Gryffondor
Directeur : Neville Londubat
Nombre d'élèves : 6
Points collectés : 335
Serdaigle
Directeur : Garett Hope
Nombre d'élèves : 9
Points collectés : 380
Poufsouffle
Directrice : Evannah Addams
Nombre d'élèves : 11
Points collectés : 1410
Serpentard
Directrice : Vesper Leigh
Nombre d'élèves : 8
Points collectés : 774
Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | .
 

 EVENT#4 - De mots et de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin
Admin
Messages : 436
Galions : 565
Âge : 34 ans
Avatar : Harry Lloyd
MessageSujet: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 23 Mar - 0:11

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
La nouvelle de l'agression de Guillem Von Hammerschmidt est un coup dur auquel personne ne s'attendait, et pour cause, depuis l’événement de la marque, toute l'école s'était plus ou moins persuadée que ce dernier était le fruit d'un né-pur. Mais qui fait cela alors ? Dans quel but ? Après tout, il est impensable qu'un sang-pur s'en prenne à d'autres sorciers de son espèce. Cela signifierait-il que le coupable soit un sang-mêlé ou un né-moldu ? Pire, et s'il y avait plusieurs agresseurs et que celui ayant frappé Guillem était un esprit vengeur ? Dans Poudlard, il n'ait pas un élève qui ne soit désormais tenu par la peur, la colère et le doute.

En ce jour du 21 mars 2014, alors que tous les élèves prennent leur dîner, le professeur McGonagall se tient droite et ferme devant ses étudiants et ordonne plus qu'elle n'invite ces derniers à rejoindre leur salle commune dès la fin du repas, préfets compris.

Aucune discussion n'est permise. Votre repas englouti, vous voilà désormais cantonné dans votre salle commune en compagnie de tous vos camarades et autant dire que l'ambiance y est lourde. Pour tout le monde, l'heure est au débat et chacun y va de son petit commentaire, de son avis sur la question. Malheureusement, ces beaux discours verront certainement éclater des conflits d'une envergure toute nouvelle...



Et pour cause, alors que tous les enfants de Salazar Serpentard se retrouvent dans leur salle commune, ces derniers y découvrent la présence surprenante de l'un de ceux qui fit trembler Poudlard durant les récents événements ayant entourée l'agression de Charlie McCarthy et l'apparition d'une nouvelle marque : Anarchy Selwyn. Autour de lui, le silence se fait. Personne n'a oublié dans quelles conditions ce dernier fut renvoyé de l'école, de la même façon que personne n'oublieras jamais les méfaits et les idéaux du sanguinaire sang-pur. Déjà, on s'interroge sur la façon dont ce dernier a pu entrer mais ce débat tourne court.

Anarchy n'est pas de retour aujourd'hui à Poudlard pour s'adonner à ses anciens plaisirs, mais pour une raison bien précise : trouver la pierre d'Anelore, une relique considérée comme mythe et qui apporterait à celui qui l'obtient, le pouvoir de voir son vœux le plus cher exaucé. A cette nouvelle, les Serpentard se font moqueur, cette pierre n'est jamais qu'un objet de conte pour enfant et il est bien naïf de croire qu'une telle chose pourrait exister. Cependant, de sa poche, le né Selwyn sort un globe de verre dans lequel tourne une épaisse fumée blanche. Une prophétie.

« L’extatique perdue au sein du château des enfants de Merlin
brûlera l'indécision du monde dans le sang et sans sépulture.
Quand on la trouvera, qu’on fuie, qu’on se cache,
sera alors le jour de la justice,
et Mars étendra à nouveau ses foudres pour la dernière fois »

Parmi les Serpentard se trouvent beaucoup de sang-pur que l'on a bafoué, humilié, dont les familles ont été insultées. Se trouve également des enfants que les précédentes guerre ont touché à travers leurs parents et grand-parents, des sang-mêlés, des nés-moldus. Quel que soit le sang qui coule dans vos veines, cette prophétie annonce clairement la venue d'une nouvelle guerre et précise que la victoire d'un camps sur l'autre dépendra de cet objet auquel personne ne prêtait attention mais qu'Anarchy Selwyn a bien l'intention de trouver avec ou sans votre aide.

Que choisirez vous de faire devant l'insistance brutale de cet invité surprise qui promet la paix à n'importe quel sorcier rejoignant ses rangs ? Serez-vous de ceux qui le suivront ? L'avenir nous le dira...








Dernière édition par Minerva McGonagall le Ven 28 Mar - 10:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascensio.forumactif.org
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 538
Galions : 350
Âge : 18
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Jake Abel
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 23 Mar - 21:57


Event #4 De mots et de sang
★ Team Slytherin



Dans ce genre de moment, je bénissais mes talents d’acteur. Alors que la panique se répandait chez certains, la colère ou l’indignation chez d’autres, l’indifférence était toujours bel et bien installée sur mon visage. C’était un masque que j’avais l’habitude de porter en toutes circonstances, et ce nouveau virement dans l’histoire ne faisait pas exception.

Intérieurement, naturellement, c’était une autre histoire. Ce n’était pas le chaos, car comme toujours, je m’obligeais à réfléchir avant de céder à la panique ou à n’importe quel autre sentiment. Certes, la nouvelle n’annonçait rien de bon pour les sangs-purs comme moi, comme ma famille. Mais laisser l’angoisse et la peur nous envahir n’amènerait certainement rien de bon. D’ailleurs, les responsables de tout ce tumulte n’attendaient probablement que cela, ricanant dans l’ombre. Je ne me fatiguai pas à observer mes camarades dans l’espoir de trouver quelqu’un ayant l’air plus coupable que les autres : j’étais persuadé que le fautif savait dissimuler sa jubilation.

Comme un bon soldat, je regagnai la salle commune, le visage toujours aussi calme. Discrètement, je cherchais des yeux Mafalda, Eugenia, Serena. Je n’avais pas particulièrement peur qu’il leur arrive quelque chose là tout de suite, je voulais juste m’assurer qu’elles allaient…. Bien. Relativement bien. Cela dit, je savais que mes deux cousines étaient tout aussi douées que moi pour donner le change, et si l’une ou l’autre commençait à paniquer, elle ne donnerait probablement pas  la joie de les voir faibles à tous les vautours qui nous entouraient.

Lorsque j’arrivai dans la salle commune, noyé dans la masse des Serpentards, je ne vis pas tout de suite l’objet de l’attention de tous. Je me frayai un chemin, serpentant autour des étudiants arrêtés, et enfin mes yeux gris se posèrent sur lui. Anarchy. Un visage que je n’avais pas eu l’occasion de voir depuis un certain temps. Le voir ici provoquait des sentiments très mélangés chez moi. Un genre de malaise, car pour sûr il savait choisir avec soin le moment pour repointer le bout de son nez. Une certaine peur, car je n’étais honnêtement jamais très rassuré lorsqu’il était dans les parages. Ce type était tellement imprévisible, que jouer les huis clos avec lui ne m’enchantait pas exactement. D’autant que je n’étais pas tout à fait sûr de sa position à mon égard. A l’époque où il était encore étudiant, j’avais essayé de la jouer fine avec lui, tentant de me le mettre dans ma poche. Ca semblait plutôt bien marcher… si ce n’est que je ne lui avais jamais véritablement fait confiance. Accorder sa confiance à un type avec un petit grain, c’était suicidaire.

Je n’eus guère le temps de me pencher d’avantage sur le cas de notre ancien reptile, puisque ce dernier prenait déjà la parole. Nous étions maintenant tous arrivés, la porte était refermée. Nous étions seuls et tous ensemble à la fois. J’eus un petit frisson en sentant, malgré moi, que ce qui allait se passer ce soir allait probablement changer beaucoup de choses. Restait à savoir si ce serait à l’avantage des Bogarts, ou non, car honnêtement, c’était tout ce qui m’importait. Je balayai la salle du regard, cherchant à y placer les trois mêmes : Eugenia, Mafalda, Serena.  Je repérai d’abord ma petite soeur , mes yeux avaient l’habitude de la chercher et de la trouver, les deux autres n’étaient, pour l’instant, pas dans mon champ de vision.

Abandonnant temporairement ma quête, je reportai toute mon attention sur notre invité VIP. Je fronçai les sourcils alors qu’il nous annonça la raison de sa présence. J’avais, en effet, déjà entendu parler de ce conte, mais je ne l’avais considéré que comme ça : comme un conte. Je savais qu’Anarchy était un type cinglé par bien des aspects, mais quelque chose me disait que ce type là ne mettait pas son énergie dans une recherche vaine. Il était déterminé,  et pas franchement du genre à aller chercher des lutins au pied d’un arc en ciel. Alors que la plupart de mes paires dégainaient les moqueries, je me contentai de garder le silence, plissant les yeux alors que je dévisageais l’ex Serpentard. Quelque chose dans son regard me disait qu’il avait plus d’un tour dans son sac, et plus qu’une légende à nous racontait.

Et comme répondant à mes attentes, le voilà qui sortait de sa poche l’objet qui, probablement, ferait changer d’avis plus d’une personne dans cette pièce. Alors que la grande majorité prêtait enfin oreille à ses racontards, je réfléchissais déjà. Il ne fallait pas sortir de la cuisse de Jupiter pour savoir que cette simple annonce créait déjà les prémices d’une guerre. S’allier à Anarchy, c’était déclarer la guerre aux autres sangs.
Je n’avais pas trop de doute sur le parti que je souhaitais prendre : ma famille était une famille de sang purs. Nos ancêtres avaient été bafoués pour leurs positions, et nous autres, la dernière génération, avions subi la haine des nés moldus et de certains sang mêlés dès notre entrée à Poudlard. Mafalda était encore la cible de nombreux canulars par simple délit de sang. Tant de choses que je ne pouvais pas tolérer, et pas non plus pardonner.

Alors qu’est-ce qui me retenait ?

Je ne pouvais m’empêcher de penser qu’Anarchy avait un motif ultérieur. Déjà… avoir un leader comme lui, ça avait un petit quelque chose de flippant. Ce type était taré, avant tout. J’étais prêt à le suivre, pour servir une cause, ma cause, mais je n’étais pas certain de vouloir que les autres soient mêlés. J’étais avant tout un opportuniste : s’il parvenait à ses fins, je le soupçonnais d’avoir une raisonnement simple comme : ceux qui ne sont pas avec moi sont contre moi, et je n’avais pas la moindre envie de voir ma famille écrasée par ce type là. J’essayais d’évaluer le risque à me rallier à lui. Concrètement, je souhaitais d’abord discuter avec les miens. Ce n’était pas le moment de faire n’importe quoi, de se séparer, de s’égarer. Mes yeux se posèrent brièvement sur l’endroit où j’avais vu Mafalda pour la dernière fois, mais elle n’y était plus. Je levai les yeux au ciel, maugréant de l’avoir lâché des yeux. J’étais grand pour mon age, plus grand que la moyenne, j’espérais que les autres me repèreraient et viendraient à moi. Bizarrement, je n’étais pas sûr et certain qu’Eugenia irait se réfugier chez moi….

Dans tous les cas, je ne prendrai aucune position avant d'avoir parlé avec ma famille... il fallait juste les trouver au milieu de cette agitation, et je n'osais pas lâcher des yeux Anarchy... comme si je m'attendais à ce qu'il ne fasse un mauvais coup dès que j'avais le dos tourné.


To be continued ...


© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Lun 24 Mar - 20:43

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Un sang-pur agressé. Cela me paraît tellement invraisemblable que je ne parviens pas à saisir la portée des paroles de McGonagall. Quelqu'un aurait osé s'en prendre aux familles ancestrales ? Pourquoi, comment ? Qui est ce fou ? Car maintenant que ce cinglé a versé du sang noble, je me dois d'y porter attention. L'agression de McCarthy m'avait laissée de marbre, tout comme cette histoire de Marque. Je n'étais pas impliquée, et je n'avais pas l'intention de me fourrer dans ces affaires tortueuses. Laisser vivre les autres, et qu'ils me laissent vivre, voilà ma devise. Mais je n'ai désormais plus le choix : ces événements me concernent au plus haut degré. Si quelqu'un s'en prend à Von Hammerschmidt, qui dit que nous ne serons pas sa prochaine cible, nous les Bogart ?

Salle commune. Je choisis le coin le plus éloigné du feu, le plus froid et inconfortable, debout. Que personne ne m'approche, ce n'est pas le moment : il faut que je réfléchisse. Essayer de comprendre la logique de ce dingue. Il ne nous donnera pas d'indice extérieur, cela me semble évident : la seule façon de le démasquer est par la pensée, l'esprit. Je dois me concentrer. L'agitation autour de moi m'agace plus qu'autre chose. Je n'accorde pas le moindre regard au petit groupe compact qui s'est formé devant la cheminée, trop refermée sur moi-même. Réfléchir.

Ce n'est seulement lorsqu'une certaine voix se fait entendre que je lève les yeux. Serait-ce Selwyn ? Comment se fait-ce...? C'est bien lui. Que fait-il ici ? Je ne le connais que de réputation, n'ayant jamais osé l'approcher, mais cela me suffit. Taré, malade et fou, disait-on. Son histoire me laisse perplexe, mais je reste silencieuse. Ne pas juger trop vite. Ce dingue n'a pas pris le risque de revenir à Poudlard pour nous divertir avec des contes – je le crois dangereux et non stupide. De plus, la coïncidence entre son retour et l'agression du Poufsouffle est extraordinaire. J'attends donc patiemment le coup de théâtre, qui ne tarde pas à venir sous la forme de d'une prophétie. Qu'est-ce que tout cela veut dire ?

Je m'étais mêlée au groupe sans même m'en rendre compte, absorbée par ses paroles et mes pensées. Bien sûr que je sais ce que cela veut dire, mais je n'ose pas y croire. Une guerre, le retour du règne des Sang-purs ? Non, c'est bien trop beau. De plus, la seule chose que j'ai appris de mes horribles cours de divination est qu'il ne faut pas croire à ces prophéties et autres feuilles de thé. Rien n'est plus faux, ennuyeux et inutile que cette branche de la magie. Non, je ne placerai pas mes espoirs dans ce Selwyn, et je ne le laisserai pas jouer avec mes émotions. En tout cas, pas parce qu'une boule blanche a parlé. Et pourtant, une partie de moi veut tout de même y croire – serais-je encore une petite fille pleine de rêves ?

