paumes ne quittaient pas la courbe fine de sa hanche, triturant cette culotte de dentelle qui refusait pour l'instant de dévoiler ce qu'elle cachait. Mais la faim était trop grande et elle se décuplait en lui alors que les doigts taquins de la blonde retrouvait le chemin de son pantalon béant, ouvert à la caresse, offert à l'exploration.

N'y tenant plus, Heath la repoussa furieusement en arrière et vint la chevaucher avec douceur. La différence de taille entre eux se faisait oublié mais il aimait venir au dessus d'elle pour lui montrer sa force, sa carrure, pour ne lui laisser aucune chance, lui demander, l'implorer dans une démonstration virile, de rester avec lui. Il saurait l'emmené dans des contrés inconnues, il l’emmènerait là où personne n'avait oser l'emmener et finalement, il prendrait soin d'elle, la protégerait. Elle serait sa reine, sa muse, son plus sombre péché. Tout à la fois et il se perdit à nouveau dans sa bouche carmine pour y sceller sa promesse silencieuse dans un baiser plus sulfureux encore.

Il n'osait pourtant pas défaire cette fusion de leur peau se mordant l'une l'autre dans une demi nudité aussi aguichante que tentatrice. L'envie montait en lui et enflait dans ses entrailles alors qu'elle semblait vouloir le rendre fou de ses caresses. Ses larges paumes passaient des fines omoplates à sa poitrine pleine, oubliant le monde sinon cette voix lactée opaline qui naissait entre ses mains encrées. L'univers lui même les laissait seuls à tutoyer les étoiles alors que sa paume glissait le long de son corps pour se perdre sous la dentelle à la recherche de la moiteur entre ses cuisses. Comme un bouton de rose qui menace d'éclore, il l'effleura d'abord, à l'écoute du moindre gémissement.

La caresse resta aérienne jusqu'à ce que le corps d'Eugenia se torde sous lui et que lapant avidement la pâleur de son sein tendu, Heath finisse par entrer en elle, laissant la rosée perlée au bout de ses doigts. Au début, il ne bougeait presque pas, appréciant la moiteur chaude de ses cuisses alors que sa bouche se repaissait sans cesse du parfum unique de sa chair, de ce sein qu'il goûtait sous sa langue, faisant fondre les dernières barrières de la belle blonde. Puis il se mit à bouger, remuant ses doigts jusqu'à sentir l'émoi qui traversait sa belle, s'appliquant à ne lui laisser aucun répit. Il était partout, sur elle, en elle, sa bouche affamée ne réclamait aucune accalmie et l'envie grandissant dans ses reins voulait être satisfaite.

Ils échangèrent un regard et d'un mouvement souple, Heath échangea leur position, laissant Eugenia venir sur lui sans pour autant cesser de la toucher. Il voulait l'admirer comme on contemple un ange descendu sur terre, et la voir se tordre sous ses doigts, ses longues mèches pendant le long de son visage, son regard de braise entrouvert pour capter le sien, sa bouche, appel au péché, laissant glisser sur ses lèvres un bout de langue rosée qui finirait d'achever la volonté de Heath.

© Yuki Shuhime
Revenir en haut Aller en bas
Eugenia H. Bogart
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] EmptyDim 31 Aoû - 21:16


 ◈ Heath & Eugenia ◈
I wanna be bad sometimes 'cause
feeling bad sure sounds good to me







And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty
MessageSujet: Re: On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]   On finit toujours par succomber à nos tentations [-18] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

On finit toujours par succomber à nos tentations [-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Cinquième étage :: Appartements du personnels :: Appartement de Heath G. Wilkes-Rosier-