Je repère Haimon à quelques pas sur ma droite. Est-ce le moment d'aller le voir ? Je n'aime pas le déranger en général, surtout pour des affaires importantes. Je ne veux pas le gêner, l'importuner avec mes doutes et mes questions. Je ne veux pas être la petite sœur qui ne sait pas s'occuper d'elle-même. Cela dit, je ne sais pas quoi faire, et je n'ai pas envie de seulement attendre que les choses se passent. Patiente mais pas passive.

Je me faufile donc près de mon frère. Arrivée à son niveau, je retiens mon souffle et j'effleure son bras du bout des doigts pour capter son attention. Je n'ose pas le toucher trop franchement, de peur de le faire sursauter ou je ne sais quoi. Je voudrais son opinion sur la situation, qu'il m'éclaire sur ce que nous allons faire. Je le suivrai peu importe son choix. Certains diront aveuglement, mais je ne suis pas d'accord : il en sait bien plus que moi, et il est tout à fait légitime de se reposer sur le jugement d'un expert. De plus, la hiérarchie familiale ne me donne pas droit à la parole – et cela m'arrange bien, je n'ai pas d'avis sur la question.

"Qu'en penses-tu ?", dis-je tout bas, chuchotement à peine audible.

Avant même qu'il ne réponde, je sens son hésitation. Ce ne sera pas un choix du cœur, mais rationnel : peser les risques et les avantages d'une alliance ou non. Je hoche la tête, imperceptiblement. Oui, Haimon, tu peux compter sur moi, quoi qu'il en soit.






Dernière édition par Mafalda Bogart le Mar 25 Mar - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Lun 24 Mar - 22:49

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
C'était une belle journée, le visage impassible et tout à son repas, Eugenia jouissait pleinement de la bonne nouvelle. L'agression de McCarthy ne lui avait fait ni chaud ni froid, à critiquer les sangs-purs comme elle le faisait il ne fallait pas qu'elle s'étonna que quelqu'un le lui fasse payer. Elle devrait même se sentir flatté que cela ait prit autant de temps et que cette personne se soit contentée d'un mémo. Mais là... Guillem Von Hammerschmidt, c'était autre chose, c'était du premier choix, la crème des victimes. Savourant une nouvelle bouchée, elle observait les visages choqués avec un plaisir habilement déguisé. Ce traître à son sang, cet hypocrite qui répandait des rumeurs bafouant le nom de Bogart, avait bien mérité ce qui lui arrivait, quand le coupable sera trouvé faudra que je pense à le remercier, s'amusa t-elle à penser en se levant sur l'injonction de McGonagall. Pas un instant elle ne pensa qu'il s'agissait d'une attaque contre les sangs-purs, il n'en avait pas la prestance, le caractère, non, cet homme n'avait de pur que le statut. C'était une nouvelle agression à l'encontre des partisans des moldus et encore... Contrairement à beaucoup elle n'était pas d'avis qu'il s'agissait d'un coup monté par des sangs-purs, c'était si évident, ils allaient forcément se faire soupçonner, non, elle ne pouvait croire qu'un sang-pur agisse de façon aussi brouillonne. Alors qu'elle suivait le groupe, Eugenia observa un bref instant les quelques personnes dont elle savait le sang souillé, ils leur semblaient tellement plus coupable que ses comparses. Ces tordus seraient bien capables de monter un plan pareil pour discréditer les sangs-purs...

Dans la foule compacte elle chercha Simon mais ne le trouva pas, par contre ses yeux rencontrèrent brièvement ceux de Serena. Il fallait qu'elles s'expliquent, Eugenia avait toujours repoussé l'instant, trouvant des excuses pour ne pas affronter les vérités que sa cousine pourrait lui dire mais, avec ça, il était plus qu'urgent qu'elles règlent leur différent. Ce n'était ni le lieu, ni le moment, mais sans aucun doute elles allaient devoir parler, aussi, après que tous les Serpentards soient entrés dans la salle commune, Eugenia prit soin de remercier un peu sèchement la préfète de les avoir si bien conduit dans leur maison. Une phrase soufflée, qu'elle ne voulait que pour Serena mais pas assez étonnante pour que, si des oreilles la surprennent, elle attire la suspicion. Il ne lui restait plus qu'à espérer que Serena comprendrait sa manœuvre, qu'elle venait de briser le silence qu'elles entretenaient. Sans s'arrêter complètement, Eugenia reprit sa route vers son dortoir où elle allait attendre que la nuit vienne pour mieux retrouver Simon. Elle n'avait pas envie d'en parler avec Haimon maintenant, elle se voyait mal jubiler de l'agression en sa présence, avec Simon elle pouvait. C'est là qu'elle trouva Ernest et un très léger frisson la prit, un autre à qui elle doit parler. « T'as vu, c'est Selwyn ». Elle ne savait pas qui avait parlé mais le murmure se répandait et, en effet, Selwyn était là, les attendant patiemment. Eugenia se rapprocha de lui, deux agressions, un intrus, Poudlard devrait revoir ses défenses... Il parla d'un conte à dormir debout mais elle restait attentive, cet homme avait une assez grande réputation pour qu'elle prenne deux secondes pour l'écouter. Agressif, malade, enflammé, elle lui reconnaissait le mérite d'assumer ses opinions et de se battre pour elles mais elle le trouvait bien trop emporté et instable. Le voilà qui sort une prophétie et elle fronce les yeux, elle n'aimait pas la divination mais elle y croyait. C'était toujours flou, mais souvent vrai, pour preuve la dernière guerre. La soirée devenait très intéressante, c'était définitivement une bonne journée. Amusée, Eugenia érigea ses barrières mentales par pure paranoïa, comme Heath le lui avait apprit, c'était bancale mais c'était mieux que rien, avant de se remettre en marche.

Il fallait qu'elle parle à Haimon. Elle se mit à le chercher jusqu'à le trouver auprès de Mafalda. Quand il s'agissait des intérêts de la famille elle se devait de mettre de côté leur petite guerre. D'un pas félin elle se mouva entre les Serpentards jusqu'à se mettre de l'autre côté d'Haimon, elle fit un  signe de tête amical à sa petite cousine avant de prendre la parole sur un ton bas pour que seuls eux deux l'entendent. Ca m'ennuie de dire ça mais on va devoir prendre une décision rapide, je me méfie de lui mais, pour l'instant, on devrait peut-être le suivre histoire de voir où tout cela nous mène. Qu'en pensez-vous ? Un chef pareil c'était du suicide mais il pouvait servir, de toute façon Selwyn était tellement connu qu'il y avait de forte chance qu'il se fasse arrêter plus tôt qu'on ne l'espérait. Au pire, s'il devenait ingérable, un accident était vite arrivé.







_________________

And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 864
Galions : 388
Âge : 19 ans
Classe : L2 Justice magique
Avatar : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Mar 25 Mar - 1:02

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Avez-vous jamais ressenti ce sentiment à l'entente de quelques mots ? Ce sentiment, comme si tout à coup la terre se dérobait sous vos jambes, comme si le temps s'arrêtait ? Assise au milieu de ses camarades Serpentard, la née Bogart habilement dissimulée sous sa nouvelle identité avait depuis quelques temps reprit goût à la vie. Grâce à son ami le plus cher, grâce au fils Carrow et à son amie Ophélia. Grâce également, et c'était bien surprenant, à son cousin dont elle s'était rapproché depuis que ce dernier s'était montré en position de faiblesse devant elle. Oui, petit à petit, Serena avait finalement apprit à vivre avec son nouveau et agaçant secret, tout comme elle avait doucement apprit à chasser la douleur qui accompagnait ce dernier. Mais enfin, toutes ces belles choses venaient de s'écrouler quand des lèvres de leur directrice dévoila ce nom. Guillem Von Hammerschmidt. Guillem. Son Guillem. A peine eut-elle entendu son nom que sa gorge se serra, que ses yeux se voilèrent. Seigneur... Ainsi donc ce qu'elle avait tant redouté, ce pour quoi elle avait tant voulu s'écarter de lui était finalement arrivé et le pire dans tout ça, c'est que la jeune femme ne savait que trop bien qui était l'auteur de ces horreurs.

Cherchant le dernier né Saddler à sa table du regard, Serena oscillait dangereusement entre l'envie de lui sauter à la gorge et de le tuer de ses mains et celle de courir au chevet du Poufsouffle. Elle ne fit rien. Rien du tout, se contentant de rester là, assise, aussi tremblante qu'une feuille malmenée par le vent et ne contenant qu'avec trop de mal les larmes qui se bousculaient dans ses yeux. Sa voisine de table sembla le remarquer et s'inquiéta aussitôt en lui prenant la main et en lui assurant que tout irait bien, qu'ils retrouveraient le coupable. La préfète n'eut même pas le cœur à jouer les gentilles filles reconnaissantes, se contentant de garder pour elle la haine qui lui étouffait le cœur. Ainsi donc Audric Saddler avait décidé d'aller au bout de ses menaces, ainsi donc, ce salopard n'avait pas su se contenter du mal qu'il lui avait déjà fait, non, il avait fallu qu'il touche à son plus grand point faible dans la mêlée. Fort bien : elle ravala ses larmes, se mordant furieusement l'intérieur de la joue. La guerre était donc déclarée entre eux et serment inviolable ou pas, la Bogart se jura en son for intérieur une vengeance qui ne connaîtrait pas d'égale. Mais pour l'heure, il fallait rester calme, et la chose ne fut pas des plus aisées, d'autant plus quand la jeune femme avait désormais à sa charge de reconduire ses camarades à leur salle commune alors même que ses jambes ne la portait plus. A plusieurs reprises, et le tout durant sa marche, la brune se pinça le nez pour s'empêcher de pleurer, cessa de respirer pour ne pas hurler, ferma les yeux pour ne pas se laisser tomber. Chaque pas lui semblait plus difficile à faire que le précédent et c'est avec soulagement qu'elle remarqua pour elle-même qu'heureusement, la salle commune des Serpentard se trouvait au rez-de-chaussée et non pas dans une tour comme celle des Serdaigle et des Gryffondor. Par ailleurs, se rappeler de ces tours la ramena à celle d'astronomie, la faisant légèrement trébucher au passage. Jurant, ne sachant plus quoi faire de toute cette haine et de toute cette subite détresse, la Bogart commanda au groupe de se presser alors que tous se trouvaient désormais devant leur porte ouverte.

Se glissant à son tour parmi les derniers arrivant, Serena surprit alors le regard d'une figure qu'elle n'avait que trop évité ces derniers temps et dont les traits la rappelèrent à un énième souvenir peu agréable. Celui d'Eugénia Bogart, sa cousine, laquelle après lui avoir tendu un regard appuyé la remercia de les avoir conduit ainsi. La jeune femme arqua un sourcil, ne comprenant pas ce qu'un tel comportement pouvait soudain signifier avant qu'une lumière ne s'allume en elle. Un premier pas. C'était sans doute là l'expression d'un premier pas vers elle que venait de lui témoigner Eugénia... A moins qu'il ne s'agisse en vérité d'une profonde marque de mépris. En ce qui concernait la jolie blonde, elle n'avait jamais su sur quel pied danser, et ce n'était sans doute pas prêt de commencer de sitôt. Enfin, s'il n'y avait eu que ça comme problème... A peine la porte de leur dortoir se fut-elle rabattu sur la mêlée des verts et argents que des exclamations outrées vinrent se mêlée à d'autres effusions tantôt enjouées, tantôt surprises. Se démenant dans la masse de ses camarades, la Bogart se faufila difficilement, se retrouvant à quelques infimes mètres à peine d'Haimon et Mafalda pour y découvrir avec stupeur la présence d'un homme qu'elle ne connaissait malheureusement que trop bien. Anarchy Selwyn.

La jeune femme se laissa déglutir tandis qu'en véritable héros sûr de lui, l'homme qu'on avait fait renvoyer de Poudlard se pavanait en ces lieux, parlant allègrement de changement à venir et d'ère nouvelle. Un charabia sans doute signé Saddler et qu'elle n'avait que trop souvent entendu auprès des quelques sang-purs que ce dernier avait rassemblé. Par ailleurs, la jeune femme ne pouvait oublier qu'elle avait été elle-même l'outil ayant servi à rameuter Anarchy à [i]leur cause|/i] et se souvenir ne lui laissa qu'un sentiment de nausée qu'elle ne chercha pas à cacher le moins du monde.

Enfin, pour l'heure, tous écoutaient religieusement les propos du « sorcier fou » et bien qu'il lui en coûta de l'avouer, Serena se captiva également pour cette histoire. La pierre d'Anelore, sérieusement ?  Elle n'était qu'une relique tirée de l'imaginaire de Beedle le barde, qu'espérait-il faire en faisant référence à tout cela ? La réponse ne se fit pas prier et se forma sous la forme d'une prophétie dont les mots parurent étrangement familier à la Serpentard. Ces mots... Oui ces mots, elle en était certaine, avait déjà touché son oreille par le passé. Où ? De la bouche de qui ? Impossible de s'en rappeler, impossible même d'émettre la moindre certitude vis à vis de cette impression de déjà-vu mais bizarrement, là où tous avaient moqué la petite intro du Selwyn, voilà que le calme était revenu et que chacun semblait en proie à sa propre réflexion. Et pour cause, les propos d'Anarchy avait été clair : une nouvelle guerre éclaterait, et selon lui, le vainqueur de cette dernière serait le camps ayant la pierre en sa possession. Folie. Tout cela semblait pure folie, et pourtant...

Désormais, l'agression de Guillem et la vengeance qu'elle promettait à Audric avaient été relégués à un coin de sa tête qu'elle se força d'ignorer afin d'offrir toute son attention à la situation présente. Bon sang... Si seulement elle avait pu se retrouver seule avec le fils Selwyn les choses auraient été bien moins complexes et elle aurait pu poser avec aisance toutes les questions lui taraudant l'esprit mais contre toute attente, elle se trouvait en la présence de tous les enfants de Salazar Serpentard et avait de ce fait une couverture à garder. Réfléchir et vite. Devait-elle prendre la parole devant tout le monde, tenter de jouer les bonnes samaritaines en faisant remarquer à Anarchy qu'il avait eu tort de venir ici et qu'il allait s'attirer des ennuis ? Non, ç'aurait été prendre le risque que ce dernier la démasque publiquement, et en parlant de risque, la brune vit passer la parente lui ayant adresser la parole devant elle pour rejoindre le jeune maître Bogart et sa petite sœur. Les regardant attentivement du coin de l’œil, Serena vit Eugénia se pencher vers son futur époux pour lui murmurer des paroles inaudibles pour d'autres qu'eux. Impossible de savoir ce qui se disait, mais une chose était certaine : les Bogart qu'ils étaient penserait forcément trouver leur compte dans un tel complot. Après tout, ils avaient été parmi les plus bafoués et Serena ne savait que trop bien pour passer son temps à la protéger dans l'ombre qu'à l'heure actuelle, la cadette du clan subissait encore de lourdes brimades auxquelles elle-même n'avait échappé que grâce à sa nouvelle identité. Pour autant, les intérêts que servaient Anarchy étaient bien plus ceux d'Audric et d'Eren que les leurs, il fallait donc établir un dialogue avec les siens et au plus vite. La chose semblait impossible avec Eugénia, encore plus avec le jeune Ernest qu'elle n'avait même pas eu le loisir d'apercevoir, quant à Mafalda, Serena l'avait toujours écarté le plus possible pour justement ne pas l'impliquer. Ne restait finalement qu'Haimon qu'elle fixa sans jamais s'interrompre jusqu'à ce que ce dernier veuille bien sentir son regard et la regarder. Dès qu'elle l'eut capter, la renommée Pendragon fit de son mieux pour ne parler qu'avec les yeux et les mains, désignant du regard Anarchy avant de venir lever discrètement sa main vers ses lèvres qu'elle barra d'un doigt pour intimer à son cousin le fait qu'il valait mieux rester en retrait. Comprendrait-il seulement ce qui se cachait derrière sa mine défaite et inquiète ? La brune pria Merlin pour la première fois depuis des lustres pour que les prémices de ce cauchemar ne se transforment pas définitivement en Enfer, bien que contre tout attente, l'affaire semblait mal partie...








_________________
« Let me tell you about
OUR FUTUR MINISTRY »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Mar 25 Mar - 12:02

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Retour à Poudlard. Depuis quelques petits mois maintenant. Je ne vous cache pas que je suis plutôt ravi de revenir et de semer la zizanie. Je suis ravi de venir et de recroiser certains que j’apprécie, d’autres …que j’apprécie moins, et avec lesquels je me ferais un plaisir de les remettre en place sans aucune gêne. Je n’ai aucunement peur d’eux, je n’ai aucunement peur de ce qui risque de se dérouler par la suite. Je suis confiant, il ne m’arrivera rien. La ruse, il n’y a que de cela de vrai. Après peut-être que oui, j’aurai besoin d’aide mais si personne ne daigne à me suivre qu’importe, j’irai chercher l’objet de ma quête moi-même et ces idiots le payeront bien plus tard. Bien sûr, je suis conscient que certains le feront pour l’image de leur famille, à leur avantage mais cela ne m’empêchera pas de les cataloguer tout de même. Soit, durant cette soirée il y aura certainement des blessés, oh pas un trop gros nombre ça je ne pense pas à moins qu’ils ne soient plus idiots que prévu. J’enfile ma longue cape noire ensuite, m’étant armé de la prophétie ainsi que de ma baguette. Cette prophétie me permettra d’attirer l’attention de tous les élèves et de leur enlever ce sourire moqueur de leur misérable bouche.

Ce soir, ce sera le grand soir. Je suis quasiment sûr qu’à partir de la fin de cette soirée, la guerre sera là sans pour autant être déclarée. Pour moi, cette guerre sera déclarée quand il y aura réellement un mort. Je ne peux m’empêcher de penser à Léopold, ce cher professeur enseignant une matière qui devrait être supprimée, un professeur portant du sang de moldus. Cela devrait être interdit, si un jour j’ai la possibilité de devenir directeur de Poudlard, beaucoup de choses changeront croyez-moi. C’est grâce à l’aide de Simon que j’ai pu rentrer dans le château, un passage secret. Bien sûr, certains sont contrôlés mais il y en a certains évidemment qui échappent à la surveillance du personnel de Poudlard puis, je crains qu’à cette heure-ci, ils soient plus occupés à se demander comment vont-ils faire pour arrêter toutes ces agressions.

Quelques minutes plus tard, me voilà assis à mes aises sur le canapé en cuir de la salle commune des serpents. Que de bons souvenirs, quelle nostalgie … Poudlard me manque, cette salle commune et les dortoirs aussi, embêter les Poufsouffle, les Gryffondor et les Serdaigle également. Ah, la bonne époque. L’époque où je ne me préoccupais pas de mon avenir, de l’avenir du monde magique, l’époque où je ne pensais qu’à venger seulement mon très cher papa. Ah, mon cher père … si tu me voyais à cet instant là, tu serais tellement heureux … ou pas, vu qu’à tes yeux, je n’ai jamais été à la hauteur de tes attentes. Soit. Les Serpy’ ne tardent pas à arriver. La pause prend fin. Je me lève ensuite, certains ne m’ont pas remarqué tout de suite, d’autres si et se tiennent droit, et n’osent pas m’approcher. Le respect, la crainte. C’est ce que je souhaitais. Oh, bien sûr certains me sous-estiment encore, certains me traitent de fous … mais qu’on se le dise, ce fou contrairement à eux ira bien loin. Une fois que le portrait se referme derrière le dernier élève qui pénètre dans la salle commune, j’attire leur attention.

« Je ne suis pas ici pour régler des comptes, ni même pour m’amuser. Je suis ici pour la pierre d’Anelore. Vous me direz, c’est ridicule, ce n’est qu’un mythe … et cette pierre n’existe pas. Je n’y croyais pas, moi aussi mais il s’avère que cette pierre est bien réelle. Et c’est pourquoi je suis ici. » Je marque une pause, certains se moquent et je m’en doutais un peu. Je sors ensuite la prophétie de ma poche et la garde entre mes mains, l’observant. Lorsqu’ils entendent cette voix qui émane de cet objet rond, tout de suite le calme s’installe à nouveau. J’affiche un sourire en coin, satisfait.

« Je suis sûr que certains d’entre vous seraient prêt à m’aider pour la trouver … » Certains dont la famille a été humiliée, certains qui rêvent que ce monde soit plongé dans les ténèbres et que les nés-moldus et tout ceux qui n’ont pas leur place ici disparaissent. « … j’irai la chercher, avec ou sans votre aide. Mais certains feraient mieux de m’aider. » Mon regard se glisse sur Serena. Cette petite peste. Avant je croyais que l’on pouvait compter sur elle, disons que je ne sais pas du tout sur quel pieds elle danse. Elle est si confuse, si mystérieuse que jamais ô grand jamais je ne lui donnerais ma confiance. Je balaye la salle du regard apercevant Haimon et Eugenia. Haimon, oh celui là … il me doit bien un service, vu qu’il pensait me manipuler et tirer sur les ficelles comme bon lui semble. Lui aussi doit se racheter, beaucoup doivent se racheter auprès de moi et, qu’ils se rassurent, je ne les oublie pas. « Et le premier, ou la première qui osera se mettre en travers mon chemin le payera très cher … » Dis-je sur un ton froid et sec. Ils savent tous de quoi je suis capable bien que la plupart ne pense que je ne suis qu’un mec qui se fera gaulé à la première intersection. Je suis beaucoup plus malin, beaucoup plus rusé qu’ils ne le pensent.

Je range ensuite la prophétie dans ma poche. Je ne sais pas réellement par où commencer, le château est tellement grand. La salle sur demande ? La salle commune ? Le bureau de la directrice ? Aucune idée mais, non on ne se répartira pas, je ne leur fais aucunement confiance à ces jeunes gens. Je me tourne ensuite vers Simon et l’observe ensuite, parlant assez bas, pour que lui seul entende. « Tu es prêt à m’aider toi, n’est-ce pas ? » Je me saisis ensuite de ma baguette et observe les petits clans qui se sont formés pour parler entre eux, pour décider de ce qu’ils feraient. J’affiche un sourire, plutôt fier de moi bien que je sens à des kilomètres que l’un d’entre eux va me donner du fil à retordre.  « Alors ? Qui veut jouer à la chasse au trésor ? » Dis-je avec un sourire en coin, amusé et malsain, croisant mes bras contre mon torse. La peur, l’incertitude, la crainte … ce que j’aime cela.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Mar 25 Mar - 13:17

Event#4 - De mots et de sang


Simon Thornquill
Le monde était une pierre, une pierre en suspension dans l'espace et le temps tenu en équilibre grâce aux lois de la magie et de la physique. Et le monde allait mal, enfin aux yeux de beaucoup de monde, mais pas forcément sous le regard de Simon Thornquill. Le sorcier restait l'être impassible et hautain qu'il était, alors que tout semblait brûler autour de lui et que rien ne semblait plus réussir à garder les murs de Poudlard debout. Tous le monde poussaient des petits cris étonnés, murmuraient, chuchotait, lui gardait un regard neutre sur le seul visage qu'il avait envie de voir dans toute l’École de Sorcellerie et qui se trouvait à la table des Poufsouffle. Ces braves Pouffy qui étaient tous sur le point de s'effondrer en larme face à l'agression indigne de leur camarade. Simon ne réagissait pas aux commentaires de ses voisins, aux coups de coudes de certains qui cherchaient à entrer en contact avec lui, non il n'était plus qu'un pantin, un automate, se retenant de sourire tendis que son regard ne lâchait pas la courbe délicieuse du coup d'une certaine Mordoch.
La vieille McGo ordonnât aux élèves de rejoindre leurs différentes salles communes, ça y est, on arrivait enfin à la partie intéressante du jeu. Gardant un pas lent, qui n'attirerait ni l'attention des verts et argents ni l'attention des autres élèves ou des professeurs, le Thornquill se dirigeait, tranquillement vers les cachots. Il aurait bien pu déserter sans que personne ne s'en rende compte et aller voir où en était ses petites expériences en cours, mais quelque chose de bien plus intéressent les attendais entre les murs de la maison de Salazar.
Les serpents entrèrent, les uns derrière les autres, affichant des visages tous surpris ou intrigué. Simon laissa un léger sourire s'afficher sur son visage. Marchant tranquillement en faisant le tour de la salle commune, longeant les murs, observant tous les élèves, essayant de décrypter chaque visages, lisant sur les lèvres pour comprendre les discussions. Le Thornquill vient simplement se positionner derrière Anarchy, croisant les bras sur son torse, plaquant son dos contre le mur et écoutant ce que le garçon avait à lui dire.
Lorsque le Selwyn lui avait demandé de l'aider à entrer dans la salle des verts et argents, il n'avait pas cherché à comprendre pourquoi, bien qu'il soit relativement au courant des agissements d'Anarchy, il lui devait une faveur, du moins ils se devaient des faveurs mutuellement, et puis il avait hâte de voir ce que l'héritier des sorciers les plus sadiques du monde magique avait à dire, surtout au beau milieu d'un chamboulement certain pour les élèves. Une insécurité ambiante venait de se mettre en place dans le château et bien que certain devaient profondément en souffrir, Simon se sentait étonnement à l'aise au milieu de tout ce désordre et ce chaos lui qui était pourtant quelqu'un d’extrêmement méticuleux d'habitude, se laissait porter par tous ce qui se passait autour de lui et profitait assez bien de la situation pour voir tous les masques tomber. Dans un coin de la salle les Bogart c'étaient réunis, à croire que ce clan malgré toutes leurs désunions ne pouvait pas prendre de décision sans leur petit prince Serpent.
Un léger froncement de sourcil vibra au coin de l’œil de Simon lorsqu'il aperçut Eugénia, il faudrait qu'ils parlent, plus tard et seuls à seuls tous les deux.
Sortant une boule de divination de sa poche, Anarchy captiva l'assemblé, le Thornquill écoutait sans vraiment regarder. Une pierre, il s'agissait d'une pierre, la curiosité d'alchimiste qui l'habitait ne pouvait être plus comblé que par une proposition pareil, et bien qu'il fut particulièrement septique face à la véracité de l'existence d'une pierre semblable, si elle existait réellement il fallait à tout pris qu'il l’étudie.
Les paroles de la prophétie résonnèrent dans l'esprit du garçon, qui vit immédiatement trois façon d'interpréter tous cela. Les limbes de la divination n'étaient pas à la porté de tous, mais des esprits vifs et aiguisés pourraient facilement en venir à bout, et on ne manquait pas de pareil personne chez les Serpentards.
Anarchy se tournât vers Simon et le garçon s’avançât un peu pour écouter ce que le sorcier avait à lui dire, échangeant leurs paroles à voix basse, personne n'avait besoin d'entendre, leurs transactions ne concernaient qu'eux tout comme leur alliance plus ou moins secrète qu'ils avaient établit depuis leur première année dans l'école et ce malgré les divergences qui opéraient entre leurs deux familles.

« -Tu es prêt à m’aider toi, n’est-ce pas ? » demanda le Selwyn en s'adressa à Simon.
« - Je ne te laisserai certainement pas toucher une pierre unique sans l'avoir étudier avant. » répondit le sorcier aux cheveux bouclés, un sourire presque machiavélique sur les lèvres.

Il n'avait aucune envie d'être dans la lumière, mais il suivrait Anarchy, bien sur si il sentait qu'il y avait une place à prendre pour placer ses propres pions dans cette affaire il ne se gênerait pas pour agir. Enfin, les dés étaient lancés, Anarchy sorti sa baguette vivement et harangua la foule de petits sorciers emmitouflés dans leurs robes aux couleurs de leur prestigieuse maison, Simon sorti doucement sa baguette de la poche de sa veste à son tour, la faisant tourner nonchalamment entre ses doigts, se décollant du mur et s'avançant pour se placer aux côtés d'Anarchy afin d'afficher ouvertement son soutient à cette entreprise. Il voyait déjà certains rires, prétendant qu'une telle pierre n'était qu'inventé pour faire vibrer les petits enfants dans les contes, et le jeune sorcier se mit doucement à sourire, posant son regard d'oiseau de proie sur l'assistance. « - Faudrat-il vous rappeler ce que la communauté magique disait au sujet des reliques de la mort ? Alors encore septique ou intéressé ? »

Simon ne savait pas si sa petite intervention allait avoir beaucoup d'effet auprès des élèves, mais au moins il affichait clairement sa pensée, et tous le monde savait que le garçon était un excellent élève et particulièrement intelligent en plus de ça, et dés que l'on passait outre son caractère parfois exécrable on pouvait aussi s'apercevoir que sa détermination était toujours de fer, et qu'allié à Selwyn il risquait d'être en position de force pour la suite des événements.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 6 Avr - 1:03

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Des nuits qu’Ernest Rosenwald ne trouvait plus le sommeil depuis qu'une certaine rumeur lui était parvenu, sous ses yeux clairs s’étaient dessinés d’étranges poches, creusant un peu plus les cernes sous son regard qui semblait continuellement fatigué. Sûrement ne trouverait il pas plus le repos ce soir, ils avaient appris un peu plus tôt qu’un nouvel élève avait été agressé dans l’école, un sang pur répondant au nom de Guillem Von Hammershmidt qu’il ne connaissait pour sa part que de vue. Rien de surprenant, il avait toujours su qu’un jour ou l’autre la situation allait redéraper, la question avait été de savoir quand.  Impassible, il observait, à défaut d’avoir un rôle dans cette histoire il avait toujours été un spectateur qui obtenait les meilleurs sièges. Il savait que tout exploserais une fois le cadre de leur salle commune dépassé, il suffirait alors de se trouver une petite place et d’observer le chao dans l’ombre. Pour le moment les vert et argent se murmuraient des messes basses à l’oreille et jetaient des coups d’œil méfiant aux élèves des autres maisons impertinent qui oseraient prêter attention à ce qu’ils avaient à se confier entre eux. Les Serpentard avait toujours été très sectaire, quand ils étaient en danger on les sentait plus lier que jamais.  

Bientôt convié à rejoindre leurs salles communes avant le couvre-feu habituel, les élèves se levèrent d’un même mouvement avant de se déplacer vers la sortie. Comme à son habitude Ernest était perdu dans la masse mais personne ne semblait lui porter la moindre attention, cette faculté extraordinaire de disparaitre aux yeux de tous sans avoir recourt au moindre artifice lui avait rendu plus d’un service. Il ne manqua pas de repérer les Bogart mais ne se rapprocha pas, ils n’avaient pas encore sa place parmi eux bien que depuis sa discussion avec Eugenia et plus tard, Mafalda, il tentait de se frayer une route pour comprendre les intentions d’une famille qui l’avait toujours ignoré. Quelques choses le poussait cependant à croire depuis ces entretiens que celles-ci avaient peut-être des plans le concernant. Son regard s'attarda sur Eugenia, la rumeur lui revenant à l’esprit, il préféra détourner son visage en se promettant de ne s'y fier qu'au moment ou il aurait une preuve concrète de la chose.

Ils ne savaient pas encore quoi penser des évènements survenu cette après-midi, il était d’abord question d’obtenir des informations avant d’émettre la moindre hypothèse. Pour le moment tout était possible et tous pouvaient avoir eu une bonne raison de le faire. La chose dont il était assuré c’est que le vent allait tourner, que les groupes allaient se solidifier et les extrêmes tenteraient d’imposer leur vision des choses. Garder sa position de spectateurs au milieu de tout ça lui paraissait de plus en plus complexe, il s’était jusqu’alors toujours satisfait qu’on ne prête pas forcément attention à lui et craignait le moment ou quelqu’un le sorte de l’ombre contre son gré.

Passant le cadre de la porte en ferraille, il fut surpris de sentir que l’attention de tous semblait s’être reportée sur quelque chose ou plutôt quelqu’un au milieu de la salle. Une voix blanche et indescriptible s’élevait dans la pièce, il n’eut trop de difficulté à se glisser adroitement entre les silhouettes pour découvrir Anarchy Selwyn, brandissant une prophétie sous le regard interdit des Serpentard. Certains semblaient plus impressionné par le retour du martyr que par ce qu’il avait à leur présenter, d’autres, méfiants, continuaient de se murmurer des choses à l’oreille. Aucun pour le moment ne semblait prendre parti, comme si chacun attendait l’avis du groupe entier pour se prononcer, aucun osant aller de l'avant pour se détacher du collectif. Ernest, lui, fixait cet étrange boule en verre, il n’avait jamais vu objet aussi troublant et il chercha à enregistrer dans un coin de son esprit l’étrange prédiction pour la décortiquer plus tard dans son coin. Bientôt Anarchy se redressa sous les yeux curieux de ceux qui furent ses camarades, annonçant à voix haute le sujet de sa quête. La pierre d’Anelore.

Le regard d’Ernest restait captivé par l’article qu’il tenait entre ses mains, perplexe devant la fascination qu’elle exerçait sur lui. Ces mots-là pouvaient prendre tant de sens, il ne savait pourquoi le choix d’Anarchy s’était arrêté sur la recherche de cette pierre mythique puisque dans son esprit se dressait déjà d’autres interprétations du présage qu’on leur confiait. Une chose était cependant sur : le monde des sorciers allait être de nouveau plongé dans le chaos et il mettait sa main au feu que la quête allait rendre fou plus d’un homme à la recherche du pouvoir.

Ernest recula alors de quelques pas pendant que Simon Thornquill leur rappelait l’existence des reliques de la mort qui avaient joué un rôle décisif lors de la dernière guerre des sorciers. Ne pas risquer de perdre sa place de spectateur pour autant, le pouvoir et le chaos ne l'intéressait pas, le tout était de réussir à survivre quel que soit les événements. Et pourtant, ce serait mentir que de nier qu'une envie incompréhensible de prendre part à ce projet se créait quelque part en lui. Il avait ses raisons après tout, mais peut être lui manquait il la folie nécessaire pour franchir le pas.







_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 6 Avr - 18:51

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Poudlard, comme ça fait longtemps, et rien n’a changé si ce n’est cette tension qui règne.  Toujours aussi banal, à quand  les ténèbres règneront sur le monde magique ? Bientôt, je l’espère, s’il le faut je virerais McGo de force en lui mettant du poison dans son verre… enfin, non, nous ne sommes pas encore assez pour prendre d’assaut Poudlard comme il le faut. Le ministère, puis les commerces et enfin Poudlard. Quoique les commerces soient peu importants alors ils viendront en dernier mais pour le moment, concentrons-nous déjà pour nous emparer de cette pierre et le reste on verra après. Je le ferais avec l’aide ou sans l’aide de ces idiots de Serpentard. Oui, pour la plupart ce sont des idiots, ceux qui ne sont pas dignes d’être dans cette maison. Pour preuve, je l’ai sous les yeux. Ils sont fébriles, ils sont obligés de se parler, de comploter entre eux. Pathétique, depuis quand est-ce que l’on demande l’avis de ses camarades ? M’enfin, qu’importe, je ne peux plus attendre et que ces idiots restent à leur place.

Je souris aux paroles de Simon, bien évidemment, un homme sur qui je peux compter mais duquel je me méfie tout de même. On ne sait jamais trop ce qu’il pense ou ce qu’il a dans la tête mais on peut se considérer comme un sacré duo tout de même. On fonctionne bien, on arrive à se comprendre alors, que demander de plus ? Il s’adresse à eux ensuite, pour appuyer mes dires mais à priori, personne n’a l’air de nous suivre. Je balaye la salle commune de mon regard, beaucoup de visage qui me sont familier mais surtout un attire mon attention. Ce jeune que j’ai tant persécuté, mais que j’ai finalement pris en quelques sortes sous mon aile sachant qu’il a beaucoup de capacités. Un que l’on rejette, un solitaire et souvent incompris.

« Ernest. » Dis-je calmement mais assez fort pour avoir son attention. Il releva les yeux vers moi, je lui affiche un petit sourire, qui se veut être confiant, presque doux. Je m’approche ensuite de lui et je glisse un bras autour de ses épaules, ma main sur l’une de ces dernières. « Tu vas nous aider toi, n’est-ce pas ? » Dis-je en me penchant, le murmurant à son oreille puis je me redresse et l’observe. Je suis persuadé qu’il attend le bon moment pour faire quelque chose, qu’au fond il veut se faire remarquer et prouver quelque chose, quoi, je n’en sais rien.  Je lui fais un petit sourire et tapote son épaule. « Bien sûr que tu vas nous aider.   »Dis-je cette fois normalement, pour que tout le monde nous entende.  Je ne fais même plus attention aux autres, si l’un d’eux veut nous aider, qu’ils se manifestent sinon après tant pis, je m’en tape totalement. Je me tourne ensuite vers mon acolyte. « Allons y, tu veux bien ? » J’attrape ensuite Ernest par le col histoire de le sortir de cette petite troupe et qu’il nous suive, d’un coup de baguette je renverse des élèves sur notre chemin, puis je le lâche et me tourne vers les autres. « Vraiment, personne d’autre ? Vous me déçevez beaucoup, vous faites honte à la maison du talentueux Salazar. S’il vous voyait … » Je tourne les talons, et je m'éloigne ensuite pour m'installer sur une chaise.  

« Alors, Rosenwald, une idée de lieu où pourrait se trouver cette pierre ? La salle sur demande, non ? Ou alors, elle doit être ici ... l'un des tableaux ? Ou bien l'une des planches du sol... » Autant commencer nos recherches par ce lieu vaste, rempli de bordel. On trouve souvent notre bonheur dans cette salle, tout ce que l’on souhaite même, la plupart du temps. Je me tourne vers Simon ensuite. « Oui ? » Mais je n’attends pas réellement sa réponse. Je me lève ensuite et glisse mon regard sur les tableaux, pensif, n'écoutant même pas ce qu'ils ont à dire.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 864
Galions : 388
Âge : 19 ans
Classe : L2 Justice magique
Avatar : Emilia Clarke
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 6 Avr - 23:33

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
La chasse au trésor, la pierre d'Anelore. Prophétie ou pas, Selwyn devait sans doute s'être planté quelque part dans ses calculs, cela ne faisait aucun doute. Cette pierre, tout le monde savait qu'elle n'était qu'une légende, qu'une histoire qui avait même mené à la création de cette fameuse expression : courir après Anelore, laquelle signifiait courir après le vide, après un but vain et inexistant.

On dit que quelques sorciers fous l'avaient cherchés, notamment ce vieux bulgare, Hyppolite le borgne, tristement connu pour avoir massacré de nombreuses jeunes femmes issues de familles de sang-pur en pensant trouver chez elle la fameuse pierre. Ce terrible fait divers avait alimenté la chronique fut un temps, mais loin des fabulations et des esprits tordus, toute la communauté magique savait avec certitude que cela n'existait pas plus que le croque-mitaine ou la fée des dents. Alors que venait vraiment chercher le Selwyn à Poudlard ? Pensait-il vraiment y trouver cet objet fantastique ou était-ce là une couverture à de plus noirs desseins ? Réfléchissant à toute allure, la née Bogart scruta le manège se tramant entre Simon Thornquill et Anarchy. De toute évidence, si ces deux-là formaient un duo, ils étaient cependant bien loin de se serrer les coudes, leurs ambitions personnelles prônant toujours le pas sur l'entraide, une leçon qui fut appuyée par les mots du frisé. La jeune femme jeta un regard vers Audric, se demandant si cette histoire de pierre faisait parti de ses plans. A voir l'expression peinte sur son visage, cela n'avait rien à voir avec lui, ce qui semblait logique, faute de quoi, elle-même en aurait été tenue au courant. Ainsi donc, en dehors de leurs machinations, Anarchy volaient de ses propres ailes. Pas sûr que cela plaise au Saddler, mais pour l'heure, ce qui plut encore moins à la Bogart fut de voir ce dernier prendre soudain Ernest Rosenwald comme bouc émissaire. Ernest... Des six héritiers nés-Bogart, il était le seul à pouvoir se vanter d'avoir l'affection sincère de Serena. Si cette dernière n'avait jamais trahi le moindre geste tendre à son égard, elle l'avait toujours discrètement protégé, comme c'était le cas pour Mafalda, mais avait également pour lui, cette petite pointe d'empathie qui existe inconsciemment entre ceux ayant été traités différemment des autres. Depuis toujours, la fille de la seconde branche voyait en les mauvais traitements qu'il subissait l'image de ce à quoi elle avait échappé de justesse, de ce fait, voir ainsi Anarchy Selwyn s'amuser à le tirer par le col alluma une pointe de rage en elle. Qu'est-ce qui pouvait bien tant intéresser Anarchy pour que ce dernier agrippe avec une telle volonté le jeune Rosenwald ? Tandis qu'une partie des élèves se retrouvaient bousculés salement par un tour de baguette de l'intrus Serpentard, la jeune femme en profita pour se glisser hors du lot, s'approchant discrètement du brun désormais assis sur une chaise et demandant à Ernest par où commencer. Ça suffit, c'en était trop ! Dans la cohue des discussions et des messes basses reprenant bon train dans la nuée de Serpentard désormais présents, la brune en profita pour rejoindre les côtés d'Anarchy et plus particulièrement ceux d'Ernest qu'elle attrapa fermement par le bras avant de le tirer derrière elle. Bien que d'un bleu cristallin, semblable à ceux de celui qu'elle venait de saisir, le regard de la renommé Pendragon fusilla la silhouette d'Anarchy.

La brune n'avait pas eu l'occasion de le revoir depuis les incidents de la grande salle le jour de la mise en place de leur premier plan mais au fond, rien n'avait changé chez lui, et la jeune femme trouvait toujours en lui cette pointe d'insoumission pour laquelle elle avait dans un premier temps tenter de dissuader Audric de le recruter. Puis enfin, elle prit la parole d'un ton sec.

« Et si tu commençais par redescendre sur terre Selwyn ? Ce gamin pourra rien pour toi »

Certes, parler de gamin était peut-être quelque peu négatif ainsi dit, d'autant plus qu'au fond, lui et elle n'avait jamais que trois et demi de différence, cependant, il était question ici de le dévaloriser aux yeux d'Anarchy afin d'avoir la certitude qu'il le laisserait en paix. Haimon et Eugénia étaient bien libres de faire ce qu'il leur chantait au fond, s'ils étaient assez stupides pour se lancer dans cette quête grand bien leur fasse, mais elle refusait que Mafalda et Ernest pu être mêlés à cela, quand bien même le jeune Rosenwald le voudrait. Quand bien même elle devrait lui révéler certaine chose aujourd'hui même. Reculant légèrement, poussant toujours plus Ernest en arrière, la brune hésita une seconde, se demandant si cette supposition pourrait égratigner sa réputation, puis, se fardant d'un masque de mépris profond, osa émettre sa propre hypothèse :

« Si tu es tellement certain que ta pierre se trouve ici, commence par jeter un sort qui te permettra de trouver un passage secret, mais pour ma part, j'ai du mal à croire que ta précieuse relique, si elle existe, ait été cachée dans un endroit fréquentée par des centaines de gens chaque années... Mais ce n'est qu'un avis. »








_________________
« Let me tell you about
OUR FUTUR MINISTRY »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 538
Galions : 350
Âge : 18
Classe : L1 Sécurité Magique
Avatar : Jake Abel
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Lun 7 Avr - 19:44


Event #4 De mots et de sang
★ Team Slytherin



En pleine discussion avec les miens, je jetai un coup d’œil du côté de Serena pour voir où elle en était dans toute cette histoire. Elle me fixait. Cherchait à me faire passer un message, que je compris : Prudence. J’hochai la tête de manière presqu’imperceptible, clignant des yeux pour lui signifier que j’avais enclenché le mode « méfiance ».

Je ne savais pas si je croyais vraiment à cette histoire, mais je décidai que s'il y avait une infime chance qu'elle soit vraie, alors je ne pouvais pas ne pas faire partie de ceux qui trouveraient la pierre. Notre "survie » en tant que famille en dépendrait probablement.
J’hochai la tête en direction d’Eugenia, signe que j’approuvais ses dires. Me rapprochant encore plus de ma sœur et ma cousine, de sorte que personne ne nous entende, je murmurai :

▬ Si cette pierre existe et que Selwyn met la main dessus, il vaudra probablement mieux être très très loin ou très proche. L’option s’enfuir au bout de la terre n’étant pas envisageable, il faut qu’on garde un œil sur la dream team. Au cas où.


C’était mon point de vue, mais il me semblait cohérent et valide. J’avais souvent des idées incongrues ou immatures, mais quand ma famille était concernée, je faisais généralement preuve de prudence et d’un minimum de sagesse. Eugenia semblait du même avis que moi, ce qui renforçait mon opinion. Je comptais bien évidemment garder en tête l’avertissement de Serena mais nous ne pouvions pas juste nous exclure de cette recherche et ignorer les conséquences. Dans ce genre de situation le savoir était le pouvoir, et pour savoir, il fallait rester près de la source, en l’occurrence Selwyn. Nous ne pouvions évidemment pas non plus foncer tête baissée et faire confiance aveuglément à Selwyn, c’était juste hors de question. Il fallait trouver un juste milieu habile.

▬ Nous n’avons pas suffisamment d’informations par nous-mêmes pour nous lancer à la recherche de la pierre par nous-mêmes


Ce qui, pour sûr, nous aurait tous arrangés : au moins, nous nous faisions confiance. Je mettrai ma vie dans les mains de Mafalda sans sourciller. Quand à Eugenia… certes, elle prenait un malin plaisir à me faire du mal, mais j’étais persuadé qu’au fond, sur un sujet aussi sérieux, elle n’irait pas nous trahir, nous, sa famille.

▬ Autant s’allier à lui, ou au moins prétendre, le temps d’en apprendre suffisamment pour tourner ça à notre avantage.


Ceci étant dit, je me redressai quelque peu, reportant mon attention sur Anarchy et son duo de choc Simon le Saumon. Les deux semblaient s’être alliés –semblaient étant le mot clef- et voilà que l’expulsé de Poudlard prenait à parti Ernest. Je fronçais les sourcils, incertain de ce qu’il cherchait à faire, mais Serena fut plus rapide que moi à se mêler de la conversation. Je l’observai d’un air avisé, notant qu’elle faisait preuve d’une neutralité coopérative –ou d’une coopération neutre, à voir- plutôt finement jouée.

M’approchant à mon tour de l’équipe de recherche, je dissimulai mon air dubitatif derrière cet éclat joueur qui s’emparait de mon visage et tout particulièrement de mes yeux dès qu’un challenge pointait le bout de son nez. Et pour sur, une chasse au trésor était un challenge comme une autre.

▬ Au déjà d'une jolie prophétie pour nous en mettre plein la vue...


Commençai-je, un sourire amusé sur les lèvres. Mon ton n’était pas à proprement dit agressif ou plein de reproche, non, c’était dit sur un ton de défi : Game is On Bitches.
D’autant que plus j’attirais l’attention sur moi, moins Anarchy n’aurait de temps et d’énergie à consacrer à Mafalda et Eugenia, que je souhaitais le plus détachées de cette sombre histoire que possible. Cela dit, je préférais tout de même pouvoir veiller sur elles deux, suffisamment pour ne pas les exclure de l’aventure.

▬ ... Est-ce que tu as des informations utiles sur ... Mettons... Le dernier possesseur en date de la pierre ? Ou quoique ce soit qui nous donnerait un indice ? Ça nous aiderait probablement à raisonner pour trouver sa cachette.



To be continued ...


© Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 13 Avr - 12:19

Event#4 - De mots et de sang


Simon Thornquill
Simon n'était pas et n'avait jamais été, ce que l'on pourrait appelé un élève populaire, peu de ses camarades acceptaient de passer du temps avec lui, sauf bien sur lorsqu'il s'agissait de réviser et simplement dans l’espoir d'avoir des notes qui frisaient l’exception. Mais lui même ne cherchait pas à se sociabilisé avec autrui, il était et restait un grand solitaire, investi d'un sens de l'observation qu'il n'utilisait pourtant pas tant que cela à vrai dire. Sa plus grande capacité était certainement de rassembler des informations sur ses camarades, des informations pourquoi, seul lui le savait, mais rien, ou presque ne lui échappait depuis son entrée à Poudlard, et bien qu'il ne soit pas particulièrement apprécié ni des professeurs ni des élèves, tous le monde connaissait Simon Thornquill et son regard hautain, ses bouclettes qui étaient bien souvent sujet aux moqueries, et son étonnante capacité malgré un physique qui n'avait rien d’exceptionnel, de côtoyer les créatures les plus charmantes de l'école. Oui il était un cas à part, mais un charisme étrange et une classe exceptionnel émanait bien souvent de sa personne. Certains disait que c'était à cause de pierres qu'il portait sur lui et que sans cela il ressemblait à un gnome, d'autres moins farfelus, rapprochait son caractère à celui de ses ancêtres, on échappait pas à la famille Thornquill lorsqu'on entrait à Poudlard, et pour preuve deux membres de cette grande famille étaient élèves dans le château et un autre y était professeur, de quoi assurer que leur dynastie n'était pas éteinte.
Tendis qu'il lançait des regards à la dérobé en direction d'Eugenia qui semblait tout à l'écoute de son « preux » fiancé, Simon retient un rictus de dégoût tendis qu'il reportait enfin son attention sur Anarchy qui commençait à s'enflammer. Oh le Selwyn n'avait pas besoin de parler pour que le Thornquill ne le remarque, depuis le temps il avait appris à anticiper les réactions du Serpentard. Anarchy pivota sur ses talons et se dirigea vers un jeune homme mince, élancé, qui dépassait d'ailleurs Simon de quelques centimètre malgré le jeune age que son visage aux traits fins mais prononcés affichaient. Ernest Rosenwald, quel choix étrange et pourtant si compréhensible, si Ernest était la victime principale des vengeances des enfants des héros de la guerre, il était aussi celui du défoulement des Serpentard. Quel idée son père, le traître, avait eu d'avoir un fils, ne c'était-il pas rendu compte que la haine et le déshonneur qu'il avait inspiré ne se résignerait pas à sa seule génération ?
Est-ce qu'on pouvait faire confiance à Rosenwald ? Simon lui même n'en savait rien, contrairement à beaucoup de ses camarades il ne c'était jamais montré hostile envers le garçon, gageant qu'il possédait en lui une force méconnue qui ne tarderait pas à surgir, le Thornquill observait depuis longtemps le cinquième année, mais rien n'y faisait, il semblait qu'un étrange barrage empêche le vert et argent de prendre de l'assurance et surtout d'assumer ce qu'il était, un sorcier à part entière et pas seulement la descendance maudite de son paternel. 
Simon se redressa brutalement, écarquillant les yeux, oubliant un instant tout ce qui faisait murmurer dans la salle commune, il venait de comprendre, reposant un regard perçant de ses yeux vert lumineux sur le jeune sorcier, il l’observât attentivement, il venait de trouver le cobaye parfait, et le faite que Selwyn ne l'attrape par le col et ne l'oblige ainsi à se redresser et à rejoindre leur duo n'était pas une si mauvaise chose après tout.
Un léger sourire se dessina sur le visage du Thornquill tendis qu'il emboîtait le pas aux deux compères, mais la voix déterminée de Serena Pendragon interrompis leur petite avancée, suivit de prêt par celle d'Haimon, ce ridicule blondinet à houppette.
S'approchant d'Ernest, et pivotant sur sa gauche pour se retrouver face à la préfète tournant volontairement le dos à Haimon, Simon mit une main bienveillante sur l'épaule du cinquième année, plongeant son regard d'oiseau de proie sur le visage pale de la vert et argent.

« - Détrompe toi Pendragon, ce 'gamin' comme tu dis, a toute sa place à nos côtés et possède un talent que peu d'entre vous sont capable d'imaginer, peureux comme vous êtes. »

Pressant sa main un peu plus sur l'épaule maigrichonne du vert et argent, Simon se pencha légèrement vers l'oreille du jeune homme. Malgré son jeune age il le dépassait de quelques centimètres, mais ce n'était certainement pas cela qui allait impressionner Simon Thornquill.

« - Bienvenu dans la team, Rosenwald, il est temps pour toi de répondre. Affronte les en face ! On est derrière toi. »

La voix chuchotée et pourtant sinueuse du garçon se glissa sur le jeune homme, tendis qu'il le forçait à pivoter face au regroupement de Bogart qui se collaient désespérément les uns aux autres. Eugénia allait certainement en vouloir à Simon de prendre ainsi parti pour la progéniture d'Elphias le traître, mais cela importait peu pour le moment, et il n'était pas question de laisser son affection pour la jolie Bogart prendre le dessus alors qu'il avait à côté de lui un outil merveilleusement pur.
Lançant un regard moqueur sur Haimon, qui venait en de simple mots de se mêler à leur expédition, Simon serra un peu plus son emprise sur Ernest avant de le relâcher maintenant qu'il était face à ce qui pouvait le plus s'apparenter à sa famille de sang, celle qui l'avait toujours rejeté et ignoré, maintenant c'était au garçon de leur prouver de quoi il était capable, même si c'était un échec, au moins ce serait un premier essai, et Anarchy et Simon n'attendaient plus que ça maintenant.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 13 Avr - 20:20

Event#4 - De mots et de sang


Eugenia Bogart
Au quotidien elle se plaisait à jouer avec ses nerfs, à le blesser toujours un peu plus et Haimon lui rendait la pareil. Mais là, c'était différent, on parlait des affaires familiales et non plus simplement d'eux. Leur petit jeu malsain était relégué au fond de son esprit alors qu'elle attendait la réponse d'Haimon. Là, elle était exactement ce qu'elle est censée devenir dans un futur pas si lointain, son alliée, son bras droit prêt à le suivre, au nom des intérêts familiaux. Toujours et encore les intérêts du Nom avant ceux de la personne. Ses yeux clairs rivées sur son futur époux, elle assista à l'échange complice avec Serena, ce qui ne lui plut aucunement. Ils s'étaient rapprochés depuis quand ? La jalousie pointait le bout de son nez mais, une fois encore, elle s'efforça de rejeter ses sentiments personnels au loin alors qu'Haimon la rassurait en confirmant ses dires. Parfait, ils étaient sur la même longueur d'onde. La jeune femme se contenta d'un hochement de tête agrémenté d'un « je suis d'accord » et d'un sourire sans chaleur pour lui signifier qu'elle pensait exactement la même chose, il fallait rester proche de Selwyn. Peu importe, au final, ce qu'ils choisissaient - retrouver ou non la pierre – du moment qu'ils restaient assez proche de l'élément perturbateur. Parce qu'elle était décidée à rejoindre ce groupe mais qu'elle n'allait certainement pas le faire avec uniquement Haimon, Eugenia chercha des yeux le plus vieux des Bogart. Ce ne fut pas bien difficile et, d'un sourire entendu ajouté à un coup de tête en direction de Selwyn, Eugenia invita son vieux complice Eren à les suivre.

Selwyn reprit la parole, il incita à le rejoindre ou à le craindre ce qui fit penser la demoiselle que ce n'était pas la meilleure stratégie. Alors qu'il observait la salle, elle fit de même, non pour y trouver ses alliés, mais pour reconnaître les dissidents. Beaucoup ici ne partageaient pas les idéaux de Selwyn ou les théories des sangs-purs, certains n'éprouvaient même pas de désir de vengeance et, en pensant cela, elle arrêta ses yeux sur Shawn. Oui, tous n'étaient pas aussi vindicatif, Selwyn était vraiment orgueilleux d'imaginer que personne ici n'allait lui mettre des bâtons dans les roues. Il continuait de parler, elle l'écoutait avec attention alors que ses yeux se portait sur le tableau de l'entrée – fermé mais qu'on pouvait rouvrir pour prévenir l'extérieur de ce qui se tramait. Ce tableau, ses autres tableaux, ceux qui pouvaient se déplacer et aller sonner l'alerte chez la directrice. Il prenait des risques, il aurait dû sécuriser la salle avant de se lancer dans sa tirade, enfin c'était trop tard... Eugenia sortit sa baguette tout doucement alors que Simon prenait la parole.

Il rejoignait les rangs de Selwyn et cela ne la surprit pas, les murmures de la salle se remplirent de réflexions, pensées, sur les reliques. De toute façon, au fond, peu importe que la prophétie soit vrai ou fausse du moment que certains y croiront assez pour les suivre. La présence de Simon au côté de Selwyn donnait un peu plus de crédit à ce dernier, puis il s'en prit à Rosenwald. Sans prévenir, il alla tirer Ernest de sa cachette, l'interpellant, le jetant au centre et le ralliant de force à sa cause. Toujours impassible, dans l'ombre, Eugenia se demandait ce que signifiait tout cela. Ce rat avait réussi à se faire un ami de cette tempe ? Elle retint un rictus au simple souvenir de sa dernière entrevue avec Rosenwald, il avait fait preuve d'audace, d'agressivité... Avec Selwyn à ses côtés, ce petit aspect de sa personnalité fadasse pourrait bien grandir. Il ne doit pas gagner en puissance. Eugenia voulut se détacher du mur mais Serena fut la première à réagir. Forcément, pensa t-elle avec cynisme, et elle détourne l'attention du cousin, ce qui était une bonne chose mais son désamour pour Serena lui fit juste penser qu'elle avait quelque chose à y gagner et qu'il était hors de question qu'elle lui prenne son Rosenwald. Cet idiot était le centre de toute les attentions, après Selwyn, Serena, voilà que Simon s'y intéressait. Qu'avait-il à y gagner, lui ? Forcément quelque chose de particulièrement intéressant... Toujours aussi impassible, Eugenia l'écouta vanter les mérites de Rosenwald et, pire, lui assurer son soutien. Bien joué.. Selwyn le brutalise, Serena l'infantilise, lui il le valorise... Mais c'était assez étonnant de sa part, de cet homme si distant, qu'elle douta que Rosenwald gobe la bonne intention de Thornquill.

Puis Haimon orienta la conversation sur les recherches, ce qui était une bonne diversion mais l'attention d'Eugenia était entièrement portée sur Simon et Rosenwald. Haimon semblait s'amuser de ce jeu de piste – ce qui ne l'étonna en rien et si il y a peu elle aurait eu une attitude similaire, là, avec les propos de Simon, elle avait trouvé bien plus intéressant. Son ami ne faisait jamais rien par hasard, il savait que Rosenwald était à elle, ce n'était ni négociable, ni effaçable, ce marmot était à elle. Les Serpentards pouvaient bien déclencher une guerre pour se venger, prendre le contrôle de Poudlard, du ministère, ce n'était que part plaisir et par devoir qu'elle les suivrait mais lui, lui, c'était son ambition. Toutes ces années à le suivre, à le comprendre, à s'infiltrer parmi ses amis... Elle avait  tout prévu, de ceux qui allait confirmer au Rosenwald qu'elle était une bonne personne s'il venait à douter, aux sortilèges pour le faire plier, en passant par les pions ou connaissances qu'elle envoyait chercher le père... Ce n'était pas une petite vengeance qu'elle voulait, c'était cet homme, sa famille, c'était l'écraser dans toute son entièreté. Simon savait tout ça et pourtant il jetait le cousin dans la fosse au lion, l'exposait, le rattachait à Selwyn. Ses motivations devaient être vraiment valables... Elle était plus curieuse qu'en colère, elle avait confiance en lui même si elle allait lui faire sentir qu'elle n'aimait pas la manœuvre. Rosenwald ne doit pas gagner en puissance. Il ne manquerait plus qu'il pense par lui-même, persifla t-elle en repensant à son attitude de faiblard rasant les murs, de toute façon c'était trop tard pour le tirer des griffes du groupe, à elle de retourner la situation à son avantage. Aussi la demoiselle eut un sourire pour Mafalda et se rapprocha du groupe qu'elle contourna. Les Bogart dans un coin, les trois autres de l'autre, Eugenia prit le partit de venir du côté de Thornquill. C'était un peu comme si la détestable famille Bogart les encerclait.

Vous êtes ridicule à vous battre, Ernest n'a pas besoin de vous pour se défendre ou choisir un camps, enfin j'ai envie de croire qu'il n'a pas besoin de vous.Elle avait parlé de ce ton calme, sans émotion, qu'elle arborait en public. Bras croisé, visage impassible, Eugenia regardait tour à tour Simon puis Serena avant de se focaliser sur Rosenwald. Ca lui faisait bizarre, c'était la première fois qu'elle l’appelait par son prénom... Mais bon, les temps changent, il fallait qu'ils se rapprochent et elle espérait que depuis le temps, avec leur conversation et les bruits de couloirs, le fils d'Elphias avait comprit la rumeur qui courait sur eux. Qu'il avait fait le lien avec les « avertissements » qu'elle avait donné à « Melchior », comme quoi à partir de maintenant elle allait garder un œil plus familiale sur lui. Bien maintenant que les équipes sont formées, que vous avez bien repéré qui nous est utile, on peut entrer dans le vif du sujet ? Haimon a posé des questions pertinentes et, pour ma part, je me demande comment vous comptez lancer les recherches et éviter que cette histoire ne s'ébruite.









_________________

And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sorcier
Sorcier
Messages : 760
Galions : 475
Âge : 23 ans.
Classe : Ex-Slytherin.
Avatar : Jensen Ackles, b*tch. ♥
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Ven 18 Avr - 12:43

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
Bien sûr que je vois beaucoup de potentiel à Ernest, et cet enfant ira bien loin. Pauvre petit être, certains le protège, d’autre le méprise. Je suis sûr que ce vert et argent m’aidera, il doit être serviable comme petit. Je le prends à part avec Simon, ignorant bien sûr les autres qui ne valent pas grand-chose à mes yeux. De toute manière, beaucoup de monde ne valent pas grand-chose au contraire, il faut le mériter pour que je vous mette sur un pied destal. Je relève les yeux en direction de Renabitch et je l’observe, affichant un petit sourire ensuite. Petite crise de jalousie, on dirait bien ? Puis je prends encore qui je veux du mauvais côté, Ernest a du potentiel et si cela se trouve, il suivra le chemin de son père et sans regret, si cela se trouve il fera parti des plus mauvais, suffit de le mettre en avant et de lui donner confiance, quelle idiote. Je ne lui réponds cependant pas, attendant la suite de ses paroles puis je l’observe, gardant ce sourire si faux, qui cache toutes les idées malsaines que j’ai en tête. Puis ce sourire disparait soudainement. « Tout est possible ici, tu le sais n’est-ce pas ? Mais merci du conseil, tu peux disposer maintenant. » Dis-je calmement. Oh, voyons, pourquoi tant de haine ? Je cherche seulement une pierre après si mademoiselle la mal baisée commence à me chercher les noises, ça ne va pas le faire. Si elle a une dent contre moi pourquoi pas, après je ne vois pas trop ce que je lui ai fait à ce parasite. Je n’ai juste pas apprécié le ton et la façon dont elle a agit avec moi.

J’affiche ensuite un sourire satisfait aux paroles de Simon et l’observe. Un vrai duo, tout de même, bien qu’on ne s’aime pas non plus fort d’amour. Je dépose mon regard ensuite sur Ernest et souris en coin. Bien sûr, qu’il ne doit pas écouter les autres, tout ces gens qui avaient osé le mépriser. Haimon s’approche ensuite. Je relève les yeux en sa direction. Tiens, un autre beau gars Bogart, m’voyez ?. Je le vois bien venir lui, surtout de loin et je sais comment il est, je sais qu’il tente de me manipuler avec son joli minois, mais qu’il se rassure, j’ai bien vite découvert à quel jeu il jouait mais je n’ai jamais rien dit, jouant avec lui sauf qu’aujourd’hui, il va commencer à morfler et à se rendre compte que j’ai vu clair dans son jeu. Les Bogart, ils feront toujours tout pour se faire bien voir. Je ne fais confiance et en personne. Surtout pas en eux. Plus j’observe ces gens, moins je leur fais confiance. Je dépose ensuite mon regard sur Eugenia et je me redresse légèrement sur ma chaise. « Et nous on a pas besoin d’avoir ton avis, on s’en fiche même pas mal. Et pour te dire, nous on a pas besoin de toi non plus. Si cela te déplait, ne prend pas part à cette recherche, personne ne te force. » Je me lève ensuite, la dévisageant. Pas comme s’ils commençaient à m’énerver toute la brochette de Bogart. Si ça ne les enchante pas, qu’ils n’y participent pas et qu’ils restent dans leur coin à ruminer et à s’embêter les un des autres. On n’a pas besoin d’enfants dans nos pattes.

« Tiens donc, c’est une façon maladroite de dire que toi et ton cher et tendre vous vous joignez à moi ? Contente toi seulement de m’aider à chercher cette pierre, le reste ne te regarde en rien, ce n’est pas ton problème. » Je lui adresse un sourire en coin puis je relève les yeux en direction du blondinet. « Je ne sais absolument rien de cette pierre, on m’en a parlé vaguement et on m’a juste dit à quoi elle pourrait me servir. Puis, parait que Poudlard est le lieu le plus sûr du monde magique, tout le monde le sait et je suis quasiment sûr qu’elle se trouve ici. » Je craque mes phalanges ensuite puis je les observe. « Pourquoi pas regarder les tableaux ? Un passage secret ou autre ? Comme l’a suggéré Madame et ses grands airs ? »

Cela ne m’enchante guère de chercher avec eux. Je relève les yeux vers Haimon ensuite et le dévisage Il m’a prit pour wikipédia ?. « Mais je vous préviens les Bogart, je vous vois venir et vous n’y toucherez pas, à cette pierre. » J’affiche un petit sourire, une petite phrase qui pourrait bien faire signe à Haimon que je sais qu’il joue à un jeu avec moi. Puis, c’est bien les seuls qui pourraient me mettre des bâtons dans les roues. J’ai bien confiance en Ernest et Simon –bien que confiance est un grand mot- mais en aucun cas je ne ferais confiance en cette famille. Je sors ma baguette puis, pourquoi ne pas tenter un accio ? Bien que je suis persuadé que cela ne marchera pas. Elle doit être protégée par ce genre de sort, donc non, autant ne pas tenter. Autant mettre le bazar, mettre tout en dessus dessous. Tout envoyer valser, tout renverser. J’envoie valser des canapés plus loin, des chaises, des tapis et je m’approche des tableaux les observant. Qu’importe s’ils me voient et qu’ils peuvent aller prévenir la directrice, je ne crains plus le renvoie puis, je suis persuadé que même la directrice et les professeurs ne savent la cachette de cette pierre.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 178
Galions : 275
Âge : 16ans.
Classe : 5ème année.
Avatar : Dane Dehaan
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Lun 21 Avr - 18:23

Event#4 - De mots et de sang


SERPENTARD
À partir de l'instant ou Anarchy prononça son nom, Ernest avait compris que son statut de spectateur allait être malmené et quand bien même il continuerait de faire profil bas, l'ancien Serpentard n'allait pas se priver de jouer un peu avec lui. De ça, il n'en avait que trop conscience. Relevant péniblement son regard vers le sujet d'attention de toutes les personnes réunis dans cette salle, le sourire trop doux pour être honnête qu'affichait le sang pur ne présageait rien de bon. Qu'avait-il derrière la tête en l'interpellant lui ? Pourquoi s'entourer du paria de la maison, ce qui allait forcément diviser l'opinion plutôt que de la rassembler ? Tout le monde ici n'avait pas confiance en Anarchy et il doutait que cela soit un choix judicieux que de miser sur lui s'il voulait attirer une certaine sympathie à sa cause. Cela devait donc forcément allé plus loin, il doutait que celui qui voulait se présenter comme un charismatique leader n'eût pas au préalable réfléchi à son coup. En l'attirant vers lui, il savait très bien ce qu'il voulait, ce qu'il cherchait, il était sûrement déjà persuadé qu'il obtiendrait de l'aide de sa part.

Se frayant un chemin vers lui, l'ainé passa un bras autour de ses épaules. Ernest se ratatina alors plus que jamais, baissant les yeux au sol en tentant de faire abstraction de ce contact. L'attention était maintenant concentrée sur le duo improbable qu'ils formaient et il ne supportait pas de savoir qu'on attendait de sa part quelque chose, un mot ou un geste qui les informeraient de sa décision. Aussi se laissa-t-il trainer comme un pauvre pantin désarticulé hors des rangs par Anarchy, dépassé par ce rôle qu'on venait de lui attribuer sans qu'il n'en ait vraiment le choix, manquant de trébucher devant l'assemblée quand il le tira par le col. Quelques mètres plus loin, Ernest tenta une vague résistance, tirant en arrière pour le faire lâcher prise mais voilà qu'il était déjà prié de s'asseoir entre celui qui avait été un de ses bourreaux dans le passé et ce garçon, Simon Thornquill, qu'il ne connaissait que pars ses observations mais à qui il n'avait jamais adressé la parole. Simon faisait partie de ces personnes qui le défendaient sans prendre parti, qui lançaient vaguement à la cantonade qu'on lui fiche la paix sans prendre part au conflit. Il avait toujours intrigué Ernest, quelque part, surtout parce qu'il avait cette impression étrange que Simon, quelque fois, l'observait.

Se retrouver au milieu de ces deux figures était aussi insolite que surréaliste. Pourtant, Anarchy l'intégra comme s'il était tout à fait normal qu'il soit assis parmi eux, lui demandant ou, à son avis, se trouvait la pierre d'Anelore. Ses mains se crispèrent pour se refermer en poing alors qu'il restait désespérément muet. Anarchy avait-il accolé son nom à cette quête parce qu'il le pensait au courant de quelque chose ? Ses questions lui prouvaient en tout cas qu'il se lançait à cœur perdu dans une quête sans avoir la moindre idée de la position de son trésor. Avant de foncer tête baissé sans la moindre piste, il aurait été bon d'obtenir un plan...

La voix de Serena Pendragon raisonna alors et après avoir clamé qu'Anarchy ne tirerait rien du gamin qu'il était, elle le poussa plus loin. Un gamin... Cela en disait long sur sa manière de le percevoir. Elle aussi faisait partie de ces gens qui le défendaient pour ensuite retourner dans l'ombre, ces gens qui ne faisaient que de passer pour ensuite disparaitre, satisfait sûrement de mettre de l'ordre mais peu enclin à prêter l'attention au misérable qu'ils avaient sortis d'affaire... et il se surprit à songer qu'elle regretterait de penser qu'il « ne pouvait rien » pour eux. Il ne le justifia pas, il n'avait jamais eu envie de faire ses preuves ou de prouver se dont il était capable, habitué à utiliser sa capacité de raser les murs et à n'entrer en contact avec personne, la seule personne qu'il n'avait jamais voulu décevoir, c'était son père. Alors pourquoi cette quête animait en lui ce profond sentiment de curiosité, de fascination et d'envie ? Simon ne tarda pas à le rejoindre alors, affirmant en glissant à son tour un bras autour de ses bras en rétorquant à la préfète qu'il possédait un talent insoupçonné et quand ce dernier se pencha à son oreille pour lui murmurer qu'il faisait maintenant partie de l'équipe, il ressentit quelque chose sur lequel il peinait à mettre des mots. L'impression de faire enfin partie de quelque chose. Et alors que le garçon le faisait lentement pivoter vers ses camarades, Ernest se trouva face à face avec sa « famille ».

Cette famille qui ne lui avait jamais prêté la moindre attention sinon dans l'ombre, et s'il avait appris par le biais de cet incident fâcheux en hiver qu'ils n'avaient visiblement pas faire une croix sur lui pour autant, ils n'avaient jamais cherché à le défendre contre quoi que ce soit. Aussi voir Eugenia prendre en quelque sorte son parti aurait pu doucement le faire sourire... Maintenant, vraiment ? Maintenant qu'il risquait de leur échapper, allaient ils se montrer docile et chercher à le « récupérer » ? Tout cela risquait finalement d'être intéressant.

- C'était inutile effectivement, mon choix était déjà fait.

Voix basse et singulière, il y avait pourtant pour une des premières fois celle-ci quelque chose qui n'avait rien d'hésitant. Reculant d'un pas, affirmant donc sa position de rejoindre les rangs d'Anarchy et de Simon en se retrouvant à leur hauteur, le premier se moqua doucement de la volonté des Bogart de rejoindre sa quête pour leur révéler ensuite qu'il n'avait que peu d'informations sur l'objet.

- Comment en es-tu venu à penser que c'est de cette pierre dont il est question dans la prophétie ?

Une nouvelle fois, il s'était surpris à prononcer cette pensée à voix haute, à prendre parti dans cette discussion comme si cela été naturel. Cachant son malaise, les doigts du garçon se contractèrent légèrement avant qu'il ne les relâches, un simple mouvement pour se redonner un minimum de constance et la force de poursuivre.

- « Quand on la retrouvera. », ça pourrait être n'importe quoi, il y a bien quelque chose qui t'as mis sur la piste pour que tu te focalise précisément sur cet objet.


Sa gorge était sèche, déstabilisé par sa volonté d'en savoir plus. Sans en connaitre d'avantage, il était inutile de se jeter à la recherche de cette pierre. Il était prêt à faire ses propres recherches et il ne doutait pas une seconde que chaque personne qui s'était joint au groupe en ferait de même, il n'était ailleurs pas certains qu'ils travaillent tous au compte d'Anarchy... Les pratiques un peu archaïque de ce "leader" allait peut être lui porter préjudice. Finalement dans cet affaire, seul les plus malins allaient s'en sortir et pour le moment il était incapable de savoir qui tirait les ficelles du jeu.







_________________
Darkness becomes me
Mother, you had me but I never had you. I wanted you, you didn't want me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Father, you left me but I never left you. I needed you, you didn't need me so I, I just got to tell you goodbye, goodbye. Mama, don't go, Daddy, come home. Mama, don't go, Daddy, come home...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Sam 26 Avr - 17:25


De Mot et de Sang

Serpentard - 22 Mars

Enjoy the Silence by Depeche Mode on Grooveshark


Japhet n'aurait su dire quand Anarchy était arrivé dans la Salle Commune. Il avait été présent toute la soirée et n'avait même pas manger cette fois. Plongé dans un devoir d'Arithmancie que Mr Rosier attendait avec impatience, Japhet avait oublié tout du monde qui l'entourait. Dans un coin sombre de le Salle Commune, sur un pupitre tournant le dos au mur pour lui laisser une belle vue d'ensemble sur toute la pièce, il n'avait pourtant fait attention à rien de ce qu'il se produisait. Silencieux, discret comme s'il n'était même pas là, il avait levé la tête de son ouvrage uniquement lorsque une vague d'élèves entrèrent à pas lourds et troublèrent son calme. Anarchy était déjà là. Japhet n'était pas surpris, il savait bien qu'il devrait être là. Pourtant, il ne bougea pas, n'alla pas le saluer alors que les garçons entretenaient une correspondance pointue depuis son départ du château. Le seul que Japhet chercha des yeux était Audric.

Mais ce fut Eugenia qui fut la première à croiser son regard. La blonde revenait manifestement de la grande salle avec une mine particulièrement sombre. Néanmoins la moue qu'elle arborait en toute heure paraissait troublée. Japhet haussa un sourcil et se remit à écrire. Il n'y avait décidément rien qui ne méritait son intérêt dans cette scène. Car oui, Serena Bogart venait d'entrer. Elle se mêlait à la foule comme l'anguille perfide qu'elle avait toujours été. Loin de la princesse aux cheveux d'or qu'était la belle Eugenia, et pourtant le simple fait de l'apercevoir lui donna mal au ventre. Japhet cligna frénétiquement d'un oeil, comme lorsqu'il était bouleversé et se força à s'intéresser à son parchemin. Ce qui s'était produit ce soir et ce qui allait arriver, tout cela n'était pas vraiment une surprise pour Japhet. Et personne ne semblait l'avoir encore remarqué.

La seule satisfaction qu'il éprouvait était de voir le teint désemparée et la mine déconfite de la petite princesse empoisonnée. Ainsi donc l'idée avait été bonne et Japhet ne s'était pas trompé. Cela le réconforta dans son idée de rester assis dans la pénombre de la salle verte et de tranquillement regarder ce qui allait suivre. Anarchy prit la parole théâtralement en exhibant fièrement une boule de lumière. Il y a quelques années, les yeux de Japhet se seraient illuminés et il aura mordu compulsivement sa lèvre inférieure en clignant de l'oeil en voyant la sphère blanche opalescente. Mais il avait ensuite appris qu'il ne s'agissait que d'un sortilège et non d'une pierre comme son oeil l'avait d'abord abusé. Néanmoins, la lueur qui s'échappait d'elle était bien plus attirante que Japhet ne l'aura cru. Son regard perçant se posa sur le dos d'Anarchy qu'il fixa au niveau des chevilles. Il était rare que le garçon ne posa réellement son regard sur les yeux d'une autre personne. La plupart du temps, il fixait la bouche ou le lobe de l'oreille, parfois l'allure sigmoïde de la clavicule.

Puis Anarchy se mit à parler. Un mot retentit à l'oreille de Japhet. Pierre ... Mais il se força à refréné son enthousiasme. Ce qu'il allait dire, il le savait déjà fort bien. Ce discours avait été maintes fois sujet de leurs lettres. Le châtain trouva juste que, comme toujours, Anarchy avait un talent naturel pour s'exprimer face à la foule. Japhet n'aurait jamais été capable de se poser ainsi, bien droit face aux regards des Serpentards et parler ainsi d'une quête si ... futile ? Il grimaça à penser ce mot mais c'était effectivement le ressenti de la plupart des gens de l'auditoire. A ce que percevait Japhet, c'était d'Anarchy qu'avaient peur les élèves, et pas de la Pierre. Quelle folie ! Quoi qu'il en soit, le but de la manoeuvre était clair : rallier des adeptes. Non pas que la finalité soit la même. Enfin du moins pas pour Japhet qui ne trouvait toujours pas Audric bien qu'il cherchait activement du regard. Mais il ne voulait pas bouger. De toute façon, personne ne l'avait encore remarqué, il ne romprait son isolement que si il devait intervenir, ce qui était plutôt improbable.

Certains élèves avaient parfois l'impression d'être observer voir suivi. C'était Japhet qui produisait cette sensation à ceux aux perceptions les plus accrus. Etonnant que la perspicace Eugenia ne l'ait toujours pas remarqué. Elle était souvent la première à le dévoiler dans l'ombre lorsqu'il était perdu dans ses pensées. Le discours s'acheva dans un murmure diffus qui envahit la foule. Déjà les premiers groupes d'élèves se formaient. Mais Anarchy avait apparemment repéré sa cible. Ernest Rosenwald. Japhet fronça le nez. Il différait de l'avis d'Audric sur certains points, celui d'attirer du monde et particulièrement certaines personnes était l'un d'eux. Japhet fixa à nouveau Eugenia qui se mut presque sans réfléchir à Haimon et Mafalda alors que Serena, la Bogart révolue, se tenait à l'écart mais sans cesser de les fixer.

La voix désagréable de Simon Thornquill le dérangea dans ses réflexions sur la famille Bogart. Encore une personne qui n'avait pas la confiance de Japhet mais dont Audric semblait vouloir la compagnie proche de lui ... Lorsqu'il parla d'étudier la pierre, comme s'il s'agissait d'un vulgaire parchemin vieux de quelques siècles ou d'une recette obscure de potion, le sang de Japhet ne fit qu'un tour. La pierre était une relique, et une relique était sacrée. Ce n'était pas pour l'étudier qu'il fallait la trouver, mais pour la conserver et la préserver. On était loin du simple intérêt scientifique et à ce sujet, Japhet était intraitable. Il se mordit encore la bouche et serra sa plume entre ses doigts avant de glisser son autre main dans sa poche. Il trouva le contact rassurant de quatre petits éclats de topaze et joua un moment avec les billes taillées dans la gemme.

Il n'entendit presque pas les mots que prononça Selwyn pour suivre son raisonnement. Il était focalisé sur les rugosités qu'il percevait sous ses doigts, reconnaissant chacune des pierres qui portaient un nom. Chacune le nom d'une étoile ... Sirius, Scorpius, Abraxas, Orion. Il se le répéta en boucle comme une litanie en échangeant l'ordre dans lequel roulait les pierres dans sa paume. Son oeil droit se fermait tout seul compulsivement mais il arrivait à s'empêcher de respirer trop fort. Ce fut la voix de Serena qui le sortit de sa transe. La sécheresse de sa voix en disait long sur son énervement. Et soit elle était particulièrement douée pour jouer la comédie, soit elle était tout simplement folle de rage de ce qui était arrivé à Guillem. Encore un bon point pour Japhet qui cessa de faire rouler les pierres de topaze mais les garda fermement serrées dans sa main. Elle donna son avis en se montrant aussi méprisante qu'elle pouvait l'être aux yeux de Japhet, avec toute sa supériorité imbuvable ...

Les Bogart se rassemblaient pour l'instant, et si Anarchy ne le voyait peut être pas immédiatement, il le remarquerait bien assez tôt car quoi qu'ils optent comme décision, le soutien ou la défection de cette famille, serait un tournent. Si vraiment Selwyn cherchait à recruter, il aurait peut être fallu se concentrer sur les Bogart à son sens. Eren, Haimon, Mafalda, Eugenia ... Ils formaient un clan solide et fort malgré les intrigues qui les secouaient en interne. C'était dans cette direction qu'il fallait se diriger. Et les deux futurs mariés furent les premiers à poser de pertinentes questions sur la recherche de la pierre. Apparemment, Eugenia avait compris qu'il était préférable de s'allier à eux. A eux ... Elle même ne savait pas que Japhet était au coeur de cette tourmente, ni encore moins qu'il était lié à Anarchy d'une façon que personne n'imaginait. Audric lui même ne le soupçonnait pas.

Thornquill et Selwyn finirent par se battre pour entrer Rosenwald avec eux. C'était un Bogart lui aussi, si on étendait un peu les choses. Un potentiel membre du clan qu'Eugenia se mit à coeur de défendre. Japhet haussa un sourcil en clignant de l'oeil droit. De toute façon le principal concerné semblait décidé à choisir par lui même et s'émancipa bien vite de la poigne de Thornquill et même Eugenia. Quoi qu'il en soit Anarchy semblait toujours aussi déterminé, il jouait son rôle avec presque du zèle même tant il se montrait agressif. Certes la pierre ne serait surement pas donner aux Bogart, malgré toute l'affection que Japhet pouvait porter à Eugenia, les autres n'étaient pas vraiment de confiance. Enfin, ils l'étaient ensemble, entre eux. Mais s'agissant des étrangers. Il y avait déjà bien des conflits à régler sans que ne s'ajoute cette fameuse quête.

Bien décidé à ne pas sortir de sa cachette, Japhet se dit néanmoins qu'il devait agir. Il attrapa Sirius et Orion dans sa poche et dissimula grâce à un sortilège confectionné par ses soins, un message. L'un était pour sa douce et tendre amie, l'autre pour cette vipère. Sauf que Audric n'étant pas là, il était le seul à pouvoir intervenir. Mais il refusait de se dévoiler au grand jour et encore moins de prendre parti. Il envoya en roulant par terre les petites billes et les fit léviter jusqu'à la paume de Serena qui grimaça en l'attrapant et Eugenia qui le chercha immédiatement du regard. A elle de se montrer fine en lisant, car le sortilège était conçu pour écrire les mots sur la paume qui attrapait la pierre et disparaissait au bout de quelques temps. Il fallait tendre à ce que Eugenia ne s'oppose pas à Anarchy et le suive sagement, et surtout, savoir ce que diable pouvait faire Audric ...

A Serena il demanda simplement et sèchement :

"Bogart, où est Audric ? Pourquoi n'est-il toujours pas arrivé. Tu es au courant de quoi que ce soit ? Rejoins moi dans les dortoirs de M1, j'ai à te parler"


A Eugenia il la prévint juste :

"Anarchy est avec nous, ne te braque pas, il n'est pas question d'exclure les Bogart. Il faut que tu cherche cette pierre, et Haimon et Eren aussi !"


Japhet se leva alors et glissa dans l'ombre jusqu'aux dortoirs. Personne ne l'avait remarqué. Ou peut être seulement Eugenia à qui il glissa un coup d'oeil entendu qu'il était pratiquement sur qu'elle avait capté. Il descendit l'escalier et abandonna en passant le palier, une oreille à rallonge. Petite farce et attrape finalement bien pratique, il déroula le fil jusqu'à son dortoir et il s'assit sur le lit. Serena ne manquerait sans doute pas de venir le rejoindre, et grâce à son stratagème d'insonorisation des lieux et d'amplification de l'oreille à rallonge, ils pourraient parlés dans la plus discrète et la plus sécurisée des atmosphères, et pour autant ne rien perdre de ce qui se déroulait plus haut. Japhet mordit sa lèvre et fixa la poignée de la porte en faisant rouler Abraxas et Scorpius, les deux orphelines qui restaient dans sa poche.

© Yuki Shuhime


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Lun 28 Avr - 13:31

Event#4 - De mots et de sang


Simon Thornquill
Le jeu était lancé. Rosenwald venait d’abdiquer sa place d’eternel solitaire pour rejoindre le duo qui se muait à présent en trio. Si Simon aimait la plus part du temps jouer ses coups en douce sans que personne ne s’aperçoive qu’il tenait les ficelles, il était bien heureux de démontrer face à toute la salle commune qu’il était du côté d’Ernest. Le garçon l’intriguait au plus haut point, et il avait envie de voir ce qu’il était capable de faire. Il ne c’était pas concerté avec Anarchy pour choisir de l’incorporer à leur équipe, mais visiblement les deux sang-pur étaient sur la même longueur d’onde, ce qui était à la fois étonnant et pourtant devenu plutôt habituel ces derniers temps.
Face à eux le clan Bogart semblait changer de fusil d’épaule, au fond Simon espérait bien qu’ils rejoignent la quête, d’une part car il pensait que cette famille avait quelque  chose à apporter à l’affaire, et d’autre part, car il ne voulait pas que les nouveaux évènements ne compromette son amitié avec Eugénia, il l’estimait, elle le savait, d’ailleurs, il avait bien remarqué le long regard qu’elle avait porté sur lui lorsqu’il c’était approché d’Ernest. Non ce geste ne resterait pas sans échos entre eux, mais elle le connaissait aussi assez  bien à présent pour savoir qu’au fond de lui, le Thornquill ne faisait jamais rien sans avoir une raison bien précise en tête. Serena Pendragon aussi semblait plus que concerné par la situation, et Simon ne put s’empêcher de rester alerté par sa présence, si il y avait quelqu’un qui pouvait leur mettre des bâtons dans les roues, étrangement ce serait bien elle, il n’aurait su dire pourquoi mais il le sentait.
Tendis qu’il reportait un instant son regard sur la belle blonde qui se trouvait aux côtés de son si séduisant cousin et fiancé, quelle famille toute de même, il eut la vague impression de voir que ses pensées s’égaraient durant quelques secondes, son regard se perdant dans le vide, comme si elle écoutait quelque chose avec attention. Mais rapidement elle reprit de sa contenance élégante habituelle. Simon rompit le contacte visuelle avec la Bogart pour poser ses yeux vert sur Anarchy. Ils avaient pas mal de choses à régler tous les deux, mais ce n’était ni le lieu, ni le moment, il leur faudrait des plans, des noms, des endroits pour se retrouver. Après tout, la salle commune des Serpentard ne serait pas toujours un bon endroit pour faire des réunions, même si de toute évidence, c’était un bon endroit pour frapper d’un grand coup de botte dans le nid de strangulots que tous les élèves de cette maison étaient. On ne pouvait avoir confiance en un Serpentard, tout à chacun ils le savaient, et c’était précisément pour cela que c’était à eux de rechercher cette pierre, car jamais au grand jamais ils n’iraient les uns et les autres demander de l’aide ailleurs, bien trop préoccupés à ce surveillé les uns et les autre.
Souriant en coin lorsqu’il entendit Ernest poser ses premières questions, Simon l’observa attentivement. Quelque chose clochait, quelque chose se bloquait chez le vert et argent, c’était évident, c’était amusant aussi à voir, mais ce serait certainement encore plus amusant de découvrir ce qui pouvait ainsi entraver les émotions et les manières du jeune homme. Le Thornquill se fit la promesse de suivre tout cela de prêt et de travailler en profondeur avec le cinquième année qui était déjà bien grand pour son age, et bien trop maigre pour être en parfaite santé.

« - Ca c’est pertinent ! Merci Ernest. » Simon se retournât vers Anarchy en croisant les bras sur sa poitrine. « - Alors pourquoi Anelore ?  Ah oui c’est vrai … »
Simon se retourna vers Ernest, un léger sourire sur les lèvres, c’était étonnement grisant d’étaler sa science ainsi pour lui qui habituellement ne le faisait que pour rembarrer ou recaler une personne qui l’avait particulièrement dérangé.

« - Car même si potentiellement ce n’est pas de la pierre dont parle la prophétie, la pierre nous permettra de trouver l’objet exacte de la prophétie. Et aussi parce qu’il est hors de question de laisser un pareil artéfact dans les mains d’autres personnes que nous n’est ce pas Selwyn ! »

Simon brûlait d’envie d’étudier cette pierre, il en mourrait presque d’impatiente, mais comme à son habitude rien ne transpirait de ses émotions sur son visage étrange. Garant les bras croisés sur sa poitrines, le vert et argent s’assit doucement sur le bras d’un fauteuil et observa l’assistance et plus particulièrement les élèves qui n’avaient pas encore pris la parole. Le Thornquill n’était pas un grand bavard, mais même Rosenwald avait prit la parole, et dans ce genre de circonstance, le sorcier ce méfiait de ceux qui ne pipaient mots.

« - Ernest. » Simon tournât doucement la tête vers son jeune camarade, gardant un instant encore son regard posé sur les quelques élèves restés muets depuis le début, avant  de tout à fait faire face au nouveau petit membre de leur team. « - Suit ton instinct, si tu voulais cacher une pierre, où l’aurais-tu mise ? » Les yeux perçant d’oiseau de Simon s’encrèrent dans les iris clair du Rosenwald. Il scrutât le regard du jeune sorcier, cherchant à y déceler la moindre information sur lui, oh ils allaient former une bonne équipe tous les trois il le sentait au plus profond de son être.







Revenir en haut Aller en bas
avatar
Serpentard
Serpentard
Messages : 631
Galions : 570
Âge : 20 ans
Classe : L2 Médicomagie
Avatar : Léa Seydoux
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Dim 4 Mai - 22:12

Event#4 - De mots et de sang


Eugenia Bogart
Je ne suis pas ton chien. La pensée se doubla d'une envie profonde de rabattre son caquet à Anarchy. Il l'avait renvoyé dans ses cordes avec un mépris qu'elle ne tolérait pas, non seulement il plaçait sa famille au même rang que le premier larbin venu mais en plus il la sous-estimait très clairement. Oh bien sûr Anarchy, je n'ai que ça à faire que de t'aider à chercher une pierre. L'ancien Serpentard ne voulait pas d'aide, elle en était persuadée - sinon il aurait fait croire aux Bogart qu'il avait besoin d'eux. La solitude est si étouffante pour que tu ais besoin d'un auditoire ? D'un public pour ta minable quête ? Eugenia le suivait dans l'intérêt de la famille mais après tout, maintenant qu'elle avait entendu la prophétie et qu'Anarchy ne voulait pas partager les informations (en espérant qu'il en ait sinon tout ceci ne servait à rien, Poudlard était grand, il faudrait des mois pour le fouiller), elle se dit qu'une trahison s'imposait. Rosenwald était tout content de s'exprimer, le rat avait droit à la parole alors qu'il en profite, ça n'allait pas durer éternellement. Oh Merlin c'était tellement ridicule de miser tout sur lui, un rat associal, avec autant de relation qu'un ermite, doublé du savoir anorexique d'un cinquième année. Pitié, c'était évident que les deux Serpentards voulaient l'exploiter, le manipuler. Elle l'écoutait bavasser, observant en apparence mais son esprit envisageait les différentes façons de doubler le trio improvisé. Son amitié avec Simon et la certitude qu'il avait un plan propre, qu'il ne suivait pas bêtement Anarchy, la fit rayer les plans qui couleraient les deux hommes. Non, il fallait qu'elle élimine Anarchy de l'équation, qu'il comprenne qu'on ne sous-estime pas sa famille. L'adage disait que l'on devait mériter le respect de l'autre, Eugenia croyait plutôt que s'il n'était pas inné, il fallait l'imposer.

C'est alors qu'elle sentit une pression sur sa main, sans bouger elle attrapa la pierre et, seulement en baissa une fois les yeux, elle lut le message. Il utilisait souvent ce stratagème et si elle avait eut du parchemin sous la main elle lui aurait répondu. Son regard le chercha pour échanger un coup d'oeil entendu, complice. Japhet était là depuis le début, elle l'avait remarqué en arrivant avant de se concentrer sur la suite des évènements, pas inquiète ni étonnée qu'il resta en retrait. Elle suivit son ami des yeux rentrer dans son dortoir. Celui qu'elle considérait comme son frère était dans l'affaire et il connaissait assez sa petite soeur pour deviner que les propos d'Anarchy allait la mettre en rogne. Je n'aime pas ça. Tout d'abord il y avait ce "nous" significatif. La formulation, la demande, l'interrogeait. Parlait-il du trio qu'ils formaient avec Silver ou bien d'autre chose ? Ce serait étrange qu'il l'incorpore dans le "nous" alors qu'elle ne montait aucun plan avec le trio. Japhet était proche d'Audric, lui-même était assez proche de Serena. Elle n'en savait pas plus mais ça lui suffisait à comprendre qu'au final, seuls les spectateurs et sa famille, elle pouvait probablement enlever Serena, étaient dans l'ignorance. Or Anarchy ne voulait pas vraiment des Bogart, qu'ils l'aide si ça leur chantaient mais ils n'auront que les miettes qu'il daignera laisser tomber. Il n'invitait pas non plus le public à s'investir. En somme, seul Ernest les intéressaient. Enfin Japhet était partit, Audric absent et quant à sa cousine, elle la mettait volontiers dans l'alliance mais le doute était plus que permis. Seul Selwyn et Simon parlait... malin, ils sont la figure, si quelqu'un vient à répéter ce qui s'était passé ce soir, les Bogart et les deux portes-paroles seront épinglés, les autres s'en sortiront et continueront leur recherche. Simon n'aurait pas dû sortir de l'ombre. Son frère de coeur l'invitait à convaincre Haimon et Eren à s'investir dans la quête, une mission pas bien difficile. Eren était tellement avide de pouvoir qu'elle n'aura qu'à lui souffler l'idée que, s'il trouvait la pierre avant les autres, il retrouvera le respect de ses pairs et la place de chef de famille qui lui était dû. Quant à Haimon, il se plaçait déjà dans la recherche, il lui suffisait d'exciter sa rivalité avec Eren, l'effrayer un peu en lui expliquant qu'Eren allait vouloir la pierre pour le doubler et le tour était joué. Elle jouait sur les deux tableaux depuis si longtemps que la demande de Japhet se présentait comme une balade de santé, mais avait-elle envie d'obéir ? Les Bogart n'étaient au service de personne.

Elle croisa le regard de Simon. Elle fut inexpressive malgré son désir de lui dire d'arrêter de la prendre pour une buse, que leur mascarade l'agaçait, que ce n'était pas ce soir qu'il allait la trouver leur pierre et qu'elle aurait mérité un minimum d'explication. Eugenia était vexée que ses deux plus proches amis l'aient mise de côté et l'attitude de Japhet n'aidait pas, au moins Simon ne faisait pas semblant de vouloir l'intégrer. Espérons pour son grand-frère qu'il allait très rapidement développer son petit mot, que la déception ne se transforme pas en trahison. Son regard suivit Simon, elle l'écouta inviter le rat à participer, il devenait bavard, plus confiant aussi lui sembla t-elle. La pierre doit le rendre curieux mais pourquoi Rosenwald ? Si elle n'avait pas été aussi exaspérée par tout ça, si elle n'avait pas autant le sentiment d'avoir été berné, elle en aurait sourit d'amusement. Bien. Laissons les bavarder. Elle recula lentement pour s'appuyer contre le mur. Que savait-elle de tout le monde ? Pouvait-elle les diviser ? Les affaiblir ? Il était temps qu'elle utilise ses propres pions, ceux qu'elle espérait ne pas avoir encore été approché par les autres et ceux dont elle était certaine que personne n'y avait pensé.







_________________

And I need you like a heart needs a beat but that's nothing new. I loved you with a fire red now it's turning blue. And you say sorry like an angel heaven let me think was you. But I'm afraid it's too late to apologize, it's too late.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Admin
Messages : 436
Galions : 565
Âge : 34 ans
Avatar : Harry Lloyd
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   Jeu 26 Juin - 22:03

Event#4 - De mots & de sang
Maison SERPENTARD

Event terminé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ascensio.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: EVENT#4 - De mots et de sang   

Revenir en haut Aller en bas
 

EVENT#4 - De mots et de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ASCENSIO ::  :: ❝ Sous-sols :: Salle commune de Serpentard-